Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eamon de Valera

 | 
Paul Brennan

Une économie insulaire

Richard Deutsch

Résumé

L'auteur examine la politique économique de De Valera et du Fianna Fail à leur arrivée au pouvoir ainsi que la philosophie politique qui la sous-tendait. Sont d'abord présentées les mesures économiques, mélange contradictoire de protectionnisme et de laissez-faire. La guerre économique avec le Royaume-Uni fut un succès politique plus qu'une réussite économique. S'adressant au patriotisme irlandais, s'appuyant sur l'utopie d'une Irlande gaélique et rurale, elle permit de faire accepter un protectionnisme austère.

This is a study of the economic policy of de Valera and Fianna Fail when they came to power, and of the underlying philosophical outlook. The early economic measures were a mixture of protectionism and laissez-faire. The economic war with Britain was a political success but an economic failure. By rousing patriotic feelings, based upon the dream of a rural, Gaelic Ireland, it secured the acceptance of a rigorous protectionism.

Texte intégral

1Il s'agit d'examiner la politique économique de De Valera dès son arrivée au pouvoir en 1932, jusqu'en 1939. Mais aussi et surtout de tenter d'expliquer la philosophie qui l'animait, et ce, sans une litanie de chiffres et de statistiques. L'accent portera sur les origines de cette pensée.

2En prenant le pouvoir à 50 ans, De Valera a déjà 20 ans, au moins, de vie politique derrière lui et une solide réputation d'animal politique. Son amour profond pour les mathématiques ne lui donne cependant pas un brevet d'économiste. Et avant d'arriver démocratiquement à la tête du gouvernement il n'a guère eu le temps de se consacrer aux subtilités de l'économie.

  • 1 J. MURPHY. Ireland in the 20th Century. Dublin. Gill & Macmillan 1975. p. 76.

3Celui que les Britanniques allaient baptiser d'impossible, de rusé, d'inexorable et d'excentrique et qu'un Secrétaire des Dominions, J.H. Thomas, surnommera "The Spanish onion in the Irish stew"1 aura une vision unique :

4- réunifier et libérer totalement l'Ile d'Irlande. Toute son action politique sera tournée dans cette direction, rendant difficile une séparation nette de telle ou telle partie de son oeuvre. Ainsi l'économie et le programme autarcique (a self-sufficient Ireland) sont liés étroitement à la vision - quasi utopique pour certains - du CHEF : une Irlande indépendante, une république gaélique, rurale, catholique et autonome.

5Nous examinerons cette pensée dans les trois parties suivantes :

  1. La pensée 'protectionniste' de Fianna Fail
  2. La guerre 'économique' avec la Grande Bretagne
  3. L'Autarcie : un rêve utopiste ou un retour vers l'âge d'or irlandais ?
  • 2 Terence BROWN. A Social and Cultural History of Ireland. 1922-1979. London. Fontana. 1981.

6Cette période, de 1932 à 1939, a souvent été baptisée par les historiens de celle du 'triomphe de De Valera' ou 'De Valera's finest hour'. Je préfère pour ma part la remarque de Terence Brown 'A self-sufficient Ireland ?' dans son ouvrage, A social and cultural history of Ireland 1922-19792.

***

I. LA PENSEE 'PROTECTIONNISTE' DE FIANNA FAIL

7Quand De Valera prend le pouvoir en 1932, lui et son équipe n'ont aucune expérience des affaires. Le Civil Service réussit remarquablement la passation de pouvoirs et initie le nouveau gouvernement. Les problèmes sont nombreux.

  • 10 ans après la guerre civile et le Traité, si le chaos a cessé, l'Irlande connaît maintenant les coups de boutoirs de la grande crise de 1929, et ce dès la fin de 1931 ;
  • l'indépendance politique n'est pas l'indépendance économique. L'économie du nord-est de l'île et son industrie font défaut. L'Irish Free State fait toujours partie d'un système économique complexe, dont le Royaume Uni reste le partenaire principal. Le système monétaire irlandais est fermement lié à celui de la livre sterling et 90 % des exportations irlandaises sont à destination de l'Ulster ou de la Grande-Bretagne3.

