Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eamon de Valera

 | 
Paul Brennan

De Valera : la Constitution de 1937 et les directives sociales

Elisabeth Gaudin

Résumé

La Constitution de 1937, qui porte la marque personnelle de De Valera, diffère des constitutions irlandaises précédentes par la place qu'elle accorde à l'église catholique, et par la conception de l'ordre social qui y est exposée. Ces influences ne sont nulle part aussi évidentes que dans les articles concernant la famille et les femmes, et dans l'article 45 qui contient un nombre de directives sociales proches du programme politique du Fianna Fail. L'ampleur de la campagne qui a précédé le référendum de septembre 1983 sur l'avortement prouve à quel point une partie de l'opinion irlandaise entend encore faire de la constitution un programme national moral, autant que politique.

The Constitution of 1937, which bears de Valera's own mark, must be distinguished from the preceding Irish constitutions not only because of the importance accorded to the Catholic church but also because of its conception of social order. Such influences are most evident in the articles on the family and on women but also in article 45 which contains a certain nomber of guide-lines close to the political programme of Fianna Fail. The Abortion Referendum campaign showed to what extent some elements of public opinion still consider the Constitution as both a political and moral programme.

Texte intégral

1Depuis 1967, date à laquelle la commission chargée d'examiner la constitution a déposé ses conclusions, les questions constitutionnelles ont occupé une place importante dans le débat politique en République d'Irlande : plusieurs propositions d'amendement ont donné lieu à référendum, et encore tout dernièrement, en septembre 1983, à l'occasion du référendum sur l'avortement, on a pu voir quelles passions ces problèmes suscitaient dans l'opinion irlandaise. Enfin, le premier ministre Garret Fitzgerald a lancé il y a quelques années l'idée d'une véritable croisade constitutionnelle, visant à effacer de la constitution tout ce qui lui paraissait faire obstacle au rapprochement entre les deux communautés irlandaises, et en tout premier lieu les articles 2 et 3 qui affirment la souveraineté de l'état irlandais sur l'ensemble des trente deux comtés.

  • 1 En particulier autour de la revue The Bell.

2Cette activité politique autour de questions constitutionnelles fait suite à une longue période de stabilité : en effet, de 1941 au début des années 1970, la constitution n'a fait l'objet d'aucune modification, et de peu de critiques - si l'on excepte l'opposition tenace d'un petit groupe d'intellectuels1.

3C'est dire à quel point ce document, dont tous les historiens et les biographes de De Valera s'accordent à dire qu'il fut son oeuvre personnelle, en quelque sorte la pièce maîtresse de toute sa politique, s'est imposé à tous, une fois apaisées les oppositions exprimées lors des débats qui en précédèrent l'adoption.

4La genèse de cette constitution, et ses conséquences politiques et sociales, ont donné lieu à un grand nombre d'études. Ce sont en particulier les prises de position contenues dans les articles 2 et 3 sur la question de la souveraineté sur l'ensemble du territoire irlandais qui ont suscité le plus d'intérêt. Mais d'autres aspects de la constitution retiennent également l'attention : par son intégration des valeurs catholiques, son idéologie familialiste et corporatiste - qui rejoignent l'utopie rurale de De Valera et sa conception personnelle de l'ordre social - la constitution de 1937 se distingue nettement de celle de 1922, d'inspiration britannique, pour se rattacher aux courants de pensée qui se sont développés dans les années trente dans l'ensemble de la communauté irlandaise, et se sont exprimés à travers le mouvement social catholique.

5Après avoir rendu compte brièvement des étapes dans l'élaboration de la constitution, et de ses caractéristiques essentielles, c'est cette dimension idéologique, cette conception de l'ordre social et plus particulièrement du rôle de la famille, apparente dans certains articles dont la paternité revient incontestablement à De Valera, que nous aborderons plus en détail.

