Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Guerre du Vietnam et l’opinion publique américaine (1961-1973)

 | 
Jean Cazemajou
, 
Jean-Michel Lacroix

II. — L’éventail des opinions publiques

« Faucons », « colombes » et « albatros » : l’opinion publique américaine et la guerre du Vietnam, 1964-1973

Hélène Andrieu-Pafundi

Texte intégral

1Nous nous proposons dans cette étude de rendre compte des mouvements de l’opinion américaine pendant le conflit vietnamien avec la volonté d’offrir à la réflexion un nouvel éclairage sur la question.

  • 1 Le libellé exact était: « In view of the developments since we entered the fighting in Vietnam, do (...)

2L’institut de sondages Gallup offre, pour la connaissance de ces mouvements, un précieux instrument de travail. Au cours des neuf années qu’a duré la guerre, une même question a été posée au public américain à intervalles réguliers : il s’agissait de savoir si les personnes interrogées jugeaient que l’engagement militaire de leur pays au Vietnam était ou non une erreur1. L’avantage d’une formulation rigoureusement identique à chaque sondage donne l’assurance de comparer des attitudes semblables, rendant possible une mesure fiable et précise des modifications graduelles des mentalités. Le graphique 1 présente les résultats de ces enquêtes. Les mouvements contraires et presque parfaitement symétriques des pourcentages de réponses « NON » et de ceux de réponses « OUI » illustrent la lente, mais inéluctable, érosion du soutien public à l’engagement américain. Entre août 1965, date à laquelle la question fut posée pour la première fois et mai 1971, c’est une baisse de près de la moitié des pourcentages initiaux de réponses « NON » qui est enregistrée, ces derniers passant de 61 à 28 pour cent en l’espace de six ans. Il semblerait qu’ils se soient alors stabilisés jusqu’en janvier 1973, quelques jours avant la signature des accords de Paris. La courbe dessinée par les taux de réponses « OUI » traduit le même malaise, la même désillusion progressive.

  • 2 W. Lunch et P. Sperlich, « American Public Opinion and the War in Vietnam », Western Political Quar (...)
  • 3 Notons en particulier qu’après 1968, le pourcentage des « colombes » est calculé à partir des répon (...)

3L’utilisation de ces seuls sondages s’avère toutefois insuffisante puisqu’ils ne reflètent pas l’évolution des sentiments pacifistes et militaristes au sein du public américain. C’est pourquoi il est fait conjointement usage du graphique établi par deux professeurs américains, William Lunch et Peter Sperlich, dans l’article qu’ils ont consacré à l’opinion publique pendant la guerre du Vietnam2. Afin de reproduire, le plus fidèlement possible, la distinction entre « colombes » et « faucons », ils n’ont retenu que les résultats de réponses portant sur le retrait des troupes américaines au Vietnam et de celles en faveur de l’intensification des combats3. Ce document, reproduit dans le graphique 2, fait ressortir une nette évolution en faveur des solutions pacifistes. Après la flambée de patriotisme provoquée par les incidents du Golfe du Tonkin et les représailles américaines en août 1964, les esprits se calment. Jusqu’en 1965, la préférence du public va à la solution de statu quo. Prudents, les Américains choisissent la continuation de la politique gouvernementale. En 1966, pourtant, un fort sentiment pro-interventionniste finit par se déclarer. Il va persister jusque vers la fin de l’année 1968. Ainsi, en 1967, la proportion des « faucons » atteint son maximum tandis que celle des « colombes » chute brutalement, ne rencontrant que six pour cent des suffrages en février. La nation accorde alors son soutien à l’intervention militaire. Mais déjà les avis commencent à évoluer. Dès 1968, les « colombes » regagnent du terrain. Le pourcentage de ceux qui envisagent le retrait des troupes est en hausse constante tout au long de l’année. En mars 1969, les premiers signes d’un possible rééquilibrage entre les deux tendances sont décelables. De 1970 à 1972, ce sont donc les « colombes » qui l’emportent. La montée abrupte de la courbe reflète bien l’avancée des sentiments pacifistes au sein de l’opinion dans les derniers temps du conflit.

Graphique 1. Erosion du soutien public à la cause américaine au Vietnam

Graphique 1. Erosion du soutien public à la cause américaine au Vietnam

(Sources : H. ERSKINE, « Polls : Is War a Mistake ? », Public Opinion Quarterly 34 (4), pp. 141-142 et sondages Gallup 56, 59, 61, 69, 73 et 92)

Graphique 2. Préférences stratégiques

Graphique 2. Préférences stratégiques

(Source: W. LUNCH et P. SPERLICH, « American Public Opinion and the War in Vietnam », Western Political Quarterly (32) (1), pp. 27-28)

  • 4 Sur la différence entre opposition morale et opposition pragmatique, lire P. Converse et H. Schuman (...)
  • 5 Sondage du Survey Research Center, American National Election Study, University of Michigan, 1966.

