Version classiqueVersion mobile

Margaret Atwood

 | 
Jacques Leclaire
, 
Jean-Michel Lacroix

Introduction

Jean-Michel Lacroix

Texte intégral

1Sans doute l'oeuvre de Margaret Atwood a-t-elle suscité d'innombrables études critiques et on peut s'interroger sur les raisons de publier un livre au-delà des circonstances conjoncturelles d'une inscription de The Handmaid's Tale aux programmes des concours de recrutement du CAPES et de l'Agrégation d'anglais de 1999.

2Faut-il encore interpréter le sens de ce choix des présidents de jurys ? C'est assurément vouloir reconnaître l’excellence de la littérature canadienne d'expression anglaise. C'est la deuxième fois depuis l'inscription du Stone Angel de Margaret Laurence en 1982.

3Depuis le début des années 1970 les pionniers des études canadiennes en France ont développé une connaissance pluridisciplinaire du Canada. Historiens, géographes, francisants et anglicistes spécialisés dans l’étude de la littérature ou de la civilisation nord-américaine se sont pleinement investis dans des activités d'enseignement et de recherche sur cette aire culturelle qui ne cesse de s'interroger elle-même sur sa spécificité par rapport aux Etats-Unis. Ces universitaires se regroupent au sein de l'AFEC (Association Française d'Etudes Canadiennes), créée en mai 1976, mettent en place des centres d'études canadiennes (au nombre de 17 aujourd’hui), lancent une revue Etudes Canadiennes/Canadian Studies en décembre 1975 (qui en est à son 44è numéro), organisent régulièrement divers colloques chaque année.

4Le Canada, cette « Amérique différente », a produit, en tout cas, une littérature encore trop longtemps méconnue même au regard de ces autres nouvelles littératures en anglais qui ont eu leur prix Nobel. Le Canada n'a pas encore connu son Patrick White ou son Wole Soyinka même si certains noms sont régulièrement mentionnés dans la course à une distinction qui d'emblée assure d'une grande visibilité.

5Et pourtant la reconnaissance de l'oeuvre de Margaret Atwood n'a pas attendu la sélection par un jury de concours, a fortiori de recrutement de futurs enseignants du second degré ou du supérieur. La production polyphonique de Margaret Atwood parle d'elle-même depuis plus de 30 ans. Elle se caractérise par la régularité, l'abondance, la variété et la richesse. La première reconnaissance est l'obtention du prix du Gouverneur-Général pour son recueil de poésie, The Circle Game en 1966. L'auteur(e) jouit maintenant au Canada d'une très grande célébrité et sa réputation a largement dépassé les frontières du pays d'origine. On en jugera par les éditions parues dans plus de 25 pays et notamment en Angleterre, ou par le nombre des traductions à l'étranger, dans plus de 20 langues et notamment en français. Elle a fait l'objet d'innombrables interviews, a beaucoup voyagé et a participé à toutes sortes de manifestations et de colloques. Tout ceci pour dire que même si les canadianistes revendiquent Atwood comme l'un des grands auteurs canadiens, l'oeuvre n'est pas marquée par les stigmates d'une littérature provinciale empêtrée dans des références locales. Margaret Atwood n'est canadienne que par la nationalité. Les personnages ou les lieux choisis n'ont rien de canadien et nous avons bien affaire à une littérature de portée universelle qui dépasse les frontières d'un ici ou d'un maintenant clairement identifiés. Sans doute l'écriture choisie donne une tonalité particulière qui a pu faire classer cette production dans le courant post-colonial ou post-moderne. A moins qu'en fin de compte le mode de l'ironie si souvent retenu par l'auteur ne soit une spécificité distinctive de la littérature canadienne.

6Le texte proposé aux « préparationnaires » des concours de CAPES et d'Agrégation n'a pas pour seul but évidemment de faire découvrir le monde canadien d’autant que, relié à l'Utopie de Thomas More, il est proposé pour étude en liaison avec le thème de l'utopie et de la contre-utopie. Le choix d'un roman et de celui-là en particulier peut aussi donner lieu à de longs commentaires. Il nous importera plutôt de dire quelle lecture les auteurs d'articles rassemblés ici ont voulu suggérer.

