Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intégration dans les Amériques

 | 
Jean-Michel Lacroix
, 
Maria Eugenia Cosio-Zavala
, 
Martine Azuelos

Les enjeux politiques et juridiques

De l’Alena à la zone de libre-échange des Amériques : perspectives géopolitiques de l’intégration

Christian Girault

Texte intégral

1De façon traditionnelle, la géographie politique du continent américain opposait une Amérique « anglo-saxonne » au nord à une Amérique « latine » au sud. Cette division classique qui s’appuyait sur des caractères ethniques et culturels avait l’avantage de la simplicité et séparait par commodité les anciens domaines colonisés par l’Angleterre d’une part et les anciens Empires coloniaux espagnol et portugais. Les processus d’émancipation coloniale et le développement de l’hégémonie des États-Unis ont en bonne partie remis en cause ce schéma. À juste titre, au XXe siècle, on a parlé de plus en plus des Amériques (au pluriel) pour souligner la diversité de ce continent, puis on a cherché à distinguer des ensembles régionaux significatifs : le Brésil dans son immensité et avec son développement historique particulier est évidemment un morceau important du puzzle, de même pour les Pays andins, les pays des Caraïbes, les pays du Cône Sud – les limites de ces sous-ensembles politiques et culturels sont, bien entendu, à préciser. Au nord également, dans des territoires immenses comme ceux des États-Unis, du Canada et du Mexique, on a reconnu qu’il convenait d’introduire des distinctions régionales. La province francophone du Québec, le fait ethnique amérindien ou inuit, rappellent certaines composantes fondamentales du peuplement des Amériques. Même aux États-Unis, qui sont pourtant souvent considérés comme un pays passablement uniformisé, le fait régional demeure, et un analyste a pu parler des « dix nations » qui composent ce pays. Au sud, les populations indigènes, les populations afro-américaines font entendre de plus en plus leurs voix et les différentes composantes européennes, asiatiques revendiquent des héritages lointains ou plus récents. Cependant, les dynamiques économiques, les évolutions politiques, les équilibres militaires, les influences culturelles dont les technologies de l’information et de la communication (TIC) apparaissent comme l’un des principaux vecteurs, contribuent à la réorganisation spatiale du continent. Il semble donc important d’examiner, à travers les processus d’intégration, les lignes de force qui permettent, en dépassant le cadre des États-nations et des régions traditionnelles, de discerner les nouveaux ensembles géopolitiques dans les Amériques.

1. La construction d’un espace politique nord-américain

2La mise en place de l’ALENA en 1994 a eu indiscutablement des conséquences profondes sur les trois pays impliqués. En matière de commerce, l’abaissement des barrières douanières a favorisé les échanges d’une manière spectaculaire. Mais le rapprochement des voisins ne manque pas d’avoir des implications plus vastes, dans le domaine du droit, de la protection de l’environnement, des migrations, de la gestion des territoires, etc., qui soulèvent de nombreuses questions, dont certaines étaient déjà posées avant la signature et la ratification du traité. Comme le soulignaient en 1994 les auteurs du livre collectif dirigé par M. Delal Baer et S. Weintraub, la préparation longue et ardue de l’Accord a dépassé le cadre classique des négociations commerciales dans la mesure où, dès la fin des années 1980 et au début des années 1990, des préoccupations portant sur les délocalisations industrielles, la pollution et les nuisances, les migrations non contrôlées, étaient présentes aux États-Unis et au Canada surtout, et dans une moindre mesure, au Mexique. De nouveaux acteurs, en particulier des organisations non gouvernementales, des groupes religieux, des groupes de recherche universitaires, sont intervenus dans le débat, à côté d’acteurs plus classiques comme les syndicats, les partis politiques et les machines étatiques. Ces préoccupations ont trouvé des appuis et des relais dans l’opinion publique, la presse, les médias, aboutissant à un débat beaucoup plus large que ce qui était prévu au départ [Delal Baer et Weintraub, 1994]. Le résultat est connu : l’Accord a été voté difficilement au Congrès américain avec une majorité très limitée, ce qui révélait bien des doutes qui n’ont pratiquement jamais disparu par la suite. Au coeur des problèmes soulevés se trouvaient naturellement les questions liées aux positions théoriques et pratiques vis-à-vis du libre-échange (l’éternel débat entre libre-échangistes et protectionnistes) mais aussi des questions peut-être plus fondamentales concernant la souveraineté des États modernes et les rapports dissymétriques entre un État nettement plus puissant et des pays moins peuplés et surtout relativement périphériques par rapport à leur grand voisin.

3L’objectif de cette contribution est d’établir le constat sur lequel les spécialistes peuvent se mettre d’accord, en laissant de côté pour l’instant les prises de position idéologiques sur les bienfaits ou les méfaits de l’intégration régionale. C’est dans ce sens que nous présentons les remarques suivantes qui devront être validées par des études plus précises. Dans un premier temps, l’abaissement des barrières douanières a entraîné une croissance spectaculaire des échanges à l’intérieur de la zone de la libre-échange. L’effet de dynamisation des économies a donc été confirmé. De même on a constaté un vif accroissement des flux financiers entre les pays, tant en ce qui concerne l’investissement direct que les placements de portefeuille. Le Mexique, le plus fragile des trois pays sur le plan économique, a été l’objet d’une attention spéciale en raison des risques énoncés par les analystes – vu les déséquilibres structurels des productions dans ce pays, le passé récent de la crise de la dette des années 1980 et un contexte politique particulier marqué par la domination d’un seul parti politique et le manque de transparence de la vie publique. Nous devons reconnaître que le processus d’intégration a constitué à la fois un élément de stabilisation par rapport aux mouvements cycliques violents qui ont affecté le pays dans le passé et aussi vraisemblablement un élément favorable à la démocratisation, ne serait-ce qu’en provoquant un débat de fond sur les orientations à suivre. Sur le premier aspect, il est clair que l’appui des États-Unis et du Canada a permis au Mexique de « franchir » la grave crise financière des années 1994-1995 sans trop de dégâts, dans la mesure où les deux pays ont, conjointement avec le Fonds monétaire international, apporté un soutien crucial à ce moment pour une valeur avoisinant les 60 milliards de dollars. L’économie a ensuite pu redémarrer dans les années 1996-1997 et poursuivre une croissance assez solide qui s’est maintenue jusqu’en 2001. Voilà un élément qui distingue en l’occurrence la position du Mexique des autres pays de l’Amérique latine. Grâce à l’Accord, le pays est dans une certaine mesure prémuni par rapport à un risque économique ou financier majeur. Il est à noter que cela a un coût : l’endettement du Mexique et la fragilisation de son secteur financier.

