Version classiqueVersion mobile

Margaret Atwood

 | 
Jacques Leclaire
, 
Jean-Michel Lacroix

« [Her] genius was synthesis » : l’exogenèse de The Handmaid's Tale

Emmanuelle Brunet

Texte intégral

  • 1 Sise à l’université de Toronto, la bibliothèque abrite la collection des Atwood Papers : acquis de (...)

1La présence à la Thomas Fisher Rare Book Library1, aux côtés des manuscrits de The Handmaid’s Tale, d’une mine de documents constituée par des coupures de presse est à l’origine de cette étude. Intitulée « The Handmaid’s Tale : Background Materials 1984-1988 », la boîte répertoriée sous le numéro 96 contient une série d’articles dont la lecture permet de dire qu’ils ont servi de près ou de loin à l’élaboration et à la rédaction du roman.

  • 2 On ne fera pas grand cas de la boîte 83 qui comprend à la fois la copie éditée, les épreuves annot (...)

2La présentation des documents de la boîte 96 permet de distinguer en son sein un article. Une fois résumé, il peut être confronté aux manuscrits contenus dans les boîtes 72 et 732 afin de déterminer « les différentes phases de citation, transformation, intégration ou rejet du discours autre » (Grésillon 173) propre à toute exogenèse, corroborant ainsi la citation du titre empruntée, pour l’occasion, au Professeur Pieixoto. (The Handmaid’s Tale 289)

3La boîte 96 contient une compilation de coupures de presse qui sont classées par catégorie thématique ou par ordre chronologique. Diversité des sources avec des articles (originaux ou photocopies) de taille variable (de l’entrefilet à l’article de fond) provenant de journaux anglais, américains, canadiens qui se situent tant à un niveau national (Globe and Mail) que régional (Tallahassee Democrat) mais aussi de brochures publiées par des associations (Friends of The Earth) ou des organismes. Grande variété des sujets puisque la majorité des rubriques est représentée : la société avec le thème de la procréation qui se voit décliné sous de nombreuses formes telles le contrôle des naissances, la stérilité, l’avortement, la mortalité infantile, le phénomène des mères-porteuses, le lebensborn dans l’Allemagne nazie ; les thèmes de l’informatisation (carte d’identité, argent) et des maladies qui guettent (sida) ; l’environnement avec la pollution causée par l’utilisation de pesticides, les pluies acides, les déchets nucléaires ; la vie politique proche ou lointaine (le regain de la droite conservatrice aux Etats-Unis, les régimes dictatoriaux avec l’exemple de l’Argentine et de ses disparus) ; la religion qui apparaît sous plusieurs jours, celui du fondamentalisme, des sectes et de l’intégrisme (la théocratie iranienne). Le seul point de rencontre entre les articles se trouve au niveau de leur parution puisque la majorité date des années 80 avec l’exception notable d’un article qui remonte à 1919.

  • 3 Lee Briscoe Thompson, Scarlet Letters: Margaret Atwood’s The Handmaid’s Tale (Toronto: ECW, 1997) (...)
  • 4 Les deux lettres se trouvent dans la boîte 107 intitulée “Destroying Angels ».
  • 5 Helen Dudar, “No Balm in Atwood’s Gilead, » Wall Street Journal 12 Feb. 1986 : 28.

4Deux éléments propres à la chemise 6 ont plus particulièrement retenu mon attention : la date qui s’y trouve inscrite ainsi que les articles qui y sont répertoriés. En premier lieu, force est de constater que la chemise 6 est une réplique à petite échelle de la boîte 96 puisque toutes les rubriques mentionnées précédemment sont représentées. Tous ces articles confirment bien la date qui a été apposée sur la chemise, soit 1984. Cette date acquiert une autre dimension au regard de la rédaction de The Handmaid’s Tale puisqu’elle coïncide avec les premières phases de l’écriture : si l’idée du roman a germé au cours d’un repas en 19813, l’auteur ne s’est attelée au travail que trois années plus tard. Il semblerait que la rédaction ait débuté entre les mois d’avril et juin 1984 alors que l’auteur séjournait à Berlin. On pourrait même avancer que la rédaction a débuté après le 11 avril 1984. En effet, à cette date, Margaret Atwood travaillait sur un autre roman, “Destroying Angels », comme on l’apprend au détour d’une lettre qui lui est adressée et qui est datée du 4 avril. Dans sa réponse, datée du 11 avril4, Margaret Atwood parle de ses premiers pas dans Berlin avant d’aborder la question de l’avancement du roman. Si, comme elle l’a affirmé lors d’un entretien, « elements of ‘The Handmaid’s Tale’ were intruding, indeed, ‘clamoring to be written5’ », l’auteur a dû mettre le roman de côté pour se lancer dans cette nouvelle rédaction. Débutée aux alentours de la mi-avril, si ce n’est en mai, la rédaction se poursuit lors d’un séjour en Alabama au début de l’année 1985 (janvier à mars) pour se terminer à Toronto (mai-juillet) où l’auteur a apporté les dernières retouches avant publication en août de la même année. Ajouter à cela la méthode propre à Margaret Atwood qui commence par écrire à la main avant de passer à la dactylographie et l’on peut affirmer que la version holographe présente dans la boîte 72 date de la mi-avril ou du mois de mai 1984. C’est donc la concordance entre la date des articles de la chemise 6 et la date du début de la rédaction qui permet de conclure au rôle déterminant des articles dans la genèse du roman.

