Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Guerre du Vietnam et l’opinion publique américaine (1961-1973)

 | 
Jean Cazemajou
, 
Jean-Michel Lacroix

I. — Le cadre historique

Les États-Unis et l’Indochine avant 1961

Laurent Cesari

Texte intégral

1Au printemps de 1961, Kennedy décide d’envoyer secrètement au Sud-Vietnam quelques centaines de militaires américains, spécialistes de la « guerre couverte », afin de venir à bout des guérilleros hostiles à Diem. Ce premier pas, encore timide, en direction d’un engagement militaire dans la péninsule indochinoise, représente, en fait, l’aboutissement logique de la politique menée par les Etats-Unis dans cette partie du monde depuis la Seconde Guerre mondiale.

2Depuis F.D. Roosevelt, en effet, les gouvernements américains successifs ont accordé à l’Indochine une attention constante. Non que la péninsule appartienne à leur sphère d’influence traditionnelle, ni que les firmes américaines y disposent d’importants investissements à protéger. Mais, de Roosevelt à Eisenhower, l’Indochine a valeur d’exemple : tout d’abord, de l’opposition des Etats-Unis au colonialisme ; puis, à partir de 1949, de leur volonté d’endiguer la République Populaire de Chine (RPC), voire de fracturer l’alliance sino-soviétique.

3Aux yeux de Roosevelt, la situation est simple : la défaite de juin 1940 prouve que la France décadente ne mérite plus d’être traitée en grande puissance. Les accords du 29 juillet 1941, aux termes desquels Vichy, en échange d’une reconnaissance de la souveraineté française sur l’Indochine, met la péninsule au service des armées nippones, renforce la conviction du président. En effet, ces textes donnent au Japon les moyens de son expansion vers le Sud : l’Indochine lui offre, outre du riz et du caoutchouc naturel, un tremplin possible vers la Malaisie, productrice d’étain et de caoutchouc, ainsi que vers l’Indonésie pétrolifère. Or, Roosevelt ne pouvait admettre une domination japonaise sur l’ensemble du Sud-Est asiatique, qui aurait privé l’Angleterre de ressources indispensables à la poursuite de la guerre contre l’Allemagne. En ce sens, l’occupation de l’Indochine par les Japonais représente un jalon important dans la série d’événements qui aboutirent à l’entrée en guerre des Américains dans la Seconde Guerre mondiale.

4Aussi Roosevelt prévoyait-il de soumettre la péninsule, après la guerre, à un traitement d’exception. Alors que, dans les autres colonies, les métropoles seraient simplement priées de prendre les mesures propres à rendre progressivement leurs possessions d’outre-mer capables d’indépendance, l’Indochine serait purement et simplement retirée à la France, et placée sous un mandat de l’ONU, qu’exercerait la Chine. Mais dès 1944, ces projets étaient compromis. Tout d’abord, le peu d’empressement que mettait Tchiang Kai-shek à combattre les Japonais (par crainte de voir les maoistes s’emparer des régions dont auraient été retirées les troupes du Kuomintang), amenait le président à douter que la Chine fût capable d’assurer la paix en Asie après la victoire sur le Japon. D’autre part, en octobre, les Etats-Unis accordèrent la reconnaissance diplomatique au Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF). Il devenait dès lors malaisé de priver la France, Etat ami, d’un territoire qu’elle voulait conserver. Enfin, Roosevelt avait donné son aval aux projets de son état-major, qui, afin d’éviter un nouveau Pearl Harbor, entendait doter les Etats-Unis d’un système de défense en profondeur et, à cet effet, mettre la main sur les anciens mandats japonais du Pacifique. Or, si les Etats-Unis pratiquaient cette annexion déguisée, quelle justification pourraient-ils avancer pour retirer l’Indochine à la France, pays non-ennemi, et la placer sous mandat ? Dès la mort de Roosevelt, les ministères militaires et le département d’Etat prirent donc acte de l’impossibilité de séparer l’Indochine de la métropole, et se contentèrent de réclamer au GPRF quelques vagues assurances de libéralisme envers les colonisés. Au surplus, la guerre froide qui débutait incitait à renforcer l’Europe occidentale contre l’URSS, et donc à s’abstenir de rompre les liens entre la France et la « perle » de son empire.

