Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations communautaires en Irlande du Nord : une nouvelle dynamique

 | 
Valérie Peyronel

Première partie. Les espaces des relations communautaires

Chapitre 3. Le sport : entre identité culturelle et sectarisme

Texte intégral

1La plus grande partie de la vie socioculturelle nord-irlandaise n’est pas ségréguée. Les espaces publics que sont les musées, les salles de spectacles, les restaurants, les pubs, les jardins publics, fournissent aux nord-irlandais un espace de co-habitation neutre. Cette situation générale est cependant limitée lorsque le lieu des activités se situe dans un espace géographique monoconfessionnel. Ainsi, la vie socioculturelle nord-irlandaise, tout en offrant de nombreux espaces de rencontre intercommunautaire, n’est pas pour autant dénuée de divisions.

2À cet égard, l’étude de la pratique du sport en Irlande du Nord paraît particulièrement pertinente. Tout d’abord, c’est une activité populaire, et donc représentative de la société nord-irlandaise, car elle touche une masse importante de la population, comprenant les sportifs, le personnel des associations sportives, clubs et fédérations ainsi que le public. De plus, certains sports pratiqués en Irlande du Nord ont conservé un caractère identitaire prononcé et sont ainsi à la fois l’instrument d’une forte cohésion intracommunautaire et un paramètre de la division intercommunautaire. Par ailleurs, une partie de la pratique sportive s’est inscrite dans un contexte social marqué par la ségrégation : en particulier, l’interaction entre la ségrégation scolaire et résidentielle, qui caractérise l’Irlande du Nord, et la pratique sportive est extrêmement révélatrice de la complexité des rapports sociaux et de la difficulté de progresser sur la voie du rapprochement intercommunautaire. Enfin, la question du sport et des incidences de sa pratique sur les relations intercommunautaires s’est avérée suffisamment importante pour retenir l’attention d’instances publiques comme privées.

LA PRATIQUE SPORTIVE EN IRLANDE DU NORD : UNE ACTIVITÉ SOCIALE MAJEURE

  • 1 Sports Council for Northern Ireland, Facts and Figures on Sport, 2002, http://www.sportni.org/Page (...)
  • 2 John Kremer & Karen Trew (eds), Young People’s Involvement in Sports, Londres, Routledge, 1997. L’ (...)

3Selon le Sports Council for Northern Ireland1, 59 % de la population adulte nord-irlandaise pratiquent un ou plusieurs sports, y compris la randonnée pédestre. Chez les jeunes, la proportion est de 62 % dans la tranche d’âge 20-24 ans et de 72 % parmi les jeunes de 16 à 19 ans. D’autre part, une enquête réalisée en 1995 par John Kremer et Karen Trew sur l’emploi du temps de 2 295 jeunes gens et jeunes filles a montré que le sport venait en deuxième position des activités les plus fréquemment citées, derrière la télévision chez les garçons (activité citée par 85 %) et en troisième position après la télévision et les devoirs chez les filles (activité citée par 67 %)2.

  • 3 National Curriculum : instauré au Royaume-Uni en 1989, et adopté pour l’Irlande du Nord par le Edu (...)

4Ces quelques données permettent d’évaluer l’importance du sport en tant qu’activité sociale majeure en Irlande du Nord, non seulement à l’âge scolaire et universitaire mais également chez les adultes. La tradition scolaire britannique qui, comme nous l’avons vu, a imprégné le système scolaire nordirlandais, et ce de manière plus accentuée encore depuis l’introduction du Programme Scolaire Obligatoire (National Curriculum)3, a toujours laissé une large place aux activités sportives. La culture irlandaise, pour sa part, a également réservé une part importante aux sports et aux jeux. Le sport est donc partie intégrante des traditions sociales et culturelles des deux communautés en présence.

  • 4 Il s’agit ici d’un jeu proche des jeux de raquette.
  • 5 Le hurling se joue avec une batte qui lui donne son nom.
  • 6 Le camogie est la version féminine du hurling.
  • 7 Dès le XVe siècle, et plus particulièrement à partir de la Plantation, les traditions culturelles (...)

5Le Sports Council for Northern Ireland a recensé 106 sports différents, qui peuvent être classés en trois catégories : les sports qualifiés de « neutres » ou « mixtes » qui sont pratiqués par les membres des deux communautés, les sports dits « britanniques » surtout pratiqués par les protestants et les sports gaéliques exclusivement pratiqués par les catholiques. Dans la première catégorie entrent, pour ne citer que les plus courants, la natation, le cyclisme, la randonnée pédestre, mais également le football, d’origine britannique mais pratiqué par les membres des deux communautés et particulièrement représentatif des tensions intercommunautaires en Irlande du Nord. Les sports britanniques sont essentiellement le cricket, le hockey et le rugby. Enfin les sports gaéliques les plus couramment pratiqués sont le football gaélique, le handball4, le hurling5 et le camogie6. Ces distinctions trouvent leurs origines dans l’histoire même de l’Irlande7 puis de l’Irlande du Nord, au cours de laquelle les jeux et les sports devinrent les emblèmes non seulement culturels, mais aussi politiques, des communautés respectives.

  • 8 Ibid, p. 12
  • 9 Sports Council for Northern Ireland, Sports Online: Young People and Sport, 2002. http://www.sport (...)

6Les sports mixtes sont les plus largement pratiqués. Toutes catégories d’âge confondues, ce sont la natation et la marche à pied qui sont le plus fréquemment pratiquées. Chez les jeunes, l’étude précédemment citée de John Kremer et Karen Trew faisait ressortir une prépondérance du football et de la natation. La liste des huit sports pratiqués à un moment donné par au moins 20 % des jeunes interrogés était la suivante : la natation (79 %), le football (soccer) (58 %), puis par ordre décroissant de 29 % à 23 % : le netball, le basketball, le badminton, l’athlétisme, le cyclisme et le hockey sur gazon8. En 2002, les indications fournies par le Sports Council for Northern Ireland, et fondées sur un recensement des sports pratiqués en Irlande du Nord, donnaient sensiblement les mêmes résultats puisque étaient cités en tête, chez les garçons, le football et la natation, suivis, pour les moins de 11 ans, du cyclisme, du football gaélique et du basket-ball, auxquels s’ajoutait, chez les 11-18 ans, le badminton ; tandis que les filles citaient en premier lieu la natation, suivie, chez les plus jeunes, du rounders (sorte de baseball), du cyclisme, du netball et du football, et chez les plus âgées du netball, du badminton, du hockey et de l’athlétisme9.

7Si la pratique de sports « mixtes » ou neutres, c’est-à-dire pratiqués par les membres des deux communautés, est prépondérante, la pratique sportive n’est cependant exempte ni de ségrégation ni de tensions. Ceci est d’autant plus vrai que, parallèlement, la pratique de sports à forte connotation identitaire, comme le football gaélique ou le hockey, plus modestes numériquement, contribuent également à entretenir une tradition de division intercommunautaire.

LE SPORT REFLET DES DIVISIONS IDENTITAIRES

8Les sports gaéliques et les sports d’origine britannique, pratiqués dans des espaces essentiellement monoconfessionnels, non seulement reflètent la division communautaire mais l’entretiennent. Ils symbolisent le clivage ethnique de la société nord-irlandaise. En effet, le développement de ces activités sportives s’est inscrit dans un contexte historique d’opposition entre hégémonie britannique et résistance gaélique.

Les sports gaéliques

  • 10 Les deux principaux membres fondateurs furent Michael Cusack et Maurice Davin.
  • 11 Pour plus d’informations sur cette question, voir : Freddy Pignon, « La renaissance des sports gaé (...)
  • 12 Ligue agraire fondée le 21 octobre 1879 par Charles Stewart Parnell pour défendre les droits des p (...)