5C’est un article tiré de l’hebdomadaire britannique The Observer dont l’influence, au sein des manuscrits, est la plus palpable. D’une part, sa date de parution, soit le 6 mai 1984, coïncide avec la phase holographe de la rédaction. D’autre part, l’article, signé Colin Smith, constitue une pièce de choix : contrairement à la plupart des articles, il se distingue par sa longueur (une page de huit colonnes au total) et par la présence d’une photographie. Comme le laisse présager le titre, « Inside Khomeini’s Slaughterhouse », il offre une plongée dans le monde répressif du régime iranien avec l’exemple des conditions de détention dans une prison telles qu’elles ont été vécues par une femme qui en a réchappé. L’article s’articule donc autour de deux dimensions : celle du témoignage et celle de la vie à la prison. De fait, c’est la première dimension qui saute tout d’abord aux yeux, puisque l’article est soigneusement encadré au début et à la fin par ces mots : « Tell our story ». Au niveau de la construction de l’article, on constate une nette dichotomie entre une première partie (paragraphes 1-10) qui mêle moments de l’entretien en Europe et moments de la détention en Iran et une deuxième partie (paragraphe 11 jusqu’à la fin) qui suit un déroulement chronologique qui va de l’arrestation du témoin à sa détention à Evin.

6La première histoire à être rapportée donne une idée de ce qui se passe dans l’enceinte de la prison d’Evin : l’atmosphère irréelle (des prisonnières en file indienne, les yeux bandés, escortées par un nain au rire hystérique), l’endoctrinement (« Say death to the mujahideen »), l’horrible spectacle auquel les prisonnières sont soumises (la potence). Après cette ouverture coup de poing, les paragraphes suivants s’attachent à la personne d’« Elizabeth » (prénom d’emprunt) : son appartenance à la haute société, son éducation en occident, son âge, sa tenue vestimentaire, les difficultés rencontrées, ses craintes.

7La suite prend un tour plus chronologique : l’arrestation d’« Elizabeth » (11è§), le convoi pour la prison d’Evin (13è§), et du 14è jusqu’au 24è§ la première journée passée à Evin (qui inclut l’épisode avec le nain) au milieu des cris des prisonniers, des pleurs de femmes qui ont été torturées et qui se préparent à être exécutées le soir même. Du 25è paragraphe jusqu’à la fin, la vie telle qu’elle est menée à Evin est décrite par le menu : les conditions de détention (dortoir de femmes surpeuplé), la torture systématique, la délation courante, les possibilités de s’échapper de l’enfer (suicide ou rêve), les séances d’endoctrinement, les mesures arbitraires (simulacre de procès, exécutions sommaires).

  • 6 En fait, l’article est présent sous deux formes : l’original et la photocopie. Il manque à l’origi (...)
  • 7 Colin Smith, “Inside Khomeini’s Slaughterhouse, » Observer 6 May 1984: 9.

8La photographie qui accompagne l’article sans directement l’illustrer est difficile à déchiffrer6. Au centre, un très grand nombre de femmes, toutes assises : sous le sombre habit islamique, on distingue à peine leurs visages. Dans le coin droit, des hommes debout en tenue claire tournent le dos aux femmes dont ils semblent être séparés par une clôture. Au premier plan, à gauche, une jeune femme prise de troisquart, la main levée, dont l’image paraît surdimensionnée par rapport au fond. C’est grâce à la légende, « Elizabeth, educated partly in Britain and the United States, and the scene she knew so well at Evin Prison just outside Tehran where she spent a horrifying six months7 », que l’on comprend que la jeune femme du premier plan est Elizabeth. Dès lors, on peut aisément déduire que la photo est en fait un photomontage, superposition de l’image actuelle d’Elizabeth à une scène antérieure qu’elle a probablement vécue à la prison.

