Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et Récit

 | 
Héliane Ventura
, 
Simone Vauthier
, 
Jean-Michel Lacroix

III. L'image métaphore

La Montagne secrète ou la peinture inachevée : un échec de Gabrielle Roy

Marie-Lyne Piccione

Résumé

Dans La Montagne secrète, Gabrielle Roy relate les souffrances et la mort de Pierre Cadorai, Impuissant à représenter l'éblouissante vision de la montagne magique qu’il garde au fond de lui, ce peintre-trappeur va jusqu'à l'extrême limite de ses forces mais il ne trouve dans ce dépassement que le désespoir et la mort. Son échec figure, à l'évidence, la représentation de la douleur et de l'amertume qui ont présidé à la naissance de ce roman manqué. Quand les mots se révèlent imprécis, quand les phrases se font répétitives, quand la structure, trop floue, se dilue dans l'incertain, il ne reste plus rien du grand dessein un jour entrevu... Rien, si ce n'est l'allégorie même de l'échec du créateur, l'auto-représentation d'une espérance brisée.

In La Montagne Secrète, Gabrielle Roy relates the sufferings and the death of Pierre Cadorai. The failure of this aborted novel reflects the trapper-painter's failure to express and represent his vision of the “magic mountain”. We are left in the end with the allegory of the creator's failure, the self-representation of shattered hopes.

Texte intégral

  • 1 Gabrielle Roy, la Montagne secrète, Montréal : Beauchemin, 1961.
  • 2 Gabrielle Roy, Bonheur d'occasion, Montréal : Beauchemin, 1945.
  • 3 Gabrielle Roy, Alexandre Chenevert, Montréal : Beauchemin, 1954.
  • 4 Gabrielle Roy, la Petite Poule d'eau, Montréal : Beauchemin, 1950.

1Publié en 1961, le quatrième roman de Gabrielle Roy, la Montagne secrète1 retrouve, dans une évidente continuité d'inspiration, les préoccupations humanistes et sociales qui témoignent de l'expérience journalistique de l'auteur. Soucieuse de comprendre le monde contemporain et de transmettre à ses lecteurs le fruit de ses observations et de ses méditations, la romancière dresse une série de portraits emblématiques dont l'intérêt réside essentiellement dans la représentativité. C'est ainsi qu'après les Lacasse (Bonheur d'occasion)2, orphelins de la terre, échoués à jamais dans le ghetto de St Henri, après Alexandre Chenevert3, dérisoire héros éponyme d'une anti-épopée des années cinquante, après Luzina (la Petite Poule d'eau)4, la dernière sans doute à croire au mythe de la revanche des berceaux, Gabrielle Roy fait de Pierre Cadorai, l'archétype de l'artiste prométhéen, voleur de feu, qui dérobe au prix de souffrances inouïes, le plus enviable des attributs divins. Et c'est à bon escient qu'Orok, l'esquimau, s'émerveille : pour démuni qu'il soit, l'homme ne rivalise-t-il pas avec le démiurge suprême ?

"Il s'avança sans façon pour regarder l'ébauche en train, une autre qui gisait par terre. Puis il éleva les yeux et compara avec la montagne. Il sourit d'approbation, l'un et l'autre étaient des prodiges. La montagne, un prodige de Dieu et ceci, sur le carton, un prodige d'homme. Du reste, un plus grand prodige peut-être que l’oeuvre de Dieu, songea Orok, si l’on considère que Dieu a tous les moyens, et l'homme peu" (p. 105).

  • 5 Allusion au titre de son autobiographie posthume, la Détresse et l’enchantement, Montréal : Boréal (...)

