Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Guerre du Vietnam et l’opinion publique américaine (1961-1973)

 | 
Jean Cazemajou
, 
Jean-Michel Lacroix

II. — L’éventail des opinions publiques

La guerre du Vietnam et l’économie américaine

Sylvia Ullmo

Texte intégral

  • 1 Philip Foner, American Labor and the Indo-China War. NY, International Publishers, 1971, p. 22 et A (...)

1Les Présidents Johnson et Nixon auraient-ils perdu le soutien du public américain parce qu’ils ont perdu le contrôle de l’économie ? Philip Foner souligne ainsi que les premières fissures dans l’approbation quasi unanime des syndicats américains à la politique étrangère de Johnson étaient apparues avec la montée de l’inflation et de la pression fiscale qui rognaient les bénéfices conquis dans les négociations salariales.1

2Il est tout à fait remarquable, en effet, qu’au moment où le Président Johnson annonçait sa décision de porter les effectifs des soldats américains basés au Vietnam à 525 000 et d’intensifier les bombardements sur le Nord-Vietnam, un sondage Gallup faisait apparaître que pour 60 % des Américains, la plus grave préoccupation était la montée de l’inflation. Les prix pourtant n’avaient, cette année-là, augmenté « que » de 2,9 %. Ce chiffre peut aujourd’hui paraître dérisoire, après ce que les économies des pays développés ont connu dans les deux décennies suivantes. Mais il s’agissait bien là d’un moment charnière, d’une rupture avec les comportements profonds de l’économie américaine de l’Après-guerre.

La prospérité du vainqueur

3Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’économie américaine jouissait d’une prospérité sans ombre : l’explosion de la consommation qui accompagne le retour de l’économie de paix put être satisfaite sans qu’aucun effet pervers ne vînt la troubler. On avait craint à la fin des hostilités une flambée des prix comparable à celle qui s’était produite en 1918-1919. Mais les capacités de production américaines, fortement accrues pendant l’effort de guerre, avaient permis un ajustement de la production à l’accroissement de la consommation intérieure et des exportations. Des plans de formation professionnelle rapidement réalisés, avaient permis de reconvertir les G.I.s dans l’économie de paix. Il n’était donc pas apparu de pression trop forte sur les salaires. La guerre avait ainsi relancé la production et l’emploi sans que l’inflation ne vienne réduire les bénéfices de la prospérité.

4Lorsqu’un certain essoufflement de l’économie apparut au début des années 50, la guerre de Corée vint à point nommé pour stimuler l’activité économique. Quand des signes de surchauffe semblèrent menacer l’économie, entraînant une flambée des prix, un resserrement de la politique monétaire suffit à juguler le processus. Entre 1954 et 1958 enfin, l’explosion du marché de l’automobile et de la construction prit le relais de l’économie de guerre.

5La preuve semblait avoir été donnée, que les guerres stimulent l’économie et sont bénéfiques au capitalisme : la Deuxième Guerre mondiale n’avait-elle pas tiré les Etats-Unis de la Dépression mieux que les politiques du New Deal n’avaient su le faire ?

6Les options politiques liées à la Guerre Froide trouvaient une justification dans ce soutien permanent qu’elles procuraient à la prospérité nationale. Les dépenses militaires restèrent relativement élevées pendant l’ensemble des années 50 à 13,3 % du PNB en 1952 et 1953 (les années de la guerre de Corée), et se maintenant autour de 9 % jusqu’en 1960. La progression constante du revenu per capita pendant cette décennie fut liée à la poursuite des dépenses militaires, et même les économistes « libéraux » se consolaient à l’idée qu’après tout le système fonctionnait sur un mode keynesien.

7Dans ce contexte tout à la fois favorable à « une économie de guerre permanente », et confortablement rassurant sur la santé économique de la nation la plus prospère, la conduite d’une politique économique ne constituait pas une difficulté très grande : la grande boussole était fournie par la fameuse « courbe de Phillips », cette relation fonctionnelle démontrée par Phillips en 1952, selon laquelle le chômage et l’inflation se développaient de façon inversement proportionnelle. L’objectif était donc de maintenir l’activité économique autour de deux chiffres-clés, l’inflation à 2 % et le chômage à 4 %.

  • 2 En 1961, Kennedy avait demandé 2,3 milliards de dollars pour la construction d’écoles et pour le sa (...)

8On sait combien la première moitié des années 60 fut prospère, puisque 21 trimestres de croissance se succédèrent de façon ininterrompue. Les « Cinq Glorieuses » avaient débuté par une dépression assez sérieuse que le jeune Président Kennedy jugula par une politique très keynesienne de dépenses sociales : en 1961, de généreuses dotations furent accordées à la recherche scientifique, l’éducation, la formation professionnelle et le logement social. De même, Kennedy chercha à stimuler l’investissement par une politique de réduction des impôts. Le Budget fédéral devait ainsi basculer d’un excédent de 500 millions de dollars en 1960 à un déficit de 3,4 milliards.2

9Dans l’optimisme général lié à la prospérité que l’on croyait ne devoir jamais finir, il devenait plus facile de considérer que l’abondance devait « percoler » jusqu’aux plus défavorisés. John Kennedy imagina qu’il était temps pour la nation la plus riche du monde de déclarer une « guerre inconditionnelle à la pauvreté ». Il est vrai que la pression par les Noirs revendiquant leurs droits civiques laissait craindre que les explosions raciales ne fissent tâche d’huile. Mais, la coalition au Congrès de députés républicains et de Démocrates sudistes conservateurs bloqua une grande partie des initiatives de Kennedy qui vit l’échec de son projet de Medicare, et la réduction de 33 % de son budget d’aide aux pays sous-développés.

