Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Guerre du Vietnam et l’opinion publique américaine (1961-1973)

 | 
Jean Cazemajou
, 
Jean-Michel Lacroix

I. — Le cadre historique

Les temps forts de la guerre américaine du Vietnam de 1961 à 1975

Roland Marx

Texte intégral

  • 1 Sur les décideurs et leurs responsabilités, John C. Donovan, The Cold Warriors-A Policy-Making Eli (...)

1Le 20 janvier 1961, lorsque Kennedy prend possession de la Maison Blanche, il est persuadé de la nécessité de renforcer la puissance américaine, ses conseillers, du secrétaire d’Etat Dean Rusk au secrétaire à la Défense Robert McNamara et au général Maxwell Taylor, promu au rang de conseiller spécial du Président, sont en faveur d’une logique de « containment » du communisme. Le rapport de la mission Taylor-Rostow, envoyée au Sud-Vietnam en octobre pour permettre au Président de s’assurer des faits (fact-finding mission), conclut à l’urgence d’un effort militaire dans le cadre d’une politique de « réponse flexible » à la menace communiste en Asie1. Après l’envoi de forces spéciales dès le mois de mai, on connaît en décembre la promesse d’une aide plus substantielle au Vietnam du Sud.

2La date même de 1961 ne constitue pas un tournant décisif ; depuis 1955, les liens entre Washington et Saigon n’avaient pas cessé de se resserrer et le gouvernement Eisenhower avait déjà plus qu’esquissé les principes de l’action américaine. Et les décideurs de l’ère républicaine auraient pu faire état des relations étroites nouées, dès l’époque « française », avec l’Empereur Bao-Dai. Plus encore : au Laos, depuis 1955, une âpre lutte pour le pouvoir a connu de multiples formes d’intervention américaine pour prévenir le triomphe de la faction communiste du Pathet Lao ou, même, des neutralistes regroupés derrière le prince Souvanna Phouma : la déconfiture des Américains semblait ici totale vers la fin de 1960 quand les deux factions honnies se rejoignent pour gouverner.

3De 1961 à 1975, l’engagement des Etats-Unis a connu une évolution majeure, de l’engagement initial, mais limité, à l’intervention sur une grande échelle, avant une désescalade qui, à travers maints soubresauts et le choix de formes de guerre parfois originales, a fini par mener aux abandons de 1973-1975.

4Au cours de ces quatorze années, quelques étapes majeures peuvent être définies, quelques tournants constituent des jalons évidents. Les uns et les autres sont à coup sûr en relation avec les évolutions de la nation américaine et de ses représentants, souvent aussi avec la conjoncture internationale en général ; nous n’y insisterons pas, dans la mesure où d’autres contributions à cet ouvrage leur sont consacrées.

I — L’ENGRENAGE : 1961-AOUT 1964

5Sous les Présidents Kennedy (assassiné le 22 novembre 1963) et Johnson, pendant plusieurs années, l’engagement proprement militaire demeure limité.

6Au Laos, où le problème était au début 1961 le plus urgent, le gouvernement américain prend rapidement acte de la triste situation de son protégé, le prince Boun Oum, et, tout en envoyant quelques milliers d’hommes à la frontière thaïlandaise pour éviter tout débordement, Kennedy obtient de l’URSS une relance de la conférence de Genève et, au bout de quatorze mois de négociations, le 24 juin 1962, la création d’un gouvernement d’union nationale sous le prince Souvana Phouma et dans l’affirmation d’une totale neutralisation du pays ; dès le 1er juillet, on amorce le retrait des soldats américains de Thaïlande.

7Au Vietnam, en décembre 1963, on ne compte encore que 16 300 militaires américains, un an plus tard on en est à 23 300. Seule la résolution dite du « golfe du Tonkin », votée par le Congrès le 7 août 1964, constitue sans aucun doute un moment-clef et ouvre la voie à une nouvelle action.