  • 8 “‘What garden are you in ?’, somebody would ask and that way they would travel around the country (...)

9Une fois le seuil de l’article franchi, certains éléments restent en mémoire comme ce jeu qui consiste à masquer et à démasquer le témoin où le choix de donner un prénom d’emprunt au lieu d’une initiale a pour effet d’ancrer la personne dans la réalité tout en la revêtant d’un voile fictionnel, où l’insertion d’Elizabeth dans la photo est faite de telle manière à ce qu’on peine à la distinguer et où les nombreuses références au temps de l’entretien sont contrebalancées par l’omission du lieu. L’insistance sur le côté « histoire »-l’importance de la dimension orale du langage étant illustrée par plusieurs références à la chanson perse des noces et aux histoires que se content les prisonnières8 est le deuxième aspect dont le roman se fait l’écho.

  • 9 La boîte 72 comporte huit chemises contenant la première version, holographe, suivie de la deuxièm (...)

10Afin d’obtenir plus qu’une résonance entre l’article et le roman, il est nécessaire d’étudier l’exogenèse, c’est-à-dire « la façon dont les éléments préparatoires extérieurs à l’œuvre... s’inscrivent dans les manuscrits et les informent » (de Biasi 33). Cette étude implique une confrontation entre l’article et les différents états du manuscrit. Dans la perspective d’une analyse de critique génétique dont l’objet porte sur “les manuscrits littéraires, en tant qu’ils portent la trace d’une dynamique, celle du texte en devenir » (Grésillon 7), seuls les manuscrits contenus dans les boîtes 72 et 73 sont considérés puisqu’ils comprennent les premières moutures du roman9.

11La manière d’écrire de Margaret Atwood correspond à l’un des deux modes reconnus, soit l’écriture à processus, qui a pour particularité de s’engendrer au fur et à mesure : aucune trace au sein des boîtes 72 ou 73 de plans, de schémas, de notes préparatoires, de canevas propres à l’écriture à programme. On ne trouve pas non plus trace de notes de lecture faisant suite à l’article de Colin Smith qui auraient pu constituer une passerelle entre l’article et les manuscrits. La confrontation qui a donc pour caractéristique d’être directe met en lumière trois opérations différentes qui seront illustrées par autant d’exemples tirés de l’étude des manuscrits. Contrairement à l’article qui fait état d’une situation invariable, celle de la vie à la prison, les trois exemples tirés des manuscrits oscillent entre deux périodes de la diégèse : l’endoctrinement prodigué dans un centre ayant les apparences d’une prison et suite à cette phase de réhabilitation, la réinsertion des « handmaids » dans une vie civile nouvelle. Seule ressemblance, des hommes relégués à la périphérie d’un univers carcéral proprement féminin.

  • 10 AP 72 :2, [55r] : les initiales qui désignent le nom de la collection (Atwood Papers) sont suivies (...)
  • 11 Pour chaque passage, des transcriptions linéarisées ont été établies : ce qui est placé entre [ ] (...)
  • 12 Le mot n’est pas employé dans l’article ; on peut néanmoins supposer que le “komiteh » ou Q.G loca (...)