8La politique économique du gouvernement irlandais repose sur l'agriculture, le libre-échange mais aussi sur l'austérité.

9L'agriculture était tributaire des marchés d'exportations et surtout du marché anglais. On se souvient combien le programme économique du premier SINN FEIN d'Arthur Griffith était protectionniste. Mais ses disciples, en arrivant au pouvoir, sont plus souples et moins doctrinaires. En 1926, la Commission des tarifs avait appliqué des taxes sélectives, peu d'ailleurs. A la même période, De Valera avait mentionné son intention de 'revoir' les clauses du Traité et de se libérer de ce qui restait de la domination britannique, par exemple, le fameux 'oath of allegiance'.

10La politique de De Valera contre la Partition, donc sa politique de réunification, est au centre de toutes ses actions contre la Grande-Bretagne. Le 2 juillet 1927, il déclare :

  • 4 J. BOWMAN. De Valera and the ULSTER Question. 1917-1973. Oxford. Clarendon Press. 1982. p. 98. Not (...)

'If we in the 26 countries built-up a sound national economy, raised standards of living and generally made the country a place to be proud of, I believe that the people of the 6 countries would be anxious to join us'4.

11Pour atteindre ce but, tous les moyens sont bons y compris ceux - comme les barrières douanières - qui ne sont pas toujours au goût du CHEF comme il le déclare en 1932 :

  • 5 T. O'NEILL & Earl of LONGFORD. EAMON DE VALERA. London. Hutchinson. 1970. p. 333.

'I do not believe in tariffs simply as if they were some kind of religion. I have regarded tariffs simply as a present means to an end. What is the end to be served ? To protect our own industries to enable them to grow and to be built up'5.

12Et comme l'Ulster est britannique, elle se verra appliquer ce traitement des barrières douanières ! Une curieuse façon d'attirer les Nord-Irlandais vers le Free State !

  • 6 T. BROWN. op.cité. p. 142.

13L'année suivante en septembre 1933, à Paris, le CHEF annonce qu'il désire abolir carrément le libre-échange6.

  • 7 Pour un résumé du programme économique de Sinn Fein on consultera : P. LYNCH. Ireland since the Tr (...)

14Il ne semble pas que De Valera appliquait ainsi, à la lettre, la pensée économique de Griffith. Ce dernier aurait certainement souhaité voir d'abord une véritable révolution industrielle dans le jeune état, semblable à celle qui avait eu lieu dans le nord-est de l'île7.

15Or, De Valera, comme ses prédécesseurs, allait mettre l'accent sur l'agriculture et celle-ci avait besoin des marchés étrangers - surtout britannique-. De ce fait le programme de Sinn Fein - barrières douanières et taxes diverses - ne pouvait être appliqué sans crainte de représailles de la part des Britanniques.

16De Valera propose alors un véritable nationalisme économique sous le titre de 'self-sufficiency'. Cette politique fait son apparition dès la création du Fianna Fail en mai 1926. Dans le manifeste, on relève ce but :

  • 8 R. FANNING. Independant Ireland. Dublin. Helicon Press. 1983. p. 97.

'The making of Ireland an economic unit, as self-contained and self-sufficient as possible - with a proper balance between agriculture and the other essential industries'8.

17Tout au long des années trente puis celles de la seconde guerre mondiale, on retrouve cet argument :

  • 9 T. O'NEILL 6c Earl of LONGFORD op.cité p. 333.

'Our policy is that we are going to produce for ourselves the things which we were unnecessarily paying others to produce for us' (1934)9.

18Si ce mot phare, presque magique, réapparaît sans cesse chez De Valera, il existe aussi - avec certaines nuances dans le temps - chez Sean Lemass, le'bras droit'économique du CHEF, membre fondateur et organisateur du Fianna Fail. (Il sera membre de tous les gouvernements de De Valera et lui succédera en 1959).

19En 1928 déjà, Sean Lemass déclarait au DAIL :

  • 10 James MEENAN. From Free-Trade to Self-Sufficiency. p. 74. in The Years of the Great Test. F. MacMA (...)

