Version classiqueVersion mobile

Intégration dans les Amériques

 | 
Jean-Michel Lacroix
, 
Maria Eugenia Cosio-Zavala
, 
Martine Azuelos

Les dimensions économiques de l'intégration

Mondialisation et régionalisation : les déterminants exogènes de L’Alena

Alain Crochet

Texte intégral

  • 1 Si l’on raisonnait en termes de PNB, et non de PIB, la disproportion serait encore plus forte, comp (...)

1Le phénomène de constitution de zones économiques est fort ancien, mais il s’agissait alors de zones naturelles, créées le plus souvent par la réciprocité et la complémentarité des échanges commerciaux. Le phénomène d’intégration régionale, organisée institutionnellement, est beaucoup plus récent, si l’on excepte l’intégration relevant de la colonisation. Les trois pays constitutifs de l’ALENA ont depuis longtemps constitué une zone naturelle, avec une complémentarité autour du pays-centre dominant, à savoir les États-Unis. Celui-ci possède matières premières, hommes qualifiés, capitaux et est détenteur de la technologie la plus avancée. Au sud, c’est-à-dire au Mexique, on trouve une main-d’œuvre à faible coût. Au nord, c’est-à-dire au Canada, les matières premières et une main-d’œuvre « plus qualifiée » qu’au sud. Dans toute zone régionale, il y a réunion de pays de poids économiques différents. Pour l’ALENA, il suffit de rappeler que, en plus de leur rôle de superpuissance mondiale, les États-Unis ont en moyenne un PIB dix fois supérieur à celui du Canada et plus de vingt cinq fois celui du Mexique1. Par ailleurs, si l’on se réfère au commerce entre les trois pays, on constatera une asymétrie élevée, donc une dépendance forte du Canada et du Mexique vis-à-vis des États-Unis. En 1990, avant la création de l’ALENA, 75 % des exportations canadiennes et 70 % des exportations mexicaines étaient dirigées vers les États-Unis, mais beaucoup moins inversement, comme il ressort du tableau suivant.

Tableau 1. Exportations (en %) en 1990

Tableau 1. Exportations (en %) en 1990

Source : ONU

2Indéniablement les États-Unis sont le pays extrêmement dominant de la zone et on postulera que la création et l’orientation de l’ALENA ont été et seront fortement induites par les États-Unis. Nous avons donc au départ trois pays formant une zone intégrée naturellement, mais non institutionnellement. Mais alors pourquoi passer par une forme d’association institutionnalisée ? Un premier pas est franchi avec la signature de l’Accord de libre-échange avec le Canada, en 1988 ; le second s’effectuera avec la signature de l’ALENA en 1992. Rappelons brièvement que la constitution d’une zone régionale intégrée institutionnellement répond à deux objectifs de base, qui sont le plus souvent associés : mieux travailler ensemble, ce qui passe le plus fréquemment par la création d’une zone de libre-échange commercial entre pays partenaires ; et deuxièmement s’associer pour pouvoir mieux lutter contre les autres pays, ce qui passe dans un premier temps par la création d’une union douanière qui ajoute à l’état de libre-échange intérieur celui de protection par rapport aux pays tiers, par l’instauration d’un tarif douanier commun aux pays partenaires. La création de l’ALENA relève indubitablement du premier objectif et donc du premier modèle : la zone de libre-échange. De nombreuses raisons endogènes peuvent alors être avancées, telles que l’optimisation des stratégies des entreprises nord-américaines ou la volonté mexicaine d’un ancrage économico-politique aux États-Unis et au Canada. Ce que nous voudrions montrer ici, c’est que la création de l’ALENA obéit aussi fortement à des raisons exogènes afin de mieux lutter contre les autres, donc en se situant par rapport au second objectif.

  • 2 Dès les années 1920, Knight [1921, 1922] en posant les cinq conditions de fonctionnement du modèle (...)
  • 3 Les politiques d’ajustement structurel préconisées par le FMI et la Banque mondiale s’appuient sur (...)
  • 4 Particulièrement depuis les années 1990.
  • 5 Article premier, texte de l’accord GATT, Genève, 1986. Larticle 3, dans ses paragraphes 2 et 4, pré (...)

