Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Irlandaises : vers une reconnaissance / A New Citizenship for Irish Women?

 | 
Paul Brennan
, 
Elisabeth Gaudin
, 
Catherine Maignant

Féminisme et nationalisme

Maurice Goldring

Résumé

Le nationalisme irlandais a une forte composante patriarcale et il n’est guère étonnant que les rapports qu’il entretient avec la lutte des femmes soient conflictuels. L’étude de deux femmes engagées dans le combat national, Maud Gonne et Constance Markievicz permet de mieux préciser la nature contradictoire (alliance et conflit) de ces rapports.

Irish nationalism is strongly patriarchal and its relationships with women’s struggles were mostly conflictual. Two women who were figureheads of the national struggle, Maud Gonne and Constance Markievicz, can help us understand the contradictory nature (alliance and conflict) of such relationships.

Texte intégral

1Le féminisme est un mouvement social pour l’égalité des sexes et les droits des femmes au travail, à l’égalité devant la loi, au partage du pouvoir politique, au contrôle de leur personne, de leur corps, de leur sexualité. Ce combat pour les droits s’est mené avec une grande ampleur, notamment au XIXe siècle, avec les mouvements suffragistes pour le droit de vote féminin et, au XXe, avec les combats pour le divorce, le droit à l’avortement, le droit au travail et contre toutes les formes de discrimination sexiste. Le nationalisme est l’idéologie des mouvements à base communautaire qui pensent que la communauté historiquement constituée doit avoir le droit de se gouverner, donc de se libérer de toute tutelle étrangère. Cette idéologie a marqué les pays européens au XIXe siècle et les mouvements de libération nationale du XXe siècle. Le nationalisme vise à créer un état-nation, des frontières, une armée, une identité économique et politique. Il veut transformer le hasard en nécessité, les méandres de l’histoire en destin racial, le général en particulier, le flou des traditions en cartes d’état major. Le féminisme vise à rendre le privé public, le biologique culturel, à transformer les individu(e)s en personnes politiques, à rendre le particulier général. Le nationalisme particularise l’universel, le féminisme universalise le particulier. Entre les deux le choc est rude.

  • 1 Diane Lamoureux: « Nationalism and Feminism in Quebec: An Impossible Attraction », in Meg Luxton (...)

2Le nationalisme irlandais a pris les traits d’un nationalisme culturel qui considérait que l’Irlande était constituée d’une « race » au passé glorieux que l’indépendance pourrait ressusciter. La nation éternelle, gaélique, catholique et rurale, était politiquement et économiquement conquise et opprimée ; elle n’a pu se maintenir que par la perpétuation d’une culture littéraire, morale et religieuse. La famille joue un rôle pivot dans ce nationalisme1. Il considère la famille comme la cellule de base de la nation, le lieu où se reproduisent biologiquement ses membres et culturellement les valeurs nationales. La famille est à la fois ce qui permet au groupe d’être assez nombreux pour survivre, et qui transmet la culture et la tradition d’une génération à l’autre. La nation est partout opprimée ; à l’intérieur de la famille, elle pouvait se perpétuer. L’étranger contrôle les frontières, réprime les révoltes par son armée, sa police et sa justice ; il ferme les églises et crée des écoles où l’on enseigne dans une langue étrangère le silence sur la culture et l’histoire nationales. Le seul endroit où se transmettent la foi chrétienne, la langue et les traditions, c’est la famille, et la femme est la gardienne de cette transmission, la porteuse du flambeau, la vestale, la prêtresse qui entretient le feu sacré. C’est pourquoi, conclut Diane Lamoureux, les organisations nationalistes prennent des positions très réactionnaires sur les questions affectant la vie des femmes, notamment sur le divorce et l’avortement, qui mettent gravement en danger le lieu de reproduction culturel et biologique de la « race ».