9La Gaëlic Athletic Association fut fondée le 1er novembre 1884 par un groupe de nationalistes irlandais10 pour réhabiliter et dynamiser les jeux et les sports traditionnels irlandais. À cette époque, la domination des sports anglais et l’élitisme social qui y sévissait rendaient plus difficile à la grande majorité des autochtones irlandais l’accès aux activités sportives. D’abord consacrée à l’athlétisme, la GAA allait procéder ensuite à la difficile tâche de réorganiser les jeux gaéliques, à l’origine très brutaux, selon des règles acceptables par le public de la fin du XIXe siècle11. Cette action revêtait dès lors une valeur symbolique de résistance à l’hégémonie culturelle britannique, une aspiration de plus en plus explicite chez les nationalistes comme en témoignent ces mots de Michael Davitt, nationaliste fervent et fondateur de la Land League12 :

  • 13 John Sudgen & Alan Bairner, Sport, Sectarianism and Society in a Divided Ireland, Leicester, Leice (...)

Pourquoi ne devrions-nous pas avoir nos rencontres d’athlétisme comme les autres ? Ici, comme sur bien d’autres sujets, nous devrions prendre nos distances avec les règles et le patronage anglais et empêcher l’assassinat de ces sports celtiques qui, par l’invasion des coutumes saxonnes, se sont trouvés menacés du même sort que celui qui menace notre nationalité sous le joug étranger13.

  • 14 Mouvement en faveur de l’autonomie politique de l’Irlande fondé par Isaac Butt en 1870.
  • 15 Membres de la société secrète Irish Republican Brotherhood fondée en 1858.
  • 16 Groupement de volontaires irlandais fondé en 1913 par des militants nationalistes
  • 17 Parti ultra-nationaliste, particulièrement actif en Irlande du Nord.
  • 18 Irish Republican Army, organisation paramilitaire liée au parti Sinn Féin.
  • 19 Padraig Pearse, Sean McDermott, Con Colbert, Michael O’Hanrahan, Eamonn Ceannt étaient des membres (...)
  • 20 L’un des épisodes les plus sanglants de cette violence fut l’irruption des Black and Tans, force s (...)

10Le caractère politique de la GAA allait s’illustrer dans les liens ultérieurs entre l’organisation et des groupements politiques et paramilitaires nationalistes : la Home Government Association14 et les Fenians15 dans un premier temps, puis les Irish Volunteers16, le Sinn Féin17 et l'IRA18. Des membres de la GAA furent impliqués dans l’insurrection de Pâques 191619. Le contrôle de la GAA fut d’ailleurs un élément majeur de la lutte qui opposa, dans leur combat pour l’indépendance de l’Irlande, les nationalistes constitutionnalistes et ceux partisans de la lutte armée. La pratique des sports gaéliques fut ainsi marquée, en particulier dans les années précédant la partition, par des épisodes extrêmement violents, que n’aurait pas justifiés leur seule dimension culturelle20.

11Depuis la partition de l’Irlande, la GAA est demeurée un symbole de la résistance nationaliste. Par sa structure, d’abord, puisqu’elle couvre les trente-deux comtés, qu'elle revendique comme un territoire national et unifié ainsi qu’en témoigne cet extrait du règlement :

  • 21 Gaelic Athletic Association Rule Book, 1991: “The Association is a National Organisation which has (...)

L’Association est une organisation nationale dont les objectifs de base sont le renforcement de l’identité nationale dans une Irlande des 32 comtés grâce au maintien et à la promotion des jeux et passe-temps gaéliques. De plus l’association cherche à encourager la conscience et l’amour des idéaux nationaux chez le peuple d’Irlande21.

  • 22 En revanche aucun organisme sportif britannique ne refusait l’accès aux irlandais catholiques, ces (...)
  • 23 Conformément à l’Accord du Vendredi Saint, signé le 10 avril 1998, la police nord-irlandaise, Roya (...)

12De plus l’Association a clairement affirmé son refus de toute hégémonie culturelle et de toute autorité politique britanniques. La charte fondatrice de la GAA interdisait ainsi d’emblée à ses membres de participer ou d’assister à des jeux et sports non gaéliques ou non organisés par l’Association. Ensuite, à partir de 1921, l’article 21 interdit aux officiers et policiers britanniques et nord-irlandais de devenir membres de la GAA22. Cette clause n’a été abolie que le 7 novembre 2001 afin de permettre aux catholiques qui, à la faveur de l’Accord du Vendredi Saint, vont intégrer en proportion croissante le nouveau corps de police nord-irlandais, le PSNI23, de demeurer ou de devenir membres de l’Association.

  • 24 John Sudgen & Alan Bairner, op. cit.., p. 30 : « a reservoir for Irish identity in a complex conte (...)

13Mais malgré cet assouplissement la dimension politique de la GAA reste importante. Pour John Sudgen et Alan Bairner, le rôle de l’Association en Irlande du Nord est resté le même qu’avant la partition, « un réservoir d’identité irlandaise au sein d’une lutte complexe pour l’hégémonie »24.

  • 25 GAA Web Site. «The GAA is more than a sporting organisation. The GAA endeavours to strengthen prid (...)

14C’est en effet ce que confirme le texte de présentation du guide de la GAA qui souligne à quel point l’enjeu n’est pas simplement sportif ni culturel : « La GAA est plus qu’une organisation sportive. La GAA essaie de renforcer la fierté dans les communautés qu’elle sert »25.

  • 26 La GAA a toujours bénéficié du soutien explicite de l’Église catholique.

15C’est un objectif qui, dans le contexte nord-irlandais, inscrit très nettement la pratique des sports gaéliques non pas dans le simple maintien d’une tradition ancestrale mais bien dans le renforcement de la cohésion d’une communauté, gaélique, catholique26 et nationaliste, qui refuse de s’incliner devant une autorité adverse. Mais par là même se consolide l’exclusion des sportifs protestants et s’illustre la division ethnique.

Les sports britanniques

16D’un point de vue strictement culturel, l’introduction du cricket, du hockey ou du rugby sur le sol irlandais ont été une manifestation supplémentaire de la diversification culturelle apportée en Irlande par la colonisation. Mais compte tenu du contexte conflictuel dans lequel s’est opérée cette introduction, sa dimension politique ne peut être escamotée. Alan Bairner et John Sudgen présentent en effet une vision beaucoup plus offensive de l’utilisation des sports britanniques comme outil non seulement identitaire, mais également politique, d’où leur importance symbolique dans la division communautaire en Irlande du Nord :

  • 27 John Sudgen & Alan Bairner, op. cit.., p. 26 : « Ironically it was the British themselves who crea (...)

Ironiquement ce sont les britanniques eux-mêmes qui ont été les premiers à lier le sport et le nationalisme, démontrant à travers l’Empire que le sport pouvait être à la fois un précieux stimulant du sentiment national et un instrument utile du renforcement de la domination coloniale. Partout le Union Jack évoquait la réthorique du terrain de sport des public schools comme une métaphore de la supériorité morale britannique27.

17Cette vision d’une autorité britannique conquérante et multiforme se retrouve chez John Hargreaves, qui décrit l’athlétisme britannique comme le véhicule privilégié de ce qu’il appelle la mission civilisatrice anglaise :

  • 28 John Hargreaves, « Sport, Power and culture », in Jay Horne, Denis Jary & Andrew Tomlinson (eds), (...)

L’athlétisme était un des moyens principaux de reproduire un sentiment d’« anglicité ». Comme le drapeau, les principes de l’athlétisme faisaient partie de la mission civilisatrice et le cricket et les autres sports épaulaient le fusil, le commerce et le christianisme28.

  • 29 Le premier match recensé officiellement eut lieu à Dublin en 1792.
  • 30 Voté le 7 juin 1800 et entré en vigueur le 1er janvier 1801. L’Irlande faisait désormais partie du (...)
  • 31 À partir de 1827 il fut en effet promu à Dublin University par des étudiants britanniques issus de (...)
  • 32 Selon un article du Irish Times, du 14 juin 1990, le cricket ne se jouait plus que dans un quart d (...)
  • 33 John Sudgen & Alan Bairner, op. cit.., p. 50 : « in those regions where anglophile sympathies were (...)

