Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Guerre du Vietnam et l’opinion publique américaine (1961-1973)

 | 
Jean Cazemajou
, 
Jean-Michel Lacroix

Introduction

Jean-Michel Lacroix et Jean Cazemajou

Texte intégral

1Encore un livre sur le Vietnam ! L’intervention américaine dans le Sud-Est asiatique a fait couler beaucoup d’encre aux Etats-Unis mais aussi dans le monde entier.

2Toutefois, la publication de ce recueil d’articles se justifie pleinement, en ce sens qu’elle répond à une attente, celle des étudiants qui préparent les concours du CAPES et de l’Agrégation d’anglais, l’une des questions de civilisation inscrites au programme de 1992 étant « la guerre du Vietnam et l’opinion publique américaine de 1961 à 1973. »

3La formulation d’une telle question soulève inévitablement de multiples interrogations et la règle du jeu consiste à définir les angles d’attaque et à proposer des pistes de réflexion pour traiter un sujet aussi vaste que complexe. Ici, le concept qui fait problème est à l’évidence celui d’opinion publique et les auteurs de ce volume ont souhaité alléger la tâche de leurs lecteurs en suggérant quelques approches.

4Nous espérons que le sujet abordé sera de nature à susciter l’intérêt d’un plus vaste public intéressé par la guerre du Vietnam et ses implications pour la société américaine.

5L’originalité de ce livre tient, tout d’abord, semble-t-il, à sa variété : variété des disciplines puisque les historiens ou les politistes côtoient les civilisationnistes. Variété des points de vue, aussi, puisque les textes rassemblés ne sont pas écrits exclusivement par des collègues américanistes nourris de culture occidentale. Il nous a paru utile de présenter des regards croisés et de ne pas nous situer du seul point de vue des Etats-Unis mais de considérer celui du monde asiatique. Variété également des thèmes abordés qui relèvent de plusieurs champs : relations internationales, histoire politique et militaire, analyse des réalités politiques, sociologiques, économiques..., et qui mettent en présence les représentants du pouvoir (Présidents, Congrès, Secrétariat d’Etat, Pentagone, Secrétariat à la Défense), les leaders d’opinion (journalistes de la presse écrite, de la radio et de la télévision), les responsables des groupes ethniques, religieux ou syndicaux mais qui laissent la parole aux « Américains moyens », si on peut considérer que les sondages d’opinion reflètent en les quantifiant la moyenne d’un certain nombre d’opinions individuelles. Variété enfin des idéologies quant à l’interprétation de la guerre du Vietnam ou quant à l’évaluation de son impact sur l’opinion publique américaine et internationale.

6La variété des textes était inévitable et elle reflète la pluralité du concept d’opinion publique. Ne devrait-on pas plutôt parler d’« opinions publiques » ?

7Après avoir défini cette notion, il conviendrait, bien sûr, d’analyser les mécanismes de la formation de l’opinion publique, son impact et son rôle dans la société américaine. L’utilisation fréquente de guillemets pour introduire le terme même d’« opinion publique » est le signe évident d’une réticence à l’accepter ou plus encore d’une grande gêne pour en baliser les contours.

8Il semble exclu de se lancer dans des querelles théoriques qui opposeraient et opposent sociologues et politistes. Certes, ces deux approches s’excluent ou plutôt s’ignorent. On a souvent hâtivement prétendu que l’opinion publique était liée à la démocratie et au libéralisme. On connaît les limites de cette affirmation et la démocratie occidentale n’a aucun monopole dans ce domaine, même si l’opinion publique prend des formes différentes ailleurs et en Asie notamment.

9Nous oserons avancer que l’existence de l’opinion publique implique un climat de tolérance suffisant pour permettre à la contestation de se faire jour. Elle se situe donc à l’opposé du consensus national puisqu’elle implique résistance et opposition. Même si elle peut opérer dans un cadre international, c’est bien le contexte national américain qui a été privilégié, d’autant que l’on sait que la vie politique américaine tend à rejeter tout ce qui est un-American. A ce titre, on se méfiera des parallèles hâtifs entre l’analyse de l’opinion publique en France et aux Etats-Unis dont les cultures politiques et les comportements sociaux ne sont pas équivalents.

10L’opinion publique suppose un certain relativisme et repose sur le dynamisme et la mobilité. L’évolution même de l’opinion publique dans le cas précis de la guerre du Vietnam vient ici à l’appui de notre thèse. Logique mais aussi subjective et émotionnelle, l’opinion publique est susceptible de revirements et on devra se garder donc, dans l’analyse des données quantifiées à propos du soutien ou de l’hostilité à la guerre du Vietnam, d’extrapoler et de conclure de façon péremptoire au rejet définitif des valeurs américaines ou au déclin inexorable de l’impérialisme américain.

11Plus ou moins spontanée, l’opinion publique est parfois tellement dirigée qu’elle devient artificielle en étant l’expression de lobbies et de groupes de pression qui défendent un point de vue correspondant à un intérêt souvent conjoncturel. Il est toujours possible de retenir une telle approche mais prenons garde de ne pas oublier que l’opinion publique ne doit être ni sacralisée ni méprisée. Elle est sujette aux errements. « Vox populi » n’est pas toujours « vox dei » mais elle est infiniment précieuse en ce sens qu’elle constitue un excellent reflet de la société à une époque donnée. Elle projette une image radioscopique de la mentalité, des comportements, des attitudes d’un pays à un moment précis.

