Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses d’une utopie

 | 
Fulvio Caccia
, 
Jean-Michel Lacroix

IV. Saturne malade de ses fils

Aspects ethniques de la criminalité aux États-Unis

Jean-Pierre Martin

Résumé

L’explication xénophobe, ou raciste, attribuant à tels groupes une propension « innée » au crime, n’a pas de fondements sociologiques. Ainsi les Irlandais dénoncés au XIXe siècle comme « délictueux par nature », ont, au fur et à mesure de leur ascension sociale, été supplantés dans la pègre par les Allemands ; en succession Juifs et Polonais jusqu’aux années 20, puis les Italo-siciliens et Hispaniques ont dominé la délinquance nationale. Il apparaît aussi que si les organisations criminelles peuvent démarquer les structures ethniques, la criminalité n’est pas importée mais indigène, c’est-à-dire conforme au monde spécifique dans lequel elle se développe.

The xenophobe or racist explanation which attributes to one group or another an “innate” propensity to crime, is sociologically unfounded. Thus, the Irish who were denounced in the nineteenth century as “born criminals” have, as they have gradually climbed the social ladder, been supplanted by the Germans in the underworld; Jews and Poles in turn up to the 20’s, then the Italo-Sicilians and the Spanish have been on top in national delinquency. It is also apparent that if crime organizations can differentiate ethnic structures, criminality is not an imported article but indigenous to the country, that is to say in keeping with the specific word in which it is developing.

Texte intégral

1Les statisticiens américains, soucieux de fournir au public des illustrations frappantes, ont inventé « l’horloge du crime » : toutes les trois secondes se perpètre une attaque contre les biens, toutes les 38 secondes une agression, toutes les 58 un vol avec violence, toutes les six minutes un viol, toutes les 25 minutes un meurtre (chiffres de 1986). Il a paru intéressant (même si Twain affirmait que « there is no distinctly native American criminal class except Congress ») de présenter quelques paramètres de ce désastre social, en limitant, pour raisons de documentation, l’étude à trois groupes : les Blancs, représentant 76 % de la population totale (1988) et parfois confondus dans une même énumération avec les Hispaniques (8 %), quelle que soit la « couleur » de ces derniers, et les Noirs (non compris les Hispaniques noirs), soit 12,3 %. L’on sait par ailleurs que le droit français interdit toute définition ethnique des nationaux, donc une étude comparative ; les statistiques reportées en note, qui s’appliquent à la population carcérale et étrangère en France peuvent inviter à des comparaisons extrêmement prudentes, en aucun cas à des conclusions. Une description sommaire de l’appareil statistique américain permettra d’étudier des exemples de surcriminalité ethnique, et d’en induire quelques éléments d’explication.

***

2La statistique de base, par ailleurs la plus ancienne, est publiée annuellement par le Federal Board of Investigation (FBI) sous le titre de Uniform Crime Reports (UCR), et prend en compte sept catégories d’infraction qui constituent le « crime index » : homicide volontaire (murder), viol (forcible rape), vol avec usage ou menace de violence (robbery), agressions (aggravated assault, allant jusqu’aux tentatives d’homicides), vol avec effraction (burglary), vol simple (larceny, theft), et vol de voiture (motor vehicle theft). Les données sont collectées par 13 000 centres locaux couvrant 98 % de la population (1989), qui peuvent avoir des critères différents de classification et reflètent l’extrême diversité des situations, chaque Etat étant comme l’on sait doté de pouvoirs parfois exclusifs en matière de police générale et définissant son propre système pénal et sa procédure. Ainsi certains Etats peuvent ne pas comptabiliser certaines infractions, s’ils les jugent « non confirmées » (« unfounded »). Il s’agit dans tous les cas de délits signalés (« reported »), c’est-à-dire d occurrences (« incidents ») connues. Les insuffisances des UCR ont conduit depuis 1973 le Département de la Justice à confier au Service du Recensement (Bureau of the Census) une enquête fondée sur la consultation semestrielle d’une population de 100 000 personnes de douze ans et plus, réparties dans 50 000 domiciles ; ce National Crime Survey (NCS) prend en compte les victimes des infractions (et non le nombre de celles-ci), les crimes et délits, groupés en 6 catégories, qui ne recoupent pas forcément celles du FBI, excluant par exemple les « crimes sans victimes » et le meurtre. Les deux statistiques, parfois complémentaires, divergent largement, le NCS multipliant par plus de deux les taux de criminalité calculés à partir des NCR.