4Il semblerait, au premier abord, que la campagne d’opinion contre la guerre, à laquelle les Américains sont soumis depuis 1966, soit parvenue à les convertir aux thèses pacifistes. Il n’en est rien. Il faut, de fait, clairement distinguer entre deux sortes d’opposition. La première, la plus visible, la plus engagée et la plus active aussi, dénonce les effets nocifs et destructeurs du conflit, en Indochine comme aux Etats-Unis. Elle recrute principalement sur les campus des plus prestigieuses universités américaines et dans les milieux intellectuels. Pour se faire entendre, elle n’hésite pas à participer à des manifestations de rue, qui se terminent souvent en violents affrontements avec la police. La seconde, moins voyante mais beaucoup plus nombreuse, porte un tout autre regard sur le problème vietnamien. Son analyse du conflit, elle l’a menée en termes pragmatiques et non moraux. A ses yeux, la guerre n’est pas un crime, elle est une erreur4. Interrogés sur les raisons de leur opposition à la guerre, les partisans des solutions pacifistes avancent, dès 1966, trois griefs majeurs : le conflit coûte trop cher, les pertes humaines sont trop élevées, la situation est très embrouillée5. Amer constat d’échec que noteront aussi deux analystes de l’opinion publique dans une étude conduite en juin 1970 :

  • 6 P. Converse et H. Schuman, op. cit., p. 23.

« The polls have made little effort to illuminate the bases of negativism in the broader public, but signs of any moral overtones to this larger discontent are few. [...] Most disenchantment with the war seems pragmatic and can be summed up in the attitude that ‘we have not won and have little prospect of doing so’. »6

  • 7 Sondages Harris, New York Times, 5 décembre 1967 et New York Times, 19 décembre 1967.
  • 8 Sondage CBS, novembre 1969, in R. Chandler, Public Opinion: A CBS News Reference, New York: R.R. Bo (...)
  • 9 Sondage Opinion Research Corporation of Princeton, New York Times, 16 mai 1971.
  • 10 Sondage du Survey Research Center, American National Election Study, University of Michigan, 1968.
  • 11 Sondage Sindlinger & Co, Inc., New York Times, 31 août 1968.

5Ces deux oppositions ne sont pas seulement différentes, elles sont aussi, et surtout, antagonistes. Par la violence de ses tactiques, par l’outrance de sa rhétorique, le mouvement contestataire a effrayé l’électorat américain et engendré un phénomène de rejet presque unanime. En 1967 déjà, près des trois-quarts des Américains désapprouvent les manifestations en faveur de la paix7. Animosité dont l’intensité ne diminue pas avec le temps puisqu’en 1969, alors que les solutions pacifistes commencent à remporter les faveurs du public, un sondage commandé par la chaîne de télévision CBS révèle que 77 pour cent des personnes interrogées continuent de condamner une telle forme d’opposition politique8. Deux ans plus tard, ils sont toujours plus de 70 pour cent à désapprouver les manifestations de rue et l’agitation sur les campus9. Cet antagonisme se nourrit d’un fort sentiment d’hostilité : un sondage effectué en 1968 par l’Université du Michigan fait apparaître une intense aversion envers les jeunes activistes10. Enfin, chaque fois que la police intervient contre les manifestants, le public, lui, se range du côté des forces de l’ordre. En août 1968, par exemple, la convention démocrate, réunie à Chicago pour désigner le futur candidat du parti aux élections présidentielles, est le théâtre de violents affrontements entre la police de la ville et des membres du mouvement contestataire. Les reportages télévisés, retransmis en léger différé, dénoncent les excès de la réaction policière. La sympathie du public américain, pourtant, va aux représentants des forces de l’ordre : 56 % trouvent leur action justifiée ; 61 % soutiennent le maire de la ville, qui a autorisé la répression policière11.

  • 12 R. Nixon, « Address to the Nation on the War in Vietnam », 3 novembre 1969, The Public Papers of th (...)

6Si le phénomène de rejet est aussi ample et profond — « faucons » et « colombes » se retrouvent dans leur hostilité au mouvement contestataire —, c’est sans doute parce que ce dernier représente, au-delà d’une menace physique à la sécurité des citoyens, une attaque contre les fondements mêmes de la société américaine. Prétexte plus que finalité, la guerre sert aux contestataires d’illustration pour dénoncer les torts et travers du système politique et social des Etats-Unis. Faisant de leur croisade contre le conflit armé une croisade contre le système tout entier, ils foulent aux pieds les valeurs fondamentales de l’Américain moyen. Ainsi, pour avoir fait peur, par ses excès oratoires et ses actes de violence, à la majorité des électeurs, le mouvement a peut-être eu un effet contraire à celui qu’il escomptait. En provoquant des réactions intensément négatives, il a offert à certains une raison supplémentaire de soutien à la politique interventionniste de l’exécutif américain. Le Président Richard Nixon saura tirer profit de ce phénomène, entretenant la confusion entre rejet du mouvement contestataire et soutien à la guerre dans son appel à la majorité silencieuse le 3 novembre 196912.

7De fait, l’homme de la rue a, pour appréhender et juger le conflit vietnamien, utilisé des critères qui n’avaient rien de commun avec ceux que lui proposaient les porte-parole du mouvement en faveur de la paix. Les Américains manifestent une certaine indifférence vis-à-vis de l’actualité internationale. Leur connaissance des problèmes mondiaux reste donc limitée. La question indochinoise n’a pas échappé à la règle. Peu ou mal instruits des tenants et des aboutissants du problème, ils se sont donc servis de points de repère stables et familiers pour former et orienter leurs opinions. Leur attachement aux institutions — l’armée, le Président —, leur ferveur patriotique seront donc autant de pôles facilement identifiables. Ce nationalisme a revêtu diverses formes.

  • 13 S. Verba et al, « Public Opinion and the War in Vietnam », American Political Science Review 61, ju (...)

