Version classiqueVersion mobile

Métamorphoses d’une utopie

 | 
Fulvio Caccia
, 
Jean-Michel Lacroix

IV. Saturne malade de ses fils

Leadership et acculturation dans les groupes ethniques aux États-Unis : l’exemple des Mexicains-Américains

Jean Cazemajou

Résumé

Cet essai a pour but de faire apparaître la spécificité du groupe mexicain-américain dans la société américaine contemporaine et le rôle modeste mais non négligeable des leaders qui ont guidé l’action culturelle, syndicale et religieuse des membres de ce groupe depuis la deuxième guerre mondiale. Loin d’être une communauté en voie d’érosion culturelle, ce peuple vit en symbiose avec la société d’accueil mais refuse l’assimilation totale. L’histoire conflictuelle qui a toujours été celle du Mexique et des Etats-Unis explique les mouvements revendicatifs des années 60 et 70 dans le groupe mexicain-américain. Mais des leaders habiles ont su, en général, éviter les affrontements brutaux qui ont caractérisé les rapports entre blancs et noirs sur le territoire américain depuis le dix-neuvième siècle. Aujourd’hui apparaît une classe moyenne plus nombreuse issue de ce groupe qui, avec ses comportements politiques nuancés et parfois consensuels, facilite les relations interethniques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La grande explosion ethnique des années 1960 et 1970 a laissé derrière elle, dans le monde entier, des ondes de choc qui viennent périodiquement fissurer le monolithisme apparent des nations et inquiéter les chefs d’Etat. Les Etats-Unis ont, jusqu’à ce jour, mieux traversé cette tourmente que d’autres pays caractérisés par un très fort pluralisme ethnique, l’Union Soviétique notamment. Pourtant la société américaine, même si elle n’est pas éclatée, présente des fissures. Comme le faisait remarquer récemment Nathan Glazer, « la faille la plus marquée dans la société américaine actuelle est celle qui sépare, en général, les Américains d’origine européenne des Noirs, des Hispaniques et des Indiens. Sans arrêt, dans les faits dont nous faisons état dans ce numéro, il apparaît que les Noirs et les Hispaniques s’inscrivent dans un certain schéma, et presque tous les autres groupes — à quelques nuances près — dans un autre schéma1.

Il est donc nécessaire d’analyser le fonctionnement du lead...

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search