  • 1 A rapprocher de la conclusion de P. Tournier et P. Robert (voir infra bibliographie sommaire) pour (...)
  • 2 Cité in Silberman, op. cit., p. 168.
  • 3 Ibid., p. 349.
  • 4 Sur les définitions de la « race », voir par exemple Statistical Abstract of the United States, 19 (...)

3Ces deux sources pénales appellent de nombreuses critiques. Ainsi le FBI a refusé en 1950 de publier les statistiques fournies par la ville de New York ; en 1951 les chiffres concernant le vol à main armée pour l’agglomération avaient augmenté de 400 %, et ceux des vols avec effraction de 1 300 %. L’on a pu établir par comparaison que la police n’est saisie que de 26 % des délits contre les biens, et de 45 % des attentats contre les personnes. L’on sait que le nombre d’infractions signalées (« reported crimes ») dépend de la vraisemblance, au jugement des victimes, d’une action policière et judiciaire (ainsi depuis 1975, les Noirs, plus que les autres groupes, ont tendance à porter plainte, mais non en toutes régions)1. La définition des crimes et délits peut sembler aberrante et par exemple sous-estimer systématiquement la délinquance dite propre, voire « astucieuse », associée à certains groupes sociaux (« white collar, silk collar crimes ») ; appartient heureusement au passé la classification proposée à Fosdick par un policier sudiste : « si un nègre tue un blanc, il s’agit d’un meurtre ; si un blanc tue un nègre, d’un homicide justifiable ; si un noir assassine un noir, c’est un noir de moins »2... A quel niveau d’ailleurs du processus répressif faut-il s’arrêter pour calculer, globalement, ou pour un groupe donné, le taux de criminalité ? L’effet d’entonnoir (« funneling effect ») calculé pour 1965, est spectaculaire : 2 780 000 infractions (index crimes) signalées, 727 000 arrestations, 339 000 enquêtes diligentées (« formal felony complaints »), 322 000 condamnations (soit 69 % des arrestations et 95 % des poursuites3. Enfin, pour notre propos, la définition ethnique des auteurs présumés (par la victime, ou dans la procédure ultérieure) est pour le moins sujette à caution : un Porto-Ricain noir peut être signalé comme Noir, non comme Hispanique4.

***

  • 5 P. Tournier et P. Robert font remarquer que la nationalité déclarée par un suspect étranger ne peu (...)
  • 6 Le monde pénitentiaire induisant d’ailleurs de spectaculaires revanches racistes contre le racisme (...)
  • 7 L’on obtient des coefficients multiplicateurs différents pour les Hispaniques. En pourcentage des (...)
  • 8 Selon M. D. Barre et P. Tournier, les étrangers incarcérés en France sont surtout coupables de vol (...)

4Sur ces bases parfois incertaines, la fréquence des infractions constatées est inégale suivant les groupes. Déjà avant la première Guerre mondiale le monumental (et souvent discutable) Rapport sur l’Immigration soulignait le caractère ethnique, voire familial des associations de malfaiteurs. La concentration d’étrangers5 peut être un facteur de criminalité supplémentaire dans un milieu où les autres facteurs reconnus existent. L’exemple classique offert par Chicago en 1937 (3,4 millions d’habitants, dont 2,4 nés à l’étranger ou de parents étrangers) a invité le sociologue F. Thrasher à dénombrer les gangs et à les classer : 25 multi-ethniques, 396 mono-ethniques (dont 20 juifs, 80 italo-siciliens, 63 noirs, 45 blancs i.e. composés de Blancs nés aux Etats-Unis) etc. Il apparaît par ailleurs qu’un effet de volume, donc en milieu urbain, accroît pour un groupe donné le taux de criminalité au-delà de la simple proportionnalité, ce qui est attribué à la dissolution des normes du groupe et de-son auto-régulation. A ne considérer que les seuls Noirs, la Commission Présidentielle, dans son rapport sur les années 1970, constate qu’ils représentent 11,6 % de la population totale, mais 25,7 % des arrestations ; 40 % des incarcérés locaux (« jails ») et 46 % de la population pénitentiaire6. En 1984, le taux d’infraction pour 1 000 jeunes (moins de 25 ans) est de 34,3 % pour les Blancs, de 56,2 % pour les Noirs. Les coefficients multiplicateurs (base I pour la population générale) calculés par Harris pour l’ensemble de la population noire varient suivant les crimes et les délits : 2,2 pour les incendies volontaires — 3,8 pour les vols de véhicules — 3 pour les vols — 6,7 pour les homicides — 6,3 pour les viols — 11,7 pour les agressions à main armée — 4,7 pour les violences sur les personnes78.