2Sans doute, Pierre Cadorai a pour modèle le peintre René Richard à qui est dédié le roman : "A R.R., peintre, trappeur, fervent du Grand Nord, dont les beaux récits me firent connaître le Mackenzie et l'Ungava". Toutefois, plus qu’une biographie romancée, la Montagne secrète est une confession : l'auteur y chuchote ses doutes, ses déchirements, ses révoltes, mais aussi ses élans et ses enthousiasmes ; en bref, plus de vingt ans avant la publication de sa biographie posthume sa "détresse" et son "enchantement"5.

3Or, si bien des similitudes font de Pierre un double à peine masqué de la romancière, ne se retrouvent-ils pas, surtout, dans leur échec commun ? Et le caractère oxymorique du titre qui juxtapose, en un flagrant contraste, la présence de la montagne et l’absence, le silence, le retrait inclus dans l’épithète "secrète", n'est-il pas le signe même de l'abîme qui sépare l'inspiration de la réalisation ? Patente mise en abyme de l'impuissance dont la structure et l’écriture trahissent la victoire, l'oeuvre accumule les dissonances et les hiatus, comme pour se préserver d'une beauté formelle qui serait, en l'occurrence, déplacée...

4Il est incontestable que des affinités plus ou moins avouées tissent entre le créateur et ses "créatures" un subtil réseau où se déclinent toutes les nuances des sentiments humains : sympathie, admiration, pitié, aversion témoignent tour à tour du caractère passionnel de la création littéraire. Plus qu'une autre, peut-être, Gabrielle Roy fut la proie de ses personnages, dont elle a souligné, à maintes occasions, l’emprise absolue qu'ils exercèrent. Ainsi, Rose-Anna Lacasse usurpa dans Bonheur d'occasion une prépondérance contraire au dessein premier de la romancière.

  • 6 Extrait du discours de réception à la Société Royale du Canada, section française no 5,1947-1948, p (...)

"Je peux bien vous avouer aujourd'hui qu'elle s'est introduite presque de force dans mon récit, qu'elle en a bouleversé la construction (...). Et je suis bien reconnaissante à Rose-Anna de m'avoir forcé la main, parce que sans l’humilité et la force de sa tendresse, il me semble bien que mon récit n'aurait pas eu le don d'émouvoir "6.

  • 7 Entretien du 17 mai 1970 avec Marc Gagné, reproduit dans Visages de Gabrielle Roy, Montréal : Beauc (...)

5Ainsi, Alexandre Chenevert obsèda longtemps Gabrielle Roy assaillie de questionnement et de doutes, par la seule vertu de ce petit homme falot : "Il me semble, qu'Alexandre Chenevert est l'un des plus complexes personnages que j'ai créés. Je suis loin de tout savoir de lui (...). Tout n'est pas dit encore entre Alexandre et moi" confiait-elle en 1970, seize ans après la publication du roman7.

6Or, cette interaction trouve dans le couple Gabrielle Roy/Pierre Cadorai son illustration la plus éclatante. En effet, au dépit de son sexe, de son existence hors-norme et de son inculture, Pierre peut apparaître comme un avatar de la romancière, une image si ressemblante qu'elle en a brouillé, à dessein, les contours trop identiques. Qui ne se souvient, par exemple, que l'enfance de la Manitobaine dont elle s'est plu longtemps à évoquer la magie, contient aussi beaucoup de zones d'ombre ? Dans ses demi-aveux, dans ses silences mêmes, ne propose-t-elle pas à la curiosité et à la perspicacité du lecteur une véritable énigme ? L'évocation réitérée de ce "douloureux secret" dont elle repousse sans cesse la révélation se reflète, par un étrange effet spéculaire, dans le passé de Pierre tout à tour dévoilé et dissimulé ! Les souvenirs honteux qu'il refoule, l'humiliation, toujours à vif, à la pensée de la cupidité sans vergogne de son père, trouvent, leur expression la plus achevée dans une confession amorcée qu'une auto-censure immédiate brise à jamais.