18Le cricket, introduit en Irlande au XVIIIe siècle29, se popularisa après la signature de l’Acte d’Union30. Les clubs se multiplièrent dans les années 1820, rassemblant une clientèle presque exclusivement britannique à quelques exceptions près31. D’abord plus répandu au sud qu’au nord, le cricket se développa en Ulster à partir de 1860, pour ne devenir ensuite qu’un sport du nord, pratiqué par une majorité de protestants, au fur et à mesure de la montée en puissance de la GAA32. John Sudgen et Alan Bairner ont analysé ce développement comme une stratégie de repli devant la poussée nationaliste, laissant ainsi entrevoir à quel point le sport, déjà, était emblématique du contexte de conflit politique : « Le cricket se développa dans les régions où les sympathies anglophiles étaient suffisamment fortes pour contenir l’assaut nationaliste »33.

  • 34 Il existe en particulier plusieurs clubs de cricket dans les enclaves protestantes des comtés de T (...)

19Les clubs de cricket se sont ainsi trouvés circonscrits à l’Irlande du Nord et à une configuration géo-sociale presque exclusivement protestante : clubs d’écoles, ou d’universités, club du Royal Ulster Constabulary, ou clubs de quartiers situés essentiellement dans des zones à forte majorité protestante, ou des enclaves protestantes dans des zones nationalistes34.

  • 35 John Sudgen et Alan Bairner, op. cit., rapportent ainsi qu’en 1980 Jenny Redpath et Violet McBride (...)

20L’essor du hockey sur gazon se situa plutôt dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle et, compte tenu de sa proximité avec le hurling, il fut perçu par les irlandais comme son concurrent anglais et, par conséquent, comme encore plus emblématique que le cricket de la prédominance croissante de la culture britannique en Irlande. La branche masculine de la Irish Hockey Union fut fondée en 1893 et sa version féminine, la Irish Ladies’ Hockey Union, suivit immédiatement. Ces deux fédérations avaient pour objectif de rassembler les joueurs de toute l’Irlande. Peu après, cependant, les provinces de Leinster, Munster et Ulster mirent en place leurs propres instances dirigeantes. C’est en effet dans le nord de l’Irlande, où se trouvait la plus forte concentration de protestants, que, comme le cricket, le hockey fut rapidement le plus largement pratiqué. L’IHU n’en continua cependant pas moins de fonctionner comme une fédération des 32 comtés. Lors des rencontres internationales, l’équipe d’Irlande a donc toujours été composée de joueurs issus des deux côtés de la frontière, malgré une large majorité de protestants du nord. Cependant cette structure en apparence neutre et consensuelle n’a pas été sans soulever des difficultés d’ordre identitaire, portant, par exemple, sur le choix des drapeaux et des hymnes lors des compétitions, elles-mêmes révélatrices des tensions sous-jacentes entre les catholiques et les protestants. En effet les joueurs de l’équipe internationale peuvent jouer sous les couleurs de la Grande-Bretagne ou de l’Irlande, malgré l’existence d’un drapeau propre à l’Irish Hockey Union ; ce qui n’a pas été sans soulever de vives controverses pouvant même aboutir à l’éviction de certains joueurs de l’équipe35 :

  • 36 John Sudgen & Alan Bairner, op. cit.., p. 65 : « The fact that both Great-Britain and Ireland cont (...)

Le fait que la Grande-Bretagne et l’Irlande continuent toutes deux à revendiquer l’allégeance des joueurs de hockey d’Irlande du Nord signifie que la dimension politique du sport dans la Province a un impact plus évident sur les joueurs de hockey de haut niveau que sur leurs homologues dans d’autres sports36.

21La pratique du rugby, un jeu introduit par les britanniques, principalement pratiqué par les protestants, mais également par un petit nombre de catholiques, et dont l’équipe internationale est organisée sur la base des trente-deux comtés, prête moins aux tensions à caractère identitaire et politique, bien quelle n’en soit pas totalement exempte.

  • 37 Deux des fondateurs de la Gaelic Athletic Association, Michael Cusack et George St J. McCarthy jou (...)
  • 38 Les dirigeants du club proposèrent même d’annuler la deuxième partie de la saison sportive pour li (...)

22Le premier club de rugby fut fondé en 1854 au Trinity College de Dublin, puis le second à Belfast en 1865, suivi du club de Queen’s University en 1866. Dans un premier temps, le rugby rassembla plutôt les protestants et les catholiques37. Puis il devint le sport privilégié des protestants unionistes, non pas tant à cause d’une interdiction faite aux catholiques d’y accéder, que par le désintérêt, ou la crainte, de ces derniers de participer à une activité où ils se retrouveraient en situation minoritaire, hors de leur communauté naturelle. À partir de 1880, le rugby fonctionna avec une fédération unique pour les trente-deux comtés : la Irish Rugby Football Union, toujours en vigueur depuis lors. Mais malgré ces dispositions apparemment consensuelles, et le caractère majoritairement monoconfessionnel et bourgeois du rugby, éléments peu susceptibles de le rendre vulnérable au contexte social et politique nord-irlandais, le rugby irlandais ne parvint pas à s’affranchir totalement de sa maternité britannique ni surtout du conflit politique. De même que certains joueurs de la GAA s’impliquèrent dans la lutte nationaliste, certains clubs de rugby affiliés à l’IRU affichèrent nettement leurs positions politiques. C’est ainsi, par exemple, qu’en 1913, le principal club de rugby d’Irlande, North of Ireland, soutint la formation de la Ulster Volunteer Force38.

  • 39 La preuve en fut l’enthousiasme qui réunit protestants du Nord et catholiques du Nord et de la Rép (...)

23Depuis la partition, le rugby, sport britannique mais pratiqué par les membres des deux communautés, a été exempt des conflits sectaires qui ont agité d’autres sports, et en particulier le football. Il est même capable de rassembler non seulement les catholiques et les protestants au nord, mais également les irlandais du nord et ceux de la République, autour de la défense de leur équipe internationale, comme lors du tournoi des six nations ou lors de la coupe des clubs39.

  • 40 Un entretien entre le ministre des Affaires Étrangères de l’État Libre d’Irlande et le président d (...)

24Néanmoins les revendications identitaires ont également trouvé dans le rugby un terrain propice pour s’exprimer. Comme dans le cas du hockey, c’est surtout à propos de la question des drapeaux et des hymnes, symboles identitaires, que s’est manifestée la dimension politique du rugby et que se sont révélées les tensions sous-jacentes, comme l’illustrent les quelques exemples qui suivent. En 1925, le drapeau tricolore ayant remplacé le Union Jack dans le nouvel État Libre d’Irlande, la Irish Rugby Football Union se vit contrainte de créer son propre drapeau de manière à éviter tout conflit entre joueurs lors de matchs internationaux, mais sans parvenir réellement à mettre fin aux controverses40. Ainsi en 1954, à la veille d’un match international qui devait opposer l’Irlande à l’Écosse à Belfast, des membres irlandais de l’équipe déclarèrent qu’ils ne se mettraient pas au garde-à-vous avant le match si l’hymne irlandais n’était pas chanté et le drapeau irlandais hissé au même titre que l’hymne et le drapeau britanniques. Devant le refus du comité d’organisation nord-irlandais, ils exigèrent de n’être plus jamais obligés de jouer une rencontre internationale à Belfast. Enfin lors de la coupe du monde de 1987, le Londonderry Air nord-irlandais remplaça le Soldier’s Song irlandais, mais la situation fut inversée en 1991.

25Ces quelques épisodes attestent que le rugby, sport pratiqué plutôt par les classes aisées, selon une structure interconfessionnelle, et généralement considéré comme neutre, ou même rassembleur, est susceptible de refléter des divisions politiques sous-jacentes.

LE SPORT EN IRLANDE DU NORD : SÉGRÉGATION ET SECTARISME

26La ségrégation et le sectarisme ne se révèlent pas seulement lorsque la nature des sports pratiqués fournit l’occasion de rencontres intercommunautaires. Le contexte structurel dans lequel s’insère la pratique des sports joue également un rôle identique lorsque les sports sont pratiqués dans des établissements scolaires ségrégués, des clubs ou des espaces publics à proximité ou insérés dans une zone résidentielle marquée par un degré élevé de ségrégation : la pratique du sport devient alors non seulement le reflet, mais aussi l’un des moteurs de la division intercommunautaire.