'We believe that Ireland can be made a self-contained unit, providing all the necessities of living in adequate quantities for the people residing in the island at the moment and probably for a much larger number'10.

  • 11 J. MURPHY, op.cité. p. 85. P. LYNCH. The Economic Scene. p. 76. In The Year of the Great Test. F. (...)

20Cette autonomie tant souhaitée est jugée sévèrement aujourd'hui, l'historien J. Murphy parle de la 'naïveté' de S. Lemass tandis que l'économiste Patrick Lynch constate que l'absence sur place de matières premières a rendu l'économie nationale encore plus dépendante de l'étranger, seul F.S.L. Lyons semble approuver cette démarche11.

21Ces trois opinions, parmi tant d'autres, montrent combien, encore de nos jours, ce choix politico-économique d'alors divise les observateurs.

22Il est nécessaire ici d'examiner, ne serait-ce que brièvement, le rôle de Sean Lemass. Non seulement parce qu'il est avec Ken Whitaker, l'un des pères de l'économie irlandaise moderne, mais aussi parce que Sean Lemass semble ne pas avoir toujours partagé cette idée de 'self-sufficiency' avec De Valera :

  • 12 J. BOWMAN. op.cité. Note 30. p. 7.

'De Valera's ideal of a society content with frugal comfort was not one to appeal with any great attraction to the urban mind of Mr Lemass'12.

  • 13 R. FANNING. op.cité. p. 145.

23Il est certain qu'à partir de 1934-35, Lemass sera beaucoup plus progressiste que De Valera. Il proposera des idées qualifiées de 'révolutionnaires' pour l'époque par l'historien R. Fanning. Ainsi en 1935, il suggère de faire construire une raffinerie de pétrole à Dublin. Le projet est approuvé en 1939, deux jours après la déclaration de la guerre13.

  • 14 P. JOANNON. Histoire de l'Irlande. Paris. Plon. 1973. p. 309.

24Lemass est un de ceux qui pousseront De Valera et son gouvernement à intervenir directement dans la vie économique du pays en lançant les STATE-SPONSORED BODIES14. Entre 1927 et 1939, l'état fonde successivement ces organismes dont la plupart existent toujours :

  • Agricultural Credit Corporation
  • Industrial Credit Company
  • Electricity Supply Board
  • Industrial Alcohol Board
  • Irish Sugar Company
  • Dairy Disposai Company
  • Aer Rianta
  • Aer Lingus
  • Board Failte, etc…15.

25Ces compagnies ont été créées en l'absence d'investissements privés dans une perspective beaucoup plus pragmatique - celle d'offrir des services publics - qu'idéologique : il ne s'agissait pas de développer une quelconque forme de socialisme étatique.

26La révolution que propose De Valera n'a rien de socialiste. Elle serait plutôt conservatrice sur le plan économique et social car les structures ne sont pas touchées. L'Irlande est un pays agricole dont une personne sur deux travaille la terre. Tout est orienté vers ce secteur primaire, c'est le règne de l'entreprise privée et du profit avec un minimum d'intervention de l'état - sauf par nécessité.

27Cette politique est pragmatique pour les uns et naïve pour les autres car l'Irlande n'a aucune matière première. Elle doit absolument tout importer sauf la GUINNESS - qui peut être considérée comme un produit de base - et les biscuits JACOBS.

28C'est donc un mélange de matérialisme économique - teinté de protectionnisme - et de laissez-faire libéral, très britannique.

29La 'guerre économique' avec la Grande-Bretagne illustre à la fois le pragmatisme et la naïveté - certains chercheurs avancent même le terme d'utopisme - de cette démarche. Grâce au talent de De Valera elle porte ses fruits sur le plan politique mais au niveau économique la réussite est beaucoup plus discutable.

II. LA GUERRE ECONOMIQUE AVEC LA GRANDE-BRETAGNE

  • 16 D. O'SULLIVAN. The Irish Free State & its Senate. London. Faber & Faber 1940. p. 282.