3Ce rôle de garde et de transmission des valeurs nationales est si central qu’il conduit à utiliser abusivement le terme de « matriarcat » pour la société qui le leur attribue. Cette appellation ne correspond à aucune réalité sociale. Les femmes ne sont acceptées que comme productrices de fils soldats, de filles, mères et soeurs de combattants. Religion et patriotisme sont des valeurs d’hommes qui doivent être transmises par les femmes, et c’est dans la mesure où elles se conforment à ce rôle qu’elles sont glorifiées. Si elles s’en écartent, elles sont rejetées. Ainsi, au Québec :

  • 2 Laurin Frenette, in Diane Lamoureux, op. cit., p. 59.

L’autorité spécifique de la femme, dans la famille, vient surtout du fait que c’est à partir de cette place qu’est assurée l’articulation structurelle de l’unité familiale à l’église comme appareil général de contrôle et de reproduction. Le discours de la mère est celui du curé, et c’est à ce titre qu’il s’impose à la famille, y compris au père. C’est d’ailleurs à ce titre que la femme a accès à la lecture et à l’écriture2.

4En même temps, le féminisme a emprunté au nationalisme son vocabulaire politique. D’une part parce qu’il y a de profondes analogies entre la situation des femmes et la situation des peuples opprimés.Comme l’ont montré de nombreux auteurs (Simone de Beauvoir, Christian Delacampagne), le conquérant féminise les peuples conquis. Les indigènes sont des êtres irresponsables, puérils, incapables de se gouverner eux-mêmes, soumis à de brusques accès d’hystérie incontrôlés. Ils participent du domaine de l’affectif mais pas de celui de la raison. Ils ont une âme mais pas de cervelle. L’autorité et la répression sont nécessaires comme les punitions pour les enfants. Les femmes subissent le même paternalisme et les mêmes éloges quand elles sont « authentiques », femmes soumises et mères aimantes, comme les « bons noirs » ou les « bons Irlandais », qui savent rester à leur place, raconter de belles histoires et chanter de jolies berceuses, mais qui sont réprimées quand elles sortent de leur rôle, et veulent s’occuper de ce qui ne les regarde pas. Femmes ou indigènes, on retrouve la même distinction entre le « bon sauvage » qui n’a pas subi les influences délétères de la ville et des idées étrangères, et le mutant culturel de la ville ou de l’exil, corrompu par les influences étrangères. Dans l’idéologie du national-socialisme allemand :

  • 3 Liliane Crips : « Une revue ‘national-féministe’ : Die Deutsche Kampferin, 1933-1937 », in Rita Th (...)

La civilisation ne pénètre que lentement et faiblement dans les campagnes. Aussi voyons nous aujourd’hui, dans la femme des campagnes, un être beaucoup plus proche de la créature originelle que ne l’est la femme des villes surpeuplées3.

5Comme dans les luttes contre l’oppression de type colonial, la lutte des femmes passe par la recherche d’une identité et d’une histoire niées, la lutte pour la dignité contre les humiliations permanentes.

  • 4 Bérangère Marques-Pereira : « Féminisme et nationalisme », communication au séminaire « Comparaiso (...)

6Les mouvements de libération ont donc profondément marqué le féminisme, et pourtant la place des femmes dans les mouvements nationaux n’a jamais vraiment été légitimée. Les femmes sont considérées comme le ciment de exclues dans la définition « fermée » du nationalisme (le nationalisme culturel), mais aussi dans la définition universaliste. La Révolution Française n’a pas été avec les femmes revendiquant des droits politiques. L’universalisme considère que la citoyenneté masculine est universelle, le particularisme considère que le nationalisme est une affaire d’hommes. Il n’empêche que le nationalisme peut entretenir des rapports d’alliance avec le féminisme dans la mesure où la lutte pour le droit des peuples à disposer d’eux mêmes peut favoriser les luttes de femmes et leur inscription comme actrices de l’histoire, leur politisation. Mais, en même temps, le nationalisme (ouvert ou fermé) postule une communauté d’intérêts des différents groupes et classes sociales ; il entre donc en conflit avec les intérêts spécifiques et considère le féminisme comme un ferment de division4. Dans le combat, il considère que la place des femmes est essentiellement celle de mères, épouses, soeurs de combattants, et celle d’infirmières, soignantes et marraines des blessés.