  • 2 Sur les faits concernant l’Asie, je suis redevable de précieuses indications à Nora Wang, qui prép (...)

8Au départ, les Américains entendent se limiter au rôle de conseillers militaires d’une armée vietnamienne qui serait l’instrument d’un gouvernement fort, en l’occurrence celui du catholique Ngo Dinh Diem, au pouvoir depuis 1955. Lorsque celui-ci est assassiné, le 1er novembre 1963, victime d’un coup d’Etat militaire, et surtout de son autoritarisme et de sa politique violemment anti-bouddhiste2, l’objectif ne change pas, mais le guidage politique de gouvernements plus faibles impose aux Etats-Unis de s’impliquer de plus en plus profondément ; d’autant plus qu’ils ont favorisé la disparition de Diem parce que celui-ci avait évoqué, avec quelque imprudence, la possibilité d’une négociation avec Hanoi. La succession de coups d’Etat et le risque d’un chaos total constituaient par ailleurs autant d’encouragements pour le Front National de Libération (ou Vietcong), partant d’incitations aux Etats-Unis de prendre eux-mêmes les initiatives indispensables. Sans chagrin, on voit, à la fin janvier 1964, le général Khanh s’emparer d’un pouvoir un temps mollement assumé par le général Minh, mais ce n’est qu’un épisode de la lutte au sommet. En juin-juillet 1964, pendant que le général Westmoreland est placé à la tête des troupes américaines au Vietnam, le général Taylor remplace Henry Cabot Lodge comme ambassadeur à Saigon et, chacun à sa place, l’un et l’autre font la décision.

9Longtemps, tout comme les « bérets verts », spécialistes du combat dans la jungle, envoyés au départ par le gouvernement Kennedy, les militaires américains sont censés se borner au rôle de conseillers. La fiction est difficile à tenir, mais les pertes sont limitées : une dizaine de morts en 1961, 120 et environ 500 blessés jusqu’en décembre 1963. Parmi les mesures alors inspirées par les conseillers américains, le regroupement de la population rurale en « hameaux stratégiques », 3 à 4 000, pour isoler l’adversaire de ses éventuels partisans.

  • 3 Donovan, op. cit., 87.

10L’intervention elle-même est justifiée, pour reprendre les termes du rapport de la mission McNamara-Taylor d’octobre 1963 par le fait que « la sécurité du Sud-Vietnam demeure vitale pour (celle) des Etats-Unis »3. Ce que confirme le mémorandum du conseil de Sécurité Nationale, adressé à Johnson quatre jours après l’assassinat de Kennedy : il importerait d’aider « le peuple et le gouvernement du Vietnam à gagner leur combat contre la conspiration communiste qui est menée et soutenue de l’extérieur ». Le mémorandum fait état d’un calendrier de la pacification selon lequel tous les problèmes seraient réglés en 1965 !

11Cet optimisme n’est pas confirmé par l’évolution sur le terrain : pendant que les généraux s’entredéchirent à Saigon, le Vietcong se renforce, aidé par des infiltrations venues du Nord, peut-être 40 000 combattants au total. Dans l’entourage de Johnson, des conseillers comme William Bundy ou John McNaughton se persuadent qu’une fois l’élection présidentielle de novembre 1964 passée, de nouveaux moyens seront indispensables pour corriger une situation dangereuse. En fait, l’approche même des élections fournit aux républicains l’occasion de critiquer plus vivement les « échecs » des démocrates, Barry Goldwater évoquant même la possibilité d’une attaque atomique contre le Vietnam et la Chine. L’enjeu vietnamien pousse le président-candidat à une fermeté plus affirmée.

  • 4 Les conditions de l’engagement américain ont été bien mises en évidence par Gabriel Kolko, Vietnam (...)