4Il convient maintenant d’examiner les constats présentés par les géographes, les sociologues ou les spécialistes de l’aménagement du territoire en matière de structures sociales, de répartition de la richesse et de développement des territoires. Il y a de ces points de vue une grande concordance entre les spécialistes concernant l’accroissement des inégalités sociales entraîné par des effets d’accumulation des ressources au profit de certains secteurs pendant la phase d’intégration croissante – il est à noter que pendant la phase antérieure de développement auto-centré ces inégalités étaient déjà bien présentes. De même, il est reconnu que la multiplication des échanges, les effets de spécialisation des zones de production entraînent une polarisation croissante et une différenciation accentuée des territoires. Au Mexique, le Nord, déjà plus industrialisé, reçoit plus d’investissements et de contrats que la région de la capitale et le Sud, qui sont plus délaissés. Sur la frontière Mexique - États-Unis, la complémentarité dans le cadre des échanges industriels entre les usines situées de chaque côté de la ligne confirme sur l’échelle des salaires ouvriers une différence radicale entre Nord et Sud. Au Canada, on observe également des changements : la dynamique des échanges est désormais beaucoup plus nourrie dans le sens nord-sud entre provinces canadiennes et États américains voisins, aux dépens de l’axe est-ouest qui avait été constitutif de la confédération canadienne pendant le XIXe siècle et une bonne partie du XXe siècle. Pour exprimer cela de façon différente, les axes méridiens État de Washington-Colombie britannique, Ontario-États des Grands Lacs, Québec-État de New York prennent une place accrue dans la géographie nord-américaine.

5D’un point de vue « géohistorique », le rapprochement des trois États de l’Amérique du Nord – en apportant toutes les nuances qu’il convient puisque ces trois pays sont eux-mêmes des fédérations d’États – apparaît à la fois logique et moderne, dans la mesure où il tend à confirmer l’effacement des héritages coloniaux dans un sous-continent qui avait été divisé à l’époque entre les empires anglais, français et espagnol. L’Accord de libre-échange, en effet, même s’il est essentiellement dans sa forme juridique un texte économique et commercial, déborde nécessairement cette limite. L’on remarque que les aspects politiques et même stratégiques sont de plus en plus présents et cette observation s’applique également au projet de Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), comme on le verra dans la deuxième partie.

6Pour le Canada, qui avait pendant longtemps cultivé son originalité culturelle par rapport aux États-Unis et avait également tenté de défendre des idées d’indépendance économique, au moins au niveau des gouvernements des provinces les plus industrialisées, comme l’Ontario et le Québec, la négociation et la ratification d’un premier traité de libre-échange avec les États-Unis (qui prit effet en 1989) furent l’objet d’un débat long et délicat [Zylberberg et Demers, 1992]. En ce sens l’aboutissement de cette négociation préfigurait le retournement spectaculaire du Mexique qui, avec le président C. Salinas, rompit avec la longue tradition de non-alignement de la diplomatie mexicaine. S. Loaeza remarque que « la décision du gouvernement mexicain de négocier un accord de libre-échange avec les États-Unis marque un profond changement dans l’histoire de la relation entre les deux pays parce qu’elle reconnaît l’inévitabilité de la géographie » [Loaeza, 1994, p. 155]. L’arrivée d’un opposant à la présidence en 2000, en la personne de V. Fox, après soixante-dix ans de domination du parti officiel, fut une confirmation de ce changement d’orientation. Quand un pays réalise 90 % de ses échanges extérieurs avec un seul partenaire (cas du Canada) ou encore 85 % (cas du Mexique), l’affaire semble entendue.

7Dans la nouvelle phase des relations internationales entamée après les attaques du 11 septembre 2001 la puissance dominante demande à ses partenaires une fidélité à toute épreuve dans la lutte contre le terrorisme international, et la tendance est de les entraîner dans une alliance régionale dont la composante militaire et stratégique est importante, à la mesure des très vastes espaces à contrôler. Les États-Unis disposent déjà, grâce au North Air Defense (NORAD), créé à l’époque de la guerre froide, d’un commandement unifié avec les forces canadiennes pour l’espace nordique et arctique. En 2002 la flotte des États-Unis a participé, avec à ses côtés quelques unités navales mexicaines, à des manœuvres dans le Pacifique, au large de la république de Panama. Par ailleurs le Plan Puebla Panama (PPP) promu depuis 2001 par la présidence mexicaine, avec l’appui annoncé de la Banque interaméricaine de développement (BID) – qui déborde largement des frontières de souveraineté du pays – est analysé comme un projet de contrôle ou de surveillance de l’isthme centre-américain avec des visées multiples telles que la contre-insurrection, la protection du canal de Panama, la lutte contre les trafics de stupéfiants, etc. [Hiernaux-Nicolas, 2003]. Enfin, la création en 2002 par les États-Unis, dans le cadre du renforcement considérable de leurs capacités de défense, d’un Commandement Nord (Northcom) basé à Colorado Springs, à proximité de la métropole de Denver, est l’indication d’une volonté de contrôle stratégique de l’ensemble du domaine continental nord-américain – il est à observer que l’État du Colorado possède un remarquable caractère de « centralité » sur la carte de l’Amérique du Nord. Cette création constitue ainsi un pendant du Commandement Sud (Southcom) basé à Miami, qui prend en charge les Caraïbes et l’Amérique du Sud.

8Les progrès de l’intégration en Amérique du Nord sont tels que l’on envisage ouvertement l’adoption du dollar américain comme monnaie commune à l’ensemble des trois pays. Le fait que certains pays des Caraïbes et d’Amérique du Sud (Haïti, le Panama, Cuba, le Salvador, l’Équateur) aient « dollarisé » leurs économies, officiellement ou officieusement, amène les analystes financiers à réfléchir à ces questions, qui ne sont plus taboues désormais. Il est certain par ailleurs que l’adoption réussie et définitive d’une monnaie commune en Europe occidentale en 2002 a établi une sorte de point de référence pour les zones d’intégration en voie de constitution et que la question monétaire est désormais posée, même si l’on pense avec raison que le temps où la Federal Reserve Bank deviendra la Banque centrale des pays américains n’est pas encore venu.

9Cependant la rapidité frappante de ces évolutions, qui se déroulent sur une période de moins de dix ans, n’invalide pas les critiques, les réserves qui avaient été formulées dès l’origine du processus de rapprochement. Au contraire, on peut penser que les réactions les plus négatives ont été renforcées par l’accélération du processus, dans la mesure où les conséquences concrètes ont été ressenties et que les secteurs « perdants », pour peu nombreux qu’ils fussent, ont voulu de plus en plus faire entendre leurs voix. Il est à noter que la mise en vigueur de l’ALENA et les développements qui ont suivi sont tout à fait contemporains de la révolution des techniques d’information et de communication qui bouleverse les habitudes de travail dans le domaine de la production industrielle mais aussi dans les services, la finance, le tourisme et, bien entendu, dans la diffusion culturelle. De là une opposition plus radicale, déjà sensible à la fin des années 1990, qui a pris une dimension nouvelle après la conférence de Seattle (1999) et les manifestations qui ont suivi, et qui est relayée par le mouvement multiforme des groupes « anti-mondialisation ».