  • 5 Geneviève Fraisse et Michelle Perrot : Histoire des femmes ; le XIXe siècle, Paris, Plon, 1991 (Ge (...)
  • 6 Klaus Theweleit: Male Fantasies, University of Minnesota Press, 1987 (1977).

7Alliance et conflit. Le nationalisme met en mouvement les femmes et rejette le mouvement spécifique des femmes, individuel ou collectif. Remettre en cause le partage du pouvoir, le rôle des sexes, c’est intervertir l’ordre de la nature, c’est introduire le chaos dans la société. Déjà Burke avait utilisé cet argument contre la Révolution Française, en mettent en avant la présence de nombreuses femmes dans les manifestations parisiennes5. Pendant la guerre du Golfe, un général américain regrettait la présence de femmes soldats, parce que, disait-il, un soldat se bat d’abord pour protéger les femmes qui l’attendent à la maison. De les voir sur le front est tout à fait déstabilisant. De même les corps francs allemands qui se battaient contre les révolutionnaires allemands en 1919 justifiaient leur combat contre la « barbarie » par l’horreur que leur inspirait dans les rangs des rouges des cohortes de femmes avec le fusil, monstrueuses inversions, à la fois mégères et prostituées6.

Deux femmes : Maud Gonne et Constance Markievicz

  • 7 Margaret Ward: Maud Gonne, Ireland’s Joan of Arc, Londres, Pandora, 1990, p. 21.
  • 8 Margaret Ward, op. cit., p. 21.
  • 9 Ibid. p. 65.

8Ces deux figures emblématiques de l’Irlande en fondation, ces deux femmes militantes, ont toutes deux incarné la somme des contradictions qui viennent d’être exposées. Lorsqu’elles veulent réellement s’engager dans les luttes nationales, elles rencontrent d’abord l’obstacle de l’exclusion par le caractère masculin des organisations existantes. Maud Gonne est présentée au « Contemporary Club », ouvert à quiconque souhaitait discuter de questions politiques et culturelles ; elle se rend compte que « quiconque » signifie les hommes : Twelve men were sitting smoking and drinking tea7. Impossible aussi d’adhérer à la National league, qui avait remplacé la Land League. Le président, le parlementaire Tim Harrington, veut bien admettre que les dames ont fait du bon travail dans la Ladies Land League, mais some of us found that they could not be controlled. Dans une discussion sur la Ladies’Land League, John O’Leary lui explique que les femmes sont trop militantes, trop exaltées, et que Parnell a dissous l’organisation comme moyen d’ouvrir la voie du processus parlementaire vers le Home Rule. Tout semble bon pour empêcher l’accès. Elles sont trop militantes pour les organisations constitutionnalistes.Elles sont trop douces pour les organisations violentes. Maud Gonne est attirée par la Celtic Literary Society, mais les statuts en excluent les femmes8. Et, de toute manière, ajoute Harrington, la place des femmes n’est pas dans la politique, mais au foyer. Elle ne peut finalement gagner sa place dans le mouvement national que par un certain conformisme dans le rôle des sexes. Elle crée en 1900 Daughters of Erin, composée de wives and widows of well-known nationalists, and young independent working women, many sisters or girl-friends of members of the Celtic Library Society9. Elle organise des activités qui rappellent ce rôle traditionnel – des activités philanthropiques d’aide aux familles expulsées dans le Donegal, des activités culturelles, chansons et récitals de poésie, ou des après-midi récréatives pour les enfants – tout en respectant la hiérarchie des sexes. Ainsi, lorsqu’elle organise un Patriotic Children’s Treat Committee pour protester contre la visite de la reine Victoria à Dublin, tous les orateurs, à l’exception d’elle-même, sont des hommes.

