Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Eamon de Valera

 | 
Paul Brennan

Les conceptions politiques de De Valera

Maurice Goldring

Abstract

Une fois les révolutionnaires nationaux arrivés au pouvoir en Irlande, ils ont été confrontés à une chute brutale de l'esprit combattant et à une démobilisation générale. Les "paroles" de De Valera indiquent comment a été mené l'effort pour "renouveler l'enthousiasme". Elles ne peuvent être érigées en système politique achevé mais correspondent davantage à un réseau de croyances, d'espérances et révélent une certaine image de l'avenir.

When the Irish revolutionaries came to power they were confronted with a decline of the former fighting spirit and a general demobilisation. De Valera's speeches are a good indication of how the effort was made to renew enthusiasm. His work must not, in reality, be seen as a whole political System but rather as a set of hopes, and beliefs and a certain vision of the future.

Testo integrale

1Au début de notre siècle, des mouvements révolutionnaires - nationaux ou sociaux - ont mené une lutte prolongée dans la période précédant la prise du pouvoir. Cette période longue était généralement une période de mobilisation de la conscience populaire.

2Une fois arrivés au pouvoir, les mouvements ou partis ont dû faire une dure expérience : le contrôle de l'état assure un grand pouvoir politique, mais cependant plus faible que celui qui était espéré. Chacun de ces mouvements a fait le tour des limites que donne le pouvoir politique : les relations internationales, les lois de l'économie auxquels les Etats nouvellement constitués doivent se soumettre. Certains ont réagi par le "communisme de guerre" ou la NEP. D'autres par une politique plus classique de protection des frontières.

  • 1 Wallerstein, La révolution et après, Symposium Amilcar Cabrai, Cap Vert, in Politique Aujourd'hui, (...)

3Cette dure prise de conscience s'est accompagné d'une chute brutale de l'esprit combattant, de la mobilisation populaire. "Dans les déclaration des partis, des gouvernements, et des leaders des Etats post-révolutionnaires, on note un effort constant pour revivifier l'idéologie, renouveler l'enthousiasme, combattre le cynisme et la fatigue, conserver le sentiment de lutte"1.

4C'est en fonction d'autres expériences qu'il faut évaluer l'Irlande d'après l'indépendance. Cette mise en perspective évitera les excès de louange ou de sévérité à l'égard du jeune Etat irlandais.

5Pour ce qui nous intéresse ici, pour étudier "l'effort constant pour renouveler l'enthousiasme", les paroles de De Valera nous indiquent comment cet effort a été mené en Irlande.

6L'homme est connu, l'histoire dont il a été l'un des principaux acteurs a été étudiée. Il ne nous reste qu'à tenter d'adresser de nouvelles questions à une réalité bien explorée.

7Par exemple : étant donné l'âpreté des luttes nationalistes, la domination des solutions militaires à des problèmes politiques, le degré de cohésion des populations qui en a résulté, on peut s'étonner plus de la force de la démocratie irlandaise que de sa fragilité. Alors que les candidats au poste de Sauveur Suprême ne manquaient pas, ni la République ni l'Irlande du Nord n'ont connu de dictature civile ou militaire. Cette menace a parfois assombri l'horizon, elle n'est pas totalement écartée des prévisions politiques mais elle ne s'est pas accomplie jusqu'ici. Alors que de vieux pays européens, aux traditions démocratiques plus solidement ancrées, n'y ont pas échappé, que le fascisme français, par exemple, a été une réalité politique beaucoup plus forte que jamais en Irlande.

8De Valera, plus que d'autres, aurait pu se glisser dans le costume du Chef. Il ne l'a pas fait. Est-ce par conviction personnelle ou parce que le pays l'eût rejeté ?

9Autre question : un chef politique est toujours intéressant à étudier parce qu'il tire son autorité moins de l'originalité de ses propos que de sa capacité à donner forme aux aspirations les plus répandues chez ses partisans. Une telle étude permet donc de préciser un réseau de croyances, d'espérances, une image de l'avenir, sans lesquels aucun mouvement de grande ampleur ne peut se développer.

10Dans le cas de De Valera, des autres dirigeants nationalistes avec lui, l'image de l'avenir a différé radicalement de la réalité du développement irlandais. L'Irlande dont ils rêvaient, était ainsi décrite en 1943 :

  • 2 Radio Broadcast, 17 march 1943. In Speeches and Statements by Eamon De Valera, 1917-1973, Maurice (...)