LA GENESE DE LA CONSTITUTION

6Interviewé par le Philadelphia Record, lors d'un voyage aux Etats-unis en janvier 1930, De Valera déclarait :

  • 2 Philadelphia Record, 6 janvier 1930.

'We'll get a majority; once we have a majority, we're going to make our bid for real freedom; with control of the Assembly, we'll be able to overthrow the constitution'2.

  • 3 Cf. Basil Chubb, The Constitution and Constitutional Change in Ireland, Dublin, Institute of Public (...)

7Il indiquait ainsi son intention, sitôt arrivé au pouvoir, d'en finir avec la constitution de 1922, qui liait organiquement le fonctionnement politique de l'Etat Libre au traité entre cet état et la Grande-Bretagne. Pourtant, lorsqu'il devint chef de gouvernement en 1932, ce ne fut pas son premier acte politique. Basil Chubb a fait remarquer très justement que, contrairement à ce qui se produit en général, la constitution irlandaise de 1937 ne représente pas le point de départ d'un processus politique nouveau, mais bien plutôt son aboutissement3. De 1932 à 1937, De Valera s'appliqua d'abord à démanteler la constitution de 1922 : dès le mois de mai 1933, il supprimait le symbole le plus haï de la domination britannique - le serment d'allégeance à la couronne. Puis il réduisit les pouvoirs du Gouverneur Général, et finit par supprimer totalement la fonction. Il abolit également le Sénat où subsistait une poche de résistance unioniste. Enfin, profitant de la crise constitutionnelle provoquée en Grande-Bretagne par l'abdication du roi Edouard VIII, il promulgua en 1936 l'External Relations Act, qui réduisait le lien unissant l'Etat Libre à la Grande-Bretagne à une simple association au sein du Commonwealth.

8Ayant ainsi vidé l'ancienne constitution de son contenu, il pouvait déclarer, en décembre 1936 :

  • 4 Maurice Moynihan, (ed.) Speeches and Statements by Eamon De Valera 1917-1973, Dublin, Gill and Macm (...)

'… the time has corne when we ought now, with full freedom of action, to consider what should be, in our own circumstances, our own constitution'.4.

9Quelques mois auparavant il avait demandé à John Hearne, conseiller juridique au ministère des Affaires Extérieures, dont il détenait lui même le portefeuille, de rédiger un projet de constitution. Il s'écartait ainsi de la procédure habituelle, qui était de confier cette tâche au Parliamentary Draftsman's Office, ce qui confirme son intention de s'intéresser de près à l'élaboration du texte.

10Le projet fut discuté au Dail au cours du printemps 1937 ; le 14 juin, les députés en approuvaient la version amendée, qui fut soumise aux électeurs le 1er juillet, par plébiscite. De Valera attachait beaucoup d'importance à ce plébiscite, au verdict du peuple souverain dont il espérait une approbation massive, car il pensait que :

  • 5 Dail Debates, vol. 67-68, p. 327, 11 mai 1937.

'If this draft constitution is accepted by the Dail and the people, it no longer becomes a party programme - it becomes a national people's programme'5.

11Bien que n'obtenant pas la majorité écrasante souhaitée par De Valera, la constitution fut approuvée par 685.105 voix contre 526.945. Aux élections législatives qui se déroulaient le même jour, le parti Fianna Fail, quoique majoritaire, n'obtint que 599.040 voix, ce qui indique qu'un nombre assez conséquent d'opposants au parti de De Valera n'en approuvaient pas moins sa constitution.