***

  • 9 Silberman (op. cit., p. 166) explique cette disparité par l’hypothèse que le racisme fait des Noir (...)
  • 10 Sur l’échantillon carcéral de référence (population masculine, célibataires dans la proportion de (...)

5L’explication xénophobe, ou raciste, attribuant à tels groupes une propension « innée » (?) au crime reçoit un premier démenti de l’histoire américaine. Ainsi les Irlandais, dénoncés au XIXe siècle comme « délictueux par nature », ont, au fur et à mesure de leur ascension sociale, été supplantés dans la pègre par les Allemands ; en succession Juifs et Polonais jusqu’aux années 1920, puis Italo-siciliens et Hispaniques ont dominé la délinquance nationale. Il apparaît aussi que si les organisations criminelles peuvent démarquer les structures sociales du groupe d’origine (ainsi les « syndicats » italiens décalquent le localisme des sociétés d’aide mutuelle, comme les tongs les ligues de défense chinoises), la criminalité n’est pas importée mais indigène, c’est-à-dire conforme au monde spécifique dans lequel elle se développe. Les facteurs sociologiques, certes déterminants, sont parfois ambigus : une même cause (par exemple la sous-représentation féminine dans le groupe chinois entre 1880 et 1920) peut amener des effets contradictoires, jugés souhaitables (une proportion élevée de mariages interethniques garantissant une meilleure insertion) ou néfastes (l’importation sur une grande échelle de prostituées asiatiques). A niveau socio-culturel comparable, le taux de criminalité des Noirs à New York, San Antonio (Texas) et San Diego (Californie) serait trois fois plus élevé que celui des Hispaniques910.

  • 11 Silberman, op. cit., p. 11, observe que les Etats-Unis retrouvent alors assez curieusement, la str (...)
  • 12 Suivant Barre et Tournier, op. cit., les moins de 25 ans représentent 49,5 % des Français et 47,3  (...)

6Il reste qu’aux paramètres sociologiques évidents (statut économique, professionnel, éducatif, structures familiales, consommation d’alcool et de drogues, etc.) dont on ne saurait ici aborder l’étude, se combine pour les aggraver un facteur incompressible, l’âge. On a pu parler d’immigration intérieure permanente pour désigner cette intrusion obligée des jeunes générations, ou, pour reprendre l’expression du démographe Norman Ryder, de « l’invasion des barbares », qui induit à son tour un coefficient multiplicateur. L’explosion démographique des années 1960, qui voit le nombre des jeunes Américains (entre 14 et 24 ans) augmenter de 50 % explique d’autres explosions11. Il y a augmentation mécanique de la criminalité dans tout groupe à fort pourcentage de jeunes, puis tendance à l’égalisation passé un certain âge et compte tenu des statuts socio-économiques. Ainsi la Commission Présidentielle, relevant que 64 % des arrestations concernent des individus de moins de 30 ans, groupe en augmentation jusqu’en 1992, peut prévoir une montée probable du taux de délinquance. Or l’on sait que la pauvreté coïncide, en général, avec une démographie forte : en 1976 le groupe des moins de Hans représente 24 % de la population générale, mais 40 % des économiquement faibles (définis par la « poverty line »), et 48 % des Afro-Américains12. Une telle structure paralyse la mobilité sociale ascendante, meilleur antidote à la criminalité violente, et réamorce en permanence les cycles que la Grande Société pensait pouvoir briser.

  • 13 Même remarque de Tournier et Robert, op. cit., p. 16 pour la France.

7Mais la loi désigne aussi, pour partie, ceux qui l’enfreindront et induit ainsi une surcriminalité ethnique. Le pharisaïsme nativiste dénonce inlassablement la délinquance étrangère qui menace personnes et biens individuels, mais s’accommode souvent de la corruption et de la mise au pillage des ressources publiques. Il appartient à la stratégie du groupe dominant de condamner ce qui ne relève pas de sa culture : l’alcool (en toutes proportions et quantités) pendant la Prohibition nationale ou, actuellement, au titre de « l’option locale » ; l’usage d’autres langues que l’anglais, même dans des régions de bilinguisme ancien ; les jeux de hasard, ou les combats d’animaux, ou les danses lascives, etc. Discriminatoire dans sa substance, l’action publique le demeure dans ses procédures. Ainsi les arrestations dépendent souvent de décisions individuelles de policiers dont l’on sait que, pour le même délit, ils incarcèrent plus fréquemment des Noirs interpelés hors des zones où ils sont majoritaires, moins fréquemment si la victime est elle-même de couleur — le racisme ne prenant que rarement la forme consciente et explicite attribuée aux Texas Rangers « qui ont tous du sang mexicain — sur leurs bottes ». La statistique officielle démontre de même que plus un délit est élucidable, plus le taux d’étrangers mis en cause est élevé13. Selon la Commission Présidentielle, 50 % des suspects abattus par la police sont noirs. Si le jugement par jury ne concerne que 5 % à 10 % des affaires criminelles, la proportion diminue encore pour la population de couleur, la procédure de liberté provisoire sur caution désavantageant la population pauvre : ainsi les détentions sont plus longues, ce qui incite les prévenus à plaider coupables pour parvenir à une comparution plus rapide ; mais aboutit à un nombre plus élevé de condamnations que pour les prévenus libres. Toujours selon la Commission, les peines prononcées affectent inégalement les groupes ethniques : pour violences et voies de fait, la moyenne des incarcérations prononcées est de 53 mois pour les Blancs et de 65 pour les Noirs. Le crime ne paie pas, la visibilité encore moins.

