Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Guerre du Vietnam et l’opinion publique américaine (1961-1973)

 | 
Jean Cazemajou
, 
Jean-Michel Lacroix

I. — Le cadre historique

Les États-Unis, la guerre du Vietnam et la Chine

Nora Wang

Texte intégral

1A l’inverse du cas américain, peu d’indices permettent d’évaluer l’état de l’opinion publique chinoise : ce n’est que tout récemment — dans les années 1980 — que le sondage a fait son apparition. Du fait de l’absence de médias qui ne soient sous contrôle des autorités centrales ou locales, certains concluent même à l’absence de toute « opinion » au sens occidental du terme ; seule l’expression, marginale, clandestine ou ponctuelle des « dissidences », phénomène restreint, est en Occident reconnue comme telle.

2On voit mal, cependant, comment dans un pays dont le contexte international détermine largement les conditions d’existence, la masse serait insensible à ce même contexte, alors que quotidiens, revues et radio, puis plus récemment télévision, accordent une place importante aux événements extérieurs. Faut-il imaginer cette même masse, à l’exception de quelques intellectuels, globalement endoctrinée par une propagande systématique, à laquelle, au mieux, elle resterait indifférente ? Ou l’hypothèse d’un relatif consensus sur des politiques, en l’espèce ici les choix en matière de rapports internationaux, est-elle jusqu’à un certain point crédible ?

3Il n’appartient pas à cet article de répondre à une telle question. Il s’agissait seulement de marquer les limites des développements qui suivent. Face à l’un des épisodes majeurs des rapports internationaux au XXe siècle, la « seconde » guerre du Vietnam, nous nous bornerons à tenter d’éclairer ce que furent les prises de positions officielles de la Chine, et à suggérer, dans la mesure du possible, leur impact sur les attitudes de la population chinoise.

I — LE CONTEXTE D’ENSEMBLE : LA CHINE ET LA PRESENCE AMERICAINE AU VIETNAM

Un épisode de la guerre froide

4La guerre américaine d’Indochine est un épisode de la Guerre Froide. En ce sens, ni son image auprès de l’opinion américaine, ni les modalités de son déroulement, ne sauraient se comprendre indépendamment des rapports internationaux généraux qui sous-tendent ce conflit localisé.

  • 1 The American Record in the Far East, 1945-1951 (New York, 1952), p. 88.

5Par sa masse humaine, sa surface, son poids politique, la Chine est au moment de la guerre du Vietnam l’un des plus importants (sinon le principal) pays de la zone Asie-Pacifique, et l’un des « grands » du bloc communiste. Le conflit vietnamien est dans une large mesure déterminé par les relations américano-chinoises, dont les aspects exerceront une influence non négligeable sur le déroulement et les formes de la guerre. Ainsi que le souligne Kenneth S. Latourette, « traditionnellement, les intérêts américains en Extrême-Orient ont été focalisés essentiellement sur la Chine »1. C’est aussi là que les Etats-Unis ont connu leur première grande défaite en Asie, à l’aube des années 1950.

6Le rôle de la Chine et la nécessité de prendre en compte ce pays dans tout problème touchant à l’Indochine ont du reste été reconnus par les Etats-Unis eux-mêmes de façon implicite dès 1954, au moment de la Conférence de Genève sur le règlement du conflit de Corée et de la guerre « française » d’Indochine. On y rencontre cette situation paradoxale : aux yeux des Etats-Unis, le gouvernement de Pékin n’a aucune existence légale, et depuis 1949, le seul gouvernement chinois reconnu par eux — et dans la foulée une majorité de leurs alliés — est le gouvernement de Jiang Jieshi (Tchiang Kai-shek), réfugié à Taiwan. Néanmoins, et après de fortes oppositions, les Etats-Unis ont accepté de se joindre à une conférence comprenant la Chine communiste. C’était, sinon une reconnaissance de jure qui ne devait intervenir que près de deux décennies plus tard, du moins une reconnaissance de facto. La contradiction qu’elle renferme est telle que W.P. McConaughy, directeur des affaires chinoises au Département d’Etat, tentera de la justifier par l’affirmation qu’il s’agissait d’amener la Chine à prendre conscience de son agression.

