Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail et emploi

 | 
Martine Azuelos

Des tutelles au contrat : une archéologie de la relation d’emploi aux États-Unis

Jacques-Henri Coste

Résumé

The slow emergence of wage employment and the contemporary generalization of a salaried employment relation in the USA can be traced back to the discovery of the necessity and utility of labor but also to the new moral value subsequently attached to work in Colonial America. The transplantation and recasting of the European category of “subordination” into the institutions of “indentured servitude” but also “slave-labor” is then analysed. It shows how “bound labor” was first identified with “forced labor”, then rejected by early “freeholders”, leading to the Federalist invention of “free labor” and the ideal of self-remunerated work. It is only when social conditions changed, when contract and remunerated labor combined with consented subordination that hiring one’s labor acquired value and dignity. Employment relations were later stabilized in the first “manufacturing establishments” and negotiated in industrial factories before being institutionalized. Based on legal status and regulated industrial relations, they have come to define a post-war Welfare State that is currently challenged by a return to former notions of work called “Workfare”.

Texte intégral

  • 1 Traduction citée par Elise Marienstras [1976, p. 324].
  • 2 “Industry and constant Employment are great preservatives of the Morals and Virtues of a Nation” d (...)
  • 3 Le mot employment, tel que le définit le dictionnaire Webster, est polysémique. Il renvoie tout d’ (...)

1Il n’est guère de pays ni de peuple comme les États-Unis et les Américains qui n’aient placé plus haut, dans la hiérarchie des valeurs et des attentes, simultanément, la production de richesses et une façon d’être et de vivre en société par le travail. Déjà en 1782, Crèvecoeur s’enthousiasmait, dans ses Lettres d’un cultivateur américain, du fait qu’en Amérique celui qui est oisif trouve un emploi, l’inutile devient utile, le pauvre devient riche. Benjamin Franklin [1782], s’adressant aux éventuels candidats au voyage transatlantique, les prévenait toutefois, avec son bon sens quaker, contre tout excès d’idéalisme. Il affirmait : « En résumé, l'Amérique est la terre du travail, et pas du tout ce que les Anglais appellent lubberland et les Français pays de Cocagne »1. Mais, dans l’une ou l’autre perspective, l’éthique du travail, l’assiduité et la constante application de chaque Américain a un dur labeur, plutôt que la pure contrainte, n’avaient-elles pas eu, au bout du compte, vocation à maintenir les bonnes mœurs et la force morale d’une nation2 jusqu’à faire de l’Amérique, à l’époque contemporaine, la terre promise de l’emploi3, en tout état de cause, une civilisation éminemment « ergologique » ?

2Et pourtant, avant que le travail « libre » ne soit élevé au rang de valeur morale suprême, de bien économique marchand et d’activité publique respectable et que, bien plus tard, la relation d’emploi contractuelle ne se généralise au point d’apparaître, avec le salariat, comme les garants du lien social et les piliers de l’identité professionnelle nord-américaine, que de métamorphoses, de discontinuités, de résurgences, de relations sociales refoulées, réinventées, hybridées avec d’autres plus concurrentes.

  • 4 Le salariat est, par exemple, comme toutes les institutions devenues dominantes, le produit de tou (...)

3Ce n’est, en effet, qu’au terme d’une longue trajectoire4 que la condition de salarié a acquis une dignité et une légitimité sociales et que l’emploi statutaire s’est établi, au milieu du vingtième siècle, comme la forme juridique dominante de travail rémunéré [Castel, 1995]. Il fallait pour cela que la relation de travail ne se réduise plus à un simple mode de subordination autoritaire. Il fallait qu’elle s’affranchisse, dans un premier temps, des tutelles de l’engagement (indentured servitude), de l’apprentissage (apprenticeship) auprès d’un maître, et surtout, qu’elle se distingue d’une institution très particulière : le travail forcé esclavagiste (slave labor). Un puissant système d’obligations sociales hérité de l’Europe mais adapté aux dures conditions locales a, en effet, longtemps encadré les activités laborieuses en Amérique. Une fois le rêve paradisiaque originel dissipé et la subsistance des premiers colons assurée, pauvres, serviteurs, esclaves ont été mis au travail sur un mode très disciplinaire. Ils ont été contraints et forcés de participer à la prospérité économique de ceux qui s’étaient approprié le plus souvent leur personne ou leur service. Mais cette première relation d’emploi subordonnée a été plus l’expression d’un rapport social d’autorité que le fruit d’une transaction marchande entre égaux. Le modèle hiérarchique de la tutelle a servi, paradoxalement, de premier cadre de référence aux rapports de travail en Amérique avant d’être considéré comme trop autocratique. L’asservissement complet ou l’assujettissement sans contrepartie pécuniaire sont alors devenus incompatibles avec la volonté démocratique d’autonomie politique et économique revendiquée, dès l’Indépendance, par bon nombre de citoyens américains. La société de marché (commercial society) qui a triomphé au milieu du dix-huitième siècle comme principe d’organisation sociale requérait des sujets égaux en droit et le « consentement des gouvernés ». Dès lors, l’idéal du travail libre (free labor), porté par un certain fédéralisme républicain et favorisé par une immigration abondante, et la relative disponibilité de la terre, ont généré un ample mouvement de libération des tutelles sans que, toutefois, certaines caractéristiques propres aux anciens modes d’assujettissement ne soient totalement anéanties.

4Ce phénomène traverse les dix-huitième et dix-neuvième siècles, mais il n’est toutefois pas aussi radical et linéaire qu’il y paraît. La transmutation des institutions de servitude et de servage en celles de service et de louage, puis l’absorption du travail esclavagiste par le travail libre, la persistance de l’emploi subordonné désormais assorti d’une rémunération, enfin l’emploi salarié en entreprise, ont été des processus relativement lents et douloureux aux États-Unis. Ils témoignent de l’enchevêtrement des formes sociales, de la rémanence de certaines structures culturelles et économiques ainsi que de la variété des régimes de changement.

5C’est la généalogie de ce mouvement, qui mène à l’établissement d’un modèle sociétal de référence, que nous nous proposons d’interroger afin de repérer les principes originels de l’emploi subordonné et d’en retracer les premières évolutions. Comprendre les transformations historiques du modèle d’emploi salarial [Aglietta & Brender, 1984] implique, au préalable, de retrouver et d’analyser les paradigmes fondateurs du travail sous tutelle (employment) et les conflits engendrés par les tentatives d’émancipation libérale.

6Nous faisons l’hypothèse qu’une tension socio-économique structurelle entre tutelle et contrat, entre dépendance économique et liberté politique, entre servitude forcée et assujettissement volontaire, entre sécurité statutaire et rétribution marchande a animé et réagencé sans cesse ce rapport conflictuel plus ou moins explicite en compromis successifs. En Amérique, les relations d’emploi témoignent ainsi d’une grande hétérogénéité. En effet, sont ainsi privilégiées tantôt la dimension sociale tantôt la dimension économique des échanges. C’est, en effet, un mouvement de balancier complexe qui rapproche ou éloigne les formes traditionnelles de l’emploi réglé ou contraint du travail libre marchand, pour les recomposer in fine en une relation d’emploi stable mais subordonnée dont la légitimité s’établit grâce à un mécanisme de coordination double articulant convention et régulation, libre contrat et statut codifié.

7Faire une archéologie des relations d’emploi aux États-Unis présuppose un retour à la source des épistémès constitutives [Dorfman, 1969] et l’examen des faits fondateurs afin de repérer les incarnations, les métamorphoses, les greffes successives, mais aussi le refoulement des origines serviles de l’emploi. L’histoire du travail et de l’emploi aux États-Unis est certes, comme l’ont noté les historiens institutionnalistes Commons [1919 ; 1950], Foner [I960 ; 1990 ; 1997] et Montgomery [1995], une lutte acharnée entre labor et capital, suivie de la montée en puissance de contrepouvoirs, de groupes de défense organisés tels que les syndicats. C’est également, pour les historiens « radicaux », dans une histoire culturelle des mentalités propres à chaque minorité que l’ensemble doit être replacé. Il nous semble toutefois, comme entreprend de le démontrer Jacoby [1998], que la problématique soulevée par une mise en perspective historique de la relation d’emploi tourne davantage autour de la dialectique conflictuelle qui s’instaure entre la liberté individuelle et l’institution, l’indépendance et la subordination par contrat, la propriété individuelle et l'action collective. L’enjeu n’est-il pas la régulation de la relation de travail et son contrôle ?

8Trois grands axes viennent moduler le paradigme conjoint du travail et de l’emploi et le périodiser dans l’histoire et les discours. Le salariat moderne y puise ses fondements historiques et culturels :

  • l’emprise des cadres de référence européens et la difficile libération des tutelles qui mène à l’invention du travail libre et à l’abolition de la servitude (1600-1865) ;
  • le processus de fixation du travail salarié en entreprise et la gestion de la subordination contractuelle (1865-1935) ;
  • l’institutionnalisation du salariat stable par le biais de la négociation collective et de la société de plein emploi (1935-1975).

9Dans les trois cas, ce sont bien la tutelle et ses avatars qui servent de première structure matricielle et de modèle de référence. La découverte en Amérique d’un impératif catégorique comme le travail (1), l’invention d’une relation d’emploi subordonnée ou forcée (2), l’émergence et le triomphe du travail libre et du contrat, puis la généralisation de l’emploi salarié (3) reposent, en effet, sur ce paradigme originel de l’emploi contraint. Il aboutira, à l’époque contemporaine, à la formulation d’un compromis social qui conjoindra subordination, contrat, salarisation et statut. Il nous faut donc remonter et redescendre le temps, en suivre le fil dans les deux sens, pour comprendre l’effrayante confrontation qui a opposé le travail dit « libre » à la force d’une institution très prégnante comme le travail sous tutelle, pour lier et délier certains traits distinctifs en de nouvelles structures.

1. La découverte américaine du travail ou le paradis laborieux

1.1 Paradigmes fondateurs

10La découverte et la mise en valeur de l’Amérique ont entraîné une mutation des paradigmes traditionnels européens du travail et la création de trois matrices fondatrices. Tout d’abord, la contemplation aristocratique de l’œuvre de Dieu s’avère impossible. L’Amérique est un paradis ambigu où l’abondance de la nature n’exclut pas le besoin. La nécessité d’exploiter les richesses naturelles et d’en créer de nouvelles contraint toutes les classes sociales à travailler et à accepter cet impératif catégorique économique. Deuxièmement, le travail des individus au sein de communautés religieuses soudées, s’il focalise les énergies individuelles sur l’accroissement du gain individuel, relie et soumet toutes les activités à l’œuvre collective. Le travail puritain prend une valeur à la fois religieuse et économique. L’obligation morale du travail, associée à une utilité commune et à un esprit de stricte économie, revalorise la peine (labor/ponos) pour en faire le déterminant central d’un ordre social théocratique puritain. Enfin, la transplantation américaine des tutelles européennes ne va pas de soi. Elle s’accompagne d’inventions et d’adaptations de catégories nouvelles, tel le statut des serviteurs sous contrat, l’esclavagisme américain ou le louage de services. Ces modèles d’emploi vont coexister avant de s’affronter. Mais l’assignation des migrants à une place et le contrôle rigoureux de leurs activités par le biais de l’emploi réglé ou forcé vont transformer les individus en purs moyens de production. L’emploi, c’est-à-dire la mise au travail et l’usage de soi par les autres, devient, à l’époque coloniale, un mode d’extraction de la valeur économique ainsi qu’une organisation sociale particulièrement efficaces. Il impose un rapport de domination qui oscille entre l’obéissance servile et la soumission contractuelle. De cette « dialectique du maître et de l’esclave » [Hegel, 1807, p. 161], de la domination et de la servitude sourd un nouvel idéal de l’utile qui servira aussi de fondement moral à toute activité industrieuse. L’utilité du travail ne se définit plus uniquement d’après son résultat ou son produit mais d’après le gain qu’il procure. Ainsi, l’Amérique ne devient l’œuvre rêvée que grâce à l’emploi marchand du travail contraint d’autrui. L’utilisation économique des rapports sociaux hiérarchiques engendrera, en effet, de nouvelles relations d’emploi très prégnantes. L’Amérique coloniale tente de s’incarner tout d’abord par l’usage contraint de la force de travail des plus démunis. Le travail sous tutelle en est le moyen puissant. C’est aussi un rapport social fondamental qui vise à préserver les différences sociales. Il s’étaye sur la classe et la race. L’obligation faite à chaque colon ou immigrant de travailler ne s’est pas encore transformée en une catégorie morale intériorisée et reprise par les individus. Elle reste plutôt une règle économique impérative qui régit un ordre social hiérarchisé. Travailler ne devient véritablement un devoir moral qu’avec l’expérience religieuse puritaine des communautés du Nord-Est. Pourtant, la communauté puritaine relégitime le travail sous tutelle. Elle fait ainsi de l’activité individuelle (labor) une œuvre collective (work) [Arendt, 1958]. Elle pose déjà les prémisses d’un contremodèle idéologique libéral qui réenchantera l’industrie, l’ardeur et l’autonomie individuelles et sera, à terme, la voie d’accès à la propriété et à la richesse.

11Trois matrices structurelles émergent : le schème utopique persistant d’une pastorale sans travail [Marx, 1964], la tentative puritaine de faire œuvre et de fonder une communauté religieuse et marchande par le travail quotidien des individus, l’instrumentalisation forcenée du travail sous tutelle.

1.2 Du rêve paradisiaque à l’impératif catégorique du travail : “under a necessity of labour”5

  • 5 Voir Locke [1661, p. 440] : « Nous devrions considérer comme un témoignage de la bonté de Dieu le (...)
  • 6 Dans La Tempête, Shakespeare, pour décrire ce rêve européen, fait dire à son conseiller les vers s (...)
  • 7 [...] “Nature hath in store / Fowl, venison, and fish / And the fruitfull’st soil, / Without your (...)
  • 8 “Besides, what could they see but a hideous and desolate wilderness, full of wild beasts and wild (...)

12Imaginant, à la suite de Christophe Colomb et de Thomas More, ou des récits du capitaine Barlowe, une Utopie où les richesses abondent et se cueillent sur les arbres, les premiers colons aristocrates et leurs serviteurs sous contrat ne rencontrent pas le vert paradis de l’Arcadie d’où tout labeur serait à jamais aboli6. Ainsi le Nouveau Monde, loin d’être comme dans le poème une corne d’abondance, un Eden terrestre où « [...] Nature a fait provision/D’oiseaux, de gibiers et de poissons/Et le sol plus que fructueux/Sans peine se travaille. »7, est une terre plutôt désertique, comme le constate le puritain William Bradford, lorsqu’il entrevoit le Cap Cod du pont du Mayflower en 1620 : « De plus, que pouvait-il voir hormis désert hiddeux et morne, empli de bêtes et d’hommes sauvages, – [...] et la contrée toute entière, couverte de bois et de fourrés, se montrait sous son jour le plus sauvage et le plus primitif. »8. Une fois débarqué, il faudra défricher, ensemencer, se protéger derrière des palissades et tenter de transformer la nature (wilderness) en jardin clos avant d’accepter l’idée de l’agrandir en territoire. En tout cas, force est de mettre au rencart l’image idyllique d’un jardin des délices et d’abandonner tout espoir aristocratique d’oisiveté. L’avarice de la nature, ou du moins l’insuffisance de ses dons, est telle que, pour survivre, tous les colons sans exception doivent manier l’épée, la hache et la bêche. Il faut conquérir, protéger, cultiver la terre et commercialiser ses produits. Mais seul le travail, qu’il revête indissociablement un aspect militaire (soldiering), agricole (laboring) et marchand (trading), est la clef d’une éventuelle richesse. Il faut exploiter la terre par un labeur incessant et expédier de la lointaine colonie vers la métropole anglaise le surplus des récoltes ou de tabac de Virginie pour obtenir quelques espèces sonnantes et trébuchantes. L’espoir d’un retour au Paradis terrestre, d’où tout travail serait banni, s’éloigne à jamais. Le Nouveau Monde est déjà un paradis perdu et une cité du besoin. Même les aristocrates doivent composer avec leurs valeurs, prendre eux-mêmes possession de la terre, compter leurs gains et leurs pertes, faire travailler indifféremment argent et serviteurs. Comme le laissait entrevoir Shakespeare par l’intermédiaire de son personnage Prospero, le prince-philosophe et magicien-démiurge de La Tempête, il faut, à un moment où à un autre, pour qu’une île devienne une commune richesse, a commonwealth, agir sur les éléments mais aussi mettre Caliban, le sombre et lâche sauvage de la fable élisabéthaine, au travail. Faute d’y parvenir, la création de richesses tangibles n’est qu’un songe et l’Amérique n’ouvre à aucune promesse de bonheur terrestre.