L'ANCIEN ET LE NOUVEAU DANS LA CONSTITUTION DE 1937

12Le document ainsi plébiscité, héritier à la fois de la constitution du premier Dail de 1919 et de la constitution de 1922, représente une tentative de synthèse entre des héritages idéologiques et politiques très divers :

  • En premier lieu, il consacre l'indépendance nationale et étend la souveraineté irlandaise à l'ensemble des trente deux comtés. Aucune mention n'y est faite de la couronne britannique, ni du Commonwealth. Le document, qui porte un nom irlandais : Bunreacht na hEireann, déclare que l'irlandais est la première langue officielle - l'anglais devenant deuxième langue officielle. Il dote la nation d'un nom irlandais - Eire - et d'un drapeau tricolore. Bien que le texte fût, sur tous ces points, sans concession envers les protestants, la constitution n'en devait pas moins, dans l'esprit de De Valera, pouvoir s'appliquer sans modification à l'ensemble du territoire, une fois 'réintégrés'- pour reprendre les termes de l'article 3 - les six comtés du nord.

  • Cette nation, de par sa structure politique, est une république, même si le mot n'est pas encore prononcé. (Cette concession formelle aux Britanniques s'explique par la crainte qu'avait De Valera de compromettre les possibilités de réunification par une rupture trop brutale). Le peuple, invoqué dès le préambule, détient la souveraineté. Il élit au suffrage universel un président, garant de la constitution et des droits des citoyens.

  • Tout en affirmant l'indépendance de l'Eire, la constitution reste fidèle sur bien des points au modèle des démocraties libérales, et en particulier au système britannique. Le sénat y est rétabli, quoique sous une forme profondément modifiée, et avec des pouvoirs réduits. Quant aux libertés fondamentales - liberté d'expression et d'association - habeas corpus - égalité de tous devant la loi - elles y sont garanties en des termes souvent très proches de ceux de la constitution de 1922.

  • A l'initiative de De Valera, la constitution contient plusieurs articles qui portent nettement la marque de l'influence catholique et qui ont été abondamment cités pour illustrer le poids de la hiérarchie catholique dans la vie politique irlandaise. L'article 41 définit la famille comme l'unité première et fondamentale de la société, une institution morale possédant des droits inaliénables et imprescriptibles, antérieurs et supérieurs à la loi. Il proclame le caractère sacré du mariage et interdit le divorce. L'article 42, portant sur l'éducation, déclare que la famille est l'éducateur naturel de l'enfant. L'article 43 fait de la propriété privée un droit lui aussi naturel et antérieur à la loi. Enfin l'article 44, tout en garantissant la liberté religieuse et en proclamant la laïcité de l'état, reconnaît :

  • 6 Bunreacht na hEireann, Article 44.

'… the special position of the Holy Catholic Apostolic and Roman Chruch as the guardian of the faith professed by the great majority of the citizens'6.

  • 7 Cf. à ce sujet: J.H. Whyte, Church and State in Modem Ireland, 1923-1970, Dublin, Gill and Macmilla (...)

13Il faut souligner que l'inclusion de ces articles, qui n'avaient pas leur équivalent dans la constitution de 1922, ne répondait pas à une quelconque campagne d'opinion, mais semble bien provenir d'une décision personnelle de De Valera. On sait que pendant l'élaboration du projet, il a consulté de nombreuses personnalités religieuses, dont le futur archevêque de Dublin, Monseigneur McQuaid, et s'est inspiré de nombreuses lectures : outre les encycliques de Leon XIII et de Pie XI sur la propriété privée, le mariage et l'organisation sociale, il a eu entre les mains des ouvrages tels que le Manuel Social du jésuite belge André Vermeersch, et le Code Social, Esquisse d'une Synthèse Sociale Catholique, publié par l'Union Internationale d'Etudes Sociales en 19277. Le pape Pie XII rendit publiquement hommage à la constitution, ce qui eut pour effet de mettre un terme à l'agitation du petit groupe d'intégristes de l'organisation Maria Duce, mécontents de ne pas voir reconnaître en l'église catholique la seule église véritable. Du côté de la hiérarchie catholique, De Valera, l'opposant au traité de 1922 que l'église avait fustigé pour sa rébellion, obtenait donc en 1937 un satisfecit total. Et il ne semble guère avoir rencontré d'opposition chez les représentants des églises minoritaires, auxquels il soumit le projet, et qui se montrèrent satisfaits du paragraphe 3 de l'article 44, qui déclare :

  • 8 Bunreacht na hEireann, Article 44.

