Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses d’une utopie

 | 
Fulvio Caccia
, 
Jean-Michel Lacroix

III. Un pays incertain

L’opposition hybridité/métissage et patrie/nation dans le contexte pluriculturel du Canada

Michel Tétu

Résumé

Le Canada a évolué au cours de l’histoire : d’une entente entre « deux nations fondatrices » au XIXe siècle, on est passé à la protection des droits individuels et à la valorisation de toutes les cultures présentes sur le sol canadien. Enrichissement sans précédent par rapport au « melting-pot » américain ; mais aussi danger d’éclatement et perte de la cohérence nationale. Le multiculturalisme a des limites s’il ne s’insère pas dans un projet de société ou un « énoncé de mission » (Kimon Valaskakis). Pour survivre, une société doit savoir où elle veut aller. Il importe de ne pas confondre nation et patrie, métissage et hybridité ; d’avoir une vue réellement « transculturelle » plutôt que de se complaire dans un angélisme multiculturel.

Canada has evolved in the course of history: after a policy of understanding between two «founder-nations» in the XIXth century, one has gone on to the protection of individual rights and the recognition of the importance of all the cultures to be found on the Canadian soil. An unprecedented move forward compared with the American «melting-pot»; but also the danger of a break up and loss of national coherence. Multiculturalism has its own limits if it is not part of a society project or an «énoncé de mission» (Kimon Valaskakis). To survive, a society has to know what it is aiming at. It is important not to confuse nation with fatherland, interbreeding with hybridity; and to consider things in a truly “transcultural” manner rather than to revel in a multicultural angelism.

Texte intégral

1Il y a quelques années lorsque l’Occident était prospère et que le Canada paraissait heureux, les observateurs et analystes ne manquaient pas de célébrer le multiculturalisme, la richesse des civilisations véhiculées dans les provinces canadiennes par les émigrés venus d’Europe de l’est, des pays Scandinaves, des bords de la Méditerranée ou des lointaines régions asiatiques. On en profitait pour juger le fameux « melting-pot » américain qui avait permis le développement des Etats-Unis au XIXe siècle mais qui paraissait désormais démodé et dépassé.

2Depuis deux ans, la récession, le soulèvement des républiques baltes, les problèmes arabes, la révolte des Mohawks et le renouveau séparatiste au Québec suscitent des interrogations nouvelles qui vont dans le sens d’une assez vigoureuse remise en question du multiculturalisme canadien, particulièrement au Québec où l’identité nationale repose sur une conscience collective plus cohérente. Le professeur James Jackson, de Dublin, justifie ainsi la loi 101 qui selon lui fut probablement l’acte législatif le plus proche de la volonté profonde de la communauté québécoise (On se souvient que la loi 101 votée par René Lévesque faisait du français la seule langue officielle du Québec et rendait obligatoire l’affichage en français, ainsi que l’enseignement en français de tous les Québécois — si ce n’est les enfants de parents pouvant prouver qu’ils avaient fait eux-mêmes leurs études en anglais, au Canada).

3Au moment où le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, vient (le mercredi 8 mai 1991) de confirmer sa détermination d’organiser d’ici octobre 1992 un référendum sur la souveraineté du Québec, essayons de voir un peu plus clair et d’analyser de façon un peu conceptuelle la situation présente.

4Commençons par refaire un rapide tour d’histoire du Québec et du Canada. La Nouvelle France homogène et linguistiquement unifiée est annexée après le traité de Paris (1763) par l’Angleterre qui commence à peupler le pays. A l’orée du XIXe siècle, les Anglais sont à peine 20 000 par rapport aux 100 000 Français. De peur de voir la colonie suivre le chemin de l’indépendance pris par les Etats-Unis, William Pitt décide de lui donner une certaine marge de manœuvre. Des représentants sont élus pour gérer les affaires courantes du pays. Deux assemblées seront convoquées pour légiférer dans la partie majoritairement francophone (le Bas-Canada qui deviendra le Québec) et la partie d’implantation progressive des Anglais plus à l’ouest (le Haut-Canada qui deviendra l’Ontario). Quand ces deux régions se rapprocheront à la suite de l’Acte d’union de 1840, Montréal deviendra temporairement la capitale du Canada (1844-1857), et le nouveau pays sera bâti en fonction d’un projet de société bilingue et biculturelle, très différente de celle des Etats-Unis. Cet état d’esprit se retrouve dans la Confédération qui voit le jour en 1867 avec quatre provinces (Québec, Ontario, Nouvelle-Ecosse, Nouveau-Brunswick).