  • 9 « No 13 [...] La multitude infinie du peuple anglais pourra être mise au travail, allégeant le far (...)
  • 10 En 1738, un émigrant de fraîche date écrivait à un ami resté en métropole pour déplorer l’absence (...)
  • 11 Après des massacres commis en 1622 par les Indiens en Virginie, il fut envisagé avec enthousiasme (...)

13Ce sont des nobles et des marchands-aventuriers européens qui font des premières colonies des sociétés commerciales par actions. La Virginia Company est fondée en 1606. Les motifs sont avant tout très mercantiles mais parfois peu réalistes. De l’autre côté de l’Atlantique, parfumeurs et tailleurs s’avèrent de peu d’utilité ! Il faut faire face à un manque cruel de bras et organiser le recrutement. Il doit recueillir l’assentiment royal, entraîner l’adhésion éventuelle des futurs immigrants ou avoir déjà recours à la pure contrainte. Le press-gang, la déportation des pauvres, des femmes légères, des détenus y pourvoiront. En tout cas, les trente-cinq gentlemen-adventurers qui fondent la colonie de Jamestown, comme le rapporte le célèbre capitaine et soldat de fortune John Smith [Smith, 1616], ne souhaitent pas travailler. Ils affichent le plus profond mépris pour les activités agricoles ou artisanales et déplorent le manque de laboureurs expérimentés (“a want of skilfull husbandmen”) [Jones, 1998, ch. 1, p. 4], La colonie compte si peu d’artisans et de cultivateurs disponibles que sa survie est un temps menacée. Il faut sans cesse encourager l’émigration. Ainsi Richard Hackluyt [1584] a-t-il publié quelques années auparavant dans son Discourse Concerning Western Planting un argumentaire en 22 points où il détaille les nombreux bénéfices qu’offrent la colonie du Nouveau Monde. Elle servira de refuge aux masses d’inactifs, d’indigents et de persécutés anglais. Le travail les enrichira, quoique dans une moindre proportion que la Couronne et les nobles fortunés. Tous pourront être mobilisés si la guerre menace : le travailleur deviendra soldat. L’œuvre de Dieu sera ainsi accomplie9. L’utilisation, en Amérique, d’une force de travail inemployée en Angleterre est l’archétype d’une première conception marchande et intercontinentale d’un marché du travail. La relation d’emploi qui en découle est contrainte. Elle vise l’exploitation économique maximale. Elle tire sa force de l’état de dépendance économique objective dans lequel se trouvent la plupart des immigrants. L’enrôlement forcé, l’engagement sous contrat, le servage d’individus désaffiliés sont, in fine, mis au service de la puissance et de l’économie mercantiliste anglaises. L’approche est novatrice puisqu’elle s’éloigne de la traditionnelle discrimination ou de l’enfermement réservés à cette époque aux pauvres en Angleterre. Ainsi se propage l’idée que les hommes et leur force de travail constituent, quelle que soit leur condition, soldats, pauvres, forbans ou femmes de petite vertu, une richesse précieuse qu’il faut capter. Elle peut servir à peupler, à développer le nouveau continent et à asseoir la puissance d’un empire commercial. Très vite, le mobile du profit personnel l’emporte sans pour autant invalider le traditionnel dédain aristocratique pour tout labeur qui ne serait pas action politique, œuvre de gloire ou relations de maisonnée héritées de la féodalité européenne. Cette attitude d’emprise est ici étroitement imbriquée à la conception marchande qui s’ébauche : le travail d’autrui représente un moyen en vue d’une fin plus générale : l’échange et le commerce10. Comme le notera, deux siècles plus tard, Tocqueville [1835, p. 427] : « Ne dirait-on pas, [...], que l’Européen est aux hommes des autres races ce que l’homme lui-même est aux animaux ? Il les fait servir à son usage, et quand il ne peut les plier, il les détruit ». Il faut, en effet, pour répondre aux exigences mercantilistes de la métropole, employer, assujettir les individus à la tâche (hard usage) et les transformer rapidement en travailleurs de la terre (laborers) ou en artisans (mechanics) soumis à un maître. Les propriétaires des colonies de la baie du Chesapeake, comme la Virginie et le Maryland, vont ainsi recourir, jusqu’à la fin du dix-septième siècle, aux services exclusifs d’une main-d'œuvre masculine blanche qu’ils regrouperont en unités de production importantes, à la différence de leurs équivalents nordistes qui s’inspireront plutôt du modèle familial anglais (English husbandry) pour rassembler autour d’un fermier une maisonnée plus restreinte. Seuls les Indiens restent définitivement étrangers, pour ne pas dire réfractaires, à toute notion de travail associée à une production de richesse qui n’aurait qu’une visée purement économique. Ils ne pourront pas, malgré les recommandations11 et les tentatives récurrentes, être sédentarisés et soumis au joug des activités agricoles. Les colons anglais sont ainsi obligés de se tourner vers une main-d'œuvre plus docile ou plus captive. Ils doivent mettre entre parenthèses leurs préjugés très ethnocentristes et préférer des étrangers de race noire aux indigènes (natives) qui ne leur paraissent pas sûrs et contre lesquels ils doivent constamment se défendre.

14Le concept de travail, appliqué aux premiers colons propriétaires, ne peut donc être considéré comme une pure catégorie anthropologique a priori. Il révèle plutôt son historicité [Applebaum, 1998] puisqu’il prend déjà, au dix-septième siècle, une coloration plus américaine qu’anglaise.

1.3. Réenchantement colonial du travail et glorification puritaine des œuvres : de l’activité individuelle à l’œuvre collective

  • 12 “Wee must be knitt together in this worke as one man, we must entertaine each other in brotherly A (...)
  • 13 “There is another combination of virtues strangely mixed in every lively, holy Christian; and that (...)
  • 14 “Contemplation of the good means nothing without the accomplishment of the good. A man must not on (...)

15A la différence de la landed gentry britannique, qui tentait de maintenir un idéal de vie d’où toute peine serait exclue puisqu’associée à des tâches dégradantes et où l’oisiveté serait soigneusement cultivée, les colons protestants installés au Massachusetts ne considèrent plus les oppositions conceptuelles habituelles comme pertinentes : oisiveté/labeur, labeur/œuvre, travail/malédiction, travail/pauvreté. Les puritains de la Nouvelle Angleterre procèdent, en effet, à un deuxième retournement idéologique de taille. Ils lient leurs activités individuelles, qu’elles soient agricoles ou marchandes, aux activités éthiques, religieuses et communautaires. Ils attribuent également une portée spirituelle à la vie matérielle, suivant Calvin en cela. Le travail qui les attache à la nécessité est glorifié, valorisé. Le profit qu’il peut engendrer manifeste, de façon tangible, le mérite individuel. Les gains thésaurisés rejaillissent sur le bien-être de la communauté et accroissent dans le même temps ses chances de salut. L’activité productive peut devenir autonome. Elle n’est plus automatiquement subordonnée aux lois augustiniennes de la morale chrétienne ni aux décisions édictées par un ordre hiérarchique dégagé des travaux quotidiens. L’occupation à des affaires (busy-ness), si possible lucratives, incombe à tous, sans exception. La théorie de la justification terrestre s’affirme concrètement par l’intermédiaire de l’activité laborieuse et de l’usage collectif des biens qu’elle engendre. Elle trouve son premier fondement juridique et religieux en 1620 dans le contrat ou compact signé sur le bateau par les 43 pères-pèlerins du Mayflower et passé directement avec Dieu. Il s’agit d’une formule presque mathématique de mise en correspondance entre valeurs économiques privées et valeurs religieuses communautaires [Bataille, 1967]. Les destinataires en sont tout à la fois l’individu, le groupe dissident et Dieu. Les contractants en position de relative égalité joignent leurs ressources économiques et morales pour rendre grâce, former un corps politique, accomplir une œuvre collective mais aussi constituer une société d’actionnaires pour rembourser leurs dettes. Leurs successeurs affirmeront réaliser la Jérusalem céleste, la City Upon the Hill : « Il nous faut être solidaires dans cet ouvrage, pour ne former qu’une seule personne, il nous faut entretenir l’un pour l’autre une affection fraternelle, travailler et souffrir ensemble [...] car il nous faut considérer que nous serons telle la Cité sur la Colline »12. Le labeur quotidien participe de l’œuvre de Dieu sur terre et de la prospérité de tous. Retournant l’interprétation biblique de la malédiction du travail, ils en font une « faute heureuse » qui permet la constitution du groupe sectaire et l’éventuel rachat de l’individu par ses œuvres. En tout cas, l’espoir de la grâce et l’obligation d’honorer les dettes et les contrats obligent de rendre la preuve du succès très matérielle. L’obtention d’un gain personnel par l’action [Miller, 1939] prend une valeur morale qui est systématiquement mise en équivalence avec sa valeur d’échange. Ce bouleversement du cadre de référence lève la surdétermination de l’au-delà sur l’ici-bas et réhabilite le labeur, qui devient, tout à la fois, action et prière : laborare est orare. La consécration de chacun à des activités quotidiennes ajoute de la valeur au monde. Cette richesse créée par le travail enrichit l’homme qui s’applique à une profession sans gloire. Elle le rend, dans le même temps, conforme à sa vocation divine (calling). Voilà ainsi permises, pêle-mêle, la construction terrestre du grand œuvre de Dieu, l’espoir d’une possible libération individuelle du péché et surtout la libre croissance de forces économiques jusque-là contenues. La maximisation individualiste de la recherche des utilités ne doit pas, pour autant, nier la structure théocratique et fortement communautaire de la vie sociale propre à ces groupes restreints, mais se couler dans le projet commun. La sévérité prosaïque de la religion réformée requiert, pour ménager une coexistence pacifique entre la sphère individuelle et la sphère collective, que l’acharnement de chacun au travail soit contrebalancé par les vertus de la modération et de la frugalité. Le travail, sous toutes ses formes, est un impératif catégorique auquel personne n’échappe. Il est aussi un état d’esprit et une éthique qui anime et inscrit l’individu dans la structure sociale. S’il est assimilé à l’effort et à la liberté individuelles, il exige aussi de créer des richesses pour tous. Elles doivent rester dans l’enclos qui protège la communauté et ne pas se diluer dans le désert de la vaste étendue continentale qui reste encore un espace indistinct : la wilderness. C’est pourquoi le labeur-œuvre est constitutif de la communauté soudée. Il devient la norme morale qui régit l’action individuelle et collective et corrèle le bien-être de la communauté avec « cette fièvre d’acquisition sans merci » dont l’accomplissement, plus tard, servira de rationalité dominante aux futurs cultivateurs, freeholders et marchands coloniaux. En effet, comme le remarquera Max Weber, « le calcul exact, fondement de tout le reste n’est possible que sur la base du travail libre » [1905, p. 7]. Le travail « réenchanté » par les principes idéologiques des Puritains peut s’accomplir comme s’il était un but en soi, « une vocation » qui s’accompagnerait d’une forme paradoxale de renoncement. Sa dimension ascétique, méthodique, est proche de la dévotion à la tâche quasi religieuse, comme le souligne le prédicateur puritain John Cotton (1584-1652) : « Il est, dans la vie de tout Chrétien qui s’honore de l’être, un autre ensemble de vertus étrangement mêlées : il s’agit de cette assiduité portée aux activités attachées aux biens de ce monde »13. Deux générations plus tard, Cotton Mather (1663-1728) attribuera une importance religieuse égale au travail, qu’il soit accompli indifféremment par les serviteurs sous contrat ou les nobles. L’essentiel est de maintenir le lien intrinsèque entre utilité pratique et dimension religieuse : « la contemplation du bien n’est rien sans l’accomplissement de ce bien. Un homme doit être non seulement pieux mais encore utile »14. Tout travail témoigne du développement d’un esprit moral et d’une disposition, d’un ethos, censé renforcer l’ordre social. Enfin, le contrat individuel et collectif qui lie l’homme à Dieu (covenant ou compact) est très contraignant et doit être respecté à la lettre. Il justifie l’obéissance à une autorité souveraine. Il s’agit, à ce stade, d’une forme mixte qui concilie le libre jeu de l’intérêt individuel et une forme de renoncement par l’accord. En effet, les obligations traditionnelles qui restreignent l’exercice du travail n’ont pas été toutes annulées. La soumission à une autorité ecclésiastique locale (le divine) est souvent absolue.

16L’obligation de travail collectif, proche de la corvée féodale européenne, est aussi la règle de travail commune au sein de la Plymouth plantation. Ce n’est qu’en 1627, sept ans après la fondation de la colonie, que la contribution obligatoire de chacun des membres aux financements de la société originelle par actions est abolie. Les biens et terres accumulés seront répartis en lots selon un mode de calcul certes inégalitaire, mais qui prévoit le libre usage du travail et de la propriété redistribuée à chacun. Ainsi prend fin une des expériences de vie collective originale où se donnent à lire des embryons de relations de travail et d’emploi futurs, ainsi que la timide apparition du travail libre, marchand, au sein d’un ordre social réglé par les pratiques religieuses d’un groupe. L’expérience puritaine est inaugurale. Son volontarisme bouleverse les anciennes conceptions et prérogatives en focalisant les énergies individuelles sur la commune dignité du travail à accomplir. La production n’est plus un service rendu sans contrepartie, mais un ensemble de gains individuels pécuniaires dont la somme collective enrichit la communauté. La notion d’autonomie individuelle, certes relative, et la finalité économique de l’activité de production sont introduites par l’insistance sur la vocation. La notion de profession est indirectement couplée à celle de contrat. L’ensemble permet de relégitimer la nécessité du travail et de joindre le labeur à l’œuvre par le fait même qu’une personne puisse fournir en continu des prestations à des fins de subsistance ou de profit sans déchoir de sa condition ou de sa foi, ni nuire à sa communauté. Ainsi la relation organique qui rapproche contrainte et activité est-t-elle facilitée par la conception religieuse du travail individuel entendue comme rachat et enrichissement, mais surtout par un ensemble de liens contractuels. Parce qu’il articule l’individuel et le collectif, l’économie et la morale, le travail puritain trouve sa justification en lui-même et dans le contrat « dirigé » [Supiot, 1994], qui articule les intérêts propres des individus à la réalisation d’un intérêt collectif.

17Pourtant, le contrat puritain qui repose sur des liens consentis et le libre accord avec autrui n’éliminera pas pour autant les liens prescrits et imposés par la coutume et la culture. L’affaiblissement des communautés puritaines laisse intact l’exercice unilatéral du pouvoir et les modes traditionnels d’assujettissement des personnes. Le contrat ne se substituera pas complètement à la loi. L’hybridation de la loi et du contrat réactive des manières européennes et néo-féodales de tisser le lien social et d’envisager le rapport d’emploi.

2. L’invention de la relation d’emploi subordonnée : du travail contraint (bound labor) au travail forcé (slave labor)

2.1 Transplantation et adaptation des tutelles européennes

  • 15 Le mot “tutelle” évoque l’institution ou la personne qui exerce une autorité de type paternel sur (...)
  • 16 “Whensoever a min transfereth his right, or renounceth it; it is either in consideration of some r (...)
  • 17 “[...] both paternal and despotical dominion, [...]” [Hobbes, 1651, p. 135].
  • 18 “[...] but one, that being taken, hath corporal liberty allowed him; and upon promise not to run a (...)
  • 19 “[...] The colonists carry out with them a knowledge of agriculture [...]. They carry out with the (...)