Appuyé à la porte, il regardait en dehors et poursuivait comme pour lui-même :
- Mon père tenait un petit poste de fourreurs. Je ne sais s'il y eut jamais négociant plus habile à connaître et à tenter les désirs enfantins des pauvres Indiens (...).
Il se tut un moment, raconta encore (...) puis s'arrêta, comme stupéfait d'en avoir dit si long sur lui-même, lui qui croyait en avoir à jamais fini avec un passé offensant" (pp. 58-59).

7Par ailleurs, Gabrielle et Pierre ont tous les deux sacrifié à l'art les valeurs ou les êtres auxquels ils croyaient le plus. Puisque l'artiste est avant tout solitaire, et que seule une sophistique paronomase permet d'affirmer qu'il est aussi solidaire, ils ont choisi d'abandonner leur pays et leurs amours à seule fin que vive l'oeuvre dont ils sentent palpiter en eux les premiers tressaillements... La liste serait longue de ces brisures qui jalonnent leur itinéraire et font de leur parcours personnel une véritable "passion". Ainsi, Pierre ne s'attarde pas auprès de la jeune Nina qu'il aurait pu aimer, il quitte son compagnon Sigûrdsen dont il appréciait le dévouement, il renonce aux couleurs et à la lumière pour descendre travailler à la mine, enfin ce trappeur, cet homme du Grand Nord, épris de vastitude, va jusqu'à s'exiler à Paris... Or, ces épreuves ne sont-elles pas le reflet romanesque de tous les sacrifices consentis par Gabrielle Roy ? Elle aussi dut quitter son pays et sa mère, son métier et sa famille, contrainte d'obéir à l'exigeant appel qui lui ordonnait de voguer vers l'Europe pour y conquérir, avec ses racines retrouvées, le droit d’être un jour écrivain.

8La souffrance et la mutilation qui accompagnèrent ces déchirures s'exaspèrent dans un épisode-clé de la Montagne secrète, cette paroxystique chasse au caribou dont l'invraisemblance même souligne le caractère symbolique. L'homme et la bête y cheminent ensemble, l’un traquant sans conviction, l'autre fuyant sans force : ils sont doubles, fraternels et partout adversaires et leur gémellité rend plus poignant encore leur antagonisme.

"Leurs ombres sous la lune furent encore une fois bizarrement confondues comme celle d'une seule masse épuisée (...). De pitié, Pierre s'était arrêté, laissant s'abreuver le caribou dont il connaissait, par sa propre soif, la soif intolérable" (p. 120).

9Cette scène qui se place au centre même de l'oeuvre trouve un étrange écho dans la Détresse et l'enchantement, au moment du départ de Gabrielle Roy pour Paris. Si la ressemblance structurelle est évidente - l'épisode des adieux se situe au coeur même du récit autobiographique - des analogies plus révélatrices corroborent la théorie de G. Bessette affirmant que cette chasse au caribou n'est que la transposition de la "mise à mort" de la mère de Gabrielle. Et à relire le passage, on retrouve, en effet, la même compassion, la même empathie mêlées d'un sentiment de culpabilité si poignant qu'il incite à fuir la victime dont la douleur même est un reproche.

"Mais alors, en plein milieu de cette exaltation, me sauta aux yeux, à travers les visages jeunes et souriants, le petit visage défait de ma mère, subitement devenu vieux et creusé par le chagrin qu'elle ne pouvait plus me cacher (...). Elle me suivait de ses yeux éteints (...) l'expression m'en devint insoutenable. J'y voyais trop bien qu'elle voyait que je ne reviendrais pas (...) le coeur me manqua. Car j'y saisis, tout au fond, que je ne partais pour la venger, comme j'aurais tellement aimé le croire, mais, mon Dieu, n'était-ce pas plutôt pour la perdre enfin de vue" (la Détresse et l'enchantement, pp. 241-242).

10Les deux "meurtres" rituels mettent un terme à la jeunesse de Pierre, comme à celle de Gabrielle. L'un a "presque trente ans", l'autre en a vingt-huit et avec la maturité enfin conquise, ils peuvent désormais accéder à l'âge de la création, d'une création qui participe d'une esthétique commune.