5« Etre un Canadien », dit le politicologue anglophone George Grant dans son célèbre ouvrage « Lament for a Nation » publié en 1965 (traduit et publié en français en 1988 sous le titre Est-ce la fin du Canada ?) « Etre un Canadien, dit-il, c’était construire de concert avec ses compatriotes de langue française, une société mieux ordonnée et plus stable que celle que nous offrait l’entreprise libérale aux Etats-Unis ». La clef de voûte du Canada naissant était le fait français. « Les Canadiens français, dit-il encore, étaient entrés dans la confédération pour protéger non pas leurs droits individuels mais bien ceux d’une nation ». Ce qui entraînait comme corollaire que « ne pas reconnaître les droits des Canadiens français en tant que collectivité entrait en contradiction avec les origines mêmes du nationalisme canadien ».

6C’est pourtant ce qu’un siècle plus tard fit le parti libéral avec Pierre Elliott Trudeau. La Constitution du Canada était rapatriée en 1982 ; on décidait de remplacer l’Acte de l’Amérique du Nord britannique qui chapeautait toujours le Canada et que seul pouvait modifier le Parlement de Londres. Or, en 1982, la nouvelle constitution fut adoptée sans qu’on se souciât du Québec avec l’accord des neuf autres provinces ; le Québec ne l’a jamais ratifiée. En revanche, la Charte des droits et libertés protégeant les individus fut enchâssée dans la constitution quelque temps après (Et c’est au nom de la protection des droits individuels que la loi 101 fut réprouvée par la Cour Suprême du Canada).

7Pierre Elliott Trudeau essayait de promouvoir le bilinguisme d’un océan à l’autre ; mais pour mieux le faire accepter des minorités ethniques, il développait le concept de multiculturalisme et l’encourageait par un budget que gérerait le « Secrétariat d’Etat aux langues officielles et au multiculturalisme ».

8La commission Laurendeau-Dunton sur le bilinguisme et le biculturalisme avait fait ressortir il y a plus de 20 ans que les sentiments dominants des Québécois étaient l’anxiété, la frustration et l’exaspération. Aujourd’hui après la tenue au Québec de la commission Bélanger-Campeau sur l’avenir du Québec, il s’avère que le danger réel, et le plus grand, serait le nombre croissant d’allophones, encouragés par la politique fédérale de multiculturalisme, qui s’engageraient volontiers dans une « mosaïque culturelle » au détriment de l’unité québécoise.

9Plusieurs observateurs étrangers appuient cette idée. Ainsi l’Allemand Helmut J. Vollmer assurait en octobre dernier au congrès de La Haye sur les études canadiennes, qu’il avait mis longtemps pour comprendre depuis l’Allemagne ce que pouvait être « le nationalisme » québécois à base de langue et de culture comme pôle fondamental de l’identification. Si le nationalisme européen, cause de tant de guerres et de dévastations lui répugnait encore, le nationalisme québécois lui paraissait un phénomène « basically positive », et la séparation peut être la seule voie pour obtenir les niveaux appropriés de la reconnaissance et de la réalisation de l’identité québécoise.

10Les Québécois eux-mêmes pourtant, pendant une bonne vingtaine d’années avaient cru aux vertus de l’ouverture. Ils avaient ouvert d’autant plus grandes leurs portes à l’immigration qu’ils étaient généreux par tradition catholique et intéressés à pallier les faiblesses de leur propre taux de natalité par un apport conséquent d’étrangers. La montée de la francophonie avait accru cette ouverture à l’autre, aux Haïtiens, Libanais ou Cambodgiens par exemple. Léopold Sédar Senghor ne prônait-il pas avec énergie dans toute la francophonie l’avenir du « métissage culturel », dans la perspective où la Négritude collaborait avec les autres cultures ancestrales pour tendre vers un idéal de « civilisation de l’Universel ».

11La société moderne est devenue partout pluraliste, à Montréal comme dans toutes les grandes villes. Mais, chose curieuse, plus le Canada s’est « multiculturalisé », plus il s’est rapproché de son grand voisin américain. George Grant affirmait que le Canada anglais était appelé à disparaître, ayant renoncé à sa principale raison d’être (un projet national avec le Québec) et se laissant séduire par la conception américaine de la liberté individuelle, appliquée ici à des éléments de culture collectifs.

12On voit qu’il devient important de se pencher sérieusement sur les notions de Patrie, de Nation et de métissage pour mieux expliquer la situation.