18Les Européens, et tout particulièrement les Anglais, qui s’expatrient bon gré mal gré vers le Nouveau Monde sont, certes, animés d’un puissant désir de changement et d’amélioration de leur condition matérielle ou spirituelle. Mais tous ne souhaitent ni ne peuvent jeter par-dessus bord un cadre de référence très prégnant [Lockeridge, 1981], Leur vision du monde s’organise en cercles concentriques, autour d’un ordre divin, royal, seigneurial qu’ils croient encore immuable, surtout dans les premières décennies de l’expérience américaine. Chacun contribue, en fonction de son rang et de sa place, à la grandeur et à la richesse de la Couronne, tout en mettant en valeur son domaine (estate), sa plantation ou, pour le plus grand nombre, en obtenant un moyen de subsistance ou un premier secours. Les colonies anglaises d’Amérique, quelles bénéficient d’une charte royale accordée à des marchands-aventuriers, quelles deviennent des colonies de la Couronne ou qu’elles soient concédées à des lords chargés de les mettre en valeur (proprietary colonies), continuent d’inscrire, en grande partie, leur projet commercial ou physiocrate d’échange et d’exploitation des richesses naturelles en référence aux normes culturelles et sociales héritées de l’Angleterre du dix-septième siècle. Une classe aisée de marchands pieux, d’hommes de loi, de religieux et, surtout, de nouveaux propriétaires fonciers, le plus souvent d’extraction noble, se pique, pour la première fois, de commerce et de production agricoles. Tous ses membres s’activent à compter, chiffrer, évaluer et si possible recueillir les fruits du travail d’autrui. Ils « encadrent » une classe laborieuse composée tout d’abord de la foule des serviteurs sous contrat (indentured servants), des premiers cultivateurs libres qui louent leurs bras (hired laborers) et d’un nombre de serviteurs-esclaves qui ne cesse d’aller croissant. Seuls les Européens de race blanche ont le secret espoir de rejoindre les rangs des rares fermiers indépendants. Un système autoritaire de mise en œuvre et de contrôle de la force de travail prédomine. Il coule toutes les activités productives qui ne se fondent pas sur les droits de la propriété foncière dans le moule d’une relation d’emploi subordonnée et contrainte (bound labor). Elle inscrit la pérennité du modèle de la tutelle15 dans une forme d’échange obligé, ordonné par un réseau d’injonctions le plus souvent emprunté aux ordres sociaux hiérarchiques de l’ancien monde. Le travail des individus qui n’ont ni terre ni capital est réglé par une forme proche de la corvée où l’attachement à une communauté, la subordination à un maître, la domiciliation géographique prédominent. Ainsi l’expérience coloniale du travail établit tout d’abord ses principes sur le modèle européen du travail sous dépendance tutélaire. En effet, c’est un ordre sociopolitique qui gouverne les relations sociales et, tout particulièrement, les engagements des individus au travail. Comme le notait Hobbes dans son Leviathan [1651], les hommes s’associent et pactisent pour échapper à la violence et obtenir une protection collective : « Chaque fois qu’un homme transmet son droit ou y renonce, c’est soit en considération de quelque droit qui lui est réciproquement transmis, soit à cause de quelque bien qu’il espère pour ce motif. C’est en effet un acte volontaire [...]. La transmission mutuelle de droit est ce qu’on nomme CONTRAT »16. Ainsi la servitude sous contrat est-elle l’illustration concrète de ce lien de parole et d’action qui rapproche un serviteur d’un maître et les engage, l’un à abandonner sa liberté à un pouvoir souverain, l’autre à assurer en contrepartie la sécurité du sujet qu’il vient de conquérir. Mais seule la servitude consentie du serviteur engendre une double domination du maître : « [...] à la fois paternelle et despotique [...] »17. La relation d’emploi contrainte par un contrat est en fait un pacte d’association (covenant of mutual trust) garanti par un pacte de soumission (covenant of obedience). Elle permet un commerce de secours et de services. Le serviteur, à la différence de l’esclave, n’est pas un captif « [...] c’est un homme qui, une fois pris, se voit accorder la liberté corporelle, parce qu’il a promis de ne pas s’enfuir et de ne pas faire violence à son maître, et que celui-ci a ajouté foi à sa promesse »18. Ainsi le travail sous tutelle peut prendre deux formes opposées selon que la domination du maître s’exerce de façon despotique en dehors de tout contrat ou qu’elle cherche à combiner les passions humaines pour créer un ordre domestique. La relation d’emploi en Amérique oscillera ainsi entre les deux extrêmes de l’asservissement ou de la sujétion. Adam Smith, à son tour, remarquera la permanence de ce rapport à propos des colons américains : « [...] Les colons emportent avec eux leur connaissance de l’agriculture [...]. Ils emportent avec eux également l’habitude de la subordination [...] »19.

2.2. Engagement forcé et servitude volontaire sous contrat : aux sources de la relation d’emploi

19L’analyse de ce style de relation, prépondérante au sein de la société coloniale, montre qu’a existé, outre-Atlantique, bien avant le développement de la petite propriété individuelle ou la généralisation, au Sud, de l’esclavage des Noirs, un premier rapport d’emploi de type contractuel, pré-salarial, occasionnellement rémunéré : la servitude sous contrat [Smith, 1947 ; Dabney, 1971 ; Galenson, 1981]. Ce mode de recrutement, somme toute très coercitif, appliqué majoritairement aux Européens, s’est répandu dans un grand nombre de communautés locales américaines du Nord et du Sud. Il a donné naissance à un embryon de marché de l’emploi transcontinental, puis national. Tel une structure sous-jacente, il a fortement influencé, sinon surdéterminé, la trajectoire future qu’empruntera le modèle de l’emploi américain. Les autres modes historiques, tels que le fermage parcellaire du laboureur (laborer) qui paye un dû pour cultiver une terre qui ne lui appartient pas, le louage de service pour le travailleur prolétarisé (hireling) et, surtout, le travail forcé esclavagiste, n’ont pu se développer de façon significative qu’à partir de l’institutionnalisation de cette première structure matricielle. Ce n’est, en effet, pas avant le dernier quart du dix-septième siècle que colons et planteurs, s’inspirant du modèle de référence que constituait le travail contraint essentiellement réservé aux Européens, lui substitueront, pour des raisons économiques, démographiques mais aussi politiques, la forme exacerbée du travail forcé esclavagiste, désormais plus rentable. A la veille de la guerre d’indépendance, les esclaves constitueront alors 20 % de la population, soit 200 000 personnes sur les 2,5 millions d’habitants que comptaient les treize colonies à cette époque.

20En tout cas, au début du dix-septième siècle, un quart environ de l’immigration se compose des pauvres expulsés, de vagabonds, de délinquants inassimilables, de dissidents religieux déportés contre leur volonté [Ekirch, 1985 ; 1988]. Ils n’ont pas renoncé d’un commun accord à leur liberté ni ne sont volontairement entrés par contrat dans un lien de servitude. Convicts et dissenters sont littéralement « vendus », tels du bétail sur pied, aux premiers propriétaires et artisans coloniaux qui les maintiennent sous leur coupe pour une durée souvent supérieure à celle de leurs congénères : les serviteurs sous contrat. Ces derniers, toujours plus nombreux jusqu’à la fin du dix-septième siècle, sont appelés indifféremment : indentured servants ou bonded servants. Ils forment une nouvelle catégorie sociale émergente. Cette population résiduelle regroupe, en un spectre relativement large, pauvres et individus déterritorialisés qui n’ont pas trouvé place dans l’organisation coutumière du travail en Europe. Engagés pour « servir » de domestique à un maître et à sa maisonnée (household) ou effectuer des travaux agricoles pénibles, ils découvrent le plus souvent qu’ils ont, sans trop savoir, aliéné, par contrat, leur liberté et leur force de travail, et ce pour une durée comprise entre 5 et 7 ans. Au départ, il s’agit, pour ces hommes célibataires ou ces enfants, qui ne disposent en Angleterre d’aucun pécule et qui rêvent d’el dorado ou d’une vie meilleure, de financer la coûteuse traversée de l’Atlantique. Sans doute obtiennent-ils, à leur arrivée, gîte et couvert, moyennant un dur labeur effectué dans des conditions déplorables. La croissance de la population rurale anglaise et les crises économiques récurrentes sont telles quelles vont démultiplier le nombre des laissés-pour-compte et des candidats au départ. Ils sont légions ceux qui ne sont ni occupés ni nourris dans la localité anglaise où ils sont assignés à résidence par les lois de domiciliation (settlement laws) de 1662. Ainsi, au dix-septième siècle, pour neuf immigrants anglais sur dix, une forme de « servitude volontaire » [La Boétie, 1548] peut-elle apparaître éminemment plus souhaitable que la faim, l’enfermement dans une maison de pauvres (workhouse) ou la mort physique, dans la mesure où, plus que la simple survie, elle donne l’espoir de la liberté et de la propriété individuelles. La condition de serviteur « engagé » est, certes, peu enviable, à en juger par les nombreux récits faisant état d’abus ou de tentatives de fuite. Il n’en reste pas moins qu’elle octroie, à la différence des systèmes d’emplois européens, une première position dans l’échelle des conditions au sein d’une société coloniale en voie de formation. Cette situation transitoire constitue, paradoxalement, pour une population sans feu ni lieu, rejetée d’Angleterre, une prise en charge économique de l’indigence et le seul gage d’une mobilité sociale future.

21Dans la mesure où l’engagement sous contrat freine, pour une durée de plusieurs années, l’accès à la terre, il participe aussi au processus de concentration de la richesse entre les mains d’une élite de marchands et de propriétaires peu encline à partager son monopole. Ces derniers peuvent désormais accroître la taille de leurs domaines en toute liberté, accumuler une rente foncière grâce au travail d’autrui et constituer du capital en spéculant sur la valeur d’échange d’une terre que ces nouveaux venus mettent en valeur, contraints et forcés qu’ils sont par le besoin et les termes d’un contrat qui leur est défavorable. Il ne fait alors aucun doute que l’engagement est un mode d’accumulation économique qui profite aux maîtres et renforce leur pouvoir. Cette institution leur donne le moyen légal de se procurer et de fixer sous leurs ordres une main d’œuvre qui fait cruellement défaut en Amérique. Il faut préserver le monopole du propriétaire en garantissant non seulement une légitimité au processus de subordination d’un citoyen libre à un autre mais encore une efficacité socio-économique en maintenant, dans la durée, une stabilité relationnelle entre le propriétaire et le serviteur, faute de quoi ce dernier coûterait à son maître. Les individus qui se soumettent par contrat tacite ou écrit à cette autorité hiérarchique acceptent d’aliéner, pour un temps, leur liberté et le bénéfice de leur travail en contrepartie d’une protection qui leur assure une maigre subsistance et une première place sociale. Les serviteurs gardent néanmoins leurs droits de sujets britanniques et une forme latente de citoyenneté qu’ils retrouveront plus tard lors de leur libération. Ils restent, en puissance, des sujets sociaux même si, par exemple, ils ne peuvent se marier ou avoir d’enfants sans le consentement de leur maître. Pour autant, ils n’aliènent pas à jamais leurs droits de propriété sur leur force de travail ou sur leur descendance. S’ils mettent entre parenthèses leur liberté c’est pour assurer, contraints par la nécessité, leur sécurité économique en servant une maisonnée à laquelle ils sont physiquement rattachés.

22La position d’un homme libre qui, pour assurer sa subsistance, décide de s’en remettre à la puissance d’autrui et sollicite la tutelle d’un maître en se faisant serviteur pour une durée qui reste déterminée, est inscrite dans un ordre vassalique d’origine européenne. Mais cette servitude parfois extrême, car moins réglementée sur le continent américain qu’en Angleterre, se distingue toutefois de l’esclavage (chattel slavery) en ce qu’elle fixe par contrat mutuel son terme et présuppose la liberté comme horizon d’attente. Dès lors le service fourni par l’engagé, si tant est qu’il ne mène pas à sa mort physique par surexploitation, peut s’échanger contre une sécurité relative parce qu’il renferme tout à la fois une promesse d’indépendance et d’autonomie économique liée à un possible accès à la propriété terrienne. Ce système d’emploi repose sur une forme de troc (service/subsistance) puisqu’aucun salaire n’est versé à la tâche ni au temps à l’engagé. Il propose avant tout, pour asseoir sa rentabilité économique, d’établir une relation d’emploi durable ancrée dans des normes rigides d’échange social d’où tout rapport pécuniaire est le plus souvent exclu. La servitude sous contrat est en fait un système économique géré essentiellement en fonction de mobiles non économiques [Polanyi, 1944]. Accords contractuels entre intérêts et volontés divergents se trouvent pour ainsi dire encastrés dans un faisceau de valeurs et de normes essentiellement familiales avant de devenir plus tard liées aux communautés rurales. Elles visent à prévenir l’éclosion d’un système de marché de l’emploi concurrentiel affranchi de la tutelle coloniale et du rapport domestique. Il faut également assigner aux immigrants un état social transitoire, même s’il dure de cinq à sept ans avant leur intégration définitive. La relation d’emploi d’un domestique agricole [Henretta, 1978] constitue donc une modalité impérative de réaffiliation sociale par l’affectation d’une place sociale compatible avec le cadre de référence inégalitaire mais cohésif d’une société encore aristocratique. En déléguant aux maisonnées et aux communautés locales la responsabilité d’une forme d’assistance contre un travail réglé non-rémunéré, l'institution de la servitude sous contrat apparaît comme un lointain avatar américain de la loi anglaise sur les pauvres (poor law) de 1601. Ce lien tutélaire n’est pas fondé sur des conventions uniquement domestiques mais aussi contractuelles. Il préfigure deux des logiques à l’œuvre dans le semi-salariat préindustriel et le premier salariat industriel : la subordination par « libre » contrat. La notion de service qui se fonde sur la perte de souveraineté individuelle, l’aliénation de sa force de travail et la dépossession du produit du travail au profit d’un tiers est ici quelque peu contrebalancée par celle, plus juridique, de contrat qui implique que chacune des parties s’engage pour une action commune. Le servage reste donc encore très proche du paradigme du travail réglé par la coutume européenne. Il se situe à mi-chemin de la corvée et du travail esclavagiste du fait qu’une dépendance personnelle, domestique parfois paternaliste est instaurée sans que l’activité productive ne soit directement rétribuée. Au dix-septième et jusqu’au milieu du dix-huitième, la marchandisation du travail n’a pas encore pris le pas sur cette forme sociale de protection rapprochée et d’encadrement rigide qui atteindra son apogée à la fin du dix-huitième siècle et survivra après 1776 sous une forme plus dégradée.

  • 20 A l’époque coloniale, seules les personnes qui possédaient une terre ou une fortune personnelle av (...)
  • 21 Entre 1600 et 1700, on ne dénombre que très peu de fermiers recevant des salaires (hired laborers) (...)
  • 22 “such servants are taken preferably to all others, because they are not so dear; for to buy a Negr (...)

23Pourtant, l’état de serviteur sous contrat se révélera être, pour certains, tel Daniel Dulany, un premier pas vers l’identité et la réussite sociales. Arrivé en 1703 dans le Maryland comme engagé sous contrat, le jeune Irlandais servira de comptable dans une grande plantation jusqu’à sa libération en 1709 [Aubrey, 1955]. Il fera plus tard fortune grâce à son habilité de juriste et de spéculateur terrien, connaîtra la célébrité et sera appelé à son tour gentleman. On le voit, une fois le contrat échu, les anciens serviteurs qui auront survécu aux rigueurs des travaux verront les portes non seulement de la liberté individuelle mais aussi de la petite propriété foncière ou de la réussite sociale s’entrouvrir devant eux. Quelques arpents de terre leur seront le plus souvent concédés. Cette institution coloniale économique installe néanmoins les deux parties concernées, propriétaires et travailleurs sous contrat, dans une relation d’interdépendance plus sociale qu’économique qui se fonde sur l’appartenance à une communauté essentiellement familiale, rurale et locale. Dans le même temps, la perspective de l’arrêt définitif du travail contraint est, pour les serviteurs, l’aliment d’un rêve de liberté et d’autonomie qui, s’il ne prend pas corps, mènera parfois à la révolte. Elle est également promesse d’une reconnaissance sociale future de l’ex-engagé puisqu’elle redonnera ainsi une citoyenneté plus active aux individus libérés de la dépendance tutélaire en leur conférant le statut de freeholder20. La servitude quasi totale est le prix à payer pour louer librement ses services ou s’installer plus tard à son compte en vivant des produits de sa terre [Menard, 1985]. L’engagement sera jusqu’au début du dix-huitième siècle un système économique et social plutôt adapté aux propriétés agricoles de taille moyenne des communautés rurales du Nord-Est. Longtemps, il restera plus rentable et plus opérant que le louage21 ou l’utilisation esclavagiste de la force de travail tant qu’il ne concernera qu’une population d’origine européenne en nombre relativement restreint [Galeson, 1984], Comme l’observe Peter Kalm, voyageur suédois dans les années 1740, les serviteurs qui sont embauchés dans les colonies anglaises sont très recherchés et l’offre est considérable : « Ces serviteurs-là sont choisis de préférence à tous les autres car ils sont bien moins chers. En effet, l’achat d’un nègre ou d’un esclave noir requiert une mise de fond immédiate trop importante, et les hommes ou les servantes qui recoivent des salaires à l’année sont tout aussi chers. Quoi qu’il en soit, on peut obtenir ce type de serviteur à moitié prix et même moins [...] »22. Sans doute l’insuffisance de capital et de bras, la nécessité d’accroître la production agricole, mais aussi la volonté de concentrer entre quelques mains les terres disponibles, imposent-elles d’attacher à une unité économique agricole de type domestique ces travailleurs qui ne partagent pas tous la même culture d’origine que leur maître. En effet, l’attrait de la terre vierge est grand, il suffit parfois de s’enfoncer vers l’Ouest pour s’emparer de vastes étendues et quitter la dépendance à un maître.