2. Le chemin ardu vers la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA)

10On connaît les origines du projet de ZLEA : le président G. Bush avait lancé en 1990 l’initiative « Entreprise pour les Amériques », dont la thématique rompait avec les orientations antérieures dans le domaine de la politique interaméricaine. L’accent n’était plus placé sur l’aide, comme dans la politique de J. E Kennedy, ou sur l’action militaire de « contre-insurrection », comme sous R. Reagan. Le mot Entreprise montrait bien que l’on s’adressait en priorité aux milieux d’affaires, aux industriels, aux marchands, même si plus tard des chapitres d’accompagnement concernaient l’aide classique ou intéressaient l’éducation ou la « société de communication ». Cette orientation fut confirmée par W. Clinton au moment du sommet de Miami (1994), baptisé « sommet des Amériques », où avaient été invités tous les États de l’Amérique continentale ainsi que des Caraïbes (à l’exception de Cuba communiste). L’idée d’une Zone de libre-échange englobant l’ensemble des pays américains était alors lancée dans une certaine euphorie, avec la mise en place de deux dispositifs : des rencontres régulières au niveau politique et des tables de négociation ouvertes en 1998, afin d’aboutir en 2005 à la conclusion d’un traité formel d’adhésion continentale.

11Cette perspective d’intégration, que l’on a appelée par la suite le « processus de Miami », a été adoptée comme un objectif de moyen terme pendant toutes ces années où parallèlement – il convient de le noter – le mécanisme de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) s’approfondissait sur le plan commercial et s’ancrait au niveau politique comme on l’a vu plus haut. Les sommets des Amériques postérieurs (Santiago du Chili, 1998, et Québec, 2001) confirmaient l’engagement de tous ces pays – 34 au total – à s’entendre sur une négociation commerciale jugée fondamentale pour le bien-être des peuples des Amériques et aussi – comme le voulait une clause réitérée à plusieurs reprises également par l’Organisation des États américains – à renforcer la démocratisation. Seule note réellement discordante : la déclaration du président du Venezuela, H. Chàvez – dont on connaît par ailleurs les liens personnels avec E Castro – réservant à la suite du sommet de Québec son accord, à propos de la définition du concept de « démocratie ».

12L’enthousiasme observé pendant la fin des années 1990 doit aujourd’hui faire place à une appréciation plus nuancée de la part des observateurs. Nous tenterons ici de souligner quelques-unes des difficultés les plus sérieuses qui ont rendu le chemin de l’intégration plus difficile pendant ces dernières années, en séparant, d’une manière peut-être un peu artificielle, les raisons tenant aux partenaires du Nord regroupés dans l’ALENA, et parmi lesquels les États-Unis se détachent bien évidemment, et les partenaires du Sud répartis entre une trentaine de pays fort divers – il n’existe pas de bloc latino-américain ou de bloc caraïbe, contrairement à une croyance assez commune.

13C’est au Nord que la perspective de l’intégration régionale rencontre le plus d’oppositions et cela doit être réaffirmé parce que certains comptes rendus ou certaines analyses laissent croire assez souvent à une perspective inverse. Les réserves, les obstacles placés devant le libre-échange sont beaucoup plus notables dans les pays développés – disons pour simplifier le propos : dans les pays appartenant à l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) – que dans les pays tiers – pays sous-développés, pays émergents, comme on voudra les appeler – qui sont demandeurs de libre-échange et d’accès aux marchés du Nord. Ceci se comprend aisément quand on rappelle l’histoire économique des pays industriels, autrefois puissances coloniales pour une grande partie d’entre eux et à l’origine de la constitution de blocs économiques puissants. Mais il faut mentionner aussi que c’est dans ces pays que l’opinion publique est beaucoup plus formée et qu’en raison du fonctionnement démocratique appuyé sur la représentation de partis et de groupes d’intérêt bien structurés (agriculteurs, confédérations patronales, syndicats ouvriers, etc.) les thèmes du libéralisme et du protectionnisme ou de la place souhaitable pour l’État – encore très puissant dans presque tous ces pays – sont l’objet de vives discussions.

14L’exemple des États-Unis illustre parfaitement ce contraste. Alors que la plupart des pays du continent demandaient plus d’ouverture commerciale, alors que les élites et la plupart des dirigeants – avec ici ou là des réserves, en particulier au Brésil et au Venezuela plus récemment – étaient acquis à l’idée de libre-échange, on a constaté pendant toutes ces années que la position des États-Unis était beaucoup plus ambiguë. Bien que ce pays eût été à l’initiative du processus depuis 1990-1994, il a fallu attendre août 2002 pour que le président G. W. Bush obtienne l’autorisation de négocier en matière de relations économiques internationales par la voie rapide – procédure législative dénommée Fast Track dans un premier temps, et depuis 2001 Trade Promotion Authority (TPA), selon un vocabulaire technocratique plus élégant – la seule efficace pour une ratification des traités économiques et commerciaux au Congrès. Cette période d’attente et d’incertitude n’a pas été entièrement perdue car les négociateurs ont continué leur travail pendant ce temps, mais elle a fait douter de la volonté politique des Nord-Américains.

15La conjonction d’oppositions au libre-échange aux États-Unis et dans une moindre mesure au Canada, est pour le moins impressionnante. À l’opposition de droite caractéristique de la position d’un R. Perot qui « ratissa » très large parmi les milieux conservateurs puisqu’il obtint 19 % du « vote populaire » aux élections présidentielles de 1992, s’ajoutent des courants puissants se rattachant à différentes idéologies. L’opposition des syndicats est peut-être la plus ancienne et la plus prévisible mais elle a su au long des années illustrer une politique logique de défense des travailleurs, craignant le chômage forcé dans des secteurs comme le textile, l’habillement et l’automobile, en raison de délocalisations industrielles vers les pays à bas coût de main-d’œuvre ou de la concurrence d’importations à partir de pays possédant des règles environnementales plus relâchées. L’expérience de l’Initiative du Bassin des Caraïbes (CBI), à partir de 1983-1984, avait de ce point de vue fourni un exemple des pertes d’emploi possibles, en particulier dans les secteurs de l’habillement, de l’équipement de sport, etc. L’AFL-CIO a donc renforcé son dossier et est désormais particulièrement vigilante concernant les négociations commerciales internationales.

16La nouveauté est venue du côté des groupes environnementalistes, très nombreux aux États-Unis et au Canada, des groupes religieux et des réseaux universitaires dans une moindre mesure. Dans le cadre de la négociation de l’ALENA, les environnementalistes modérés – dont le Sierra Club est le meilleur représentant – ont été suffisamment actifs et pugnaces au niveau du Congrès pour faire rouvrir le dossier de négociation en 1992-1993, alors que W. Clinton et C. Salinas pensaient qu’il était bouclé. Pendant cette période, les groupes environnementalistes plus radicaux maintenaient la pression, en faisant valoir les risques associés à l’introduction dans le traité d’un partenaire, le Mexique, jusqu’alors peu soucieux des questions environnementales, traitées chez lui au niveau des États individuels et avec très peu de moyens. Pendant l’été 1993 l’appui d’un groupe de Congressistes américains à cette cause a conduit à la rédaction d’un accord distinct du traité principal et prévoyant la création d’une Commission (bilatérale) pour la coopération en matière d’environnement, dont les pouvoirs de contrôle et de répression étaient cependant limités par des procédures fort longues et la menace en dernier ressort d’une amende maximum de seulement 20 millions de dollars [Gilbreath et Tonra, 1994]. Le problème des normes environnementales reste entier tant au niveau des négociations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) que de la ZLEA. En effet, les groupes écologistes sont de mieux en mieux organisés et de plus en plus critiques face à une situation qui s’est notablement détériorée dans de nombreux domaines : qualité de l’air, qualité des eaux, ressources disponibles (ressources en végétaux, ressources halieutiques, etc.) au niveau régional et au niveau mondial (problème de la couche d’ozone).