12Ainsi, que l’on soit dans une prison ou dans un centre de réhabilitation, les conditions de vie ne sont guère différentes. Le passage “[s]ome prisoners were beaten up at the headquarters, among them a cheerful, high-spirited young woman of about 30 called Shirin who found a pen under a blanket she was given and promptly wrote, ‘Death to Khomeini’ on a wall » (Observer) possède un avatar dans la version holographe du manuscrit10: [On the wash] In the paint of the washroom cubicle someone ˄unknown˄ has scratched: Aunt Lydia sucks. It’s like a flag waved from a hilltop, in rebellion. <The mere idea of Aunt Lydia doing such a thing is in itself heartening11.> Le fait de s’en prendre à une figure de l’autorité par l’intermédiaire des mots — seule forme de résistance possible vu les circonstances — constitue le point commun aux deux passages. En dépit d’une évidente ressemblance, il s’avère que la transplantation du passage implique une série de transformations effectuées par l’auteur. C’est le lieu qui subit la première modification : cellule dans l’article12, toilettes dans le manuscrit, la nature de ces endroits a des conséquences diverses. Ainsi, le forfait étant commis dans un lieu au vu et su de tous, la coupable ne peut être que connue et donc nommée : « Shirin » dans l’article. Au contraire, l’aspect communautaire des toilettes implique une certaine forme d’anonymité : le terme “someone » se voit renforcé par l’ajout de « unknown ». De même, l’instrument du forfait est connu dans le cas de l’article (« pen ») et inconnu dans l’autre même si le verbe employé « scratched » laisse supposer qu’il s’agit de quelque chose de pointu. Du coup, le degré de visibilité est différent : graffito dans un cas et écriture en creux dans l’autre. La nature du message est aussi différente : le registre de la langue (normal/grossier) est proportionnellement inverse à la portée du message, blasphématoire chez Shirin, moqueuse chez l’inconnue. Le langage utilisé dans les deux cas constitue une forme de résistance, que l’on choisisse la provocation (Shirin) ou l’impertinence (l’inconnue). Enfin, si cet acte de résistance est durement sanctionné dans le cas de Shirin, il semble être partagé avec d’autres, ce que suggère le terme « heartening » qui figure dans la version holographe du manuscrit.

13Le deuxième exemple tiré des manuscrits se situe après la période de réhabilitation et donne une idée de la liberté dont jouissent les « handmaids » durant leur réinsertion. Il met au jour un phénomène intéressant par lequel l’auteur a prélevé deux passages de l’article pour n’en former qu’un seul en un enchaînement logique. Ainsi, le premier passage à être greffé est issu du 5è paragraphe et se lit comme suit: « She found herself staring at a gallows on which five hanged men, their tongues protruding and placards around their necks announcing their crimes against God, were revolving slowly in the wind » (Observer).

  • 13 Pour cet exemple, trois états ont été pris en compte ; il s’agit de la première version, holograph (...)

14On retrouve sous la plume de l’auteur13 un passage similaire dans lequel la narratrice et sa consoeur vont au mur qui sert de potence. Même si, dans un cas comme dans l’autre, le spectacle est saisissant, les situations diffèrent : dans le cadre de la prison (Observer) les femmes sont convoyées à la potence tandis que dans celui de la vie civile les deux femmes se rendent de leur propre chef au mur qui fait office de potence. D’autres variantes sont à signaler, comme le nombre de pendus, la description physique qui en est faite. De même, le mode de transcription des crimes sur les panneaux varie : tout simplement dits, en l’occurrence écrits (article), ils sont montrés par l’intermédiaire d’une photographie (version holographe) ou d’un dessin (versions dactylographiées). Malgré ces quelques différences, il se dégage de cette image de pendus la même force.

15Faisant suite à la description des pendus, les différents états du manuscrit connaissent une série d’expansions qui portent entre autres sur la tenue vestimentaire des condamnés. Quant à la partie concernant les crimes, elle fait l’objet d’une nouvelle expansion, narrative cette fois-ci : un rapport est établi entre la photographie ou sa variante, le dessin, et la fonction qu’exerçaient les pendus - des médecins. Dans un enchaînement logique, la question de savoir comment ces hommes ont fini sur la potence est abordée.

16C’est à ce niveau qu’intervient la deuxième greffe. La délation est courante à Evin, le phénomène qui touche plusieurs femmes étant mentionné par trois fois au cours de l’article. Mais le passage extrait de l’article dont l’influence sur le texte du manuscrit est la plus palpable se situe un peu plus loin, aux 30è et 31 è paragraphes : “[h]er motive for betraying Shirin was to join the ‘repentants.’ Repentants are kept in less crowded conditions and given special privileges, the main one being spared any more torture. Merely informing is not always considered adequate proof of repentance... But although repentance means that the beatings stop, it does not necessarily save their lives » (Observer). Entre l’article et les différents états du manuscrit, ce que H. Mitterand nomme « un jeu de dérivations sémantiques » (219) est à l’oeuvre : une équivalence entre « repentants » (Observer) et “informants » (72 :3, 36), un rapport d’antonymie entre “[repentance] does not necessarily save their lives » (Observer) et « for abortion informants are pardoned automatically » (72 :1, 17) qui se transforme en rapport de synonymie “[repentance] does not necessarily save their lives » (Observer) et « though informants are not always pardoned » (72 :3, 36).