24Mais la servitude sous contrat est fréquemment le passage obligé vers le travail libre. A ce titre, elle n’est pas toujours considérée comme un état indigne. L’institution a une double fonction : elle stabilise une société fragile qui a du mal à exister en tant que telle et régule la mobilité sociale en faisant miroiter une possible libération des tutelles européennes.

2.3. La relation d’emploi esclavagiste ou la tentation de la subordination statutaire hors contrat

  • 23 “All children of leet-men shall be leet-men, and so to all generations” [Locke, 1669, p. 215].
  • 24 “Labour is much cheaper there than it ever can be by Negroes here. Why then will Americans purchas (...)

25Mais au dix-huitième siècle, le travail humain devient plus essentiel encore à l’augmentation de la productivité agricole en Amérique. Il faut recruter, nourrir, mobiliser une main-d'œuvre qui doit être toujours plus abondante pour mettre en culture un territoire qui paraît sans limites et des terres qui ne cessent de s’agrandir. Le développement agricole et commercial des colonies du Sud comme la Virginie, les Caroline, le Maryland impose d’utiliser, pour la récolte du tabac, du blé et du coton, une force de travail plus nombreuse et plus dure à la peine que celle des seuls serviteurs blancs, « chrétiens » sous contrat qui, inéxorablement, sont peu à peu déliés de leur engagement et cherchent à s’établir à leur compte. L’idée de transformer la servitude sous contrat en une servitude à vie apparaît aux planteurs sudistes comme un choix politique et économique viable, sûr et surtout moins onéreux que le travail libre. Elle est propre à satisfaire leur demande croissante de travail [Morgan, 1975], et à lutter contre l’élasticité d’un marché du travail très saisonnier. De plus, elle fait du travail humain, et tout particulièrement du corps de l’esclave, une propriété, un capital qui peut s’accumuler ou s’échanger sur un marché contre des valeurs monétaires. Le philosophe anglais Locke, secrétaire de Shaftesbury, n’a-t-il pas, en 1669, lui-même rédigé Les Constitutions de la Caroline qui autorisent le servage héréditaire ? Il déclare en effet : « Les descendants des justiciables d’un domaine le sont eux-mêmes à perpétuité »23. Benjamin Franklin [1751], quant à lui, considère plus hypocritement que l’esclavage est moralement condamnable car, en fait, dangereux pour l’homogénéité d’une société qu’il souhaite résolument ancrée dans la culture anglaise. Mais, s’il constate que le coût d’achat des esclaves est élevé, il ne manque pas de remarquer que la rentabilité d’un semblable investissement ne peut se concevoir que dans la durée. En effet, l’esclave et ses enfants, n’étant pas libérables et se multipliant à l’infini, enrichissent leur propriétaire. Ainsi les rendements croissants que procure la stabilité de la relation d’emploi forcée favorisent une nouvelle segmentation de l’offre de travail. Une main-d'œuvre composée d’esclaves noirs remplace le nombre déclinant des serviteurs sous contrat et vient compenser l’insuffisance de cultivateurs attirés par les perspectives de la Frontière : « Le travail est bien meilleur marché là-bas que celui que les Nègres pourraient accomplir ici. Pourquoi les Américains veulent-ils tant acheter des Esclaves ? Parce qu’on peut garder les Esclaves aussi longtemps qu’on le désire [...] ; alors que les Hommes qui louent leurs services ne cessent de quitter leur Maître (souvent au beau milieu de ses activités) afin de s’établir à leur compte »24.

  • 25 Le paradigme grec qui fait de l’esclave une « propriété animée » selon l’expression d’Aristote [li (...)
  • 26 “Blacks are property [...] and are used to the southward as horses and cattle to the northward”. C (...)
  • 27 « Le nombre de Représentants sera réparti entre les différents États susceptibles de faire partie (...)
  • 28 Voir Hobbes : « Et de même que le droit de possession est appelé empire sur une chose [...]. » (“A (...)

26L’esclavage s’est calqué sur le modèle néo-féodal de l’indentured servitude avant de devenir, après l’Indépendance, « l’institution particulière » [Stampp, 1956 ; Kolchin, 1997] et de s’affirmer comme système productif intensif [Genovese, 1965]. Pratiquée dès 1619 en Virginie, puis étendue à toutes les colonies, l’importation de serviteurs noirs n’impliquait pas toujours que le travail et la personne de l’esclave soient, indifféremment, la propriété pleine et entière du maître. Le travail réglé qui était toutefois leur lot n’excluait pas le contrat ou des formes marginales de revenus monétaires obtenus grâce à des activités autonomes. Les esclaves et les serviteurs, qui travaillaient souvent dans les champs côte à côte avec des travailleurs libres, pouvaient vendre une partie de leur force de travail sans être « libres propriétaires » de leur personne. Il n’était pas rare qu’ayant rempli leurs obligations de travail servile, tels des salariés partiels, ils mettent au service de leur maître une partie de leur temps moyennant une rétribution [Joyner, 1984], Ce n’est qu’en 1661, lorsque la Virginie adopte son code de l’esclavage (Black Code), que la forme canonique de la servitude héréditaire fondée sur la race est légalisée et s’étend aux autres colonies. Ainsi, les premiers esclaves africains en Amérique qui avaient été parfois traités sur le mode domestique réservé aux serviteurs blancs sont désormais placés en dehors de l’ancien droit anglais coutumier qui gouverne les échanges entre personnes. Toute référence à la common law étant ainsi abolie, ils deviennent, en vertu d’une différence fondée en nature, de simples « instruments animés »25 de production entre les mains d’une tutelle privée. A la même époque, les législateurs de la Chesapeake votent des lois qui imposent aux Noirs une subordination accrue et restreignent leur possibilité d’emploi libre ou sous contrat. Entre les années 1770 et 1820, les différences statutaires entre Noirs s’estompent [Berlin, 1980]. A la Convention de Philadelphie de 1787, leur sort fait l’objet d’âpres débats entre intérêts divergents. Le délégué E. Gerry s’écrie : « Les Noirs sont une propriété mobilière [...] et sont utilisés vers le Sud comme des chevaux et au Nord comme du bétail »26. La puissance des intérêts économiques et la peur d’une révolution sociale au sud de la Mason-Dixon line empêchent les Pères fondateurs de la jeune république américaine de renoncer à la pratique de l’esclavage et de la traite. L’émancipation graduelle ou l’abolition de la relation d’emploi esclavagiste est laissée au pouvoir discrétionnaire des États. L’état servile est néanmoins confirmé par la Constitution américaine, laquelle impose, de facto, aux esclaves une condition juridique inférieure à celle des travailleurs libres ou sous contrat. Dans le texte, les esclaves ne sont pas nommés en tant que tels ni considérés comme une population citoyenne à part entière mais plutôt comme une quantité rapportée à un mètre-étalon anglo-saxon, d’où la clause des « trois cinquièmes de toutes les autres personnes »27. De même qu’un contrat commercial établit le prix d’une marchandise, la Constitution américaine fixe la valeur électorale que représente pour chaque État cette masse d’hommes et de femmes sans noms. Une périphrase entérine leur inégalité de principe et va sceller pour plus d’un siècle le terrible destin de la relation de travail forcée. De facto, cette incomplétude (il leur manque deux cinquièmes pour être pleinement citoyens) les place aux bornes de la communauté humaine et ne leur confère que le statut marchand d’objet échangeable. Aucun bien ni aucun droit ne peut s’attacher à eux. Seuls quelques États les considéreront comme des êtres libres, sans remettre en question toutefois les lois sudistes qui imposent de retourner à leur propriétaire les esclaves qui prennent la fuite (fugitive laws). Dès lors, l’ordre social post-colonial place les esclaves en dehors de la cité politique et du contrat délibératif. Il annihile leur liberté et la légalité de toute forme d’accord reposant sur un pacte combinant soumission et obéissance. La servitude esclavagiste est désormais privée de toute dimension politique. La légitimité intrinsèque de la domination esclavagiste ne repose plus que sur une théorie des droits de propriété28, l’arbitraire d’une relation despotique et son efficacité économique.

  • 29 Par « statutaire » nous entendons qu’une règle, résultant d’une décision et d’un texte juridiques, (...)
  • 30 “This is the perfect condition of slavery, which is nothing else but the State of war continued be (...)
  • 31 L’esclavage a fait l’objet d’un débat religieux animé avant la guerre civile. Un pasteur presbytér (...)

27L’organisation du travail agricole, qui s’était faite tout d’abord à la tâche (tasking) sur un mode individualisé et plutôt dispersé vu la structure peu concentrée des fermes familiales ou des domaines du Nord [Atack & Bateman, 1987], s’intensifie au Sud et se déhumanise. L’importation, l’achat, la vente d’esclaves deviennent un métier florissant dans les colonies, dont l’agriculture commerciale, encore peu mécanisée, absorbe un nombre croissant d’esclaves. Sur les grandes plantations, le travail s’effectue en groupe (ganging), sous la surveillance d’un overseer [Morgan, 1982], Les esclaves assument la majorité des travaux les plus dégradants sous le regard des régisseurs qui veillent, fouet en main, à la bonne marche des exploitations pour le compte d’un propriétaire peu visible. Mais la concentration d’un grand nombre d’esclaves en un lieu clos les transforme en masse dangereuse, en main-d'œuvre qu’il faut surveiller, punir, discipliner. Le développement du système esclavagiste et de la relation d’emploi forcée implique une gestion coercitive du travail que l’on retrouvera sous des modes à peine atténués au sein des premières manufactures industrielles. L’exercice d’un contrôle de type social tire sa légitimité économique de la notion de droits de propriété et d’une mentalité physiocrate. Les individus qui n’ont pas de propriété ne peuvent être libres. De plus, l’obtention de la richesse et du profit justifient l’instrumentalisation du travail forcé agricole et la systématisation d’une forme d’élevage humain (on parle de colored cattle) qui ira en s’amplifiant une fois l’abolition de la traite prononcée en 1808. Selon les modélisations effectuées par les premiers historiens représentants de la New Economic History américaine, l’utilisation d’une main-d'œuvre sans qualification et le recours au travail forcé, par essence non-rémunéré, auraient été efficients sur une longue période [Conrad & Meyer, 1964], Le travail esclavagiste aurait permis d’abaisser les coûts d’achat et d’entretien des esclaves et d’amorcer la rationnalisation d’un mode collectif de production plus efficace que le système nordiste, plus restreint, de la ferme familiale [Fogel & Engerman, 1977]. La mise en place d’un système de contraintes physiques aurait, par ailleurs, renforcé l’intensité productive du travail [Fenoalta, 1984], Mais l’analyse des coûts et des avantages comparés de ces deux systèmes d’agriculture ne doit pas faire oublier qu’une intention politique, morale et sociale est au cœur du système productif esclavagiste. C’est un principe juridique absolutiste qui donne force de loi et fondement statutaire29 à la subordination esclavagiste. La relation d’emploi esclavagiste repose ainsi sur le primat d’une impossible souveraineté individuelle qui entraîne automatiquement la sujétion totale, par la contrainte, à une autorité tyrannique : « Voilà la condition de l’esclavage sous la forme parfaite et ce n’est rien d’autre que la continuation de l’état de guerre entre le vainqueur et son captif. »30. La non-rétribution du travail, le maintien d’une force de travail en dehors de tout contrat, l’imposition d’une relation coercitive se doublent d’une stratégie de justification de l’esclavage qui condamne irrémédiablement les Noirs à la férule plus ou moins paternelle du maître. Les partisans de cet ordre tutélaire ont souvent cherché à donner une légitimité institutionnelle à une relation d’emploi forcée et despotique en invoquant parfois la bienveillance que doit un père aux siens31 ou l’alibi du salut par la religion alors que, comme le souligne Spinoza, « l’esclave est obligé de se soumettre à des ordres fondés sur le seul intérêt de son maître » [1670, p. 833]. Le travail esclavagiste prend la forme d’une relation d’emploi paradoxale. Elle se justifie par le droit mais ne se fonde pas sur le droit. La force de la seule contrainte et le « silence de la loi » engendrent la servitude de l’esclave. Il se voit contraint d’accepter un pacte de soumission dont la dimension essentiellement paternaliste a pour fonction d’occulter la valeur marchande et politique que pourraient prendre ses activités laborieuses.

  • 32 “Neither slavery nor involuntary servitude [...] shall exist within the United States, or any plac (...)

28Le système de l’esclavage, qui s’impose au Sud comme mode socio-productif dominant, repose sur la négation complète de tout contrat politique, à la différence de l’engagement, caractéristique des colonies du Nord, lequel postule l’entrée consentie dans un contrat mais une libération contrainte par les termes même de l’accord. Ces deux modalités d’emploi du travail humain ont du moins un objectif commun. Toutes deux visent à subordonner les individus à une autorité sociale afin que ces derniers ne puissent pas entrer dans un rapport d’échange marchand, par essence plus égalitaire. La lente disparition de ces deux institutions, sensiblement à la même époque, souligne toutefois leur relative parenté. Ainsi, ce n’est qu’en 1864, après la guerre de Sécession, que le système de l’engagement en vigueur aux dix-septième et dix-huitième siècles est amendé par la loi sur les contrats de travail (Contract Labor Law). Les immigrants ne pourront plus engager, avant leur départ, le salaire de leur travail pour une période excédant une année. L’esclavage est, quant à lui, déclaré inconstitutionnel un an plus tard, en 1865 : « Ni esclavage, ni servitude involontaire [...] n’existeront sur le territoire des États-Unis ou en tout autre lieu soumis à leur juridiction »32. Il faudra pourtant attendre 1885 pour que la loi Foran interdise définitivement une pratique que certains patrons avaient encouragée, pensant que ce type d’immigration pouvait fournir à leurs industries de la main-d'œuvre à bon marché.

29Il n’est donc pas indifférent que ces rapports sociaux ne se dissolvent qu’au terme de longs conflits sociaux et politiques. Il faudra, en effet, que le travail marchand s’affirme tout au long du dix-neuvième siècle pour que s’amorce le processus de la salarisation sous contrat. En effet, seule une subordination librement consentie et rémunérée peut compenser, grâce à un pacte d’association et un pacte marchand, l’inégalité et l’indignité politiques de toute relation d’emploi subordonnée. L’esclavage est bien le degré zéro de toute relation d’emploi et la servitude sous contrat une première esquisse de contrat politique qui fait encore l’économie de l’échange monétaire [Fogel, 1989]. Ces deux modalités d’exercice de la tutelle vont exacerber, par antithèse, la question démocratique par excellence du libre accès au travail. L’évolution historique future de ces relations d’emploi archaïques atteste que l’histoire du travail est aussi l’histoire de la libération du travail et du contrôle de la liberté politique.

3. Libération du travail et retour des tutelles : du libre contrat au statut

30C’est le mouvement inéxorable d’affranchissement des tutelles, amorcé au dix-huitième siècle, accéléré lors de la guerre d’indépendance et précipité par l’abolition de l’esclavage, qui va faire du travail individuel le mode d’accès à la propriété et à la citoyenneté privilégié, mais aussi une marchandise qui peut librement s’échanger sur un marché de l’emploi tout d’abord local puis régional, et enfin national. Dans les deux cas, le libre accès au travail s’accomplit contre les tutelles. Ce mouvement de libération inéxorable va peu à peu transformer la relation de subordination contrainte en relation de service contractuelle. L’industrialisation rapide de l’Amérique réintroduira une forme de tutelle spatiale et managériale. Elle replacera le travail vendu et consenti par contrat moyennant rémunération dans un nouvel espace clos : l’usine. Ainsi le lien salarial, longtemps resté précaire, est un facteur de grande vulnérabilité pour les ouvriers et les masses d’immigrants non qualifiés tant qu’un droit du travail et une législation impulsée par l’État fédéral et les forces sociales ne viennent lui conférer, au milieu du vingtième siècle, un statut plus stable. Le contrat inter-individuel s’intégrera à un contrat plus collectif issu de la négociation collective.

3.1 Free labor, free soil et libre contrat : du refus de la relation d’emploi subordonnée au travail salarié

  • 33 “In general, to be free is to be guided by one’s own will; and to be guided by the will of another (...)