17Les menaces environnementales sur la zone frontière Mexique - États-Unis, qui représente il est vrai un cas spécial en raison de son climat semi-aride, pèsent lourdement sur le développement futur d’un ensemble d’agglomérations urbaines de part et d’autre de la frontière, réunissant environ 10 millions d’habitants. Alors que cette zone frontalière devrait fournir une image favorable de la coopération entre les pays de l’ALENA, elle semble, au contraire, concentrer les aspects les plus négatifs des disparités industrielles et sociales et préfigurer une région en crise, où l’approvisionnement en eau et en services de qualité ne sera plus assuré. La pollution du Rio Grande, des nappes phréatiques des États du Texas et du Tamaulipas voisin est à cet égard inquiétante. Le maintien d’un débit suffisant dans le fleuve Colorado, pourtant garanti par un traité international datant de 1944, est lui aussi problématique. Si l’on transpose ce genre de problèmes à l’échelle des Caraïbes et de l’Amérique du Sud, les préoccupations deviennent si énormes quelles font reculer les législateurs et les négociateurs : quid des barrières de corail dans la mer des Caraïbes, du maintien de l’intégrité de la biosphère dans le bassin amazonien, de la préservation des ressources halieutiques dans les océans bordiers, de l’utilisation des pesticides dans les champs et les vergers du Mexique, du Chili, etc. ? C’est pourquoi les gouvernements des pays du Sud ont nettement fait savoir qu’il n’était pas question d’introduire à l’OMC ou dans la négociation de la ZLEA une discussion sur les « clauses vertes », ni a fortiori sur les « clauses bleues » (portant sur les conditions de travail).

18Au Sud, on observe généralement une adhésion plus marquée à l’idée, si ce n’est à la pratique, du libre-échange. Ceci est dû au fait que les gouvernements et les leaders d’opinion (les moyens de communication en particulier) sont dans la période actuelle beaucoup plus sensibles aux projets d’intégration, de rapprochement avec les pays du Nord, qu’aux idées d’affirmation nationaliste et éventuellement de confrontation qui avaient marqué la période antérieure. La fin de la guerre froide, l’effacement assez général des partis de gauche, les échanges de plus en plus intenses et les « modes » qui unissent le Nord au Sud à travers les pratiques culturelles, ont favorisé ce que certains analystes appellent l’« homogénéisation » des sociétés au nord et au sud du continent. Cette tendance notable, qu’il ne conviendrait pas de surévaluer, peut conduire à une certaine « convergence » des modèles économiques et sociaux. Elle est en tout cas assez forte pour avoir fait reculer le nationalisme de type ancien qui se traduisait au niveau populaire par un très fort sentiment « anti-gringo » que l’on retrouvait naguère de façon générale dans les Caraïbes, au Mexique et ailleurs. Le balancier a plutôt évolué dans l’autre sens : ce sont les valeurs de consommation, d’individualisme et de réussite personnelle qui semblent l’emporter maintenant, à l’image de ce qui se passe au Nord. Les classes moyennes sont particulièrement touchées par ce phénomène. Alors que l’on refusait naguère le modèle nord-américain, ce sont maintenant ces nouvelles valeurs que l’on désire adopter et qui forment le cadre de socialisation le plus commun des jeunes. Cette tendance a eu des répercussions importantes sur la vie politique et sur la conduite des affaires publiques dans la mesure où beaucoup des dirigeants apparus dans les dernières années appartiennent à des couches sociales très liées au monde de l’entreprise et des affaires, dont les enfants ont été formés dans les écoles de commerce nord-américaines et ont vécu aux États-Unis. Ainsi se réalise une osmose assez poussée entre l’idée de libre-échange et les conditions réelles de gouvernance dans les pays du Sud. Plusieurs pays, le Costa Rica, le Salvador, le Chili, l’Uruguay, etc. ont eu une attitude très en pointe à cet égard et se sont présentés comme des « volontaires » pour signer des accords de libre-échange avec les États-Unis, avec le Canada ou avec le Mexique. Effectivement, un grand nombre d’accords bilatéraux ont été déjà été signés et ratifiés [Dabène, 1998].

19Cependant, au tournant de la fin des années 1990, une nouvelle tendance semble se dessiner. La crise économique réapparaît au Sud dans nombre de pays qui présentent des résultats décevants, retombant dans des récessions ou des stagnations marquées. À nouveau le produit par tête ne progresse plus ou régresse, la dette par habitant augmente nettement et pour les pays classés comme « émergents » le doute s’installe dans l’esprit des responsables économiques et des banquiers, ce qui entraîne un net ralentissement de l’investissement direct et des placements dans la région. Cette nouvelle crise qui fait inévitablement penser à la crise des années 1980 et dont l’expression la plus aiguë est fournie par la récession de l’Argentine, mais qui est latente également dans de nombreuses régions (Amérique centrale, Pays andins, Caraïbes insulaires, Guyanes), amène à reconsidérer la perspective du processus de Miami. Cette crise, dont souffre à nouveau la région sud du continent, va-t-elle contribuer à accélérer le processus d’intégration continentale ou vat-elle au contraire le ralentir ? Le délai qui court jusqu’en 2005 sera-t-il respecté ? Trouvera-t-on au Nord comme au Sud l’énergie suffisante pour savoir conclure des négociations complexes entre de nombreux partenaires et qui portent non seulement sur le domaine des échanges mais aussi sur les investissements, la propriété intellectuelle, la résolution des différends ?

20On sait qu’une négociation délicate et âpre peut être débloquée par un accord profond entre des partenaires qui ont une même vision politique. Sur ce dernier point, les signaux donnés au Nord et au Sud sont déroutants depuis quelques années. Il est vrai que pour les États-Unis, après septembre 2001, les considérations de sécurité internationale l’ont emporté sur tous les autres aspects et que la lutte « anti-terroriste » est devenue une priorité à la fois sur le plan intérieur et extérieur, au risque d’infirmer les politiques des gouvernements précédents et même les premiers choix du président G. W. Bush, au début de son mandat, quand il avait mis l’accent sur le rapprochement avec le Sud. De leur côté, les pays de l’ensemble Amérique latine-Caraïbes (ALC) ont généralement adopté les orientations des sommets des Amériques et incorporé dans leurs objectifs politiques les mécanismes de négociation et le calendrier de la ZLEA. Des réserves et des nuances apparaissent cependant çà et là : réserves des petits États, comme ceux des Caraïbes qui vont demander des délais plus longs pour ajuster leurs économies (comme ils l’ont fait par ailleurs dans le cadre de la négociation des Conventions de Lomé et de Cotonou avec l’Union européenne) ; nuance affirmée de la position du Venezuela, incarnée par les positions personnelles du président H. Chávez, personnalité contestée, mais qui revendique un « idéal bolivarien », plutôt défavorable au rapprochement avec l’Amérique du Nord. Cette position n’a pas fait école jusqu’à maintenant mais il convient d’en tenir compte. La victoire de Luis Inácio « Lula » da Silva du Parti des travailleurs aux élections présidentielles brésiliennes (2002), apporte de nouvelles perspectives car le Brésil est au Sud le pays leader du Mercosul ou Mercosur (voir infra).

