Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Guerre du Vietnam et l’opinion publique américaine (1961-1973)

 | 
Jean Cazemajou
, 
Jean-Michel Lacroix

II. — L’éventail des opinions publiques

La guerre du Vietnam et les « draft-dodgers »

Jean-Michel Lacroix

Texte intégral

  • 1 Il y avait 16 000 « conseillers » américains au Vietnam en 1963 puis 23 000 en 1964 ; à partir de (...)
  • 2 La guerre aura fait du côté américain 58 000 morts dont 48 000 tués au combat et entre 270 000 et (...)

1Malgré quelques variations de détail, toutes les sources s’accordent généralement pour évaluer l’importance de la présence militaire des Etats-Unis au Vietnam aussi bien en hommes1 qu’en matériel ainsi que le coût de la guerre pour le budget de la nation américaine et en pertes humaines2.

2Le bilan d’une décennie de guerre est lourd et il a certainement contribué à accroître le sentiment d’inutilité et de futilité d’une partie grandissante de l’opinion américaine, de plus en plus hostile à un engagement dans le Sud-Est asiatique considéré comme « immoral » et non justifié. On sait que le conflit du Vietnam a eu pour effet de briser le consensus national et de diviser l’Amérique selon des paramètres tels que les classes sociales, les groupes ethniques ou les appartenances religieuses. La guerre a bien consacré l’inégalité des chances en touchant de façon discriminatoire les différentes classes sociales ou les différentes composantes ethniques de la société. L’effort a surtout été supporté par les enfants des cols bleus et des classes moyennes et les plus exposés ont bien été les Noirs (ces derniers représentant 11 % de la population totale mais ayant fourni 31 % des soldats engagés dans les unités combattantes).

3Il a semblé intéressant de compléter ce tableau par une analyse de la signification réelle du phénomène des « draft-dodgers » souvent véhiculé par les médias et dont s’est emparé l’opinion publique sans toujours savoir quelle en était la portée véritable. Compte tenu de la proximité géographique, culturelle, idéologique du Canada et des Etats-Unis, on peut s’interroger plus particulièrement sur l’ampleur et la signification du mouvement des « draft-dodgers » qui trouvent refuge au Canada à la fin des années soixante et au début des années soixante dix. Très souvent évoqué, le mouvement des « draft-dodgers » est finalement assez mal connu ou a fait l’objet de tant de déformations que l’on finit par se méprendre sur son véritable impact.

4A côté de certaines réalités objectives, notamment en ce qui a trait aux conditions d’incorporation et au système de la conscription aux Etats-Unis ou aux prises de position politiques officielles et aux règles de l’immigration au Canada, il faut prendre en compte toute une série de données contradictoires qui sont souvent dues au manque d’informations sur les aspects techniques complexes d’une législation qui change rapidement, au côté inévitablement clandestin des départs des Etats-Unis des insoumis et des déserteurs autant qu’aux conditions d’accueil dans les pays-refuges tels que le Canada et aux interprétations divergentes qu’ont données du phénomène les articles et les témoignages publiés dans la presse et qui ne traduisent que des points de vue personnels ou des attitudes stéréotypées classiques de soutien ou de rejet révélateurs de prises de positions idéologiques plus fondamentales dépassant très largement le simple enjeu des « draft-dodgers ».

5Une remarque préliminaire aura trait au flou lexical attaché au concept de « draft-dodger ». La multiplicité des acceptions utilisées pour caractériser la même réalité reflète clairement les différentes perceptions que l’on peut en avoir selon les points de vue adoptés.

6Les Etats-Unis ont toujours refusé de considérer comme émigrants ou comme réfugiés politiques ceux qu’ils préféraient désigner par rapport à la loi militaire. La société dominante américaine a systématiquement qualifié de « draft-dodger », de « draft resister » ou de « deserter » les insoumis ou les déserteurs qui se réclamaient en fait d’un autre statut pour être admis dans des sociétés-refuges telles que l’Irlande, la Suède ou surtout le Canada.

  • 3 John M. Swomley, Jr., « The Peacetime Draft », Current Issues (Nyack, N.Y.: Fellowship of Reconcil (...)

7Le phénomène des « draft-dodgers » est inséparable tout d’abord de toute une législation sur la conscription et du débat d’idées qu’elle induit. La conscription n’est pas, par nature, dans la logique de la philosophie américaine mais, pour être comprise, doit être replacée dans le contexte historique de l’après-Deuxième Guerre mondiale. Le Sénateur Robert A. Taft avait bien déclaré, en 1940, son aversion pour ce nouvel esclavage imposé en taxant le « draft » « d’involuntary servitude far more typical of totalitarian nations than of democratic nations »3. On se souvient que, début 1947, Truman avait officiellement proclamé la doctrine de l’endiguement (containment) inspirée par George Kennan, dont le but immédiat était de contenir l’avance de la Russie et dont l’objectif ultime était d’instaurer la pax americana. Washington se sent désormais responsable de l’ordre mondial mais l’endiguement semblait avant tout économique même s’il n’excluait pas totalement — au moins à titre dissuasif — la dimension militaire. Les dirigeants américains avaient toujours compté sur l’utilisation éventuelle de l’armée pour mettre en pratique la doctrine de l’endiguement. C’est d’ailleurs le sens du vote, en juillet 1947, de la Loi sur la Sécurité nationale qui permit, entre autres, la création de la CIA, l’unification des trois services armés et la mise en place du Conseil National de Sécurité (NSC). En 1948 le Selective Service Act (Loi d’appel sélectif au service militaire) voté par le Congrès autorisa le gouvernement à compléter ses forces armées par la « conscription » (avec tirage au sort) pour 21 mois des jeunes gens de 18 à 25 ans dont il prévoyait le recensement préalable.