31Les structures d’encadrement communautaires coloniales sont très rigides. Elles exigent la sédentarisation des travailleurs (colons, serviteurs, esclaves) sur un territoire circonscrit et des rapports de domination établis sur l’obéissance absolue à une autorité paternelle ou le respect du contrat de servitude. Elles sont inadaptées à l’immensité de l’espace et au nombre croissant d’immigrants. Les colons découvrent qu’ils vivent aux avant-postes d’un continent largement inconnu qu’il faudra massivement peupler et exploiter. De plus, la qualité de citoyen ne dépend pas uniquement d’un statut mais de ses propres œuvres, de la propriété foncière ou marchande que chaque Américain de race blanche est capable de constituer. Les idées des Lumières et des philosophes libéraux font ainsi rapidement leur chemin en Amérique. La démocratie américaine tente de se confondre avec la société de marché généralisée. Le radicalisme d’un Paine [1776] qui, dans son pamphlet Common Sense, fait de la dépendance mutuelle et de l’intérêt réciproque une des conditions essentielles de l’existence de la société, ou les idées de Price [1776] sur le libre arbitre témoignent de ce renversement : « En général, être libre c’est être guidé par sa propre volonté alors qu’être guidé par la volonté d’autrui définit l’état de servitude »33. Elles favorisent l’éclosion d’un nouvel idéal politique et contribuent à l’invention d’un système économique où le travail se détache de plus en plus du producteur pour devenir une marchandise : le travail libre ou free labor.

  • 34 “Thus labour, in the beginning, gave a right of property wherever anyone was pleased to employ it (...)

32La notion d’emploi contraint est désormais considérée par les serviteurs blancs dégagés de leurs obligations comme indigne. N’a-t-elle pas été à l’origine de leur exil américain ? Elle résulte de la pure dépendance au bon vouloir d’autrui et empêche toute forme d’autonomie économique et politique. Le travail indépendant, quant à lui, s’affirme comme un premier moyen d’échapper à cette relation sociale de sujétion. C’est surtout une activité naturelle qui a pour fonction de recueillir les fruits de la terre ou d’un travail artisanal qui vise à transformer la matière en objet d’échanges. L’Amérique, comme l’affirme Locke [1681, p. 279], est une terre vaine si laissée à l’abandon (lying waste in common). Elle appartient à celui qui la travaille : « Ainsi, au commencement, pour peu qu’on voulût s’en servir, le travail conférait-il un droit de propriété sur les biens indivis [...] »34. Pour s’approprier la terre vacante ou considérée comme telle, il suffit de s’afficher comme le premier arrivant et de la revendiquer, en invoquant aussi la théorie biblique du vacuum domiciliarum. C’est le travail de la terre libre (free soil) qui fait le propriétaire et octroie la liberté. Cet espoir d’affranchissement des ordres hiérarchiques a un formidable pouvoir de persuasion pour celui qui cherche à s’établir. Le travail indépendant fournit non seulement l’indispensable subsistance mais se matérialise en marchandises. Il permet ainsi d’accumuler de la valeur par l’échange. Vendre le produit de son art ou de sa terre, plus que louer sa force de travail, apparaissent comme les premières manifestations concrètes de la liberté individuelle.

  • 35 “[...] yet man (by being master of himself, and proprietor of his own person and the actions or la (...)
  • 36 “[...] yet every man has a property in his own person. This nobody has any right to but himself. T (...)

33Un grand nombre de colons américains embrasse ainsi la cause du travail libre et jette les prémisses d’une société agraire fondée sur l’individualisme et le marché. Tous rêvent de devenir à terme de petits propriétaires producteurs indépendants (yeomen farmers) et de former chacun un ménage agricole, c’est-à-dire une unité de production autonome qui pourra s’insérer dans les communautés locales. Au dix-huitième siècle, les fermiers américains produisent non seulement pour assurer leur subsistance ou payer leurs dettes, mais également pour faire des bénéfices en échangeant leurs produits sur des marchés de proximité [Appelby, 1982], Ils se comportent déjà comme des marchands en quête de débouchés. Dès lors, le travail n’est plus uniquement un devoir moral imposé par une communauté ou une tradition tutélaire, mais devient une ressource individuelle que l’on engage selon son vouloir. Mise en œuvre, elle est non seulement créatrice de propriété et de richesses, mais régule aussi l’ordre social sans recourir à une autorité extérieure ou à un législateur. En faisant de la propriété un produit du travail et un prolongement de la personne, Locke fonde en nature la liberté intrinsèque de l’homme : « [...] mais que l’homme, néanmoins, porte en lui-même la justification principale de la propriété, parce qu’il est son propre maître et le propriétaire de sa personne, de ce qu’elle fait et du travail qu’elle accomplit [...] »35. La liberté d’user de sa force de travail découle d’une propriété naturelle inhérente : « [...] chacun a un droit particulier sur sa propre personne, sur laquelle nul autre ne peut avoir prétention. Le travail de son corps et l’ouvrage de ses mains sont son bien propre »36. Cette conception autorise chacun à travailler pour lui ou pour autrui et engendrera un premier marché intérieur de l’emploi. Mais pareil bouleversement impliquera un effacement et, plus tard, une destruction des deux modes antérieurs d’emploi : le travail servile contraint et le travail esclavagiste forcé.

  • 37 “The produce of labour constitutes the natural recompense or wages of labour. He [the labourer] ha (...)
  • 38 “Those who labor in the earth are the chosen people of God [...]. Dependence begets subservience a (...)
  • 39 “The earth is given as a common stock for man to labour and live on. [...] we must take care that (...)

34Deux options à l’emploi contraint se développent dans un premier temps. D’une part, les petits producteurs terriens ou yeomen, lesquels constituent l’essentiel des travailleurs aux États-Unis. Leur quête (self-directed work) [Wiebe, 1995] est enracinée dans des principes économiques et éthiques. L’indépendance économique de l’agriculteur et du husbandman confère le bien suprême : la liberté individuelle. Le libre travail de la terre ouvre également au droit de propriété. Jusqu’au beau milieu du dix-neuvième siècle, les petits fermiers américains vont s’efforcer de percevoir le fruit intégral de leur travail. Ils mettent en pratique les théories économiques de Smith sur les droits de propriété : « Ce qui constitue la récompense naturelle ou le salaire du travail, c’est le produit du travail. Il [le travailleur] n’a ni propriétaire ni maître avec qui il doive partager »37. Chacun participe à la construction d’un consensus « fédéraliste » qui présuppose que la répartition des richesses se fonde sur la liberté individuelle, l’intérêt économique, mais aussi la valeur morale du travail agricole. Ainsi Jefferson, inquiet des effets délétères sur les mœurs de la transposition de la manufacture anglaise aux États-Unis, ne déclare-t-il pas, face au système industriel anglais des manufactures : « Ceux qui travaillent la terre sont le peuple élu de Dieu [...]. La dépendance engendre l’asservissement et la vénalité [...] »38 ? Le grand homme de la révolution américaine refuse, du moins dans ses discours, le vieux système politique aristocratique au profit d’une vision plus démocratique du partage des richesses. « La terre est un bien commun donné à l’homme pour qu’il la travaille et en vive. [...] nous devons veiller à donner de l’emploi à ceux qui ne peuvent avoir accès à la propriété. Si ce n’est point fait, le droit fondamental de travailler la terre revient à celui qui n’est pas employé [...]. Les petits propriétaires terriens sont l’élément le plus précieux d’un État »39.

  • 40 “[...] the property of labour should be able to overbalance the community of land. For ‘tis labour (...)

35De leur côté, les artisans proto-industriels ou mechanicks sont plus radicaux dans leur volonté d’autonomie face aux tutelles. Leur revendication est plus « libérale ». Elle s’étaye spontanément sur les principes lockiens, au point d’incarner à la lettre l’idée que « [...] la propriété du travail soit capable de l’emporter sur la communauté de la terre, car c’est bien le travail qui donne à toute chose sa valeur propre [...] »40. Ils vont jouer un rôle central lors de l’Indépendance américaine. Ainsi les cordiers de Boston affronteront les soldats anglais, qui les concurrencent indûment dans leur métier.

36Ces deux groupes tentent, à leur manière, de résoudre la grande contradiction de la liberté positive et de la liberté négative. Ils cherchent à dépasser l’opposition entre deux valeurs qui paraissent antinomiques : indépendance et contrat. Ils affirment chacun la centralité des axiomes lockiens et smithiens : la liberté naturelle de chaque homme et donc de sa force de travail, et la valeur économique qui découle de l’usage de sa propre force de travail. La marchandisation du travail, qui repose sur l’idée d’autonomie des individus, sur la libre entrée dans un contrat, et la dépersonnalisation du rapport social par le biais du salaire gagne, peu à peu, en importance.

37Ainsi la recherche d’une solution libérale aux rapports traditionnels de pouvoir et de dépendance a engendré le système du travail indépendant et de la libre entreprise, pur moyen pour l’individu européen d’obtenir un revenu, pour les marchands puis les manufacturiers de faire du profit et pour la nation américaine d’augmenter sa puissance et sa richesse. Mais le triomphe du travail libre, qu’il soit non-marchand (travail domestique) ou marchand (travail indépendant), a entraîné une polarisation durable avec le contre-modèle esclavagiste, sans que le vieux paradigme historique du travail forcé ne soit totalement éliminé. Tocqueville en donne une image saisissante : « Sur la rive gauche de l’Ohio le travail se confond avec l’idée d’esclavage ; sur la rive droite avec celle du bien-être et du progrès ; là il est dégradé, ici on l'honore ; sur la rive gauche du fleuve, on ne peut trouver d’ouvriers appartenant à la race blanche, ils craindraient de ressembler à des esclaves ; [...] sur la rive droite on chercherait en vain un oisif : le blanc étend à tous les travaux son activité et son intelligence » [Tocqueville, 1835, p. 460-461]. En fait, une réponse démocratique a été donnée à la question de la subsistance et de l'intégration sociale, mais uniquement pour les individus de souche européenne. Elle a consisté, dans un premier temps, à associer au travail productif une valeur économique et des notions de liberté, d’autonomie individuelles. Le travail produit par un individu né libre s’est détaché de lui pour devenir une propriété aliénable qui a un prix. La force de travail, en s’échangeant, se transformait, de fait, en un objet marchand. Pour beaucoup, ces nouveaux principes d’organisation sociale postulaient un libre accès à la propriété par le travail. Ils allaient s’imposer comme norme et contribuer à la création, puis au développement sans précédent, d’un marché du travail bientôt étendu à l’échelle nationale.

  • 41 « Chaque fois que les conditions sociales avaient tendance à se cristalliser à l’Est, chaque fois (...)
  • 42 What are the common wages of labour, depends everywhere upon the contract usually made between tho (...)

38Ainsi, le modèle colonial fondé sur la soumission par contrat d’un serviteur à sa communauté ou à son maître ainsi que celui, plus physiocrate, du travail « forcé » esclavagiste, servent de contre-modèle de référence [Berlin et al., 1993 ; Glickstein, 1991]. Ils favorisent au Nord, par antithèse, un esprit républicain d’indépendance issu de la « Révolution » et libèrent le travail indépendant dans l’espace nord-continental américain. Ce premier point de passage obligé s’avère lancer un puissant mouvement d’affranchissement des tutelles et donner accès à la propriété individuelle, détournant pour un temps la main-d'œuvre de la manufacture et de l’usine. L’espoir d’une égalité économique s’incarne alors dans le nouvel idéal républicain qui fait des sujets individuels des sujets de droit [Foner, 1995]. Il favorise l’inexorable ascension vers la citoyenneté de l’artisan, du fermier, du marchand-employeur et des premiers ouvriers ruraux ou semi-ruraux encore largement autonomes. L’hypothèse de la frontière émise par Turner [1893, p. 28 ; 1920]41, qui fait de l’existence de terres vierges et de la progression vers l’Ouest une des clefs de l’expansion du travail libre et indépendant, et celle d’Habbakkuk [1962] sur la pénurie du travail qualifié et sa plus forte rémunération en Amérique [Adams, 1970 ; 1986], se rejoignent pour expliquer l’impopularité ou du moins la réticence de beaucoup d’Américains à accepter le principe d’un travail salarié subordonné car ils l’associent à une forme d’esclavage (wage-slavery). Ce type de contrat est aussi par essence inégalitaire, comme le remarquait déjà Smith : « C’est par la convention qui se fait habituellement entre ces deux personnes, dont l’intérêt n’est nullement le même, que se détermine le taux commun des salaires. Les ouvriers désirent gagner le plus possible ; les maîtres, donner le moins qu’ils peuvent [...] »42.

  • 43 “Slavery discourages arts and manufactures. The poor despise labor when they see it performed by s (...)

39Pourtant, le modèle prometteur du travail libre n’a pas été le seul à s’affirmer contre l’emploi esclavagiste. Il va rentrer en conflit avec le premier modèle manufacturier qu’a promu Hamilton ou certains délégués, tels Mason à la Convention de Philadelphie : « [...] l’esclavage détourne de 1 artisanat ou de la manufacture. Les pauvres méprisent le travail lorsqu’ils le voient effectué par des esclaves »43.

40L’industrialisation s’accélérant, bon nombre d’entrepreneurs ont été forces de fixer les travailleurs à un lieu (factory-system) et à un poste de travail pour tenter de freiner les effets structurels d’une pénurie de main-d'œuvre. Il ont eu recours à la forme paternaliste et domestique [Prude, 1983]. C’était le seul modèle partagé. Il fallait lutter contre la promesse qu’incarnait l’idée d’un jardin à l’Ouest peuplé de petits propriétaires indépendants. Elle semblait à portée de la main lorsque la loi Homestead fut votée en 1862. Plus tard, au vingtième siècle, l’inégalité de la relation subordonnée en entreprise a été atténuée par 1 octroi d’un statut stable corrélé à un emploi, garanti par une contractualisation juridique et l’institutionnalisation d’un mode de rémunération.

  • 44 “[...] the employment of persons who would otherwise be idle, and in many cases, a burthen on the (...)

41Hamilton et les Fédéralistes étaient opposés à l’expansion vers l’Ouest dans la mesure où, affirmaient-ils, ce mouvement, tel une pompe aspirante, détournait la main-d'œuvre des États de l’Est. Il freinait le développement des manufactures et faisait inexorablement monter les salaires. Il fallait, pour stimuler l’industrialisation, ralentir l’hémorragie de main-d'œuvre. La loi de 1784, qui contraignait déjà les cultivateurs désireux de s’établir à l’Ouest à acheter un minimum de 640 acres de terres, fut amendée en 1796 par le Congrès. Le prix unitaire fut porté de un à deux dollars, mettant ainsi hors de la portée de bien des bourses l’établissement à l’Ouest. L’action gouvernementale visait ainsi à favoriser l’essor d’un secteur manufacturier, mais aussi à imposer une relation d’emploi contrainte proche du futur modèle manchesterien qui allait bientôt se développer en Angleterre. Hamilton, dans son Report on Manufactures, vantait les bienfaits illimités de l’industrie et de la manufacture, seules capables d’offrir du travail supplémentaire à tous. Ainsi les fabriques fourniraient à une aristocratie d’entrepreneurs le moyen d’utiliser le travail plus rationnellement nuit et jour, grâce à la division du travail et la concentration des machines en un même lieu. Il prônait le travail des femmes et des enfants au sein des premiers ateliers dans la mesure où il crée des richesses économiques et morales qui profitent à tous, a l’entrepreneur-propriétaire comme à la nation. La manufacture devait faciliter, en effet, « l’emploi de personnes qui, autrement, seraient oisives et, dans bien des cas, un fardeau pour la communauté, qu’il en aille soit d’une carence de leur humeur, d’une habitude, d’une infirmité ou de quelque autre cause les rendant peu enclines ou inaptes aux durs travaux nécessaires au pays ». Il ajoutait : « Il est bon de noter qu’en général, les établissements manufacturiers contribuent à rendre les femmes et les enfants plus utiles [...]. Le chef de famille, quant à lui, tire une nouvelle source de revenus et de soutien du travail supplémentaire effectué par sa femme et ses filles sollicitées et stimulées quelles sont par la demande des manufactures avoisinantes »44.