11Certes, il est indéniable que Pierre Cadorai est aussi René Richard dont il a emprunté les sources d'inspiration, puisées dans la vie quotidienne du trappeur et une facture si dépouillée qu'elle semble émaner de la rudesse même d'un paysage sans pitié. Et en présentant l'oeuvre du peintre - dans le préface du catalogue de l’exposition René Richard au Musée du Québec en avril-mai 1967 - Gabrielle Roy critique d'art se souvient incontestablement de son texte de romancière.

"Ce qu'il chérit d'un tel amour, ce sont les images de la création sous son aspect souvent le plus dénué et le plus hostile : pauvres arbres effilés comme des roseaux chiens de traîne quasi morts d'épuisement, misérables cabanes à demi perdues dans la neige" (catalogue de l'exposition René Richard).

12Toutefois, cette flagrante parenté ne peut occulter celle qui unit, dans la même vision du monde, l'oeuvre de l'écrivain et celle du peintre. Et la préférence affichée de Pierre pour un matériau des plus réduits - papier et crayons - n’est-elle pas la métonymie du lien très étroit qui l'attache à l'écrivain ?

13De fait, on n'en finirait pas d'énumérer les points de convergence entre les deux univers, entre les deux manières... Attentifs au détail, soucieux de fixer les contours du quotidien ne sont-ils pas, l'un et l'autre, de fins miniaturistes excellant dans l'esquisse, le fragment, le discontinu ? C'est cet art du pointillé qui fait de Gabrielle Roy une nouvelliste plus qu'une romancière et de Pierre Cadorai un irremplaçable pourvoyeur de croquis.

"En quelques jours, Pierre abattit plus de croquis que naguère en des mois. Ils tombaient de lui comme les feuilles d'un arbre. presque sans effort. Après des paysages, des traits humains" (p. 64).

14Par ailleurs, artistes instinctifs, à l'affectivité toujours en éveil, ils s'unissent à leurs modèles par de véritables liens d'amour : tendresse, compassion, sympathie transparaissent dans leurs oeuvres qu'elles éclairent d'une lumière toute particulière. Relisons le portait de Gédéon, le vieux chercheur d'or dont Pierre un soir fut l'hôte :

"C'était la tête d'un vieux à la lippe un peu triste, aux yeux égarés en des souvenirs brouillés avec des joues couvertes d'un poil rêche et des cheveux grisâtres lui retombant en paquets sur le oreilles et sur le front. Gédéon ne se reconnaissait pas encore tout à fait. Puis il eut un grand sursaut. Il regarda mieux et, doucement se mit à pleurer.
Ce n'était pas de chagrin.
Ah, Seigneur, c'eût été plutôt de délivrance !" (p. 19).

15Comment ne pas le comparer au portrait de l'insociable Nick, facteur de la Petite Poule d'eau ?

"Au loin (...) apparaissaient un cheval tout suant, et, sur le siège d'un traineau, une grosse boule de fourrure d'où émergeaient de tristes moustaches jaunes.
C’était le facteur.
Il se rapprocha.
On distingua ses gros sourcils d'entre les poils bruns de son haut bonnet fourré" (pp. 21-22).

16Enfin, l'auteur ne perce-t-il pas clairement sous le narrateur quand une focalisation interne permet de saisir l'émergence d'une conscience esthétique qui va transformer le peintre naïf en un artiste rongé par le doute et la réflexion ?

"Pour atteindre ce terrible vrai, il commençait à s'en apercevoir, il y a lieu quelquefois de forcer un peu le trait, de souligner. Que les choses se mettent à en dire un peu plus sur l'image que sur nature, là était sans doute le souhait absorbant de son être" (p. 47).