  • 4 I.A. (appelés pour 21 mois et bons pour le service dans une unité combattante) I.A.O. (bons pour l (...)

8Dès l’âge de 18 ans les jeunes Américains doivent se faire enregistrer devant l’équivalent de nos Conseils de révision dans un Bureau de recrutement, un local draft board (au nombre d’un peu plus de 4 000 pour l’ensemble des Etats-Unis). L’inscription sur les rôles militaires conduisait ensuite à remplir un questionnaire dont les réponses allaient orienter la procédure d’incorporation et permettraient de répartir les mobilisables en diverses catégories4. Sauf preuve d’incapacité physique, les jeunes ainsi recensés étaient déclarés bons pour le service. Les étudiants engagés dans des études supérieures, les soutiens de famille et les membres de professions « utiles et indispensables à la nation » (savants, médecins, professeurs...) bénéficient d’exemptions et de sursis d’incorporation (deferments). D’autres enfin pouvaient aussi bénéficier du statut d’objecteur de conscience, de CO (conscientious objector) au terme d’une procédure parfois longue et dont les résultats variaient selon les draft boards. La plupart des COs. obtenaient ce statut pour des raisons religieuses. La loi de 1967 contenait à cet égard un certain nombre de clauses :

  • 5 « Military Selective Service Act of 1967 », Section 6 (j). Cf. A Manual for Draft Information for (...)

« nothing contained in this title(act) shall be construed to require any person to be subject to combatant training and service in the Armed Forces of the United States who, by reason of religious training and belief is conscientiously opposed to participation in war in any form. »5

  • 6 Le nombre d’objecteurs de conscience reconnus ne cessa d’augmenter dans les années soixante : 8 79 (...)

9La plupart des COs. furent essentiellement des Mennonites ou des Hutterites ou bien encore des Doukhobors mais pas exclusivement6.

10Le Military Selective Service Act de 1967 avait véritablement conforté le principe de l’appel sélectif au service mais le draft allait devenir le symbole de l’inégalité des chances et de l’injustice pour une Amérique dont l’opinion allait basculer face à la guerre du Vietnam. De novembre 1967 à mars 1968, 45 % des Américains soutiennent encore la guerre mais l’offensive du Têt en février 1968 modifia profondément les attitudes. Si la guerre avait été très largement acceptée jusqu’en 1966, les années 1967/1968 marquèrent un tournant et les réserves à l’encontre du conflit cessèrent de n’être que l’apanage du seul Congrès et de quelques marginaux ou radicaux.

  • 7 Senator Mark Hatfield, « A Volunteer Army is the Answer », New York Times Magazine, March 30, 1969 (...)

11En 1969 le draft fut modifié et le Président Nixon (sans doute pour tenter de corriger l’injustice d’un système d’exemptions qui frappait surtout les pauvres, les Noirs, les sans-instruction) décida d’abolir les sursis et instaura un système nouveau de loterie censé être plus impartial puisqu’il s’agissait d’un tirage au sort des dates de naissance. Un fort courant d’opinion se dressa contre les nouvelles modalités du draft dont les principes allaient à l’encontre de l’idéal de liberté et d’individualisme cher à l’Amérique. On se rappellera à cet égard la campagne organisée par le Wall Street Journal et les interventions du Sénateur Mark Hatfield dans le New York Times Magazine7 en faveur d’une armée de volontaires. Jusqu’au Président Nixon qui s’intéressa lui-même à ce débat en mettant sur pied une Commission, An All-Volunteer Armed Force acquise à l’idée que le volontariat était préférable à l’obligation imposée mais qui recommanda en février 1970 d’attendre le 1er juillet 1971 pour passer à l’acte. L’administration Nixon intervint finalement pour différer plus encore la prise de décision et il faudra attendre le 30 juin 1973 pour que la conscription soit supprimée au profit d’une armée de volontaires dont le recrutement allait s’avérer en fin de compte moins satisfaisant et dont le coût allait être plus élevé.

