Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses d’une utopie

 | 
Fulvio Caccia
, 
Jean-Michel Lacroix

IV. Saturne malade de ses fils

Les représentations de la frontière dans l’imaginaire collectif de la population chicano : analyse d’un processus identitaire

Catherine Lejeune

Résumé

Une enquête menée sur les phénomènes de représentations et les formes de conscience permet d’interroger le passé. Enquêter sur les représentations de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique auprès de la population d’origine mexicaine revient à enquêter sur le processus contemporain du phénomène identitaire de cette communauté. C’est le rapport singulier du processus d’identification d’un groupe avec la question de son propre discours historique que notre enquête menée dans deux régions frontalières (San Diego, Californie et El Paso, Texas) tente de mettre en lumière.
Nous nous attachons dans ce texte à analyser les représentations actuelles de la frontière : les nouveaux éclairages que celles-ci portent sur l’histoire des chicanos ainsi réécrite, la façon dont la frontière façonne leur identité actuelle, frontière qu’ils nient en tant que diviseur et qu’ils légitiment puisqu’ils en sont le produit.

A survey dealing with representations enables us to question the past. Carrying out a survey dealing with what representations Mexican-Americans have of their border is in fact a way of questioning the present process of the identity phenomenon of this community. What is at stake is the relation between the identification process of a group and the question of its own historical discourse; the survey I have carried out in the two border States of California and Texas attempts to cast a light on this relation.
In this presentation I am trying to analyse the representations of the border at present: show how the latter contributes to the rewriting of the Chicano history, how it shapes the Chicano identity, and how they, Chicanos, deny the border as a divider and, on the contrary, legitimize it as they are a product of it.

Texte intégral

1Les phénomènes de représentations, s’ils relèvent de l’imaginaire, n’en sont pas pour autant éloignés de la vérité historique, au contraire. Une enquête menée sur les phénomènes de représentations et de formes de conscience permet d’interroger le passé. L’historien d’origine américaine Moses Finley nous dit que s’il y a enquête sur le présent, il y a enquête sur le passé. La démarche scientifique traditionnelle consiste à partir des faits et non des idées ; nous sommes donc là face à une démarche inattendue : prendre la mesure que les gens ont des idées et partir de ces idées, ces pré-notions comme les définirait Durkheim, des formes de conscience ou représentations pour Finley, représentations qui n’ont d’ailleurs pas forcément d’argumentaires : quel que soit le nom qu’ils leur donnent, tous deux s’accordent néanmoins à admettre que l’enquête inaugure. Elle est une catégorie de connaissances en Sciences Sociales — et non pas seulement une technique — mettant en circulation ce que les gens pensent et reconnaissant que ce qu’ils pensent fait partie de la réalité de la « chose » elle-même.

2Enquêter sur les représentations de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique auprès de sa population d’origine mexicaine revient à enquêter sur le processus contemporain identitaire de cette communauté. Quelque chose se noue entre le système de valeurs et de représentations chez les Chicanos au présent et une capacité à tenir un discours sur leur histoire. La question de la véridicité historique n’a pas d’importance dans ce cadre. C’est le rapport singulier d’un groupe avec la question de son propre discours historique qui nous intéresse et c’est ce rapport que notre enquête de terrain menée dans les régions-frontières de San Diego (Californie) et El Paso (Texas) va tenter de mettre en lumière. J’ajouterai que seuls certains aspects de ces représentations seront ici analysés, l’ampleur de l’enquête m’y contraignant.

3A la question délibérément ouverte « qu’est-ce que la frontière pour vous », des réponses diverses furent données, et ce, pour des raisons bien évidentes : d’abord parce que dans les discours des interlocuteurs, se superposaient, semblait-il, au moins deux frontières : la frontière mentale et la frontière physique ; ensuite parce qu’au concept de frontière s’attachaient plusieurs sens et associations allant de l’immigration à la question politique, économique, à la frontière comme lieu de vie, lieu de mémoire ou lieu d’histoire. Les discours analysés s’exprimaient néanmoins dans un cadre conceptuel tout à fait cohérent. En outre, tout semblait se poser en termes binaires : furent énoncées la question du « dehors » et du « dedans », celle d’une ligne ou zone qui sépare mais aussi qui unifie ou qui rejoint, d’une frontière qui, si elle ouvre sur quelque chose, ferme aussi selon que l’on entre ou sort ; d’autres binômes sont apparus : celui de la nation et de l’empire, du pays où tout est possible mais dont l’accès vous est refusé, l’ascendance mexicaine face à une destinée américaine ou encore un binôme parental dont le Mexique ferait figure de mère et les Etats-Unis de père ; dans tous les cas les deux faces d’une même pièce comme le suggère si intelligiblement une des personnes interrogées :

