Version classiqueVersion mobile

Métamorphoses d’une utopie

 | 
Fulvio Caccia
, 
Jean-Michel Lacroix

IV. Saturne malade de ses fils

La (dé)construction sociologique d’une identité chicano

Yves-Charles Grandjeat

Résumé

A travers l’analyse de quelques éléments représentatifs du corpus, cette communication se penche sur la difficulté d’une sociologie chicano déchirée entre deux impératifs. Il faut en effet, d’une part, réfuter le déterminisme culturel, longtemps utilisé par la sociologie nord-américaine pour légitimer scientifiquement les inégalités qui frappent la population d’origine mexicaine. Mais il faut aussi, sous l’égide des apôtres du nationalisme culturel chicano, démontrer l’existence d’une communauté culturelle mexicaine-américaine soudée par-delà les divisions socio-économiques. Peut-on tenir le concept-même d’identité culturelle dans le cadre d’une approche sociologique refusant tout modèle réifiant et réducteur ? Telle est la question que semble nous poser la sociologie chicano.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le cas du mouvement culturel chicano aux Etats-Unis témoigne de la difficulté pour ce groupe culturel minoritaire de trouver, du côté de la sociologie, une caution théorique à sa volonté d’autodéfinition nationalitaire. Il souligne également le caractère autant polémique que discursif de la problématique des identités nationales. Si l’on revient sur l’historique du mouvement chicano, on en situera en général l’ouverture en 1965, à Delano, où Cesar Châvez lance son appel à la huelga, engageant son U.F.W. dans la bataille pour la syndicalisation des travailleurs agricoles mexicains et philippins. C’est à telle datation que souscrit Luis Valdez, alors metteur en scène du Teatro Campesino : « A l’instant où le premier homme se leva dans le champ où il travaillait à genous pour crier huelga ! (Grève !), alors commença La Causa1. Pour Valdez, pas de doute : « Huelga ! — tout commença avec ce mot »2. Tout commence donc avec un mot, et tout, poursuivra-t-on, se poursuit avec des mots, des m...

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search