30Les germes de cette 'guerre économique' avaient été rendus publiques par De Valera dès 1932 dans le manifeste de son parti Fianna Fail. De Valera refusait de continuer à payer les annuités foncières au gouvernement britannique16.

  • 17 P. JOANNON. op.cité. p. 322.

"Les (annuités foncières) constituaient le remboursement des fonds avancés par le gouvernement anglais aux paysans irlandais dans le cadre des grandes lois de réforme agraire de 1891-1909. (L'Angleterre avait fait cadeau des annuités à l'Ulster) mais exigeait le paiement du gouvernement de Dublin. Ce dernier s'était effectivement engagé par un accord secret de février 1922, confirmé par le "Règlement Final des questions financières" signé en mai 1926, à remettre à l'Angleterre les 3 millions de livres versés par les fermiers irlandais à l'Echiquier irlandais"17.

31De Valera immobilise ces annuités sur un compte spécial de la Trésorerie irlandaise et demande à ce que le litige soit soumis à l'arbitrage international. Londres refuse.

32Au même moment, De Valera en fin politique, remettait en cause une des clauses du Traité qui accordait à la Grande-Bretagne l'utilisation de trois ports irlandais. Le 11 juillet 1932 Londres réplique au non-paiement des annuités foncières par une surtaxe douanière générale et prohibitive (40 % sur le bétail) sur les produits irlandais entrant en Grande-Bretagne et en imposant de sérieuses restrictions à ces importations.

33Ces mesures étaient censées fournir les compensations des pertes subies par le Trésor Britannique.

34L'Irlande réagit de la même manière appliquant des droits variant de 40 à 75 % sur les produits manufacturés importés du Royaume-Uni.

  • La 'guerre économique' ou plus exactement la' guerre des tarifs' dura 6 ans, privant l'Irlande du Système de préférence impériale conclu à Ottawa en août 1932.
  • Dès 1935, il y eut quelques arrangements entre les deux pays sur le charbon et le bétail.

35La tension internationale facilite le rapprochement en janvier 1938 et le 25 avril 1938 l'accord de Londres rendait à l'Irlande ses trois bases navales et l'Irlande se reconnaissait redevable d'un paiement global de 10 millions de livres sterling mettant un terme à la question des annuités.

LES CONSEQUENCES ECONOMIQUES

36La guerre des tarifs a démontré, si besoin était, que les liens économiques entre la Grande-Bretagne et l'Irlande, liens établis de longue date, étaient plus solides que les liens politiques.

37Les économistes ont accumulé des listes de chiffres impressionnantes sur le sujet, nous n'en citerons que quelques-uns :

  • La première année de la 'guerre économique', les importations tombèrent de 42,5 millions de livres à 35,7 et les exportations de 27 à 19,5…
  • Ces effets conjugués à la crise de 1929-31 étaient durement ressentis par les gros agriculteurs (exportateurs) plutôt que par les petits fermiers. Le même schéma s'appliquant aux éleveurs.
  • L'effondrement des prix provoquait une chute des salaires agricoles.
  • Pour lutter contre la surproduction le gouvernement donnait des primes à l'abattage des bêtes et distribuait la viande gratuitement en ville18.

38A ces aspects négatifs il faut ajouter les points positifs destinés à permettre à l'Irlande de se suffire à elle-même.

  • Extension des terres cultivables :
    Surtout pour le blé et la betterave à sucre (au détriment de l'élevage).
    En 1931, la surface des terres cultivées était de 20.848 acres, elle passe à 200.000 acres en 1937.
  • Les agriculteurs reçoivent des subventions, des remises d'impôts et ils obtiennent la diminution de moitié des annuités foncières (certains avaient même cru qu'elles seraient totalement annulées !)19.
  • Développement des ressources énergétiques :
    Comme le charbon manquait ou coûtait fort cher, De Valera continue la construction de centrales hydro-électriques sur la Liffey, la Lee et la Clady.
    Dès 1934, une compagnie nationale, le TURF BOARD se mit à exploiter industriellement la tourbe.
  • Développement des industries de transformation
    Raffineries de sucre
    Biscuiteries
    Brasseries
    Chaussures
    Cimenteries
    Papeteries
    Briqueteries
  • Création d'une véritable législation sociale :
    1933 : Assistance chômage
    1935 : pensions aux veuves et aux orphelins. Grande politique du logement.