«In reality there is two sides to a coin and those two sides make one coin, make the value of the coin».

4Ce que l’on peut dire, c’est que toutes les tentatives américaines de se départir d’un voisin encombrant lors de célébrations officielles où se trouve privilégiée l’immigration d’origine européenne, de ne pas privilégier celle en provenance du Mexique et de maintenir habilement une population hispanique en marge du système politique américain ne parviennent pas à annuler les implications irrémédiables du fait de la proximité du Mexique : une région à part entière, un peuple doué d’une mémoire et qui parle de son histoire.

5La question du « dehors » et du « dedans » est donc soulevée selon qu’il s’agit d’expansion — celle-ci ne s’étant faite que dans un sens, des Etats-Unis vers le Mexique — ou qu’il s’agit d’immigration — celle-là se faisant dans l’autre sens, du Mexique vers les Etats-Unis. Elle pourrait être reformulée autrement, en termes d’inclusion — territoriale — et d’exclusion — humaine — :

«There’s always been a culture in the US that has been about the border, either expanding outwards, or, since we are a nation of immigrants which exclude Indians and Meztizos and Blacks who did not immigrate voluntarily, you have this idea of Crossing the border to enter, so expansion to cross the border one way, immigration to cross the border the other way».

6Les personnes interrogées éprouvent toutes un sentiment d’exclusion et l’ont exprimé clairement. Inscrite dans leur mémoire : l’annexion territoriale, très présente, vécue comme amputation, et en contre point l’immigration : même si elles ne s’y identifient pas directement, elles partagent des causes communes avec les immigrants actuels.

7Si l’on examine de plus près la question historique de l’annexion d’une partie du territoire mexicain, on observe que l’aspect factuel s’est un peu perdu et surtout que peu de Chicanos sont en mesure de situer cet événement dans le temps, ce qui n’a pas manqué de nous surprendre étant donné leur intérêt pour cette question. Sur cet aspect du temps, voyons ce que dit l’historien M. Finley :

  • 1 Moses I. Finley, Mythe, Mémoire, Histoire, Paris, Flammarion, 1981, p. 27.

« Le temps dans sa durée, s’il est pris en considération, ce qui n’est pas toujours le cas, n’est pas ressenti comme une quantité mesurable, mais comme une qualité associative et émotionnelle (...). Que nous rassemblions consciemment nos souvenirs pour le trouver, ou qu’il nous vienne à l’esprit sans réflexion, ce n’est pas en remontant du présent vers le passé que nous nous remémorons un événement ancien. La mémoire saute instantanément jusqu’au point désiré et le date ensuite par association »1.

8En effet, l’incapacité dans laquelle se sont trouvés la plupart des Chicanos de situer l’événement dans le temps ne diminue en rien son importance. Ce qui perdure, c’est le sens de cet acte vécu par eux en subjectivité, et ce sens peut être capté au travers des représentations. Marc Bloch, un autre historien, ne dit-il pas :

  • 2 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d'historien, Paris, Colin, 1974.

« Les faits historiques sont par essence des faits psychologiques »2.

9Les faits, il nous engage à les étudier du « dedans », en étudiant les représentations qu’un groupe, quel qu’il soit, a de son passé.

10Dans le cas des Chicanos, ce à quoi ils associent le partage du territoire mexicain est l’injustice, un sentiment partagé par tous, et c’est par le biais de cette association qu’ils évoquent la période de l’annexion. Ce qui se transmet, c’est le sentiment et non point le fait historique. Il s’agit là de mémoire collective telle que la définit M. Finley que je citerai encore :

  • 3 Moses I. Finley, op. cit., p. 32.