12Malgré l’impopularité du système du draft et les craintes qu’il suscita, les effets réels sur la classe d’âge furent cependant moindres qu’on a pu le croire. En 1970 la classe d’âge des 19/20 ans représentait environ 2 millions d’Américains et, sur ce nombre, 1 300 000 seulement furent incorporés dont 200 000 furent victimes du draft. L’incorporation ne signifiait pas automatiquement le fait d’être expédié au Vietnam et de participer de fait aux hostilités, dans des unités combattantes. Ce que l’on a coutume d’appeler la « génération du Vietnam » comprit 26 800 000 jeunes. Une faible proportion d’entre eux prit réellement part aux opérations. 16 millions ne furent jamais appelés sous les drapeaux pour des raisons diverses et sur les 11 millions qui furent incorporés, 2 300 000 accomplirent leur service avant que le contingent ne soit expédié au Vietnam, 6 500 000 ne sont jamais partis au Vietnam et sur les 2 200 000 qui y sont allés, 1 600 000 « seulement » ont été affectés dans des unités combattantes. 600 000 jeunes enfin ont tourné la loi sur le service militaire : moins de 200 000 d’entre eux ont été poursuivis et 8 750 se sont vus infliger des peines par les tribunaux. Ces chiffres ne visent pas à diminuer l’iniquité et l’injustice du système du draft mais cherchent plutôt à en relativiser un peu les effets réels.

13Si le Canada devint un refuge idéal pour les insoumis et les déserteurs américains c’est sans doute en partie parce que la conscription y avait toujours suscité de très violentes polémiques. Le débat sur le service militaire obligatoire avait divisé la société canadienne en opposant le Québec aux Canadiens anglais, une première fois en 1917 puis, à nouveau, en 1942 et en 1944 sous le gouvernement MacKenzie King. Le traumatisme fut si réel qu’il brisa à tout jamais le consensus national. Loin de disparaître définitivement des esprits après la Deuxième Guerre mondiale, l’idée de la conscription fut très sérieusement envisagée par le Premier ministre Louis Saint Laurent, dans le contexte de la guerre de Corée, lorsque les partenaires de l’OTAN décidèrent en septembre 1950 de s’organiser et de lever des troupes plus nombreuses pour conforter les forces spéciales en Corée. Les sondages d’opinion réalisés à cette époque au Québec sont clairs : 21 % seulement des Québécois soutiennent la prise de position de Louis Saint Laurent tandis que 62 % y sont opposés et, si 37 % sont favorables à l’envoi de troupes canadiennes en Europe, 52 % y sont hostiles. Même la presse anglophone considère que la conscription est prématurée :

  • 8 « The Front Page », Saturday Night, 2 octobre 1950, p. 6; « On Compulsory Service », Ibid., 23 jan (...)

Until we have established these professional forces in adequate strength, talk about universal military service is inapposite. 8

  • 9 J.I. Gow, « Les Québécois, la guerre et la paix, 1945-1960 », Canadian Journal of Political Scienc (...)
  • 10 Pour plus de détails, cf. l’article de J.L. Granatstein, « Strictly on Its Merits : The Conscripti (...)

14Un nouveau sondage en 1951 révèle que 10 % des Québécois sont en faveur de la conscription pour la guerre de Corée tandis que 83 % y sont opposés.9 Le gouvernement, le Cabinet et les chefs d’état major de l’armée y sont pourtant favorables. Le Canada et l’Islande étaient en réalité les seuls membres de l’OTAN à ne pas connaître de système de conscription et ces pays firent l’objet de critiques de la part de leurs partenaires qui considéraient que « certains traînaient les pieds et n’assuraient pas leur part dans l’effort de guerre » surtout en 1952 et en 1953. Avec la fin de la guerre de Corée la perspective/la menace de la conscription s’éloigna définitivement. Comme le montre fort bien J.L. Granatstein10, la situation internationale ne justifiait pas vraiment un engagement militaire massif de la part d’une puissance moyenne comme le Canada et les dirigeants canadiens craignaient en fin de compte les réactions des Québécois. La conscription présentait aussi des désavantages financiers en impliquant des coûts accrus et elle avait pour effet de décourager le volontariat. Enfin et surtout, elle était fondamentalement injuste et allait à l’encontre de l’idéal de liberté auquel les Canadiens étaient profondément attachés.

15Il est évident que la guerre du Vietnam raviva dans les mémoires le souvenir de la guerre de Corée qui avait réactivé l’hostilité devenue légendaire d’une majorité de Canadiens au principe de la conscription mais si cette raison permet de comprendre comment le Canada fut une terre d’accueil naturelle pour les insoumis américains, elle ne permet pas toutefois d’expliquer le choix de ces derniers.

  • 11 Un certain nombre de draft-dodgers partirent aussi en Angleterre, en Irlande ou en Suède mais le C (...)

16Les insoumis ou les déserteurs américains étaient considérés au regard de la loi américaine comme en infraction et le délit le plus grave pour un soldat était bien d’être un AWOL (absent without leave). Pour des individus qui quittaient l’armée sans congé le choix était limité : en dehors de l’armée et du risque de partir pour le Vietnam l’alternative qui s’offrait demeurait la prison (pendant 5 ans) et éventuellement une amende de 10 000 dollars ou bien le départ pour le Canada.11 Les infractions à la loi d’appel sélectif au service militaire n’étaient pas prévues par le traité d’extradition canado-américain et ainsi les insoumis pouvaient émigrer au Canada à condition de satisfaire aux conditions d’immigration.