39Cette politique permet la création de 55.000 emplois en 6 ans, la production industrielle augmente mais l'industrialisation est limitée par le petit marché irlandais et la rareté des capitaux.

40Malgré l'émigration - soupape traditionnelle mais freinée par la crise mondiale - le chômage rural est encore élevé. L'agriculture souffre de surproduction et la balance commerciale se dégrade.

41 Le coût de cette guerre économique pour l'Irlande tient en un chiffre : 48 millions de livres sterling. Une somme colossale.

42Dans tous les cas, la 'guerre économique' se révèle une belle victoire de De Valera sur les Britanniques. De plus, l'austérité et son cortège de mesures désagréables prennent une dimension quasi patriotique : le protectionnisme et le rationnement correspondent au prix à payer pour la liberté de l'île.

43Aujourd'hui un chercheur, comme R. Fanning, avance l'hypothèse suivant laquelle De Valera a utilisé au maximum cette situation entre l'Irlande et la Grande-Bretagne ainsi que la crise mondiale de 1929-1931 pour arriver à ses fins de République indépendante.

  • 20 J. BOWMAN. op.cité. p. 122-123.

44Mais ce que De Valera appelle son 'drastic experiment in economic nationalism' n'a rien d'attirant pour les habitants de l'Ulster20.

  • 21 J. MEENAN. The Irish Economy since 1922. Liverpool. Liverpool University Press. 1970. p. 96.

45Cependant, en s'ingéniant à faire pousser tous les légumes et céréales - et même du tabac - dont les Irlandais ont besoin, cette politique permet à l'Irlande de mieux faire face à la seconde guerre mondiale. Le gouvernemnt souhaite le développement d'une agriculture pour consommation interne et non pour l'exportation. Tout ce qu'il est possible de cultiver dans ces conditions climatiques particulières est encouragé21.

46Quelques historiens, comme l'Américain T. Ryle Dwyer, pensent que De Valera souhaitait donner priorité à l'industrialisation car :

  • 22 T.R. DWYER. De Valera's finest hour. 1932-1959. Cork. Mercier Press. 1982. p. 81.

'It was an important status symbol in the modem world for a country to produce her own goods and be self-sufficient'22.

47Cette hypothèse est discutable. Certes l'autonomie était souhaitée par De Valera mais introduire la notion de 'status-symbol' rappelle des analyses économiques occidentales examinant les pays sous-développés d'aujourd'hui.

48Parmi les nombreuses conséquences de la 'guerre économique' il faut encore souligner deux points :

  1. Les fermiers étaient les principales victimes de ce nationalisme économique et malgré tout, l'ensemble de l'électorat est resté solidement derrière De Valera, comme le prouvent les élections de février 1933 puis celles de juin 1938 après l'accord anglo-irlandais23.
  2. La politique économique de De Valera contenait une dimension 'âge d'or', avec son retour vers un passé gaélique (peu compatible avec un programme d'industrialisation moderne).
  • 24 J. BOWMAN. op.cité. p. 127.

"DEV argued that the economic war with Britain would lead to 'the foundation here of the sort of economic life that every Irishman who thought nationally in the past hoped for', his new order would be modelled on 'an idealized Gaelic past'"24.

III. L'AUTARCIE : UN REVE UTOPISTE ? UN RETOUR VERS L'AGE D'OR ?

49Lors d'une conférence à Dublin en 1933, l'économiste John Maynard Keynes a approuvé, en y ajoutant quelques suggestions, la politique pratiquée par De Valera :

  • 25 R. FANNING. op.cité. p. 143-144.