12Quant au concept de « nouvelles », nous savons tous qu’il relève d’un choix opéré par les organes de communication dans le flot toujours grossissant des nouvelles potentielles. Ce type de choix privilégie et « cadre » d’une manière précise les événements retenus pour alimenter les journaux télévisés et la première page des grands quotidiens. Là aussi subjectivisme et relativisme règnent et cela peut conduire à des abus, car le goût du « scoop, » du sensationnel s’est maintenant généralisé. L’information est donc de nature à perturber les esprits faibles qui, en raison du pouvoir des médias, ont tendance à croire « ce qu’ils ont vu à la télévision, » qui est d’ailleurs affirmé toujours avec une grande force de conviction par les « anchormen ». Qu’on se rappelle seulement la phrase célèbre avec laquelle Walter Cronkite de CBS aimait clore chacune de ses prestations aux nouvelles de 6 heures du soir : « And that’s the way it is... »

13Mais, au cours des quarante dernières années, les choses se sont compliquées avec l’arrivée en force de l’informatique, l’utilisation forcenée des sondages d’opinion, et le rôle accru des sociologues et des politistes qui ont contribué à préparer les dits sondages puis à les interpréter. Ce nouveau cadrage de l’information a contribué à créer ce que Patrick Champagne a désigné comme une « “opinion publique”(...) fabriquée » dans son livre récent, Faire l’opinion (1990).

14On n’échappe pas à ce type de problème quand on étudie une question comme la guerre du Vietnam vue dans ses rapports avec l’opinion publique américaine. Edward J. Epstein l’a bien montré, dans son ouvrage Between Fact and Fiction: The Problem of Journalism (1975). Il n’est pas possible dans cette introduction d’aborder au fond ce problème.

15L’Amérique n’est ni hexagonale ni pyramidale, et une primaire du New Hampshire peut avoir un effet décisif sur une élection présidentielle. En dépit de la grande puissance de l’appareil sophistiqué des médias aux Etats-Unis, il existe, à l’échelon local, une résistance organisée aux forces aliénantes d’une société super-technologique. D’où les phénomènes étranges comme la popularité considérable, à l’époque considérée, de Ralph Nader et de ses « Nader Raiders » qui s’acharnaient à défendre le petit consommateur contre le puissant complexe de production et de distribution des biens de consommation.

16Les rapports complexes entre les médias et le monde politique, bien différents de ce qu’ils peuvent être en France, ont joué un rôle essentiel dans les deux grandes affaires de politique intérieure de la période concernée, à savoir le « scoop » du New York Times avec le « Dossier du Pentagone », et le scandale du Watergate révélé par le Washington Post.

17Toutes ces réflexions, loin de nous décourager, ont stimulé notre intérêt pour des problèmes très américains et pour des réactions de l’opinion publique qui ont, de toute évidence, surpris les nations européennes, même si elles copient aujourd’hui, peut-être inconsciemment, les styles de protestation américains des années soixante. Ce qui nous a le plus intéressés, dans la période étudiée, c’est l’internationalisation de l’opinion publique avec l’apparition d’une sorte de comité d’éthique international informel, comme par exemple dans l’affaire des « draft-dodgers ». A vrai dire, cette conséquence, du « global village, » pour reprendre la formule de Marshall McLuhan, n’est pas sans effets positifs, et il n’est pas interdit de penser que, malgré le nivellement de l’information et le cadrage quasi identique des nouvelles partout dans le monde, des groupes de pression humanitaires ou soucieux des problèmes vitaux de nos sociétés modernes (environnement, dialogue, lutte contre la drogue, etc.) ont aussi bénéficié de cet éclairage international.

18On peut dire que le « syndrome du Vietnam » a été tel que le Président Bush n’a pu engager la nation américaine dans la guerre du Golfe qu’après avoir rejeté dans son discours officiel — comme pour l’exorciser — le souvenir obsédant de l’enlisement au Vietnam.

19Quels que soient les sentiments que l’on puisse avoir sur les fondements idéologiques des notions de leadership, de nouvel ordre international, de juste cause, la différence fondamentale entre le Vietnam et le Golfe est que les Etats-Unis ont perdu la guerre dans le premier cas et l’on gagnée dans le second. La nation américaine est caractérisée par sa phobie des conflits irréductibles et ce sont bien la lassitude et la déception qui l’ont emporté dans la « crise de conscience » de l’« Amérique impériale. »

20Les collaborateurs qui ont accepté de participer à cette entreprise collective ont respecté des délais contraignants afin que ce livre soit en librairie dès le début de la rentrée universitaire. Qu’ils soient tous remerciés très chaleureusement.

21De façon plus personnelle, il nous est agréable de dire que la collaboration des deux maîtres d’œuvre de cet ouvrage est l’un des aboutissements d’une longue estime et amitié réciproques. Ce livre est un peu l’hommage de l’élève à l’ancien maître, devenu collègue et ami. Il prolonge surtout le partenariat éditorial déjà amorcé à Bordeaux, il y a près de dix années, puisque les Presses Universitaires de Bordeaux avaient, dans la même optique, publié quelques titres sur des questions de civilisation américaine. Nous nous réjouissons que les Presses de la Sorbonne Nouvelle (PSN), avec l’appui du Conseil scientifique de l’Université de Paris III, acceptent de se consacrer ainsi à la réalisation d’ouvrages susceptibles d’aider dans leur recherche les étudiants avancés tout en captant l’attention d’un lectorat plus large à l’extérieur de l’université.

Auteurs

Professeur de civilisation nord-américaine à l’Université de Paris III

Professeur d’études américaines à l’Université de Bordeaux III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540