'The home of a people who valued material wealth only as the basis of right living, of a people who were satisfied with frugal comfort and devoted their leisure to the things of the spirit - a land whose countryside would be bright with cozy homesteads, whoses fields and villages would be joyous with the romping of sturdy children, the contests of athletic youths and the laughter of comely maidens, whose fireside would be forums for the wisdom of serene old age'2.

11On sait ce qui reste du rêve d'une Irlande gaélique. Et pourtant, l'image de l'avenir a fonctionné. Peut-être parce qu'elle était la seule disponible. L'autre image concurrente venait d'Angleterre, en passant par Belfast, elle célébrait les usines et les chantiers navals, la réussite industrielle et financière. Tandis que le mouvement ouvrier, dans sa volonté de maintenir une impossible loyauté aux deux images concurrentes, à force de mélanger toutes les couleurs, n'a produit que de la grisaille.

12L'idéologie, c'est comme la maison. Elle est petite, elle est modeste, mais c'est la mienne.

I. NATION - ETAT

13De Valera apparaît comme un dirigeant politique de première grandeur d'abord parce qu'il a compris et exprimé avec le plus d'obstination l'idée qu'il n'y a pas de Nation sans Etat. L'Etat est la question centrale dans l'évolution de tout mouvement national. Elle est dans le champ politique la forme supérieure de toute revendication nationaliste.

14L'Etat est l'autorité suprême au dessus de laquelle il n'y a plus rien. C'est sur ce point que se radicalise les aspirations nationales. Les mouvements régionalistes, culturels et linguistiques, économiques, s'ils s'en tiennent au succès de leurs objectifs spécifiques, s'arrêtent en chemin. C'est-à-dire qu'ils admettent dans certains domaines une autorité extérieure à leur communauté : défense, police, relations extérieures, commerce international. La situation se tend, devient révolutionnaire, lorsque s'affirme la revendication d'un Etat. C'est ce qui distingue fondamentalement les deux nationalismes irlandais, catholique et protestant. Le nationalisme protestant, qui abonde en revendications autonomistes, ne pose pas encore la question centrale de l'Etat. Le nationalisme catholique revendique son Etat.

15De Valera s'est toujours refusé à édulcorer cette affirmation fondamentale. La nation irlandaise avait le droit sacré à son Etat. Personne, ni à l'extérieur ni à l'intérieur, ne pouvait lui retirer ce droit. On retrouve cette conception dans le début sur le Traité :

  • 3 Discours au Dail, 19 décembre 1921, Speeches…, p. 89.

'It would not be legal for the assembly to ratify it" because "we were elected here to be the guardians of an independant Irish State, a State that has declared its independence'3.

16Et le 6 janvier 1922, dans la même discussion :

'I believe fundamentally in the right of the Irish people to govern themselves… That is my fundamental creed. Anything that would take away the executive or fundamental authority of the people, whether executive legislative or judicial, is absolutely against my principles, and I hold that it would be a subversion of nationality, as I understand it, for this nation…' (Speeches, page 92).

17On ne trouve guère de textes théoriques dans les déclarations de De Valera hors de l'affirmation de ce point central. On a souvent comparé De Gaulle et De Valera. Il faudrait alors rechercher quel est l'équivalent du 18 juin dans la création de la figure De Valerienne. Plus que sa participation au soulèvement de Pâques 1916 -après tout, les concurrents ne manquaient pas pour revendiquer l'héritage- il faudrait regarder du côté de l'affirmation du droit sacré du peuple irlandais à son Etat. Obstination qui se pousuivra dans les discussions sur le Serment, sur la neutralité de l'Irlande pendant la guerre. Obstination qui ne s'oppose pas au réalisme et au compromis, mais qui restera sa marque politique indélébile.

II. UN ETAT DEMOCRATIQUE

18Un Etat démocratique est l'expression de la volonté majoritaire. Ce point n'allait pas de soi, il n'était pas acquis d'avance. On sait que l'unification du Sinn Féin sous la présidence de De Valera en 1917 a été le résultat d'un compromis sur la forme éventuelle que prendrait l'Etat indépendant :'We do not wish to bind the people to any form of government. This is not the time for that' (Ard-Fheis, Dublin. 26 Octobre 1917. Speeches, page 8).