"if he (Keynes) were Irish, he would sympathise with the new government's 'economic outlook…towards self-sufficiency'… But he argued that the Irish government would be wise'to enter into an economic arrangement with England which would, within appropriate limits, retain for Ireland her traditional British markets against mutual advantages for British producers within the wide field which for long to come will not interfere with Ireland's own developments. I should see nothing in this the slightest degree derogatory to her political and cultural autonomy. I should look on it merely as an act of common sense for the preservation of the standard of life of the Irish, at a level which would alone make possible the country's new political and cultural life'"25.

  • 26 T.D. WILLIAMS. De Valera in Power p. 40-41 in The Year of the Great Test. Ed. MacMANUS Cork. Merci (...)

50Il est difficile de savoir si De Valera a apprécié cet aval du grand économiste. Le CHEF n'en faisait souvent qu'à sa tête, croyant plus à son intuition qu'aux conseils des 'spécialistes'. S'il était révolutionnaire c'était sur le plan politique, en respectant la démocratie à sa façon. Plutôt conservateur et catholique convaincu il concevait l'évolution sociale dans le cadre du statu quo et aurait volontiers souhaité la préservation d'une société rurale26.

51Il faut aussi garder à l'esprit que sa jeunesse a été profondément marquée par les mouvement nationalistes :

  • la Ligue Gaélique dont il était membre et où il a rencontré sa femme,
  • l'organisation 'Irish-Ireland' de D.P. Moran,
  • le Sinn Fein de Griffith,
  • les associations où militait P. Pearse.

52Les Pâques Sanglantes de 1916, la mort de ses camarades, la Guerre Civile puis le Traité devaient profondément marquer un esprit aussi nationaliste que le sien.

53Ce qu'il y a de remarquable, c'est que ce démocrate paternaliste, ce chef de gouvernement prenant d'importantes décisions sans son cabinet, ce CHEF n'hésitait pas à se prendre pour l'Irlandais moyen. En 1922, il déclare :

  • 27 J. BOWMAN. op.cité. p. 299.

'… whenever I wanted to know what the Irish people wanted I had only to examine my own heart and it told me straight off'27.

54Le CHEF voyait-il dans son coeur le renouveau d'une langue gaélique moribonde ? Ou suivant la Ligue Gaélique, une population vêtue de kilts marrons ? De Valera insistait sur l'importance de la culture gaélique, un regard en arrière à une époque moderne. D'où l'élément irréel qu'il introduisait dans la vie irlandaise.

55Il est probable que le CHEF, qui écrivait lui-même tous ses discours, ait été parfaitement conscient de ce regard passéiste, de la naïveté d'une telle ambition et de l'utopisme de ce projet d'ideal-Ireland'.

56Il n'empêche qu'il ne faillira pas dans son message même s'il est, aujourd'hui, difficile de prendre au premier degré certaines de ses déclarations :

57- 20 septembre 1919 aux Etats-Unis :

  • 28 idem. p. 41.

'All Ireland wants is that the remnant of the Irish race left at home should be permitted to develop and build up the great nation which God intended Ireland to be'28.

58- Puis en 1927 dans un entretien au journal américain The Irish World :

  • 29 idem. p. 102-103.

'We can support in Ireland not merely the four and a quarter millions we have, but we can support the 16 millions we should have. Economists have calculated that Ireland can support a population of from 16 to 20 millions people'29.

59Sa philosophie 'Gaelic Ireland' s'exprime sans doute plus clairement dans son fameux discours radiodiffusé de la St Patrick en 1943 :

  • 30 T.P. COOGAN. Ireland since the Rising. London. Pall Mall Press. 1966. p. 72.

'The Ireland we dreamed of would be the home of a people who valued material wealth only as the basis of a right living, of a people who were satisfied with a frugal comfort and devoted their leisure to the things of the spirit ; a land whose countryside would be bright with cosy homesteads, whose fields and villages would be joyous with the sound of industry, with the romping of sturdy children, the contests of athletic youths, the laughter of comely maidens ; whose firesides would be forums for the wisdom of old age. It would, in a word, be the home of a people living the life that God desires men should live'30.