Le prix des canons

  • 3 Statistical Abstract of the US, 1980, N° 75, p. 439. « GNP in Current and Constant 1972 Dollars ».

10La prospérité des années 60 signifiait, entre autres choses, un remarquable gonflement du PNB américain qui passa de 506 milliards de dollars en 1960, à 688 milliards en 1965 et à 982 milliards en 1970.3

  • 4 Paul Kattenburg, The Vietnam Trauma in American Foreign Policy, 1945-1975, Transaction Books, 1982, (...)
  • 5 Statistical Abstract of the US, 1990, p. 366, N° 546, Estimate of Total Dollar Costs of American Wa (...)

11L’aide militaire et économique au Sud-Vietnam depuis 1956 pouvait bien passer inaperçue avec ses 230 millions de dollars annuels. (1957 = $ 236 M ; 1958 = $ 218 M ; 1959 = $ 177 M.) Certes, l’aide à la guerre française en Indochine, entre 1950 et 1954, avait déjà coûté 3,5 milliards de dollars4. Mais tout cela n’était que broutilles. La Seconde Guerre Mondiale avait coûté un peu plus de 86 milliards de dollars, et la guerre de Corée, plus de 69 milliards.5

  • 6 « Fourth and finally, America’s stake in Vietnam, in her strength and in her security is a very sel (...)
  • 7 Walter Capps, The Unfinished War, Beacon Press, Boston, 1982, p. 46, et Stanley Karnow, Vietnam, Vi (...)

12En juin 1956, le Sénateur John F. Kennedy définissait « l’enjeu de l’Amérique au Vietnam » en quatre points : clé de voûte et laboratoire de la démocratie, le Vietnam constituait un test de la détermination et du sens des responsabilités des Etats-Unis. Et, dans un moment d’intuition bien inconsciente, Kennedy concluait que cet enjeu pourrait s’évaluer en termes de vies américaines et de dollars...6 Dès la première année de son mandat, John Kennedy accepta donc de porter le nombre des « conseillers » américains au Vietnam à 9.000 puis à 11.000 l’année suivante. Le montant de l’aide directe au Vietnam (127 millions de dollars) fut portée à 185 millions de dollars en 1960. Mais l’ensemble de la présence américaine au Vietnam coûtait déjà 400 millions de dollars.7

13L’Amérique avait ouvert prudemment les cordons de sa bourse, mais très vite le coût de la guerre perdrait toute retenue.

14On sait les étapes de l’escalade américaine au Vietnam : 25 000 Américains (dont 20 000 « conseillers ») au Vietnam en 1962 ; 75 000 au début de 1965 et près de 200 000 à la fin de 1965. En septembre 1966, lorsque le Général de Gaulle lança son fameux discours de Phnom Penh, objurguant les Américains de se retirer du Vietnam, les effectifs américains étaient passés à 400 000 hommes. L’année suivante, ils étaient 500 000, le sommet étant atteint en décembre 1968 (540 000), le retrait progressif commençant en juin 1969 avec le départ de 28 000 hommes. La « vietnamisation » de la guerre devait très vite ramener les effectifs à 330 000 hommes à la fin de 1970 et à 140 000 hommes à la mi-juillet 1972. Le dernier Américain quitta le Vietnam le 27 janvier 1973. Trois millions d’Américains avaient ainsi été amenés à prendre part au conflit vietnamien.

  • 8 Statistical History of the US, p. 1140, Series Y 849-855.

15L’importance des effectifs américains au Vietnam ne rend évidemment pas compte du coût global de la guerre. Les chiffres glanés ici et là sont d’ailleurs extrêmement divergents : Stanley Karnow estime que la guerre, entre 1965 et 1973 a coûté environ 120 milliards de dollars (Vietnam, p. 22). Le Statistical Abstract of the US fournit le même chiffre. Le Statistical History of the US qui chiffre les « veteran benefits » à 220 milliards de dollars, estime que la guerre du Vietnam en 1970, coûtait déjà 352 milliards de dollars.8

16Paul Kattenburg qui fait une analyse plus détaillée arrive au total de 172,2 milliards de dollars.

  • 9 Department of Defense: War Related Costs over Fiscal Years 1965-1972, extrapolated from Secretary o (...)
  • 10 « US Economic Assistance to Vietnam, 1954-1975 » in « US Overseas Loans and Grants, Vietnam Program (...)

Fiscal year

War & other DOD support programs
($ billions)
9

Economic & supporting Assistance
($ million)
10

Total
($ billions)

1965

5

275

5.3

1966

20

737

20.7

1967

30

568

30.6

1968

35

537

35.5

1969

30

414

30.5

1970

23

477

23.5

1971

15

576

15.6

1972

10

455

10.6

17Kattenburg ajoute qu’en réalité il est extrêmement difficile d’obtenir une information précise sur le coût total de la guerre du Vietnam. Cela est d’autant plus vrai qu’une partie des données se trouvent cachées dans les statistiques sur l’aide extérieure, et qu’une partie non négligeable se trouve enfouie dans les colonnes réservées aux « veterans ». La guerre, on le sait, n’a pas seulement fait près de 58 000 morts américains. Elle a également fait 304 000 blessés pour qui les séquelles physiologiques (notamment du fait de l’Agent Orange) ne sont pas encore résorbées. D’autre part Stanley Karnow estime que la guerre a laissé quelque 700 000 anciens combattants atteints de désordres psychiques graves dont les effets sont difficilement chiffrables en termes de coûts officiels.