13Quand on parle de nation au XXe siècle, on se réfère volontiers à la définition qu’en donnait Joseph Staline en 1912 : « C’est une communauté d’hommes, stable, historiquement constituée, née sur la base d’une communauté de langue, de territoire, de vie économique et de formation psychique qui se traduit dans une communauté de culture ». Il décrivait ainsi la Nation selon ses aspects objectifs et extérieurs. L’essentiel reste vrai ; on le constate avec les troubles internes de l’Union Soviétique qu’il a créée plus tard, en amalgamant de nombreuses nations très différentes dans un bloc constitué autoritairement.

14Staline pourtant oubliait ce que rappelait Jean Buchmann. « L’élément subjectif qui se trouve ainsi réduit au rôle d’épiphénomène (dans la théorie stalinienne) est en réalité le seul décisif. Ce n’est pas le territoire, la langue, la culture ou l’économie qui fondent la nation, mais l’idée que les hommes se font de l’espace — de son caractère « vital » ou de ses limites « naturelles » — et de la langue, de la culture, des intérêts économiques ; il faut y ajouter l’idée qu’ils se font de l’importance... du passé légendaire et de l’utopie futuriste ».

15Bergson avait élaboré vers la fin du XIXe siècle le concept d’élan vital (on parle plutôt en France aujourd’hui de projet de société). Selon Bergson, l’élan vital comprend les forces vives d’une nation. C’est l’énergie psychologique disponible qu’entraîne les gens et les institutions dans leur sillon d’avenir. Sans lui, les organisations les mieux conçues sont vouées à l’échec.

16Autrement dit la Nation relève d’un imaginaire et d’une volonté enracinés dans la collectivité. Le premier président du Sénégal l’avait bien compris lorsqu’il évoquait Hegel, avant le redécoupage de l’Afrique à la veille de l’indépendance, la formation de pays nouveaux dépendant davantage de leur passé colonial que de leurs composantes tribales : « Ce n’est pas les déterminations naturelles de la Nation qui leur donnent son caractère mais son esprit national ». Et Senghor précisait « Elle (la nation) n’est pas comme la Patrie, déterminations naturelles, donc expression du milieu, mais volonté de construction, mieux de reconstruction. Elle est objectivement restructuration à l’image d’un modèle exemplaire, d’un archétype. Mais pour qu’elle atteigne son objet, la Nation doit animer de sa foi, par delà les parties, tous ses membres, tous les individus. Des individus, elle doit faire des personnes, c’est-à-dire des volontés conscientes, des âmes ».

17La Nation, telle que décrite par Senghor, ne caractérise plus aujourd’hui le Canada. C’est encore une Patrie, qu’avive à certaines occasions une flamme patriotique comme on l’a vu récemment à propos de la guerre du Golfe. Et pourtant, même là, l’enthousiasme du Québec était loin d’être celui du Canada anglais pour les prestations remarquables de la marine et de l’aviation canadiennes en Irak et dans le Golfe. On a parlé souvent des « deux nations fondatrices » du Canada : deux nations — les Anglais et les Français — pour une seule patrie qui a dû attendre de devenir centenaire, pour se doter de son propre drapeau et de son propre hymne « national » (un poème patriotique du Québec écrit par Adolphe Routhier, mis en musique par Calixa Lavallée).

18On avait oublié les Amérindiens depuis la révolte des Mohawks, l’été 1990, ils rappellent qu’ils sont les « premières nations » du Canada, réclament des territoires et ne se disent pas concernés par la politique des Blancs.

19Il n’est pas facile de s’y retrouver avec ces trois composantes fondamentales (Anglais, Français, Amérindiens). Or voilà qu’avec le développement du multiculturalisme, et la valorisation de minorités insuffisamment insérées dans le grand ensemble canadien, les principes fondateurs se diluent. « Il n’y a plus de raison évidente pour construire l’identité du Canada » dit le géographe Paul Claval. « Il n’y a plus que des raisons volontaires, mais non partagées par tous les Canadiens ».

20Le rejet du particularisme québécois dans l’échec de révision de la constitution, via les fameux accords du Lac Meech, entraîne obligatoirement un accroissement de l’écart entre Nation et Patrie. On acceptera encore un grand ensemble économique et monétaire, voire militaire, mais on veut fortifier sa collectivité nationale (cela autant du point de vue des anglophones avec le Reform Party anti-francophone que du côté des francophones avec le Bloc québécois de Lucien Bouchard). Plusieurs ont depuis longtemps choisi leur camp comme Jean-Marc Léger qui dit sous forme de boutade « J’aime tellement le Canada que j’en voudrais deux »...