5Malgré ce revirement, la France pâtit toutefois de l’hostilité de Roosevelt à son égard. D’une part, sur l’ordre du président, les militaires américains présents en Chine n’apportèrent qu’une aide extrêmement limitée à leurs confrères français d’Indochine qui, après le coup de force japonais du 9 mars 1945, s’étaient lancés dans la Résistance. D’autre part, après le 9 mars, l’antenne de l’OSS (Office of Strategic Services, ancêtre de la CIA), sur le théâtre de Chine, entra en contact avec le Vietminh, qui lui fournissait des renseignements sur la situation militaire au Vietnam. Lors de la révolution vietnamienne d’août 1945, une mission de l’OSS était présente aux côtés d’Ho Chi Minh. Imbue des principes francophobes de Roosevelt, elle manifesta une neutralité bienveillante envers la République Démocratique du Vietnam (RDV). Il y avait certes là de quoi irriter le GPRF ; néanmoins, on ne saurait dire que l’OSS a fourni un appui décisif à la révolution d’août, car les armes dont disposait la RDV provenaient avant tout des fournitures clandestines que lui consentirent les Japonais après avoir capitulé, et non des services secrets américains. L’OSS quitta d’ailleurs le Vietnam dès l’automne de 1945. Ainsi privés de leur principal moyen d’action dans la péninsule, les Etats-Unis allaient désormais pratiquer envers l’Indochine, jusqu’à la fondation de la RPC en 1949, une politique d’abstention : sans contester la souveraineté française sur la péninsule, ils éviteraient d’y cautionner les expéditions de reconquête coloniale, par crainte de s’aliéner l’opinion asiatique.

6On a vu que pendant la guerre, l’attitude des Etats-Unis envers l’Indochine ne dépendait pas des intérêts américains dans la péninsule (ils étaient inexistants), mais de considérations plus générales : politique (modérément) anticolonialiste au niveau mondial, stratégie d’ensemble contre le Japon. Il en va de même pendant les premières années de la guerre froide. Dans ce nouveau contexte, les Etats-Unis annoncent en 1947, avec la « doctrine Truman », leur intention de venir en aide, dans le monde entier, aux gouvernements menacés d’une révolution communiste. On aurait donc pu imaginer qu’ils s’empresseraient de fournir une assistance au Corps Expéditionnaire Français d’Extrême-Orient (CEFEO). Or il n’en fut rien. Pourquoi ?

7C’est qu’en dépit du caractère mondial de la lutte anticommuniste, affirmé dans les déclarations officielles, la stratégie américaine hiérarchisait ses objectifs. Les armées américaines avaient effectué, après la victoire sur l’Axe, une démobilisation très rapide ; depuis lors, elles devaient opérer sous une sévère contrainte budgétaire, car Truman, nullement keynésien, craignait le déficit. Dans ces conditions, force était de se concentrer sur les positions stratégiques essentielles. Aussi les plans de guerre accordaient-ils une priorité absolue à l’Europe occidentale (industrialisée), et, dans une moindre mesure au Moyen-Orient (région pétrolifère, qui pouvait en outre servir de base de départ à des attaques contre la partie méridionale de l’URSS). En Extrême-Orient, il s’agissait simplement de conserver Okinawa et le Japon. En un mot, le « périmètre de sécurité » des Etats-Unis en Asie comprenait les îles du Pacifique, mais pas le continent. La France ne combattait donc pas dans une région d’intérêt stratégique capital, et elle renâclait à offrir l’indépendance aux Indochinois anticommunistes eux-mêmes. Point n’était donc besoin aux Etats-Unis de se compromettre en cautionnant ce combat douteux.

8Toutefois, divers facteurs incitaient les Etats-Unis à ne point trop presser la France de consentir des abandons de souveraineté en Indochine. Tout d’abord, à partir de l’automne de 1947, le gouvernement Truman décida de relever l’économie du Japon, afin de diminuer les coûts de l’occupation de cet archipel pour le budget américain. Le Japon, qui disposait d’une industrie, exporterait des produits finis et importerait des matières premières. Or, au même moment, à Washington, on donnait désormais pour probable la victoire de Mao sur Tchang. Par là même, l’intérêt stratégique du Sud-Est asiatique augmentait, car les Etats-Unis voulaient éviter que le Japon, du fait d’une dépendance économique trop prononcée envers la Chine, ne s’alignât sur la politique de son grand voisin continental. Il s’agissait donc de promouvoir les échanges entre le Japon et les pays situés au sud de la Chine. Cet objectif militait en faveur de la compréhension envers la France, qui assumait la charge de l’endiguement en Asie du Sud-Est.