Sport et ségrégation

  • 41 John Kremer & Karen Trew, Young People’s Involvement in Northern Ireland, p. 141.

27Pour les jeunes nord-irlandais, le milieu scolaire est le premier cadre de la pratique sportive. L’enquête publiée par Karen Trew et John Kremer en 1997 montrait que 29,3 % de l’activité sportive des jeunes interrogés avait lieu à l’école, 18,3 % à la maison, 9,1 % dans des maisons de la jeunesse et des loisirs, 8,2 % dans des parcs, 6,9 % dans des clubs sportifs et 6,8 % dans la rue41. Or la combinaison, dans le système éducatif nord-irlandais, d’une pratique sportive assez intensive en milieu scolaire et de la ségrégation scolaire, signifie que les écoliers, les collégiens et les lycéens prennent l’habitude de s’adonner au sport de manière, de fait, monoconfessionnelle. Le clivage est encore accentué par la différence entre les gammes de sports proposées aux écoliers des deux communautés, forgeant ainsi la division post-scolaire. Anthony Gallagher a effectué une classification des sports proposés aux élèves catholiques et protestants et qu’ils pratiquent, qui illustre parfaitement cette situation, puisque l’on observe, par exemple, que les sports gaéliques ne sont absolument pas proposés dans les écoles fréquentées par les protestants, tandis que les sports « britanniques » ne sont que très peu proposés dans les écoles catholiques.

La pratique des sports à l’école - 1995

La pratique des sports à l’école - 1995

(Le tableau présente les pourcentages d’élèves auxquels sont proposés les différents sports, qui les pratiquent à l’école ou dont c’est le sport favori)
Source : Anthony, M., Gallagher, “Sport and Community Background”, in John Kremer & Karen Trew, Young People’s Involvement in Sport, Londres, Routledge, 1997, p. 118.

  • 42 John Sudgen, « Sport, Community Relations and Community Conflict in Northern Ireland », in Seamus (...)

28Cette classification fait clairement ressortir la catégorisation confessionnelle de la pratique sportive en milieu scolaire pour les sports gaéliques et britanniques. Quant aux sports dits mixtes, ils sont en effet pratiqués à la fois dans des écoles catholiques et protestantes, mais ce contexte même de ségrégation scolaire empêche le sport d’être un instrument de rapprochement intercommunautaire. La pratique commune se borne aux rencontres inter-écoles qui, en situant les rencontres dans un contexte de compétition entre des équipes monocommunautaires, sont susceptibles d’exacerber les tensions intercommunautaires plus que de les apaiser. Pour John Sudgen, « le simple fait de pratiquer un sport qui l’est aussi par l’autre communauté est peu propice à l’assimilation si l’on ne joue que « contre eux » en compagnie de ceux « de son propre camp »42.

  • 43 Voir chapitre 1 supra.
  • 44 Voir la note précédente.

29En dehors de l’école, la plus grande partie de la pratique sportive a lieu à proximité du domicile, comme en attestent les résultats de l’étude de John Kremer et Karen Trew : la maison, la rue, les parcs, et les maisons des jeunes et de la culture représentaient alors, c’est-à-dire en 1995, presque la moitié (42,4 %) de la pratique sportive des jeunes interrogés. Or dans le contexte de ségrégation résidentielle43, la pratique du sport à domicile ou dans la rue, auxquels peuvent s’ajouter des espaces publics eux-même situés dans des zones ségréguées, constitue un renforcement non négligeable de la pratique ségréguée en milieu scolaire44.

  • 45 La participation protestante est cependant prédominante dans les niveaux supérieurs de compétition

30Enfin les clubs de sport viennent compléter un dispositif qui maintient une grande partie de la pratique sportive dans des structures ségréguées. Les sports gaéliques et d’origine britannique comme le hockey et le cricket sont pratiqués dans des clubs pratiquement monoconfessionnels. Certains sports « mixtes » sont également pratiqués dans des clubs monocommunautaires. Le football est un exemple particulièrement frappant de ségrégation sportive alors qu’il attire pourtant largement les catholiques comme les protestants45. La représentativité confessionnelle des clubs et des ligues de districts est fortement influencée par la configuration confessionnelle locale : la ségrégation résidentielle influe donc directement sur leur composition confessionnelle. La plupart des ligues et des clubs locaux ne sont pas monoconfessionnels, mais ils comportent une forte majorité de l’une ou l’autre communauté. De plus, particulièrement à Belfast, certaines équipes de compétition sont clairement associées à l’une ou l’autre des communautés, non pas tant par l’appartenance communautaire de leurs membres que par celle de leurs supporters. Linfield, à Belfast, est ainsi clairement identifié comme un club protestant alors que Cliftonville, également à Belfast, a rassemblé le soutien catholique après le retrait de la Irish League du très catholique Belfast Celtic.

31La dichotomie confessionnelle qui sévit dans la pratique de certains sports en Irlande du Nord contribue à entretenir une distance entre les deux communautés. De plus elle comporte le risque, souvent avéré, de fournir un prétexte à des affrontements à connotation politique, sous couvert de compétition sportive.

De la ségrégation au sectarisme

32À la simple pratique monocommunautaire du sport, certes préjudiciable à la cohésion sociale mais non susceptible, en tant que telle, de conduire à des tensions intercommunautaires, s’ajoutent en fait des dérives sectaires. Celles-ci sont généralement encouragées par l’esprit de compétition inhérent, sinon au sport lui-même, du moins aux rencontres sportives. Le sociologue américain Edward Dunning a analysé le lien qui, de la simple compétition, aboutissait à la violence :

  • 46 Edward Dunning, « Sport in the Civilizing Process : Aspects of the Development of Modem Sport », i (...)

Généralement les athlètes et les spectateurs considèrent le sport comme un moyen de se prouver quelque chose et de prouver quelque chose aux autres. Ce qui signifie que la participation aux activités sportives s’accompagne souvent de frustration. La frustration engendre la colère qui devient de la violence si la colère est l’émotion dominante, s’il existe des occasions d’agression et s’il existe des incitations et un encouragement social à l’attitude agressive46.

33Dans le contexte ségrégué de l’Irlande du Nord, et en particulier dans le cas de sports pratiqués par les deux communautés mais dans des espaces ou des clubs monoconfessionnels (comme le football par exemple), la victoire sur un club adverse est également une victoire sur la communauté adverse, en quelque sorte une victoire politique légitimée par la finalité de la compétition sportive. De rassembleur, le sport devient alors facteur non seulement de division, mais de sectarisme. En effet, la confrontation ne se limite pas aux seuls sportifs mais s’étend naturellement à leur entourage, et en particulier à leurs supporters. Dès lors, il s’agit bien pour chaque camp de ne pas tolérer la victoire de l’autre. Si l’Irlande du Nord n’a pas l’exclusivité de la violence qui oppose les joueurs, mais aussi et surtout les supporteurs, lors de rencontres sportives, la violence liée au sport y revêt donc un caractère particulier puisque, du fait de la pratique ségréguée, se superposent exactement la compétition sportive et la concurrence sociale, économique et politique.

34C’est ainsi qu’ont abondé les exemples d’intimidation ou de violence mêlant intimement politique et sport. Certaines rencontres sportives fournissent le prétexte d’une violence qui dépasse le cadre de la rencontre elle-même : la frustration d’une défaite sportive cristallise toutes les autres frustrations liées au chômage, à l’incertitude politique, à la vulnérabilité du statut social.