60Si quelques-unes de ses déclarations lyriques font partie des discours du CHEF à son peuple - et de ce fait on peut les considérer avec recul - il n'en est pas de même pour certaines des mesures prises par De Valera pendant cette période. Elles montrent une absence de lyrisme au profit d'un catholicisme strict :

  • En 1933 les journaux importés de Grande-Bretagne sont frappés d'une surtaxe.
  • En 1935, l'importation et la vente des contraceptifs sont considérés comme des 'criminal offences' tandis que pour chaque bal et soirée publics, on doit demander une autorisation !31.
  • La Constitution de 1937 reprend les concepts d'une pensée catholique stricte.

61Il est certain que ce nationalisme économique au départ, combiné au renouveau de la langue, à la réhabilitation de la musique traditionnelle, des traditions et du folklore, a permis de conserver un style de vie qui disparaissait. Mais ce, beaucoup plus au niveau des archives que dans la vie courante où seuls les républicains foncièrement nationalistes se plaisent à cultiver leur identité culturelle avec ardeur. Politique fort honorable si elle n'avait pas été appliquée avec excès.

  • 32 T. BROWN. op.cité. p. 147 & 151.

62Excès qui conduisent à un véritable protectionnisme religieux et culturel où toute manifestation d'idées ou de valeurs étrangères - ne venant pas de l'île - est considérée avec une méfiance toute xénophobe32. Excès qui poussent tant d'artistes et d'écrivains à s'exiler ou à critiquer avec un humour féroce.

63L'écrivain Francis Stuart remarquait en 1934 dans son ouvrage 'Things to live for' :

  • 33 F.S. STUART. Things to live for. London 1934. p. 253-254.

'We fought to stop Ireland falling into the hands of publicans and shopkeepers and she had fallen into their hands'33.

64Sans doute Flann O'Brien symbolise le mieux cette déception amère, à l'ironie féroce dans ses écrits quotidiens du Irish Times, et ses romans. Avec surtout cette terrible satire de l'Irlande gaélicisante et 'self-sufficient' qu'est 'The Poor Mouth' (1941).

  • 34 T. de Vere WHI TE. Social life in Ireland 1927-37. p. 27 in the Year of the Great Test ed. F. MacM (...)

65Cet idéal noble d'une république gaélique, rurale, libre et catholique sacrifiait les réalités quotidiennes : l'émigration, la stagnation économique, une fermeture sur l'extérieur et aux bouleversements d'un monde moderne en fermentation. L'Irlande était intimement liée à la Grande-Bretagne et il lui était difficile d'oublier cette langue et cette culture. Au point que certains nationalistes se servaient des modes et des idées venues de la Grande Ile pour prescrire systématiquement l'inverse !34.

66De Valera ne souhaitait sans doute pas tant de zèle. Il aspirait certes à une vie calme au coin du feu de tourbe dans une chaumière où le gaélique aurait été parlé. Vision idéaliste surprenante chez cet esprit tout sauf provincial et insulaire. Par son travail et ses brillants discours à la société des Nations, il était un mondialiste avant l'heure.

67Peut-être De Valera cherchait-il, inconsciemment, à préserver l'Irlande des maux du 20ème siècle ?

***

68Pendant la période considérée, la politique d'autarcie économique et culturelle de De Valera n'a pas été déviée par les événements politiques intérieurs :

  • la lutte contre l'IRA,
  • le mouvement fasciste des Chemises Bleues.

69De Valera assumait aussi, alors, un rôle important à Genève au sein de la Société des Nations.

70A la question : 'A self-sufficient Ireland ?' Une réponse prudente s'impose pour les raisons suivantes :

  • L'indépendance économique de l'Irlande n'a pas été atteinte.
  • Les Irlandais ont retrouvé une identité nationale grâce à la politique de De Valera, sur les plans culturels et symbolique. Ils sont devenus 'différents' des Britanniques au prix de nombreux sacrifices dont le CHEF était conscient. A ses yeux ils étaient nécessaires pour libérer et réunifier l'Irlande.

71De Valera a eu le talent de mélanger avec art, presque instinctivement, un idéalisme épuré avec un pragmatisme politique d'une rare intelligence.