9De surcroît, dans le cadre de la stratégie américaine en Europe, il revenait à la France d’assumer, pour l’essentiel, la défense terrestre du vieux continent. (On sait que le réarmement de l’Allemagne fédérale ne fut pas acquis avant 1954). Un allié d’un tel poids ne pouvait être brusqué, sous peine de contrarier le succès du plan Marshall. Annoncé en 1947, celui-ci avait en effet pour but de renforcer la cohésion politique et sociale de l’Europe occidentale. De ce point de vue, il s’agissait pour les Etats-Unis de renforcer la IVe République naissante contre les communistes, mais aussi contre les gaullistes, qui, malgré leur anticommunisme, étaient mal vus à Washington, dans la mesure où leurs appels à la révision constitutionnelle encourageaient les Français à manquer de respect envers les institutions en place. Le département d’Etat pouvait donc craindre, s’il poussait trop ouvertement la France aux concessions envers le nationalisme vietnamien (communiste ou non), que ne s’accumulent en métropole des sentiments nationalistes meurtris, dont auraient profité les gaullistes.

10Mais inversement, le risque existait qu’à force de refuser les concessions aux nationalistes indigènes, des puissances comme la France ou la Hollande (qui menait alors sa propre « reconquête » en Indonésie), ne les poussent à bout et ne les incitent, soit au communisme, soit à la haine des Blancs et à l’autarcie. Dans ce cas, que deviendrait l’objectif américain de libre-échange entre les pays industrialisés et les producteurs de matières premières ?

11Prise entre ces exigences contradictoires, la diplomatie américaine resta indécise pendant la première phase de la guerre d’Indochine. Au lendemain du coup de force vietminh du 19 décembre 1946, le secrétaire d’Etat James Byrnes écarta l’idée d’une médiation entre la France et la RDV, par crainte de donner aux communistes de métropole une occasion de dénoncer une intrusion américaine dans les affaires intérieures françaises. Officiellement neutres, les Etats-Unis refusaient de fournir à la France des armes à destination de l’Indochine ; mais si, une fois débarquées en métropole, les livraisons américaines reprenaient ensuite le chemin de la péninsule, les Etats-Unis affectaient de n’en rien savoir. Au Vietnam même, les services secrets américains encourageaient les nationalistes non-communistes, dont Bao Dai. Mais au goût du département d’Etat, les concessions françaises à ces nationalistes étaient insuffisantes pour inciter les attentistes à rejoindre le camp anti-vietminh. (De fait, sous le nom d’indépendance, la métropole n’offrait que l’autonomie interne.) Aussi fallut-il attendre février 1950 pour que les Etats-Unis se décidassent à reconnaître les Etats associés (Cambodge, Laos, et le nouvel Etat du Vietnam). Quelques jours plus tôt, la RPC et l’URSS avaient reconnu la RDV. Dès lors, à moins de priver les Etats associés de tout prestige, et de risquer une grave crise diplomatique avec la France, les Etats-Unis ne pouvaient plus s’abstenir de prendre ouvertement parti.

12Quelques jours avant la reconnaissance des Etats associés par les Etats-Unis, l’ambassade américaine à Paris avait invité la France à lui faire connaître les besoins en matériel du CEFEO, dont les Etats-Unis acceptaient désormais de couvrir une partie. Il faut se garder de voir là un simple réflexe conditionné à la fondation de la RPC, de croire que, la Chine étant devenue communiste, les Etats-Unis, par une application dogmatique de la stratégie d’endiguement, renforcèrent aussitôt les Etats situés à sa périphérie immédiate. En effet, les études stratégiques réalisées par le Conseil National de Sécurité (NSC), à l’occasion de l’offre américaine à la France, reconnaissaient que le Sud-Est asiatique continental était défendable en deux points : le Tonkin, mais aussi l’isthme de Kra (frontière entre la Thaïlande et la Malaisie). Or, les Etats du Sud-Est asiatique auxquels la stratégie américaine accordait la plus haute importance (l’Indonésie pétrolifère et la Malaisie, productrice de caoutchouc et d’étain), sont situés au sud de cette ligne. L’Indochine représentait donc un bastion avancé de l’endiguement en Asie, plutôt que son verrou.

13Pour rendre compte de la décision américaine, il faut donc invoquer la révision de stratégie à laquelle le gouvernement Truman se livra en 1949, sous l’effet de la victoire maoiste et de l’accession de l’URSS à la puissance nucléaire.