8Il anime tout d’abord le fort courant d’anti-communisme qui traverse l’opinion américaine en début de conflit. On observe ainsi que l’ajout du nom ou de l’adjectif « communiste » accroît le nombre de ceux qui soutiennent l’effort de guerre. En 1966, lors d’une enquête conduite sous la direction de Sidney Verba, les personnes interrogées se déclarent à 39 % en faveur du retrait progressif des troupes américaines. Mais lorsque la perspective d’une victoire communiste est envisagée après le départ des contingents américains, le taux baisse de 20 points13. La doctrine de la guerre froide, le puissant courant anticommuniste auquel elle a donné lieu ont constitué un cadre aisé tout autant que sécurisant pour l’Américain moyen, lui faisant accepter l’intervention de son pays en Indochine.

  • 14 L. Gelb et R. Betts, The Irony of Vietnam: The System Worked, Washington, D.C.: The Brookings Insti (...)
  • 15 B. Hughes, The Domestic Context of American Foreign Policy, San Francisco: W.H. Freeman, 1978, p. 1 (...)

9Autre pôle rassurant : le chef de l’Etat. Elu au poste suprême, il quitte son statut de simple mandataire d’un courant particulier d’idées pour devenir le représentant unique et légitime de la nation, le porte-parole de tous les citoyens, l’incarnation de l’unité nationale. C’est pourquoi la loyauté à la patrie se traduit par un fort attachement à la figure présidentielle et par un soutien, pour ainsi dire acquis d’avance, à sa politique internationale. D’autant qu’il lui est relativement aisé de justifier tout programme d’actions à l’étranger comme mettant en jeu des questions de sécurité, de prestige et d’honneur nationaux. L’ascendant du chef de l’Etat sur son opinion se manifeste surtout en temps de crise grave. Poussée de fièvre patriotique et phénomène de ralliement autour de la personne du Président font que la politique officielle jouit alors d’un soutien aussi fort qu’apparemment inconditionnel. Lyndon Johnson a su tirer les bénéfices de ces actions populaires lors des incidents du Golfe du Tonkin en août 1964. La fermeté, l’assurance de l’attitude présidentielle tranquillisent un public choqué par la hardiesse des attaques nord-vietnamiennes : les actions de représailles ordonnées par le chef de l’Etat font monter sa cote de popularité de 14 points14. Réactions similaires en 1970, après l’annonce de la pénétration des troupes alliées en territoire cambodgien. Comparant les chiffres de deux sondages de l’institut Harris, le premier effectué en avril avant que le Président Richard Nixon n’autorise les mouvements de troupes et l’autre le mois suivant, donc après la décision, un spécialiste de l’opinion remarque : « Before the invasion, none of the groups volunteered support for the sending of U.S. troops. (...) Yet immediately after the sending of troops into Cambodia, support for the action jumped. »15

  • 16 Gallup Opinion Index 14, juillet 1966.
  • 17 Gallup Opinion Index 21, février 1967.
  • 18 Sondages Gallup, New York Times, 26 avril 1972 et New York Times, 26 janvier 1973 ; sondage Harris,(...)

10Autre preuve, enfin, de l’attachement de l’Américain moyen à son pays : sa foi dans la puissante machine de guerre américaine. Symbole de la supériorité technologique, et par extension idéologique, du pays, l’arsenal militaire de l’armée américaine cristallise sur lui la foi en la toute-puissance et l’invulnérabilité de la nation. C’est pourquoi la stratégie de représailles aériennes a toujours reçu l’aval d’une majorité d’Américains, pour qui le recours à la force restait le moyen le plus sûr d’obtenir la victoire. En juillet 1966, 70 % des Américains approuvent les raids aériens sur les entrepôts de carburants nord-vietnamiens16. Quelques mois plus tard, 67 % continuent de soutenir la politique agressive du gouvernement en matière de guerre aérienne17. Richard Nixon a lui aussi bénéficié de l’appui populaire dans ses coups de poing militaires. En 1972, par exemple, un an avant la fin des hostilités, alors qu’une majorité d’Américains se prononce en faveur du désengagement au Vietnam, il se trouve encore entre 45 à 55 % de personnes interrogées pour approuver la reprise des bombardements en avril, en septembre puis en décembre de cette année-là18.

  • 19 Voir W. Lunch et P. Sperlich, op. cit., p. 30, note 22.

11Il semble, de fait, que l’opinion américaine ait longtemps refusé la possibilité d’une défaite au Vietnam. La mise en parallèle des deux graphiques reproduits plus haut s’avère, à cet égard, riche d’enseignements. Les courbes qu’ils présentent n’évoluent pas en parfaite synchronie. Il existe un décalage entre le rythme de l’érosion du soutien public à la cause vietnamienne (graphique 1) et la vitesse d’évolution des sentiments pacifistes et bellicistes (graphique 2). En 1967, par exemple, tandis que baissent les pourcentages de ceux qui approuvent l’intervention, les partisans de l’escalade se font, eux, de plus en plus nombreux. L’impatience du public s’est donc d’abord traduite par un désir d’intensifier le conflit armé afin d’assurer la victoire finale. En 1967, l’opinion se révèle plus belliciste que son Président qui, lui, a choisi une politique de l’escalade graduée19. On observe, de même, que les courbes respectives des deux graphiques ne se croisent pas à la même époque. Dans le premier graphique, c’est en 1968 que le point de non-retour est atteint. Dans le second, il faut attendre la fin de l’année 1969 pour que les tendances s’inversent définitivement. Décalage significatif qui révèle la réticence des Américains à abandonner une fois pour toute l’espoir d’une solution militaire. Le retrait des forces armées n’est pour eux qu’un pis-aller, accepté non sans hésitations et arrière-pensées, comme en témoignent les brusques indentations de la courbe. Le passage d’une majorité proche de la mentalité « faucon » à une majorité plus favorable à des solutions pacifistes s’est donc fait lentement. La différence n’apparaît vraiment décisive qu’à partir du moment où une nouvelle politique commence à être formulée : le 31 mars 1968, Lyndon Johnson décide, pour la première fois, l’arrêt inconditionnel des bombardements américains ; le 3 novembre 1969, Richard Nixon ébauche, dans un discours à la nation américaine, son programme de retrait progressif des forces armées.