12C’est dans ces circonstances qu’un incident dit « du golfe du Tonkin » fournit le prétexte à une accentuation de l’intervention. Les 2 et 4 août, deux destroyers, le Maddox et le Turner Joy, sont, selon les sources américaines, attaqués par des vedettes lance-torpilles nord-vietnamiennes : une commission sénatoriale d’enquête, dirigée par le Sénateur Fulbright, et, en 1971, la publication de documents secrets, les Dossiers du Pentagone, démontrent que l’attaque n’a peut-être jamais eu lieu et que, de toute manière, les navires américains se trouvaient là en mission d’espionnage et/ou d’appui à une action du Sud-Vietnam contre des installations du Nord. Le débat n’a qu’une importance historique, encore que, par la suite, il contribue à la remise en cause de la « présidence impériale » et à une grande méfiance du Congrès à l’égard des affirmations de l’Exécutif. Ce qui est certain, c’est que cette soi-disant attaque entraîne un ordre présidentiel de riposte à partir de deux porte-avions dépêchés dans la région : annoncée par Johnson au Congrès le jour même, le 6 août, l’action contre le Nord-Vietnam lui vaut, en réponse, une Résolution, adoptée le lendemain : soulignant l’intérêt vital pour les Etats-Unis « et la paix dans le monde » de la sécurité de l’Asie du Sud-Est, elle autorise en fait le Président à prendre « toutes les décisions nécessaires, y compris le recours à la force des armes » pour aider les Etats alliés menacés4.

13Cette résolution constitue le fondement juridique de l’intervention massive et est à l’origine de l’escalade qui marque la deuxième phase du conflit dans les années 1960.

II — L’ESCALADE : FIN 1964-FIN 1968

14Les chiffres expriment la réalité. Le corps expéditionnaire américain passe à 75 000 hommes en juillet 1965, à 184 300 avant la fin de l’année, en compte 385 000 à la fin 1966, atteint 540 000 hommes à la fin 1968. Certes, les deux-tiers des effectifs constituent une formidable infrastructure logistique, mais il faut précisément tenir compte de l’engagement d’un matériel énorme et de moyens massifs de dissuasion, de lutte, de destruction.

  • 5 Eugene Eidenberg, « The Presidency: Americanizing the War in Vietnam », American Political Institu (...)
  • 6 Rapport à la Commission des Affaires Etrangères du Sénat, 6 janvier 1986, 11-12.

15Le 6 février 1965, une attaque du Vietcong contre la base américaine de Pleiku, Quartier-Général de la défense des Hauts-Plateaux donne le signal d’une intervention aérienne massive contre le Nord-Vietnam. L’objectif est de couper les routes du ravitaillement du Sud en provenance du Nord et, malgré les doutes des services de renseignements à cet égard, d’amener Hanoi à une négociation. En fait, la solution du bombardement semble avoir traduit deux réactions du gouvernement : le refus d’envisager de véritables affrontements terrestres, mais aussi la prise de conscience de la désagrégation de la volonté combattante dans les forces vietnamiennes alliées. Selon les termes d’Eidenberg, « pour l’équipe de sécurité nationale, la guerre a commencé en février 1965 »5. Cette guerre impliquait l’envoi de renforts au sol, on y est déterminé dès le printemps, même si l’annonce officielle en est retardée jusqu’à l’été. Au départ, l’appui du Sénat est assuré, comme en témoigne le rapport de la Commission Mansfield de décembre 1965 : il conclut que tout renforcement des autorités de Saigon « passe par une augmentation supplémentaire des forces américaines sur le terrain » et que l’alternative est « entre un règlement juste par la négociation et la poursuite du conflit avec la perspective d’un embrasement général du continent asiatique »6.