17Ainsi, l’épisode de la visite du mur dans le manuscrit est le fruit d’une opération qui a consisté à découper deux passages distincts (dans la première moitié de l’article, le spectacle de la potence ; dans la deuxième, la dénonciation) et à les coller bout à bout en utilisant comme liant une suite d’expansions descriptives ou narratives. L’auteur réussit le montage de deux faits qui appartiennent à deux moments distincts de la vie d’Elizabeth : son arrivée à Evin, ponctuée par le spectacle de la potence, et la dénonciation, phénomène auquel elle assiste durant sa captivité.

18Le contexte de la troisième illustration est celui du centre de détention et de réhabilitation. On s’aperçoit que l’article est sollicité à deux niveaux : à l’instar des exemples précédents, le texte est utilisé de même que la photographie qui l’accompagne. Le parallèle entre l’article (et la photographie le cas échéant) et la version holographe est visible grâce au tableau suivant qui met en lumière des similitudes de même que quelques différences :

Article « Inside Khomeini’s Slaughterhouse »

Première version, holographe : 72 :1, [15v]

the pasdars, the revolutionary guards...
(7è§)

the [guards] guards, who [were] were not just Guardians <but crack troops> from the Angels of Light.

photographie

The Angels stood outside it with their backs to us.

a young housemaid... who made the mistake of trying to be flirtatious with her guards. (27è§)

She had been a travel agent, in former times. She thought she could rely on charm.
She pretended to be having an attack, of appendicitis. Two Angels were sent in for her, with a stretcher. [I don’t know what] She tried it with both of them at once, in the ambulance. <She should have known better. She thought, after all they are only men. She forgot they were Angels.>

The whipping they gave her was so severe that she was eventually given skin grafts on the soles of her feet in the prison hospital. (27è§)

She was put [.] into the white sound room, [for] and after that she was turned over to Aunt Betty in what had been the Chemistry Lab. She could not walk [,after that,] for weeks.

19Si la ségrégation hommes/femmes perçue dans la photographie est transcrite, le nom qui désigne les gardes en Iran n’est pas conservé ; il est transformé ainsi que le métier de la « séductrice ».

20Contrairement à l’article, la version holographe abonde en détails : la nature de la simulation qui permet ensuite d’entreprendre une tentative de séduction est explicitée. En revanche, si la punition et ses conséquences sont largement abordées dans l’article, elles ne sont pas mises en avant dans la version holographe : il revient au lecteur de faire le rapprochement entre l’étape Aunt Betty et l’incapacité physique de la femme pour en déduire qu’elle a été malmenée. La version holographe montre le résultat d’un travail fait sur l’implicite.

  • 14 Les lettres entre parenthèses font référence au type de document manuscrit qu’il soit holographe, (...)

21A ce point précis des manuscrits, l’exogenèse « ou sélection et appropriation des sources », selon P.M. de Biasi, laisse place à l’endogenèse (« ou production et transformation des états rédactionnels » (33). Ainsi, les états ultérieurs à la version holographe 72 :1, [15v] sont marqués par un remaniement majeur : la suppression pure et simple de la partie concernant la séduction entreprise par la « travel agent ». En fait, cet épisode n’est pas complètement retranché : subissant des modifications essentielles, il se voit inséré à un autre moment de la diégèse. L’épisode de la tentative de séduction est donc expurgé de 72 :3, lb pour être décomposé et recomposé en deux parties : 72 :4, 99 et 72 :4, 102. La première comporte la tentative de séduction entreprise par Moira afin d’échapper temporairement à la vie du centre tandis que la deuxième, quelques pages plus loin, porte sur le résultat, soit le retour de Moira et la punition qui lui est infligée. La grille de lecture suivante permet de suivre ce phénomène de déstructuration/restructuration : les étapes successives que traverse un même passage sont matérialisées par une flèche horizontale tandis que la flèche verticale rend compte de l’ordre dans lequel différents passages se succèdent. Cette grille permet donc d’effectuer une lecture synchronique et diachronique14 :

22La première partie restructurée, soit 72 :4, 99, consiste en un dialogue qui a lieu entre les deux amies, Moira et la narratrice, dans l’espace et le temps restreint d’une visite aux toilettes. Moira fait part de son intention de s’échapper et du plan qu’elle a conçu : simuler le scorbut, séduire les deux gardiens dans l’ambulance. On reconnaît là sans peine des éléments de la version holographe 72 : l,[15v].