12Si le public a retiré son soutien à la cause vietnamienne, s’il a, non sans regret, abandonné la solution militaire, c’est que celles-ci ont été discréditées à ses yeux. Son « pacifisme » est en réalité l’expression d’un grand désarroi et d’une amère déception vis-à-vis de la stratégie officielle de l’escalade graduée. Samuel Lubell utilise le terme évocateur d’albatros pour le décrire :

  • 20 G. Herring, America’s Longest War: The United States and Vietnam, 1950-1975, 2e éd., New York: Knop (...)

« If any bird symbolized the growing disenchantment with Vietnam, opinion analyst Samuel Lubell observed, it was the albatross, with many Americans sharing a ‘fervent desire to shake free of an unwanted burden’. The public mood was probably best expressed by a housewife who told Lubell ‘I want to get out but I don’t want to give up’. »20

  • 21 F. Siegel, Troubled Journey: From Pearl Harbor to Ronald Reagan, New York: Hill & Wang, 1984, p. 18 (...)

13Ce désenchantement s’exprime ouvertement lors des élections primaires du New Hampshire. Contre toute attente, Eugene McCarthy, qui fait campagne pour le rétablissement de la paix, ébranle l’assise du Président sortant, Lyndon Johnson, remportant 42 % des suffrages. Son surprenant succès sonne le glas de la politique officielle. Car ceux qui donnent leur voix au sénateur du Minnesota ne sont pas pour autant des pacifistes convaincus ; ce sont principalement des mécontents. Leur vote est un vote contre le Président et sa politique vietnamienne plus qu’un vote contre la guerre, comme l’atteste une analyse détaillée des résultats. Sur les 42 % des suffrages recueillis par Eugene McCarthy, près des deux-tiers sont des partisans de l’escalade militaire qui ont perdu toute illusion quant aux chances de succès de la stratégie gouvernementale21.

14La télévision porte, certes, une part de responsabilité dans ce phénomène d’érosion. Son impact sur les opinions populaires s’est toutefois révélé plus complexe que généralement admis. Car loin d’avoir fait le procès de l’intervention armée en Indochine, elle a, dans une large mesure, contribué à légitimer la politique nationale.

  • 22 Pour une excellente analyse de ce problème, consulter D. Hallin, The « Uncensored War » : The Media (...)
  • 23 R. Entman et D. Paletz, op. cit., p. 183.
  • 24 E. Epstein, News From Nowhere, New York: Vintage, 1973, pp. 48-49.

15La pratique du journalisme, aux Etats-Unis, est strictement codifiée. Et ce, afin de garantir l’objectivité du journaliste : ce dernier doit s’effacer devant les faits pour ne pas imposer ses préjugés à sa mise en forme de l’actualité. C’est pourquoi trois règles doivent être impérativement respectées : l’indépendance (ne pas céder aux pressions politiques) ; l’impartialité (présenter tous les points de vue d’un problème donné sans en privilégier aucun) ; l’objectivité proprement dite (s’en tenir aux faits et aux faits seulement). Ces engagements idéologiques ont débouché sur un ensemble de pratiques quotidiennes qui ont tissé des rapports étroits entre les hommes du pouvoir et les journalistes. Les médias ne peuvent se passer des dirigeants qui sont leurs sources d’information les plus fertiles comme leurs cibles privilégiées. Les hommes au pouvoir ont besoin des médias pour communiquer avec le public et les autres membres de l’élite. Les médias, dont la télévision, entretiennent ainsi des rapports ambivalents avec les puissants. S’affirmant libres de toute pression politique, ils sont néanmoins tributaires du bon vouloir de l’équipe dirigeante, puisqu’elle est à la fois la source principale de l’information, la caution de sa crédibilité et le point focal de l’attention médiatique. La nature même du sujet — un conflit armé dans lequel sont engagées les forces nationales — n’a pu qu’accentuer la dépendance des journalistes vis-à-vis des sources officielles. Pour eux, en effet, cautionner les thèses de l’opposition à la guerre revenait non seulement à mettre en jeu la crédibilité de leur information mais aussi à se risquer hors des limites du débat légitime en trahissant la cause nationale22. Les médias américains ont donc, dans leur ensemble, servi le discours des dirigeants. La télévision plus que la presse écrite. Les journaux télévisés ont en effet évolué, grandi, mûri en même temps que se développait le conflit indochinois. Moins bien rompus aux techniques du reportage politique que leurs confrères de la presse écrite, moins bien infiltrés dans les milieux politiques de Washington, les journalistes de la télévision ont donc été plus vulnérables à la rhétorique présidentielle, les services de la Maison Blanche et ceux de l’armée américaine au Vietnam constituant souvent leur unique source de renseignements. C’est pourquoi les reportages télévisés ont repris, sans les contester, les thèses du gouvernement. Les premières années du conflit sont ainsi caractérisées par un optimisme qui reflète assez fidèlement la confiance des déclarations officielles : « The whole tone of coverage was set by the overly optimistic pronouncements of officiais whose jobs depended on optimism. There was always light at the end of the tunnel. »23 Après 1969, par peur de lasser un public gavé de cinq années d’images sur le conflit armé, la télévision va changer de point de vue, mettant désormais l’accent sur le thème de la vietnamisation. En mars 1969, le producteur-en-chef du journal du soir sur ABC fait savoir à son bureau de Saigon: « I think the time has corne to shift some of our focus from the battlefield, or more specifically American military involvement with the enemy, to themes and stories under the general heading: We Are On Our Way Out of Vietnam. »24 Les reportages télévisés ont ainsi accrédité l’image d’un conflit sur le déclin et en voie de résolution, conforme à celle présentée par le Président Richard Nixon dans ses déclarations publiques. Une telle version, pourtant, ne reflète pas la réalité. Pendant cette période, loin de s’atténuer, la guerre continue de faire rage : les bombardements sont intensifiés, le nombre des victimes et des réfugiés vietnamiens ne cesse d’augmenter, le conflit s’élargit à deux pays voisins.

