Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image et Récit

 | 
Héliane Ventura
, 
Simone Vauthier
, 
Jean-Michel Lacroix

Introduction

Jean-Michel Lacroix

Texte intégral

1Les 19 textes rassemblés ici émanent de chercheurs engagés depuis un certain temps dans une réflexion sur la problématique du récit et de l'image.

2Ce volume constitue donc la première publication de ce groupe de travail et vise à fixer les premiers acquis et à préciser les pistes méthodologiques et critiques ainsi que les différents champs d'investigation.

3L'équipe réunit des littéraires qui ont souhaité se regrouper au niveau français mais aussi s'ouvrir à des collègues canadianistes étrangers préoccupés par ce thème porteur. La participation importante d’anglophones justifie la publication de textes en anglais mais on remarquera que l'équilibre a toujours été maintenu entre les deux langues officielles du Canada avec toutefois, il est vrai, un léger avantage au français puisque nous nous réunissions en France.

4Il convient de dire combien nous avons été honorés par la participation de notre ami Davidson de l'Université Duke qui héberge le centre d'études canadiennes le plus réputé des Etats-Unis, de l'éminent critique canadien Frank Davey et de l’auteur(e) canadien(ne) jeune mais déjà confirmé(e) Janice Kulyk Keefer. Malheureusement ce volume ne restituera pas les excellents moments qui ont permis aux congressistes d'écouter des lectures, par leurs auteurs, d'extraits d'œuvres : Isabel Huggan, Janice Kulyk Keefer et Norman Levine nous ont réservé l'immense privilège de nous faire savourer certains de leurs textes et de nous faire partager leur expérience de créateurs.

5Les Canadiens spécialisés dans la littérature d'expression française étaient aussi présents avec Julie Leblanc et Neil Bishop. Outre l'Amérique du Nord, l'Europe a été très largement représentée : la Grande-Bretagne par Mary Condé, l'Allemagne par Wolfgang Hochbruch, l'Autriche par Waldemar Zacharasiewicz, sans compter Israël avec Danièle Schaub. Du côté français, les grands centres d'études canadiennes avaient délégué leurs spécialistes littéraires, qu’il s'agisse bien sûr de Paris III et de Strasbourg mais aussi de Bordeaux III, Dijon, Rennes II, Rouen ou Toulouse.

6Comme on le verra peut-être, les communications ont été relues, corrigées, harmonisées surtout, pour faire de l'ensemble un vrai livre. Je remercie tout particulièrement Héliane Ventura pour son aide précieuse dans cette aventure éditoriale dont je suis prêt à assumer seul les errata et je souhaite que cet ensemble constitue un hommage à Simone Vauthier qui a insuflé tant d'âme et d'énergie dans la recherche littéraire canadianiste à Strasbourg.

7Les trois rubriques introduites dans ce recueil tentent de refléter les divers champs d'investigation qui s'entrelacent. Sans doute l'interaction entre “les mots et la peinture” (il y a bien discours sur le tableau et/ou tableau dans le discours) donne lieu à un ensemble de communications très homogène tout en faisant appel à un corpus d'oeuvres très large. La section “l'image-récit” touche, en fait, à plusieurs types de discours : le discours photographique y est certainement privilégié, puis apparaissent le discours filmique et enfin le discours figuratif de la bande dessinée. Il a paru important de regrouper dans la dernière partie ce que nous avons appelé “l'image-métaphore”.

8Peinture et écriture, image et parole (que la peinture soit enrichissement du langage ou que le texte soit illusion féconde) posent le problème de la représentation de l'indicible ou de l'invisible et visent à transcender le réel. Tous ces textes s'interrogent en fin de compte sur la présentation de deux modes d'expression différents qui semblent impuissants séparément à rendre la perception du réel dans sa complétude et sa totalité mais dont le croisement permet d'atteindre le but impossible, la limite toujours repoussée qui, désormais, n’échappent plus au créateur.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540