17Le nombre exact de « draft-dodgers » à avoir fui les Etats-Unis pour le Canada est estimé à environ 60 000 pour la période des années soixante. L’une des raisons essentielles de l’attraction opérée par le Canada sur ces jeunes Américains était que le statut militaire et les opinions politiques des candidats à l’immigration n’avaient aucune incidence sur leurs chances d’être considérés comme recevables.

  • 12 MacLean’s, 15 octobre 1966 (vol. 79, no 20), p. 1.
  • 13 Toronto Daily Star, 14 février 1970.

18Un article de MacLean’s d’octobre 1966 relatant l’aventure de 150 étudiants californiens n’ayant pas obtenu leurs sursis et refusant une guerre « immorale », indique que 2 000 « draft-dodgers » s’étaient réfugiés au Canada au cours des deux dernières années.12 Le Toronto Daily Star estime à environ 15 000 le nombre de ceux qui seraient ainsi arrivés au Canada dans les neuf premiers mois de 1969.13

19Les premières arrivées démarrèrent avant 1965 et le début du conflit, dès 1963, mais en petit nombre. L’incident du Golfe du Tonkin en août 1964 qui conduisit à la décision de Johnson en février 1965 de bombarder le Nord-Vietnam, joua pour ainsi dire un rôle de détonateur et déclencha le mouvement. Environ 1 700 Américains sont acceptés en 1965 comme immigrants reçus (landed immigrants). Le flux d’entrée augmente ensuite, sans doute en raison de l’attitude officielle du gouvernement canadien. Le Premier ministre Libéral Lester Pearson se montre plus tolérant que son prédécesseur, le Conservateur Diefenbaker. Jusqu’en 1967, le « draft-dodger » demeure un individu qui vient plus ou moins seul et qui ne bénéficie guère d’aide de la part d’organisations ou de groupes d’accueil. A partir de 1967, la création de toute une série d’associations de soutien aux « draft-dodgers » facilite l’accueil des fugitifs, leur fournit une aide morale et matérielle et leur offre tous les conseils nécessaires pour faciliter leur insertion dans la société canadienne.

  • 14 Cf. plus particulièrement la section 32 (2) et le « Schedule » A. Pour plus de détails sur le cont (...)
  • 15 Cf. Jim Wilcox, « They are up against the Canadian border », chap. 5 in Frank H. Epp. , ed., op. c (...)

20La nouvelle loi canadienne sur l’immigration adoptée en octobre 196714 contribue aussi à attirer les « draft-dodgers ». L’établissement d’un système de points attribués en fonction de critères tels que l’âge, la langue parlée, la profession, le niveau d’instruction et de formation, les chances d’obtenir un emploi, la motivation s’avère très favorable aux « draft-dodgers ». Malgré les dispositions théoriques de la loi, il est évident que rien ne peut dissuader un agent d’immigration des douanes canadiennes de refouler sous des prétextes divers les insoumis américains mais l’opinion publique canadienne s’émeut assez vite de ces pratiques discriminatoires allant à l’encontre de la législation. L’incident Heintzelman, le 8 février 1969, vient placer à la une de l’actualité le problème des « draft-dodgers ». Cinq personnes (des Canadiens voulant prouver que le Canada refoulait en fait les « draftd-odgers ») portant le même nom (celui d’un déserteur américain, William John Heintzelman) se présentèrent à la douane canadienne, à cinq endroits différents et se virent refouler sans raison convaincante. L’affaire est connue du grand public et le débat s’instaure au point que le Ministre de l’Immigration MacEachen se doit d’intervenir et déclare, le 22 mai 1969, que « le statut militaire n’est en aucun cas un handicap pour l’immigration. »15 Cette date marqua un véritable tournant dans la politique d’ouverture du gouvernement canadien que vint renforcer, le 20 mars 1970, un discours du Premier ministre Trudeau à une délégation mennonite :

  • 16 Extrait d’une « Transcription of Meeting between MCC (Canada) Delegation and Prime Minister Trudea (...)

We hope that Canada will be a refuge from militarism. 16

21Les règlements d’immigration permettant aux insoumis d’émigrer au Canada ouvrirent également les frontières à un grand nombre d’immigrants du Tiers-Monde et, en 1972, la présence de milliers d’immigrants de couleur inquiéta l’opinion canadienne au point que le gouvernement Trudeau taxé de laxisme dut adopter des règlements plus stricts. Peu de réfugiés américains furent alors admis au Canada après 1972 mais, de toute façon, l’appel au service militaire fut aboli aux Etats-Unis en 1973 et, à cette date, les hostilités étaient terminées au Vietnam.

  • 17 Pour plus de détails, cf. Jim Wilcox, op. cit., pp. 49-59. Parmi les groupes les plus connus et le (...)
  • 18 Outre la littérature publiée aux Etats-Unis: Leslie S. Rothenberg, The Draft and You (A Handbook o (...)
  • 19 Cf. Renée Kasinsky, Refugees from Militarism; Draft Age Americans in Canada, New Brunswick N.J., T (...)
  • 20 Cf. Victor Levant, Secrète Alliance ; le Canada dans la guerre du Vietnam, Hurtubise HMH, VilleLaS (...)