16Dépendance vis-à-vis des sources officielles. Dépendance aussi vis-à-vis du public. La télévision est une entreprise commerciale. En tant que telle, elle dépend, pour ses revenus, du taux d’écoute de ses émissions. La nécessité économique d’attirer un public le plus large possible, de l’accrocher sans le mécontenter, encore moins le choquer, ne peut que limiter sa liberté d’expression. D’où le souci de ne pas montrer d’images choquantes ou insoutenables. D’où la volonté de mettre en scène les faits sous une forme facilement intelligible, de les intégrer dans une stucture narrative simplifiée qui cherche à rassurer et à guider le public. Une image idéalisée de la guerre a donc servi de cadre de références : la guerre est une entreprise nationale, la guerre endurcit les hommes et révèle leur courage, la guerre est une science où sont mis en œuvre d’énormes moyens technologiques. Parce qu’elle est, aux Etats-Unis, le seul média à diffusion nationale, la télévision, plus que la presse écrite, promeut un journalisme de consensus qui, exaltant les symboles nationaux et les valeurs démocratiques, participe à la cohésion sociale.

  • 25 O. Patterson III, « An Analysis of Television Coverage of the Vietnam War », Journal of Broadcastin (...)
  • 26 E. Epstein, Between Fact and Fiction: The Problem of Journalism, New York: Vintage, 1975, p. 217.

17Les pellicules retenues pour illustrer le conflit indochinois n’ont donc pas offert d’images horribles ; peu ont effectivement montré du sang ; la mort n’y est pas étalée en gros plan25. C’est plutôt une série de vignettes présentant une image stéréotypée d’hommes au combat qui est diffusée quotidiennement sur le petit écran. Tel est, d’après Edward J. Epstein, le format habituel des nouvelles sur le conflit sur les trois chaînes américaines : « With few exceptions, combat stories [...] began by showing (the American) initiative — search-and-destroy patrols, landing of helicopters, air bombardments, sweeps, etc — and concluded by measuring the effectiveness of the operation in terms of the “body count”.26

18Image des hostilités conventionnelle et superficielle au schéma narratif simplifié à l’extrême. Un fil conducteur logique mène l’action à sa résolution : arrivée des troupes, déploiement des forces, succès de l’engagement militaire mesuré au nombre de victimes dans les deux camps. De plus, pour éviter toute personnalisation, tout se déroule à une distance respectable de l’objectif. Les soldats ne sont que des figures anonymes, l’ennemi est une ombre fugitive à peine entrevue, l’action se passe en dehors du champ de la caméra. Ne sont fixés sur la pellicule que quelques éléments symboliques du décor :

  • 27 M. Arlen, « The Falklands, Vietnam, and Our Collective Memory », The New Yorker, 16 août 1982, p. 7 (...)

« [...] Helicopters landing, tall grasses blowing in the helicopter wind, American soldiers fanning out across a hillside on foot, rifles at the ready, with now and then (on the soundtrack) a faroff ping or two, and now and then (as the visual grand finale) a column of dark, billowing smoke a half mile away, invariably described as a burning VC ammo dump. »27

  • 28 R. Entman et D. Paletz, op. cit., pp. 197-198.

19On peut cependant supposer que, tout en reprenant à son compte les thèses officielles, tout en célébrant le patriotisme américain, la télévision a contribué à la désillusion populaire. Comment ? En accentuant le sentiment de lassitude qui, gagnant peu à peu le pays, a fini par saper le soutien public au conflit armé. Les images anodines et superficielles projetées sur le petit écran ont distancé le public de la cause américaine en Indochine, aggravant son incompréhension. Répétitifs, imprécis, trop simplistes, les reportages ont montré, soir après soir, le même scénario au décor et aux acteurs interchangeables. La télévision a donc, en dernier ressort, entretenu l’apathie et la confusion du public américain. « In the short run, television reporting promotes public support for government policy; in the slightly longer run, [...] it yields passive acquiescence — acceptance based on ignorance and confusion. »28 Ne commettons pas, toutefois, l’erreur de surestimer son pouvoir. Si elle a amplifié le désarroi populaire, elle n’en est pas la cause unique et principale.