3On peut caractériser le monde économique actuel, à la fin du XXe et au début du XXIe siècle, par un double phénomène : la mondialisation et la régionalisation. La mondialisation repose sur un postulat de base : la concurrence est nécessaire et elle est bénéfique pour tous. Les théoriciens néoclassiques, de Walras [1874] à Pareto [1906], de Solow [1956] à Krugman [1996], se sont employés à le démontrer ou du moins ont tenté de le démontrer2. Aucun obstacle ne doit empêcher le fonctionnement de la concurrence, et il est donc nécessaire d’instaurer et de pratiquer le libre-échange au niveau mondial. Citons par exemple le titre significatif d’un ouvrage publié par l’OCDE en 1998 et qui est un véritable plaidoyer : Pour l’ouverture des marchés. Les avantages de la libéralisation des échanges et de l’investissement. Mais quels sont donc les acteurs de cette ouverture ? À côté du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale3, de la Commission européenne – que l’on mentionne insuffisamment, avec son Commissariat à la Concurrence4 – le principal acteur œuvrant depuis près de cinquante années est le GATT (General Agreement on Tariffs and Trade), remplacé depuis 1995 par l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Fe principe fondamental du GATT est celui de la clause de la nation la plus favorisée. En clair, tout avantage, plus favorable que ceux existants, accordé à un pays, doit être étendu à tous les pays contractants du GATT5. Ainsi mécaniquement l’uniformisation de traitement commercial s’effectuera.

  • 6 Hors pics tarifaires.
  • 7 GATT/OMC, rapports annuels.
  • 8 Principalement le Groupe de Cairns qui, à côté du Canada et de l’Australie, comporte aussi des pays (...)
  • 9 Du nom du sous-secrétaire d’État américain Douglas Dillon.
  • 10 La perte de compétitivité est indéniable, comme l’illustre notamment le conflit euro-américain de 2 (...)

4Les huit cycles – ou rounds – de négociations du GATT ont bien abouti, depuis le premier en 1947, à une élimination presque complète des barrières tarifaires (droits de douane)6 et des contingentements sur les produits échangés. Pour les droits de douane on serait ainsi passé d’une moyenne de 40 % à la fin des années 1940, à 3 % en 20007. Mais, au sein du GATT, quels sont les pays qui ont constamment œuvré à cette libéralisation des échanges ? On peut répondre, sans hésiter, les États-Unis. Feur action fut constante, s’appuyant suivant les circonstances sur des pays alliés8, utilisant ainsi un instrument forgé par eux. Citons Krugman [1991, p. 26] : « Fe GATT est un système imposé dans une large mesure par les États-Unis et créé à leur image ». Feur action fut de plus en plus vigoureuse, surtout à partir de la création de la Communauté économique européenne, en 1957, et de son intégration en union douanière, achevée en 1967-1968. À un ensemble d’États succédait, dans les négociations internationales multilatérales, un interlocuteur unique et qui apparut en tant que tel lors du cinquième cycle de négociations, le Dillon Round (1960-1962)9. Le Kennedy Round (1964-1967) concrétisa des discussions principalement entre deux géants, débouchant sur un début d’affrontement bilatéral entre la CEE, zone régionale, et un État, les États-Unis. Le Tokyo Round (1973-1979), initialement appelé Nixon Round, se déroula alors que la CEE montait en puissance et en taille en s’élargissant et que les États-Unis commençaient à s’affaiblir, notamment en termes de compétitivité10. Il marque le début d’un véritable affrontement entre les deux géants et va se complexifier par l’objectif de réduire les obstacles non tarifaires (subventions, dumping, normes, etc.) aux échanges. Les États-Unis ont besoin de retrouver leur leadership et vont donc s’efforcer de gagner sur des points qui leur sont favorables, par exemple sur la question de la suppression des subventions à l’agriculture par la CEE.

  • 11 On entre ainsi dans la période de globalisation [Crochet, 1997a].
  • 12 Contrairement aux dispositions du GATT et à l’article 9 de l’OMC qui conserve la pratique de la déc (...)
  • 13 Ce que devait être l’Organisation internationale du commerce (OIC), dont la création avait été déci (...)
  • 14 Début 2002, 144 pays sont membres de l’OMC.