23Trois pages plus loin (72 :4, 102), on découvre les suites de cette tentative. A ce stade, l’exogenèse reprend le dessus puisque des éléments de l’article (“pasdars », photographie) sont réutilisés tandis que d’autres s’y ajoutent. Le retour de Moira se lit comme suit à travers la présentation synoptique qui inclut la dernière ligne de la grille de lecture précédente :

Article “Inside Khomeini’s Slaughterhouse »

Première version dactylographiée : 72 :4,102

Deuxième version dactylographiée : 73 :2,100

The whipping they gave her was so severe that...
(27è§)

They took her into the room that used to be the Science Lab, I found that out later.
It was a [o] room where none of us ever went willingly.

They took her into the room that used to be the Science Lab.
It was a room where none of us ever went willingly.

She had never seen feet so big. Most of them were wrapped in bloody bandages and swollen to twice their normal size.
(16è§)

Afterwards she could not walk for a week, her feet would not fit into her shoes, they were too swollen.

Afterwards she could not walk for a week, her feet would not fit into her shoes, they were too swollen.

The most common was a length of Steel cable which the prisoners said was not so bad as long as the end was not frayed... (26è§)
the bastinado-the whipping of the soles of the feet which seems to penetrate every nerve of the body. (16è§)

[They d] It was the feet they’d do, for a firest offence.

It was the feet they’d do, for a first offence.
˄They used Steel cables, frayed at the ends.˄

Elizabeth used to carry around a young housemaid... (27è§)
They also saved these people their sugar rations.
(25è§)

[Afet] After that the hands. They didn’t care what they did to your feet or your hands, even if it was permanent.
Remember, said Aunt Lydia. For our purposes your feet and your hands are not essential.
Moira lay on her bed, an example. <She shouldn’t have tried it, not with the Angels, Alma said, from the next bed over.> We had to carry her to classes. We stole extra paper packets of sugar for her, from the cafeteria at mealtimes, smuggled them to her, at night, handing them from bed to bed.
Probably she didn’t need the sugar but it was the only thing we could find to steal. To give.
I am still praying but what I am seeing is Moira’s feet, the way they looked after they’d brought her back. <Her feet did not look like feet at all. They looked like drowned feet, swollen and boneless, except for the colour. They looked like lungs.>

After that the hands. They didn’t care what they did to your feet or your hands, even if it was permanent.
Remember, said Aunt Lydia. For our purposes your feet and your hands are not essential.
Moira lay on her bed, an example. She shouldn’t have tried it, not with the Angels, Alma said, from the next bed over. We had to carry her to classes. We stole extra paper packets of sugar for her, from the cafeteria at mealtimes, smuggled them to her, at night, handing them from bed to bed.
Probably she didn’t need the sugar but it was the only thing we could find to steal. To give.
I am still praying but what I am seeing is Moira’s feet, the way they looked after they’d brought her back. Her feet did not look like feet at all. They looked like drowned feet, swollen and boneless, except for the colour. They looked like lungs.

  • 15 Ce terme désigne une “réécriture qui intervient après une interruption du geste scriptural, généra (...)

24On constate tout d’abord que les passages de l’article qui ont été sélectionnés par l’auteur sont issus de deux endroits de l’article et alternent de manière quasi régulière. On note ensuite le nombre important d’équivalences entre l’article et les versions dactylographiées, qu’elles se traduisent par du terme à terme (le fait de porter quelqu’un) ou au niveau du sens avec l’aspect enflé des pieds. L’équivalence laisse place à l’accentuation : ainsi, du sucre mis de côté devient larcin, ce qui a pour effet de lancer une nouvelle expansion narrative. Enfin, l’ajout « They used Steel cables, frayed at the ends », variante de lecture15, révèle que l’exogenèse ne va pas forcément de pair avec la première phase d’écriture mais qu’elle peut se manifester plus tardivement au cours de l’écriture.