20Les raisons profondes de la déception populaire sont à rechercher dans les choix politiques des dirigeants nationaux et dans leur incapacité à répondre à l’attente populaire, à ses interrogations comme à son inquiétude. Une décision prise en 1965 s’avère, à cet égard, capitale pour la suite des événements. Le 6 avril, McGeorge Bundy, conseiller du Président pour les problèmes de sécurité nationale, adresse la note suivante au secrétaire d’Etat, au secrétaire à la Défense et au directeur de la CIA, les trois principaux chefs d’orchestre de la campagne vietnamienne :

  • 29 National Security Memorandum 328, 6 avril 1965, cité in P. Geyelin, « Vietnam and the Press: Limite (...)

« On Thursday, April 1st, the President made the following decisions with respect to Vietnam: [...]
5. The President approved an 18-20,000 man increase in U.S. military support forces to fill out existing units and supply needed logistic personnel.
6. The President approved the deployment of two additional Marine battalions and one Marine air squadron and associated headquarters and support elements.
7. The President approved a change in mission for all Marine battalions deployed to Vietnam to permit their more active use under conditions to be established and approved by the Secretary of State [...].
11. The President desires that with respect to the actions in paragraphs 5 through 7, premature publicity be avoided by all possible precautions. The actions themselves should be taken as rapidly as practicable, but in ways that should minimize any appearance of sudden change in policy, and official statements on these troop movements will be made only with the direct approval of the Secretary of Defense, in consultation with the Secretary of State. The President’s desire is that these movements be understood as being gradual and wholly consistent with existing policies. »
29

21Au moment même où il ordonne le renfort des troupes américaines au Vietnam, le chef de l’Etat refuse la mise en alerte du pays en privilégiant une approche secrète et indirecte du problème. Pourquoi ? Parce que pour lui, tel est le prix à payer pour prévenir la tourmente politique et ne pas perdre le contrôle de l’opinion américaine. Un tel effort de dissimulation s’explique, en grande partie, par la nature même du conflit. Pour les dirigeants américains, en effet, la guerre au Vietnam est, et doit rester, un conflit limité. Pour ne pas risquer l’embrasement de toute la région et l’entrée en guerre des forces russes ou chinoises. Pour éviter le recours à l’arme atomique, trop dévastatrice. Limiter le conflit, cela signifie doser la force militaire pour obliger l’ennemi à capituler sans pour autant s’engager dans une guerre totale. Et pour cela, un impératif : rester maître des passions populaires.

  • 30 L. Baritz, Backfire: Vietnam The Myths that Made Us Fight, the Illusions that Helped Us Lose, the (...)

« The war was fought for reasons of State, not out of anger. If the American people was whipped into anger, the political engineers might not have been able to attempt to finetune Vietnam to just the right level of death. They might not have been able so precisely to control a more passionate war. The very idea of limited war was at stake. »30

  • 31 H. Summers, Jr. (Colonel), On Strategy: A Critical Analysis of the Vietnam War, Novato, Calif.: Pre (...)

22Ainsi le Président refuse-t-il la mobilisation générale. Et, pour ne pas avoir à justifier publiquement les décisions qu’il vient de prendre, il évite toute publicité prématurée en minimisant la portée de l’intervention militaire au Vietnam. L’extrait de la note citée plus haut livre ainsi, en filigrane, les principales raisons de la faillite de la politique vietnamienne. Dès le début, l’entreprise est caractérisée par un décalage entre les actes et les discours, dans lequel se dessinent les prémices de la crise de confiance qui viendra ternir les relations entre le public et ses gouvernants. Mais surtout, n’ayant jamais été affermie par un gouvernement qui refuse la mobilisation de l’opinion, la volonté nationale n’a pu que fléchir. « Having deliberately never been built, it could hardly be said that the national will collapsed. »31

  • 32 Discours de Johns Hopkins, 7 avril 1965 ; conférence de Manille et allocution présidentielle du 27 (...)
  • 33 Discours de San Antonio, 29 septembre 1967.

23Ne se donnant pas tous les moyens à sa disposition pour entraîner l’adhésion populaire, le gouvernement s’est enfermé dans les ambiguïtés d’un conflit limité. Car, très vite, l’ampleur que prend l’engagement militaire au Vietnam rend l’effort de dissimulation difficile, voire impossible. L’importance des mesures prises ne peut plus être cachée. Dès lors, comment les justifier ? Pendant toute la durée de son mandat, Lyndon Johnson a été à la recherche d’un thème mobilisateur capable de gagner le pays à la cause vietnamienne. Jusqu’en 1966, il s’est efforcé de développer celui de la démocratie32. Programme noble et généreux. Pourtant, trop général dans sa formulation, il laisse dans l’ombre un point crucial : en quoi le Vietnam est-il essentiel aux intérêts et à la sécurité des Etats-Unis ? Pourquoi défendre la démocratie là plutôt qu’ailleurs ? En 1967, changement de ton. Le spectre d’une conflagration nucléaire est évoqué : c’est pour éviter une troisième guerre mondiale qu’il faut se battre au Vietnam33. Tout porte à croire que ce cri d’alarme est lancé trop tard pour être véritablement efficace. D’autant que les justifications à la présence américaine au Vietnam ayant changé en cours de route, l’argument perdait de sa crédibilité.

  • 34 L. Gelb, « The Essential Domino: American Politics and Vietnam », Foreign Affairs 50, avril 1972, p (...)
  • 35 Par trois fois dans le courant de l’année 1967, le Général W. Westmoreland vient se présenter devan (...)