5Le dernier cycle du GATT, l’Uruguay Round (1986-1993) reflète encore plus l’affrontement entre l’Union européenne et les États-Unis en élargissant le champ des discussions. Seront alors considérés les services et les droits de propriété intellectuelle11 domaines où les deux acteurs dominent le marché mondial. En outre les pays du Tiers Monde essayeront de commencer à y faire entendre leurs points de vue. Décidée à la conférence de Marrakech de 1994, l’instauration de l’OMC est entrée en vigueur le 1er janvier 1995. On peut y trouver deux aspects nouveaux par rapport au GATT : d’une part les décisions peuvent être prises à la majorité et non par consensus12, et d’autre part l’OMC devient un véritable juge-arbitre des différends entre États-membres13. On remarquera aussi que le terme « mondial » devient approprié puisque presque tous les pays de la planète y adhèrent : 141 pays au début de 2001 et le dernier « grand » absent, la République Populaire de Chine, en est devenu membre, à la fin 200114.

  • 15 En plus du rôle des pays en développement (PED), évoqué précédemment, le Japon s’est souvent retrou (...)

6De ce parcours rapide de cinquante ans de cycles du GATT il ressort bien que cet organisme a été un instrument puissant d’instauration du libre-échange, sous la férule principale des États-Unis, et qu’ainsi le processus de la mondialisation s’est largement déroulé. On peut considérer cependant que du point de vue des États-Unis, ce processus a atteint ses limites, dans le cadre du GATT. Tout d’abord les acquis sont très substantiels, comme nous l’avons indiqué précédemment. Mais les difficultés rencontrées lors des derniers cycles pour arriver à un accord – et tout spécialement l’Uruguay Round qui, prévu initialement pour durer quatre ans, en a duré huit et a failli ne pas aboutir [Messerlin, 1995] – les ont convaincus que leur influence y était moindre que par le passé et qu’il serait difficile d’aller beaucoup plus avant. Les premières années de fonctionnement de l’OMC, et notamment l’échec de la conférence de Seattle en 1999, n’ont pu que les conforter dans cette vision, d’autant que dans son rôle de juge-arbitre, l’OMC ne donne pas toujours raison aux États-Unis dans les litiges qui lui sont soumis15.

  • 16 Le marché unique doit permettre de passer à un stade d’intégration plus poussé que le marché commun

7Mais resituons-nous dans un double contexte, à partir de 1986. D’une part l’Uruguay Round qui démarre cette année-là s’avère rapidement difficile. D’autre part l’intégration de la CEE est de plus en plus poussée : l’Acte Unique européen, signé en 1986, comporte le projet de marché unique16 dont l’application devait s’achever en 1992 ; et le rapport Delors sur l’Union économique et monétaire, remis en 1989 et adopté par le Conseil de Madrid la même année, débouchera sur le Traité de Maastricht à la fin de 1991. La décision de créer l’ALENA en 1992 apparaît alors comme un double repositionnement pour les États-Unis. Il s’agit tout d’abord de renforcer leur position au sein du GATT, en apparaissant comme un acteur économique au moins de même niveau que l’Union européenne (voir tableau 2) ; ensuite d’acquérir un statut institutionnel de zone régionale qui leur permette de mieux négocier avec les autres zones dans le monde, l’UE bien sûr mais aussi l’ASEAN, le Mercosur, etc. De plus, l’intégration à deux pays très développés du Nord, les États-Unis et le Canada, d’un pays du Sud, peu développé, le Mexique, donnera à l’ALENA un statut « composite » utilisable dans les négociations. En d’autres termes, il s’agira, à côté de l’instrumentalisation par le GATT/OMC, du modèle néo-libéral favorable au(x) pays le(s) plus puissant(s), donc en instaurant la mondialisation, d’utiliser aussi la régionalisation. On ajoutera que lorsque le retour au protectionnisme apparaît utile aux États-Unis, il est rapidement utilisé unilatéralement : les articles 301, super 301, spécial 301 de la législation commerciale américaine sont fréquemment utilisés. Il suffit d’évoquer le conflit de 2002 sur l’acier, qui a succédé d’ailleurs à un premier conflit en 1993.