7Lors de la Conférence préparatoire de Berlin, au début de la même année 1954, le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères américain John Foster Dulles avait pourtant qualifié ce gouvernement de « régime qui exerce le pouvoir de facto en Chine continentale après s’en être emparé par une guerre sanglante et pour qui la liquidation de millions de Chinois a été le seul moyen de s’y maintenir ». Ce point de vue reflétait assez clairement les attitudes courantes à l’époque de la Guerre Froide. Il était l’aboutissement d’une suite d’événements dont aucun cependant ne fut tout à fait inéluctable.

De l’isolement à l’encerclement

8Lorsqu’en 1949, la République Populaire de Chine est proclamée, le pays se trouve assez vite dans un profond état d’isolement. Ni la Chine, ni les Etats-Unis n’ont, semble-t-il, souhaité d’emblée la rupture qui prévaut par la suite. Tout au long de la période 1944-1949, consciente de la désagrégation du régime nationaliste, la diplomatie américaine a multiplié les initiatives (par exemple la mission Marshall de 1946) pour tenter de trouver un accord entre le gouvernement de Jiang, en proie à la décomposition la plus nette, et les dirigeants des bases rouges, qui émergeaient de la guerre avec un capital de sympathie aussi bien national qu’international. Mais les différentes tentatives de solutions « moyennes » s’effondrent rapidement. Il en résulte une aide croissante en matériel et en fonds, offerte par le gouvernement américain aux nationalistes chinois. Cette aide ne suffira pas à éviter la défaite de Jiang.

9Ces événements se déroulent alors que la Guerre Froide est commencée sur le front européen, notamment par les événements de Grèce. Aussi, lorsque la déroute de Jiang est consommée, les Occidentaux affirmeront-ils qu’un « rideau de bambou » prolonge désormais le rideau de fer. Pourtant, les dirigeants de la République Populaire de Chine, proclamée le 1er octobre 1949, s’efforceront dans les deux années qui suivent d’obtenir la reconnaissance des pays occidentaux. Seuls quelques-uns répondront à ces efforts diplomatiques, menés par Zhou Enlai, et dont le but était précisément d’éviter une dépendance à l’égard d’un des blocs. Ainsi, la Grande-Bretagne maintient-elle un chargé d’affaires, et la Suisse reconnaît la Chine en septembre 1950. Il faut ajouter à ces pays des Etats d’Asie, dont l’Inde, l’Indonésie et le Pakistan.

10Du côté américain, le gouvernement est à la recherche d’une politique, et dans l’été de 1949 encore, l’ambassadeur américain J. Leighton Stuart a accepté une invitation à se rendre dans le nord de la Chine, tenu par les communistes dont la victoire est imminente. De nombreux intellectuels, dont beaucoup sont des « survivants » de l’ère rooseveltienne, militent en faveur d’un appui, ou au moins d’une entente avec ces derniers. Quelques-uns vont jusqu’à s’engager dans la réforme agraire entreprise par le Parti Communiste Chinois dans les zones qu’il a libérées : c’est le cas de l’agronome William Hinton. Certains ont, avant la guerre, contribué financièrement au soutien du gouvernement soviétique de Yan’an : ainsi des personnalités du cinéma ont-elles financé la mission effectuée dans les bases rouges par le cinéaste Joris Ivens en 1938. D’autres enfin animent la revue Amerasia, dont des membres du corps diplomatique. Elle préconise une reconnaissance du nouveau régime. Les uns comme les autres seront victimes de l’épisode maccarthyste.

11Mais le contexte général, l’avènement de la politique trumanienne de containment, la formulation de la théorie des dominos, le tour désastreux pris par la guerre française d’Indochine et notamment la victoire du Vietminh à Cao Bang en 1950, enfin le déplacement global des lignes de défense américaines sur le littoral occidental du Pacifique à l’issue de la seconde guerre mondiale, vont à l’encontre de toute ouverture. Il s’ajoute à cela d’autres facteurs : les républicains sont majoritaires au Congrès, et Marshall, devenu secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, a besoin de leur appui pour son « plan ». Or les républicains, dont les liens avec Jiang sont forts, menacent de lui refuser les crédits.