17Ce "terrible vrai" semble la dénonciation même de l'illusion réaliste contraignant l’artiste à accumuler artifices et impostures à seule fin de "faire vrai". Et cette remarque prêtée à Pierre contient, sans doute, la propre définition de l'art de Gabrielle Roy : un art parfois laborieux, qui laisse apercevoir l'effort qu’il a coûté, un art de l'évidence, où les traits sont "forcés" "soulignés", afin que tout fût clair et que le pacte de transparence qui unit la romancière à son lectorat, ne connût aucune dérobade...

18La patente valeur métaphorique de la Montagne secrète permet donc d'affirmer en transposant le mot fameux de Valéry que "ce roman est une confession". Après tant d'autres, Gabrielle Roy y redit la hantise de la perfection, la douleur de la beauté qui ne s'offre que pour mieux se défendre, et l'angoisse d'un indicible lancé comme un défi au courage de l'artiste sisyphien...

"Il y avait dans cette eau du ciel une couleur à laquelle n'eût pu convenir aucun nom connu, quelque doux mélange de bleu et de vert déjà difficile à définir en la pensée" (p. 56).

19Toutefois, c'est surtout dans leur échec commun que la romancière et son personnage se retrouvent. En effet, Pierre s'est révélé incapable de reproduire la vision première de la Montagne qu'il nomme la "Resplendissante". Cette appellation est, à elle seule, l'indice d'un malentendu fondamental, d'une imposture dont le malheureux peintre sera la victime désignée. En effet, le terme de resplendissante appartient au champ sémantique de la lumière et, à ce titre, participe d'un principe igné qui connote la chaleur, le mouvement et la vie. Or, la montagne sise dans l'extrême nord, à "l'imposante masse" présente des caractéristiques contraires dont l'immobilité semble la plus flagrante... Par ailleurs, la montagne, symbole maternel, se trouve par la seule vertu de l’onomastique et de la fantaisie de Pierre investie d'attributs paternels et virils émanant du Soleil-Père... Dans cette réunion de deux principes antagonistes, dans cette confusion des contraires, semble s’inscrire l'illusion qui motive la quête de Pierre. En fait, n'a-t-il pas projeté sur cette montagne son propre paysage intérieur, un idéal de beauté hérité du fond des âges ? Peut-être la montagne n’est-elle qu'une montagne ordinaire, transfigurée par le regard de Pierre décidé à voir sa quête enfin aboutir. A cet égard, le discours intérieur que lui prête la romancière ne laisse pas d'être significatif.

"Ainsi, pensait-il, le coeur soulevé d'émotion, passionnément épris, de tout temps elle avait existé : ce n'était pas en vain qu'il l'avait cherchée" (p. 102) (nous soulignons).

20Sur cette équivoque originelle, se greffent, tout naturellement, les épisodes d'une déconstruction qui fait de la seconde partie de la Montagne secrète un roman initiatique inversé qui va de la richesse au dénuement, de l’appropriation à la vacuité, de la connaissance à l'ignorance. En effet, alors qu'ébloui encore de l'apparition, Pierre esquisse ses premières ébauches, l'exaltation ressentie se reflète dans ses oeuvres, bien venus, ressemblantes, "obéissantes".

"Quand il eut fait une dizaine de pochades de la même veine, il les aligna au bas de la montagne, puis se recula à quelque distance pour les voir (...). Bientôt, à cet homme, la vue de son propre travail arracha un cri de bonheur, enfin" (p. 111).

21Or, par la suite, il ne peut plus retrouver ce bonheur d'expression : son application même lui est funeste et l'oeuvre se durcit, se gauchit, s'insurge. Tous les sacrifices consentis lui deviennent des fardeaux supplémentaires et l'apprentissage de la technique un surcroît d'empêchement.

"Il ouvrit les yeux, regarda ses toiles, en fut chagriné. Là n'était pas son oeuvre" (p. 220).