Tableau 2. Comparaison entre l’Union européenne et l’ALENA, 1990

Tableau 2. Comparaison entre l’Union européenne et l’ALENA, 1990

* par agrégation anticipée
Source : ONU

8Mais le passage à la régionalisation ne présente-t-il pas aussi un avantage pour l’instauration du modèle libéral ? En fait ne permet-il pas de parvenir à une « meilleure » mondialisation ? Apparemment mondialisation et régionalisation s’opposent. On soustrait ainsi une partie plus ou moins grande du monde au processus de mondialisation. Mais le paradoxe n’est qu’apparent. Tout d’abord s’il s’agit de l’instauration d’une zone de libre-échange et non d’une union douanière, on instaure la concurrence entre plusieurs pays là où elle n’existait pas ou mal auparavant. On uniformise un marché intérieur. On crée un espace sans frontières entre plusieurs pays, un marché intérieur unique, là où existaient des marchés séparés. Ainsi les entreprises, et les filiales des sociétés multinationales des pays tiers, une fois installées et « reconnues » dans un pays, le sont dans l’ensemble des pays de la zone où elles pourront donc optimiser leur stratégie. L’ALENA répond bien d’ailleurs à cette perspective, comme nous l’avons déjà indiqué. Par ailleurs le GATT, malgré son objectif fondamental de mondialisation (voir supra), prévoit cette possibilité de régionalisation, même en cas d’union douanière, par le biais de l’article XXIV, qui fut rédigé à partir des travaux d’économistes américains. Citons-en la partie essentielle :

En conséquence, les dispositions du présent accord ne feront pas obstacle, entre les territoires des parties contractantes, à l’établissement d’une union douanière ou d’une zone de libre-échange (...) sous réserve que les droits de douane extérieurs ne seront pas dans leur ensemble d’une incidence générale plus élevée ou plus restrictive (...) qu’avant l’établissement de la zone.

  • 17 Modèle développé par Meade [1953].
  • 18 En utilisant les « principes de Meade » [1953].

9Ainsi donc, on aura à l’intérieur l’instauration d’une zone de libre-échange conforme au processus de mondialisation, à l’extérieur une situation au plus inchangée par rapport à celle qui existait avant l’instauration d’une zone régionale. À l’extérieur, les cycles du GATT amenuiseront progressivement la protection commune, comme nous l’avons indiqué. Ajoutons que la principale préoccupation des pays tiers lors de la création de la première zone – la CEE – était justement qu’elle induise, par sa protection commune, des créations et des détournements d’échanges qui leur soient défavorables. C’est dans ce sens que va la théorie construite par l’Américain Jacob Viner, en 195017. On s’appuie souvent sur cette théorie pour justifier cet abaissement extérieur de la protection régionale. En réalité, si l’on considère cette théorie de façon approfondie, elle nous montre que, en fonction des différentiels originels de droits de douane, le détournement n’est pas automatique et que la création d’une union douanière peut se révéler aussi positive, en termes de création pour les pays tiers18.

  • 19 Il en existe beaucoup d’autres, mais plus ou moins « effectives », par exemple l’UEMOA en Afrique.

10Il reste à aborder un processus qui risque progressivement de retirer tout contenu à l’opposition mondialisation/régionalisation, et cela au bénéfice de la mondialisation. Il s’agit de l’instauration progressive de ce que l’on peut appeler l’interrégionalisation. On peut considérer qu’il existe dans le monde quatre grandes zones régionales qui fonctionnent19, mais à des degrés d’intégration fort differents : l’Union européenne, l’ALENA, l’ASEAN et le Mercosur. Entre ces grandes zones se sont tissés progressivement, indépendamment de liens « naturels », anciens ou nouveaux, des forums de discussion, qui ont tendance à s’institutionnaliser. Considérons-les rapidement.

    • 20 L’intégration du Chili à l’ALENA est posée de façon récurrente.

    L’APEC (Asia Pacific Economic Co-operation). Créé en 1989, il est le plus ancien et réunit l’ASEAN et l’ALENA, l’Asie de l’Est (Japon, Corée du Sud, Chine), l’Austrasie (Australie, Nouvelle Zélande, Papouasie), le Chili20 et Taiwan, ainsi que la Russie.

  • L’ASEM (Asia Europe Meeting), dont la première réunion a eu lieu en 1996, et qui réunit l’UE et l’ASEAN, ainsi que l’Asie de l’Est (Japon, Corée du Sud et Chine). Il existait déjà auparavant un premier forum entre l’UE et l’ASEAN.

