Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Guerre du Vietnam et l’opinion publique américaine (1961-1973)

 | 
Jean Cazemajou
, 
Jean-Michel Lacroix

II. — L’éventail des opinions publiques

L’opinion publique américaine et la question des « Missing in Action »

Danielle Fernandez

Texte intégral

  • 1 Olivier Todd, Cruel Avril, Paris, R. Laffont, 1987.

1Le problème des « Portés Disparus » ou « Missing in Action » au Vietnam pourrait, sans les douloureuses connotations qu’il comporte, être occasionnellement comparé au monstre mythique du Loch Ness. Depuis la chute de Saigon le 30 avril 1975, remarquablement décrite par Olivier Todd1, il ne paraît guère réaliste d’espérer voir émerger de la jungle indochinoise des prisonniers de guerre encore vivants. Il est pourtant rare qu’à un moment ou à un autre de l’année ne paraisse pas un article en ce sens dans la presse américaine et/ou européenne.

  • 2 Time, 30 avril 1990, p. 11.

2Un récent sondage dans Time posait la question suivante : « Croyez-vous qu’il y ait encore des prisonniers américains vivants au Vietnam ? », à laquelle 62 % des personnes interrogées répondaient par l’affirmative, la proportion étant de 84 % parmi les vétérans du Vietnam ; les réponses négatives représentaient 23 % et 11 % respectivement2, ce qui suggère la tendance d’une certaine Amérique à croire qu’elle a encore des raisons d’espérer.

  • 3 The Economist, 27 avril 1991, p. 66.

3En fait, le problème des MIAs représente un obstacle majeur au rétablissement de relations diplomatiques entre Washington et Hanoi, et bloque toute « normalisation », y compris la levée de l’embargo américain sur la République Socialiste du Vietnam. Officiellement, 2 278 Américains (y compris des civils) sont encore « portés disparus » au Sud-Est asiatique, et si les Etats-Unis ont accepté, après avoir récusé plusieurs propositions identiques, d’ouvrir temporairement un bureau à Hanoï, c’est en insistant sur le fait que leur objectif premier serait de poursuivre les recherches sur place, avec la coopération du gouvernement vietnamien3, et que le bureau en question ne saurait être considéré comme une ambassade. L’atmosphère politique ambiguë qui entoure ce problème brûlant en soi a poussé les médias à très large audience (cinéma et télévision surtout) à l’exploiter sous des aspects divers, suscitant dans l’inconscient collectif américain les réactions que l’on imagine. En 1968, Ann Weills, ancienne militante pacifiste, faisait sensation en ramenant de Hanoi, où elle s’était rendue avec une délégation, trois prisonniers américains. Dans les années qui suivirent, une série de films destinés à un très vaste public sortaient sur les écrans à un rythme effréné ; après « Les Bérets verts » de Ted Kotcheff, où on voyait John Wayne reprendre le fusil pour aller libérer des POWs (Prisoners of War) dans une mise en scène bon enfant datant de 1968, vinrent les uns après les autres « Good Guys Wear Black » de Ted Post en 1977, et surtout le quatuor cinématographique de choc que constituent « Missing in Action 1 » de Joseph Zito en 1984, « Missing in Action 2 : the Beginning » de Lance Hool en 1985, concurrencé la même année par « Rambo : First Blood, Part 2 », de George P. Cosmatos, et suivi en 1987 par « Braddock : Missing in Action 3 » de Aaron Norris.

4Si naïveté il y a dans ces films, elle réside moins dans le fond que dans la forme, le pouvoir politique étant systématiquement mis en cause ; il est par ailleurs symptomatique de constater que, même dans des salles parisiennes, ce genre cinématographique bien précis suscite des réactions dues à une identification automatique au héros américain face à un ennemi vietcong caricaturé à souhait, voire ridiculisé au-delà de toute vraisemblance.

  • 4 Gen. Robinson Risner, The Passing of the Night, My 7 Years As A Prisoner of the North Vietnamese, (...)
  • 5 Prison de Hoa Lo, près de Hanoi, ainsi nommée par dérision par ses « hôtes ».

5En revanche, les autobiographies d’anciens prisonniers, tel R. Risner, évoquent la question avec une litote assez remarquable4 et servent de support à des œuvres intimistes qui, elles, n’attirent guère les foules, comme « Hanoi Hilton » de Lionel Chetwynd5.