12Le refus américain rejette inéluctablement la Chine du côté du bloc socialiste. Le 3 octobre 1949, l’URSS a reconnu la République Populaire, et ce sera aussi le cas, dans la foulée, des démocraties populaires européennes. Le 14 février 1950 un Traité d’Amitié, d’Alliance Mutuelle et d’Assistance est signé avec l’URSS. C’est en vertu de ce traité que les volontaires chinois interviennent dans la guerre de Corée.

13Il se forme dès lors aux Etats-Unis un « lobby chinois » vigilant, qui veillera constamment à ce qu’une aide militaire et économique soit apportée au régime réfugié à Taiwan. Le noyau dur est constitué par le « China bloc », formé de membres républicains du Congrès. Des armées d’experts se penchent sur le problème de savoir comment les Etats-Unis ont « perdu » la Chine, et spéculent sur la viabilité du régime communiste. Les estimations, dans le début des années 1950, vont de 10 à 50 ans.

14Les années suivantes voient les Etats-Unis former dans le Pacifique un réseau d’alliances visant à isoler la Chine. Après les accords de Genève de 1954, à l’issue d’une conférence tenue à Manille, est notamment organisée l’OTASE, dont l’objectif principal est le regroupement des pays « libres » de la région.

15Ainsi, la guerre américaine d’Indochine, comme l’affrontement coréen auparavant, s’inscrit-elle dans une politique conflictuelle plus large. La confrontation majeure est certes celle qui oppose les Etats-Unis à l’URSS. Mais le principal pays communiste est en Asie, ainsi qu’on l’a dit, la Chine. La tension américano-chinoise reste forte jusque dans les années 1970 : le conflit sino-soviétique qui éclate à partir de 1960 est loin d’être, dans un premier temps, un facteur d’apaisement. Il ne le deviendra qu’à partir de 1969.

II — LE SOUTIEN INCONDITIONNEL AU VIETNAM, 1964-1969

Les bases politiques du soutien au Vietnam

  • 2 Pour une vue d’ensemble de la guerre, se reporter au texte de R. Marx, Les temps forts de la guerr (...)

16En effet, durant toute la période postérieure aux accords de Genève la Chine soutiendra systématiquement le Nord-Vietnam. Ce soutien prendra, à partir de l’« escalade » américaine, une forme de plus en plus concrète2.

17Il s’inscrit dans plusieurs axes. L’un est la conception générale de la situation mondiale. Les dirigeants chinois ont théorisé de façon de plus en plus sophistiquée leur vue de la situation mondiale. Ces analyses sont en rapport avec les événements de la politique intérieure chinoise, et notamment, à partir de 1966, la Révolution Culturelle. Mais une partie des thèses formulées dans la période survivront à cette même Révolution Culturelle. Entre autres aspects, les dirigeants chinois refusent la vision développée par les Soviétiques après le XXe congrès du Parti Communiste de l’URSS, d’une détente nécessaire. Ils affirmeront, à l’inverse, que le mouvement révolutionnaire mondial croît dans les années 1960.

18L’autre élément décisif est la vision qu’a la Chine de sa propre situation. Cette vision la porte à considérer l’intervention des Etats-Unis en Indochine comme une étape d’une agression tournée vers la Chine elle-même, dans une entreprise d’encerclement. Ainsi que le répéteront les dirigeants chinois après l’incident du Golfe du Tonkin, l’attaque contre le Vietnam est aussi une attaque contre la Chine.

19Ce sentiment d’insécurité relève de plusieurs facteurs. Parmi ceux-ci l’expérience de la guerre de Corée, coûteuse à tous égards, et au cours de laquelle la Chine s’est trouvée pour la première fois confrontée à une menace nucléaire directe. Il faut y ajouter la politique américaine de « réhabilitation » et de remilitarisation du Japon à partir de 1951, et surtout la constitution en 1954 de l’OTASE, déjà citée. Cet ensemble de données contribue à convaincre les dirigeants chinois que l’impérialisme américain encercle la Chine à partir de la mer.

  • 3 Voir Arthur Huck, The Security of China, Chinese Approaches to Problems of War and Strategy (Chica (...)

Carte parue dans le Renminribao (Le Quotidien du peuple) du 29 janvier 1966. Titre : « L’encerclement militaire de la Chine par l’impérialisme américain ». Légende : « 1 Troupes des Etats-Unis 2 Bases navales 3 Bases aériennes 4 Bases de missiles 5 Porte-avions 6 Sous-marins nucléaires »3.