  • 11 Statistical Abstract of the US, 1980, p. 329, No 351 « Social Welfare Expenditures under Public Pro (...)

18Mais énoncer le seul coût global de la guerre n’a qu’un intérêt limité. Il convient évidemment de placer ces chiffres en perspective : pendant ces années cruciales, le budget de la défense a, grosso modo, représenté 45 % à 50 % du Budget fédéral, passant de 53,2 milliards de dollars en 1965 à 87,2 milliards en 1970, dont 20 à 25 milliards annuels étaient absorbés par le Vietnam. Or, les dépenses sociales (fédérales + locales) pour 1965 étaient de 77,52 milliards de dollars et, en 1970, de 145,9 milliards, l’Etat fédéral ne déboursant pour ces années-là que 37,7 milliards et 77,3 milliards de dollars respectivement.11 Kattenburg observe que si les quelque 20 à 35 milliards de dollars annuels des années-clés de la guerre du Vietnam avaient été dépensés à l’intérieur du pays, ils auraient permis de réaliser la rénovation de la totalité des grandes villes américaines. Il n’est toutefois pas sûr que le public américain aurait accepté de tels transferts sociaux, là où il semble avoir acquiescé à la dépense militaire.

19Car le Congrès qui avait été si vigilant pour empêcher le Président Kennedy de mettre en œuvre ce qui était considéré comme une coûteuse politique sociale, ne semble pas avoir exercé une vigilance particulièrement grande pour les dépenses liées au Vietnam. Il apparaît en effet que, jusqu’en 1965, l’Administration n’a pas eu de problème pour couvrir l’augmentation des dépenses militaires, le Pentagone et l’Office of Management ayant eu recours à divers subterfuges pour cacher partiellement au moins le coût de la présence américaine au Vietnam. La situation ne devint critique pour l’Administration que du fait de la coïncidence de l’augmentation très brutale du coût de la guerre liée à l’intensification des bombardements du Nord-Vietnam, et de l’extension prise par le programme de « guerre contre la pauvreté » commencé par J.F. Kennedy, poursuivi et développé par Johnson. Devant les très sérieux risques de surchauffe de l’économie, l’action du Congrès enfin ne tendit qu’à contraindre le Président Johnson à rogner sur les programmes sociaux de la « Grande Société », en le plaçant devant la nécessité de choisir entre « le beurre et les canons ».

La « Grande Société » du Président Johnson

20Après l’assassinat de John Kennedy, Johnson devenu Président annonça dans son premier discours sur l’Etat de l’Union qu’il était déterminé à livrer une guerre sans merci à la pauvreté en Amérique. En cette année 1964 une définition statistique de la pauvreté était donnée pour la première fois, le seuil de pauvreté correspondant à un revenu annuel de 3 000 dollars : 20 % de la population américaine étaient parmi les laissés pour compte de la grande prospérité.

21Johnson, beaucoup plus habile que Kennedy à manier le Congrès américain, poussa très rapidement ses pions : il se gagna d’abord les bonnes grâces du Congrès en réduisant un certain nombre de dépenses, dans l’intention affichée de réduire le déficit budgétaire qui était devenu récurrent sous Kennedy. Mais en même temps il fit voter le Tax Reduction Bill enterré depuis la session parlementaire précédente, tout en se faisant accorder 3,2 milliards de dollars pour son programme d’aide extérieure.

22L’année 1964 devait voir voter les deux lois les plus importantes de cette décennie, le Civil Rights Act que Kennedy avait largement fait préparer, et l’Economic Opportunity Act qui définissait un programme d’action sociale sur trois ans et créait, outre l’Office of Economic Opportunity, les programmes de « Job Corps » et de « Community Action » ainsi que le « Domestic Peace Corps ». Pour l’année 1965, ces programmes étaient dotés de 947,5 millions de dollars.

23La pauvreté dans les années 60 frappait particulièrement trois catégories de citoyens américains : les personnes âgées, les Noirs, et les habitants de certaines régions, comme les Appalaches. C’est pourquoi l’action de l’Administration Johnson en 1965 fut orientée vers ces trois groupes, plus un quatrième qui commençait à susciter de graves préoccupations, les jeunes chômeurs.

24En 1965 donc, un certain nombre de lois furent votées en même temps que des crédits étaient prévus : ainsi, The Appalachia Regional Development Act recevait 1,1 milliard de dollars. The Housing and Urban Development Act attribuait 2,9 milliards de dollars à la construction de 240 000 logements sociaux, et en avril, The Elementary and Secondary Education Act donnait 1,3 milliard aux établissements scolaires fréquentés par des enfants de familles modestes ou nécessiteuses. Ces mesures furent prolongées l’année suivante où 3,9 milliards furent accordés pour l’enseignement supérieur et 6,1 milliards de dollars pour améliorer les écoles publiques.

25Un Amendement à la loi sur la Sécurité Sociale de 1935 créa le Medicare en juillet 1965. L’année suivante des mesures complémentaires permirent d’augmenter les retraites et d’étendre la couverture sociale à 24 millions de salariés. En 1966 également, le salaire horaire minimum fut porté à 1,60 dollar, pour 30 millions de salariés, en même temps qu’il fut appliqué à 8 autres millions de travailleurs du textile notamment, qui ne bénéficiaient pas encore de cette réglementation.