42Avec la fermeture de la Frontière à l’Ouest, l’abolition de l’esclavage et l’arrivée successive des vagues d’immigrants, la pénurie relative de main-d'œuvre industrielle est moins cruelle. Mais l’industrialisation exponentielle, les besoins « humains » du système productif américain d’entreprise, l’organisation plus mécanisée du travail, ne permettent plus un marché du travail aussi autonome et fluctuant. Les relations de travail se territorialisent et se déploient au sein d’un ordre usinier disciplinaire [Foucault, 1975 ; Savage, 1998]. Il va se charger de couper les individus de leurs communautés locales et séparer le lieu de travail de la vie civile dans son ensemble [Marburg, 1941], Au point qu’une nouvelle forme d’assujettissement à un employeur et à la machine se propage et rappelle par bien des aspects la domination des anciens maîtres [Jacoby, 1991], n’était la maigre rémunération qui accompagne le travail accompli. La discipline d’usine a désormais pour vocation de fixer l’afflux de masses d’immigrants au sein des premières concentrations manufacturières qui rassemblent désormais enfants, femmes, ruraux de l’ancien monde [Baxandall et al., 1995], Ainsi le passage du travail libre (free labor) au salariat (wage-system) s’accélère-t-il après la guerre civile pour se généraliser au début du vingtième siècle et après la Première Guerre mondiale. Il faut gérer l’offre croissante de travail dans un premier temps [Blackford & Newcomb, 1914], puis les nouvelles formes d’emploi en atelier et à la chaîne [Braverman, 1974], Une forme de gestion scientiste apparaît avec le taylorisme [Spender et al., 1996], Elle se double d’une dimension plus paternaliste [Ford, 1922] avec le fordisme [Burawoy, 1979]. Enfin, les illusions d’un éventuel retour au modèle fédéraliste du travail libre se dissipent lors de la crise de l’entre-deux guerres. Il faut créer une relation d’emploi qui élimine la précarité et la vulnérabilité absolue qu’implique le travail libre en période de fort chômage. Cette nouvelle relation se stabilisera parfois en emploi à vie [Jacoby, 1997], principalement dans les entreprises à fortes cultures communautaires qui adoptent un mode de gestion de leur personnel plus individualisé (welfare capitalism). Elle se formalisera plus tard en un système de relations industrielles et un appareil législatif puissant. Dès lors, le salariat, fondement de l’État-Providence, peut engendrer productivité et intégration sociale grâce au compromis passé entre la société et l’entreprise sous la houlette de l’État. Il redevient une forme de tutelle acceptable et légitime. Il révèle toutefois sa lointaine parenté avec les systèmes originels que nous venons d’examiner.

43La montée d’une institution autonome comme l’entreprise [Clark, 1916 ; Douglass, 1971 ; Dibacco, 1987], structure productive et disciplinaire, la séparation grandissante entre propriété des moyens de production et de la force de travail, l’établissement de contre-pouvoirs ont permis et radicalisé le processus de salarisation. Cette puissante dynamique a déterminé et engendré, in fine, la forme générique et unifiée du salariat moderne. Ce rapport productif s’est constitue par étapes, au gré des situations et du particularisme américain. Il a été mis en œuvre tout d’abord au sein des entreprises et des structures organisationnelles sur un mode largement disciplinaire dans la mesure où il fallait sédentariser des ouvriers (opératives) qui avaient la liberté de contracter et d’engager leur énergie. Le capitalisme concurrentiel du dix-neuvième siècle voit émerger le salariat comme forme privilégiée de mise en œuvre de la force de travail. Entière latitude est donnée aux patrons, aux chefs d’entreprise et à leurs délégués managériaux d’employer comme bon leur semble cette main-d'œuvre, le plus souvent selon le principe tiré de la doctrine de la common law : employment at will [Steinfeld, 1991]. Il faut contrôler une main d’œuvre très diversifiée. Les anciens contremaîtres (foremen) exercent un nouveau type de surveillance et tentent de fabriquer un travailleur américain dont la vie et les revenus constituent un puissant instrument de socialisation. Mais cette relation d’emploi reste très contingente. Elle n’a été tempérée que sous la contrainte et la menace grandissantes qu’ont pu représenter l’émergence d’un contre-pouvoir syndical, puis l’interventionnisme étatique, face aux excès d’un capitalisme managérial sauvage. Le passage de la liberté autonome du travailleur a sa collaboration sous dépendance hiérarchique a été plus ou moins bien accepte par une classe ouvrière en voie de constitution longtemps tentée par le mirage du travail libre [Edwards, 1985]. La coopération s’est affirmée non seulement dans les ateliers et dans les usines aux dix-neuvième et vingtième siècles, non sans durs conflits et âpres marchandages [Debouzy, 1984]. Sous l’effet des luttes sociales [Brody, 1980b ; 1989] et des rivalités d’influence opposant les acteurs sociaux, amplifiées par la dynamique économique externe que ce mode de régulation sociale et économique entraînait, la nouvelle organisation du travail a pu étendre ses effets au-delà du cercle restreint qui lui était dévolu pour structurer la société civile toute entière [Aron, 1962], L’emploi salarié est apparu comme la pièce et la résultante centrales d’un plus vaste compromis d’ordre macro-économique reposant sur la sécurité et le développement collectif [Jacoby, 1985]. Ainsi se sont imposées la légitimité sociale et la pertinence économique d’une catégorie collective fondée sur le chaînage entre production-consommation-revenus de transferts : la société salariale [Glickman, 1997]. Parfois appelée convention keynésienne [Salais et al., 1986] ou compromis fordiste [Boyer, 1995], ce mode efficace de rapport socio-productif a mis en jeu, dans le répertoire des possibles relationnels, un ensemble de règles partagées [Derber, 1969] qui empruntent leurs logiques au contrat, au statut juridique, à la mutualisation des risques, aux précautions assurantielles et requièrent, de la part des « gouvernés », les salariés, l’acceptation d’un contrôle social effectué par les gouvernants : les directions d’entreprise et leurs représentants managériaux.

44Semblable parcours dans l’histoire sociale américaine aide à mieux saisir comment, dans « [...] une histoire lentement rythmée » [Braudel, 1976, p. 11-12] qui s’étale de la période coloniale aux années 1860, l’idée de travail libre émerge en opposition au travail contraint effectué sur les grandes plantations agricoles du Sud ou dans les premières manufactures du Nord-Est. Le Free Labor ne devient toutefois une réalité concrète que pour une fraction de petits propriétaires terriens blancs. Le travail libre rémunéré s’accroît sous l'effet de l'industrialisation, de l’immigration et de l’urbanisation croissantes. Le wage-system devient peu à peu acceptable pour une population américaine dont les origines sont désormais pluri-ethniques et la subsistance dorénavant liée à un lieu de travail circonscrit, en grande partie détaché des maisonnées. Après la guerre civile, la possibilité de vendre librement sa force de travail sur un marché de l’emploi est donnée à toutes les catégories sociales. La salarisation va s’imposer comme la norme de référence dans un monde qui bascule inexorablement du travail agricole au travail en usine. Ainsi, en 1900, quatre cinquièmes des travailleurs sont désormais des salariés. Mais la catégorie « salariat » ne s’est véritablement imposée en tant que réalité sociale institutionnelle et objet de discours légitime que vers la fin du dix-neuvième siècle, au terme de luttes violentes entre modèles d’emploi et acteurs sociaux concurrents. La relation d’emploi se stabilise après la grande crise des années 1930 et se codifie pendant les Trente Glorieuses. Des normes juridiques définissent les relations de travail. Un statut collectif se greffe sur un contrat privé et définit ainsi un ordre public. Le salaire régulier devient synonyme de garantie et de sécurité. Mais les premières apories de l’État-Providence, dans les années soixante-dix, remettent en question cette institution triomphante [Howe, 1967]. Quoi qu’il en soit, le salariat est alors devenu le cadre de référence et la forme économique et juridique prépondérante du travail au sein de la société américaine.

3. 2 La société salariale ou l’institutionnalisation du travail salarié

45L’avènement, dans les années 1930, d’un tiers longtemps exclu, l’État fédéral (Kaufman, 1997], a permis, sous la contrainte du chômage de masse et la menace d’un effondrement économique général, l’établissement de principes et de conventions juridiques reconnues par les parties en présence. La relation duale censée réunir, par contrat, un employeur et un employé, ne pouvait toutefois plus se fonder sur la simple référence à l’individu mais devait s’élargir à ses représentants [Dunlop, 1944 ; Chamberlain, 1951]. La reconnaissance institutionnelle de la légitimité respective de l’organisation industrielle et de l’action collective a produit de nouvelles institutions et un système régulé de relations sociales [Kerr et al., 1960], Ce dernier a permis d’intégrer dans un processus commun deux « sujets collectifs » aux intérêts divergents : directions et syndicats tentant, l’un de maintenir un monopole décisionnel, l’autre d’en infléchir le cours. Le nouveau système des relations professionnelles (industrial relations) issu de l’après-guerre se voulait fondé, à partir d’une rationalité politique, sur le consensus et la juste répartition des rôles [Kaufman, 1993]. Il faisait de la négociation collective un outil de régulation de l’offre et de la demande pour un marché de l’emploi qui était alors largement offreur. Une économie salariale répartissait et « dépensait » les fruits de la croissance. L’ensemble constituait un mode de construction de la vie professionnelle et sociale [Dunlop, 1958]. Il fallait alors s’efforcer de concilier l’utilité et l’égalité, le profit et la justice.

46Aujourd’hui, l’avenir de l’emploi statutaire et du salariat permanent en tant que formes socio-économiques dominantes ne paraît plus aussi assuré. Mais la question du travail, the labor question aurait-on dit au dix-neuvième siècle, si elle n’est plus considérée comme une simple question morale, n’a pas disparu pour autant dans les oubliettes de l’histoire américaine. Elle reste toujours une question sociale : une affaire d’économie et de mœurs. Ne s’est-il pas toujours agi, selon les circonstances et les rapports de force entre acteurs, d’une difficile mise en équilibre entre deux approches contradictoires : rechercher une forme plus démocratique qui se substitue aux rapports traditionnels de pouvoir et de pure dépendance, tout en préservant la liberté des acteurs et l’autorité des hiérarchies organisationnelles ? A moins que ce ne soit d’organiser la justification ou la mise entre parenthèses des intérêts et des conflits en jetant un pudique « voile d’ignorance » [Rawls, 1971] sur ce que Marx dénommait plus crûment en son temps la violence des rapports sociaux de production ?

47Ainsi le chemin qui mène, en quatre siècles, du travail « contraint » à l’emploi salarié stable via le travail « libre » a été plus que malaisé. Il ménage encore bien des surprises, à en juger par le récent retournement de tendance. Il semble donner un brutal coup d’arrêt à la progression du salariat stable et privilégier, à nouveau, travail indépendant et activité individuelle, opérant un singulier retour aux règles sociales issues de la philosophie du marché propre au dix-septième siècle anglais, mais aussi aux théories du contrat du siècle des Lumières. La crise économique nous donne ainsi à voir, rétrospectivement, toute l’étendue et la complexité de la relation d’emploi salarié et la fragilité de son assise institutionnelle. Le salariat, en s’affirmant comme un système socio-économique stable sous une triple tutelle (big business, big labor, big government), semble avoir permis de lier, à l’époque contemporaine, le travail au salaire et le salaire à une place statutaire. Il a conjoint les deux paradigmes antagonistes de l’emploi sous tutelle et du travail libre marchand en un seul. Or, la contradiction, qui semblait résolue, se ravive après la crise récente qui vient de mettre à mal le compromis fordiste qui avait engendré la société salariale de plein emploi. La relation travail/emploi, activité/place statutaire qui était alors réversible redevient plus problématique, quand elle ne devient pas désormais univoque ou unipolaire. Le travail n’est plus synonyme d’emploi ni ne mène forcément à un statut stable comme celui très envié de l’employé, de l’ouvrier ou du cadre américains pendant les Trente Glorieuses [Freeman & Medof, 1988], Ces bouleversements récents semblent faire des logiques libérales du travail indépendant, centrées sur l’activité, le calcul économique égoïste ou la sanction individualisée des compétences, la condition moderne à toute « employabilité » et accès au revenu pécuniaire [Kochan, 1986]. L’exaltation des vertus intrinsèques du travail flexible ou de la nécessité d’un marché de l’emploi plus fluide [Locke et alii, 1997] se nourrissent de la même dialectique historique, mais pour en inverser désormais le sens. Tant il est vrai que les relations de travail, avant de se fixer en relations d’emploi pérennes, ont toujours été empreintes de passions et d’intérêts. Pourtant, le passage du labeur sous tutelle au travail libre sous contrat, puis à l’emploi statutaire a permis d’inventer et d’établir une relation stable d’équivalence entre travail rémunéré et place en entreprise fondée en droit.

48Quand bien même le salariat contemporain s’efforcerait de minimiser l’importance des structures hiérarchiques ou de se débarrasser de son héritage « indigne » lié aux tutelles de l’engagement sous contrat, de l’esclavage ou de la lointaine corvée, il entretient toujours des liens, même ténus, avec des formes sociales révolues, parfois très autocratiques, qui peuvent aller de la pure contrainte à la domesticité hors-marché. Il continue de charrier, sous des formes dégradées, certains traits caractéristiques du travail dit « forcé » ou du travail « réglé ». Ainsi la soumission de l’employé à l’autorité d’un patron ou d’un responsable, à la tâche à accomplir ou au temps à respecter ne disparaît pas pour autant, même si elle s’exprime plus fréquemment, de nos jours, par l’acceptation d’une contrainte intériorisée et, surtout, par le retour à la vente directe ou au simple louage de la force de travail. Le travail subordonné sous contrat salarié constitue encore le mode dominant d’insertion sociale et de production de la valeur économique, même aux États-Unis. Le modèle salarial flexible qui émerge depuis les années 1990 continue néanmoins de fonder sa légitimité sociale et juridique sur un équilibre changeant entre trois formes interdépendantes de compromis : un pacte de subordination, un pacte d’association et un pacte marchand. Tutelles, statuts, contrats marchands sont encore les matrices culturelles qui expriment la permanence de cette dialectique socio-économique complexe mais toujours en perpétuel devenir. Ainsi peut-on dire qu’« aucune forme de travail n’a éliminé les autres dans la synchronie et aucune rupture n’a jamais segmenté des âges du travail. » [Schwartz, 1993, p. 7].

Bibliographie

Références bibliographiques

Adams, Donald R. Jr., 1970, “Some Evidence on English and American Wage Rates, 1790-1830”, Journal of Economic History, vol. 30, no 3, p. 499-520.

Adams, Donald R. Jr., 1986, “Prices and Wages in Maryland, 1750-1850”, Journal of Economic History, vol. XLVI, no 3, p. 625-645.

Aglietta, Michel & Brender, Anton, 1984, Les métamorphoses de la société salariale, Paris, Calman-Levy.

Appelbaum, Herbert, 1998, The American Work Ethic and the Changing Workforce, An Historical Perspective, Westport, Connecticut, Quorum Books.

Arendt, Hannah, 1958, The Human Condition, trad. fr. La condition de l’homme moderne, 1994, Paris, Calman-Levy.

Aristote, La Politique, trad. fr., 1982, Paris, Vrin.

Aron, Raymond, 1962, Dix-huit leçons sur la société industrielle, Paris, Gallimard, 1986.

Atack, Jeremy & Bateman, Fred, 1987, To their Own Soil, Agriculture in the Antebellum North, Ames, lowa State University Press.

Atack, Jeremy & Passell, Peter, 1994, A New Economic View of American History from Colonial Times to 1940, New York, Norton.

Aubrey, Land C., 1955, The Dulanys of Maryland, A Biographical Study of Daniel Dulany, the Elder (1685-1753) and Daniel Dulany, the Younger (1722-1797), Baltimore, Maryland Historical Society.

Bataille, Georges, 1967, « Les données historiques 3, la société industrielle », in La part maudite, Paris, Editions de Minuit, p. 163-194.

Baxandall, Rosalyn, Gordon, Linda & Reverby, Susan (eds), 1995, America’s Working Women, A Documentary History, 1600 to the Present, New York, Norton.

Beard, Charles, A., 1913, An Economic Interpretation of the Constitution of the United States, 1986, New York, The Free Press.

Berlin, Ira, 1980, “Time Space and the Evolution of Afro-American Society or British Mainland North America”, American Historical Review, 85, p. 44-78.

Berlin, Ira & Hoffman, Ronald (eds), 1983, Slavery and Freedom in the Age of the American Revolution, Charlottesville, University of Virginia Press.

Berlin, Ira et alii (eds), 1985, The Destruction of Slavery, Cambridge, Cambridge University Press.

Berlin Ira et alii (eds), 1993, The Wartime Genesis of Free Labor, The Upper South, in Freedom, New York, Cambridge University Press.

Blackford, K.M.H. & Newcomb, A., 1914, The Job, The Man, The Boss, Garden City, N.Y., Doubleday.

Bowen, Catherine Drinker, 1966, Miracle at Philadelphia, Boston, Back Bay Books.