22Et sa mort est définitive, absolue puisqu'elle ne s'assortit d'aucune immortalité conquise par le sortilège de l'art :

"Ce qui meurt d'inexprimé, avec une vie, lui parut la seule mort regrettable"p. (222).

23Mais, curieusement, le récit s'achève sur une interrogation maquillée en exclamation, sorte de cri de détresse qui illustre la conscience et la douleur de la romancière qui s'exprime, alors, en son propre nom.

La haute montagne s'éloignait
Qui, dans les brumes, la retrouvera !" (p. 222).

  • 8 Selon l’expression d'Hubert Aquin.
  • 9 Hubert Aquin, Prochain Episode, Montréal : le Cercle du livre de France, 1965.

24Le champ sémantique du "flou", de l'indéfinissable trahit à l'évidence la prise en compte de l'échec de l'écriture. Impuissante à donner forme à l'informulé aux potentialités infinis qu'elle abrite en elle, victime de la "cérémonie bégayante de l'écriture"8. Gabrielle Roy semble avoir illustré et corroboré l’aveu d’Hubert Aquin dans Prochain Episode9.

"J'écris dans l'espoir insensé qu’à force de paraphraser l'innommable, je finirai par le nommer".

25Mais, pour Gabrielle Roy, cet espoir demeura lettre morte et l'innommable conserva son mystère.

26De fait, la structure de l'oeuvre est, à elle seule, un indice de la "mimésis" de la romancière. De même que Pierre, s'élève peu à peu, dans un mouvement ascensionnel constant, vers la révélation suprême pour retomber, ensuite, inéluctablement vers l'échec et la mort, de même, Gabrielle Roy, à l'écoute de son personnage, a beaucoup mieux réussi la première partie. En mêlant habilement différents genres, différents tons et en al ternant sourire et émotion, elle réussit à garder le lecteur en haleine, séduit qu’il est par les différentes facettes de son talent : récits d'aventures, témoignages sur le Grand Nord, peintures de paysages lunaires, apparition de personnages pittoresques, entraînent dans un kaleïdoscope d'images dont émane une sorte de bonheur de dire qui apparente la romancière à ces conteurs talentueux dont s'est longtemps enorgueilli le Québec. La seconde partie, en revanche, participe de la défaite de son héros : lente, répétitive, maladroite, elle déçoit, voire irrite. Le lecteur s’impatiente, à suivre les étapes d'une agonie qu'il sait inévitable et ne manque pas de souscrire au jugement de Raymond las Vergnas :

  • 10 Raymond Las Vergnas, Les Annales, février 1963.

"Des deux parties du livre, la première - celle qui se passe au Canada, patrie de la romancière - m'a semblé la plus riche et la plus heureuse !"10.

27L'écriture aussi participe du même phénomène mimétique. Dans la première partie, elle s'épanouit, avec une amplitude et un souffle dignes de la majesté des paysages, elle fascine dans l'évocation du Grand Nord, cette contrée "inédite” que la romancière tente d'apprivoiser par des métaphores harmonieuses et un rythme qui rappelle parfois Les Rêveries d'un promeneur solitaire.

"De grands oiseaux venaient à passer. Parfois la houle se creusait. On avait l'impression de la mer. Les deux trappeurs avaient passé d’une vie à l'autre presque sans étonnement. On eût dit qu'ils n'avaient jamais connu que celle-ci : des oiseaux, le poisson, des songes, ce bercement des heures d'attente" (p. 72).

28Mais, la simplicité d'un style qui a la force de l'évidence et l'apparence d'une heureuse facilité s'oppose à la dysphorie omniprésente dans la seconde partie de l'œuvre !

29Là encore, en effet, tributaire du personnage qu'elle a créé l'auteur va, dans une étrange inversion des rapports, subir sa loi et exprimer, par la gêne même que trahit son expression, la gêne de son héros. Sa phase se raidit et se gauchit, tout comme se raidissent et se gauchissent les tentatives de Pierre : anacoluthes, inversions systématiques, abus des infinitifs substantivés, comparaisons et métaphores peu pertinentes minent le texte et parasitent l'inspiration. Comment ne pas déplorer qu’une telle phase ait pu échapper à la perspicacité de l'auteur ?