  • 10 Esther Roper: « A Biographical Sketch », in Constance Markievicz: Prison Letters, Londres, Virago (...)
  • 11 Certains lecteurs et surtout lectrices peuvent se demander de quel lieu parle ici l’auteur et comm (...)
  • 12 Martine Spensky : L’évolution de la prise en charge des mères célibataires et de leurs enfants en (...)

9Constance Markievicz pourrait apparaître comme une exception, puisqu’elle était officier dans l’Irish Citizen Army, a participé aux combats de l’insurrection de Pâques, a été emprisonnée à de nombreuses reprises et apparaissait donc comme une combattante à part entière.Dorothy MacCardle l’appelait the happy warrior ; elle était la femme au fusil, qui embrassa son arme avant de la rendre à l’officier britannique après l’échec de 1916. Elle voulait que les femmes puissent participer au combat, et pas seulement comme cantinières ou comme infirmières. Elle est fière que son « général », James Connolly, la traite comme un home : (he) made it clear that unless we took our share in the drudgery of training and preparing, we should not be allowed to take any share at all in the fight10. Mais alors elle se désexifie. Elle veut participer aux parades dans l’uniforme des hommes, avec pantalon : c’est trop pour Connolly, qui accepte qu’elle porte l’uniforme et le fusil, mais avec une jupe. L’engagement total dans le combat lorsqu’il affecte les femmes est, en soi, une inversion insupportable de la répartition sexuée des tâches. Les combattants et les hommes politiques dévoués partagent avec les cadres supérieurs la même nécessité d’une infrastructure logistique qui est assurée par leur épouse ou leur compagne. Le cadre supérieur type partage avec le combattant de l’ombre et le leader politique les mêmes nécessités : il a une femme et des enfants. Des enfants pour lesquels il travaille ou milite quinze heures par jour, et une femme qui lui assure le boire et le manger, ainsi que l’accueil de ses compagnons qu’il invite dans une maison chaleureuse et souriante11. De ce point de vue, Constance Markievicz et Maud Gonne sont des femmes parfaitement scandaleuses. Elles n’acceptent pas de renoncer à leur engagement politique pour assurer leur rôle de femme et de mère. Lorsque Maud Gonne divorce en 1905 de son mari John MacBride, elle crée le scandale.A la générale d’une pièce de Lady Gregory, à l’Abbey Theatre, elle entre dans la salle avec Yeats, accueillie par des sifflements et des cris de Up John MacBride. Ce dernier, rappelons-le, était un ivrogne violent qui entretenait des relations adultères avec une jeune protégée de Maud. L’enfant illégitime qu’elle eut avec Lucien Millevoye n’arrange pas les choses. D’une part, ce n’est pas très convenable d’avoir un enfant illégitime mais, beaucoup plus grave, elle n’expie pas ce péché par la voie normale, c’est à dire le dévouement total au fruit du péché12. Cet enfant ne l’empêche pas de poursuivre son action militante, elle l’abandonne auprès de nourrices et de gouvernantes. De même, Constance Markievicz « abandonne » sa fille Maeve à sa grand mère, et elle est considérée comme une mère indigne. Même Amanda Sebastyan, dont l’introduction aux Prison Letters tire la comtesse vers une interprétation féministe, ne se retient pas d’exprimer une certaine désapprobation :

What was much harder to take – for her Irish contemporaries and maybe for us too – was the fact that her daughter Maeve was left to be brought up by her grandmother Georgina.

10Personne ne s’est jamais demandé ce que devenaient les enfants des héros masculins. En tout cas, si un républicain clandestin demandait à sa grand mère de s’occuper de ses enfants, jamais personne ne parlerait d’abandon ni ne le traiterait de père indigne.

