Version classiqueVersion mobile

Pax Americana

 | 
Martine Azuelos

Introduction

Texte intégral

  • 1 Voir les deux précédents ouvrages : M. Azuelos (ed.) Le modèle économique anglo-saxon à l’épreuve (...)
  • 2 Sur le sens de ce terme, voir infra, Azuelos, encadré.

1Cet ouvrage est le troisième que nous consacrons à la mondialisation. Le phénomène est envisagé à la fois comme le fruit d’une dynamique largement impulsée par les économies anglo-saxonnes, au premier rang desquelles celle des États-Unis, et sous l’angle de ses effets sur l’évolution intérieure de ces économies1. Ce processus, qui constitue la caractéristique majeure de l’évolution économique de cette fin de siècle, est le plus souvent présenté comme imposant une régulation par les seules forces du marché à l’ensemble de la planète, tendant par là même à vider de sens le concept d’économie nationale. Notre analyse se démarque sensiblement de cette vision dominante. Constatant que la marche vers une économie mondialisée va de pair avec la résurgence de la puissance économique américaine et la suprématie du modèle « anglo-saxon » que ce pays est censé incarné, nous nous sommes attachés à cerner la dynamique propre à ce modèle. Le concept de leadership nous est apparu, à cet égard, comme le plus propre à rendre compte de l’évolution actuelle2, et ce sont différentes facettes de ce leadership que le présent volume entend explorer.

2Dans une étude liminaire replaçant les faits contemporains dans une perspective historique, Michel Péron met en avant certains concepts originels qui sous-tendent l’idéologie qui prévaut actuellement outre-Atlantique, tant au sein de la classe politique que dans celle des dirigeants d’entreprise. Le pragmatisme, en tant que démarche opérationnelle dans ses rapports avec la doctrine libérale, opportunisme et libéralisme allant de pair, et l’utilitarisme, si présent dans les stratégies entrepreneuriales, lui apparaissent ainsi comme les fondements essentiels de la dynamique américaine. Il montre également comment se situe la vision américaine du marché global dans cette approche « philosophique », pour mieux souligner qu’il n’existe qu’une contradiction apparente avec les grands principes éthiques que le libre jeu de la concurrence ne saurait mettre à mal tant que veille l’oncle Sam.

3Passant du champ de l’histoire des idées à celui des faits économiques, Valérie Peyronel étudie les effets de la mondialisation en Irlande du Nord, et ce par le biais de la multinationalisation des investissements qui s’y produit actuellement. Cette étude nous offre un autre regard sur la dynamique anglo-saxonne : rappelant que la Province, qui s’était développée grâce à l’apport de capitaux et de savoir-faire britanniques, fut longtemps le fleuron du développement industriel du Royaume-Uni avant de connaître, au XXe siècle, un déclin que la situation politique n’a fait qu’accélérer depuis les années 1970, elle montre comment son ouverture récente à la mondialisation des échanges a modifié sa relation traditionnelle de dépendance vis-à-vis de Londres. Des conditions fiscales et d’embauche alléchantes, une position géographique faisant de l’Ulster un tremplin éventuel vers d’autres marchés européens, ainsi que la perspective de règlement du conflit entre communautés catholique et protestante remettent aujourd’hui en cause l’influence de l’économie britannique, alors que la diversification de l’origine des investissements ouvre à l’économie nord-irlandaise de nouvelles perspectives de développement.

4Cette étude de cas illustre bien les enjeux de négociations multilatérales visant à modifier les règles auxquelles sont soumis les échanges commerciaux et l’investissement international. Or, Olivier Frayssé rappelle que le cadre juridique issu des accords de Marrakech, entrés en vigueur depuis la mise en place de l’Organisation mondiale du commerce, est pour l’essentiel une transposition en droit international des lois américaines, et qu’il consacre la position de leader des États-Unis. Par ailleurs, dans deux domaines-clefs de la nouvelle donne économique mondiale – la protection de la propriété intellectuelle et le projet d’accord multilatéral sur l’investissement –, les évolutions actuelles vont dans le sens du triomphe d’une dynamique qui consacre tout à la fois le poids des États-Unis sur les destinées de l’économie mondiale et l’acceptation du désengagement de l’État-nation au profit des forces du marché. Cette analyse rejoint celle de Marie-Claude Esposito concernant le domaine de la finance, où une réglementation bancaire mondiale est venue entamer les privilèges régaliens des États et prendre le relais des réglementations nationales défaillantes afin de mieux prévenir les risques d’une crise de nature systémique. En effet, le vaste mouvement de libéralisation des capitaux, s’il a amélioré l’allocation des ressources pour certains, a aussi engendré une très forte instabilité à l’intérieur du système et fragilisé les institutions bancaires. Or ici encore, les États-Unis ont joué un rôle déterminant dans l’élaboration de règles prudentielles minimales permettant de renforcer la sécurité des transactions.