« La mémoire collective n’est pas autre chose que la transmission à un grand nombre d’individus, des souvenirs d'un seul ou de quelques hommes, répétés à maintes reprises ; et l’acte de transmission, de communication et donc de conservation de ces souvenirs n'est ni spontané ni inconscient, mais délibéré, destiné à atteindre un but connu de celui qui opère cette transmission. Il se trompe peut-être sur ses motifs, il ne les formule peut-être pas clairement, il ne s’est peut-être pas livré à une réflexion préalable mais invariablement il agit, déclenche un processus, provoque un effet qu’il désire ou veut obtenir » 3.

11L’objectif n’est pas de se réapproprier un territoire au sens propre du terme mais de voir s’établir une reconnaissance et une légitimité en compensation d’un préjudice. Le détour par l’histoire en est l’instrument indispensable. La formulation suivante, portant sur le sens de la frontière, en témoigne :

«Ifs something you’re confronted with everyday: somehow you’re being denied, the legitimacy is still and always questioned».

12Comme je le mentionnai précédemment se trouve posée d’une façon concomittante la question de l’immigration actuelle. Le chicano installé depuis un certain temps aux Etats-Unis ou né sur le sol américain ne s’identifie pas ou quasiment pas à l’immigrant de fraîche date mais reste sensible aux problèmes de pauvreté et de discrimination rencontrés par ce dernier :

«One the one hand, one person coming over closes the door behind him; on the other hand people who have been here a long time don’t identify with those coming over but still there are common causes: abuse by people in position of power, music, food, discrimination».

13Tout assimilés qu’ils soient, un sentiment d’injustice, d’exclusion, d’inégalité les anime et c’est en termes très négatifs qu’ils parlent de la frontière lorsqu’ils l’associent à la condition sociale et économique des immigrants et, au-delà, à celle des Mexicains travaillant dans les Maquiladoras de l’autre côté de la frontière :

« “Instinctively, it’s a divider, it divides the rich from the poor”, "It gives them a taste of the capitalist System but they never get a chance to benefit from it”, ‘‘The American dream is postulated in a white perspective” ou enfin “The only thing that the border means is that you can have this artificially designated line and you can put one building on one side of that line and another building on the other side and just 10 feet away from this building where you have to pay workers $ 20 an hour you can pay workers $40 a week” ».

14L’analogie entre la frontière et l’immigration va bien au-delà et certains ont émis, au travers de cette question, l’idée que la frontière n’est peut-être pas là où l’on pense mais qu’elle est ailleurs et mentale :

« “The border is where every migrant worker is, they carry the border with them”, ou, en référence aux services d’immigration, “With the immigration control act, the border is everywhere in the country ; immigration services have a right to go into any business, any home to determine the immigration status of any employee, so the border is anywhere the government says it is” ».

  • 4 Court-métrage réalisé en 1989 par le journaliste de CBS Bill Moyers.

15Une autre question, tout aussi centrale, ne manqua pas d’être posée : celle de la dualité du chicano. Elle traverse tous les propos recueillis et est clairement énoncée par les interlocuteurs dans sa contradiction même. Les paroles d’une chanson extraite d’un court-métrage portant sur la région frontalière du Rio Grande et intitule « One river, one country » en est une illustration : « Mexican by ancestry, American by destiny »4.

16Cette dualité s’exprime différemment selon que l’on est né d’un côté ou de l’autre de la frontière. Les Chicanos nés au Mexique diront par exemple:

« “I’m Mexican and yet I’m so American”, “I feel like a Mexican, I live like an American” ou encore “My intellectual development was in English, my emotional orientation is towards Mexico” »

17Plus explicite encore quant à la dimension affective investie par le Mexique est la mise en évidence de l’absurdité d’un principe de choix :

«To me, Mexico is my mother, the USA is my father and I love them both the same and I would fight for them».

18Cette catégorie de Chicanos représenterait l’enfant légitime qui, contrairement aux chicanos nés en territoire américain, sait d’où il vient et qui il est :

« “We have a base”, “We just know who we are” ou “I’m comfortable with who I am” ».