  • 13 Amanda Sebastyan : introduction des Prison Letters de Constance Markievicz, ed. cit., p. XIII.

11C’est donc de manière centrale qu’il faut situer la place des femmes dans le théâtre « antinationaliste » de Sean O’Casey. Chez O’Casey, l’héroisme est masculin, l’anti-héroïsme est féminin. Plus exactement, les personnages femmes sont parfaitement conscients que l’héroïsme de leurs hommes se construit sur leur dévouement comme cuisinières et comme infirmières. Mme Boyle prépare le déjeuner pour son paon de mari qui se pavane en attendant les saucisses. Johnny, blessé à la guerre, accepterait volontiers que sa soeur sacrifie sa vie pour lui servir de garde-malade. Le poète Davoreen trouve naturel que l’admiration de Minnie – qui le prend pour un poète combattant – se concrétise en heures de ménage. Nora, dans The Plough and the Star, blanchit et repasse les chemises des hommes de la maison. Les héros hommes rentrent chez eux, I es paroles se répètent : « j’ai faim, puis-je avoir à manger » ; Your sweet little Nora has to clean up your boots in the morning. Que se passe-t-il quand le héros est une héroïne ? Dans ce cas, il vaut mieux qu’elle soit riche et qu’elle ait des domestiques, parce que personne ne fera la cuisine pour elle. Constance Markievicz, qui voulait mener une vie indépendante, qui éprouvait à l’égard de la famille la même rage que Florence Nightingale contre les conventions empêchant les femmes de travailler, refusa de prononcer le verbe « obey » pendant la cérémonie du mariage.Quand son mari revient d’un long voyage il l’appelle ; personne. Constance, occupée avec un groupe de jeunes, se montre enfin et elle entend les mêmes paroles que Mme Boyle, que Nora et que Minnie : I am hungry, can I have some food,(...) they scuffle and they whisper,(...) At last, they bring me some meat and bread and butter. That is how I return to my home, dit Casimir, étranglé d’indignation13.

12On dit du nationalisme que, dans ses épisodes les plus aigus, il intègre toutes les autres questions sociales : luttes agraires, luttes ouvrières, luttes des femmes. Les intégrer ne veut pas dire qu’il les fasse disparaître ; sauf dans le cas des luttes de femmes. Pendant les luttes irlandaises pour ou contre le Home Rule, puis pour ou contre l’indépendance, les luttes des femmes ont été englouties dans la question nationale. Dans La tentation nationalitaire, Rita Thalmann et d’autres chercheuses ont bien montré le même processus à l’oeuvre en Italie, en Espagne, en Allemagne, en France. Au mieux, le féminisme ne peut subsister que comme national-socialisme. Mais même quand un groupe de femmes allemandes a demandé, au nom de la protection de la race, que les femmes soient considérées comme les égales de l’homme, et qu’on leur attribue des postes politiques et militaires, le régime nazi les a interdites d’activité. En Irlande du Nord, le parti unioniste a fondé une Unionist Women’s Association, dans le but spécifique et déclaré d’empêcher les femmes protestantes de « devenir suffragettes ». Dans le futur état indépendant, les mouvements des femmes nationalistes ont englouti ou balayé les autres mouvements. Or il y a bien un refus d’intégration spécifique au mouvement des femmes. Les mouvements sociaux à dominante masculine, syndicats, partis politiques ouvriers, n’ont jamais abandonné leur activité revendicatrice, même pendant les épisodes les plus aigus des conflits nationaux. Les grèves n’ont pas cessé à Belfast pendant la guerre anglo-irlandaise, ni pendant la seconde guerre mondiale. La proximité des combats pour l’indépendance n’a pas empêché la grande grève de Dublin en 1913. En France et en Grande-Bretagne où se développaient de forts combats pour le suffrage des femmes, ils se sont effondrés complètement, les revendications ont été remises à « plus tard », alors que le mouvement ouvrier, s’il a abandonné l’internationalisme pacifiste, n’a jamais renoncé à ses objectifs d’action, et les années de guerre sont des années de grande action militante. Les organisations de femmes sont devenues des ligues patriotiques.