  • 12 Social Spending under Public Programs (Federal + States), Statistical History of the US, Series H1- (...)
  • 13 Statistical History of the US, Series H 346—367, Public Assistance Payments, p. 356.
    1960: $ 3,795 m
    (...)

26Sous l’impulsion de ces différentes mesures, la part des dépenses sociales dans l’ensemble du PNB allait croître désormais sans jamais fléchir, passant de 11,8 % du PNB en 1965 à 15,3 % en 1970.12 Encore faut-il constater que les sommes véritablement consacrées à l’aide sociale sont loin de constituer l’essentiel de ces dépenses, même si elles ont augmenté de façon considérable dans le courant des années 60.13

« Guns and butter... »

27Pendant les années 1965-1970, la croissance américaine resta vigoureuse (en moyenne 3,3 %) ; mais beaucoup moins que celle des pays du Marché Commun (France = 5,8 % ; Allemagne = 4,5 %) ou que le Japon (12 %) et beaucoup moins également que pendant la première moitié des années 60.

  • 14 Allen Mattusow, The Unravelling of America, A History of Liberalism, Harper & Row, 1984, p. 157.

28Outre leur rythme de croissance, les années 60 étaient caractérisées par la stabilité des prix. En 1964 encore, l’inflation avait été de 1,3 % et le chômage de 4,5 %. Un léger ralentissement de l’économie étant apparu vers juillet 1965, le chômage avait grimpé à 5,5 %, pour redescendre très vite à 4,1 % en décembre tandis que les investissements flambaient. La situation ne devint préoccupante que lorsque l’inflation grimpa à 2,9 % en 1966. Le Conseiller Economique de Johnson, Gardner Ackley, lui fit observer que tôt ou tard,... « il faudrait choisir entre les canons et le beurre ». Après une brève enquête, Ackley avait néanmoins changé d’avis, étant parvenu à la conviction que le Vietnam ne nécessiterait « qu’une augmentation limitée de moyens et d’hommes ».14

29La politique économique héritée des années 50 consistait à préserver la stabilité des prix en contenant salaires et dépenses dans un rapport constant à la progression de la productivité. Dès que les prix semblaient vouloir s’emballer, on recourait à une ponction fiscale, destinée à calmer le jeu.

  • 15 Council of Economic Advisers, Annual Report, 1967, p. 282, cité par Allen Mattusow, The Unravelling (...)

30Mais, illusion ou mensonge, l’entourage de Johnson semblait assuré que la guerre ne serait pas longue : il fut donc convenu que nulle action fiscale ne serait nécessaire tant que la dépense militaire ne dépasserait pas 10 milliards de dollars. Or, la « première année » de la guerre (1965) n’avait coûté « que » 6 milliards de dollars, ce qui équivalait à peu près à l’incitation fiscale souhaitée. Lorsque Johnson présenta son budget au Congrès en janvier 1966, annonçant 112 milliards de dépense, dont 10,3 milliards pour le Vietnam, il déclara que c’était là un budget raisonnable et qui ne produirait pas de pressions inflationnistes. (« ...this budget is [...] consistent [...] with strong but non inflationary economic growth ») Mais il est vraisemblable que Johnson cachait une partie de la vérité puisque les dépenses réelles en 1966 s’élevèrent à 126 milliards de dollars, dont 20 milliards pour le Vietnam.15

31L’année fiscale 1966-67 vit se développer une situation de surchauffe de l’économie, avec un taux de croissance réelle avoisinant 7 % et un taux de chômage de 3,8 %. De toutes parts on pressait Johnson de relever la pression fiscale pour éviter le dérapage des prix. Excédé, le Président aimait à raconter que « ... dans les années 50, on ne pouvait pas arriver à un dîner sans que la maîtresse de maison ne vous demande : Que pensez-vous de McCarthy ? Aujourd’hui, on vous demande : Que pensez-vous de l’inflation ? »

32Différents facteurs contribuèrent à diminuer quelque temps les pressions inflationnistes : la nouvelle réglementation sociale avait impliqué un relèvement des cotisations de sécurité sociale, en même temps qu’une amélioration des services financiers avait accéléré et amélioré la rentrée des recettes fiscales. Conjointement, le Federal Reserve Board ayant décidé de limiter le crédit, une mini-récession s’instaura au début de 1967, apportant un arrêt de la croissance et un ralentissement de l’inflation (2,7 %). Mais, dans la mesure où le budget de la défense augmentait de 24,2 %, il est certain qu’une décision s’imposait si le gouvernement voulait empêcher la spirale des prix et des salaires de s’emballer totalement.

33La décision pourtant n’était pas facile à prendre, en raison de la configuration très particulière du rapport des forces politiques du moment. En effet, depuis deux ans déjà, de nombreux conseillers économiques pressaient le Président Johnson d’augmenter les impôts pour lutter contre la montée des prix. Mais celui-ci se trouvait pris dans une alternative qu’il ne voulait pas trancher : il savait que le Congrès ne voterait pas facilement une loi de finances de cette nature. L’opposition conservatrice n’accepterait une augmentation des impôts qu’à la seule condition que le budget fût sérieusement émondé. Or Johnson ne voulait pas plus renoncer à ses programmes sociaux qu’il ne pouvait accepter l’idée d’être le Président qui porterait la responsabilité d’un retrait du Vietnam, il lui fallait le beurre ET les canons.