25En revanche, on s’aperçoit que certains éléments sont soit rejetés, soit implicités : ainsi, les termes « whipping », « bastinado » qui sont mentionnés dans l’article ne sont-ils jamais utilisés dans les deux versions du manuscrit. Seuls l’instrument et le résultat sont mentionnés par l’auteur. Il revient une fois de plus au lecteur de faire la déduction grâce aux indices qui lui sont fournis. Apparaissant à plusieurs reprises, ce contraste entre l’explicite et l’implicite révèle la différence essentielle qui existe entre un article de journal et une oeuvre de fiction : là où l’article, dans une visée didactique, doit informer, expliquer, voire ouvrir les yeux des lecteurs, l’oeuvre de fiction peut rester dans l’implicite afin de promouvoir une lecture active, d’encourager le lecteur à établir des rapports, des parallèles, à faire des déductions.

26Au niveau de l’endogenèse, on assiste à une refonte du passage holographe 72 :1, [15v] qui consiste en une série d’étoffements. Ainsi, à l’unicité de la narratrice répond un nombre croissant de voix avec d’une part le dialogue entre la narratrice et Moira (72 :4, 99) et l’ensemble constitué par la narratrice, Aunt Lydia et Alma (72 :4, 102). De même, le personnage de Moira apparaît, qui vient endosser le rôle de la séductrice autrefois dévolu à la « ravel agent ». Enfin, un segment descriptif portant sur l’aspect méconnaissable des pieds torturés constitue le dernier ajout.

27C’est la correspondance entre la date du début de la rédaction du roman The Handmaid’s Tale et la date figurant sur une chemise foisonnant d’articles qui permet de se pencher sur l’étude de l’exogenèse. Et c’est plus particulièrement un article tiré de l'Observer qui retient l’attention. Dans un ordre de complexité croissante, trois types d’opération se dégagent : la sélection d’un passage de l’article qui est greffé et transformé, la sélection de deux passages qui suivent le même mécanisme et la sélection de plusieurs passages et de la photographie dans un phénomème qui mêle exo- et endogenèse. Dans chaque cas, on observe un tiraillement entre la volonté de rester implicite et la tentation de développer qui se traduit par des expansions narratives ou descriptives.

  • 16 Précédées d’une version holographe de trois pages, elles sont accompagnées d’une lettre datée du 2 (...)

28Un document intitulé “The Handmaid’s Tale -before and after » vient confirmer l’intérêt de cette étude. Dans les quatre pages dactylographiées16, l’auteur évoque la genèse d’un roman qui a été mis en route par la question “what if », résume le roman qu’elle voit comme une réponse à cette question et décrit le processus suivi :

As I wrote, I kept a clippings file, and into it went all sorts of oddments, from P.C.B levels in polar bears to collective hangings in seventeenth-century England. Many other things fed into the book as well: my reading of the Bible... my study of Puritan New England, land of my ancestors; my travels in Iran and Afghanistan; my interest in military tactics; even the Old Dutch Cleanser box of the 1940’s, showing a woman with a face-concealing hat and large stick... whose clothes I used as a model for my handmaids’ costumes. As I collected all these bits and pieces, I reflected that there isn’t much in the realm of human eccentricity and outrageousness that hadn’t already been done.

29Cette déclaration revêt une importance capitale : elle montre qu’un pan de la création littéraire a été nourri, influencé par la lecture d’articles de journaux. L’article de Colin Smith, extrait de l'Observer, ne constitue qu’une maille de l’écheveau génétique : afin de dévider le fil de la splendide synthèse que constitue The Handmaid’s Tale, il faudrait s’attacher aux autres éléments du « lu », mais aussi au « vu » (voyages) et au « su » (les Puritains de Nouvelle-Angleterre) de l’auteur.

Bibliographie

Bibliographie

Atwood, Margaret. Destroying Angels, ms and ts. Box 107. Atwood Papers. Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.
—. The Handmaid’s Tale, ms and ts. Boxes 72, 73, 83. Atwood Papers. Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.
—. « The Handmaid’s Tale »: Background Materials 1984-1988 ». Box 96. Atwood Papers. Thomas Fisher Rare Book Library. University of Toronto.
—. The Handmaid’s Tale. 1985. Toronto, Seal, 1986.

Biasi (de), Pierre-Marc. « La critique génétique ». Introduction aux méthodes critiques pour l’analyse littéraire. Dir. Daniel Bergez. Paris, Bordas, 1990.

Grésillon, Almuth. Eléments de critique génétique. Paris, PUF, 1994.

Mitterand, Henri. « Programme et préconstruit génétiques : le dossier de l'Assommoir ».Essais de critique génétique. Dir. Louis Hay. Textes et manuscrits. Paris, Flammarion, 1979.

Smith, Colin. « Inside Khomeini’s Slaughterhouse ». Observer 6 May 1984: 9.