35Cette analyse permet de mieux comprendre pourquoi, dans le contexte nord-irlandais, le football s’est avéré particulièrement vulnérable aux tensions intercommunautaires. Très populaire dans les deux camps, il y rassemble une masse considérable de supporteurs et de joueurs, dont une grande partie est issue des couches socioprofessionnelles les plus modestes. Or cette catégorie de population est particulièrement touchée par les difficultés de la vie quotidienne : heurts dans les zones résidentielles d’interface, chômage, maintien précaire du niveau de vie. Le contexte global dans lequel se sont inscrites les rencontres de football, particulièrement lorsqu’elles ont opposé des clubs majoritairement catholiques et majoritairement protestants, s’est donc avéré propice aux tensions, plus spécifiquement à Belfast et dans les villes où la ségrégation est importante.

  • 47 «Taigs keep out».
  • 48 Irish News, 19 mars 1992: «people of all class and creed were welcome at Windsor Park».
  • 49 Michael Fletcher, Belfast football club pulls out of RUC match, The Times, 14.11.98 «no nationalis (...)

36Dès la partition, des incidents opposèrent les clubs protestants de Linfield et Glentoran au club catholique Belfast Celtic. Les tensions émaillant les rencontres prirent une telle ampleur que Belfast Celtic se retira des compétitions entre 1920 et 1924, puis de la Irish League en 1948, consacrant ainsi de facto la suprématie protestante dans le football nord-irlandais. Puis, après une vingtaine d’années sans incident majeur, le contexte de violence exacerbée de la première partie des années 1970 offrit à nouveau un cadre propice à l’expression des tensions par le biais de la compétition sportive. Les rencontres entre Linfield, club protestant, et Cliftonville, club catholique, furent temporairement interdites à la suite d’affrontements violents lors d’une rencontre en avril 1970. Pendant les années 1980, Windsor Park à Belfast, stade national mais également site d’entraînement pour le club protestant de Linfield, illustra le sectarisme latent envers les catholiques par l’exposition du message « Cathos restez dehors »47 sur le mur d’enceinte : un message qui dépassait clairement les limites du stade, alors que l’Irlande du Nord était plongée dans une grave crise économique et que le chômage, très élevé chez les catholiques, touchait également durement la communauté protestante. En 1992, à la suite des violentes réactions provoquées par une déclaration du directeur sportif de Linfield, arguant que, compte tenu du contexte d’hostilité sectaire de l’époque, il lui serait impossible de recruter des joueurs catholiques, Linfield dut faire amende honorable publiquement et déclarer que « les gens de toutes classes et de toutes croyances (étaient) les bienvenus à Windsor Park »48. En novembre 1998 encore, soit six mois après la signature de l’Accord du Vendredi Saint, Donegal Celtic, un club de football de Belfast Ouest, engagé dans la demi-finale du tournoi junior le plus prestigieux d’Irlande du Nord, dut renoncer au match prévu contre l’équipe du Royal Ulster Constabulary à la suite d’intimidations subies par ses joueurs de la part des nationalistes extrémistes. Tout en niant l’existence de telles pressions, Gerry Adams avait cependant déclaré que « aucun nationaliste, ni démocrate, ne devrait avoir quoi que ce soit à faire avec le RUC »49. Une déclaration qui donne la pleine mesure du lien qui peut exister entre la pratique sportive et le contexte relationnel entre catholiques et protestants : le sport est à la fois le reflet de la division communautaire et un moyen d’expression de ces divisions. Le commentaire désabusé du porte-parole pour le sport du Parti de l’Alliance, Michael Long, sur les attaques verbales dont certains joueurs de l’équipe d’Irlande ont fait l’objet pendant des rencontres internationales, en raison de leur appartenance confessionnelle, fait ressortir la longue tradition de sectarisme dans le football nord-irlandais :

  • 50 Michael Long, Alliance Party,
    http://www.allianceparty.org/html/sectarianism_in_soccer.html.15.12.2 (...)

Le sectarisme est endémique dans le football local et le détruit lentement... Ce qui se cache derrière ce type de comportements est insensible aux messages positifs que l’on peut mettre sur des tableaux de scores ou des panneaux publicitaires : le seul moyen de le traiter c’est de l’éliminer du terrain pour toujours50.

Ségrégation résidentielle et sectarisme sportif

37En Irlande du Nord, le sectarisme qui caractérise la pratique de certains sports n’a pas été circonscrit aux simples limites du club ou du stade concernés mais, dans certaines circonstances, en a transformé les abords, ou les voies d’accès, en terrain favorable à l’expression d’une violence sectaire généralisée. La situation géographique des clubs de football protestants et catholiques à Belfast illustre parfaitement dans quelle mesure la ségrégation de l’espace urbain a contribué à renforcer le sectarisme qui entoure le sport. Le cas des clubs de Cliftonville, catholique, et Crusaders, protestant, situés tous deux à Belfast nord, quartier populaire, en est un exemple particulièrement éloquent :

  • 51 John Sudgen & Scott Harvie, «Sport and Community Relations in Northern Ireland» Coleraine, Centre (...)

Belfast nord est un fatras de zones urbaines ouvrières presque exclusivement peuplées par l’une ou l’autre des communautés, comme le quartier protestant de Skegoniel autour du terrain des Crusaders à Seaview et le quartier catholique de Ardoyne près du club de Cliftonville. Il y a, dans quelques quartiers comme Oldpark et même Cliftonville des réseaux de rues occupées par des protestants et d’autres par des catholiques51.

  • 52 John Sudgen & Alan Bairner, op. cit..: “feelings of militancy among participants and spectators al (...)

38Une telle configuration spatiale et communautaire facilite les attaques sectaires ou du moins les manoeuvres d’intimidation à l’encontre soit des joueurs, soit de leurs supporteurs, lors de leurs déplacements, ou pendant les rencontres. Les analyses effectuées par John Sudgen et Alan Bairner sur les comportements des supporteurs lors de rencontres sportives, soit dans l’enceinte des stades soit à leurs abords immédiats, leur ont permis de conclure que la participation à des sports de compétition peut générer « des sentiments de militantisme à la fois parmi les participants et les spectateurs avant, pendant et après la rencontre »52. Le cas échéant, l’environnement social ségrégué de certaines zones résidentielles facilite donc l’utilisation du sport comme simple prétexte à des incidents sectaires qui, comme nous l’avons vu précédemment, dépassent les limites des espaces sportifs : le militantisme auquel ont fait référence John Sudgen et Alan Bairner n’est pas au service d’un simple succès sportif, mais bien d’une victoire territoriale, politique et économique.

SPORT ET POLITIQUE DE RAPPROCHEMENT

39Depuis la flambée de violence de 1969, le sport a fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics, soucieux à la fois d’endiguer la violence sectaire dans le cadre des activités sportives et d’utiliser le sport comme un instrument de réconciliation intercommunautaire.

Sport et réconciliation : la politique publique

40La politique gouvernementale s’est tour à tour orientée vers des stratégies indirectes et directes d’utilisation de la pratique sportive comme instrument de pacification sociale : soit en se fixant pour objectif l’amélioration des infrastructures sportives pour pallier l’oisiveté, en particulier chez les jeunes des catégories sociales les plus défavorisées, et leur offrir un dérivatif à la violence intercommunautaire, soit en faisant des activités sportives un cadre de rencontres intercommunautaires, tout en fixant des limites aux dérives sectaires.

  • 53 Pendant les étés de 1968 et 1969, le ministère de l’Éducation nord-irlandais débloqua des fonds im (...)

41Dès 1969 le plan d’urbanisme de Belfast, le Belfast Urban Area Plan eut pour objectif d’augmenter les infrastructures de sports et de loisirs à Belfast dans l’espoir, en particulier, de mieux canaliser les jeunes et de leur offrir un dérivatif à la violence urbaine53. Après 1972, le gouvernement britannique orienta la plupart des capitaux destinés au renforcement des infrastructures sportives vers les zones les plus touchées par les violences sectaires. John Sudgen et Alan Bairner ont cependant noté que cette propension de l’État à financer la création d’installations sportives ne caractérisa pas seulement l’Irlande du Nord : elle releva d’une politique générale au Royaume-Uni car elle fut concomitante à la crise économique des années 1970, source de chômage pour les jeunes qu’il convenait donc d’occuper pour tenter d’enrayer la délinquance issue de l’oisiveté :

  • 54 John Sudgen & Alan, Bairner, op. cit.., p. 113-114 : « While the motives of those who initially op (...)