19Il a cet avantage de pouvoir identifier clairement ses origines comme on identifie son père et sa mère, et a le sentiment d’appartenir à deux nations ; la question d’un choix ne se pose donc en aucun cas :

«I get chills when I listen to the Mexican national anthem and I get chills when I listen to the Spangler Banner. I am a true citizen of both countries»,

20ou encore la réponse d’une interlocutrice à une journaliste qui lui demandait: « Where is your loyalty? if there was a war, where would you like to be? », elle répondit: « It is a dumb question because it is a philosophical question ». A noter que l’orientation affective se fait toujours vers le Mexique qui fait figure de mère, sans doute parce c’est là que s’est déroulée la petite enfance et pendant cette période que l’espagnol fut l’unique langue de référence. L’anglais, appris à l’école, est donc lié au développement intellectuel, à l’avenir professionnel dont il est l’indispensable outil, à la raison.

21Qu’en est-il du Chicano né aux Etats-Unis ? Il n’est ni Mexicain, ni « Gringo », ni d’ici ni de là, ni vraiment ici ni vraiment là : dualité tant spatiale qu’identitaire :

« “They, Mexicanos, don’t have this duality that we have (...) we have this problem that we’re neither here nor there, we’re not gringos and we’re not Mexicanos : we’re Chicanos, we’re in the middle”, ou encore “You have to have suffered the rejection not only by the whites but by the Mexicans too; Mexicans see us as “menos”; less; Chicano is a sub-culture” ».

22Ce sont naturellement eux qui nient le plus la réalité physique de la frontière et dépeignent avec émotion et regret l’hybridité à laquelle ils s’identifient totalement. La frontière, dans cette acception, cristallise leur frustration de n’être l’enfant légitime d’aucun parent :

«“Ifs an imaginary line”, “It’s nothing but an artificial line”, “the physical border negates many things”».

23C’est ainsi que les Chicanos interrogés s’opposent farouchement à cette segmentation délibérée et artificielle qui revient à les nier :

«It’s a dividing line in some minds, certainly in the minds of the North Americans and the Mexicanos; they have carefully segmented themselves so there is a Mexican or a North American. It doesn’t do that for us».

24En effet, ils ne peuvent admettre que la frontière divise puisqu’ils en sont le produit. L’admettre serait se nier. Au contraire la légitimer, lui donner corps et unité les légitime eux ; cette transformation mentale qu’ils opèrent leur permet d’exister. La frontière ainsi légitimée devient une entité, une source, une origine :

«The force that divides us is the force that keeps us together».

25mais plus encore, elle leur donne un pays, une identité, le sens qui manquait à leur existence, d’où l’attachement si singulier à la région frontalière :

«It gives us something to belong to: we’re not lost; it gives us pride, identity when we have none in American history; it gives us a flag».

26Le Chicano, dans cette acception là, est une création originale et non plus une sous-culture, un sous-produit qualifié d’hybride et de bâtard. C’est sans doute pourquoi, lorsqu’ils tentent de définir ce qu’est un Chicano, ils mettent l’accent sur la détermination, l’effort : le Chicano est une construction, un véritable « bébé-éprouvette », le résultat d’un désir de se construire et non pas l’enfant « naturel » rejeté, et le lieu de cette création est la frontière. Les remarques suivantes illustrent mon propos:

«“The border is my culture, it’s wherever I go, I carry it with me”, “The border is home, away from it I miss it”, “My roots are here, it’s my home”».

27Les réponses à la question de l’attachement à la région frontalière prennent ici tout leur sens. La frontière devient le substitut aux racines, le foyer ; on en parle comme d’une personne, d’une famille :

«“I understand it, we understand each other”, “It’s the discovery with myself”».

28Le chicano ainsi renaît. Examinons cette remarque d’un interlocuteur: « The Chicano is a new breed of man ». Mais quel est donc cet homme nouveau ? A cette question, j’obtiens :

«Someone who has made a constant decision to make themselves to change the US and you can be of Mexican ancestry and see your future in the US and be committed to change and not call yourself a chicano, you don’t necessarily have to call yourself a chicano».