16L’offensive aérienne a été annoncée par Johnson le 28 février et elle est dénommée « Rolling Thunder ». Elle se développe en prenant, année après année, des proportions plus gigantesques : on détruit systématiquement, jusqu’à 250 km au nord du 17e parallèle, les ponts, les routes, les bacs, on frappe bientôt aussi les digues du delta du Fleuve Rouge, on recourt à des raids sur Hanoi (à partir de juin 1966) et sur Haiphong, on va jusqu’à la frontière chinoise. En 38 mois, on déverse autant de bombes sur le Nord-Vietnam que l’Allemagne de Hitler en a reçues pendant toute la guerre. A partir de mars 1965, on utilise le napalm et les bombes au phosphore, on en vient aux bombes à fragmentation, aux défoliants, aux vomitifs, aux paralysants du système nerveux. En avril 1966, on a eu recours aux énormes B 52 pour frapper la piste Ho Chi Minh. Terrorisante à bien des égards, la campagne aérienne est inefficace, les routes et pistes sont rapidement réparées ou déviées, il s’avère impossible d’interrompre un ravitaillement assuré par des milliers de pousseurs de bicyclettes et de porteurs, de repérer des stocks de ravitaillement de mieux en mieux camouflés, et aussi, en plein jour, d’affronter une défense anti-aérienne redoutable.

  • 7 Cf. l’article de James Reston, « The Massacre of Songmy : Who is to Blame ? », N.Y. Times, 26 nov. (...)

17Cet échec relatif est à l’origine de l’engagement de forces terrestres de plus en plus nombreuses. Et là encore, la supériorité du matériel ne suffit pas à faire face à des attaques-surprise et à l’ardeur des combattants adverses : du 20 octobre au 9 novembre 1965, la bataille de Plei Me, sur les Hauts-Plateaux se solde par la perte de 600 Américains (et de 3 000 ennemis). La guérilla comporte d’autre part le recours à des moyens de plus en plus ingénieux et effrayants : souterrains piégés, cadavres bourrés d’explosifs, flèches empoisonnées, mères et enfants-suicides, mines. Les barrages se révèlent impuissants à arrêter le flot des renforts, pas plus que les infiltrations dans les zones théoriquement pacifiées : à la fin de 1965, 80 000 combattants du Vietcong tiennent une grande partie du delta du Mékong... la nuit. A la guérilla répondent les horreurs du contre-terrorisme, ainsi le massacre de Son My (Mylai) en mars 1968, véritable Oradour dont le responsable est le lieutenant Calley7.

  • 8 Robert McNamara, Memorandum for President Johnson, October 1968 in Pentagon Papers, N. Sheehan ed. (...)

18Le bilan des premières interventions massives n’a rien eu d’évident. Depuis la publication par le New York Times, en 1971, du mémorandum secret du secrétaire à la Défense McNamara au Président Johnson, en date d’octobre 1966, on connaît le pessimisme de certains responsables de l’époque. Relevant que l’adversaire subit des pertes terribles, de l’ordre de 60 000 morts par an, l’auteur souligne que ces pertes sont aisément compensées par des infiltrés du Nord et de nouvelles recrues du Sud ; l’opération Rolling Thunder « n’a pas, de façon significative, affecté les infiltrations ni ruiné le moral du Nord » ; les actions américaines n’ont pas non plus stimulé réellement l’ardeur des alliés du Sud-Vietnam. Le « diagnostic » était particulièrement sombre : « La guerre ne pourra pas être menée à une conclusion satisfaisante au cours des deux prochaines années. Les opérations par de grandes unités n’y parviendront pas ; selon toutes probabilités, on ne connaîtra pas non plus de solution négociée... Dans le court terme, nous devrions reconnaître que la réussite [de nos efforts] est une simple possibilité, pas une probabilité »8.

19L’acharnement américain continue pourtant d’être justifié par les mêmes idées : en octobre 1967, le secrétaire d’Etat Dean Rusk évoque la montée du péril chinois en Asie et, fidèle à la théorie des dominos, rappelle que défendre la liberté au Vietnam, c’est la préserver au Cambodge, au Laos, en Thaïlande, aux Philippines, à Taiwan, voire au Japon. Un sondage Louis-Harris de janvier 1968 démontre que 45 % des Américains sont alors sensibles à l’argument selon lequel « il s’agit d’arrêter une fois pour toutes l’agression communiste en Asie du Sud-Est ».