21En effet, le projet de ZLEA ne se situe pas dans un vacuum au sud du continent : nous devons observer au contraire que les perspectives d’intégration régionale dans la région ALC ont vécu de belles années, tant pendant la période du modèle économique de substitution des importations que plus tard dans le modèle d’économie extravertie. Les institutions laissées par ces phases d’intégration successives, les « secrétariats », les « forums », les « conseils », les « communautés », demeurent pratiquement toutes en place. Les réunions de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), du Système d’intégration centraméricain (SICA), de la Communauté andine (CAN) ont lieu régulièrement. Il est indéniable qu’au cours de ces rencontres, de ces sommets, qui participent aussi du fonctionnement symbolique et bureaucratique de la diplomatie économique et politique contemporaine, des résultats substantiels ont été atteints et que les pays ont réellement bénéficié des mécanismes d’intégration, en particulier par la mise en place de financement de projets de développement, par le commerce inter-régional et aussi par la mise en sourdine des rivalités nationales entre les Etats, qui avaient dans le passé atteint des niveaux de tension graves – que l’on pense aux contestations territoriales entre l’Argentine et le Chili ou à l’apaisement intervenu dans les relations entre l’Équateur et le Pérou. Parmi ces regroupements, la concertation politique au sein du Groupe de Rio fondé en 1986, auquel participent les pays les plus importants et les groupes régionaux, est certainement l’expression la plus complète du rapprochement des pays du sud de l’Amérique.

22Or la négociation de la ZLEA oblige ces ensembles régionaux à se redéfinir et éventuellement à s’affirmer par rapport au bloc nord-américain car leur survie dépend des résultats de la négociation. Le Mercosur (composé de quatre États d’Amérique du Sud) en particulier, qui a vocation à devenir un véritable marché commun comportant un tarif extérieur commun, doit négocier en bloc dans le cadre du processus de Miami, ce qui n’est pas forcément du goût des partenaires du Nord, dans la mesure où c’est précisément ce groupement régional qui, en raison de son poids relatif dû à la présence du Brésil, apportera une contribution importante au débat en présentant une vision différente de la libéralisation des échanges – ce que ni les pays centraméricains ni même les pays de la Communauté andine ne seraient à même de faire. On peut donc penser que la période la plus aisée de la négociation s’est achevée vers 2001 et qu’à partir de maintenant, en fonction du ralentissement économique et de perspectives politiques plus incertaines, les réserves et éventuellement les oppositions peuvent apparaître plus nettement : les oppositions politiques venant en particulier de la gauche brésilienne, des mouvements indigènes, des groupes écologistes et d’autres forces non gouvernementales, qui existent également au Sud, pourront s’exprimer avec plus de force. La contestation du processus de Miami pourrait alors devenir plus ferme à l’intérieur de ces pays et s’articuler avec le mouvement anti-mondialisation actif au Nord. Le Forum social mondial (FSM) organisé en 2001, 2002 et 2003 à Porto Alegre (dans l’État de Rio Grande do Sul, Brésil), pour répondre au Forum économique mondial (FEM) organisé tantôt à Davos (Suisse) tantôt à New York, prend le sens d’une contestation où le Nord et le Sud se rejoindraient, de Québec au Cône Sud. Cette perspective ne demeure pour l’instant qu’une hypothèse parmi d’autres mais elle ne peut être rejetée totalement, à la lumière de ce qui a été dit plus haut à propos du désintérêt relatif des États-Unis pour le sud du continent et des nouvelles priorités du gouvernement conservateur de G. W. Bush.

3. Les questions stratégiques en suspens et la dynamique spatiale de la régionalisation

23Comme l’ont noté avec beaucoup de clairvoyance M. Delal Baer et S. Weintraub, la conclusion d’un accord de libre-échange est fondamentalement un acte politique :

The North American Free Trade Agreement is best seen not simply as an important economic step involving the three countries but also as one that has significant implications for their cultural interaction and political relations [Delal Baer et Weintraub, 1994, p. 174].

24En effet, un tel accord engage l’avenir en amenant les partenaires à convenir de perspectives communes dans de nombreux domaines qui dépassent de loin la pratique commerciale, comme les investissements, le droit, la gouvernance, les relations internationales, etc. Les mêmes auteurs montrent bien que ce processus peut amener à sacrifier des parcelles (plus ou moins importantes) de souveraineté, ce qui est loin d’être facile pour des États. Le Mexique est apparu pendant de longues périodes de son histoire comme un pays non interventionniste et particulièrement jaloux de ses prérogatives nationales, ce qui s’explique par les interventions militaires dont il a souffert au XIXe siècle et par son engagement révolutionnaire au début du XXe siècle. Pour le Canada, le facteur d’identification « nationalitaire » apparaît a priori moins fort, mais c’est en partie une illusion, car l’identité canadienne, dans ses différentes formulations provinciales ou régionales, n’est pas réductible à la tendance à l’homogénéisation par les États-Unis. Quant aux États-Unis, eux-mêmes nés d’une révolution anti-colonialiste, ils apparaissent marqués par un nationalisme fort, appelé le plus souvent « patriotisme », d’autant plus fort que c’est un des rares points de ralliement des populations immigrées en voie d’intégration. Or des concessions doivent être consenties par les différents partenaires pour équilibrer le jeu de la négociation, ne serait-ce que symboliquement en répartissant les sacrifices de souveraineté. Si tel n’est pas le cas, sur le moyen et le long terme, l’accord apparaîtra déséquilibré et le bilan qui sera tiré sera celui d’une domination d’un partenaire sur les autres, avec tous les dangers que cela comporte.

25Dans le cas de l’ALENA plusieurs indicateurs montrent des effets de « convergence » certains dans le domaine économique et dans le domaine politique. Pour s’enraciner, l’Accord doit cependant persister dans la durée et devenir un axe fondamental de la politique étrangère des pays membres. Or, tant que subsiste un doute sur la résolution des différends, l’Accord demeure relativement fragile. Des cas récents provoquent un malaise bien compréhensible : ainsi le camionnage mexicain sur le territoire des États-Unis, autorisé, avalisé par les commissions de sécurité américaines et pourtant inappliqué en raison de circonstances diverses – qui semblent surtout de mauvais prétextes pour éviter la concurrence des entreprises de transport du pays voisin – fournit un exemple gênant. En 2002, l’application brutale de tarifs douaniers sur les bois canadiens importés aux États-Unis, en violation de l’Accord, apparaît également comme une rupture de la règle convenue entre les trois partenaires. Ce qui vaut pour les trois membres de l’ALENA vaudra également pour les futurs membres de la ZLEA. Ainsi l’application de barrières douanières très élevées visant les importations d’acier aux États-Unis est complètement incompatible avec la négociation en cours sur la ZLEA, mais elle viole également les règles de l’Organisation mondiale du commerce, d’où la possibilité de procédures devant l’Organe de résolution des différends. Or le principe fondamental de la négociation de la ZLEA est d’obtenir un accord « OMC plus », ce qui signifie que les règles de l’Organisation doivent constituer la base de l’accord et dans certains domaines être largement dépassées, afin d’arriver en l’espace de quelques années, vers 2015, à une zone intégrée et bien structurée.