'The State also recognizes the Church of Ireland, the Presbyterian Church in Ireland, the Viethodist Chruch in Ireland, the Religious Society of Friends in Ireland, as well as the Jewish congregations and the other denominations existing in Ireland at the date of the coming into operation of this Constitution'8.

LES DIRECTIVES SOCIALES

14Il faut s'arrêter enfin sur l'article 45, sans doute le plus original de toute la constitution, qui consiste en une série de directives sociales à l'intention de l'état et du parlement en particulier. Ces directives n'ont pas force de loi, et ne sont donc pas du ressort de la Cour Suprême, ni de la Haute Cour, institutions dont De Valera se méfiait à cause de la formation britannique qu'avaient reçue les juges.

15Il définissait ainsi ces directives :

  • 9 Dail Debates, vol. 67-68, p. 325, 11 mai 1937.

'They will be there as a constant headline, something by which the people as a whole can judge their progress in a certain direction'9.

16Ces directives inscrivent dans la constitution l'objectif d'une société idéale, et engagent moralement les élus et les dirigeants du pays. Elles déclarent que l'état doit s'efforcer d'assurer à tous une existence convenable et veiller à la juste répartition des richesses entre les citoyens. Tout en se prononçant en faveur de l'initiative privée et de la libre concurrence, l'état doit tenter d'en atténuer les effets néfastes, et protéger les citoyens les plus vulnérables, comme les infirmes, les veuves, les orphelins et les gens âgés.

17L'une de ces directives engage l'état à veiller a ce que :

  • 10 Bunreacht na hEireann, Article 45.

'That there may be established on the land in economic security as many families as in the circumstances shall be practicable'10.

18Ce repeuplement des campagnes constitue l'un des points du programme politique du parti Fianna Fail, un point particulièrement cher au coeur de De Valera, dont on connaît l'attirance pour l'utopie rurale qu'il décrivit dans son célèbre discours de la Saint Patrick en 1943.

19Les directives sociales auraient sans doute insisté davantage encore sur cette Irlande idéale si Sean Lemass, le ministre de l'industrie et du commerce de l'époque, plus réaliste en matière économique, et tout à fait opposé à De Valera sur la question du morcellement des terres, ne lui avait conseillé plus de modération. D'ailleurs, l'évolution économique de l'Irlande relèguait de plus en plus dans le passé la vision d'une société de petits paysans. Les campagnes se dépeuplaient au profit des villes, et l'émigration sévissait toujours.

LA CONSTITUTION, LA FAMILLE ET LES FEMMES

20Lorsque le projet de constitution fut présenté au Dail pour la deuxième fois, en mai 1937, les débats concernant les articles 2 et 3, et l'article 44 sur le rôle de l'église catholique, avaient déjà eu lieu, pour l'essentiel. Deux points litigieux demeuraient cependant :

  • le rôle du président, dont certains craignaient que De Valera ne lui attribue des pouvoirs dictatoriaux,

  • la place réservée aux femmes.

21Dès la parution du projet, les articles portant sur la famille et sur les femmes avaient provoqué de vives réactions de la part de personnalités connues pour leurs idées progressistes en la matière - comme G.B. Shaw - et de la part d'organisations féministes de l'époque, qui regroupaient surtout des femmes de la bourgeoisie intellectuelle - comme Hanna Sheehy Skeffington. Les syndicalistes - en particulier celles qui appartenaient au syndicat exclusivement féminin, l'Irish Women Workers' Union - hostiles à certains articles, ne poussèrent cependant pas très loin la contestation, estimant qu'il s'agissait là d'une question politique qui n'était pas de leur ressort. Quand aux membres de l'organisation républicaine féminine, Cumann na mBan, elles refusaient de prendre position sur la constitution d'un état dont elles contestaient la légitimité. Cependant, à titre individuel, certaines femmes du mouvement nationaliste, comme Maud Gonne, exprimèrent publiquement leur désaccord. Il est vrai que celles d'entre elles qui avaient combattu les armes à la main en 1916 se défiaient de De Valera : il avait en effet à cette époque refusé de les laisser combattre aux côtés des hommes qu'il commandait à Boland's Mill, leur proposant de s'occuper plutôt de l'intendance et des blessés.