Boyer, Robert, 1991, « Les transformations des conventions salariales entre théorie et histoire, d’Henry Ford au fordisme », Revue Economique, vol. 42, no 2, mars, p. 232-272.

Boyer, Robert, 1995, « Le rapport salarial », in Boyer Robert & Saillard Yves, Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Bradford, William, 1620, “Of Plymouth Plantation”, ch. 9, in Bradley S., Beatty R. C. & Long H.E., 1967, The American Tradition in Literature, New York, Norton, vol 1., p. 16-23.

Bradley, S., Beatty, R. C. & Long, H. E., 1967, The American Tradition in Literature, New York, Norton.

Braudel, Fernand, 1976, La Méditerranée et le monde méditérranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Belles-Lettres.

Braverman, H., 1974, Labor and Monopoly Capital: The Degradation of Work in the Twentieth Century, New York, Monthly Review Press, trad. fr. Travail et capitalisme monopoliste : la dégradation du travail au XXe siècle, Paris, Maspéro, 1976.

Brody, D., 1980a, Steelworkers in America, The Nonunion Era, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Brody, D., 1980b, Workers in Industrial America, Essays on the 20th Century Struggle, New York, Oxford University Press.

Brody, D., 1989, “Labor History, Industrial Relations and the Crisis of American Labor”, Industrial and Labor Relations Review, octobre, p. 7-18.

Burawoy, Michael, 1979, Manufacturing Consent: Changes in the Labor Process under Monopoly Capitalism, Chicago, University of Chicago Press.

Castel, Robert, 1995, Les métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat, 1999, Paris, Folio essais, Gallimard.

Chamberlain, N., 1951, Collective Bargaining, New York, McGraw-Hill.

Clark, Victor, S., 1916, History of Manufactures in the United States, 1607-1860, Washington D.C., Carnegie Institution of Washington.

Colomp, Catherine, 1998, Entre classe et nation. Mouvement ouvrier et immigration aux États-Unis, Paris, Belin.

Commons, J. R. et al., 1919, History of Labor in the United States, New York, MacMillan, vol. 1.

Commons, J. R., 1950, The Economy of Collective Action, New York, Macmillan.

Conrad, Alfred H. & Meyer, John R., 1964, The Economics of Slavery, and Other Studies in Econometric History, Chicago, Aldine Pu. Co.

Conrad, Alfred H. et al., 1967, “Slavery as an Obstacle to Economic Growth in the United States: A Panel Discussion”, Journal of Economic History, vol. 27, no 4, décembre, p. 518-560.

Coste, Jacques-Henri, 1999, “Le gouvernement de l’entreprise américaine en perspective historique : fondements et évolutions d’une puissance socio-économique régulante”, in Ben Barka M. (ed.), Argent et Pouvoir(s), Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, no 26, p. 74-112.

Crèvecoeur, Michel, Guillaume Jean (de), 1782, Letters from an American Farmer, in Trent W.P. & Lewisohn Ludwig (eds), 1904, New York, Fox, Duffield, trad. fr., Lettres d’un cultivateur américain, Paris et Genève, Ressources, 1979.

Dabnet, V., 1971, Virginia, The New Dominion, Charlottesville, University of Virginia Press.

Debouzy, Marianne, 1984, Travail et travailleurs aux États-Unis, Paris, La Découverte.

De Brizzi, J. A., 1983, Ideology and the Rise of Labor Theory in America, Londres, Greenwood Press.

Derber, M., 1969, “Industrial Democracy as an Organizing Concept for a Theory of Industrial Relations”, in Somers G. (ed.), Essays in Industrial Relations, Iowa State University Press.

Dibacco, T. V., Made in the USA, The History of American Business, New York, Harper, 1987.

Douglass, E. P., 1971, The Corning of Age of American Business, Three Centuries of Enterprise, 1600-1900, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Dorfman, J., 1969, The Economic Mind in American Civilization, 1865-1918, New York, Augustus M. Kelley.

Drayton, Michael, 1605, “To the Virginian Voyage”, Poems Lyric and Pastoral, in Warren Robert Penn & Erskine Albert (eds), 1955, Six Centuries of Great Poetry, New York, Laurel, Dell, p. 120-122.

Dunlop, J. T., 1944, Wage Determination under Trade Unions, New York, MacMillan.

Dunlop, J. T., 1958, Industrial Relations Systems, New York, Holt & Co.

Edwards, Richard, E., 1985, Contested Terrains, The Transformation of the Workplace in the Twentieth Century, New York, Basic Books.

Ekirch, A. R, 1985, “Bound for America”, The William & Mary Quarterly, no 42, p. 167-183.

Ekirch, A. R, 1988, “Bound for the Chesapeake: Convicts, Crime and Colonial Virginia”, Virginia Cavalcade, no 3, hiver, p. 100-113.

Faler, Paul, 1981, Mechanics and Manufacturers in the Early Industrial Revolution, Lynn, Massachussetts, 1780-1860, Albany, Suny Press.

Fenoalta, S., 1984, “Slavery and Supervision in Comparative Perspective, A Model”, Journal of Economic History, vol. 44, p. 635-668.

Fogel, Robert W. & Engerman, Stanley, 1977, “Explaining the Relative Efficiency of Slave Agriculture in the Antebellum South”, American Economic Review, vol. 67, juin, p. 275-296.

Fogel, Robert W., 1989, Without Consent or Contract, The Rise and Fall of American Slavery, New York, Norton.

Foner, P. S., 1960, History of the Labor Movement in the United States, New York, International Publishers.

Foner, Eric, 1990, A Short History of Reconstruction, New York, Harper & Row.

Foner, Eric, 1995, Free Soil, Free Labor, Free Men, The Ideology of the Republican Party Before the Civil War, Oxford, New York, Oxford University Press.

Foner, Eric (ed.), 1997, The New American History, Philadelphia, Temple University.

Foucault, Michel, 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, 1999, Paris, Gallimard.

Ford, Henry, 1922, My Life and Work, Garden City, Doubleday.

Franklin, Benjamin, 1751, “Observations concerning the Increase of Mankind, Peopling of Countries”, in Labaree Leonard W. & Bell Whitfield J. Jr. (eds), 1959, The Papers of Benjamin Franklin, Yale, Yale University Press, vol. IV, p. 228-233.

Franklin, Benjamin, 1782, Information to Those Who Would Remove to America, Londres.

Frayssé, Olivier, 1988, Abraham Lincoln, la terre et le travail, Paris, Presses de la Sorbonne.

Freeman, Richard B. & Medoff, James L., 1984, What Do Unions Do?, New York, Basic Books.

Galenson, D. W., 1981, White Servitude in Colonial America, An Economic Analysis, New York, Cambridge University Press.

Galenson, D. W., 1984, “The Rise and Fall of Indentured Servitude in the Americas, An Economic Analysis”, Journal of Economic History, vol. 44, mars, p. 1-26.

Gates, Paul W., 1960, The Farmer’s Age, Agriculture, 1815-1860, Armonk, N.Y., M.E. Sharpe.

Genovese, E. D., 1965, The Political Economy of Slavery, 1989, Middletown, Connecticut, Wesleyan University Press.

Glickman, Lawrence B., 1997, A Living Wage: American Workers and the Making of Consumer Society, Ithaca, Cornell University Press.

Glickstein, J. A., 1991, Concepts of Free Labor in Antebellum America, Yale, Yale University Press.

Greenberg, Brian, Worker and Community, Response to Industrialization in a Nineteenth-Century American City, Albany, New York, 1850-1884, Albany, Suny Press.

Gutman, Herbert & Sutch, Richard, 1976, Reckoning with Slavery: A Critical Study in the Quantitative History of American Negro Slavery, New York, Oxford University Press.

Gutman, Herbert, 1976, Work, Culture and Society in Industrializing America, 1815-1920, Essays in American Working-Class and Social History, New York, Vintage Books.

Habbakkuk, H., J., 1962, American and British Technology in the Nineteenth Century, The Search for Labour-Saving Inventions, Cambridge, Cambridge University Press.

Hackluyt, Richard, 1584, Discourse Concerning Western Planting, Londres, in Béranger Jean (ed.), 1986, L’Amérique coloniale, 1607-1774, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, p. 14-17.

Hamilton, Alexander, 1791, “Report on Manufactures”, in Syrett H.C. & Cooke J.E. (eds.), The Papers of Alexander Hamilton, 1961, New York, Putnam.

Hannon, Joan Underhill, 1984, “Poverty in the Antebellum and Northeast: The View from New York State’s Poor Relief Rolls”, Journal of Economic Literature, vol. XLIV, no 4, p. 1007-1032.

Harris, Howell John, 1989, “The Master Craftsman, The Fall of the House of Labor: The Workplace, the State, and American Labor Activism, 1865-1925”, Labor History, hiver, vol. 30, no 1, p. 93-106.

Hegel, Friedrich, 1807, Phénoménologie de l’esprit, Paris, Aubier, 1977, vol. I.

Henretta, James A., 1978, “Families and Farms, Mentalité in Pre-Industrial America”, William and Mary Quarterly, vol. 35, janvier, p. 3-32.

Hicks, J. R., 1932, The Theory of Wages, New York, Macmillan.

Hills, Stephen M., 1995, Employment Relations and the Social Sciences, Columbia, S.C., University of South Carolina Press.

Hobbes, Thomas, 1651, Leviathan, or The Matter, Forme, & Power of a Common-Wealth Ecclesiastical and Civill, Londres, Gaskin J. C. (ed.), 1996, Oxford, Oxford University Press.

Howe, Irwin, 1967, “The Welfare State”, in Dolbeare Kenneth, Dolbeare Patricia & Hadley Jane A. (eds), Readings in American Ideologies, Chicago, Markham, 1973, p. 280-298.

Huston, James L., 1998, Securing the Fruits of Labor. The American Concept of Wealth Distribution, 1765-1900, Baton Rouge, Louisiana State University Press.

Jacoby, D., 1998, Laboring for Freedom, A New Look at the History of Labor in America, Armonk, N. Y., M. E. Sharpe.

Jacoby, S., 1985, Employing Bureaucracy, Managers, Unions, and the Transformation of Working American Industry, 1900-1945, New York, Columbia University Press.

Jacoby, S. (ed.), 1991, Masters to Managers, Historical and Comparative Perspectives on American Employers, New York, Columbia University Press.

Jacoby, S., 1997, Modern Manors, Welfare Capitalism since the New Deal, Princeton University Press.

Jefferson, Thomas, 1785, “To James Madison”, in Peterson Merill D. (ed.), 1975, The Portable Thomas Jefferson, Harmondsworth, Penguin, p. 395-398.

Jefferson, Thomas, 1787, “Query XIX, Manufactures”, Notes on the State of Virginia, in Peterson Merill D. (ed.), 1975, The Portable Thomas Jefferson, Harmondsworth, Penguin, p. 217.

Jones, Alice Hanson, 1980, Wealth of a Nation to Be, The American Colonies on the Eve of the Revolution, New York, Columbia University Press.

Jones, Jacqueline, 1998, American Work, Four Centuries of Black and White Labor, New York, Norton.

Jones, Jacqueline, 1999, A Social History of the Laboring Classes: From Colonial Times to the Present, Oxford, Blackwell.

Joyner, C., 1984, Down by the Riverside, A South Carolina Slave Community, Urbana, University of Illinois Press.

Kalm, P., 1748, Travels into North America, Boston, Imprint Society, 1972, p. 197-198.

Kaufman, B., 1993, The Origins and Evolution of the Field of Industrial Relations in the United States, New York, Ithaca, IRL Press.

Kaufman, Bruce E. (ed.), 1997, Government Regulation of the Employment Relationship, Madison, WI, Industrial Relations Research Association.

Kerr, C., Dunlop J., Harbison, F. & Meyers, C., 1960, Industrialism and Industrial Man, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Kochan, T., 1986, The Transformation of American Industrial Relations, New York, Basic Books.

Kolchin, Peter, 1997, Une institution très particulière : l’esclavage aux États-Unis, 1619-1877, Paris, Belin.

La Boétie, E., 1548, Discours de la servitude volontaire ou le Contr’un, 1989, Paris, Garnier-Flammarion.

Laurie, Bruce, 1989, Artisans into Workers, Labor in Nineteenth-Century America, New York, Farrar, Strauss & Giroux.

Licht, Walter, 1995, Industrializing America, The Nineteenth Century, Baltimore, John Hopkins University Press.

Locke, John, 1661, “Labour”, Commonplace Book, in Wooton D. (ed.), 1996, Political Writings, Harmondsworth, Penguin, p. 440.

Locke, John, 1669, The Fundamental Constitutions of the Carolina, in Wootton D. (ed.), Political Writings, 1996, Harmondsworth, Penguin, p. 215.

Locke, John, 1681, The Second Treatise of Government, in Wooton D. (ed.), 1996, Political Writings, Harmondsworth, Penguin, 1996.

Locke, R., Kochan, T. & Piore, M., 1997, Employment Relations in a Changing World, Boston, MIT Press.

Lockeridge, Kenneth, 1981, Settlement and Unsettlement in Early America, Cambridge, Cambridge University Press.

Marburg, T. F., 1941, “Aspects of Labor Administration in the Early Nineteenth Century”, Bulletin of the Business History Society, no 15, p. 1-10.

Marienstras, Elise, 1976, Les mythes fondateurs de la nation américaine, Paris, Maspéro.

Marx, Leo, 1964, The Machine in the Garden, Technology and the Pastoral Ideal in America, New York, Oxford University Press.

McCartin, Joseph A., 1997, The Struggle for Industrial Democracy and The Transformation of the American Workplace, 1912-1921, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

McCusker, John J. & Ménard, Russel, R., 1985, The Economy of British America, 1607-1789, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

McCusker, John J. & Morgan, Kenneth (eds), 2000, The Early Modern Atlantic Economy, New York, Cambridge University Press.

McKivigan, John, R. & Snay, Mitchell, 1998, Religion and the Antebellum Debate over Slavery, Athens, University of Georgia Press.

Menard, Russell R., 1985, Economy and Society in Early Colonial Maryland, New York, Garland.

Miller, Perry, 1939, The New England Mind, The Seventeenth Century, New York, Garden City.

Miller, Perry, 1953, The New England Mind, From Colony to Province, Cambridge, Harvard University Press.

Miller, Perry, 1956, The American Puritans, New York, Garden City.

Montgomery, David, 1995, Citizen Worker, The Experience of Workers in the United States with Democracy and the Free Market During the Nineteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press.

Morgan, E. S., 1975, American Slavery, American Freedom, the Ordeal of Colonial Virginia, New York, Norton.

Morgan, Philip D., 1982, “Work and Culture, The Task System and the World of Lowcountry Blacks, 1700 to 1880”, William and Mary Quarterly, vol. 39, 3e trim., p. 566-571.

Novak, Michael, 1987, The Spirit of Capitalism, New York, Simon & Schuster.

Paine, Thomas, 1776, Common Sense, 1997, New York, Dover Publications.

Perlman, Selig A., 1928, A Theory of Labor Movement, New York, Macmillan.

Polanyi, Karl, 1944, La grande transformation, aux origines politiques et économiques de notre temps, trad. fr. 1983, Paris, Gallimard.

Price, Robert, 1776, Observations on the Nature of Civil Liberty, and the Justice and Policy on the War with America, in Beloff Max (ed.), 1949, The Debate on the American Revolution, New York, Sheridan House, 1989, p. 265-66.

Prude, J., 1983, The Coming of Industrial Order, Town and Factory Life in Rural Massachussetts, 1810-1860, Cambridge, Cambridge University Press.

Rawls, John, 1971, A Theory of Justice, Cambridge, Mass., Havard University Press.

Salais, R., Baverez, N. & Reynaud, B., 1986, L’invention du chômage. Histoire et transformations d’une catégorie en France des années 1890 aux années 1980, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.

Salais, R., 1994, « Observations sur les fondements historiques et conventionnels du concept d’emploi dans l’économie du travail », in Erbes-Seguin Sabine (ed.), L’emploi : dissonnances et défis, Paris, L’Harmattan, p. 257-276.

Sanford, Charles L., 1955, Benjamin Franklin and the American Character, Boston, Heath.

Savage, M., 1998, “Discipline, Surveillance and the Career, Employment on the Great Western Railway, 1883-1914”, in McKinley A. & Starkey K. (ed.), Foucault, Management and Organization Theory, Londres, Sage.

Schwartz, Y., 1993, « Penser le travail et sa valeur », Projet, no 236, p. 7-15.

Shakespeare, William, 1623, The Tempest, 1954, collection Arden Shakespeare, Londres, Methuen & Co., trad. fr. J. J. Mayoux, 1969, La Tempête, Paris, Aubier.