13Pourquoi ? La réponse se trouve peut-être dans la définition du nationalisme que j’ai rappelée plus haut. Le nationalisme peut tolérer le militantisme ouvrier et socialiste masculin, dont l’archétype est soit l’ouvrier protestant des chantiers navals, vigoureux, habile, travailleur, qualifié, soit l’ouvrier combatif de Dublin, incarné par Larkin, indomptable, refusant tout compromis. Ces représentations (et cette réalité sociale) ne heurtent pas de front le nationalisme irlandais. Les revendications féministes qui mettent en cause la place centrale de l’homme dans la société, et le rôle des femmes comme gardiennes et protectrices de la famille, touchent au noyau central du nationalisme, et celui-là ne peut pas le tolérer. L’universel socialiste, dans la mesure où il reste masculin, c’est-à-dire patriarcal, peut conserver un espace d’action dans les moments d’extrême lutte nationale ; l’universel féministe, non. C’est pourquoi les luttes spécifiques des femmes sont un des lieux sensibles de la société irlandaise, parce qu'elles remettent en cause la définition la plus profonde de la nation et risquent de dissoudre le nationalisme lui-même, puisqu’il apparaît que le nationalisme ne peut sans doute être autre chose que patriarcal et conservateur.

Notes

1 Diane Lamoureux: « Nationalism and Feminism in Quebec: An Impossible Attraction », in Meg Luxton & Heather Jon Marooney (éds): Feminism and Political Economy, Londres, Methuen, 1987.

2 Laurin Frenette, in Diane Lamoureux, op. cit., p. 59.

3 Liliane Crips : « Une revue ‘national-féministe’ : Die Deutsche Kampferin, 1933-1937 », in Rita Thalmann (éd) : La tentation nationalitaire, Paris, Deuxtemps Tierce, 1990, p. 169.

4 Bérangère Marques-Pereira : « Féminisme et nationalisme », communication au séminaire « Comparaisons internationales des mouvements sociaux » (CIMOS) Paris VIII, 18 mai 1992.

5 Geneviève Fraisse et Michelle Perrot : Histoire des femmes ; le XIXe siècle, Paris, Plon, 1991 (Georges Duby et Michelle Perrot : L’histoire des femmes en occident. Paris, Plon, 1991, tome 4).

6 Klaus Theweleit: Male Fantasies, University of Minnesota Press, 1987 (1977).

7 Margaret Ward: Maud Gonne, Ireland’s Joan of Arc, Londres, Pandora, 1990, p. 21.

8 Margaret Ward, op. cit., p. 21.

9 Ibid. p. 65.

10 Esther Roper: « A Biographical Sketch », in Constance Markievicz: Prison Letters, Londres, Virago Press, 1987 (1934); introduction par Amanda Sebastyan.

11 Certains lecteurs et surtout lectrices peuvent se demander de quel lieu parle ici l’auteur et comment il sait ce qu’il écrit ; pour éviter toute ambiguïté, qu’il soit bien clair ici que le lieu d’où il parle se situe à l’intérieur de la situation décrite, et qu’il sait ce qu’il écrit en partie parce qu’il en a été le bénéficiaire. Cette note est le résultat d’une conversation avec Monique Dental (du Collectif Ruptures).

12 Martine Spensky : L’évolution de la prise en charge des mères célibataires et de leurs enfants en Angleterre, thèse de doctorat, université de Paris VIII-St Denis, 1988.

13 Amanda Sebastyan : introduction des Prison Letters de Constance Markievicz, ed. cit., p. XIII.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

Auteur

UFR d’Études Anglophones, Université de Paris VIII

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540