"Le souffle qui la (la pochade) commandait comme empêtré en des liens grossiers, une pâte trop lourde, néanmoins, par un effort douloureux, parvenait à lancer son cri de vie" (p. 172).

30"Empêtrée" elle aussi dans sa syntaxe, égarée dans des métaphores successives qui ont un effet de dissonance, la romancière souffre tout autant que Pierre et pâtit de la passion de son héros.

31Certes, Gabrielle Roy connaît le secret de bien-dire et le livre, en confidence, dans ce roman qui peut être considéré comme son testament littéraire.

"Abolir dans l'oeuvre toute trace de fatigue est immense labeur. Pourtant, c'est là, peut-être, l'un de ses premiers commandements" (pp. 208-209).

32Pierre Cadorai ne sut pas obéir au précepte et ne put jamais retrouver la fraîcheur de sa première inspiration. La technique, les procédés, une plus grande sophistication des matériaux, les leçons des maîtres, la fréquentation des musées, tous les éléments de progrès se métamorphosèrent, par une fatale alchimie, en facteurs de régression... Mais son échec est peut être plus précieux que la réussite car il s'inscrit dans une vision spiritualiste et idéaliste de l'Univers. L'homme est par nature imparfait, inachevé, limité, mais il lui suffit de s'approcher d'un idéal,- que ce soit la Beauté, la Divinité ou la Sagesse - pour qu'il participe de la Création.

33Pour rappeler cette vérité, avec toute l'humilité que requiert notre position d'homme, la romancière a assumé le risque d'un échec. Son oeuvre ne fut saluée qu'avec réticence et le critique Jean-Ethier Blois écrivait dans le Devoir du 28 octobre 1961. "Gabrielle Roy cherche, c'est évident, à se renouveler, à donner à sa pensée une forme éternellement valable. Elle n’y a pas encore réussi : certaines impropriétés choquent, la syntaxe n'est pas toujours française".

34Toutefois, Gabrielle Roy se révèle, là comme ailleurs, une pionnière. Elle a été la première au Canada français à mettre en valeur la douleur de l'enfantement créateur, l'écrasant labeur sisyphien au prix duquel s'acquiert le droit à l'écriture. Or ce thème deviendra un véritable leitmotiv dans les année 70 : Victor-Levy Beaulieu, Gilbert la Rocque, Jacques Poulin, Jacques Godbout ne cesseront de dire l’impossibilité de créer dans un "pays sans bon sens". A cet égard, la Montagne secrète reste d’une grande pertinence et s'impose à nous comme le symbole même de l’incertitude et de la finitude humaines.

Notes

1 Gabrielle Roy, la Montagne secrète, Montréal : Beauchemin, 1961.

2 Gabrielle Roy, Bonheur d'occasion, Montréal : Beauchemin, 1945.

3 Gabrielle Roy, Alexandre Chenevert, Montréal : Beauchemin, 1954.

4 Gabrielle Roy, la Petite Poule d'eau, Montréal : Beauchemin, 1950.

5 Allusion au titre de son autobiographie posthume, la Détresse et l’enchantement, Montréal : Boréal Express, 1984.

6 Extrait du discours de réception à la Société Royale du Canada, section française no 5,1947-1948, pp. 35-48

7 Entretien du 17 mai 1970 avec Marc Gagné, reproduit dans Visages de Gabrielle Roy, Montréal : Beauchemin, 1973, p. 69

8 Selon l’expression d'Hubert Aquin.

9 Hubert Aquin, Prochain Episode, Montréal : le Cercle du livre de France, 1965.

10 Raymond Las Vergnas, Les Annales, février 1963.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540