22Il convient de dire maintenant un mot sur l’organisation des groupes de soutien qui facilitèrent l’accueil au Canada des « draft-dodgers » à partir de 1967. La plupart de ces groupes étaient implantés — au moins au début — dans quatre villes principales (Toronto, Montréal, Vancouver et Ottawa) avant de se multiplier un peu partout.17 60 % des jeunes Américains passaient par Toronto dont l’attrait peut s’expliquer par la forte population, le dynamisme économique mais surtout la proximité géographique et la communauté de langue. L’une des formes de l’aide dispensée par les divers comités de soutien consistait à diffuser des brochures18 contenant divers renseignements utiles aux candidats à cette nouvelle forme d’immigration. Les informations notamment sur la législation d’immigration étaient difficiles d’accès en raison de leur caractère technique et changeant et certaines erreurs furent même commises par certains manuels. L’union des étudiants pour la paix (SUPA, Student Union for Peace Action) de Toronto, semblait ignorer que les déserteurs pouvaient être admis à l’immigration, si l’on en croit leur publication de 1967 « Escape from Freedom or I Did’nt Raise My Boy to Be a Canadian »19. En réalité, même lorsque ces groupes savaient que la désertion n’était pas passible d’extradition, ils se contentaient de publier le texte du traité d’extradition sans le moindre commentaire. Les comités de soutien s’occupaient des insoumis mais se montraient fort discrets en ce qui concerne les déserteurs. Cette conspiration du silence n’empêcha pas les déserteurs de savoir ce qu’il en était, même s’il leur fut plus difficile d’entrer au Canada qu’aux insoumis20. C’est certainement à Ottawa que les déserteurs reçurent le meilleur accueil même si la principale organisation, « Ottawa’s Assistance with Immigration and the Draft » ne les aidaient pas ouvertement et qualifiaient tous les déserteurs du même nom de « Mike ». Ottawa fut très vite considérée comme la Mecque des déserteurs.

  • 21 Cf. plus haut note 2.
  • 22 Jim West, « Some Churches and their Leaders are calling for help », in Frank H. Epp, op. cit., pp. (...)

23Bien évidemment les Eglises dont la vocation de pacifisme est solidement ancrée jouèrent aussi leur rôle mais on a déjà évoqué21 l’importance des Mennonites, des Hutterites ou des Quakers. Le Conseil canadien des Eglises22 apporta son concours quoiqu’un peu plus tard, fin 1969. Le Conseil National des Eglises aux Etats-Unis s’occupait de lever des fonds et il avait chargé le Conseil canadien des Eglises de les distribuer aux parents et aux familles des insoumis. Le Conseil distribua ainsi une somme de 35 000 dollars en 1969 et l’aide matérielle fournie répondait à des buts plus humanitaires que politiques.

  • 23 R. Kasinsky, op. cit., p. 73.

24La seule distinction que l’on ait établie jusqu’à présent a été entre les insoumis et les déserteurs et on a eu raison de le faire. Les insoumis étaient pour la plupart ceux qui s’étaient vus refuser le statut d’objecteur de conscience et qui, dès le départ, éprouvaient une certaine répugnance à rejoindre les rangs de l’armée. Les déserteurs, quant à eux, concevaient leur hostilité à l’armée après y être entrés ou après avoir vu les horreurs de la guerre sur le terrain. Les insoumis et les déserteurs n’appartenaient surtout pas à la même classe sociale : les premiers étaient issus de la classe moyenne et, la plupart du temps, ils étaient diplômés d’université. Ils rassemblaient toutes les conditions pour être de parfaits immigrants et ils obtenaient en général un peu plus de 70 points sur 100 alors que 50 points suffisaient pour être admis au Canada ; les derniers, en revanche, provenaient plutôt de la classe ouvrière et avaient plus de peine à entrer et à franchir la barre fatidique des 50 points23, étant au mieux diplômés du secondaire et n’ayant pas de compétence professionnelle particulière.

25Il conviendrait aussi de nuancer, même lorsqu’on évoque la seule catégorie des insoumis en fonction notamment de la date de leur arrivée au Canada. Il est certain que les plus compétents et les plus motivés firent partie de la première vague, antérieure à 1965 ou 1966. Cette première vague était issue des universités et porteuse du ferment contestataire radical de la génération des années soixante. Elle était composée d’intellectuels intelligents et engagés. A partir de 1968 le profil du « draft-dodger » évolue et ses motivations sont plus variées. L’hostilité à la guerre du Vietnam est moins idéale ou moins philosophique. Sans doute certains ont peur de mourir au Vietnam mais il semble que beaucoup se placent souvent désormais dans une situation de fuite vis-à-vis d’eux-mêmes. Ils éprouvent d’ailleurs plus de difficultés pour trouver un emploi au Canada et pour s’y intégrer.

26Quoi qu’il en soit, le départ au Canada ne constitue pas vraiment une panacée. La plupart des « draft-dodgers » ont la nostalgie de leur pays d’origine et ils savent que leur retour est problématique puisque l’amnistie n’est pas concevable. On se souvient à cet égard du point de vue du Président Nixon :

  • 24 Richard Nixon, No More Vietnams, New York, Avon Books, 1985, pp. 125, 128.