Smith, Adam, 1776, The Wealth of Nations, An Inquiry Into the Wealth of Nations, 1991, Londres, Everyman’s Library.

Smith, A. B., 1947, Colonists in Bondage, White Servitude and Convict Labor in America, 1607-1776, Chapel Hill, The University of North Carolina Press.

Smith, John, 1616, A Description of New England, in Barbour P.L. (ed.), 1986, The Complete Works of Captain John Smith (1580-1671), Chapel Hill, The University of North Carolina Press.

Spender, J. C. & Kijne, H., 1996, Scientific Management, Frederick Winslow Taylor’s Gift to the World, Dordrecht, Kluwer.

Spinoza, Baruch, l670, Traité théologico-politique, trad. fr. in Œuvres complètes, Gallimard, 1954.

Stampp, Kenneth E., 1956, The Peculiar Institution, Slavery in the Antebellum South, New York.

Stanley, Amy Dru, 1999, From Bondage to Contract, Wage Labor, Marriage, and the Market in the Age of Slave Emancipation, Harvard, Cambridge University Press.

Steinfeld, Robert, J., 1991, The Invention of Free Labor, The Employment Relation in English and American Law and Culture, 1350-1870, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Supiot, Alain, 1994, Critique du droit du travail, Paris, Presses Universitaires de France.

Supiot, Alain, 1997, Le travail en perspectives, Nantes, Maison des Sciences de l’homme.

Supiot, Alain, 1998, Au-delà de l’emploi, Paris, Flammarion.

Tawney, R., H, 1922, Religion and the Rise of Capitalism, New York, Mentor, 1947.

Tocqueville, Alexis (de), 1835, « Les trois races aux États-Unis », in De la démocratie en Amérique, Paris, Flammarion, tome 1, ch. X, p. 426-531.

Turner, Frederick Jackson, 1893, “The Significance of the Frontier in American History, and Contributions of the West to American Democracy”, in Taylor G.R. (ed.), The Turner Thesis Concerning the Role of the Frontier in American History, Lexington, MA, D.C. Heath, p. 1-33.

Turner, Frederick Jackson, 1920, The Frontier in American History, New York, Holt.

U.S. Bureau of the Census, 1960, Historical Statistics of the United States, Colonial Times to 1957, Bicentennial Edition, Washington D.C.

Weber, Max, 1905, Die protestantische Ethik und der “Geist” des Kapitalismus, trad. fr. L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1967.

Wiebe, Robert H., 1995, Self-Rule, A Cultural History of American Democracy, Chicago et Londres, University of Chicago Press.

Winthrop, John, 1630, City upon the Hill, in Miller P. & Johnson T.H., The Puritans, A Sourcebook of Their Writing, New York, Harper Torchbboks, 2e éd. 1963.

Zunz, Olivier, 1983, Naissance de l’Amérique industrielle, 1880-1920, Paris, Aubier.

Notes

1 Traduction citée par Elise Marienstras [1976, p. 324].

2 “Industry and constant Employment are great preservatives of the Morals and Virtues of a Nation” déclare Franklin [1782] dans cette fameuse lettre-essai.

3 Le mot employment, tel que le définit le dictionnaire Webster, est polysémique. Il renvoie tout d’abord à la notion d’usage (use) ou d’intention (purpose) avant de qualifier une occupation définie dans laquelle on s’engage librement ou que l’on impose à autrui. Il peut donc s agir d utiliser, indifféremment, un objet ou les services d’une personne en vue d’une fin extérieure. Le mot fait également référence à l’application d’une personne à une tâche rémunérée, qu’elle soit le résultat d’un engagement volontaire ou d une soumission à la volonté d’autrui. Dans son acception courante, plus contemporaine, le terme désigne, soit l’exercice d’une activité professionnelle, soit le poste de travail.

4 Le salariat est, par exemple, comme toutes les institutions devenues dominantes, le produit de toute une évolution passée des relations de travail et, tout particulièrement, le fruit d un compromis original qui vise à réconcilier et à dépasser par la salarisation deux conceptions antithétiques du travail : le travail contraint fondé sur la subordination permanente ou transitoire et le travail libre fondé sur la propriété, le contrat. Il renvoie donc à des éléments de permanence paradigmatique tout en introduisant des variations ou mutations. Ainsi peut-on dire que la relation d’emploi a emprunté une trajectoire ou un « sentier » de développement spécifique (path dependency) qui reste contraint par l'histoire mouvementée de sa propre émergence aux États-Unis.

5 Voir Locke [1661, p. 440] : « Nous devrions considérer comme un témoignage de la bonté de Dieu le fait que, dans cette vie, il nous a mis dans l’obligation de travailler non seulement pour protéger l’humanité des mauvaises actions que les hommes mal-intentionnés, tout à leur loisir, sont enclins à commettre. Cela exerce une influence bienfaisante sur les hommes bons et vertueux, lesquels sont ainsi préservés des vices de l’oisiveté et des maladies qui accompagnent la vie sédentaire requise par l’étude assidue. » (“We ought to look on it as a mark of goodness in God that he has put us in this life under a necessity of labour: not only to keep mankind from mischief that ill men at leisure are very apt to do; but it is a benefit even to the good and the virtuous, which are thereby preserved from the ills of idleness or the diseases that attend constant study in a sedentary life”).

6 Dans La Tempête, Shakespeare, pour décrire ce rêve européen, fait dire à son conseiller les vers suivants : « Nulle occupation ; tous les hommes, oisifs, tous ; / (....). / Toutes choses seraient en commun produites par la nature/Sans sueur ni effort : [...] ; » (“No occupation ; all men idle, all ; [...] / All things in common Nature should produce/Without sweat or endeavour : [...]”). II, 1, v. 147 et 151-152.

7 [...] “Nature hath in store / Fowl, venison, and fish / And the fruitfull’st soil, / Without your toil” [Drayton, 1605].

8 “Besides, what could they see but a hideous and desolate wilderness, full of wild beasts and wild men, – [...], and the whole country, full of woods and thickets, represented a wild and savage hue.” Cité dans Bradley, Beatty & Long [1967, p. 19].

9 « No 13 [...] La multitude infinie du peuple anglais pourra être mise au travail, allégeant le fardeau que fait peser sur le royaume la masse de ceux qui vivent aujourd’¬ hui aux crochets de l’Etat. [...] No 16 : En nous implantant là-bas, nous ajouterons à la gloire de l’Évangile, et, d’Angleterre, une religion vraie planterons ; nous fournirons lieu sûr et havre véritable aux être humains de toutes les régions du globe qui se voient contraints et forcés de fuir pour affirmer la vérité de la parole de Dieu. [...] No 19 : De nombreux hommes nantis de la plus vive intelligence ou de talents divers et singuliers [...] et qui ne sont pas en mesure de séjourner en Angleterre, pourront se relever là-bas et rendre de grands services à leur pays [...] No 21 : le menu fretin issu de la foule des mendiants errant en Angleterre [...] pourra y être débarqué et mieux éduqué ». (“No 13: [...] infinite numbers of the English nation may be set on work, to the unburdening of the realm with many that now live chargeable to the State at home. [...] No 16: we shall by planting there enlarge the glory of the gospel, and from England plant sincere religion, and provide a safe and sure place to receive people from all parts of the world that are forced to flee for the truth of God’s word. [...] No 19: Many men of excellent wits and of diverse singular gifts, [...] that are not able to live in England, may there be raised again, and do their country good service; [...]. No 21: The fry of the wandering beggars of England, [...], may be unladen, better bred up [...]”).

10 En 1738, un émigrant de fraîche date écrivait à un ami resté en métropole pour déplorer l’absence de serviteurs à son service : « [...] mais je dois vous dire qu’il est extrêmement malaisé de vivre sans serviteur, un homme à lui tout seul n’étant pas en mesure de déplacer arbres ou clôtures, [...]. Je me vois dans l’obligation de vous demander de trouver tous les serviteurs que vous pouvez et de bien prendre soin d’eux pendant la traversée car c’est eux qui vous feront gagner de l’argent et vous permettront de vivre sur votre plantation sans regarder à la dépense. » (“[....] but I must tell you it’s hard living without a servant, one man being incapable to Move Trees, & fence, [...]. I must beg of you to get all ye Servants you can, and be careful of’em at Sea, for they’ll bring you money, or enable You to live handsomely on Your plantation”). Cité dans Jones [1998, p. 15].

11 Après des massacres commis en 1622 par les Indiens en Virginie, il fut envisagé avec enthousiasme d’exploiter le travail des Indiens pour faire du profit. Un certain John Martin composa même un essai intitulé The Manner Howe to Bringe the Indians Info Subjection, où il recommandait, de façon certes peu réaliste, le travail forcé pour les Indiens. Voir Jones [1999, p. 8].

12 “Wee must be knitt together in this worke as one man, we must entertaine each other in brotherly Affection, [...], labour, and suffer together [...] for wee must Consider that wee shall be as a Citty upon the Hill, [...].” [Winthrop, 1630, p. 199].

13 “There is another combination of virtues strangely mixed in every lively, holy Christian; and that is, diligence in worldly business, and yet deadness to the world”. Cité par Miller [1956, p. 171].

14 “Contemplation of the good means nothing without the accomplishment of the good. A man must not only be pious; he must be useful”. [Sanford, 1955, p. 41].

15 Le mot “tutelle” évoque l’institution ou la personne qui exerce une autorité de type paternel sur une personne en état de dépendance et lui garantit en échange de son obéissance une forme de sécurité et de protection.

16 “Whensoever a min transfereth his right, or renounceth it; it is either in consideration of some right reciprocally transferred to himself; or for some other good he hopeth for thereby. For it is a voluntary act: [...]. The mutual transferring of right, is that which men call CONTRACT” [Hobbes, 1651, p. 88-89].

17 “[...] both paternal and despotical dominion, [...]” [Hobbes, 1651, p. 135].

18 “[...] but one, that being taken, hath corporal liberty allowed him; and upon promise not to run away, nor to do violence to his master, is trusted by him” [Hobbes, 1651, p. 135].

19 “[...] The colonists carry out with them a knowledge of agriculture [...]. They carry out with them, too, the habit of subordination [...]” [Smith, 1776, II, 7].

20 A l’époque coloniale, seules les personnes qui possédaient une terre ou une fortune personnelle avaient le statut de citoyen : le droit de voter et de participer à la vie politique.

21 Entre 1600 et 1700, on ne dénombre que très peu de fermiers recevant des salaires (hired laborers). En 1750, dans la région de New York, ils ne constituent que 6 % des cultivateurs, artisans et autres producteurs s’acquittant d’un impôt (New York City Tax Rolls).

22 “such servants are taken preferably to all others, because they are not so dear; for to buy a Negro or black slave, requires too much money at once; and men or maids who get yearly wages, are likewise to be dear; but this kind of servants may be got for half the money, and even for less [...]” [Kalm, 1748, p. 197-198].

23 “All children of leet-men shall be leet-men, and so to all generations” [Locke, 1669, p. 215].

24 “Labour is much cheaper there than it ever can be by Negroes here. Why then will Americans purchase Slaves? Because Slaves may be kept as long as a man pleases [...]; while hired Men are condnually leaving their Master (often in the midst of his Business) and setting up for themselves” [Franklin, 1751, p. 229].

25 Le paradigme grec qui fait de l’esclave une « propriété animée » selon l’expression d’Aristote [livre 1, ch. 2, § 1253], a été transposé en Amérique pour légitimer la tutelle d’un maître et l’efficacité économique d’une relation de propriété. Outil d’un autre, l’esclave est un travailleur exclu de l’échange économique et de la cité politique puisqu’il est privé non seulement de la jouissance de sa force de travail mais aussi de son libre arbitre.

26 “Blacks are property [...] and are used to the southward as horses and cattle to the northward”. Cité dans Bowen [1966, p. 95].

27 « Le nombre de Représentants sera réparti entre les différents États susceptibles de faire partie de l’Union proportionnellement à leur population respective. Cette population sera déterminée en ajoutant au total des personnes libres — y compris celles assujetties à un contrat de louage à durée fixe et en excluant les Indiens qui ne sont pas assujettis à l’impôt – les trois cinquièmes de toutes les autres personnes [...] ». (“Representatives shall be apportioned among the several States which may be included within this Union, according to their respective numbers, which shall be determined by adding the whole number of free persons, including those bound to service for a term of years, and excluding Indians not taxed, three-fifths of all other persons [...]”). Constitution des États-Unis, article I, section 2, 1787.

28 Voir Hobbes : « Et de même que le droit de possession est appelé empire sur une chose [...]. » (“And as the right of possession, is called dominion [...]” [1651, p. 107].

29 Par « statutaire » nous entendons qu’une règle, résultant d’une décision et d’un texte juridiques, détermine l’état, la place, la capacité d’une personne au sein d’une société ou d’un groupe restreint.

30 “This is the perfect condition of slavery, which is nothing else but the State of war continued between a lawful conqueror and a captive.” [Locke, 1681, p. 273].

31 L’esclavage a fait l’objet d’un débat religieux animé avant la guerre civile. Un pasteur presbytérien sudiste voit dans la relation esclavagiste la résolution paternaliste de la question sociale : « [...] la plus heureuse et la plus belle forme de gouvernement social connue, la seule qui résolve le problème de la cohabitation paisible entre riches et pauvres, est un patriarcat bienfaisant » (“[...] the most blessed and beautiful form of social government known ; the only one that solves the problem, how rich and poor may dwell together, a beneficent patriarchate”) [McKivigan & Snay, 1998, p. 18].

32 “Neither slavery nor involuntary servitude [...] shall exist within the United States, or any place subject to their juridiction”. Treizième amendement à la Constitution, section 1, 18 décembre 1865.

33 “In general, to be free is to be guided by one’s own will; and to be guided by the will of another is characteristic of servitude” [Price, 1776, p. 265].

34 “Thus labour, in the beginning, gave a right of property wherever anyone was pleased to employ it upon what was common [...]” [Locke, 1681, p. 283].

35 “[...] yet man (by being master of himself, and proprietor of his own person and the actions or labour of it) had still in himself the great foundation of property [...]” [Locke, 1681, ch. V, p. 283].

36 “[...] yet every man has a property in his own person. This nobody has any right to but himself. The labour of his body, and the work of his hands, we may say, are properly his” [Locke, 1681, ch. V, p. 283].

37 “The produce of labour constitutes the natural recompense or wages of labour. He [the labourer] has neither landlord nor master to share with him” [Smith, 1776, p. 57].

38 “Those who labor in the earth are the chosen people of God [...]. Dependence begets subservience and venality [...].” [Jefferson, 1787, p. 217].

39 “The earth is given as a common stock for man to labour and live on. [...] we must take care that other employment be furnished to those excluded from the appropriation. If we do not the fundamental right to labour the earth returns to the unemployed [...]. The small landholders are the most precious part of a State” [Jefferson, 1785, p. 397].

40 “[...] the property of labour should be able to overbalance the community of land. For ‘tis labour indeed that puts the difference of value on everything [...]” [Locke, 1681, ch. V, p. 281].

41 « Chaque fois que les conditions sociales avaient tendance à se cristalliser à l’Est, chaque fois que le capital exerçait de trop fortes pressions sur le travail [...] il y avait cette porte d’évasion [...]. Les hommes refusaient les salaires trop bas et un rapport permanent de subordination sociale, lorsque cette terre promise de liberté et d’égalité s’offrait à eux » (“Whenever social conditions tended to crystallize in the East, whenever capital tended to press upon labor [...] there was this gate of escape [...]. Men would not accept inferior wages and a permanent position of social subordination when this promised land of freedom and equality was theirs for the taking”) [Turner, 1893, p. 28].

42 What are the common wages of labour, depends everywhere upon the contract usually made between those two parties, whose interest are by no means the same. The workmen desire to get as much, the masters to give as little as possible [...]” [Smith, 1776, p. 58].

43 “Slavery discourages arts and manufactures. The poor despise labor when they see it performed by slaves” [Bowen, 1966, p. 203].

44 “[...] the employment of persons who would otherwise be idle, and in many cases, a burthen on the community, either from bias of temper, habit, infirmity of body, or some other cause, indisposing or disqualifying them for the toils of the country. It is worthy of remark, that, in general, women and children are rendered more useful [...], by manufacturing establishments, that they would otherwise be [...]. The husbandman himself experiences a new source of profit and support, from the increased industry of his wife and daughters, invited and stimulated by the demands of the neighboring manufactories”. Cité par Beard [1913, p. 25].

Auteur

Université Lumière – Lyon II

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540