5La relation entre l’État, le marché et la loi apparaît ainsi fondamentale pour qui veut cerner la dynamique propre au développement du leadership américain. Étudiant cette relation à travers le développement de la société anonyme américaine, Jean Rivière note que dans le pays qui s’est construit autour du mythe de la libre entreprise, l’intervention de la Cour suprême, du gouvernement fédéral et des États fédérés a, historiquement, largement contribué à asseoir la puissance des corporations et à conforter leurs avantages dans le contexte actuel de la mondialisation. Les États-Unis sont ainsi peu à peu devenus l’« entreprise » la mieux à même de s’imposer sur le marché mondial et si le modèle économique anglo-saxon, que symbolisent les États-Unis, est bien fondé sur un système de libre entreprise, il repose également sur des méthodes originales de collaboration entre public et privé : marché, État et législation s’appuient ici réciproquement et c’est à la symbiose harmonieuse de leur interaction que se reconnaît l’efficacité du système économique américain.

6Explorant lui aussi les ressorts opérationnels du modèle anglo-saxon, Jacques-Henri Coste les situe au cœur de l’entreprise américaine. À ses yeux, la longue crise de performance de la firme fordiste et les exigences incontournables des actionnaires ont en effet déclenché dans les années 1990 un sursaut financier, organisationnel et managérial qui a aidé à restaurer la puissance américaine à l’échelle mondiale. Dans un premier temps, la mise en œuvre rapide de nouveaux outils stratégiques axés sur la flexibilité, l’intégration, la création et la mesure de la valeur a permis une reconquête productive tout en déclenchant un bouleversement sociétal. Mais cette nouvelle donne productive semble actuellement déboucher sur un projet créateur de valeurs culturelles qui se veulent universelles et universalisantes. Une méthode pragmatique de redressement se codifie ainsi en un nouveau canon mondial de développement et induit des discours idéologiques qui se présentent comme fondés en nature et visent à promouvoir une Pax Americana qui fait écho au projet de paix perpétuelle dont rêvaient les Lumières et Kant.

7Dans ce contexte la montée en puissance, de par le monde, du modèle d’enseignement de la gestion né aux États-Unis dès le début du XXe siècle et aujourd’hui exporté sous le label MBA se révèle un puissant vecteur d’acculturation aux modes d’action et de pensée anglo-saxons. C’est ce que montre Rickie Moore, en soulignant toutefois que cette formation, standardisée outre-Atlantique dans les années 1960 et qui a généralisé dans le monde entier des styles managériaux américains, a fini par être contestée, au point que les MBAs ont dû intégrer d’autres perspectives (européennes et japonaises) pour mieux refléter l’évolution de l’économie mondiale. Au terme de cette évolution, ils sont aujourd’hui redevenus la norme éducative mondiale d’un enseignement appliqué de la gestion, tout entier tourné vers la résolution de problèmes concrets et l’obtention d’un avantage concurrentiel qui reste américain.

8À l’aube du XXIe siècle le leadership américain s’affirme donc comme une donnée incontestable. La mondialisation a permis aux États-Unis de reconquérir leur position dominante et d’entraîner une grande partie du monde dans leur sillage en promouvant leur mode d’organisation économique comme modèle d’efficacité et de réussite. Mais, tel le chef de file qui ne serait rien sans ceux qu’il conduit, ils n’ont pu jouer ce rôle sans s’engager eux-mêmes dans un mouvement qui les soumet à des forces qu’ils ne peuvent pleinement contrôler. D’où une forme inédite de vulnérabilité, dont les effets récents de la crise asiatique – voire russe – sur l’économie américaine nous donnent une illustration éclatante. C’est à une réflexion sur les paradoxes de ce leadership reconquis que nous invite Martine Azuelos en guise de conclusion à cette étude.

Notes

1 Voir les deux précédents ouvrages : M. Azuelos (ed.) Le modèle économique anglo-saxon à l’épreuve de la globalisation, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996 et M.-C. Esposito et M. Azuelos (eds), Mondialisation et domination économique : la dynamique anglo-saxonne, Paris, Economica, 1997. Le présent volume est largement issu du colloque organisé par le CERVEPAS à la Sorbonne le 27 novembre 1997 sur le thème : « Mondialisation et économies dominantes, la dynamique anglo-saxonne ». Les articles qui le composent ont été actualisés pour l’édition. Jean Rivière a bien voulu accepter de rédiger un texte qui les complète.

2 Sur le sens de ce terme, voir infra, Azuelos, encadré.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search