Draft-dodgers acted out of a whole range of motivations. Some were conscious pro-Communists who wanted North Vietnam to win; others were sincere pacifists who believed no war could be just. But most were not acting out of moral convictions. Many, drawn into the moral vacuum of the 1960s, saw no moral issue at stake in the war. Some of them felt that we had nothing worth fighting for because they had lost faith in what the United States stood for in the world. Others felt that we had nothing worth fighting against because they believed that life in North Vietnam was as good as or better than life in South Vietnam [...] Most who fled the country or feigned illness to evade the draft acted out of expediency: like most draft-dodgers in our previous wars, including two world wars, they were understandably afraid of risking their lives [...] Our best young men did not go to Canada. They went to Vietnam.24

27C’est toujours le Président Nixon qui déclara, en 1973, au cours d’une conférence de presse :

  • 25 Cité par Takashi Oka, « Draft resisters: a future fogged by uncertainty », The Christian Science M (...)

We cannot provide forgiveness for them. 25

28En réalité, les « draft-dodgers » n’avaient pas le sentiment d’être des criminels et personne ne peut nier le choc émotionnel et psychologique que pouvait représenter le passage des Etats-Unis au Canada. Certains, mais pas tous, étaient animés de convictions religieuses authentiques, même lorsqu’ils se référaient davantage à l’idéal d’un Jésus marginal, rebelle et pacifiste qu’aux règles édictées par une Eglise. D’autres, mais peu nombreux, avaient des idées politiques marquées même si on les taxait de marxistes ou de communistes favorables au Nord-Vietnam ; certains avaient une vision apocalyptique de la société américaine mais la plupart concevaient tout simplement une très forte indignation morale contre le principe même de la guerre.

29Même si le Canada leur ouvrit ses portes, ce fut sans enthousiasme excessif et la population leur réserva un accueil mitigé. Mal informés mais le plus généralement hostiles à l’engagement militaire des Etats-Unis dans le Sud-Est asiatique, les Canadiens dont la tradition était pourtant d’avoir accueilli des vagues successives d’immigrants persécutés ou en rupture de ban avec leur société d’origine, semblaient comme vouloir oublier leur passé. Pour certains la situation des « draft-dodgers » semblait différente car, en effet, ces derniers fuyaient une démocratie et ils avaient enfreint les règles de la société civile. On trouvait aussi le sentiment diffus de méfiance vis-à-vis de l’immigrant — bouc-émissaire qui consistait à croire que les insoumis américains venaient au Canada pour prendre les emplois des Canadiens.

30Une revue de la presse canadienne permet enfin de résumer la gamme des attitudes qui prévalurent au Canada. L’éditorial du magazine MacLean’s du 17 septembre 1966 s’insurge contre toute collaboration entre la RCMP et le FBI, sauf pour la poursuite des criminels, et insiste clairement sur le fait que les insoumis doivent être considérés comme des réfugiés qui ne constituent aucune menace puisqu’ils n’ont pas violé la loi canadienne :

  • 26 MacLean’s, vol. 79, no 18, Sept. 17, 1966, p. 4, Editorial: « Dear RCMP: Draft-dodgers are refugee (...)

This is not a matter of taking one side or the other on the issue of Vietnam itself. What is at stake here is the right of political asylum a right that we grant without hesitation to refugees from countries that we consider to be unfriendly, but a right equally valid for refugees from any country. American draft-dodgers have broken no Canadian law.26

31Les témoignages émouvants dénonçant les horreurs de la guerre du Vietnam abondent, tel celui émanant de la veuve d’un soldat mort au front, publié dans le Toronto Star du 6 septembre 1969 :

  • 27 The Toronto Star, Sept. 6, 1969, cité par John C. Lott, « A man’s conscience must be (...)

My Richard hated the army, the military and that war so much he almost couldn’t stand it. I had him buried in his civilian clothes and without a military funeral because that’s what he would have wanted. America cannot police the world, and I’m trying to halt further wasting of our men’s lives and our money. 27

32Une certaine forme d’anti-américanisme toujours plus ou moins latent au Canada, se fait jour parfois de façon plus excessive. Dans un article publié dans Canadian Dimension, Robin Mathews dont le nationalisme de gauche est caricatural, dénonce de façon tonitruante l’impérialisme américain. Sans remettre en cause la tradition canadienne d’accueil des réfugiés, Mathews craint fort que les insoumis américains ne soient totalement incapables d’adopter les valeurs de la société canadienne et qu’ils ne fassent que renforcer ainsi par leur présence la colonisation du Canada par les Etats-Unis :

  • 28 Robin Mathews, « Opinion: On Draft-Dodging and U.S. Imperialism in Canada », Canadian Dimension, v (...)

