Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et Récit

 | 
Héliane Ventura
, 
Simone Vauthier
, 
Jean-Michel Lacroix

Ut poesis...

André Bleikasten

Texte intégral

1Ce n'est pas la première fois que les canadianistes se réunissent à Strasbourg, mais c’est la première fois, je crois, qu'ils s'interrogent ensemble à propos de la littérature canadienne, sur les multiples rapports de l'image et du texte.

2Texte et image, cela fait déjà un bon petit moment que l'on y réfléchit et que l'on en discute dans les séminaires et les colloques. Une nouvelle mode universitaire ? Peut-être. Mais elle ne répond pas seulement au besoin de renouveler les questions que nous posons à la littérature. Il y a en effet là quelque chose qui va bien au-delà des “correspondances” entre les arts que soupçonnait déjà le dix-neuvième siècle : l'obscurité d'une énigme à méditer plutôt que la difficulté d’un problème à résoudre. Rien n’est plus élusif et plus mystérieux que ce qui unit le verbal au visuel, la parole à l'image, le dire et l'écrire au (faire-)voir, et essayer de penser ce lien complexe et contradictoire - rapport de connivence, de mutuel enveloppement en même temps que de réciproque exclusion - c'est peut-être d'abord chercher à élucider ce double désir qui nous est commun mais que seuls les artistes, dans leur folie, ont tenté d'accomplir : amener le regard à la parole, la parole au regard. Vieux rêve, aussi vieux que la peinture et la littérature : Ut poesis pictura, ut pictura poesis.

3L’écrivain, aujourd'hui, doute de sa capacité à représenter quoi que ce soit, mais il n'en continue pas moins à jalouser les pouvoirs magiques du peintre. Il aimerait pouvoir utiliser les mots à chaud, comme de pures intensités, les projeter sur la page blanche comme sur une toile, nous en faire voir de toutes les couleurs, nous en mettre plein la vue. Quant au peintre, des couleurs, il lui arrive d'en découvrir sous les mots, entre les mots, dans les livres, comme si livre et tableau appartenaient au même espace.

4Et un tableau n'est jamais si muet qu'il ne laisse transparaître un aveu, un texte jamais si éloquent qu'il ne maintienne en lui des marges de silence - espacement à la fois visible et aveuglé faute de quoi il n'acheminerait que des lettres mortes.

5Les Goncourt rapportent dans leur journal à la date du 17 mars 1861 ces réflexions de Flaubert qui était alors en train d'écrire Salammbo : “L'histoire, l'aventure d'un roman, ça m'est égal. J'ai la pensée, quand je fais un roman, de rendre une coloration, une nuance. Par exemple, dans mon roman carthaginois, je veux faire quelque chose de pourpre”.

6Lorsque Flaubert écrivait, il voyait pourpre. Cézanne s'en étonne, qui à son tour, lorsqu'il peignait La Vieille au chapelet, voyait “un ton Flaubert, une atmosphère, quelque chose d’indéfinissable, une couleur bleuâtre et rousse qui se dégage, il me semble, de Madame Bovary... Rien n'y faisait. Ce grand bleu roux me tombait, me chantait dans l'âme. J'y baignais tout entier”.

7Après des paroles aussi belles, il n'y a qu'à se taire. Ce que je vais faire incontinent. Mais j’aimerais placer ce colloque sous le double parrainage de Flaubert et de Cézanne. Deux Français, me direz-vous. Mais ils savaient mieux que personne ce qu'écrire et peindre veulent dire.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540