20Ce sentiment obsidional, largement alimenté par l’isolement diplomatique chinois qui limite de fait la connaissance que, non seulement la masse de la population, mais aussi les hommes politiques, peuvent avoir du monde extérieur, est encore accru par le conflit montant entre l’URSS et la Chine. Un débat agite en effet le Parti Communiste Chinois, à partir du début des années 1960, sur la priorité des menaces. Dans un premier temps, la menace « du sud », l’impérialisme américain, est vue comme la plus dangereuse. C’est encore le cas à la veille de la Révolution Culturelle. Un article du Da gong bao, quotidien de Pékin, affirme, le 26 juillet 1965 :

L’impérialisme américain essaie d’imposer au monde un empire d’une ampleur sans précédent. Il veut envahir les vastes zones intermédiaires situées entre le camp socialiste et les Etats-Unis, mettre la main dessus pour étouffer la révolution des nations et des peuples opprimés afin de passer ensuite à la liquidation des pays socialistes, ce qui lui permettrait de placer tous les peuples, tous les pays, sous le joug et le contrôle des monopoles américains.

21Le même article insiste sur la différence d’attitude des présidences américaines successives. La stratégie des « représailles massives » d’Eisenhower en Indochine a échoué. En revanche,

« l’administration Kennedy, elle, tout en renforçant son armement et en accélérant ses préparatifs de guerre, appliquait ce qu’elle appelait la « stratégie de la paix » [...]. Elle insista essentiellement sur le recours à la « guerre spéciale » pour réprimer le mouvement de libération nationale. Le Sud-Vietnam fut choisi pour en faire l’expérience ».

22L’échec de la politique Kennedy, poursuit le journaliste, aboutit à l’escalade pratiquée par l’administration Johnson, c’est-à-dire « après chaque pas, envisager le pas suivant ; c’est comme passer au meurtre et à l’incendie, tout en tremblant à chaque moment à l’idée du châtiment mérité ». Mais surtout, la conviction est affirmée que la distinction doit être faite entre administration et population américaines. En effet,

la politique d’agression et de guerre de l’administration Johnson est extrêmement impopulaire aux Etats-Unis où ouvriers, paysans, intellectuels et personnalités de tous les milieux se sont unis dans de gigantesques mouvements de protestation contre l’agression au Vietnam, et les réunions, manifestations et déclarations se multiplient [...]. L’économie des Etats-Unis craque de partout ; sa militarisation a entraîné de sérieuses conséquences : surproduction, marché en contraction constante, chômage frappant plus de 10 millions d’hommes à certains moments. Les Etats-Unis qui passent pour être le pays le plus riche au monde, ont la plus grande dette ; [...] la toute puissance du dollar, cet instrument d’agression, n’est plus.

  • 4 De questions que je posai moi-même, au début des années 1980 et alors que la détente avec les Etat (...)

23Ainsi qu’on l’a dit, l’évaluation réelle de l’état de l’opinion chinoise est difficile. Cependant, en l’absence de contacts réels avec d’autres sources d’information qu’officielles, ou encore (et ceci est vrai même pour une bonne partie des dirigeants chinois) autres que les partis communistes « marxistes-léninistes » (prochinois), y compris américain, on peut penser que ces vues ont trouvé un certain écho dans la population chinoise. Elles allaient dans le sens de l’expérience de la période de la guerre civile, au cours de laquelle l’intervention américaine avait eu pour objectif la défense d’un régime corrompu, érodé et parvenu au bord de l’écroulement, comme les experts américains n’avaient cessé de l’affirmer eux-mêmes4. Elles confortaient les certitudes du nationalisme chinois.

« Les lèvres et les dents »

24Par suite, le soutien à la « lutte victorieuse du peuple vietnamien » est un thème politique constant. Une formule répétée dans ces années par les dirigeants des deux pays affirment qu’ils sont aussi proches que « les lèvres et les dents »... La question d’une intervention directe, comme dans le cas de la Corée, est même posée. Deux groupes s’affrontent tout au long de l’année 1965 sur ce thème. Finalement l’emportera la thèse, soutenue par le Maréchal Lin Biao, selon laquelle les peuples ont à faire eux-mêmes leur révolution.