  • Le projet de TAFTA (Transatlantic Free Trade Agreement), ou zone de libre-échange transatlantique a été lancé dès 1994, à l’initiative du Canada. Il devait – devrait – réunir l’UE et l’ALENA, mais a peu progressé à ce jour.

  • La Zone de Libre-échange des Amériques (Nord, Centre et Sud).

  • L’EALAF (East Asia - Latin America Forum), qui réunit l’ASEAN, l’Asie de l’Est, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Amérique du Sud.

  • Le forum UE/Mercosur.

11Ainsi chaque zone régionale est ou sera liée à toutes les autres zones régionales. On constatera facilement que pratiquement aucun pays n’échappera à ce vaste mouvement, les pays « absents » étant liés souvent par des accords préférentiels avec une région, par exemple l’Afrique et l’UE, ou ayant vocation à s’agréger à une zone existante, par exemple l’Europe Centrale à l’UE. L’objectif affiché de ces zones interrégionales est d’établir progressivement une zone de libre-échange pour les marchandises et les investissements. Cette perspective de regroupement des zones de libre-échange a été envisagée en théorie dès 1976 par les Américains Kemp et Wan. Ainsi la libéralisation des échanges s’étendra à un nombre croissant de pays, y compris ceux qui, installés à l’intérieur, à l’abri d’une zone régionale, penseraient pouvoir « moduler » la mondialisation en fonction de leurs objectifs propres. À terme, la réunion des blocs régionaux conduira à un seul bloc, à un monde unifié dans le principe de libre concurrence. Ainsi, in fine, le passage par l’ALENA, pour les États-Unis souscrira à plusieurs objectifs : être et apparaître comme une région au niveau mondial, de poids au moins égal à l’Union européenne ; utiliser la régionalisation et l’interrégionalisation comme moyen supplémentaire pour étendre et accélérer la mondialisation à l’ensemble du monde parce que la mondialisation par la voie GATT-OMC est plus lente ou semble avoir trouvé ses limites – ce qui n’exclura pas de recourir, si nécessaire, à la voie unilatérale du protectionnisme dans les échanges commerciaux avec tous les autres pays. En d’autres termes, il s’agit d’utiliser l’ensemble des instruments possibles pour mieux renforcer leur position, dans le déroulement du processus de mondialisation. Ce qui suppose que ce processus leur reste favorable !

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Crochet, Alain, 1997a, « La globalisation, stade ultime de la convergence », in J.-P. Faugère et alii (dir.), Convergence et diversité à l’heure de la mondialisation, Paris, Economica.

Crochet, Alain, 1997b, « Globalisation et firmes-réseaux : le modèle américain », in M.-C. Esposito et M. Azuelos, Mondialisation et domination économique : la dynamique anglo-saxonne, Paris, Economica.

Kemp, Murray C. et Henry Wan, 1976, “An Elementary Proposition Concerning the Formation of Customs Unions”, journal of International Economics, vol. 6, pp. 95-97.

Kennedy, Paul, 1988, The Rise and Fall of Great Powers, Londres, Unwin Hyman Ltd.

Knight, F. H., 1921, Risk, Uncertainty and Profit, Boston et New York, Houghton Mifflin.

Knight, F. H., 1922, “The Ethics of Competition”, Quarterly Journal of Economics, no 37, août, pp. 579-624.

Krugman, Paul, 1991, “The Move Toward Free Trade Zones”, Economic Review, novembre-décembre. Traduction française « L’émergence des zones régionales de libre-échange, justifications économiques et politiques », Problèmes économiques, no 2289, 2 septembre 1992.

Krugman, Paul, 1996, Pop Internationalism, Cambridge, Mass., MIT Press. Traduction française La mondialisation n’est pas coupable, Vertus et limites du libre-échange, Paris, La Découverte, 1998.

Meade, J., 1953, The Theory of Customs Unions, Londres, Allen and Unwin.

Messerlin, P., 1995, La nouvelle Organisation mondiale du commerce, Paris, Dunod-IFRI.

OCDE, 1998, Pour l’ouverture des marchés. Les avantages de la libéralisation des échanges et de l’investissement, Paris, OCDE.