  • 9 Sur l’ensemble des événements de 1968, on se reportera avec fruit à la mise au point fort claire d (...)

20Le rapport réel des forces est démontré lors de l’offensive du Têt, lancée par le Vietcong le jour du Nouvel-An 1968, le 31 janvier : Saigon et trente autres villes sont visées, l’ambassade américaine à Saigon manque d’être emportée par un commando. L’ennemi est partout repoussé, mais le bilan de la bataille est terrifiant : 85 000 maisons détruites, 14 300 tués et 24 000 blessés parmi les civils, plus d’un million de réfugiés, 30 000 Vietcong tués, auxquels il faut peut-être ajouter 20 000 autres grièvement blessés. Les alliés ont connu 10 000 morts dans les rangs vietnamiens, 2 000 parmi les Américains. C’est bien là une victoire à la Pyrrhus, d’autant plus incertaine qu’en juin il faut se résigner à évacuer la base de Khe Sanh, à proximité de la frontière des deux Vietnams, que le général Westmoreland venait pourtant de renforcer de 5 000 « Marines », s’ajoutant aux 40 000 hommes de la garnison : la crainte d’en faire un nouveau Dien Bien Phu l’a emporté. La victoire est d’autant plus douteuse que les médias américains ont surtout insisté sur les premiers revers, sur l’ampleur des pertes américaines, sur la précarité de la situation. Et que le général Westmoreland réclame 200 000 hommes de renfort !9.

21Epuisés, les adversaires en viennent à l’idée de la négociation : le 31 mars 1968, Johnson, persuadé qu’on ne pouvait pas gagner la guerre, a annoncé qu’il a suspendu les opérations aériennes au nord du 17° parallèle, le 3 avril Hanoi accepte l’offre de négocier, et c’est le 13 mai, dans un Paris en proie aux troubles intérieurs, que s’ouvrent les conversations américano-nord-vietnamiennes. Johnson, qui a décidé de remplacer le général Westmoreland, jusqu’au-boutiste, par le général Creighton Abrams, avait garanti la crédibilité de son offre en annonçant, dans son discours du 31 mars qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat présidentiel.

22C’est pourtant aussi le temps de la généralisation du conflit à toute l’Indochine. A partir de juin 1969, Washington prend la décision de bombarder le « sanctuaire » cambodgien, base de repli largement utilisée par le Vietcong ; en 1970 on favorise le renversement du prince Sihanouk par Lon Nol et les forces alliées affrontent sur le terrain les Khmers Rouges et leurs alliés nord-vietnamiens. Quant au Laos, par où passe une fraction de la piste Ho Chi Minh, il n’échappe pas à cet endroit à un déluge de bombes.

III — DESENGAGEMENT, DESESCALADE ET ABANDONS 1969-1975

23Paradoxalement, l’échec américain au Vietnam est scellé par un gouvernement dont les partisans, à commencer par le Président Richard Nixon, avaient souvent dénoncé la faiblesse et les insuffisances de l’Exécutif démocrate.

  • 10 Sur tous ces points, Kolko, op. cit., ch. 27, et, surtout, Stanley Karnow, Vietnam, A History, 198 (...)