19La démocratie, l'expression de la volonté majoritaire, fut mise à rude épreuve par la discussion sur le Traité et la guerre civile qui suivit. L'ambiguïté des positions de De Valera continuera à peser longtemps sur la vie politique irlandaise. Il s'inscrivait naturellement dans une conception messianique du héros national irlandais. 'I have one allegiance only to the people of Ireland, and that is to do the best we can the people of Ireland as we conceive it' (Dail, 23 avril 1921. Speeches, page 70). Faire de son mieux ? Mais qui décide ? Selon les phrases célèbres de son discours du 6 janvier 1922, lorsqu'il voulait connaître les aspirations du peuple irlandais, il lui suffisait d'examiner son coeur (Speeches, page 93).

20Messianisme et démocratie ne s'accordent guère. Sauf à considérer qu'un homme est le dépositaire de la volonté du peuple et qu'il sait parfois mieux que le peuple ce que le peuple veut. Ceux qui se sont révoltés en 1916 étaient accusés de n'être qu'une minorité. Mais ils représentaient le coeur et les sentiments du peuple : 'Those who said we had no right to rebel… because we didn't represent the views of the people were proved to have told untruths… No election taken under duress… will disprove that today' (Dail, 6 janvier 1922, Speeches, page 92). Le coup de force étant justifié par son succès ultérieur, il conserve sa valeur pleine et entière. L'inconvénient d'une telle conception est qu'un peuple dispose toujours de plusieurs messies, dépositaires de volontés populaires opposées. Le personnel politique de l'Etat irlandais aura de grandes difficulté à quitter l'ambiguïté à l'égard des minorités agissantes. On ne peut pas dire qu'elle soit levée dans la vie politique contemporaine. Même après la création du Fianna Fail, l'acceptation du compromis avec l'Etat libre, De Valera, avec une certaine honnêteté intellectuelle, justifie cette tradition :'Those who continued on in that organisation (l'IRA) which we have left can claim exactly the same continuity that we claimed up to 1925' (Dail, 14 mars 1929, Speeches, page 163).

21Quand en octobre 1931, le gouvernement envisage des mesures de répression sévères contre les Républicains, De Valera rappelle que tous les présents ont été membres de sociétés secrètes illégales. Essayez au moins de ne pas renier votre jeunesse, leur crie-t-il (Speeches, page 186). Et il ajoutait que la seule manière de combattre la violence est d'en supprimer les causes. Belle formule de bon sens, mais qui justifie la violence politique puisqu'elle lui trouve des raisons. De Valera ne l'utilisera plus lorsqu'à son tour, devenu premier ministre, il sévira contre les Républicains en armes, qui l'accuseront à leur tour d'avoir oublié sa jeunesse. 'The Irish people have no right to do wrong' (Speeches, page 186). Formule extraordinaire. Certaines valeurs fondamentales ne sont pas soumises au vote, à la volonté majoritaire. Si une majorité décide mal, la minorité a le devoir de se battre pour le bien. De cette spirale sans fin, un système politique fondé sur un contrat social a du mal à se dégager. Charles Haughey utilisera en 1983 les mêmes formules en déclarant que la partition de l'Irlande est le résultat d'un coup de force et qu'aucune élection ne peut rendre un coup de force légal.

22Mais une fois la rupture accomplie avec cette tradition, De Valera deviendra un inlassable pédagogue de la démocratie. En 1936, au cours du débat sur la guerre d'Espagne, il déclare :'Our people believe in a democratic form of government… We are gradually getting to agree upon certain fundamentals and I think it is generally to the advantage of country' (Speeches, page 289). Contre la répression des idées politiques, contre la censure, il affirme au cours du même débat la nécessité du libre débat d'idées : la seule chance de donner au communisme une base en Irlande est la répression à l'égard des représentants : 'You are not going to kill any ideasYour are going to give strength to false ideas by preventing the false ideas from being examined here' (Speeches, page 287). Ce noble principe n'a pas toujours été respecté, mais à l'époque d'une démocratie encore balbutiante, ce rappel ne manquait pas d'importance.

23Le passage des envolées flamboyantes à la vie politique moderne peut être suivi à la trace dans les discours de De Valera. Le discours quitte le domaine des belles consciences morales pour pénétrer dans le domaine du politique qui se distingue par la reconnaissance du principe de nécéssité.