26Si les règles du jeu apparaissent imposées par le pays le plus puissant, les États-Unis, et si eux-mêmes n’arrivent pas à respecter les règles communes, l’Accord de libre-échange sera d’évidence en péril. Comme l’indique S. Weintraub sous le sceau de l’évidence, en se référant à la relation entre les États-Unis et le Mexique : « A superior/dependent situation does not permit a dialogue of equals » [Weintraub, 2001, p. 2].

27Le problème de fond qui est posé est alors celui de la viabilité d’accords de libre-échange et, à plus forte raison, de mécanismes d’intégration plus poussés, faisant intervenir des partenaires possédant des poids économiques, politiques, militaires, hétérogènes et des niveaux de vie très dissimilaires, un problème généralement analysé en termes de « relations asymétriques ». Le débat se situe à la fois au niveau théorique et au niveau pratique. Les économistes et les spécialistes de relations internationales ont largement débattu de ces problèmes, en particulier dans le cadre de la construction européenne. L’analyse « géohistorique » et géopolitique s’empare également d’une telle question et souligne, au-delà des différences de régimes politiques et des conjonctures économiques, l’importance de « données fondamentales » telles que l’étendue des pays, leur poids démographique, leur situation respective, leurs ressources, leur évolution politique sur la longue durée, etc. Les réflexions qui suivent s’inspirent de ces différentes approches, plus particulièrement d’un point de vue géopolitique qui amène à tenir compte de la dynamique des territoires et à différencier les espaces.

28C’est ainsi que les facteurs d’évolution saisis sur les vingt dernières années conduisent à distinguer trois domaines dans l’ensemble continental américain : 1/un bloc nord-américain, 2/un ensemble centre-américain et caraïbe, de plus en plus lié au bloc nord-américain, 3/enfin le Cône Sud et le Brésil qui possèdent des dynamiques moins dépendantes du bloc Nord. Le bloc nord-américain est de plus en plus intégré sur le plan des transports, des échanges commerciaux, de l’application du droit. Il est soumis à la dynamique du pays le plus puissant, les États-Unis, situé de manière centrale dans le bloc. Le Mexique et le Canada qui possèdent une identité culturelle riche et variée défendent jusqu’à ce jour avec succès certains éléments de leur souveraineté politique et il est souhaitable que la diversité soit préservée à l’intérieur du bloc. Cela amène naturellement ces deux pays, dont le poids économique est largement inférieur à celui des États-Unis, à entretenir des relations avec d’autres régions du monde : dans le cadre du Forum Asie-Pacifique (APEC), par exemple. Le Canada possède une politique d’aide au développement intense en Afrique et en Asie et s’intéresse aux pays latino-américains. Quant au Mexique, il a toujours cherché à diversifier ses partenariats, avec plus ou moins de succès ; la signature d’un traité de libre-échange et de coopération politique avec l’Union européenne (1999) est un signe clair de cette volonté et récemment le commerce avec quelques pays européens a repris une certaine importance.

29La deuxième zone que l’on est amené à distinguer se trouve immédiatement au contact du bloc nord-américain. Elle prend en écharpe l’isthme centre-américain, comprend les Caraïbes insulaires et aboutit dans les Guyanes. Il est à noter que les pays bordiers de la mer des Caraïbes (Colombie, Venezuela) font nettement partie de cet ensemble, même s’ils appartiennent à la Communauté des Pays andins (CAN). Dans cet ensemble, les échanges commerciaux, les flux financiers, les migrations sont « polarisés » vers les États-Unis. Le Venezuela est un fournisseur-clé de pétrole et de produits pétroliers aux États-Unis. Sur le plan touristique, la plus grande partie des pays du Bassin des Caraïbes constitue des destinations majeures pour la clientèle nord-américaine, et des navires de croisière de plus en plus impressionnants, possédant Miami comme port d’attache, évoluent à l’année longue dans la région. Sur le plan des migrations, il convient de signaler que pour de nombreux pays de ce Bassin (le Salvador, le Nicaragua, Cuba, la Jamaïque, Haïti, la République dominicaine, sans parler du cas particulier de Porto Rico, État associé aux États-Unis), la part de population émigrée aux États-Unis représente un pourcentage largement supérieur à 10 % de leur population résidente. Ces flux de migrants, légaux ou illégaux, dont les premières vagues sont déjà anciennes, souvent stabilisés dans le pays d’accueil par des mesures « exceptionnelles » de régularisation, apportent une contribution importante aux États-Unis, sur le plan de l’agriculture, de l’industrie manufacturière, du commerce, dans le secteur de la culture également. Ils transfèrent des fonds dans leur pays d’origine qui représentent une part fondamentale du revenu des familles concernées et un montant considérable dans la balance des paiements : plus d’un milliard de dollars annuellement pour Cuba, plus de deux milliards pour la République dominicaine.

30La mise en orbite des pays centre-américains et caraïbes dans un dispositif nettement périphérique s’est faite selon des modalités différentes dans le cas centre-américain (où les guerres et les catastrophes naturelles ont beaucoup pesé), dans les pays insulaires, impliqués surtout dans le cadre des relations touristiques et de la sous-traitance manufacturière, facilitée par le mécanisme commercial du CBI et dans le cas du Venezuela et de la Colombie, affectés dans les années récentes par des troubles politiques graves. Il est intéressant de signaler que l’Équateur, qui n’est pas un pays caraïbe mais un pays nettement andin, se trouve de plus en plus entraîné dans cette mécanique : ce pays a « dollarisé » son économie et le gouvernement a passé des accords avec les États-Unis concernant l’utilisation d’une base militaire dans le nord du pays. Le fait que la plupart des États de cette région soient des pays de taille petite ou moyenne favorise évidemment une fragmentation politique. L’isolement politique de Cuba et la politique d’embargo maintenue par les États-Unis envers ce pays sont une cause supplémentaire de faiblesse pour cette région.

31Miami est souvent désignée comme « la capitale » de ce vaste ensemble géographique en voie d’extension. Le mot « capitale » est une figure de style, mais il est vrai que la métropole du sud de la Floride, par son rôle de plate-forme aéroportuaire et portuaire, par la présence de son secteur financier et commercial et surtout par la composition multiculturelle de sa population, s’affirme comme un symbole de ces nouveaux liens établis au sud des États-Unis [Girault, 1998]. Sous cette forme, l’intégration est de fait en partie déjà réalisée. Ici le processus est si bien enclenché que la régionalisation opère par des voies officielles ou non, même en l’absence de traités et d’accords en bonne et due forme.