Si les motifs de ceux qui, à l’origine, concrétisèrent les intentions du gouvernement furent fondés sur la perception de besoins communautaires longtemps insatisfaits, la condition physique et les besoins des adolescents de la Province en matière de sports furent sans doute des considérations marginales par rapport à la volonté de les arracher à la rue54

42Mais l’Irlande du Nord ne pouvait qu’être doublement bénéficiaire : premièrement parce qu'elle était plus durement touchée que toute autre région du Royaume-Uni par la crise économique, deuxièmement car les risques de violence y étant plus prononcés en raison des circonstances particulières du conflit, le sport pouvait être utilisé comme un dérivatif à la violence sectaire en particulier en milieu urbain.

  • 55 Le SNCI travaillait avec les conseils de districts, les instances éducatives (Education and Librar (...)

43Une deuxième étape importante eut lieu en 1973. Après une période d’hésitation pendant laquelle la responsabilité de l’éducation physique, du sport et des activités récréatives avait été successivement confiée au ministère de l’éducation d’Irlande du Nord (Department of Education for Northern IrelandDENI) et aux conseils de districts, le Sports Council for Northern Ireland (SCNI) fut fondé afin de promouvoir le sport et les activités récréatives en Irlande du Nord de manière équitable et coordonnée. Le SCNI devait s’efforcer d’encourager toutes les propositions provenant de ses partenaires55 pour susciter un rapprochement des catholiques et des protestants par le biais du sport.

44Depuis 1996, la philosophie de cette politique a été reprise dans un projet global intitulé Sport in the Community Policy Paper, soutenu par le ministère de l’éducation nord-irlandais. Ce programme a pour objectif très large la mise en place non discriminatoire d’équipements sportifs mais, comme le montre son préambule, les connotations en matière de relations sociales sont implicites :

  • 56 Sports Council for Northern Ireland, Sport in the Community Policy Paper, Belfast, 1998, p. 1 : “D (...)

Développer le sport en Irlande du Nord en fournissant un environnement qui valorise et autorise l’implication totale de tous, quelle que soit leur confession, leur affiliation politique ou leur identité culturelle, dans tous les aspects et à tous les niveaux du sport et de l’exercice physique56.

45En 1998, le SCNI a également lancé une campagne intitulée Sport Without Prejudice destinée à attirer l’attention du public sur la nécessité d’éradiquer le sectarisme dans le sport. Entre autres, la campagne s’attache à encourager les sportifs et le public à bannir les insultes et les injures, le langage sectaire, les drapeaux, les emblèmes, les chants et les hymnes provocants, les rituels, les traditions susceptibles d’exclure les autres au motif de leur appartenance religieuse ou politique.

Les limites

Un impact limité

46La portée sociale exacte de rencontres sportives intercommunautaires est délicate à évaluer tant en intensité qu’en durée. Jay Coakley, théoricien du sport, a en effet rappelé le caractère essentiellement ludique et éphémère de cette activité, en dépit de son intensité émotionnelle :

  • 57 Jay Coakley, Sport and Society: Issues and Controversies, Boston, Irwin McGraw Hill, 1998.

Partager émotionnellement le sort d’une équipe nationale et porter des sweat-shirts semblables ne change pas les réalités sociales, politiques et économiques de la vie. En fait, après la fin des rencontres, les distinctions sociales sont rapidement réaffirmées dès lors que les gens reprennent le cours de leur vie quotidienne57.

47Par conséquent si à l’issue des rencontres sportives intercommunautaires les participants et leurs publics respectifs sont à nouveau happés par la ségrégation environnante, scolaire, familiale ou résidentielle et l’impact à long terme de la rencontre est singulièrement réduit. Pour qu'elle ait de l’effet, il faut qu'elle soit conjuguée à d’autres efforts d’intégration dans des espaces sociaux parallèles : l’éducation, la résidence, l’emploi.

  • 58 John Sudgen & Scott Harvie, op. cit.., p. 69.
  • 59 Les sites consultés ont été ceux de Irish Rugby Fooball Union, Irish Football Association, Irish H (...)
  • 60 Le détail de ces programmes figure explicitement sur le site de la IFA : http://www.irishfo.com/pa (...)

48D’autre part, il faut que les objectifs de réconciliation fixés par le SCNI soient repris par les différentes fédérations sportives. Or John Sudgen et Scott Harvie, auteurs d’une étude réalisée au printemps 1993, avaient constaté que seuls le basket et le football avaient été pratiqués sous la forme d’activités intercommunautaires, une découverte des sports gaéliques ayant par ailleurs été proposée épisodiquement dans des programmes d’activités communes entre des écoles catholiques et protestantes. D’autre part aucune mention des relations intercommunautaires ne figurait dans les textes constitutifs58. En 2002, seule la fédération de football, la Irish Football Association, faisait explicitement figurer les relations intercommunautaires dans son programme de présentation59 et s’était engagée dans une réelle stratégie de relations intercommunautaires, comprenant la nomination d’un responsable des relations communautaires (Community Relations Officer) et un programme de travail avec les joueurs, les entraîneurs et les organisations de supporteurs60.

Le débat sur l’équité

  • 61 En 1980, la communauté protestante de Derry réagit violemment au fait que le City Council catholiq (...)
  • 62 La direction de la Gaelic Athletic Association s’est souvent plainte, plus particulièrement pendan (...)

49Le SCNI a fait l’objet de critiques particulièrement vives au cours des années 1980, probablement parce que dans un contexte de difficultés économiques accrues et d’incertitude politique très prononcée, les questions de discrimination ressortaient avec un relief particulier. La création du SCNI en 1973 avait eu pour objectif d’éviter une éventuelle discrimination dans les actions entreprises par des autorités locales porteuses d’une étiquette politique et qui, jusqu’alors, avaient été exclusivement chargées, en particulier, des décisions d’allocations de ressources en matière de politique sportive. Par conséquent les conseils de districts (district councils) avaient été accusés de distribuer les budgets et les autorisations aux communautés respectives en fonction de leur allégeance politique. La mise en place du SCNI ne mit cependant pas un terme définitif à ce débat. De part et d’autre les réclamations continuèrent d’affluer, que ce soit de la part de la communauté protestante61 ou de la communauté catholique62. Le gouvernement s’employa alors à répartir les subventions et les autorisations de manière absolument équitable entre les deux communautés, tenant compte du profil communautaire des demandeurs plus que des besoins réels. Cette politique fit alors l’objet de vives critiques en particulier de la part des conseils de districts auxquels revenait la charge financière du fonctionnement des centres sportifs. Une incohérence reflétée par les propos d’un conseiller unioniste :

  • 63 Ibid, p. 122 : “Central government provided the money on a sectarian basis — one for a green area (...)

Le gouvernement a distribué l’argent en tenant compte du sectarisme - un coup pour une zone verte, un coup pour une zone orange et ainsi de suite - plutôt qu’en fonction des besoins. Mais c’est le conseil municipal qui a dû payer la note des dépenses courantes63.

  • 64 Sports Council for Northern Ireland, Annual Report 1985-1986, p. 6 : “To ensure that the British a (...)

50Par ailleurs le SCNI est apparu comme essentiellement chargé de promouvoir les sports dits britanniques. Calqué sur les trois autres Sports Councils du Royaume-Uni (Pays de Galles, Écosse et Angleterre), et chargé de défendre conjointement avec eux le sport britannique sur la scène sportive internationale, le SCNI d’Irlande du Nord a pu être pris en flagrant délit de patriotisme britannique, un phénomène susceptible d’attiser la méfiance de ceux qui ne souhaitaient pas s’identifier à cette tendance. Au milieu des années 1980, on pouvait en effet lire dans le rapport annuel du SCNI que l’un de ses objectifs était de « s’assurer que les attitudes et l’approche britanniques envers le sport soient bien représentées dans les instances internationales appropriées »64.

  • 65 Depuis 1995, le SNCI est l’un des organismes habilités à distribuer les fonds de la loterie nation (...)