24Principe de nécessité lorsque la victoire militaire n'est pas possible, il faut déposer les armes. 'We are… content to rest for the moment, simply faithful' (Bodenstown, 1925, id. page 118). Principe de nécessité. Le Dail est peut-être une assemblée illégale. Mais cette assemblée illégale contrôle la vie du peuple irlandais. (Ard Fheis du Sinn Fein, 10 mars 1926. id. page 127). 'A successful uprising in arms of a subject people is made almost impossible whilst an elected native government stands in the way' (Dublin, 16 mai 1926, id. page 135). Donc, une autre voie est nécessaire. Il faut affronter la réalité de notre vie quotidienne. 'We must judge the situation as it is, measure our own strength against it, lay our plans and then act with courage and tenacity'. (id. page 133). Nous sommes très loin de 1921 'If we are prepared to die rather than do a certain thing, no force on earth can compel us to do it' (id. page 75).

25Très loin et pas tellement loin. Pour convaincre son auditoire de la nécessité du nouveau cours, de la nécessité de déposer les armes, le discours inaugural du nouveau parti Fianna Fail abonde en métaphores militaires. Première métaphore, celle du stratège. Il doit étudier ses propres forces, celles de l'ennemi : 'What would you think of the commander who would be indifferent to the facts of the situation ?'(Dublin, 16 mai 1926, id. page 133). De Valera prend ensuite l'exemple d'un groupe qui a préparé l'évasion d'un prisonnier républicain, Jack Keogh. Eux aussi ont dû étudier les faits, les plans, les mesures de sécurité. Discours étrange où il faut utiliser les exemples militaires pour que la politique devienne civile.

26Dans le lent passage à la vie politique civile, la question sociale apparaît comme la compensation privilégiée de l'abandon du nationalisme prophétique. Dans les années qui précédent, le messianisme conduisait à la militarisation de la politique et à l'atrophie du programme social. La nouvelle volonté de soumettre l'action politique aux réalités conduit à la politisation du militaire et à la radicalisation du programme social. Il s'agit bien d'une substitution :

'Whilst waiting for the achievement of the full political independance we aspire to, the Republican deputies would be able to take an effective part in improving the social and material condition of the people'(Dublin, 16 mai 1926, page 140).

27La pointe nationaliste s'émousse. Il faut affuter la pointe sociale. Jusque la formation du Fianna Fail, la politique irlandaise du Sud était clairement partagée entre deux camps : les Free Staters et les Républicains. Avec l'acceptation, même résignée, du 'Free State', la frontière se dissout. Il faut la reconstituer. Cette nouvelle frontière sera sociale. De Valera découvre les mérites de Connolly :'It is only since I have found how neglectful of this purpose many of us are inclined to become that I have been able to sympathise fully with James Connolly's passionate protest' (id. page 140). Les armes se taisent. Ce sont désormais les revendications sociales qui explosent.

28Egalité des chances. Les grandes propriétés rurales seront partagées avec le plus grand nombre possible d'exploitants agricoles. Création d'industries nationales sous la protection de tarifs douaniers. Création, pour endiguer le chômage et l'émigration, d'un service national avec une rémunération minimum. Des équipes de jeunes iront construire les routes, des logements, planter de nouvelles forêts.

29L'éclat de ce programme social est tel qu'il provoque des accusations de communisme qu'en Irlande, comme on le sait, on doit prendre au sérieux. Ces accusations étaient outrancières, pas seulement en regard de la politique économique et sociale réellement mise en oeuvre. Même dans les déclarations, on trouve l'affirmation réitérée de la nécessité du capital. Pour que les Irlandais propriétaires de capitaux investissent en Irlande plutôt qu'à l'étranger, on fait appel à leurs sentiments patriotiques plus qu'à la menace d'une confiscation autoritaire. De Valera avait retenu de Connolly ce qu'il appelait le 'passionate protest' plus que les indications économiques un peu plus froides. Ce qui reste de cet épisode, c'est que l'ampleur des revendications sociales était le prix à payer pour obtenir l'adhésion des énergies guerrières.

III. REVE D'IRLANDE

30Derrière les déclarations directement politiques de De Valera se dessine une conception de l'avenir du pays qui dépasse de loin le champ du politique.