  • 14 Le contre-exemple, souvent allégué des Antillais anglophones, n’est pas probant : la criminalité e (...)

8L’infraction exprime donc les difficultés d’une insertion sociale ; mais elle est aussi un mode paradoxal d’insertion, ce que démontre la surcriminalité de la seconde génération des immigrants, celle qui est née aux Etats-Unis et cherche les voies de son américanisation ; l’exemple des Juifs, souvent mentionné, frappe moins que celui des Italiens de New York, dont la première génération connaissait un taux d’infraction inférieur à la moyenne nationale (la prostitution, inconnue en 1890, s’y développe à partir de 1905) ; de même en milieu chinois, où la chute spectaculaire de la criminalité indigène à la troisième génération est freinée par l’arrivée massive des jeunes « exilés de Hong Kong », déjà fortement occidentalisés. Les fils d’immigrés cherchent dans leur groupe d’âge (« peer group ») une culture d’adaptation que ne peut fournir leur famille. Zorbaugh, dans une étude souvent citée sur les gangs de Chicago, remarquait que « si l’enfant fait siennes les normes américaines, il passe pour un délinquant aux yeux de ses proches ; s’il observe les règles en usage dans sa famille, c’est au regard des lois américaines qu’il devient un délinquant »14. Bien plus, dans une société qui l’exclut, le criminel incarne parfois même parmi la population « honnête », une revanche économique mais surtout psychologique contre le système dominant. L’on garde à Chicago le souvenir mythique des « Napoléon du crime », Al Capone, O’Bannion, etc. ; mais ces figures de la pègre, avaient, de leur vivant, statut de héros ethniques, dénonçaient quotidiennement par leur mode d’existence les incohérences sociales, tout en singeant les valeurs du monde légal : self-made men comme les barons-voleurs de la haute époque du capitalisme sauvage, ils pratiquaient comme eux, dans leur groupe ethnique, la philanthropie des aristocrates du dollar. Individualistes certes « rugueux », ils organisèrent des soupes populaires au début de la Dépression — même si la fondation Al Capone n’eut jamais statut officiel.

9Héros de leur groupe social immédiat, les criminels en sont également les bourreaux. Il faut rappeler, contre les assertions de l’idéologie sécuritaire, que la surcriminalité ethnique a pour corollaire la « survictimisation » du même groupe — ce qui exclut de diminuer la délinquance par la seule répression des délinquants. Les Blancs souffrent moins des vols que les Noirs ; la fréquence des vols dans les domiciles privés est en corrélation négative avec le revenu des occupants (sauf si ce dernier est très élevé). Par ordre croissant, s’inscrivent comme victimes des violences diverses les femmes blanches, les femmes hispaniques, les femmes noires, les hommes blancs, et, à égalité, les hommes hispaniques et noirs ; le taux d’homicides subis pour 100 000 habitants s’élève en 1987 à 3,0 pour les femmes blanches (1,4 en 1960), 7,9 pour les hommes blancs (3,6), 12,6 pour les femmes noires (10,4), 53,3 pour les hommes noirs (36,7). Les Noirs apparaissent comme victimes préférentielles (dommages aux personnes, + 25 % ; vols divers, + 63 %), les domiciles des Hispaniques étant par ailleurs plus souvent violés encore. Comme l’écrit Harris, « even when such additional factors such as income are taken into account, the statistically overrepresented Street crime victim clearly resembles the statistically overrepresented offender : male, young, poor and black ». Sur 100 crimes de violence commis par un délinquant contre Blancs ou Noirs, 69 % le sont par des Blancs sur des Blancs, 15 % par des Noirs sur des Blancs, 2 % par des Blancs sur des Noirs.