Pareto, W. F., 1906, Manuel d’économie politique, Paris, Droz, 1965.

Solow, Robert M., 1956, “A Contribution to the Theory of Economic Growth”, Quarterly Journal of Economies, vol. 70, février, pp. 65-94.

Viner J., 1950, The Customs Union Issue, New York, Carnegie Endowment for International Peace and Stevens and Sons.

Walras, Léon, 1874, Eléments d’économie politique pure ou théorie de la richesse sociale, Lausanne, L. Corbas.

Notes

1 Si l’on raisonnait en termes de PNB, et non de PIB, la disproportion serait encore plus forte, compte tenu de l’implantation des multinationales américaines au Mexique et au Canada.

2 Dès les années 1920, Knight [1921, 1922] en posant les cinq conditions de fonctionnement du modèle néo-libéral, a conclu à la quasi-impossibilité de réalisation du modèle. Il reste que le phénomène de mondialisation-globalisation s’y réfère constamment [Crochet, 1997a].

3 Les politiques d’ajustement structurel préconisées par le FMI et la Banque mondiale s’appuient sur le modèle néo-libéral.

4 Particulièrement depuis les années 1990.

5 Article premier, texte de l’accord GATT, Genève, 1986. Larticle 3, dans ses paragraphes 2 et 4, précise que le produit importé, une fois à l’intérieur du pays, ne doit subir aucune discrimination fiscale ou réglementaire par rapport aux produits nationaux.

6 Hors pics tarifaires.

7 GATT/OMC, rapports annuels.

8 Principalement le Groupe de Cairns qui, à côté du Canada et de l’Australie, comporte aussi des pays asiatiques et sud-américains. Fondé en 1986, il comporte 14 membres.

9 Du nom du sous-secrétaire d’État américain Douglas Dillon.

10 La perte de compétitivité est indéniable, comme l’illustre notamment le conflit euro-américain de 2001-2002 sur l’acier, mais le déclin global est relatif, comme le soulignait notamment Paul Kennedy [1988]. Ajoutons que les indicateurs économiques doivent être interprétés avec précaution. Certes la balance commerciale est pratiquement toujours déficitaire depuis 1971, mais ce déficit doit être apprécié au regard de la multinationalisation accrue des entreprises américaines dans les années 1960 [Crochet, 1997b]. Il reste que l’hégémonisme économique des États-Unis au sortir de la Deuxième Guerre mondiale est amoindri cinquante ans plus tard.

11 On entre ainsi dans la période de globalisation [Crochet, 1997a].

12 Contrairement aux dispositions du GATT et à l’article 9 de l’OMC qui conserve la pratique de la décision par consensus, mais qui introduit la possibilité d’adoption par majorité par l’Organisme de règlement des différends (ORD) – voir note suivante – sauf s’il y a rejet à l’unanimité.

13 Ce que devait être l’Organisation internationale du commerce (OIC), dont la création avait été décidée à la conférence de la Havane, en 1947-1948, mais qui n’a pu voir le jour du fait des États-Unis qui décidèrent de ne pas ratifier l’accord, notamment parce qu’ils n’auraient eu « qu’une » voix parmi cinquante-trois et que le cadre juridique était trop « contraignant ». Pour l’OMC, l’instance d’arbitrage est l’ORD ou Dispute Seulement Body (DSB).

14 Début 2002, 144 pays sont membres de l’OMC.

15 En plus du rôle des pays en développement (PED), évoqué précédemment, le Japon s’est souvent retrouvé sur les positions de l’UE, notamment en matière agricole.

16 Le marché unique doit permettre de passer à un stade d’intégration plus poussé que le marché commun.

17 Modèle développé par Meade [1953].

18 En utilisant les « principes de Meade » [1953].

19 Il en existe beaucoup d’autres, mais plus ou moins « effectives », par exemple l’UEMOA en Afrique.

20 L’intégration du Chili à l’ALENA est posée de façon récurrente.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Exportations (en %) en 1990
Légende Source : ONU
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 2. Comparaison entre l’Union européenne et l’ALENA, 1990
Légende * par agrégation anticipéeSource : ONU
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, CERVEPAS
Maître de conférences à l’université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III. Économiste, ses recherches portent principalement sur la mondialisation.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search