72Patrick Lynch note :

  • 35 P. LYNCH. The Economic Scene p. 77. in C.C. O'BRIEN introduces Ireland. London. A. Deutsch. 1966.

'The Irish, it would seem, are not interested in political theories. Personnalities count far more than ideas'35.

73Une raison suffisante pour expliquer pourquoi les Irlandais ont suivi le CHEF.

741985.

***

Notes

1 J. MURPHY. Ireland in the 20th Century. Dublin. Gill & Macmillan 1975. p. 76.

2 Terence BROWN. A Social and Cultural History of Ireland. 1922-1979. London. Fontana. 1981.

3 F.S.L. LYONS. Ireland since the Famine. London. Weidenfield & Nicholson. 1975. p. 600.

4 J. BOWMAN. De Valera and the ULSTER Question. 1917-1973. Oxford. Clarendon Press. 1982. p. 98. Note 54.

5 T. O'NEILL & Earl of LONGFORD. EAMON DE VALERA. London. Hutchinson. 1970. p. 333.

6 T. BROWN. op.cité. p. 142.

7 Pour un résumé du programme économique de Sinn Fein on consultera : P. LYNCH. Ireland since the Treaty. 1921-1966. p. 324-341 in The Course of Irish History. Cork. Mercier Press. 1967.

8 R. FANNING. Independant Ireland. Dublin. Helicon Press. 1983. p. 97.

9 T. O'NEILL 6c Earl of LONGFORD op.cité p. 333.

10 James MEENAN. From Free-Trade to Self-Sufficiency. p. 74. in The Years of the Great Test. F. MacMANUS éd. Cork. Mercier Press. 1967.

11 J. MURPHY, op.cité. p. 85. P. LYNCH. The Economic Scene. p. 76. In The Year of the Great Test. F. MacMANUS. éd. Cork. Mercier Press. 1967. F.S.L. LYONS, op.cité. p. 614.

12 J. BOWMAN. op.cité. Note 30. p. 7.

13 R. FANNING. op.cité. p. 145.

14 P. JOANNON. Histoire de l'Irlande. Paris. Plon. 1973. p. 309.

15 F.S.L. LYONS. op.cité. p. 618.

16 D. O'SULLIVAN. The Irish Free State & its Senate. London. Faber & Faber 1940. p. 282.

17 P. JOANNON. op.cité. p. 322.

18 P. JOANNON. op.cité. p. 322-23.

19 J. MURPHY, op.cité. p. 95.

20 J. BOWMAN. op.cité. p. 122-123.

21 J. MEENAN. The Irish Economy since 1922. Liverpool. Liverpool University Press. 1970. p. 96.

22 T.R. DWYER. De Valera's finest hour. 1932-1959. Cork. Mercier Press. 1982. p. 81.

23 J. MURPHY. op.cité. p. 78 et p. 96.

24 J. BOWMAN. op.cité. p. 127.

25 R. FANNING. op.cité. p. 143-144.

26 T.D. WILLIAMS. De Valera in Power p. 40-41 in The Year of the Great Test. Ed. MacMANUS Cork. Mercier Press. 1967.

27 J. BOWMAN. op.cité. p. 299.

28 idem. p. 41.

29 idem. p. 102-103.

30 T.P. COOGAN. Ireland since the Rising. London. Pall Mall Press. 1966. p. 72.

31 F.S.L. LYONS. Culture & Anarchy in Ireland. 1890-1939. Oxford. OUP. 1982. p.l52.

32 T. BROWN. op.cité. p. 147 & 151.

33 F.S. STUART. Things to live for. London 1934. p. 253-254.

34 T. de Vere WHI TE. Social life in Ireland 1927-37. p. 27 in the Year of the Great Test ed. F. MacMANUS. Cork. Mercier Press. 1967.

35 P. LYNCH. The Economic Scene p. 77. in C.C. O'BRIEN introduces Ireland. London. A. Deutsch. 1966.

Auteur

Institut Britannique,
9-11, rue de Constantine
75007 PARIS

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540