14Le secrétaire d’Etat Dean Acheson croyait que l’URSS, désormais pourvue de la bombe atomique, allait pratiquer à l’avenir une politique étrangère plus aventuriste. En effet, elle n’avait pas hésité à faire passer l’Europe orientale dans son orbite, alors même que les Etats-Unis disposaient du monopole nucléaire ; maintenant qu’elle possédait la bombe, ses tendances expansionnistes allaient s’accroître. Il s’agissait donc pour les Etats-Unis de renoncer à l’équilibre budgétaire et, en optant franchement pour le keynésianisme militaire, de créer des « situations de force » autour du bloc socialiste. Or, l’Extrême-Orient représentait la zone idéale où mettre en œuvre cette politique : d’une part, parce que l’Europe occidentale était déjà couverte par l’Alliance atlantique, et d’autre part, parce que la « perte de la Chine » avait fourni à l’opposition républicaine l’occasion rêvée d’attaquer le gouvernement.

15Néanmoins, pour endiguer la RPC, plusieurs stratégies étaient envisageables. On pouvait faire porter l’effort principal sur le continent asiatique, ou bien au contraire à Formose (Taiwan). Cette dernière option avait la préférence du département de la Défense : parce que le « périmètre de sécurité » des Etats-Unis couvrait les îles et non le continent, et aussi parce que nombre de militaires, qui avaient effectué leur carrière dans le Pacifique, voulaient ménager un réduit à leur vieil allié Tchiang Kai-shek, voire même l’aider à concrétiser ses rêves de reconquête de la Chine continentale. A l’inverse, Acheson avait cessé de faire fonds sur Tchiang : ce fut seulement après le déclenchement de la guerre de Corée (juin 1950), que les Etats-Unis, en interposant la VIIe Flotte entre Formose et le continent, s’engagèrent en fait à défendre la Chine nationaliste. Faire porter l’effort sur l’Indochine plutôt que sur Taiwan, comme Acheson réussit à en convaincre Truman, revenait donc à préférer l’endiguement au refoulement. Notons enfin qu’il n’était pas question d’une intervention militaire des Etats-Unis en Indochine même : Truman en écarta l’hypothèse (en mars 1950), en invoquant l’instabilité politique de la IVe République. Peut-être craignait-il qu’une fois les Etats-Unis engagés dans la bataille, un gouvernement français ne renonçât un jour à la guerre, et ne laissât aux Américains le soin de la terminer seuls, si bon leur chantait.

16On sait que la guerre d’Indochine se termina précisément de la manière qu’avait redoutée Truman : après avoir obtenu des Etats-Unis une participation financière croissante au conflit, la France finit par vouloir la paix, alors que le gouvernement Eisenhower persistait à réclamer une victoire militaire. Or, les Etats-Unis œuvrèrent eux-mêmes à ce résultat, car les options stratégiques qu’ils adoptèrent à l’époque de la guerre de Corée, contribuèrent largement à accroître la lassitude des Français à l’égard de la guerre d’Indochine.

17En premier lieu, la guerre de Corée fournit aux Etats-Unis l’occasion d’exiger de leurs alliés européens, dès l’été de 1950, le réarmement de l’Allemagne occidentale. Le gouvernement Pleven crut trouver une parade avec la Communauté Européenne de Défense (CED), qui enrobait la reconstruction de l’armée allemande d’un habillage « européen », plus acceptable pour l’opinion française. Mais encore fallait-il, pour assurer la ratification de la CED par le Parlement français, que la contribution de la métropole à la défense de l’Europe égalât au moins celle de l’Allemagne. Il était d’autant moins question de dégarnir la métropole, que si la France avait versé en Indochine l’essentiel de ses effectifs militaires, l’Allemagne, désormais indispensable à la défense du vieux continent, aurait pu en profiter pour réclamer son intégration pure et simple à l’OTAN, sans passer par l’intermédiaire de la CED. Commise à la fois à la défense de l’Europe et à celle du Sud-Est asiatique, la France était donc contrainte de maintenir des budgets militaires élevés (en effet, il fallut attendre 1954 pour que la contribution financière des Etats-Unis à la guerre dépassât celle de la France) : de là les critiques d’un Mendès France ou d’un Jean Monnet contre l’expédition d’Indochine.