6Un thème sous-jacent transparaît dans les films portant sur les « Missing in Action » : certes, on retourne chercher ceux que le monde (ou « The World »/l'Amérique) a oubliés, mais on y va aussi en raison de ce qu’Olivier Todd identifie comme « le mal jaune » ; malgré la peur, on veut retourner sur les lieux du drame, car des liens mystérieux se sont tissés avec ce pays. En outre, le but, cette fois, est de gagner, en ramenant les anciens compagnons, dans la recherche d’une catharsis qui semble ne jamais s’opérer. En fait, cette attitude n’est pas sans refléter les incertitudes et les exigences diverses de la diplomatie officielle face à ce problème. Dans le processus de « normalisation » entre Washington et le Sud-Est asiatique, le problème des « Missing in Action » représente toujours une pierre d’achoppement. Etranglée par l’embargo américain depuis 1975, la République Socialiste du Vietnam a multiplié les offres de coopération, d’autant que la présence soviétique sur son territoire se fait de plus en plus discrète. En 1988, Hanoi proposait déjà à Washington de réoccuper les bases stratégiques de Cam Ranh et Danang, et réitérait sa proposition en avril 1990, inquiète cette fois de l’influence chinoise grandissante au Vietnam, et désireuse d’y opposer un contre-poids. Certes l’offre stratégique est tentante pour les Etats-Unis, qui ne pouvaient cependant se permettre de l’accepter sans réserve, la question des « Missing in Action » n’étant toujours pas officiellement réglée.

  • 6 Les Echos, 18 juillet 1991, p. 28.

7En effet, depuis la fin des hostilités se joue une partie stratégique douteuse où se mêlent politique économique et chantage humanitaire. Hanoi réclame une aide technique et matérielle, arguant des destructions massives occasionnées par les bombardements américains et des effets de l’agent orange sur la population6, et, depuis peu, le Laos et le Cambodge lui emboîtent le pas. Les Etats-Unis, quant à eux, insistent sur la nécessité de procéder préalablement au rapatriement officiel des restes de tous les « Portés Disparus » au Sud-Est asiatique. La National League of Families of American Prisoners & Missing in Action in South-East Asia, créée à San Diego en 1966 par Sybil Stockdale, la femme du prisonnier alors le plus haut en grade, le Commandant James B. Stockdale, est devenue le 29 mai 1970 une organisation reconne, dispensée d’impôts, à but non lucratif, avec des bureaux à Washington, D.C. Elle regroupe environ 3 600 membres, reçoit le soutien des Associations de Vétérans du Vietnam et des quelque 750 000 Vietnamiens installés aux USA. Autant dire que le lobby est devenu suffisamment puissant pour que les autorités ne puissent se permettre de l’ignorer, comme en témoignent diverses déclarations officielles.

8Le 18 juillet 1987, Ronald Reagan déclarait :

The responsible, persistent and patriotic voice of the National League of Families has been heard throughout this great land... I reaffirm our unwavering commitment to resolving the POW/MIA issue as a matter of highest priority.

9Le 28 juillet 1989, George Bush reprenait le flambeau :

We will continue to assemble the best resources, technology and, most of all, qualified people to interview refugees, evaluate intelligence information and negotiate with foreign governments.

  • 7 Voir sur ce point précis, Admirai Zumwalt, Jr., & Lt E. Zumwalt III ; My Father, My Son, New York, (...)

10Le gouvernement américain, qui reconnaît officieusement ne pas croire à l’existence de prisonniers vivants au Vietnam se trouve en quelque sorte pris entre deux feux ; il est d’une part préférable de donner satisfaction, au moins symboliquement, à la National League, ce qui signifie poursuivre officiellement les recherches sur le terrain et maintenir les contacts avec ce qui demeure la partie adverse. D’autre part, les propositions de la République Socialiste du Vietnam ne sont pas sans intérêt stratégique : reprendre pied de cette manière au Sud-Est asiatique au moment où Clark Air Base, aux Philippines, doit être fermée, à la suite des dégâts causés par l’éruption du volcan Pinatubo, et alors que les négociations sur l’autre grande base de Subic Bay durent depuis quatorze mois, permettrait aux Etats-Unis de conforter leur position dans le Pacifique7.

11En outre, il existe un souhait compréhensible de mettre un point final aux opérations de recherches proprement dites : plus d’une centaine de personnes sont employées à temps complet au Central Identification Laboratory à Hawaï, dans les bureaux de la Defense Intelligence Agency et au Joint Casualty Resolution Centre. Des missions au Laos et au Vietnam sont organisées pour enquêter sur les témoignages ou « livesightings » qui parviennent, en provenance surtout des camps de réfugiés de Thaïlande ; ainsi, entre 1975 et 1988, 1 110 « livesightings » attestant de la présence de prisonniers américains vivants au Vietnam ou au Laos ont été vérifiés non sans mal, la moindre erreur diplomatique se soldant par des mois d’interruption des recherches. La situation n’avait guère évolué dans l’administration Carter, qui avait opté pour le principe du « linkage » : les relations diplomatiques avec la République Socialiste du Vietnam seraient officiellement rétablies lorsque les Etats-Unis auraient obtenu satisfaction sur la question des MIAs, ce qui ne donna bien sûr aucun résultat. De 1981 à 1989, en revanche, l’administration Reagan eut recours au « non-linkage » : les USA acceptaient d’aider la République Socialiste du Vietnam, à condition que les Vietnamiens fassent un effort de coopération et donnent au moins la preuve de leur bonne volonté en participant aux recherches sur le terrain.