Canada has a ‘moral obligation’ to US political dissidents. The obligation, however, was to provide them with sanctuary, not to hand the country to them [...] There was no mention that there is any effort whatever on the part of the freedom-train people to teach draft-dodgers anything about Canada or prepare them in any way for eventual Canadian citizenship [...] many draft-dodgers contribute to the colonization of Canada.28

33Plus nuancé et plus révélateur de l’opinion publique canadienne est sans doute le commentaire fourni par Robert Fulford dans Saturday Night, en novembre 1968, qui considère que les « draft-dodgers » constituent la plus récente minorité à avoir été admise au Canada, une minorité invisible, au profil bas, qui n’est ni lâche ni héroïque, en quête d’emploi et d’intégration. Mais la remarque la plus intéressante est assurément celle qu’il propose à ses lecteurs en ce qui a trait aux regards croisés des deux partenaires et voisins d’Amérique du Nord. En quittant les Etats-Unis, les « draft-dodgers » considéraient probablement le Canada comme un mythe mais, après s’être installés au Canada, ils ont découvert qu’ils avaient affaire à une société étrangement semblable à la leur. La présence de ces jeunes Américains sur le sol canadien pose bien le problème de l’identité canadienne. Si, une fois implantés aux Etats-Unis, les Canadiens ont la capacité de devenir très vite des Américains, peuvent-ils à leur tour assurer à ces nouveaux immigrants américains que le Canada existe vraiment :

  • 29 Robert Fulford, « The draft-dodgers: welcome to limbo! », Saturday Night, vol. 83, no 3486, Novemb (...)

Canada looks so much like America that they can’t quite believe they’ve arrived some place else: it’s a kind of fairy-land. The Canadians they meet aren’t quite sure that their own country exists and the newcomers are profoundly confused. It’s hard enough growing up with the Great Canadian Identity Crisis. Think how much harder it is to be forced to adopt it [...] It begins to occur to some of them that they are travellers on the road to no place. These hundreds of young men among us are sentenced to a unique limbo.29

34On ne sera guère étonné par ces réactions d’incertitude sur la définition du Canada. Nous ne sommes qu’en 1968.

35On a déjà dit que l’importance du phénomène des « draft-dodgers » devait être relativisée sans être niée pour autant. Même s’il a été exploité à des fins partisanes, ce mouvement participe en tout cas au courant d’opinion hostile à la guerre du Vietnam qui a agité la société américaine des années soixante.

  • 30 Pour plus de détails sur ce sujet on lira J.-M. Lacroix, « Le Canada, les Etats-Unis et la guerre (...)

36Il pose aussi le problème des relations canado-américaines.30 Si, à cette époque-là, le Canada s’interroge sur son identité, on ne peut nier que l’absence de conscription au Canada constitue une différence majeure avec son grand voisin ; à ce titre, on comprend que le Canada ait pu véritablement être synonyme de liberté pour des milliers de jeunes Américains, comme les Etats-Unis l’avaient été cent ans auparavant pour les Noirs, même si la réalité, dans les deux cas, ne s’est pas toujours avérée être à la hauteur du mythe.

Notes

1 Il y avait 16 000 « conseillers » américains au Vietnam en 1963 puis 23 000 en 1964 ; à partir de l’opération « roulement de tonnerre (rolling thunder) en février 1965 et avec l’envoi du corps expéditionnaire en avril 1965, le nombre de jeunes Américains engagés ne va cesser de grandir : 184 000 en 1965, 385 300 en 1966, 485 000 en 1967, 536 000 en 1968 (l’apogée se situant fin 1968/début 1969) ; 475 000 en 1969 (avec la politique de « vietnamisation » de Nixon, les effectifs commencent à baisser), 334 000 en 1970, 156 800 en 1971 et 24 200 en 1972 (à la veille de la fin des combats).

2 La guerre aura fait du côté américain 58 000 morts dont 48 000 tués au combat et entre 270 000 et 300 000 blessés. La guerre aura coûté pour les seules dépenses budgétaires 150 milliards de dollars, soit 3 % du PNB pour les années les plus coûteuses (1967, 1968 et 1969). Au regard de ces chiffres on rappellera que l’Amérique n’avait dépensé qu’un peu plus de 2 milliards de dollars en Indochine entre 1950 et 1954 et 2 milliards de plus de 1954 à 1960.

3 John M. Swomley, Jr., « The Peacetime Draft », Current Issues (Nyack, N.Y.: Fellowship of Reconciliation, July 1968), p. 4.

4 I.A. (appelés pour 21 mois et bons pour le service dans une unité combattante) I.A.O. (bons pour le service dans une unité non combattante) I.O. (objecteurs de conscience bons pour le service civil).

5 « Military Selective Service Act of 1967 », Section 6 (j). Cf. A Manual for Draft Information for Conscientious Objectors, (Akron, Pa.: Mennonite Central Committee Peace Section, 1968), p. 3.

6 Le nombre d’objecteurs de conscience reconnus ne cessa d’augmenter dans les années soixante : 8 791 en juin 1960, 11 549 en juillet 1965 et 15 545 au 31 août 1969. Cf. John A. Lapp, « The new militarism makes its harsh demands », chap. 2, p. 23 in Frank H. Epp, ed., I Would Like to Dodge the Draft-Dodgers But... (Conrad Press: Waterloo, Winnipeg, 1970), 95 p.