32La troisième zone est celle du Sud, comprenant Cône Sud et Brésil. Il s’agit d’un ensemble vaste, correspondant à la plus grande partie de l’Amérique du Sud. Dans cet ensemble le Brésil fait figure de géant avec ses 8 547 000 km2 et ses 175 millions d’habitants. Cette zone est beaucoup moins tournée vers le bloc nord-américain que la précédente. Les relations commerciales et financières avec l’Amérique du Nord sont ici relativement équilibrées par des relations intenses avec l’Union européenne et dans une moindre mesure avec l’Asie-Pacifique. C’est ainsi que le Chili, par exemple, réalise environ un tiers de ses exportations vers l’Union européenne (avec laquelle il a signé un accord de libre-échange en 2002), un tiers de ses exportations vers l’Amérique du Nord et un tiers de ses exportations vers la zone asiatique (Chine, Corée, Japon). Pendant les années 1990 les investissements européens ont connu une croissance remarquable dans la région sud (investissements espagnols, allemands, français dans cet ordre). D’autre part le Cône Sud a été le berceau d’un mouvement d’intégration particulièrement dynamique, avec la création du Mercosur (1991-1995) qui regroupe Brésil, République argentine, Paraguay et Uruguay et qui vise à devenir un véritable marché commun avec un tarif extérieur au bloc. Le Chili et la Bolivie ont obtenu le statut de pays associés. Ce regroupement régional a encouragé les mouvements commerciaux intra-zone, traditionnellement faibles, qui ont culminé en 1998 (26 % du total du commerce extérieur des pays concernés en partant de seulement 9 % en 1990). Cependant le mouvement d’intégration dans la région montre des faiblesses depuis cette date et le commerce inter-régional recule nettement. La profonde récession de l’Argentine est principalement responsable de ces difficultés.

33Le Brésil, en tant que pays-pivot dans le continent sud-américain, possède des atouts sur le plan régional qu’il ne faut pas minimiser : une classe moyenne, des secteurs industriels assez bien développés et des ressources considérables. De plus la diplomatie brésilienne est consciente depuis longtemps de la place que le pays est en mesure de jouer sur le plan mondial. Sur le plan stratégique le pays dispose en outre d’une programmation militaire conséquente. Cette position en pointe a conduit le président F. H. Cardoso à convoquer à Brasilia en septembre 2000, le premier sommet des pays d’Amérique du Sud et à proposer un accord de libre-échange pour l’ensemble des pays du sous-continent, qui permettrait en particulier d’établir une conjonction entre les forces du Mercosur et celles de la Communauté andine (CAN). Un tel projet, dénommé ALCSA selon le sigle en espagnol ou en portugais, s’il était poursuivi, viendrait d’évidence contrarier le projet de la ZLEA. De toute manière, il apparaît que seul le Brésil est capable de tenir une position de négociation plus ferme vis-à-vis des États-Unis et dans cette mesure ce pays représente l’espoir des défenseurs d’options plus centrées sur le Sud.

34Pour terminer, nous ferons remarquer que la stratégie du gouvernement des États-Unis est loin d’être claire, même si l’objectif d’une zone de libre-échange regroupant tous les pays du continent – à l’exception de Cuba – et la signature d’un traité rassemblant tous les aspects de l’Accord en un seul texte signé ensemble et en même temps par tous les partenaires (single undertaking) a été maintes fois rappelé par W. Clinton et G. W. Bush. En effet, en attendant le grand accord sur la ZLEA, et dans la crainte que le Congrès ne le rejette, l’exécutif américain est tenté, ne serait-ce que pour des raisons tactiques, de pousser les pays candidats au libre-échange à signer des accords séparés. Il en va ainsi pour le Chili, candidat à tous les traités de libre-échange et qui en a signé un avec les États-Unis fin 2002. Par ailleurs, le gouvernement des États-Unis pourrait se montrer inquiet des progrès réalisés dans le cadre de la négociation commerciale concurrente entre l’Union européenne et les pays d’Amérique latine et serait tout particulièrement désappointé que l’Union européenne signe un accord de libre-échange et de coopération politique avec les pays du Mercosur en 2004, avant que la négociation de la ZLEA ne soit achevée.

Conclusions. Les « Trois Amériques »

35La première conclusion insiste sur le fait que les accords commerciaux, même en apparence limités ou techniques, ont nécessairement des prolongements sur le plan politique et géostratégique. L’exemple de l’ALENA confirme une tendance manifestée plusieurs fois. La construction politique de l’Europe a pris le chemin apparemment détourné du « charbon et de l’acier », puis du marché unique et de la monnaie commune. De là à penser que le mouvement observé en Amérique du Nord est totalement irréversible, il y a un pas que plus d’un hésiterait à franchir. Il existe encore dans chacun des trois pays membres des contestations sérieuses des résultats obtenus et des implications pour l’avenir. C’est particulièrement vrai aux États-Unis où les mouvements d’opposition au libre-échange sont très puissants. Alors que l’exécutif, qu’il soit démocrate ou républicain, a maintenu le cap du « processus de Miami », vers lequel il souhaite faire converger la conclusion d’un accord général de libre-échange englobant les services et le renouvellement du panaméricanisme, le Congrès, où agissent des groupes de pression redoutables, est lui divisé sur la question. Les prises de position protectionnistes ou même néo-isolationnistes n’y sont pas rares. En effet, contrairement au vœu du professeur A. Lowenthal qui souhaitait que les États-Unis prennent davantage en considération leurs voisins du Sud et qui pensait que tôt ou tard les préoccupations liées au voisinage de ces pays pauvres et souvent troublés, exportateurs de main-d’œuvre et de talents, amèneraient nécessairement la Puissance du Nord à définir plus clairement sa politique latino-américaine et caraïbe, nous devons observer qu’il n’en a pas été ainsi pendant les vingt dernières années [Lowenthal, 1987 et 2000], C’est plutôt un désintérêt pour les pays du continent qu’il convient de constater et l’on note qu’à l’inverse tous les efforts de la politique extérieure des États-Unis se portent nettement vers d’autres théâtres : l’Asie, le Moyen-Orient, la Russie, la Chine, entre autres.

36La deuxième conclusion porte sur la nature de la négociation sur la ZLEA, longtemps gênée par l’absence pour le président des États-Unis de l’autorisation de négociation d’un traité économique international (Trade Promotion Authority) et par les contradictions notées dans la conduite de la politique extérieure (barrières tarifaires, subventions considérables aux agriculteurs, etc.). On doit constater que les États-Unis maintiennent une législation de type protectionniste importante (la section 301 du Code douanier entre autres). Demeure enfin l’hypothèque de clauses portant sur les normes environnementales et sociales, annexées à la négociation principale – comme cela a été le cas pour l’ALENA en 1992-1993 –, en faveur desquelles on doit s’attendre à une mobilisation des syndicats et des groupes écologistes aux États-Unis, et aussi vraisemblablement au Canada et au Mexique, et dont à l’inverse les pays du Sud, arguant qu’il s’agirait de protectionnisme déguisé, ne veulent pas entendre parler. Aussi la négociation concernant la ZLEA sera différente de celle de l’ALENA – l’option d’une extension « mécanique » de l’ALENA à l’ensemble du continent n’est en aucune manière faisable – et sera laborieuse également, parce que le Brésil, pays au poids démographique respectable, puissance politique « moyenne » qui revendique sa place sur la scène mondiale, est porteur d’un projet stratégique autonome et qu’il est susceptible de représenter, si les conditions politiques s’y prêtent, certains intérêts des pays d’Amérique du Sud.

