Versión clásicaVersión móvil

Mémoires occupées

 | 
Marc Dambre

Implications ou engagements

Entretien avec Yannick Haenel

Précisions sur Jan Karski

Marc Dambre

Nota del autor

Cet entretien s’est déroulé en séance de séminaire du ceracc, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, le 2 avril 2010. – La transcription a été faite par Sylvie Grousset et relue en mars 2013 par Yannick Haenel en vue de cette publication.

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

MD : Du roman Cercle au dernier numéro de la revue Ligne de risque, il existe une continuité remarquable, et maintenant avec Jan Karski : l’inscription de vos écrits dans l’Histoire, confirmée par la phrase extraite d’Ulysse de Joyce mise en exergue de Cercle.

YH : Oui, « L’Histoire est un cauchemar dont j’essaie de me réveiller »…  Cette phrase met en jeu la question du mal et de sa représentation littéraire. La littérature pose la question de l’irreprésentabilité (l’érotisme, le mal…) Dans Introduction à la mort française et dans Cercle, le narrateur est en face de quelque chose qui le dépasse : la littérature est le lieu où l’on questionne l’irreprésentable. Les choses possibles, on en parle ; celles qui sont impossibles, on n’en parle pas, on les écrit, il faut les écrire. Le représentable, l’universel reportage dont parle Mallarmé, pas besoin de littérature pour cela. Ces questionnements sont contenus dans la phrase de Joyce citée en exergue. Le mal, tel que les personnages de m...

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search