29De fait, lors des entretiens, peu de Chicanos se définirent comme tels mais manifestaient néanmoins clairement leur détermination à se battre pour exister avec leur différence et participer pleinement à la vie sociale, économique et politique du pays. Ils se sont créé un nouvel espace où des cultures d’influences diverses peuvent s’épanouir. Il ne s’agit en rien de nier l’influence de la culture mexicaine, indienne ou européenne mais de donner libre cours à cette culture métissée. Ainsi s’expriment-ils sur ce point:

«“Your culture being a mix, you begin to form the border culture”, “We, as Chicanos, are the extension of those cultures”, “The border culture, a continuous process, something that’s in continuous change”».

30Ils ont saisi que la culture est en constant devenir, ils en sont la preuve et ils favorisent ce processus. L’espace qu’ils ont créé ne sera jamais définitivement acquis, ils en ont conscience. Il sera toujours à reconquérir. Je cite ici un artiste chicano:

«We realized that the border wasn’t a static entity, it was a living, throbbing, beating, circulatory System that was constantly in motion and we began looking at how not only we Chicanos were influenced by Mexico or America but how we were influencing them».

31Les Chicanos ainsi innovent, innovent en ce qu’ils sont et ce qu’ils produisent. La frontière identifiée comme source de vie devient un tremplin. Ce qui est perçu par nous comme une cicatrice, un handicap devient un atout, un moteur, une ouverture. Le Chicano auto-légitimé, auto-identifié peut évoluer avec aisance, co-habiter avec une population d’origine anglo, mexicaine ou autre dans une région commune et même partager avec elle des projets communs :

« A Chicano can evolve in a wider circle, I see no threat » ou, plus élaboré, “Is there the possibility that people in this region can come to see their futures as one and began to find ways to work with each other towards common goals for the creation of a space that is allowed for optimal living? I think so, many actions are taking place that hold the promise that such a thing is possible” ».

32La frontière tant physique que mentale ne serait-elle pas ainsi totalement transcendée ?

33A ce stade de mon étude, il ne m’est pas possible de conclure : il m’incombe encore d’analyser, dans le cadre de l’enquête menée, un certain nombre de données dont je n’ai traité ici que quelques aspects. Je mentionnerai néanmoins l’analogie d’un des interlocuteurs, artiste de la région de San Diego, sur laquelle il conviendrait de s’attarder : en guise de réponse à la question « qu’est-ce que la frontière pour vous », il compara celle-ci à une figure géométrique qu’inventa le mathématicien allemand Mobius. Il s’agit d’un ruban dont la surface n’a qu’un seul côté. Lorsqu’on crée cette figure, on observe qu’il n’y a ni dessus, ni dessous, ni dehors, ni dedans, mais bien une seule surface. C’est peut-être cet espace-là que les Chicanos ont créé, espace dont certains ne savent pas ou ne veulent pas encore croire qu’il existe et qui sera peut-être leur avenir. Ceci ferait écho aux propos de l’historien Marc Bloch extraits d’un texte intitulé « Que demander à l’histoire » :

  • 5 Marc Bloch, « Que demander à l’histoire », Le Centre Polytechnicien d’Etudes Economiques, Bulletin (...)

« Et si l’enquête prouve que d’une époque à l’autre presque tous ces facteurs se modifient, il ne restera qu’à s’efforcer de découvrir, dans la suite de l’histoire, l’apparition des changements et qu’à tâcher d’en mesurer les effets. En sorte que peut-être la leçon la plus importante du passé se trouvera être de nous suggérer un avenir très différent de ce passé et de nous permettre d’entrevoir quelles seront, à peu près, les différences » 5.

Notes

1 Moses I. Finley, Mythe, Mémoire, Histoire, Paris, Flammarion, 1981, p. 27.

2 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d'historien, Paris, Colin, 1974.

3 Moses I. Finley, op. cit., p. 32.

4 Court-métrage réalisé en 1989 par le journaliste de CBS Bill Moyers.

5 Marc Bloch, « Que demander à l’histoire », Le Centre Polytechnicien d’Etudes Economiques, Bulletin, janvier 1937, no 34, p. 15-22 (reproduit dans Mélanges Historiques, t. 1, Ecole Pratique des Hautes Etudes, 1963).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540