22Au cours des débats au Dail, De Valera fut accusé d'avoir voulu reléguer les femmes dans un rôle secondaire, au sein de la famille, et leur refuser, en dehors de ce cadre, l'égalité avec les hommes. Les réactions de De Valera à ces attaques témoignent à la fois de son désir de repousser cette accusation (il devait par exemple expliquer longuement les raisons de son attitude à Boland's Mill en 1916), et de sa conviction profonde de détenir la vérité, qui conférait souvent à ses propos une grande rigidité, lui inspirant des phrases sans réplique :

  • 11 Dail Debates, vol. 67-68, 13 mai 1937.

'I do not care a thraneen who says I'm a reactionary, because it is not reactionary'11.

  • 12 Cf. par ex. Freeman's Journal, janvier 1921: "Whenever I wanted to know what the Irish people wante (...)

23On sait à quel point il avait le sentiment d'appartenir au petit peuple irlandais, et de connaître les aspirations les plus intimes de ses concitoyens12 : on sait aussi avec quelle vigueur il rejetait toute allusion à ses origines étrangères : s'il en a eu connaissance, la description que donnait de lui le journal français l'Illustration n'a pu que lui convenir :

  • 13 L'Illustration, juillet 1921.

"Comme il n'a jamais été éduqué qu'en Irlande et qu'il sort des couches populaires, sa mentalité ne se différencie en rien de celle des plus purs enfants d'Erin ; tous ceux qui l'ont fréquenté s'accordent à déclarer qu'on ne trouve en lui aucune trace d'un atavisme étranger"13.

  • 14 Dail Debates, vol. 67-68, 11 mai 1937.

24'I believe 99 % of the women of this country will agree with every line of this'14 devait déclarer De Valera lors des débats. Si le pourcentage est sans doute excessif, il ne se trompait pas lorsqu'il déclarait que ses propres convictions étaient largement partagées par les Irlandaises, et que l'opposition restait le fait de groupes marginaux. Les grandes associations féminines de l'époque, telles que l'Irish Countrywomen's Association ou la Catholic Women's Federation n'y trouvaient certainement rien à dire. Décrivant le conservatisme moral de De Valera, sa biographe Mary Bromage dit de lui qu'il était contre la boisson, le jazz, les mauvaises lectures. Mais il n'était pas en cela très différent de beaucoup de ses contemporains, ni surtout de ses adversaires politiques.

25Sur cette 'question des femmes', plusieurs articles de la constitution donnèrent lieu à contestation. Craignant de voir remettre en cause le droit de vote des femmes, qui, après tout, n'avait été acquis en 1918 que grâce à l'extension à l'Irlande de la législation britannique, les adversaires de De Valera parvinrent à faire ajouter des clauses spécifiant que le droit de vote était acquis 'sans distinction de sexe'.

26Mais la contestation la plus importante portait sur certaines phrases contenues dans l'article 41 et dans l'article 45, qu'il est nécessaire de citer ici in extenso :

article 41 :
'The State recognises that by her life within the home, woman gives to the State a support without which the common good cannot be achieved.
The State shall, therefore, endeavour to ensure that mothers shall not be obliged by economic necessity to engage in labour to the neglect of their duties in the home'.

article 45 (première version) :
'The State shall endeavour to ensure that the inadequate strength of women and the tender age of children shall not be abused, and that women and children shall not be forced by economic necessity to enter avocations unsuited to their sex, age or strength'.

  • 15 Interview de Maurice Moynihan, 15 février 1984.