  • 5 Chiffre retenu par F. Joyaux, op. cit. L’estimation chinoise est nettement supérieure, soit plus d (...)

25L’aide chinoise au Vietnam en guerre sera donc essentiellement économique, et sur le plan militaire, indirecte. Elle est sans doute, entre 1965 et 1968, de 20 millions de dollars par an5. La Chine comblera, année après année, le déficit alimentaire du Vietnam par des livraisons de riz. Entre 1965 et 1972, elle apporte une aide en experts militaires de l’ordre de 320 000 hommes (experts en missiles et en artillerie anti-aérienne, en déminage, en logistique) dont 4 000 seront tués au Vietnam, et une aide en matériel, dont plus de 2 millions d’armes légères. Enfin, 6 000 Vietnamiens seront entraînés en Chine.

  • 6 Pour des raisons de conjoncture, cette guerre fut dans l’ensemble en Chine impopulaire. Cf. à ce s (...)

26A l’égard de cette aide, une double impression se dégage. La sympathie populaire vis-à-vis du Vietnam en guerre est sans doute très réelle dans la population et non pas un effet de propagande seulement. Bien plus sans doute que dans le cas de la guerre de Corée6, le conflit du Vietnam est vécu comme un épisode dans lequel, à la défense d’une juste cause, se superpose le sentiment d’une protection personnelle. Ici se trouve peut-être une coïncidence avec la forme la plus ancienne des relations entre Chinois et Vietnamiens.

III — DISTANCES ET DETENTE, 1969-1975

Les éléments d’une évolution

27Divers facteurs feront cependant évoluer les attitudes à partir des années 1968-1969. Certes, l’indignation de la Chine, face au pilonnage intensif du territoire vietnamien, est constamment réaffirmée, et l’aide se poursuit, d’autant plus que la mort de Ho Chi Minh en septembre 1969 donne brièvement aux pro-chinois du Lao Dong la prééminence. Mais un réalisme politique croissant apparaît.

28En effet, la Révolution culturelle marque le pas avec la tenue du IXe Congrès du Parti Communiste Chinois. Cependant, un thème restera prépondérant durant la décennie suivante dans la politique étrangère chinoise : la vision des rapports de force a changé, et désormais la conviction règne que l’ennemi principal vient « du nord » — il s’agit en l’espèce de l’Union Soviétique. La « doctrine Brejnev » est ainsi vue par les dirigeants chinois comme une menace potentielle évidente. Elle s’est accompagnée d’une politique de pénétration soviétique en direction de l’Asie du Sud-Est. Ajoutons qu’en dépit des divisions qui règnent au sein du Lao Dong (le Parti du Travail vietnamien), l’influence de l’URSS, en raison de l’ampleur de son aide, est globalement prépondérante à Hanoi.

29Enfin, un fait non négligeable intervient avec l’avènement de l’administration Nixon. Dès octobre 1967, ce dernier confiait, dans la revue Foreign Affairs, un point de vue sur les relations américano-chinoises, surprenant au regard de ses positions des années 1950.

A long terme, nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de laisser éternellement la Chine au ban des nations [...]. Il s’agira de faire reprendre à la Chine sa place dans la communauté mondiale, non pas en tant qu’épicentre de la révolution mondiale, mais en tant que grande nation en progrès.

30Après son accession à la présidence, l’administration américaine est animée du souci conjoint de faciliter le règlement du conflit vietnamien, de se trouver en bonne position dans les négociations SALT, enfin de tirer parti de l’approfondissement du conflit sino-soviétique.

31Or la guerre d’Indochine est entrée dans une étape nouvelle avec l’ouverture des négociations de Paris en mai 1968. A plus forte raison paraîtra-t-il, comme en 1954, impensable au gouvernement chinois qu’un accord intervienne dans une région contiguë, et dont l’histoire est si fortement liée à celle de la Chine, sans que cette dernière y prenne part.