18Celle-ci, de surcroît, dérangeait les armées françaises de métropole. Dès novembre 1950, le gouvernement Pleven avait vu dans la création d’une armée vietnamienne, financée par les Etats-Unis, le moyen de poursuivre la guerre tout en rapatriant rapidement le CEFEO, et donc d’éviter le choix entre l’Europe et l’Asie. Mais la formation de cadres militaires demande du temps, et pour l’essentiel, les armées des Etats associés restaient commandées par des officiers et sous-officiers français, dont l’affectation en Indochine désorganisait les unités restées en Europe. Il y avait là un motif de conflits permanents entre Français et Américains, car ces derniers avaient mis au point, en Corée, des méthodes d’instruction qui permettaient de former des officiers en quelques mois. On soupçonnait donc, à Washington, que si les Français refusaient de copier ce modèle, c’était par crainte de devoir concéder une indépendance réelle à des Etats désormais dotés d’armées autonomes. Or, selon les Etats-Unis, il n’y avait qu’un moyen de venir à bout de la RDV : concéder aux Etats associés une indépendance totale, afin de ravir à Ho Chi Minh la palme du nationalisme, afin de gagner à Bao Dai les attentistes, puis de lancer contre les armées vietminh une offensive massive, selon la méthode utilisée en Grèce et en Corée.

19Enfin, la stratégie adoptée à Washington, en cas d’invasion chinoise en Indochine, inquiétait Paris. En effet, s’il est exact que Truman a révoqué Mac Arthur, qui, en décembre 1950, avait voulu arrêter l’avancée chinoise en Corée par des bombardements sur les industries de guerre de la RPC, il n’en reste pas moins que, dès mai 1951, le NSC avait décidé de riposter à toute nouvelle agression chinoise (en Indochine, par exemple), par des bombardements qui n’excluraient plus le territoire chinois lui-même. Du point de vue des Etats-Unis, cette stratégie était logique, car l’armée de terre américaine, immobilisée en Corée, n’était pas disponible pour riposter sur un autre théâtre ; il s’agissait donc, avec l’aviation, de frapper les arrières de l’adversaire. La stratégie des « représailles massives » atomiques, élaborée en 1953 par le gouvernement Eisenhower, ne faisait qu’élever au rang de « doctrine », d’application universelle, les options retenues deux ans plus tôt à l’encontre de la RPC. Mais ces plans, élaborés uniquement en fonction de l’économie des forces militaires américaines, impliquaient un sérieux danger d’escalade vers la guerre mondiale. Or à Paris et à Londres (villes qui, contrairement à Washington, étaient aisément accessibles aux bombardiers soviétiques), les états-majors doutaient que le Sud-Est asiatique méritât de tels sacrifices.

20La contradiction entre les intérêts américains et français atteignit sa plus grande intensité en 1953. L’équipe Eisenhower, nouvellement élue, avait pour but ultime de briser l’alliance sino-soviétique en soumettant la RPC à une politique d’extrême rigueur, afin que les Chinois, s’estimant menacés, multipliassent auprès de l’URSS les demandes d’assistance pour assurer leur sécurité. Washington tablait sur l’impossibilité pour les Soviétiques de satisfaire toutes ces exigences, et donc sur la montée, à Pékin et à Moscou, des récriminations mutuelles. Aussi fallait-il maintenir la France dans la guerre : non qu’Eisenhower ait cru impossible de défendre le Sud-Est asiatique à l’isthme de Kra (que les Britanniques tenaient solidement) : mais vaincre militairement la RDV. c’était humilier la RPC, qui offrait un soutient économique et militaire à Ho Chi Minh.

21Au contraire, à Paris, on constatait que les Etats-Unis n’avaient pas hésité, en Corée, à signer une paix blanche ; qu’après la mort de Staline, l’URSS se déclarait favorable à la détente et adoptait un ton modéré ; enfin que les Etats associés, arguant de leur participation croissante à la guerre, en profitaient pour extorquer à la métropole une indépendance quasi complète, exemple dont les autres territoires de l’empire, à commencer par le Maroc et la Tunisie, ne manqueraient sans doute pas de se prévaloir dans le proche avenir. Dès juillet 1953, le gouvernement Laniel priait donc l’équipe Eisenhower de consentir au règlement négocié du conflit indochinois. Afin d’éviter une capitulation de la France face à la RDV, il s’agirait d’obtenir de la RPC le retrait de son soutien au Vietminh : on espérait qu’une fois ce dernier affaibli de la sorte, le CEFEO serait capable de le vaincre. En échange, le ministère français des Affaires étrangères prévoyait de consentir à l’entrée de la RPC à l’ONU. Les projets français étaient donc rigoureusement inacceptables pour les Américains. Néanmoins Dulles, qui savait l’impopularité croissante du conflit auprès du Parlement français, ne pouvait prendre le risque, alors que la CED n’était toujours pas ratifiée, de paraître maintenir de force la France dans la guerre. Il finit donc par accepter que l’Indochine fût évoquée lors de la conférence politique sur la Corée, qui devait se tenir à Genève au printemps de 1954.