37La troisième conclusion porte naturellement sur le nouveau découpage de l’Amérique issu du mouvement de régionalisation. Alors que dans l’introduction était rappelée la division binaire traditionnelle entre l’Amérique anglo-saxonne et l’Amérique latine, il a été fait état dans cette contribution d’une nouvelle division continentale en trois zones qui tient compte de leur degré d’intégration dans l’un des deux blocs d’importance inégale, mais entre lesquels se répartissent tout de même les forces en présence, l’ALENA et le Mercosur. Depuis l’entrée en vigueur du traité de libre-échange entre le Canada et les États-Unis (1989) et surtout depuis l’entrée en vigueur de l’ALENA (1994), le bloc Nord a sa propre logique territoriale. Le Mexique est ancré à l’Amérique du Nord, ce dont font foi entre autres la croissance impressionnante des échanges avec les États-Unis, les flux migratoires et l’interpénétration culturelle. Il est vraisemblable qu’avant longtemps les trois pays seront amenés à coopérer de plus en plus étroitement dans le domaine de la lutte contre les trafics de stupéfiants, le blanchiment de l’argent sale, la lutte antiterroriste et même sur le plan stratégique et militaire, ce qui apporterait une dimension totalement nouvelle à l’Accord et entraînerait une redéfinition douloureuse du concept de souveraineté pour les trois pays concernés. Les débats liés au respect des clauses sociales et environnementales conservent également toute leur pertinence. Dans l’« Amérique moyenne » des latitudes inférieures, comprenant l’Amérique centrale, les pays du Bassin caraïbe et s’avançant aisément jusqu’à la Colombie et à l’Équateur, la fragmentation politique et les crises ont favorisé les desseins des États-Unis qui avaient défini dès l’époque de R. Reagan, un champ d’action économique, commercial et militaire, correspondant en gros à ce qui a toujours été, dans l’esprit des stratèges américains, une « arrière-cour », et un glacis de protection (en dépit et à cause de la longévité politique du régime de F. Castro à Cuba et des éléments de complexité introduits par le maintien de positions européennes). Ici l’intégration se fait naturellement, « silencieusement » et ce d’autant plus que les gouvernements, les hommes d’affaires et même les citoyens sont extrêmement demandeurs et agissent déjà dans un partenariat permanent avec les États-Unis, en particulier à travers les communautés expatriées très actives. Au moment de la négociation, la faiblesse de cette région éclatée risque d’apparaître dans toute sa nudité : il est donc important que les parties en tiennent compte afin de ne pas la déstabiliser irrémédiablement (voir les cas douloureux de Cuba, d’Haïti, de la Colombie, du Venezuela) et de ne pas réactiver les nationalismes ou les populismes latents. Plus au sud, on entre dans une troisième Amérique marquée elle aussi par l’immensité des territoires, l’abondance des ressources. Mais là l’influence de la Puissance du Nord rencontre l’influence européenne, également notable, même s’il est vrai que chez les jeunes l’attraction du modèle nord-américain de consommation se fait sentir. Le regroupement géopolitique autour du projet de Marché commun du Sud (Mercosur) a connu une dynamique intéressante dans les années 1990, avant que le succès ne soit démenti suite à la crise grave de l’un des partenaires, la République argentine et à l’éloignement d’un des pays associés, le Chili. Le Brésil peut être le point d’appui des États-nations du continent dans la négociation de la ZLEA et offrir un partenariat relativement équilibré avec le bloc du Nord, tant il est vrai que la perspective d’un continent totalement inféodé à la puissance dominante n’est peut-être ni la plus réaliste ni la plus souhaitable.

Bibliographie

Bibliographie

Bizberg, I. (dir.), 1998, Mexico ante el fin de la Guerra Fría, Mexico, El Colegio de Mexico, Centra de Estudios Internacionales.

Brunet, R. (dir.), 1991 et 1992, Géographie universelle, vol. 3, Amérique latine, vol. 4, États-Unis, Canada, Paris, Hachette-RECLUS, puis Belin.

Cira, C., 2001, “Will the Free Trade Area of the Americas Stay on Track?” Monitor, The Newsletter of the Hemispheric Integration Process, Summit of the Americas Center, Latin American and Caribbean Center, Florida International University, Miami, vol. 5, no 2.

Dabène, O., 1997, La région Amérique Latine. Interdépendance et changement politique, Paris, Presses de Sciences Po.

Dabène, O., 1998, L’intégration régionale dans les Amériques. Économie politique de la convergence, Centre d’études et de recherches internationales (CERI), Paris, Fondation nationale des sciences politiques.

De Almeida, P. R., 2000, Le Mercosud. Un Marché commun pour l’Amérique du Sud, Paris, L’Harmattan.

Delal Baer, M. et S. Weintraub (dir.), 1994, The NAFTA Debate. Grappling with Unconventional Trade Issues, Boulder, Colorado, Lynne Rienner.

Gilbreath, J. et J. B. Tonra, 1994, “The Environment: Unwelcome Guest at the Free Trade Party”, in M. Delal Baer et S. Weintraub (dir.), 1994, The NAFTA Debate. Grappling with Unconventional Trade Issues, Boulder, Colorado, Lynne Rienner, pp. 53-93.

Girault, C., 1998, Miami et les nouvelles relations interaméricaines, Centre d’études et de recherches internationales (CERI), Paris, Fondation nationale des sciences politiques.

Hiernaux-Nicolas, D., 2003, « El Plan Puebla Panama : una nueva vision del desarrollo regional ? », in R. Salazar Pérez et E. Sandoval Forero (dir.), Lectura critica del Plan Puebla Panama, Mexico, Libres en Red, Colleccion Insumisos (livre électronique), pp. 167-185.

Loaeza, S., 1994, “The Changing Face of Mexican Nationalisai”, in M. Dela Baer et S. Weintraub (dir.), 1994, The NAFTA Debate. Grappling with Unconventional Trade Issues, Boulder, Colorado, Lynne Rienner, pp. 145-157.

Lowenthal, A., 1987, Partners in Conflict. The United States and Latin America, Baltimore, Maryland, The Johns Hopkins University Press.

Lowenthal, A., 2000, “Latin America at the Century’s Turn”, Harvard Review of Latin America: Cuba Today, Harvard University, hiver, pp. 17-19.

Poitras, G., 2001, “U.S. Power and the FTAA”, communication au colloque de la Latin American Studies Association, Washington D.C.

Rojas Aravena, F. (dir.), 1998, Globalización, América Latina y la diplomacia de Cumbres, Santiago de Chile, Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales.

Sberro, S., 2001, « L’intégration régionale en Amérique latine : le mythe de Sisyphe », Pouvoirs, no 98, pp. 49-61.

Weintraub, S., 2001, “The Ever-Changing U.S.-Mexico Relationship”, Issues in International Political Economy, Center for International and Strategic Studies, no 21.

Winsler, A., R. M. Díaz, L. Espinosa et J. L. Rodríguez, 1999, “When Learning a Second Language Does Not Mean Losing the First: Bilingual Language Development in Low-Income, Spanish-Speaking Children Attending Bilingual Preschool”, Child Development, vol. 70, no 2, pp. 349-362.

Zylberberg, J. et F. Demers (dir.), 1992, L’Amérique et les Amériques, Association Canadienne des Études Latino-américaines et Caraïbes, Québec, Presses de l’Université Laval.

Auteur

CREDAL – CNRS
Directeur de recherche au CNRS, géographe et spécialiste de la Caraïbe.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

Offert par