7 The Handmaid's Tale, publié en 1985, a obtenu le prix du Gouverneur-Général pour la meilleure oeuvre de fiction de langue anglaise au Canada et s'est vu décerner en Grande-Bretagne le prix Arthur C. Clarke pour la meilleure oeuvre de science-fiction. Très bien accueilli aussi aux Etats-Unis, ce roman a souvent été classé comme appartenant au genre de la dystopie, de la fiction spéculative ou de cette branche de la science-fiction qualifiée de fiction du futur proche (near future fiction). Mais cette oeuvre d'anticipation n'a pas que valeur de prophétie. C'est aussi un témoignage d’une étonnante actualité sur notre monde contemporain. On y retrouve la dénonciation implacable de tous les régimes d'oppression, d'enfermement ou d'exclusion, qu'il s'agisse de l'Afghanistan, de l'Afrique du Sud, du Cambodge, de l'Iran ou du Vietnam. L'inscription du récit aux Etats-Unis plutôt qu'au Canada permet sans doute d'évoquer la tyrannie du puritanisme ou de l'esclavage, l'intolérance du maccarthysme ou de la Majorité morale. Epris de consensus et hostile à tout extrémisme, le Canada apparaît ainsi comme une Amérique idéale, terre d'utopie s'il en est, et donc lieu de survie pour toutes les victimes opprimées de l'état dystopique. Le point de vue féminin qui caractérise aussi la narration permet assurément de démarquer ce roman des utopies ou des dystopies classiques. En s'attachant à redonner la parole aux femmes privées de voix, The Handmaid's Tale peut ressortir au courant de l'écriture féministe ou tout au moins féminine.

8Les tout premiers articles critiques consacrés à The Handmaid's Tale ont, en effet, surtout mis l'accent sur la dystopie et le féminisme. Mais sans doute convient-il de nuancer. La plupart des contributions proposées dans ce recueil collectif ont voulu privilégier tout ce qui relève du récit et de l'écriture. Au-delà de ce que peut inspirer un parallèle évident entre les conditions de vie de certaines sociétés répressives et le monde de Gilead, il paraît plus intéressant d'analyser les conditions de production et d'établissement du texte. En s'appuyant sur une étude précise et serrée des coupures de presse des années 1980 contenues dans les boîtes d'archives de la Thomas Fisher Rare Book Library de Toronto (qui possède la collection des Atwood Papers et les manuscrits de The Handmaid's Tale), Emmanuelle Brunet établit une concordance entre les articles journalistiques et les premières phases de la rédaction en 1984. L'écriture atwoodienne « à processsus » s'engendre au fur et à mesure de sa composition, comme le montre cette étude de l'exogenèse. Les éléments préparatoires extérieurs à l'oeuvre qui ont servi de sources premières ont été appropriés par l'auteur pour s'inscrire dans les manuscrits en les informant. Enfin, l'endogenèse, c'est-à-dire la production et la transformation des états rédactionnels, crée à son tour un jeu subtil de l'explicite et de l'implicite et permet ainsi une lecture active qui encourage le lecteur à établir des rapports et des liens.

9Après s'être interrogé sur l'emprise de l'actualité sur les états du texte, il pouvait être tentant, comme l'a fait Coral Ann Howells, de retrouver dans des oeuvres antérieures à The Handmaid's Tale des thèmes déjà annoncés. Celui de la survie qui constitue le centre de Survival (1972) est assurément présent dans le roman postérieur qui nous occupe ici. Il est bien question de survie individuelle et collective face aux agressions d'une wilderness technologique caractéristique de la fin du XXe siècle, même si l'évocation du cauchemar nord-américain futuriste au sud de la frontière n'est qu'une allusion ironique à la domination de l'imaginaire canadien par les Etats-Unis. Intéressante aussi à ce titre est la vision de l'Arctique cautionnant un deuxième scénario futuriste. The Handmaid's Tale traite bien de la stratégie de survie d'Offred. Il y a tentative de réappropriation par Offred de l'environnement et message de libération. Le pouvoir du discours est bien rappelé grâce au message reconstruit d'Offred qui, resitué deux siècles plus tard, assure la survie de sa voix.