22Si la réunion de Genève a fréquemment retenu l’attention des historiens, soucieux de déterminer « l’origine » (toujours quelque peu mythique), de l’engagement américain au Vietnam, c’est qu’à l’occasion de cette conférence, les Etats-Unis faillirent effectivement entrer directement dans la guerre. Mais surtout, l’été de 1954 représente le moment où l’Indochine (en particulier le Sud-Vietnam), commence à quitter la sphère d’influence de la France pour celle des Etats-Unis.

23Aux origines de la menace d’intervention américaine, comme de son absence de concrétisation, on trouve l’incompatibilité entre les buts respectifs des politiques française et américaine. Le 29 mars 1954, avec l’approbation d’Eisenhower, le secrétaire d’Etat Foster Dulles déclare publiquement que la possibilité d’une victoire communiste en Indochine « ne devrait pas être acceptée passivement, mais qu’il faudrait s’y opposer par une action concertée ». Par cet appel aux armes, Dulles veut faire comprendre à la France qu’il n’est pas question pour lui de troquer la paix en Indochine contre l’entrée de la RPC à l’ONU. De son côté, la France comptait sur une victoire à Dien Bien Phu pour se présenter en position favorable à la table de négociation. Or dès la mi-mars, il est évident que dans cette bataille, les troupes vietminh ont l’avantage. Au début d’avril, le gouvernement Laniel presse donc les Etats-Unis, au titre de « l’action concertée », de bombarder les assaillants vietminh disposés autour du camp retranché. Mais l’équipe Eisenhower, elle, se donne pour but une victoire militaire définitive sur la RDV. Entre la France, qui demande une aide temporaire afin de négocier en position de force, et les Etats-Unis qui veulent poursuivre la guerre afin d’éviter toute négociation, l’entente est donc impossible. Notons toutefois que le 22 avril, le ministre français des Affaires étrangères, Georges Bidault, consentit aux conditions mises par les Américains à leur intervention, pourvu qu’ils s’engagent à dégager Dien Bien Phu. Dulles refusa, car il doutait de l’efficacité de l’opération, et craignait que la France, après une tentative infructueuse des Etats-Unis pour venir en aide au camp retranché, ne cessât de combattre après la chute de celui-ci ; le prestige américain en aurait alors gravement souffert, Eisenhower soutint son secrétaire d’Etat, car le dégagement de Dien Bien Phu aurait laissé aux Français l’initiative des opérations en Indochine. Or après les divergences qui avaient marqué la collaboration franco-américaine depuis 1950, les Etats-Unis n’acceptaient de s’engager qu’à condition de prendre en main la direction des opérations. Il reste impossible de savoir si, à l’occasion de ces conversations, Dulles a ou non proposé à Bidault le prêt de deux bombes atomiques.

24La question d’une intervention militaire américaine fut reprise en mai, aussitôt après la chute de Dien Bien Phu, à l’initiative cette fois de Dulles. La négociation échoua de nouveau, parce qu’avant de s’engager, les Etats-Unis exigeaient de la France la promesse de rester dans la guerre jusqu’à la victoire. Laniel, qui gouvernait avec une majorité de deux voix, ne pouvait bien entendu fournir une telle assurance. Dès avant l’investiture de Mendès France (le 16 juin), l’hypothèse d’une intervention américaine était donc enterrée. Il reste difficile de déterminer dans quelle mesure cette menace est responsable de la souplesse dont firent preuve, à Genève, les négociateurs du camp socialiste.