27Ces articles, généreux certes par la protection qu'ils assuraient aux femmes contre une exploitation abusive, n'en comportaient pas moins des ambiguïtés : les femmes - La Femme - n'y étaient définies qu'en tant que mères (ce qui, rappellons-le, correspondait particulièrement mal à la situation en Irlande où le taux de célibat était très élevé) et de plus, cette protection accordée aux mères de famille en raison de leur plus grande faiblesse risquait, en période de crise et de chômage, de se transformer en interdiction professionnelle. (C'est en tout cas ce que craignaient beaucoup de femmes, et l'on raconte que pendant que les débats avaient lieu au Dail, les serveuses du restaurant de Leinster House étaient convaincues que, si ces articles étaient adoptés, elles risquaient de perdre leur emploi15).

  • 16 State Papers, S/8946, Developments leading to Constitution 1937".

28La formule 'the inadequate strength of women' fut finalement remplacée par 'the strength and health of workers, men and women' mais un autre amendement, visant à rendre anticonstitutionnelle toute mesure restrictive à l'égard des femmes dans l'emploi, fut repoussé16. On trouve dans les archives officielles une note adressée à De Valera par un collaborateur anonyme, qui souligne que :

  • 17 State Papers, S/9905, note on amendment no54, Brief for President.

'… it would be entirely contrary to the whole trend of social legislation to enact a provision in the constitution which would make it impossible to prohibit or regulate the employment of women'17

29mais cette même note illustre de manière cocasse les contradictions auxquelles se trouve parfois confronté le législateur :

  • 18 Id.

'Another type of work for which women are unsuitable would be, e.g., the firing of heavy boilers, and it would be obviously most undesirable that anybody should be placed in a position to argue that a particular provision in the Constitution made it impossible to prohibit the employment of women in such an occupation. (It may be explained that in fact a case has just corne to notice in which women are employed on the firing of boilers; but the case has occurred in a convent and the Superioress defended it on the ground that she will not allow the employment of men within the precincts of the convent. It has not been thought advisable to prohibit the employment of women in this case)'18.

30La crainte de voir interdire certains emplois aux femmes n'était pas sans fondements. En effet, l'année précédente avait été voté le Minimum Conditions of Employment Act qui réglementait les conditions de travail : la loi limitait le travail hebdomadaire à 48h et instituait une semaine de vacances. Mais elle contenait également une clause autorisant le Ministre de l'Industrie et du Commerce à interdire certains travaux aux femmes, ou à fixer une proportion maximum de main d'oeuvre féminine dans certains secteurs économiques. Le climat de dépression économique et de chômage de l'époque faisait redouter la concurrence féminine sur le marché de l'emploi. Il fallait protéger disait De Valera :

  • 19 Dail Debates, vol. 67-68, 11 mai 1937.

'… the breadwinner, who is normally and naturally… the father of the family'19.

31Bien des syndicalistes, hommes ou femmes, partageaient d'ailleurs cette opinion. Même Louis Bennett, présidente du Irish Women Workers' Union semblait adopter le même point de vue.

  • 20 Cf. Mary E. Daly, "Women in the Irish workforce from Pre-Industrial to Modem Times, Saothar, Journa (...)

32Si l'on considère les conditions dans lesquelles travaillaient beaucoup de femmes à l'époque, et surtout dans l'industrie textile au Nord, toute législation protectrice ne pouvait être que progressiste. Mais il faut souligner que les femmes travaillaient pour la plupart dans des secteurs presque exclusivement féminins - comme l'alimentation, le tabac, la chaussure - sans qualification, et pour des salaires extrêmement bas. La crainte de la concurrence avait donc peu de fondements dans la réalité20.

33Si ces articles de la Constitution n'ont pas empêché la progression numérique de la main d'oeuvre féminine dans les années qui suivirent, ils ont cependant contribué à renforcer dans l'opinion les préjugés contre le travail des femmes mariées, réduit les possibilités de promotion des femmes en les cantonnant dans des emplois souvent précaires, et freiné pendant longtemps le mouvement en faveur de l'égalité des salaires.