Thompson, Lee Briscoe. Scarlet Letters: Margaret Atwood’s The Handmaid’s Tale. Toronto, ECW, 1997.

Notes

1 Sise à l’université de Toronto, la bibliothèque abrite la collection des Atwood Papers : acquis depuis les années 70, les manuscrits et autres documents liés à la production littéraire de Margaret Atwood ont été classés avant d’être incorporés dans 207 boîtes qui forment une longueur de 30 mètres. Les citations extraites des manuscrits sont reproduites avec l’aimable autorisation de Margaret Atwood.

2 On ne fera pas grand cas de la boîte 83 qui comprend à la fois la copie éditée, les épreuves annotées et les épreuves en placard puisqu’elle n’apporte aucun élément nouveau par rapport à la dernière copie.

3 Lee Briscoe Thompson, Scarlet Letters: Margaret Atwood’s The Handmaid’s Tale (Toronto: ECW, 1997) 11.

4 Les deux lettres se trouvent dans la boîte 107 intitulée “Destroying Angels ».

5 Helen Dudar, “No Balm in Atwood’s Gilead, » Wall Street Journal 12 Feb. 1986 : 28.

6 En fait, l’article est présent sous deux formes : l’original et la photocopie. Il manque à l’original la photographie qui est présente sur la photocopie. Afin d’avoir l’article dans son intégralité, c’est la photocopie qui a été reproduite, d’où la mauvaise qualité. A noter d’ailleurs que l’original et la photocopie se trouvent dans deux chemises différentes à l’intérieur de la boîte 96.

7 Colin Smith, “Inside Khomeini’s Slaughterhouse, » Observer 6 May 1984: 9.

8 “‘What garden are you in ?’, somebody would ask and that way they would travel around the country telling one another of the places they had visited, the picnics they had enjoyed. » Colin Smith, “Inside Khomeini’s Slaughterhouse, » Observer 6 May 1984 : 9.

9 La boîte 72 comporte huit chemises contenant la première version, holographe, suivie de la deuxième version, dactylographiée. Quant à la boîte 73, elle cumule un total de quatorze chemises dont le contenu se répartit entre une troisième version, dactylographiée, et un dactylogramme édité.

10 AP 72 :2, [55r] : les initiales qui désignent le nom de la collection (Atwood Papers) sont suivies du numéro de la boîte, de ceux de la chemise et de la page. Quelquefois, l’auteur a son propre système de pagination. Pour remédier à une absence éventuelle, ma pagination se signale par des crochets (r pour recto, v pour verso). Nul besoin ici de de citer les versions ultérieures à cette version holographe puisqu’elles subissent des changements superficiels.

11 Pour chaque passage, des transcriptions linéarisées ont été établies : ce qui est placé entre [ ] représente une biffure, entre < > un ajout interlinéaire (dans l’interligne ou les marges), entre ˄ ˄ un ajout dont l’emplacement est indiqué par l’auteur ; un point signale une lettre illisible. L’orthographe a été respectée.

12 Le mot n’est pas employé dans l’article ; on peut néanmoins supposer que le “komiteh » ou Q.G local est pourvu de cellules.

13 Pour cet exemple, trois états ont été pris en compte ; il s’agit de la première version, holographe (72 :1,15-17), de la deuxième, dactylographiée (72 :3,35-36) et de la troisième, dactylographiée (73 :2,36-38), elle aussi.

14 Les lettres entre parenthèses font référence au type de document manuscrit qu’il soit holographe, dactylographié ou photocopié.

15 Ce terme désigne une “réécriture qui intervient après une interruption du geste scriptural, généralement après une relecture ; sa place se situe dans l’espace interlinéaire ou dans les marges » (Grésillon 246).

16 Précédées d’une version holographe de trois pages, elles sont accompagnées d’une lettre datée du 2 novembre 1986 adressée à Beth Davey : AP 96 : 11.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteur

Enseigne comme ATER à l'Université des Sciences Humaines de Strasbourg. Doctorante à l'Université de la Sorbonne Nouvelle et allocataire de recherche (Ministère français de l’Education Nationale) du Centre d’Etudes Canadiennes de l’Université de Paris III, elle a aussi bénéficié d'une Bourse du Gouvernement du Canada qui lui a permis de mener à bien des recherches pour sa thèse. Elle travaille sur les éléments visuels dans les romans de Margaret Atwood.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search