31L'Irlande doit être indépendante économiquement, se suffire à elle-même. C'est un petit pays aux moyens limités. Le prix de l'indépendance est une vie simple, frugale. De Valera compare le peuple irlandais à un domestique de grande famille qui décide de vivre dans une chaumière plutôt que dans le luxe de son esclavage (Dail, 12 juillet 1928, page 155). Cette idée sera mainte fois reprise, et particulièrement développée dans le discours radiodiffusé du 17 mars 1943 cité plus haut. Mais elle est déjà présente dans les premiers programmes électoraux du Fianna Fail. Elle sera maintenue lorsque De Valera arrivera au pouvoir : 'I know that certain costs will go up but that is necessary. You cannot have omelettes and not break eggs' (Dail, 29 avril 1932, page 204).

32Mais le peuple irlandais, contrairement aux pays où l'industrialisme a triomphé, a des qualités morales qui lui permettent d'affronter et d'accepter une vie frugale.

33Ces qualités sont le fruit de l'histoire. L'Irlande a échappé à l'invasion romaine. Elle a donc aussi échappé à l'anarchie qui a suivi la ruine de l'Empire romain. Elle a pu civiliser les "hordes barbares" qui ont envahi l'Europe (The Values of the Spirit, 6 février 1933, page 230). Le pays a connu une longue resistance à l'oppression qui a surtout été résistance spirituelle : religieuse et linguistique. L'Irlande est un pays chrétien. C'est une Irlande rurale : 'We want to see as many people as possible on the land' (Dail, 6 juillet 1939, page 402).

34En résumé, dit De Valera dans ce texte 'The Values of the Spirit' :

'The Irish genius has always stressed spiritual and intellectuel rather than material values. That is the characteristic that fits the Irish people in a special manner for the task, now a vital one, of helping to save western civilisation'(page 233).

35De telles déclarations peuvent aujourd'hui prêter à sourire. Railler n'aidera pas à comprendre.

36L'Irlande est un petit pays. Menacé par un voisin puissant, pris en tenaille entre des cultures fortes et toutes proches, au Nord et en Grande-Bretagne. Une élite politique fragile, peu sûre d'elle-même, accède au pouvoir politique. Cette élite doit justifier son accession au pouvoir à ses propres yeux, et aux yeux du monde. Il ne faut certainement pas étudier les conceptions de De Valera comme un système achevé, pour leur logique interne. Il n'en ressort pas une théorie politique achevée. Il n'est pas très utile, de les confronter à la réalité du devenir irlandais, comme programme politique destiné à être appliqué. Il faut à mon sens d'abord les entendre comme une voix, une conscience, qui donne dignité et assurance à la nouvelle élite politique.

37J'ai eu le privilège d'assister à une discussion entre le défunt Sean Mc Entee, à l'époque dernier survivant de 1916, avec Conor Cruise O'Brien. Conor Cruise O'Brien le provoquait par ses déclarations à l'emporte pièce : '1916 was a mistake'. Sean Mc Entee répondait 'Maybe it was, but I'm glad I was part of it'. Et sa fille ajoutait avec une superbe lucidité, "Conor, ton grand-père était député de l'Irish Parliamentary Party. Tu faisais partie de l'élite. Mon père était fils de cabaretier. Il ne serait jamais devenu ministre sans 1916. Nous n'aurions pas une belle maison, des enfants qui fréquentent les meilleurs établissements". Et Conor, morose, répondit 'Your people pushed mine aside'.

38Conversation aussi lumineuse que de nombreuses pages d'explications. Elle indique pourquoi la résistance a été si forte à la révision moderniste du passé irlandais. Cette révision du passé a été ressentie comme une agression par le personnel politique issu des années 20, comme un élément déstabilisateur des positions qu'ils avaient conquises de haute lutte.

39A ces boutiquiers, ces paysans, ces cabaretiers, ces petits employés, ces instituteurs qui devenaient hommes d'état, qui ne disposaient d'aucun héritage matériel ou culturel, De Valera a contribué à donner une très forte cohésion morale. C'est sans doute ce qui compte le plus dans une réflexion sur ses conceptions politiques.

401985

Note

1 Wallerstein, La révolution et après, Symposium Amilcar Cabrai, Cap Vert, in Politique Aujourd'hui, nouvelle série no3, décembre 1983, page 114.

2 Radio Broadcast, 17 march 1943. In Speeches and Statements by Eamon De Valera, 1917-1973, Maurice Moynihan editor, Dublin, Gill and Macmillan, 1980, p. 466.

3 Discours au Dail, 19 décembre 1921, Speeches…, p. 89.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1986

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540