Vers la reconnaisance réciproque

32Tous ces facteurs font désormais de la détente avec les Etats-Unis une priorité des dirigeants chinois. Les négociations — en partie par l’intermédiaire de pays tiers — ne sont pas aisées, et la tension reste vive. Ainsi, en octobre 1969, la Chine a abattu au-dessus de son territoire un avion de reconnaissance américain sans pilote ; ce n’est nullement le premier épisode du genre, et, en novembre, Pékin adresse un « avertissement sérieux » aux Etats-Unis contre la violation de son espace aérien. Il s’agit du 431e du genre. En mars 1970, lorsque Norodom Sihanouk, chef de l’Etat cambodgien, est renversé par un coup fomenté par le Général Lon Nol avec le soutien de la CIA, le gouvernement chinois s’empressera de lui donner asile. Il accueille également, en avril de la même année, une conférence au sommet des peuples d’Indochine : elle réunit à Canton, outre Sihanouk, les représentants de Hanoi, du GRP du Sud-Vietnam, et du Pathet Lao.

33Mais d’autres faits jouent dans le sens du rapprochement. On sait que Pékin a pu, l’opposition des Etats-Unis étant levée, récupérer en octobre 1971 le siège de la Chine dans l’Organisation des Nations Unies. Avec le gouvernement américain, les différentes tractations aboutissent à la visite de Nixon en février 1972, et à un communiqué conjoint le 28 février. La déclaration contient des prises de positions très claires concernant la question d’Indochine.

La partie chinoise affirme son ferme soutien aux peuples vietnamien, lao et cambodgien dans les efforts qu’ils ont déployés pour atteindre leur objectif ; elle affirme son ferme soutien à la proposition en sept points du Gouvernement révolutionnaire provisoire du Sud-Vietnam [...] ainsi qu’à la déclaration commune de la Conférence au sommet des peuples indochinois. [...]

La partie américaine déclare ceci : [...] Les Etats-Unis soulignent qu’il faut permettre aux peuples d’Indochine de décider de leur destin sans intervention extérieure ; l’objectif primordial et constant des Etats-Unis, c’est une solution négociée [...]. En l’absence d’un règlement négocié, les Etats-Unis envisagent le retrait final de toutes les forces américaines de cette région, qui est conforme au but qu’est l’autodétermination de chaque pays indochinois.

34En somme et globalement, la doctrine Nixon était affirmée, et à l’inverse la Chine répétait qu’elle n’« abandonnait » pas le Vietnam. Les négociations n’aboutiront qu’en décembre 1978 à la normalisation des rapports américano-chinois.

35Néanmoins, un infléchissement très net de l’attitude chinoise à l’égard du Vietnam est engagé. A partir de 1973, l’aide militaire chinoise se réduit. Le gouvernement chinois insiste désormais, comme il le fera remarquer aux dirigeants vietnamiens Le Duan et Pham Van Dong, en visite en Chine en juin 1973, sur la spécificité du Sud-Vietnam et conseille de ne pas précipiter la réunification. De plus, des frictions éclatent en 1974 entre Chine et Vietnam sur des problèmes territoriaux ; ces dissensions latentes, puis croissantes, signes de l’inquiétude de la Chine devant la montée en puissance du Vietnam dans la péninsule indochinoise et la persistance des liens privilégiés du Vietnam avec l’URSS, amorcent un subtil renversement.

  • 7 Me trouvant en Chine en avril 1975, je pus observer des réactions de satisfaction, exprimée de faç (...)

36Cependant, des années d’insistance sur la nécessaire solidarité avec l’Indochine ne pouvaient être balayées sans difficulté7. Deux discours parallèles seront durant un certain temps tenus. D’une part, les attaques contre la politique américaine et les dénonciations se poursuivent. Mais, de manière concomitante, commence l’expression de réticences à l’égard du régime vietnamien. Enfin, une image plus positive des Etats-Unis se diffuse parallèlement. Elle reprend la distinction entre peuples et dirigeants, et passe par des gestes auxquels une diffusion considérable est donnée. Ainsi, le 14 avril 1971, recevant une équipe américaine de ping-pong, invitée avec plusieurs autres à l’issue des championnats du monde qui avaient eu lieu au Japon, Zhou Enlai dira : « une nouvelle page s’est ouverte. Un nouveau chapitre s’est ouvert. Votre présence ouvre la porte aux échanges de visites amicales entre les deux pays ».