51Dans le contexte de sensibilisation croissante aux questions relatives aux relations intercommunautaires et de persistance de tensions entourant la pratique des sports en Irlande du Nord, la question de l’équité ne peut plus être éludée par les organismes officiels. Dans le bilan du programme de répartition des fonds du Sports Council Lottery Fund 1999-200265, quelques lignes reconnaissent effectivement la persistance des disparités dans la distribution des fonds, une disparité géographique et entre les différents sports, malgré les efforts faits pour respecter le principe d’équité :

  • 66 Sports Council Lottery Funds, Pathways to Participation and Performance: a Strategy for the Distri (...)

Le SCLF a fait de l’égalité des chances une priorité. Mais un fossé de plus en plus large est apparu entre les zones géographiques et entre les sports qui ont bénéficié des fonds de la loterie et ceux qui ont moins bien réussi à obtenir un soutien66.

  • 67 Sports Council’s Lottery Fund, Strategic Plan 2002-2007, annexe 2, p. 47. http://wwww.sport-ni.org (...)

52Dans son programme stratégique pour la période 2002-2007, le SCLF exprime donc le souci de se conformer aux directives de l’article 75 du Northern Ireland Act de 1998, qui fait obligation aux organismes publics de respecter l’égalité des chances pour toutes les sections de la communauté nord-irlandaise. Ainsi l’annexe 2 statue que « le Plan Stratégique ne doit pas avoir d’effet négatif discriminant pour des raisons d’obédience religieuse ou politique »67.

53Si la pratique sportive en Irlande du Nord constitue souvent un prétexte supplémentaire à des rivalités inter-confessionnelles qui dépassent largement les enjeux d’une rencontre sportive, les organismes de tutelle, conformément à la dynamique du processus de paix, se sont attaquées au sectarisme sportif. Le résultat est encore mitigé, surtout en ce qui concerne certains sports populaires, comme le football, mais cette stratégie représente néanmoins une avancée en termes de prise de conscience et de mise en oeuvre de politiques concrètes.

Notes

1 Sports Council for Northern Ireland, Facts and Figures on Sport, 2002, http://www.sportni.org/Pages/facts_figs/10fact.htm, 12.2.2002.

2 John Kremer & Karen Trew (eds), Young People’s Involvement in Sports, Londres, Routledge, 1997. L’enquête, réalisée pour le Sports Council for Northern Ireland en 1995, portait sur l’examen de l’emploi du temps de 2 295 jeunes, tel qu’il avait été consigné dans leur agenda.

3 National Curriculum : instauré au Royaume-Uni en 1989, et adopté pour l’Irlande du Nord par le Education Reform (NI) Act de 1989.

4 Il s’agit ici d’un jeu proche des jeux de raquette.

5 Le hurling se joue avec une batte qui lui donne son nom.

6 Le camogie est la version féminine du hurling.

7 Dès le XVe siècle, et plus particulièrement à partir de la Plantation, les traditions culturelles et sociales gaéliques furent mises en péril, et firent l’objet d’interdictions diverses. Les jeux et activités sportives, exercices de rassemblement mais aussi de confrontation, devinrent donc rapidement tant les emblèmes d’une forte identité communautaire dans chacun des deux camps, qu’un outil de différentiation de l’un par rapport à l’autre.

8 Ibid, p. 12

9 Sports Council for Northern Ireland, Sports Online: Young People and Sport, 2002. http://www.sportni.Org/Pages/facts_figs//ff_ypas.htm

10 Les deux principaux membres fondateurs furent Michael Cusack et Maurice Davin.

11 Pour plus d’informations sur cette question, voir : Freddy Pignon, « La renaissance des sports gaéliques au XIXe siècle », in Nicole Ollier (éd), Réinventer l’Irlande, Bordeaux, MSHA, 2001, pp 79-91.

12 Ligue agraire fondée le 21 octobre 1879 par Charles Stewart Parnell pour défendre les droits des petits fermiers à des fermages équitables, la vente libre de leur fermage et à la sécurité du renouvellement des baux. Elle fut dissoute en 1881 à la suite de sévères répressions du gouvernement britannique.

13 John Sudgen & Alan Bairner, Sport, Sectarianism and Society in a Divided Ireland, Leicester, Leicester University Press, 1993, p. 27 : « Why should we not have our athletic festivals like other people ? In this, as in so many other matters, we ought to cut ourselves adrift from English rules and patronage and prevent the killing of those Celtic sports which have been threatened with the same fate by the encroachment of Saxon custom as that which menaces our nationality under alien rule. »

14 Mouvement en faveur de l’autonomie politique de l’Irlande fondé par Isaac Butt en 1870.

15 Membres de la société secrète Irish Republican Brotherhood fondée en 1858.

16 Groupement de volontaires irlandais fondé en 1913 par des militants nationalistes

17 Parti ultra-nationaliste, particulièrement actif en Irlande du Nord.

18 Irish Republican Army, organisation paramilitaire liée au parti Sinn Féin.

19 Padraig Pearse, Sean McDermott, Con Colbert, Michael O’Hanrahan, Eamonn Ceannt étaient des membres éminents de la GAA.

20 L’un des épisodes les plus sanglants de cette violence fut l’irruption des Black and Tans, force spéciale britannique, au stade de Croke Park, à Dublin en novembre 1920. Leur tirs firent treize morts et de nombreux blessés.

21 Gaelic Athletic Association Rule Book, 1991: “The Association is a National Organisation which has as its basic aims the strengthening of the National Identity in a 32 county Ireland through the preservation and promotion of Gaelic pastimes... The Association further seeks to poster an awareness and love of the national ideals in the people of Ireland”.

22 En revanche aucun organisme sportif britannique ne refusait l’accès aux irlandais catholiques, ces derniers ne souhaitant cependant pas y adhérer.

23 Conformément à l’Accord du Vendredi Saint, signé le 10 avril 1998, la police nord-irlandaise, Royal Ulster Constabulary, essentiellement protestante en raison de son boycott par les candidats potentiels catholiques, a été remplacée par un corps de police appelé à recruter protestants et catholiques à parts égales. Cette question fera l’objet d’une étude plus approfondie au chapitre 6 de cet ouvrage.

24 John Sudgen & Alan Bairner, op. cit.., p. 30 : « a reservoir for Irish identity in a complex contest fo rhegemony ».

25 GAA Web Site. «The GAA is more than a sporting organisation. The GAA endeavours to strengthen pride in the communities it serves».

26 La GAA a toujours bénéficié du soutien explicite de l’Église catholique.

27 John Sudgen & Alan Bairner, op. cit.., p. 26 : « Ironically it was the British themselves who created the precedent for linking sport with nationalism, demonstrating throughout the Empire that sport could be both a valuable stimulant to national sentiment and a useful tool for strengthening colonial domination. Wherever the Union Jackflew, the rethoric of the public school playing field was invoked as a metaphor for British moral superiority. »

28 John Hargreaves, « Sport, Power and culture », in Jay Horne, Denis Jary & Andrew Tomlinson (eds), Sport, Leisure and Social Relations, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1987, p. 145 : « athleticism was one of the chief means of reproducing a sense of « Englishness ». Athleticist principles followed the flag as part of the civilizing mission and cricket and other sports accordingly accompanied the gun, trade and Christianity ».

29 Le premier match recensé officiellement eut lieu à Dublin en 1792.

30 Voté le 7 juin 1800 et entré en vigueur le 1er janvier 1801. L’Irlande faisait désormais partie du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande.

31 À partir de 1827 il fut en effet promu à Dublin University par des étudiants britanniques issus des écoles publiques anglaises.

32 Selon un article du Irish Times, du 14 juin 1990, le cricket ne se jouait plus que dans un quart des écoles libres de la République.

33 John Sudgen & Alan Bairner, op. cit.., p. 50 : « in those regions where anglophile sympathies were sufficiently strong to withstand the nationalist onslaught ». Les auteurs font ici référence à un assaut

34 Il existe en particulier plusieurs clubs de cricket dans les enclaves protestantes des comtés de Tyrone et Derry, majoritairement nationalistes.