12La dissociation entre le problème politico-diplomatique et la question des POWs/MIAs faisait de cette dernière une question purement humanitaire à l’échelon mondial. Le bilan fut, somme toute, positif : en huit ans, les restes de plus de 200 Américains « portés disparus » furent dûment identifiés et rapatriés. Faute de preuves contraires, le gouvernement actuel (comme le précédent) considère que de 20 à 100 Américains « portés disparus » pourraient encore être détenus au Sud-Vietnam asiatique (ce sont les « discrepancy cases »), le dernier « live sighting » en cours de vérification datant du mois de mai 1991, et portant sur trois cas.

13Dans une situation confuse et un contexte émotionnel viennent se produire des tentatives isolées qui causent un regain de tension. La National League met fréquemment en cause la bonne volonté de la République Socialiste du Vietnam, soupçonnée de ralentir les enquêtes, mais il semble que ce soit moins à présent par calcul politique qu’en raison de la difficulté concrète inhérente aux recherches (conduites par le Général en retraite John Vessey, chef de la délégation américaine à Hawaï).

14Ces tentatives individuelles, surnommées « Rambo Rescues » furent souvent, jusqu’en 1988, menées par des vétérans du Vietnam, tel le lieutenant-colonel James « Bo » Gritz, ayant opéré plus de quatre ans au Sud-Est asiatique dans les Special Forces ; bénéficiant occasionnellement d’une couverture au Pentagone, Gritz quitta l’armée pour retourner au Laos et au Vietnam à la recherche de camps de prisonniers. Ni lui ni un autre ancien des « Bérets Verts », Vincent Arnone, également auteur d’un certain nombre de « Rambo Rescues », n’obtinrent de résultat entre 1979 et 1983.

15Malgré des moyens financiers et d’information parfois considérables (fournis par l’armée, sous le couvert de l’Intelligence Support Activity, des membres de la National League ou des acteurs connus, tels Clint Eastwood, William Shatner, ou Charlton Heston), aucun soldat américain vivant n’est sorti du Vietnam ou du Laos depuis l’Opération Homecoming en 1973. De plus, si ces pays affirment officiellement ne détenir aucun prisonnier américain vivant, leurs gouvernements admettent volontiers que certaines zones sont complètement hors de leur contrôle ; le Cambodge, en revanche, a admis en juillet 1990 détenir les restes de 82 Américains, mais le gouvernement de Phnom-Penh, qui a accepté de ne plus s’opposer aux recherches sur le terrain, ne semble guère enclin à les faciliter.

16On voit mal en fait quelle forme concrète pourrait prendre cette coopération, dans un pays ravagé par la guerre depuis 16 ans. Au Laos, le problème est encore plus délicat, si faire se peut : le nombre des « Portés Disparus » y est faible, car pour l’essentiel il s’agit d’aviateurs abattus durant l’offensive de 1968, au moment où le Laos était toujours non-engagé dans le conflit, même si la piste Ho-Chi-Minh s’y enfonçait à l’occasion, permettant de faire transiter du matériel militaire vers le Vietnam, voire des prisonniers vers le Laos.

17Autrement dit, en admettant même qu’il reste encore des prisonniers au Sud-Est asiatique, et sans vouloir en fait entrer dans cette polémique, les difficultés objectives se sont combinées aux intérêts politiques et diplomatiques pour interdire pratiquement toute amorce de solution à l’échelle du problème. Les Etats-Unis se sont tournés vers le Golfe ; le Vietnam a fait de 1990 son « Année du Tourisme » et cherche à faire entrer des devises étrangères pour tenter de remettre sur pied son économie ; le Laos demande toujours la reconnaissance officielle de son gouvernement par la communauté internationale. Les bracelets de prisonniers, marqués du nom d’un « Porté Disparu », et portés par ceux qui réclamaient le retour des dépouilles des MIAs, sont à peu près tous rangés (y compris celui qu’arborait Ronald Reagan).

18Il est clair que, sauf pour une minorité, l’intérêt général est d’« oublier » une question si épineuse, qu’il aurait peut-être été préférable de chercher à régler dès 1973 ou 1975.

Notes

1 Olivier Todd, Cruel Avril, Paris, R. Laffont, 1987.

2 Time, 30 avril 1990, p. 11.

3 The Economist, 27 avril 1991, p. 66.

4 Gen. Robinson Risner, The Passing of the Night, My 7 Years As A Prisoner of the North Vietnamese, New York, Ballantine, 1973.

5 Prison de Hoa Lo, près de Hanoi, ainsi nommée par dérision par ses « hôtes ».

6 Les Echos, 18 juillet 1991, p. 28.

7 Voir sur ce point précis, Admirai Zumwalt, Jr., & Lt E. Zumwalt III ; My Father, My Son, New York, Dell, 1986.

Auteur

Université de Tours.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540