24L’avènement au pouvoir de Nixon ne constitue pas en lui-même un retournement. Le nouveau Président a hérité de toutes les thèses traditionnelles de la diplomatie américaine et ses objectifs initiaux ne sont pas fondamentalement différents de ceux de Johnson. Il entend gagner du temps pour permettre au Sud-Vietnam de consolider son existence et, au nombre de ses vues originales, figure surtout la volonté de faciliter la négociation en obtenant un soutien soviétique et, si possible, en y impliquant la Chine communiste. A la fin de 1968, il croit aussi possible de jouer sur sa propre image d’homme imprévisible et de « dur » pour inciter l’ennemi à plus de souplesse. Son conseiller Kissinger ne professe guère de vues plus originales, se contentant lui aussi d’une vision « mondialiste » de la négociation et estimant injustifiable tout retrait américain du Vietnam qui affecterait l’honneur ou la crédibilité de la nation. L’un et l’autre connaissent la malchance de voir le processus de négociation ralenti par les effets de la mort de Ho Chi Minh, survenue le 3 septembre 1969, et qui permet aux partisans d’une guerre prolongée de l’emporter plus aisément à Hanoi10.

25Dans le contexte de crise intérieure provoquée par la guerre, Nixon, en bon politique, estime impossible de développer l’engagement de son pays. Mais il entend procéder, simultanément, à un retrait de troupes et à un renforcement des armées alliées. C’est la politique de vietnamisation de la guerre. Elle est formulée en juillet 1969 et elle a comporté une diminution accélérée des effectifs américains dans la péninsule indochinoise.

26Le 16 septembre 1969, 35 000 soldats constituent un premier échelon de rapatriement et, en décembre, l’armée ne compte « plus » que 475 000 hommes au Sud-Vietnam ; en décembre 1967, on en est à 334 600, un an plus tard à 156 800 et, après le retrait des dernières unités combattantes le 12 août 1972, on est tombé à 24 200 en décembre, les dernières forces de quelque consistance sont évacuées le 29 mars 1973.

  • 11 Sur la crise constitutionnelle aux Etats-Unis avant même le Watergate, les excellentes observation (...)

27L’évolution de la politique américaine s’explique en partie par l’action du Congrès. Les enquêtes parlementaires ont été multipliées à partir de 1968, leurs révélations amènent dès le 10 juillet 1970 le Sénat à abolir la Résolution du Golfe du Tonkin ; l’année suivante, c’est de justesse, par 55 voix contre 42, que, le 16 juin, le Sénat rejette l’interdiction de tout financement des opérations militaires au Vietnam à partir du 31 décembre (le même amendement est rejeté par les Représentants par 255 voix contre 158) ; mais le 22 juin, le Sénat réclame le retrait des troupes américaines dans les neuf mois. Depuis l’adoption par le Congrès, en 1970, de la proposition Cooper-Church, Sénateurs et Représentants ont réaffirmé leur droit de participer à l’élaboration de la politique indochinoise11.

28L’espoir est pourtant encore que, même sans une présence militaire importante, on pourra empêcher la victoire du Vietcong. L’armée sud-vietnamienne, en 1972, comporte 1 200 000 hommes, ils sont puissamment armés et bénéficient toujours des conseils américains. On n’en est que plus déçu de voir les gouvernementaux mis en déroute au Sud-Laos, en février 1971 après une offensive destinée à couper les lignes de ravitaillement du Vietcong, puis perdre la plaine des Jarres au Nord du Laos, à la fin 1971 ; partout le renforcement de la guérilla est perceptible. Au printemps 1972, la province de Quangtri est, à son tour, perdue. Le voyage en Chine du Président, du 21 au 28 février a certes permis de réintroduire Pékin dans le concert des nations (la Chine communiste occupe le siège chinois à l’ONU à partir du 25 octobre) ; on a obtenu par ailleurs un net réchauffement des relations avec Moscou, mais le fruit de cette politique planétaire est douteux en Asie du Sud-Est.

29Au lendemain de sa facile réélection de novembre 1972, Nixon estime indispensable la reprise d’une campagne de bombardements intensifs au nord du 20e parallèle de manière à forcer la reprise des négociations de Paris interrompues le 16 décembre. Un véritable déluge de feu s’abat sur le Vietnam du Nord sans consultation aucune, au préalable, du Congrès. A nouveau, les B 52 s’attaquent aux digues, les ports sont minés. Le 30 décembre, quand les bombardements sont interrompus, les pourparlers reprennent.