34Une partie de bras de fer s’engagea alors entre le Président et Wilbuashr Mills, qui présidait le Ways and Means Committee au Congrès. Johnson demandait une surcharge fiscale de 10 % et Mills exigeait 6,5 milliards de dollars d’économies budgétaires pour l’année fiscale 1967-68. En fin de compte, c’est l’Administration qui céda en acceptant de réduire le budget de près de 6 milliards de dollars, en échange de l’augmentation des impôts. Mais il était déjà bien tard pour agir : l’inflation en 1968 continua à grimper, atteignant 4,2 % et le dollar avait été affaibli.

  • 16 « The Great Society is now, except for token gestures, dead. The fight for equal opportunity for th (...)

35La Grande Société de Johnson était pratiquement enterrée. La mise en œuvre de l’Economic Opportunity Act aurait nécessité 10 milliards de dollars, dont 4 milliards pour le seul Office for Economic Opportunity, c’est-à-dire pour la guerre contre la pauvreté. Or le O.E.O. ne reçut que 1,8 milliard de dollars.16

36En février 1969, après l’arrivée au pouvoir de Richard Nixon, le Washington Post publia un appel des opposants à la guerre du Vietnam qui rappelait certains ordres de grandeur :

« As long as we are in Vietnam, we will have insufficient housing, education, and health-care. Our cities will rot.
We cannot and we will not have both guns and butter. Vietnam is eating up the money that is desperately needed for domestic programs. Compared with other expenditures, the Vietnam war has cost
10 times more than Medicare
16 times more than Aid to Education,
33 times more than Housing and Community Development
18 times more than the War on Poverty. »

Distorsions et désordres de l’économie

  • 17 1965: 1,6%; 1966: 2,9%; 1967: 3,1%; 1968: 4,2%; 1969: 5,5%; 1970: 5,7%; 1971: 4,4%; 1972: 3,2%; 197 (...)

37Le « fine tuning », la politique budgétaire et fiscale de Johnson, ne permit pas de juguler l’inflation qui ne cessa d’augmenter d’un peu plus d’un point par an à partir de 196717 pour atteindre 6,2 % à la veille de la crise pétrolière de 1974 qui allait emballer les prix de toutes les économies développées. Il est vraisemblable que l’impuissance de l’Administration à prendre des mesures fiscales et budgétaires en temps voulu a permis l’instauration d’un processus irréversible. Mais on peut se demander aujourd’hui si le mal pouvait encore être combattu par les thérapeutiques traditionnelles.

38Certes l’Administration Johnson se révéla incapable (ou peu désireuse) de chiffrer correctement les dépenses liées à la guerre : il y eut d’une part ce sentiment que la guerre se terminerait vers le milieu de 1967, et qu’il serait toujours temps de demander des crédits complémentaires une fois que l’on aurait clôturé les comptes. Un tel optimisme allait forcément à l’encontre de tout effort de rigueur budgétaire. Mais, surtout, ces erreurs de chiffrages montrent bien à quel point les dirigeants américains avaient mal apprécié la détermination et la force combative de leur adversaire. Par ailleurs, le fait que les dépenses imputables au Vietnam en 1966 (plus de 20 milliards de dollars) aient largement dépassé l’augmentation prévue pour l’ensemble du budget de la Défense (+ 10 milliards de dollars) exprime parfaitement l’impact de ce que Hannah Arendt décrit comme l’imbrication du mensonge et de la violence.

39Le processus inflationniste entamé à partir de 1965 peut s’expliquer par un certain nombre de facteurs. En premier lieu, il y a eu la brutalité de l’accélération des dépenses. Les économies les plus solides résistent mal aux à-coups brutaux : or l’essentiel des augmentations de la dépense militaire et des dépenses sociales se produisit entre 1966 et 1968. Pendant ces mêmes années, toutefois, l’inquiétude suscitée par la montée de l’inflation se trouvait contrebalancée par les bénéfices que certains groupes retiraient de la situation générale.

40Car, si l’inflation affectait le niveau de vie des personnes âgées et des personnes vivant sur des revenus fixes (petits épargnants, ouvriers non protégés par des accords salariaux) elle contribua, dans un premier temps à prolonger l’optimisme de la croissance et de la création d’emplois nouveaux.

  • 18 R.P. Oliver, « Increase in Defense Related Employment during the Vietnam Buildup », Monthly Labor R (...)

41Une estimation faite par le ministère de la Défense montre ainsi qu’en 1968, la dépense militaire contribuait non seulement à entretenir une armée de 767 000 hommes, mais aussi à la création de 185 000 emplois de fonctionnaires civils et de 1 472 000 emplois liés à la Défense.18 L’accroissement de l’emploi fut bénéfique aux pauvres, de façon générale, dans la mesure où le chômage des jeunes et des travailleurs sans qualifications diminua et il bénéficia tout particulièrement aux Noirs dont le revenu moyen passa de 52 % du revenu moyen des Blancs en 1959, à 54 % en 1965 et à 60 % en 1968.

42A long terme, toutefois, la surchauffe de l’économie devait produire des déséquilibres plus graves : à partir de 1966, en effet, le taux de rentabilité des entreprises américaines tendit à décroître, notamment en raison des pressions salariales liées à la situation de plein emploi, et en raison de la baisse de compétitivité des produits américains sur les marchés extérieurs. La prospérité de la première moitié des années 60 avait reposé sur la grande stabilité des coûts salariaux. A partir de 1966, la montée de ces derniers ampute les profits. Si l’activité économique continua à se maintenir malgré la chute des taux de profit, c’est que la consommation intérieure et l’augmentation de la demande étrangère, due à la prospérité européenne notamment, restaient très élevées. L’inflation se trouvait donc induite simultanément par les coûts et par la demande.