7 Senator Mark Hatfield, « A Volunteer Army is the Answer », New York Times Magazine, March 30, 1969, p. 35.

8 « The Front Page », Saturday Night, 2 octobre 1950, p. 6; « On Compulsory Service », Ibid., 23 janvier 1951, p. 5.

9 J.I. Gow, « Les Québécois, la guerre et la paix, 1945-1960 », Canadian Journal of Political Science, 3, March 1970, pp. 107, 109.

10 Pour plus de détails, cf. l’article de J.L. Granatstein, « Strictly on Its Merits : The Conscription Issue in Canada after 1945 », Queen’s Quarterly, Summer 1972, vol. LXXIX, no 2, pp. 192-206.

11 Un certain nombre de draft-dodgers partirent aussi en Angleterre, en Irlande ou en Suède mais le Canada demeura la destination privilégiée. Cf. « Draft resisters: a future fogged by uncertainty », The Christian Science Monitor, Feb. 21, 1973, p. 9.

12 MacLean’s, 15 octobre 1966 (vol. 79, no 20), p. 1.

13 Toronto Daily Star, 14 février 1970.

14 Cf. plus particulièrement la section 32 (2) et le « Schedule » A. Pour plus de détails sur le contexte de cette législation, voir J.-M. Lacroix et al. Canada et Canadiens, Bordeaux, PUB, 2e ed., 1985, pp. 195-196.

15 Cf. Jim Wilcox, « They are up against the Canadian border », chap. 5 in Frank H. Epp. , ed., op. cit., pp. 49-59.

16 Extrait d’une « Transcription of Meeting between MCC (Canada) Delegation and Prime Minister Trudeau », 20 mars 1970, cité dans Frank H. Epp, op. cit., p. 9.

17 Pour plus de détails, cf. Jim Wilcox, op. cit., pp. 49-59. Parmi les groupes les plus connus et les plus actifs, citons : à Montréal le Council to Aid War Resisters, Box 5 (215) et l'American Deserters Committee, 102 Villeneuve St. E. (151) ; à Ottawa l’Assistance with Immigration & Draft, Box 2382, Station D (4) ; à Toronto l'’Anti Draft Programme, Box 41, Station K (12) ; on remarquera que ce type d’organisation portant le même nom se retrouve à Saint-John (New Brunswick) ou à Guelph (Ontario), l'American Deserters Committee, 75 Huntley St. (285) et le SUPA (Student Union for Peace Action), 658 Spadina Ave. ; à Vancouver le Committee to Aid American War Objectors, Box 4213 (9), 628 East Georgia St. et le American Deserters Committee, Box 3822, Station D.

18 Outre la littérature publiée aux Etats-Unis: Leslie S. Rothenberg, The Draft and You (A Handbook on Selective Service), Anchor Books, Garden City, New York, 1968; Sol. Tax, ed., The Draft (A Handbook of facts and alternatives), The University of Chicago Press, Chicago, 1967; Gerald Leinwand, The Draft, Pocket Books, New York, 1970, on citera Mark Satin, ed., Manual for Draft-Age Immigrants to Canada, The Toronto Anti-Draft Programme, Toronto, 1968.

19 Cf. Renée Kasinsky, Refugees from Militarism; Draft Age Americans in Canada, New Brunswick N.J., Transaction Books, 1976, p. 109.

20 Cf. Victor Levant, Secrète Alliance ; le Canada dans la guerre du Vietnam, Hurtubise HMH, VilleLaSalle, Québec, 1990, pp. 236-239.

21 Cf. plus haut note 2.

22 Jim West, « Some Churches and their Leaders are calling for help », in Frank H. Epp, op. cit., pp. 69-72.

23 R. Kasinsky, op. cit., p. 73.

24 Richard Nixon, No More Vietnams, New York, Avon Books, 1985, pp. 125, 128.

25 Cité par Takashi Oka, « Draft resisters: a future fogged by uncertainty », The Christian Science Monitor, Feb. 21, 1973, p. 9.

26 MacLean’s, vol. 79, no 18, Sept. 17, 1966, p. 4, Editorial: « Dear RCMP: Draft-dodgers are refugees, not criminals ».

27 The Toronto Star, Sept. 6, 1969, cité par John C. Lott, « A man’s conscience must be respected », in Frank H. Epp, op. cit., p. 29.

28 Robin Mathews, « Opinion: On Draft-Dodging and U.S. Imperialism in Canada », Canadian Dimension, vol. 6, no 7, FebMarch 1970, pp. 10-11.

29 Robert Fulford, « The draft-dodgers: welcome to limbo! », Saturday Night, vol. 83, no 3486, November 1968, p. 11.

30 Pour plus de détails sur ce sujet on lira J.-M. Lacroix, « Le Canada, les Etats-Unis et la guerre du Vietnam », Frontières, revue du CEDRIC, n° 2 à paraître début 1992 aux Presses de Paris IV-Paris Sorbonne.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

Université de Paris III/Sorbonne Nouvelle.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540