24Incapable de justifier l’ampleur de la participation militaire, le gouvernement se voit réduit à faire patienter l’opinion américaine. D’un côté, il essaie de faire taire les critiques qui commencent à s’élever de toutes parts. Pour calmer les craintes des pacifistes, il promet des ouvertures de paix et engage des tentatives de pourparlers ; pour « tenir bon » au Vietnam et ne pas encourir les récriminations des bellicistes purs et durs, il renforce l’aide militaire américaine au sol et intensifie périodiquement les campagnes aériennes. « On a deeper level, gradualism was designed to control both the Right and the Left [...]. The Right was to be given escalation. The Left was to be given occasional peace overtures. The middle would not be asked to pay for the war. [...] It was the product of the old consensus game. »34 De l’autre, il pratique une politique de l’optimisme contrôlé : montrer avec force chiffres et rapports encourageants à l’appui que des progrès certains sont accomplis au Vietnam35. Optimisme dangereux : car si d’un côté le gouvernement laisse entrevoir la lumière au bout du tunnel, de l’autre, il n’en doit pas moins annoncer périodiquement l’envoi de nouveaux renforts. Le discours ambivalent des dirigeants américains a donc fini par porter atteinte au patriotisme de l’Américain moyen, dont l’incertitude et le désarroi grandissaient au fur et à mesure que se creusait le fossé entre la réalité de l’engagement armé en Indochine et l’image, les images contradictoires qu’en donnait la rhétorique feutrée et optimiste du gouvernement.

  • 36 Sondages de janvier et février 1968, Gallup Opinion Index 54, 61 % des personnes interrogées souhai (...)

25En 1968, le seuil de tolérance du public est dépassé. Le 30 janvier, l’ennemi lance une offensive générale contre les plus importants centres urbains du Vietnam du Sud. L’opinion publique, comme à son habitude, se rallie derrière son Président, attendant de lui qu’il déclenche une riposte efficace devant cette nouvelle menace36. Or le gouvernement n’agit pas. Aucun changement dans la ligne de conduite officielle n’est décidée dans les deux mois qui suivent les premières attaques communistes. Il faut attendre la fin du mois de mars et l’allocution surprise du Président pour que des décisions énergiques soient enfin prises. Le silence, la paralysie de Washington inquiètent, laissant présager le pire. Le vide politique créé par les atermoiements du Président, incapable de riposter énergiquement, est bientôt rempli par le discours sensationnaliste de médias eux aussi déboussolés par l’absence d’une réaction ferme de la part des dirigeants.

  • 37 R. Entman et D. Paletz, op. cit., p. 185.

« Tet news on television produced itself. The war was happening literally in the streets, and in front of the reporters and camera news. Normally, officials frame the visual images television corn veys by their verbal explanations from which the journalists construct their voice-over narrative. Tet disrupted for a time this close relationship between sources and television messages; the visual overwhelmed the verbal. »37

  • 38 Sondage de mars 1968, Gallup Opinion Index 54, 42 % se déclarent favorables à une réduction de l’ef (...)

26Mis dans l’impossibilité de prêter foi aux thèses officielles, celles-ci n’existant pas encore, les médias ont donné de l’actualité vietnamienne une version dramatique, parfois exagérée. Les reportages télévisés sur l’offensive du Têt ont donc accrédité l’idée que l’offensive communiste se soldait par une défaite des forces alliées. Confirmant les craintes du public, ils ont entraîné la montée des sentiments pacifistes au sein de l’opinion : en mars 1968, la fièvre patriotique commençant à retomber, les partisans du désengagement militaire font une percée décisive dans les sondages38.

27L’érosion du soutien public à l’intervention américaine au Vietnam a été l’expression d’un profond malaise national, dont la cause essentielle est à rechercher dans la défaillance du discours officiel à justifier la présence américaine au Vietnam. Les conséquences d’une telle perte de légitimité se sont révélées graves pour le fonctionnement de la démocratie américaine, portant plus particulièrement atteinte à l’autorité présidentielle. Par ses choix stratégiques vis-à-vis de l’opinion, le gouvernement américain n’a pas seulement contribué à détourner cette dernière de la cause vietnamienne, trop mal expliquée pour paraître essentielle aux intérêts américains. Il a aussi entraîné une crise de confiance dont l’affaire du Watergate sera l’aboutissement.

Notes

1 Le libellé exact était: « In view of the developments since we entered the fighting in Vietnam, do you think that the United States made a mistake sending troops to fight in Vietnam? » Sondages Gallup in H. Erskine, « Polls: Is War a Mistake? », Public Opinion Quarterly 34 (1), printemps 1970, pp. 134-150 et Gallup Opinion Index 56, 59, 61, 69, 73 et 92.

2 W. Lunch et P. Sperlich, « American Public Opinion and the War in Vietnam », Western Political Quarterly 32 (1), mars 1979, pp. 21-44.

3 Notons en particulier qu’après 1968, le pourcentage des « colombes » est calculé à partir des réponses n’ayant trait qu’au seul retrait des troupes à court terme. Ceci pour refléter le changement de stratégie militaire. A partir de cette date, en effet, le programme de vietnamisation rendait officiel le retrait progressif des forces armées américaines. Choisir cette option équivalait à se conformer à la décision présidentielle plutôt qu’à exprimer des sentiments foncièrement pacifistes.

4 Sur la différence entre opposition morale et opposition pragmatique, lire P. Converse et H. Schuman, « Silent Majorities and the Vietnam War », Scientific American 222 (6), juin 1970, pp. 17-25 et G. Hodgson, America in Our Time, Garden City, N.Y. : Doubleday, 1976, pp. 391-395.