***

34La Constitution de 1937 (et en particulier les articles concernant la famille) a eu ses admirateurs, et a servi de modèle aux constitutions de nations qui prenaient leur indépendance, comme l'Inde, le Pakistan, ou la Birmanie. Une brochure française rédigée par un certain William Garcin en 1942, sous Vichy, et intitulée Révolution Sociale par la Famille, rend hommage à la Constitution irlandaise en déclarant :

  • 21 William Garcin, Révolution Sociale par la Famille, Fédération Française des Associations des Famill (...)

"La famille est une unité sociale naturelle. L'ordre politique doit la respecter en tant qu'entité sociale. A ce titre la famille doit être définie dans la constitution. Car une bonne constitution doit reconnaître et organiser toutes les forces sociales. Nous souhaitons que notre constitution s'inspire de celle de l'Eire…"21.

***

35Si la Constitution de 1937 est restée inchangée pendant longtemps, il n'en est plus de même depuis le début des années soixante-dix. Outre les articles 2 et 3 concernant le territoire national, les débats récents ont porté essentiellement sur le domaine de la morale - qu'il s'agisse de divorce, d'avortement, ou de la critique des articles concernant les femmes. Le référendum de septembre 1983 sur l'avortement prouve à quel point un nombre important d'Irlandais et d'Irlandaises souhaite encore donner à ces questions une dimension contitutionnelle, et, fidèles en cela à l'esprit de De Valera, faire de leur constitution un programme national, autant moral que politique. Quelle que soit la nature des Croisades Constitutionnelles à venir, la constitution de 1937 n'a pas fini de susciter les polémiques.

361985.

Notes

1 En particulier autour de la revue The Bell.

2 Philadelphia Record, 6 janvier 1930.

3 Cf. Basil Chubb, The Constitution and Constitutional Change in Ireland, Dublin, Institute of Public Administration, 1963, reprinted 1982.

4 Maurice Moynihan, (ed.) Speeches and Statements by Eamon De Valera 1917-1973, Dublin, Gill and Macmillan, 1980, p. 291.

5 Dail Debates, vol. 67-68, p. 327, 11 mai 1937.

6 Bunreacht na hEireann, Article 44.

7 Cf. à ce sujet: J.H. Whyte, Church and State in Modem Ireland, 1923-1970, Dublin, Gill and Macmillan, 1971.

8 Bunreacht na hEireann, Article 44.

9 Dail Debates, vol. 67-68, p. 325, 11 mai 1937.

10 Bunreacht na hEireann, Article 45.

11 Dail Debates, vol. 67-68, 13 mai 1937.

12 Cf. par ex. Freeman's Journal, janvier 1921: "Whenever I wanted to know what the Irish people wanted, I had only to examine my own heart and it told me straight off what the Irish people wanted".

13 L'Illustration, juillet 1921.

14 Dail Debates, vol. 67-68, 11 mai 1937.

15 Interview de Maurice Moynihan, 15 février 1984.

16 State Papers, S/8946, Developments leading to Constitution 1937".

17 State Papers, S/9905, note on amendment no54, Brief for President.

18 Id.

19 Dail Debates, vol. 67-68, 11 mai 1937.

20 Cf. Mary E. Daly, "Women in the Irish workforce from Pre-Industrial to Modem Times, Saothar, Journal of the Irish Labour History Society, no7, 1981, pp. 84-82.

21 William Garcin, Révolution Sociale par la Famille, Fédération Française des Associations des Familles, Service Technique de la Propagande, Vichy, 1943, p. 33. Je remercie Miranda Pollard de m'avoir signalé l'existence de ce texte.

Auteur

U.F.R. d'Anglais
10, rue Charles V
Université de Paris VII
75004 PARIS

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540