43Mais la stimulation créée par l’économie de guerre tend à concentrer la dépense sur certains secteurs industriels (biens d’équipement, industrie de base) dont les capacités de production subissent des tensions de plus en plus fortes, en même temps qu’apparaît une pénurie sectorielle de main-d’œuvre qualifiée, source de goulots d’étranglement. Par ailleurs, la hausse des prix pratiquée par les industries lourdes (forte demande + capacité de production limitées) se traduisit par une augmentation sensible du coût de l’investissement pour les entreprises.

  • 19 Pour ne prendre qu’un seul exemple, on peut observer l’évolution du salaire hebdomadaire moyen brut (...)

44Confrontées à la dégradation de leur taux de rentabilité, les entreprises américaines eurent tendance à réagir par la hausse des prix, le freinage des salaires19 et l’endettement. Le plus souvent également, les entreprises ont tenté de faire face à la chute de leur taux de profit en recourant à une utilisation intensive de leurs équipements s’enfermant ainsi un peu plus dans le cercle vicieux de la baisse des taux de productivité.

45Les entreprises se retrouvèrent dans une bien mauvaise posture pour faire face à leurs dépenses d’investissement : la stagnation de l’autofinancement se doublait d’une situation où le financement externe était devenu plus défavorable du fait du déclin relatif de l’actionnariat privé depuis 1945, et du fait de la modification du comportement des ménages lié à l’inflation. Restait le recours à l’endettement qui ne fit qu’aggraver la dégradation de leur situation financière.

46L’endettement sans cesse accru à partir de 1965 eut pour effet de décourager l’innovation technologique qui aurait pu permettre de combattre la chute du taux de profit. Initialement issus d’une même cause, la diminution du taux de profit, l’endettement des entreprises et la hausse des prix sont devenus cause l’un de l’autre, se nourrissant mutuellement.

47L’inflation, née d’une conjoncture historique particulière allait ainsi devenir quasiment structurelle, rendant particulièrement inopérantes les tentatives de traitement par les politiques traditionnelles. Richard Nixon en fera les frais au début des années 70.

L’ère de la « stagflation »

48Les soubresauts de l’économie américaine furent à certains moments aggravés par les décisions du Federal Reserve Board. Milton Friedman, par exemple, considère que l’inflation américaine avait véritablement démarré en août 1962, lorsque le Fed avait provoqué une vive relance par l’augmentation de la masse monétaire. Une même politique lors de la mini-récession de 1965 avait laissé filer l’augmentation de la masse monétaire à plus de 6 % entre juin 1965 et mai 1966, renforçant ainsi les tendances inflationnistes. Le Fed avait ensuite pratiqué une politique de restriction du crédit en 1967, mais, au moment même où les restrictions budgétaires et l’augmentation des impôts étaient censées produire un ralentissement de l’inflation et de l’économie, le Fed autorisait de nouveau une forte croissance de la masse monétaire qui ne manqua pas de produire des effets inflationnistes. Mais surtout on constate que, pendant les années 60, la politique monétaire semble avoir le plus souvent joué à contre-courant des politiques fiscales et budgétaires.

49Lorsque commença la présidence de Richard Nixon en 1969, la situation sociale était devenue si sérieuse qu’elle imposa l’adoption de nouveaux programmes sociaux pour tenter de juguler la révolte des ghettos et la montée de la délinquance juvénile. De même les problèmes de congestion et de pollution urbaines demandaient une action rapide. La « vietnamisation » de la guerre, annoncée au début de l’année, ne permettait pas encore de réaliser une réduction du budget de la défense. Aussi, lorsque la surtaxe décidée par Johnson prit fin, une nouvelle flambée de l’inflation démarra (5,3 %).

50L’action engagée par Nixon pour enrayer l’inflation tenta de conjuguer précisément la politique budgétaire et la politique monétaire : l’impôt supplémentaire de 10 % fut reconduit pour une année en même temps que l’incitation fiscale à l’investissement fut suspendue. De nouvelles restrictions furent imposées aux banques commerciales, et le taux d’escompte fut porté de 5,5 % à 6 %. Mais malgré cette politique de restriction monétaire, les prix continuèrent à grimper (5,3 % en 1969 ; 5,9 % en 1970).

51Ce qui était le plus grave, c’était que le chômage augmentait également, démentant la sacro-sainte courbe de Phillips. En fait l’économie américaine allait dorénavant être confrontée au double problème de la stagnation et de l’inflation.

  • 20 « The rules of economics are not working in quite the way they used to. Despite extensive unemploym (...)

52La littérature économique du début des années 1970 fit une place exceptionnelle à l’inflation et au débat sur ses causes présumées. En mai 1972, The American Economic Review confronte ainsi les points de vue de quelques-uns des plus célèbres économistes de l’époque, Milton Friedman, John Gurley et le Professeur A. Okun. Milton Friedman citant Arthur Burns, constate que l’économie était entrée dans une phase nouvelle de « rigidité ».20 Le professeur John Gurley, de Stanford, souligne que les politiques monétaires ou fiscales étaient devenues inopérantes parce que des composantes internationales influaient sur l’économie. Gurley montre que l’extension du monde communiste, en diminuant la sphère d’influence des Etats-Unis, rendait plus coûteuse l’activité destinée à défendre le marché non-communiste. D’autre part, les Etats-Unis étaient dorénavant confrontés à des rivaux commerciaux dont la croissance avait été spectaculaire pendant les années 60 : le Japon, l’Allemagne fédérale, le Marché Commun. A l’intérieur, les entreprises avaient dû céder aux pressions salariales liées au plein emploi dû à la guerre du Vietnam. Mais, du fait de la concurrence internationale, les entreprises ne pouvaient plus espérer répercuter toute l’augmentation des coûts salariaux sur les prix.