10L'analyse d'Hélène Greven-Borde porte sur l'espace dystopique et la dialectique de l'inclusion. Dans le droit fil de la tradition du récit utopique et des récits de captivité des Puritains de Nouvelle-Angleterre, le schéma d'inclusion qui régit le système utopique est redéfini en reprenant la formule de la triade suggérée par H. Schulte-Herbrüggen : isolement dans le temps ou l'espace, sélection des principes ayant présidé à la création du monde extraordinaire et perfection des résultats obtenus. Madame Greven-Borde insiste sur la superposition de deux visions, celle qui relève de la tradition utopique et celle de la pensée conservatrice. On voit coexister un dedans protecteur et un dehors rude et hostile mais aussi, au terme d'un renversement du récit d'anticipation dystopique, le dedans étouffant incite le rebelle à l'exil vers un dehors libérateur. La valorisation du point de vue de la narratrice permet à Offred, captive d'un topos à la fois protecteur et anxiogène, de rappeler sa tentative de fuite vers le Canada et son désir de survivre au sein d'un espace hostile. La présence d'une narratrice captive venue d'ailleurs, située en retrait par rapport au centre, autorise la fragmentation du cercle. La manipulation du schéma spatio-temporel de la dystopie encourage l'éclatement de la vision organisatrice au profit de la sphère humaine.

11Le fil rouge de cet ouvrage est d'analyser les jeux de pouvoir, qu'il s'agisse du pouvoir politique des oppresseurs dans des régimes totalitaires, des théocraties ou des dictatures, ou du pouvoir machiste dans un monde dominé par les hommes et où le corps féminin est aussi enjeu de pouvoir. Certes l'exploitation de la femme, sa démarche de libération, l'écriture du corps tiennent une place centrale dans le roman. Mais c'est plutôt des stratégies narratives et du pouvoir subversif de l'écriture dont nous avons voulu parler.

12L'article de Jacques Leclaire est significatif à cet égard puisqu'il se distancie par rapport à une lecture exclusivement centrée sur une dystopie féminine/féministe et qu’il privilégie la dimension parodique. La déstabilisation du langage est métonymie de la déstabilisation du monde normal et le lecteur est conduit à remettre en cause le sens des mots de la vie courante. La prolifération des néologismes et des euphémismes, le détournement des citations déconstruites attestent cette réflexivité du langage devenu carnaval. The Handmaid's Tale est le récit de son écriture. Artifice du récit, le roman est métaroman. Ainsi les liens entre narratrice et lecteur/lectrice, entre réalité et fiction ont pour principale valeur d'être stratégie de libération. Le jeu des affirmations déconstruites, niées puis reconstruites exprime le combat pour la survie, contre le désarroi et l'oppression. Mais, comme le rappelle Leclaire, la dystopie condamnant les intégrismes et le totalitarisme est plus prétexte ou masque que forme ultime. Ce roman explore le jeu du pouvoir entre individus, entre individus et société. Le seul parcours établi par le texte est bien celui de la démarche de résistance et de libération dans le jeu du pouvoir grâce à la puissance du verbe. La lutte pour le pouvoir a pour corollaires obligés la lutte contre la violence et le combat pour la liberté.

13Dans la même perspective, Marta Dvorak établit le lien entre l'art et la politique puisque, par définition, l'écriture n'est jamais a-politique. Il y a chez Atwood une évidente satire des jeux du pouvoir, que ce soit entre sexes, races, classes ou nations. La lecture, elle aussi, est politique. Marta Dvorak affirme clairement le rôle essentiel du lecteur dans son analyse des stratégies narratives de l'auteur pour à la fois contrôler et fasciner le lecteur tout en lui donnant l'immense pouvoir d'être co-créateur de sens. Le recours fait à l'intertextualité, à la métafiction, à la déconstruction et à la reconstruction, à l'ironie et à la parodie situe Margaret Atwood au-delà d'un contexte national, politique ou artistique particulier et la place dans le courant post-moderne où sont remises en cause toutes les formes d'autorité y compris celle du narrateur.