30Ils aboutissent, le 27 janvier 1973, à la signature du cessez-le-feu : la guerre américaine au Vietnam est terminée. Les troupes américaines doivent se retirer sous 60 jours, tous les prisonniers de guerre être libérés, le Nord et le Sud réunifiés après des élections libres. Le 16 octobre, Henry Kissinger et Le Duc Tho, chefs des deux délégations à la conférence de Paris, reçoivent le prix Nobel de la Paix ; le 22 septembre l’Américain est devenu secrétaire d’Etat.

31Le 21 février 1973, au Laos, un cessez-le-feu est intervenu entre le Pathet Lao et le gouvernement royal de Vientiane, il prévoyait aussi bien l’évacuation de toute force étrangère que l’arrêt des bombardements américains ; on en revenait à l’idée de neutralisation et d’union nationale. Mais le rapport des forces était désastreux pour les pro-occidentaux.

  • 12 Ibid.

32Tout n’est pas achevé. Les opérations se poursuivent au Cambodge. En mai, le Congrès interdit d’utiliser les crédits de la défense pour continuer les bombardements après le 15 août. Le 16 avril 1974, le gouvernement du Vietnam du Sud a rompu ses pourparlers avec le Vietcong et, le 30 juillet, le Congrès a encore voté une aide militaire d’un milliard de dollars au profit de l’allié en difficulté. C’est d’ailleurs de lui que dépend à présent la poursuite d’un effort : le 7 novembre précédent, en passant outre à un veto du Président, que l’affaire du Watergate affaiblit décisivement, les deux chambres ont voté le War Powers Act qui, désormais, fait dépendre tout engagement de troupes américaines d’un accord spécial du Législatif sauf cas d’urgence absolue12.

  • 13 Kolko, op. cit., ch. 41.

33C’est sur le terrain que les Etats-Unis voient le fiasco définitif de leur politique. La vietnamisation de l’effort militaire a créé un colosse aux pieds d’argile : au début 1975, l’armée sud-vietnamienne dispose, sur le papier, d’une formidable puissance, 1 400 pièces d’artillerie, 1 200 tanks, une aviation, forte de 1 400 appareils divers, des stocks de munitions plus que suffisants, une supériorité numérique de trois à un ; mais on n’avait su insuffler à cette armée ni moral, ni ardeur, ni foi, les généraux étaient de mauvais stratèges corrompus et toujours plus soucieux de politique que de combat, les soldats désertaient dès que cela leur paraissait possible13.

34Le 5 mars 1975, les troupes nord-vietnamiennes lancent leur offensive générale, le 16 avril les Khmers Rouges prennent le pouvoir au Cambodge, le 21 le Président Thieu démissionne de la présidence du Vietnam du Sud, une semaine plus tard on évacue dans la précipitation et l’affolement tous les Américains encore présents à Saigon qui tombe le lendemain entre les mains des forces communistes. Les dernières semaines avaient vu le Congrès comme le Pentagone se persuader de l’inéluctabilité de la défaite sud-vietnamienne et refuser de jeter dans la bataille de nouveaux fonds ou de nouvelles forces. Le Président Ford, successeur de Nixon, démissionnaire le 9 août 1974, pas plus que son secrétaire d’Etat Kissinger, qui a trop longtemps voulu soutenir le gouvernement Thieu, n’ont rien su empêcher.

35Dès la chute de Saigon connue, le fragile édifice laotien s’écroule, le Pathet Lao prend la direction de fait du pays, et, le 2 décembre, après l’abdication du roi, le Laos devient une République Démocratique Populaire !

  • 14 Lire les excellentes pages de Paul Kennedy, The Rise and Fall of the Great Powers, Londres, Fontan (...)