53Les entreprises américaines furent confrontées également à l’ensemble des modifications internationales liées à la prospérité européenne et japonaise (ce géant qui s’approchait encore masqué) : depuis les années 50, les Etats-Unis avaient vu se réduire notablement cette suprématie écrasante où ils se trouvaient au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, ainsi qu’on peut le constater sur le tableau suivant.

La fin de Bretton Woods

54Un des effets à long terme de l’inflation issue des années 60 fut en effet la détérioration de la balance commerciale américaine et surtout la fin du système monétaire international de Bretton Woods.

55Certes la balance des paiements était traditionnellement en déficit depuis 1950 ; mais ce déficit était lié aux énormes mouvements de capitaux américains impliqués par l’aide à l’étranger et à l’investissement américain à l’extérieur. Les exportations américaines ne suffisaient pas à compenser le mouvement des capitaux. A partir de 1964, l’excédent de la balance commerciale commença à s’amenuiser, passant de 7 milliards de dollars à 5,3 milliards en 1965 et à seulement 600 millions en 1968. Dans le même temps, la part des exportations américaines de produits manufacturés se réduisit de 28,1 % à 20,8 % du volume mondial.

56Dans une large mesure, le déficit de la balance commerciale servait à alimenter le monde en dollars. Le système commença à gripper lorsque ce déficit devint trop élevé (1971 = 1,7 milliard de dollars ; 1972 = 5,8 milliards de dollars).

57D’autre part, le déficit cumulé de la balance des paiements (17 milliards de dollars) et les 30 milliards en eurodollars menaçaient de fragiliser énormément le dollar. Sous Kennedy et Johnson, l’Administration avait négocié avec les autorités monétaires des pays développés différentes modalités permettant d’éviter des demandes massives de conversion du dollar en or.

58Mais, lorsque le ralentissement de l’économie américaine se fit sentir, les capitaux américains eurent tendance à se déverser sur l’Europe, en quête d’investissements rentables. Malgré des demandes répétées, le Gouvernement américain se refusa à intervenir sur les mouvements de capitaux. En mai 1971, l’Allemagne décida de faire flotter le mark, suivie bientôt par d’autres pays européens. Puis, devant le refus de l’Amérique à intervenir sur sa monnaie, les Européens demandèrent la conversion de 420 millions de dollars en or, suivis en juin par la Suisse qui demanda la conversion de 125 millions de dollars. Les réserves monétaires américaines étant au plus bas, le Fonds Monétaire International décida qu’il n’acceptait plus les dollars en paiement des règlements internationaux. Les Etats-Unis furent ainsi obligés d’emprunter des monnaies étrangères pour régler leurs dettes.

59Sous peine de voir les Etats-Unis devenir « une nation de troisième ordre », le Président Nixon se résolut à agir. Le 15 août 1971, il annonçait la première phase de sa Nouvelle Politique Economique — un blocage de tous les prix et salaires pour trois mois. Une seconde phase de 14 mois (jusqu’au 13 janvier 1973) maintiendrait les prix et les salaires sous surveillance. Un certain nombre de mesures budgétaires et fiscales accompagnaient ce plan, comme par exemple des réductions de taxe à l’achat des automobiles, dans l’espoir de voir l’industrie automobile servir de locomotive au reste de l’économie.

60Ainsi, Richard Nixon, Président Républicain attaché aux vertus de la libre entreprise et de la non-intervention, de l’Etat en matière économique, fut amené à adopter la politique économique la plus dirigiste de toute l’Après-Guerre mondiale. Mais surtout, Nixon créa une grande surprise en annonçant la dévaluation du dollar en décembre 1971. Cette dévaluation de 7,9 % (le dollar étant évalué désormais à 38 dollars l’once d’or au lieu de 35), se révéla insuffisante. Une seconde dévaluation intervint en février 1973 (soit 10 % ; l’once d’or évaluée à 42 dollars), suivie d’une dévaluation de facto en juin 1973 lorsque les autres monnaies se réévaluèrent du fait de la décision américaine de laisser flotter le dollar.

61Devant la gravité de la position économique américaine, l’Administration de Nixon se prépara également à engager des négociations commerciales très vigoureuses avec l’Europe. En février, le Président Nixon avait déclaré: « American products must get a fairer share in world trade so that we can extend American markets and expand American jobs ». Peter Peterson, le « Kissinger de l’économie », se prépara à parcourir l’Europe pour négocier l’abaissement des tarifs douaniers et obtenir des avantages commerciaux sous peine de retrait des forces américaines basées en Europe.

62Ainsi, la fragilisation de l’économie liée à la guerre du Vietnam — mais aussi à la redistribution de la puissance économique mondiale — avait conduit à la fin d’un ordre monétaire et à une situation de quasi-guerre économique entre les Etats-Unis et l’Europe. L’affaire du Watergate allait néanmoins détourner Richard Nixon de cet affrontement, et la crise du pétrole à partir de 1974 allait achever de bousculer l’ensemble des économies du monde.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Fouet Monique, Les Etats-Unis : une hégémonie menacée ?, Paris, 1981.