35 John Sudgen et Alan Bairner, op. cit., rapportent ainsi qu’en 1980 Jenny Redpath et Violet McBride furent interdites de jeu dans l’équipe féminine par l’Irish Ladies’Hockey Union pour six ans suite à leur décision de jouer sous la bannière britannique. En 1991, une décision similaire prise par deux autres joueuses, Joanne Menown et Jackie Burns, leur valut de vives remontrances de la part des dirigeants de l’ILHU, d’autant plus que l’équipe d’Irlande devait rencontrer la Grande-Bretagne dans les qualifications pour les jeux olympiques de 1992. Toutefois les joueuses ne furent pas évincées. Des remous similaires ont également agité la fédération masculine, p. 64.

36 John Sudgen & Alan Bairner, op. cit.., p. 65 : « The fact that both Great-Britain and Ireland continue to lay claim on the allegiances of hockey players from Northern Ireland means that the political dimension of sport in the Province has a more obvious impact on top hockey players than it does on their counterparts in other sports ».

37 Deux des fondateurs de la Gaelic Athletic Association, Michael Cusack et George St J. McCarthy jouèrent au rugby.

38 Les dirigeants du club proposèrent même d’annuler la deuxième partie de la saison sportive pour libérer les joueurs désireux de s’engager dans l’UVF, milice loyaliste fondée par Edward Carson pour combattre la cause de l’autonomie de l’Irlande, c’est-à-dire la Home Rule. L’année suivante, le club annula tous ses matches pour prêter son terrain de Ormeau Road, au centre de Belfast, pour l’entraînement des paramilitaires protestants.

39 La preuve en fut l’enthousiasme qui réunit protestants du Nord et catholiques du Nord et de la République ensemble dans les rues de Dublin lors de la victoire de l’équipe d’Ulster en Coupe d’Europe le 30 janvier 1999. Il n’existe cependant aucune information sur la proportion des uns et des autres parmi les supporters.

40 Un entretien entre le ministre des Affaires Étrangères de l’État Libre d’Irlande et le président de l’IRFU résulta en une décision de cette dernière, le 5 février 1932, d’utiliser à la fois son propre drapeau et le drapeau tricolore, sauf lors de matchs joués en Irlande du Nord.

41 John Kremer & Karen Trew, Young People’s Involvement in Northern Ireland, p. 141.

42 John Sudgen, « Sport, Community Relations and Community Conflict in Northern Ireland », in Seamus Dunn, Facets of the Conflict in Northern Ireland, Basingstoke, McMillan, 1995, p. 201 : « Simply playing a game which is played by people in the other community counts little towards assimilation if it is only done “against them” and in the company of those from “your own side” ».

43 Voir chapitre 1 supra.

44 Voir la note précédente.

45 La participation protestante est cependant prédominante dans les niveaux supérieurs de compétition.

46 Edward Dunning, « Sport in the Civilizing Process : Aspects of the Development of Modem Sport », in E. Dunning, J. A. Maguire & R.E. Pearton (eds.), The Sport Process : a Comparative and Developmental Approach, Boston, Champaign, 1993, p. 39 : « Usually athletes and spectators do see sports as a means of proving something to themselves and others. This means that frustration often accompanies sports participation. Frustration creates anger, which becomes violence if anger is the dominant emotion, if there are opportunities for aggression, if there are stimulus cues and social support for aggressive behaviour. »

47 «Taigs keep out».

48 Irish News, 19 mars 1992: «people of all class and creed were welcome at Windsor Park».

49 Michael Fletcher, Belfast football club pulls out of RUC match, The Times, 14.11.98 «no nationalist or democrat should have anything to do with the RUC».

50 Michael Long, Alliance Party,
http://www.allianceparty.org/html/sectarianism_in_soccer.html.15.12.2001. «Sectarianism is endemic in local football and it is slowly destroying it... The things behind this kind of behaviour do not respond to positive messages on scoreboards or advertising boardings: the only way to deal with them is to remove them from the grounds permanently».

51 John Sudgen & Scott Harvie, «Sport and Community Relations in Northern Ireland» Coleraine, Centre for the Study of Conflict, 1995, p. 107. «North Belfast is a hotch-potch of urban working-class areas populated virtually exclusively by one or other religious community, such as Protestant Skegoniel around Crusaders Seaview ground and the Catholic Ardoyne close to Cliftonville's home. Some areas such as Oldpark and Cliftonville itself contain clusters of streets occupied by Protestants and other clusters occupied by Catholics».

52 John Sudgen & Alan Bairner, op. cit..: “feelings of militancy among participants and spectators alike, before, during and after the sporting context”.

53 Pendant les étés de 1968 et 1969, le ministère de l’Éducation nord-irlandais débloqua des fonds importants au profit d’organisations non-gouvernementales chargée d’organiser des programmes d’activité pour les adolescents de 15 à 19 ans afin de les détourner de la violence sectaire

54 John Sudgen & Alan, Bairner, op. cit.., p. 113-114 : « While the motives of those who initially operationalised the government’s intentions may have been rooted in perceptions of long-standing community need, there is little doubt that the physical fitness and play needs of the Province's teenagers were marginal to Westminster’s main concern to get them off the Street ».

55 Le SNCI travaillait avec les conseils de districts, les instances éducatives (Education and Library Boards), les fédérations sportives, les différents ministères et les clubs et organisations sportives.

56 Sports Council for Northern Ireland, Sport in the Community Policy Paper, Belfast, 1998, p. 1 : “Develop sport in Northern Ireland by providing an environment which values and enables the full involvement of all people regardless of religious belief, political affiliation or cultural identity, in all aspects and at all levels of sport and physical recreation”.

57 Jay Coakley, Sport and Society: Issues and Controversies, Boston, Irwin McGraw Hill, 1998.

58 John Sudgen & Scott Harvie, op. cit.., p. 69.

59 Les sites consultés ont été ceux de Irish Rugby Fooball Union, Irish Football Association, Irish Hockey Association, Gaelic Athletic Association

60 Le détail de ces programmes figure explicitement sur le site de la IFA : http://www.irishfo.com/page56.html

61 En 1980, la communauté protestante de Derry réagit violemment au fait que le City Council catholique avait accordé le droit d’installer des terrains de football gaélique à Waterside, quartier protestant.

62 La direction de la Gaelic Athletic Association s’est souvent plainte, plus particulièrement pendant les années 1980, d’avoir vu sa part de financement public restreinte au prétexte d’une collusion supposée avec les réseaux nationalistes, ou même terroristes.

63 Ibid, p. 122 : “Central government provided the money on a sectarian basis — one for a green area and one for an orange, and so on — rather than on the basis of need. But the city council has been left to pick up the bill for the running costs”.

64 Sports Council for Northern Ireland, Annual Report 1985-1986, p. 6 : “To ensure that the British attitudes and approach to sport are properly represented at the relevant levels of international debate”.

65 Depuis 1995, le SNCI est l’un des organismes habilités à distribuer les fonds de la loterie nationale britannique en Irlande du Nord.

66 Sports Council Lottery Funds, Pathways to Participation and Performance: a Strategy for the Distribution of Lottery Monies, Belfast, 2002, «The SCLF has made equal opportunities a priority. But a widening gap has appeared between geographical areas and sports which have benefited from lottery funding and those which have been less successful in obtaining support.»

67 Sports Council’s Lottery Fund, Strategic Plan 2002-2007, annexe 2, p. 47. http://wwww.sport-ni.org/testsite/archive/184.pdf : « The Strategic Plan will not have an adverse differential impact on the grounds of religions affiliation ».

Table des illustrations

Titre La pratique des sports à l’école - 1995
Légende (Le tableau présente les pourcentages d’élèves auxquels sont proposés les différents sports, qui les pratiquent à l’école ou dont c’est le sport favori)Source : Anthony, M., Gallagher, “Sport and Community Background”, in John Kremer & Karen Trew, Young People’s Involvement in Sport, Londres, Routledge, 1997, p. 118.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540