36La fin de la guerre du Vietnam consacre une immense défaite de l’Amérique dans toute l’Indochine et la place dans une situation de faiblesse qui permettait à des augures, comme souvent mal inspirés, de prédire son déclin décisif : la puissance de feu atomique s’est révélée inopérante et inadéquate dans une guerre révolutionnaire, l’économie a été durement affectée par la croissance excessive des dépenses publiques, les progrès militaires qualitatifs en Union Soviétique paraissaient avoir été plus rapides que les américains pendant le temps du conflit, bien des pays sympathisants avaient été éloignés des Etats-Unis par leur politique de force, en particulier en Amérique latine où les belles promesses de l’« Alliance pour le Progrès » avaient été oubliées14.

37Pourtant, parmi d’autres conceptions erronées des gouvernements américains successifs, la chance a voulu que leur fameuse théorie des dominos se soit avérée fausse ailleurs que dans la péninsule indochinoise. Et que reste-t-il en 1991 de la thèse du déclin politique mondial de la puissance américaine ?

Notes

1 Sur les décideurs et leurs responsabilités, John C. Donovan, The Cold Warriors-A Policy-Making Elite, Toronto, D.C. Heath, 1974. Sur l’arrière-plan américain, on recommandera un manuel général : Arthur S. Link et William B. Catton, American Epoch, III-1946-1973, N.Y., Knopf, 4e éd. 1974.

2 Sur les faits concernant l’Asie, je suis redevable de précieuses indications à Nora Wang, qui prépare la publication (A. Colin ed.) d’un ouvrage sur l’histoire de l’Asie du Sud-Est du XIXe siècle à nos jours.

3 Donovan, op. cit., 87.

4 Les conditions de l’engagement américain ont été bien mises en évidence par Gabriel Kolko, Vietnam, Anatomy of War, 1940-1975, L., Unwin Pb, 1985, ch. 9. L’ouvrage de Kolko constitue une mine de renseignements.

5 Eugene Eidenberg, « The Presidency: Americanizing the War in Vietnam », American Political Institutions and Public Policy, A.P. Sindler ed., Boston, 1969, 110.

6 Rapport à la Commission des Affaires Etrangères du Sénat, 6 janvier 1986, 11-12.

7 Cf. l’article de James Reston, « The Massacre of Songmy : Who is to Blame ? », N.Y. Times, 26 nov. 1969 ; Calley a été condamné, le 29 mars 1971, à la prison à vie, mais le Président Nixon ramena la peine à 20 ans de prison dès août 1971, et, en 1974, le jugement est annulé et Calley remis en liberté.

8 Robert McNamara, Memorandum for President Johnson, October 1968 in Pentagon Papers, N. Sheehan ed., doc. 118, 1971 (édition française, Albin Michel, 1971, 569-577).

9 Sur l’ensemble des événements de 1968, on se reportera avec fruit à la mise au point fort claire d’André Kaspi, Etats-Unis 68 - L’année des contestations, Bruxelles, Complexe, 1988.

10 Sur tous ces points, Kolko, op. cit., ch. 27, et, surtout, Stanley Karnow, Vietnam, A History, 1983, Penguin Books 1984, ch. 15, qui cite, en particulier la « Madman Theory » de Nixon telle que le Président l’aurait exposée à Haldeman: « I want the North Vietnamese to believe that I’ve reached the point where I might do anything to stop the war: We’ll just slip the word to them that, “for God’s sake, you know Nixon is obsessed about Communists. We can’t restrain him when he’s angry-and he has his hand on the nuclear button”, and Ho Chi Minh himself will be in Paris in two days begging for peace » (582).

11 Sur la crise constitutionnelle aux Etats-Unis avant même le Watergate, les excellentes observations d’André Kaspi, Le Watergate, Bruxelles, Complexe, 1983, 94-99.

12 Ibid.

13 Kolko, op. cit., ch. 41.

14 Lire les excellentes pages de Paul Kennedy, The Rise and Fall of the Great Powers, Londres, Fontana, 1988, 520-527.

Auteur

Université de Paris III/Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540