25Alors même que se déroulaient ces entretiens franco-américains sur l’intervention, Eisenhower et Dulles admettaient la partition du Vietnam comme un pis-aller. Pourtant, Dulles insista auprès de Mendès France pour que le règlement de Genève n’exclût pas la possibilité de réunifier le Vietnam par des moyens pacifiques (des élections, par exemple). Etrange exigence, car Eisenhower et Dulles étaient bien décidés à rendre la partition définitive, convaincus, comme ils l’étaient que la réunification, du fait de la popularité de Ho Chi Minh aussi bien que des moyens de coercition dont disposent les Etats communistes, aurait immanquablement tourné au profit de la RDV. Cette attitude contradictoire s’explique peut-être par les nécessités de la « guerre psychologique » que les Etats-Unis menaient alors contre le camp socialiste. La propagande américaine ne cessait d’affirmer que les peuples du bloc adverse étaient tous « captifs ». Si donc la partition présentait pour les Américains l’avantage de limiter le gain de territoire obtenu à Genève par la RDV, il ne pouvait cependant être dit que les Etats-Unis cautionnaient la victoire du Vietminh. Aussi Dulles refusa-t-il de garantir les frontières délimitées à Genève (le « Locarno oriental » que lui proposait l’Angleterre), et même de conseiller au nouveau président du Conseil vietnamien, Ngo Dinh Diem (très bien vu de la CIA), de consentir à la division de son pays. Les Etats-Unis prenaient là un grand risque, car il est probable que si les accords de Genève avaient comporté une garantie internationale, le bloc socialiste aurait pu admettre une partition définitive.

26La paix de Genève comportait donc la promesse d’une réunification du Vietnam, sous forme d’« élections générales », qui devaient avoir lieu en juillet 1956. La délégation sud-vietnamienne éleva contre cette disposition une protestation, dont les Etats-Unis argueraient ultérieurement pour désigner la RDV comme agresseur. En effet, le Nord-Vietnam s’estimait fondé à relancer (à partir de 1957), la guérilla contre le Sud, puisque celui-ci s’était abstenu de procéder à la consultation sur la réunification, promise à Genève. Du point de vue de la RDV, le Sud avait manqué aux conditions de la paix. Au contraire, selon les Etats-Unis, le Sud-Vietnam, Etat souverain dès juillet 1954, était fondé à ne pas appliquer une disposition contre laquelle il avait solennellement protesté.

27A l’appui de la thèse américaine, on peut noter que, si le traité franco-vietnamien d’indépendance-association stipulait, effectivement, que le Vietnam endosserait les responsabilités de la France au titre des traités internationaux conclus par celle-ci au nom de son protégé, cette clause ne valait que pour les conventions antérieures à la convention franco-vietnamienne elle-même. Or, comme ce texte fut paraphé sept semaines avant les accords de Genève (il ne fut jamais signé, ni ratifié), il peut sembler hasardeux de compter ces derniers parmi les traités auxquels il faisait référence. Mais inversement, il faut noter que l’armistice vietnamien lui-même (signé non par les gouvernements, mais par les hauts commandements de la RDV et de l’Union française, à laquelle appartenait l’Etat du Vietnam), édictait le principe des « élections générales ». Si jamais celles-ci n’étaient pas organisées, il y aurait donc effectivement manquement à l’armistice. Le Nord aurait alors beau jeu de s’estimer délié de ses engagements, et de reprendre les armes.

28La paix de Genève contenait donc en germe un nouveau conflit entre les deux Etats vietnamiens. En revanche, elle n’impliquait nullement que les Américains dussent participer à cette querelle. Mais les décisions prises par l’équipe Eisenhower, aussitôt après la conférence, allaient engager les Etats-Unis, un peu plus encore, dans la voie de l’intervention militaire en Indochine.

29Selon un ouvrage récent, le gouvernement Eisenhower a été « piégé par son succès » au Vietnam. La formule est heureuse, car au lendemain de Genève, les Etats-Unis parviennent effectivement à faire passer le Sud-Vietnam et, dans une moindre mesure, le Laos, dans leur sphère d’influence (le Cambodge se montra plus réticent). Mais cette réussite même rendra plus malaisé un retrait, lorsque chancelleront les régimes protégés par les Etats-Unis, car la perte de prestige serait alors, pour les Américains, à la mesure de leur triomphe antérieur.

30Ces considérations de prestige sont précisément au centre de la politique fixée par le NSC aussitôt après la réunion de Genève : en s’associant à la France et à Bao Dai, ces perdants, les Etats-Unis ont subi une humiliation qu’il s’agit de laver. L’objectif consiste donc, désormais, à empêcher la réunification du Vietnam, et d’autre part à remplacer l’influence des Français, en Indochine, par celle des Américains. Eux, en effet, ne portent aucun stigmate colonialiste ; les Indochinois seront donc prêts à accepter leur aide désintéressée. Diem, à la fois francophobe et anticommuniste, constitue le partenaire idéal avec lequel appliquer un tel programme.