***

10Le tableau n’incite guère à cet optimisme qui faisait déclarer au Président Nixon (septembre 1973) que « we have turned the corner on drug abuse... ». Il exclut que l’on puisse prendre comme exemplaire l’exemple américain de société pluraliste. Plus généralement aucun pays, si manifeste que soit sa destinée pendant une période définie, ne peut proposer le modèle unique et obligatoire d’une évolution normalisée. Aucun pays ne précède ni ne suit l’Histoire ; à l’inverse tout pays est différent et digère spécifiquement ce qu’il absorbe des cultures importées. Pour en revenir à la criminalité, les Etats-Unis n’offrent ni modèle ni repoussoir ; l’on suggérera, au plus, que le remède aux maux du pluralisme ethno-culturel est plus de pluralisme ethno-culturel.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

T. Sowell, Ethnic America, New York, 1981.

C. E. Silberman, Criminal Violence and Criminal Justice, New York, 1978.

Department of Commerce, Statistical Abstract, éditions annuelles.

M. A. Siegel et al, eds., Information Plus, Wylie (Texas), 1989.

Presidential Commission, Government and the Advancement of Social Justice n.d., Prentice Hall edition.

A. R. Harris, « Race, Class and Crime » in Criminology, A Contemporary Handbook, Wadsworth Pub, 1991.

L. M. Bastian, « Hispanic Victims », Bureau of Justice Statistics, mai 1990.

C. J. Whitaker, « Black Victims », ibid., août 1990.

Nous remercions particulièrement Mrs Myrtle Bolner, directeur du Federal Depositary, Baton Rouge, Louisiane, et Mademoiselle Juliette Inizan (ministère de la Justice, Paris) qui ont bien voulu mettre à notre disposition une abondante documentation.

Notes

1 A rapprocher de la conclusion de P. Tournier et P. Robert (voir infra bibliographie sommaire) pour la France : « Plus l’auteur est étranger [à la victime], plus [celle-ci] est disposée à porter plainte » (p. 24).

2 Cité in Silberman, op. cit., p. 168.

3 Ibid., p. 349.

4 Sur les définitions de la « race », voir par exemple Statistical Abstract of the United States, 1990, p. 4.

5 P. Tournier et P. Robert font remarquer que la nationalité déclarée par un suspect étranger ne peut être acceptée sans vérification.

6 Le monde pénitentiaire induisant d’ailleurs de spectaculaires revanches racistes contre le racisme ; 60 % des viols homosexuels y impliquent des agresseurs noirs et des victimes blanches ; la statistique n’offre aucun exemple de victimes noires d’agresseurs blancs.

7 L’on obtient des coefficients multiplicateurs différents pour les Hispaniques. En pourcentage des motifs d’arrestation : vol de voiture 16 %, meurtre 16 %, violences à personnes 15 %, trafic de stupéfiants 20 %.

8 Selon M. D. Barre et P. Tournier, les étrangers incarcérés en France sont surtout coupables de vol (43,7 %) et évidemment d’atteinte à l’ordre public (26 %) qui inclut l’infraction à la police des étrangers. La sur-représentation (base I pour la population générale) est de 3,5 pour les hommes, de 4,8 pour les femmes, soit 4,2 pour la population étrangère dans son ensemble.

9 Silberman (op. cit., p. 166) explique cette disparité par l’hypothèse que le racisme fait des Noirs d’éternels immigrants, dont la majorité se voit à chaque génération déniée l’ajustement consenti aux autres groupes : ainsi à Boston la population noire, plus ancienne que l’irlandaise, n’a pas accédé comme cette dernière aux normes communes. T. Sowell suggère au contraire que l’urbanisation récente des Noirs en fait des immigrants de fraîche date.

10 Sur l’échantillon carcéral de référence (population masculine, célibataires dans la proportion de 60 %, à niveau d’instruction primaire, sans profession ou chomeurs déclarés), M. D. Barre et P. Tournier dénombrent 41 % de Français et 46 % d’étrangers.

11 Silberman, op. cit., p. 11, observe que les Etats-Unis retrouvent alors assez curieusement, la structure démographique de « l’Amérique jeune » de 1890.

12 Suivant Barre et Tournier, op. cit., les moins de 25 ans représentent 49,5 % des Français et 47,3 % des étrangers de l’échantillonnage de référence ; les moins de 30 ans respectivement 69,5 % et 76,1 %.

13 Même remarque de Tournier et Robert, op. cit., p. 16 pour la France.

14 Le contre-exemple, souvent allégué des Antillais anglophones, n’est pas probant : la criminalité est certes moindre dans cette population mais pour des raisons économiques qui l’ont fait assimiler à des « Black Jews ».

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540