14Le texte de Marlene Dolitsky travaille la relation entre narrateur/narratrice et narrataires. Dans un récit à la seconde personne les narrataires jouent un rôle d’alter ego qui permet de mieux comprendre Offred et qui conduit aussi Offred à mieux se comprendre. L’étude de Madame Dolitsky nous propose une réflexion intéressante sur le jeu du je, du nous et du vous.

15Les préoccupations pour les questions de forme sont largement partagées par Rowland Smith qui insiste sur la place centrale de l’ironie dans un roman qui offre des commentaires sur la condition de la femme dans la société du XXe siècle ou sur les conflits entre ceux qui ont du pouvoir et ceux qui n’en ont pas mais qui a surtout le don de présenter des situations banales et absurdes de façon apparemment sérieuse. Les études critiques qui se sont concentrées sur l’interprétation psychanalytique et féministe du roman ont fait fausse route en plaquant artificiellement une théorie générale sur un texte qui mérite une analyse plus serrée. La démarche à privilégier pour comprendre The Handmaid’s Tale est bien celle qui prend ses distances vis-à-vis des certitudes dogmatiques et qui rétablit la riche complexité et la pleine humanité des plaisirs simples.

16Sans doute le désir de renouveler les approches critiques justifiet-il la collaboration de Sonia Mycak qui, aprés avoir rappelé l’épuisement des interprétations marxistes, des théories post-coloniales ou post-modernes, propose une lecture psychanalytique. Jusqu’à présent on a trop mis l’accent sur la réalité sociale et sur la complexité des rapports entre les personnages mais pas assez sur la construction de l’identité et du moi. Les relations de pouvoir se forment en effet dans un cadre familial avant d’opérer dans un contexte social. L’étude de Dominique Vinet puise dans les trésors de la psychanalyse pour offrir une lecture précise du roman dont la structure et le contenu présentent une forte analogie avec le récit d’un analyseur. Récit oral de type spéculaire, The Handmaid’s Tale fonctionne comme un palimpseste. L’entreprise de Vinet consiste à déconstruire le fantasme pour tenter de comprendre le travail de l’inconscient en amont de la représentation du monde qu’il nous en donne. « Le récit éclaté des nuits d’Offred offre une modalité de parole permettant un affleurement des zones obscures de l’histoire de notre sujet dans un espace dit — non dit —, un espace vacant bordé de langage, recouvert et travesti, mis en scène et déguisé ». Vinet étudie le roman comme parodie du conte et se centre sur le complexe oedipien et l’interdit primordial. Le désir de pénis a pour corollaire le désir de dérober le stylo du père. « Pen is envy = penis envy ». Au-delà du message politique dénonçant sur un mode ironique le cynisme totalitaire, Offred montre un paysage psychique offrant un terreau propice aux manipulations qui placent au premier plan le pouvoir du discours inconscient du texte.

17Pour conclure provisoirement ou plutôt pour ne pas conclure, osons ajouter que dans le régime ironiquement appelé dans le Conte de la servante, la République de Galaad, la parole perdure au-delà de la fin (?) différée d’une oeuvre qui refuse la clôture et constitue ainsi la meilleure réponse pour combattre le silence et la nuit.

Auteur

Professeur de civilisation nord-américaine à la Sorbonne Nouvelle/Université de Paris III, y dirige le Centre d'études canadiennes (équipe d’accueil 177) et le DEA de civilisation nord-américaine. Président de l'Association française d'études canadiennes, il est actuellement Recteur de l'Académie de Besançon. Il a publié de très nombreux articles sur le Canada et sur les États-Unis et il compte parmi ses derniers ouvrages : Métamorphoses d'une utopie ; le pluralisme ethnoculturel en Amérique du Nord, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1992 ; La Guerre du Vietnam et l'opinion publique américaine (1961-1973), 2è ed., 1992 ; Canada et Canadiens, Presses Universitaires de Bordeaux, 3è ed., 1994 et Histoire des États-Unis, Paris, PUF, 1996.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search