5 Sondage du Survey Research Center, American National Election Study, University of Michigan, 1966.

6 P. Converse et H. Schuman, op. cit., p. 23.

7 Sondages Harris, New York Times, 5 décembre 1967 et New York Times, 19 décembre 1967.

8 Sondage CBS, novembre 1969, in R. Chandler, Public Opinion: A CBS News Reference, New York: R.R. Bowker, 1972, p. 172.

9 Sondage Opinion Research Corporation of Princeton, New York Times, 16 mai 1971.

10 Sondage du Survey Research Center, American National Election Study, University of Michigan, 1968.

11 Sondage Sindlinger & Co, Inc., New York Times, 31 août 1968.

12 R. Nixon, « Address to the Nation on the War in Vietnam », 3 novembre 1969, The Public Papers of the Presidents: Richard Nixon, 1969, Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office, 1970, pp. 908-909.

13 S. Verba et al, « Public Opinion and the War in Vietnam », American Political Science Review 61, juin 1967, pp. 317-333.

14 L. Gelb et R. Betts, The Irony of Vietnam: The System Worked, Washington, D.C.: The Brookings Institute, 1979, p. 130.

15 B. Hughes, The Domestic Context of American Foreign Policy, San Francisco: W.H. Freeman, 1978, p. 110.

16 Gallup Opinion Index 14, juillet 1966.

17 Gallup Opinion Index 21, février 1967.

18 Sondages Gallup, New York Times, 26 avril 1972 et New York Times, 26 janvier 1973 ; sondage Harris, New York Times, 12 septembre 1972.

19 Voir W. Lunch et P. Sperlich, op. cit., p. 30, note 22.

20 G. Herring, America’s Longest War: The United States and Vietnam, 1950-1975, 2e éd., New York: Knopf, 1986, p. 174.

21 F. Siegel, Troubled Journey: From Pearl Harbor to Ronald Reagan, New York: Hill & Wang, 1984, p. 185.

22 Pour une excellente analyse de ce problème, consulter D. Hallin, The « Uncensored War » : The Media and Vietnam, New York : Oxford University Press, 1986 ; M. Arien, Living-Room War, New York : Penguin, 1982 et R. Entman et D. Paletz, « The War in South-East Asia : Tunnel Vision on Television », in W. Adams (ed.), TV Coverage of International Affairs, Norwood, N.J. : Ablex, 1982, pp. 181-201.

23 R. Entman et D. Paletz, op. cit., p. 183.

24 E. Epstein, News From Nowhere, New York: Vintage, 1973, pp. 48-49.

25 O. Patterson III, « An Analysis of Television Coverage of the Vietnam War », Journal of Broadcasting 28 (4), automne 1984, pp. 397-404.

26 E. Epstein, Between Fact and Fiction: The Problem of Journalism, New York: Vintage, 1975, p. 217.

27 M. Arlen, « The Falklands, Vietnam, and Our Collective Memory », The New Yorker, 16 août 1982, p. 72.

28 R. Entman et D. Paletz, op. cit., pp. 197-198.

29 National Security Memorandum 328, 6 avril 1965, cité in P. Geyelin, « Vietnam and the Press: Limited War and an Open Society », in A. Lake (ed.), The Vietnam Legacy, New York: New York University Press, 1976, pp. 166-167.

30 L. Baritz, Backfire: Vietnam The Myths that Made Us Fight, the Illusions that Helped Us Lose, the Legacy that Haunts Us Today, New York, Ballantine Books, 1985, p. 320.

31 H. Summers, Jr. (Colonel), On Strategy: A Critical Analysis of the Vietnam War, Novato, Calif.: Presidio Press, 1982, p. 12.

32 Discours de Johns Hopkins, 7 avril 1965 ; conférence de Manille et allocution présidentielle du 27 octobre 1966.

33 Discours de San Antonio, 29 septembre 1967.

34 L. Gelb, « The Essential Domino: American Politics and Vietnam », Foreign Affairs 50, avril 1972, pp. 467-468.

35 Par trois fois dans le courant de l’année 1967, le Général W. Westmoreland vient se présenter devant le Congrès pour rassurer, avec des prédictions encourageantes, l’opinion américaine.

36 Sondages de janvier et février 1968, Gallup Opinion Index 54, 61 % des personnes interrogées souhaitent le renforcement de l’action militaire au Vietnam. (Pour mesurer avec une plus grande précision l’impact des événements du début de l’année 1968, nous avons utilisé les pourcentages respectifs de « colombes » et de « faucons » estimés dans une série de sondages que l’institut Gal lup a effectués entre décembre 1967 et novembre 1969. La question était la suivante: « People are called “hawks” if they want to step up our military effort in Vietnam. They are called “doves” if they want to reduce our military effort in Vietnam. How would you describe yourself — as a “hawk” or as a “dove”? »)

37 R. Entman et D. Paletz, op. cit., p. 185.

38 Sondage de mars 1968, Gallup Opinion Index 54, 42 % se déclarent favorables à une réduction de l’effort militaire au Vietnam. Ils n’étaient que 26 %, le mois précédent, à choisir cette option.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Erosion du soutien public à la cause américaine au Vietnam
Légende (Sources : H. ERSKINE, « Polls : Is War a Mistake ? », Public Opinion Quarterly 34 (4), pp. 141-142 et sondages Gallup 56, 59, 61, 69, 73 et 92)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5046/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 2. Préférences stratégiques
Légende (Source: W. LUNCH et P. SPERLICH, « American Public Opinion and the War in Vietnam », Western Political Quarterly (32) (1), pp. 27-28)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5046/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

Auteur

Skidmore College, Saratoga Springs, N.Y.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540