Bach G.L., The New Inflation, Effects, Cures. Brown University Press, 1972.

Williams Charles, Runaway Inflation; The Outset. Brooklyn, T. Gans, 1972.

Okun A. & Fowler H., Inflation; the Problems it Creates and the Policies it Requires. New York University Press, 1970.

Cagan PH., Economie Policy and Inflation in the Sixties. American Enterprise Institute for Public Policy Research, 1970.

Castells Manuel, The Economic Crisis and American Society. Princeton, NJ, 1968.

Friedman Milton, Dollars and Deficits. Englewood Cliffs, N.J., 1968.

Notes

1 Philip Foner, American Labor and the Indo-China War. NY, International Publishers, 1971, p. 22 et Allen Mattusow, The Unravelling of America, A History of Liberalism in the 1960’s, Harper and Row, 1984, p. 175.

2 En 1961, Kennedy avait demandé 2,3 milliards de dollars pour la construction d’écoles et pour le salaire des enseignants, ainsi que 3,3 milliards de dollars sur 5 ans pour l’enseignement supérieur. Ce « School Aid Bill » fut enterré au Sénat. Ses projets de loi pour la rénovation des quartiers déshérités furent un peu plus heureux, puisqu’il obtint 5 milliards de dollars sur 5 ans pour le Housing Act, et 400 millions de dollars pour le Area Development Act.

3 Statistical Abstract of the US, 1980, N° 75, p. 439. « GNP in Current and Constant 1972 Dollars ».

4 Paul Kattenburg, The Vietnam Trauma in American Foreign Policy, 1945-1975, Transaction Books, 1982, p. 22.

5 Statistical Abstract of the US, 1990, p. 366, N° 546, Estimate of Total Dollar Costs of American Wars (in 1967 constant dollars).

6 « Fourth and finally, America’s stake in Vietnam, in her strength and in her security is a very selfish one for it can be measured in the last analysis in terms of American lives and American dollars » cité par Guenter Lewy, America in Vietnam, Oxford University Press, 1978, p. 12.

7 Walter Capps, The Unfinished War, Beacon Press, Boston, 1982, p. 46, et Stanley Karnow, Vietnam, Viking Penguin, 1983, Penguin Books, 1984, p. 22.

8 Statistical History of the US, p. 1140, Series Y 849-855.

9 Department of Defense: War Related Costs over Fiscal Years 1965-1972, extrapolated from Secretary of Defense, James R. Schlesinger’s Annual Defense Department Report, Paul Kattenburg, op. cit., p. 260.

10 « US Economic Assistance to Vietnam, 1954-1975 » in « US Overseas Loans and Grants, Vietnam Program Summaries », AID Statistics & Reports Division, DC; Agency for International Development 1975, in Paul Kattenburg, p. 260.

11 Statistical Abstract of the US, 1980, p. 329, No 351 « Social Welfare Expenditures under Public Programs (from US Social Security Administration, S.S. Bulletin, May 1980).

12 Social Spending under Public Programs (Federal + States), Statistical History of the US, Series H1-31, p. 340.

Image 100000000000024800000100893B987C.jpg

13 Statistical History of the US, Series H 346—367, Public Assistance Payments, p. 356.
1960: $ 3,795 m; 1963: $ 4,713 m; 1965: $ 5,073 m; 1968: $ 9,768 m; 1970: $ 14,467 m.

14 Allen Mattusow, The Unravelling of America, A History of Liberalism, Harper & Row, 1984, p. 157.

15 Council of Economic Advisers, Annual Report, 1967, p. 282, cité par Allen Mattusow, The Unravelling of America, p. 159.

16 « The Great Society is now, except for token gestures, dead. The fight for equal opportunity for the Negro, the struggle to save our cities, the improvement of our schools all must be starved for the sake of Vietnam », Arthur Schlesinger, The Bitter Heritage, Boston, 1967, p. 50.

17 1965: 1,6%; 1966: 2,9%; 1967: 3,1%; 1968: 4,2%; 1969: 5,5%; 1970: 5,7%; 1971: 4,4%; 1972: 3,2%; 1973: 6,2%; 1974: 11 °7o. Statistical Abstract of the US, 1990, N° 757, Consumer Price Indexes, p. 468.

18 R.P. Oliver, « Increase in Defense Related Employment during the Vietnam Buildup », Monthly Labor Review, vol. 93, Feb. 1970, 3-10, cité par P. Kattenburg, op. cit., p. 175.

19 Pour ne prendre qu’un seul exemple, on peut observer l’évolution du salaire hebdomadaire moyen brut : en dollars 1967 constants, il s’établit à $ 91 en 1960 ; $ 101,1 en 1965 ; $ 103 en 1970 ; $ 109,2 en 1973, pour retomber à 101,5 en 1975. Si on prend en compte les effets de l’inflation, on voit que la progression des salaires est très faible entre 1969 et 1971, puis qu’elle redémarre vivement en 1971-72, pour chuter en 1973. (Statistical Abstract of the US, 1990, Average Weekly earnings, No 700; et Annual percent changes, No 701, p. 422.

20 « The rules of economics are not working in quite the way they used to. Despite extensive unemployment in our country, wage rate increases have not moderated. Despite much idle industrial capacity, commodity prices continue to rise rapidly... ». Arthur Burns, Federal Reserve Bulletin, Aug. 1971, cité par Milton Friedman dans « Have Fiscal and Monetary Policies Failed? », American Economic Review, mai 1972, p. 62.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteur

Université de Paris X - Nanterre.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540