37C’est le début d’un processus qui trouve sa pleine expression dans la décennie 1980. La réhabilitation de l’image américaine ira sans doute, comme l’atteste l’américanophilie irréaliste de certains, jusqu’aux extrêmes. Les années de solidarité avec le Vietnam seront en partie effacées. Après la guerre sino-vietnamienne de 1979, prévaut dans les discours le sentiment de l’« ingratitude » d’un Etat que la Chine avait soutenu. Il est vrai que ce même Vietnam avait infligé à la Chine une rapide défaite militaire...

38Au terme de ces brèves analyses s’imposent à l’esprit des réflexions en forme de parallèle. Il n’est pas question de comparer l’évolution des opinions respectives — américaine et chinoise : sur ce point, ainsi qu’il a été dit au début de ces remarques, les éléments manquent.

39Mais s’agissant des comportements, des analyses et très généralement du discours des classes politiques, on est frappé par un effet de symétrie. Les valeurs agitées — démocratie et libéralisme, ou démocratie populaire et révolution — sont vues respectivement par l’autre partie comme néocolonialisme et subversion totalitaire. Au sentiment de péril rouge qu’il faut contenir du côté américain, s’oppose la conviction chinoise d’une menace vitale faite d’attaques portées sur les rives mêmes du continent asiatique, d’un encerclement dont la pièce maîtresse est la collusion établie entre les deux superpuissances.

40La guerre du Vietnam, conflit au-delà des mers dans lequel beaucoup d’hommes se trouvèrent impliqués souvent sans l’avoir voulu, fut pour les Américains un des grands traumatismes de la seconde moitié du XXe siècle. Elle ne fut pas un moindre choc pour les Chinois : la guerre se déroulait à leurs portes. Cette évidence n’a guère été perçue aux Etats-Unis, durant les années de l’engagement américain. Ce n’était pas, cependant, un facteur négligeable pour la compréhension des faits.

Notes

1 The American Record in the Far East, 1945-1951 (New York, 1952), p. 88.

2 Pour une vue d’ensemble de la guerre, se reporter au texte de R. Marx, Les temps forts de la guerre du Vietnam. On consultera en outre avec profit l’ouvrage de François Joyaux, La nouvelle question d’Extrême-Orient (Paris, Payot, 1988), tome 2. Les repères chronologiques peuvent être trouvés dans Xinhua Agency China’s Foreign Relations : a Chronology of Events (1949-1988) (Peking, Foreign Language Press, 1989).

3 Voir Arthur Huck, The Security of China, Chinese Approaches to Problems of War and Strategy (Chicago, ISS, 1971).

4 De questions que je posai moi-même, au début des années 1980 et alors que la détente avec les Etats-Unis était accomplie, à divers enseignants d’université, il ressortait que ces visions avaient, dans des milieux ouvriers notamment, été courantes et d’autant moins contestées que la condition de cette catégorie de la population avait en Chine progressé de manière certaine dans les premières décennies de la République Populaire. Telle enseignante d’une des grandes universités pékinoises, issue de famille ouvrière, et dont la petite enfance s’était déroulée dans les années 1950, m’expliqua ainsi avoir questionné son père au sujet du soleil, dont, compte tenu du sombre tableau généralement fait de la vie aux Etats-Unis, on pouvait penser qu’il ne brillait pas en Amérique. Elle avait, jusqu’aux approches de l’âge adulte, conservé la conviction qu’il fallait aider les enfants américains affamés.

5 Chiffre retenu par F. Joyaux, op. cit. L’estimation chinoise est nettement supérieure, soit plus de 2 milliards de dollars au total.

6 Pour des raisons de conjoncture, cette guerre fut dans l’ensemble en Chine impopulaire. Cf. à ce sujet John Gittings, The Role of the Chinese Army (London, Oxford Univ. Press, 1967).

7 Me trouvant en Chine en avril 1975, je pus observer des réactions de satisfaction, exprimée de façon très émotive, à la nouvelle de l’entrée des Bo-doi dans Saigon.

Table des illustrations

Légende Carte parue dans le Renminribao (Le Quotidien du peuple) du 29 janvier 1966. Titre : « L’encerclement militaire de la Chine par l’impérialisme américain ». Légende : « 1 Troupes des Etats-Unis 2 Bases navales 3 Bases aériennes 4 Bases de missiles 5 Porte-avions 6 Sous-marins nucléaires »3.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/5042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Auteur

Université de Paris VIII

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540