31Désireux d’améliorer les relations franco-américaines (mises à mal par l’échec de la CED), puis préoccupés par la guerre d’Algérie, Mendès France et ses successeurs laissent libre cours à la politique d’Eisenhower et Dulles : pour la France, l’Indochine ne représente plus qu’une région excentrée, d’intérêt marginal. Pendant les derniers mois de 1954, le gouvernement Mendès accepte donc de collaborer avec les Etats-Unis pour maintenir Diem au pouvoir, puis de laisser à des militaires américains la direction de l’instruction militaire au Sud-Vietnam. Au Laos, les Etats-Unis financent intégralement une armée créée de toutes pièces, dont la seule fonction consiste à renforcer la main du gouvernement royal face au mouvement Pathet Lao, qui comporte des éléments communistes. Au printemps de 1955, c’est la CIA qui aide Diem à venir à bout des sectes caodaiste, Hoa Hao et Binh Xuyen, qui menaçaient son pouvoir (et que soutenaient les services secrets français). Le gouvernement Edgar Faure reconnaît sa défaite : il accepte le maintien de Diem en fonctions. Désormais, Français et Anglais ne contestent plus la politique américaine : lorsque Diem, à l’automne de 1955, écarte Bao Dai avec l’assistance de la CIA, puis lorsqu’il sabote les « élections générales » de 1956, il a l’appui tacite des Occidentaux. (Notons d’ailleurs que Londres avait toujours souhaité une partition définitive.) Quant à l’URSS et à la RPC, elles ne protestent que pour la forme.

32Diem a désormais les mains libres pour pratiquer envers ses adversaires politiques, communistes ou non, une répression de grande ampleur. Lorsque la RDV, en 1957, lancera des opérations de guérilla contre la République du Vietnam, ce sera à l’appel des communistes du Sud, menacés de disparition complète. Ces méthodes, semble-t-il, n’inquiétaient pas exagérément Dulles. Au contraire, l’équipe Eisenhower fournit généreusement, à celui qu’elle appelait « le Churchill du Sud-Est asiatique », les dollars et les conseillers militaires nécessaires pour « construire une nation ». De même, au Laos, autre pays assisté, la CIA orchestra l’arrivée au pouvoir de « bons » candidats, hostiles au Pathet Lao.

33Il est donc assuré que lorsque Kennedy succéda à Eisenhower, le Sud-Vietnam et le Laos étaient entrés dans la mouvance exclusive des Etats-Unis, qui ne pouvaient renoncer à leur protectorat de fait sur ces Etats sans subir, au minimum, un sérieux revers de prestige.

Bibliographie

REPERES BIBLIOGRAPHIQUES

Anderson (David L.): Trapped by Success. The Eisenhower Administration and Vietnam (New York, Columbia U.P., 1991).

Artaud (Denise), Kaplan (Lawrence), et al. : Dien Bien Phu. L’Alliance atlantique et la défense du Sud-Est asiatique (Lyon, La Manufacture, 1989).

Blum (Robert M.): Drawing the Line. The Origin of the American Containment Policy in East Asia (New York, Norton, 1982).

Gaddis (John Lewis): Strategies of Containment. A Critical Appraisal of Postwar American National Security Policy (New York, Oxford U.P., 1982).

Gaddis (John Lewis): The Long Peace. Inquiries into the History of the Cold War (New York, Oxford U.P., 1987).

Harrison (James P.): The Endless War. Vietnam’s Struggle for Independence (New York, Columbia U.P., Morningside Edition, 1989).

Hess (Gary R.): The United States’ Emergence as a Southeast Asian Power, 1940-1950 (New York, Columbia U.P. 1987).

Schaller (Michael): The American Occupation of Japan. The Origins of the Cold War in Asia (New York, Oxford U.P., 1985).

Shafer (D. Michael): Deadly Paradigms. The Failure of U.S. Counterinsurgency Policy (Princeton, N. J., Princeton U.P., édition corrigée, 1989).

Short (Anthony): The Origins of the Vietnam War (Londres, Longman, 1989).

Stevenson (Charles A.): The End of Nowhere. American Policy toward Laos since 1954 (Boston, Beacon Press, 1972).

Wall (Irwin M.) : L’influence américaine sur la politique française, 1945-1954 (Paris, Balland, 1989).

Auteur

ENS Ulm

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540