***

21Mais imaginons le Québec plus autonome, d’une façon ou d’une autre. Il n’aura pas réglé le problème du multiculturalisme, puisque la société qui le compose devient de plus en plus pluraliste. Qu’en est-il aujourdhui ? Tous les sociologues et démographes prévoient qu’avec la baisse de la natalité, il y aura dans 20 ans au Québec plus de morts que de naissances — à moins qu’une sérieuse politique d’immigration ne vienne faire la différence. Mais aujourd’hui, démontre Jacques Henripin, le sociologue montréalais, malgré tous les efforts des dernières années, la balance de l’émigration est déficitaire, c’est-à-dire qu’il y a plus de Québécois et de néo-Québécois qui quittent le Québec, que d’étrangers s’implantant dans le pays. Que faire alors ? Quelle solution pour que les néo-Québécois, émigrés de fraîche date, se sentent bien au Québec et y restent au lieu de partir pour les Etats-Unis, l’Ontario ou l’Alberta après quelques années (le temps d’apprendre l’anglais et d’obtenir un passeport canadien).

22Le Polonais Josef Kwaterko, de l’Université de Varsovie, qui connaît bien le Québec (il était encore invité le semestre dernier à donner des cours à l’UQAM et à l’Université Mc Gill), a proposé quelques éléments de solution. Pour lui, la résolution du problème de l’intégration des immigrants passe essentiellement par l’élargissement de l’espace francophone ainsi que par l’extension et l’amélioration de l’enseignement du français au Québec, plutôt que par le développement d’activités multiculturelles.

23Au Québec, pense-t-il, — et cela est vrai pour le reste du Canada — il y a peu de supports symboliques, matériels et médiatiques, dans la vie quotidienne, contrairement aux Etats-Unis, à la France, à l’Allemagne et aux autres grands pays industrialisés. On roule dans les automobiles américaines ou japonaises (il n’existe aucune marque canadienne) ; on mange des pizzas et des spaghettis quand ce n’est pas des hamburgers chez Burger-King, Mc Donald, ou du poulet frit chez Kentucky Fried Chicken ; on achète chez Sears et d’autres grandes chaînes américaines, etc...). Un des rares symboles purement canadiens, la gendarmerie royale du Canada, la fameuse police montée, vient d’abandonner l’obligation du port de l’uniforme avec son célèbre chapeau : depuis le lundi 13 mai 1991, Baltej Singh Thillon, 24 ans, d’origine indienne et de religion sikh, a été autorisé à porter la barbe et le turban. D’autres sont appelés à le suivre cet été, l’obligation du port de l’uniforme ayant été levée au titre de la protection des droits et libertés individuels.

24Les symboles canadiens sont trop rares. Quand ils ne sont pas québécois (le mot Canada même vient du Québec), ils sont l’apanage d’une seule région ou encore sont partagés avec les Etats-Unis (les plaines de l’Ouest, les Montagnes Rocheuses...). Plus on s’éloigne du Québec — on voit sans doute de beaux paysages — moins on voit de monuments. Comme le disait John Mc Donald, l’un des pères de la Confédération : « Le Canada a trop de géographie et pas assez d’histoire ».

25Le jeune immigré, pense Josef Kwarterko, doit donc absolument, si l’on veut qu’il s’intégre et soit heureux, être initié à la vie culturelle québécoise par l’enseignement de l’histoire et de la littérature, et pas seulement celui de la langue française qui favorise son adaptation au nouveau cadre de vie socio-professionneelle, mais ne le dirige pas vers la reconnaissance de l’identité culturelle des Québécois. On ne peut plus défendre le modèle ethnocentrique fondé sur la « pureté nationale » bien entendu. On doit s’enrichir des différences. Il faut affirmer l’égalité des cultures et le relativisme culturel. Le contexte scolaire québécois doit donc être une éducation interculturelle (socialisation/sensibilisation de l’élève à la différence), mais aussi une ouverture facilitée à l’autre de la culture majoritaire « nationale », par un enseignement approprié de la civilisation, de l'histoire et de la littérature du Québec qui se sont façonnées depuis trois siècles.

26« Tous les pays qui survivent ont un énoncé de mission », écrit Kimon Valaskakis dans un livre récent intitulé « Le Canada des années 90, effondrement ou renaissance ». « Pour certains, dit-il, cet énoncé est tellement évident qu’il serait inutile de l’exprimer. Les pays dotés d’une longue histoire et forts d’une culture nationale ont les énoncés de mission les plus clairs et les moins ambigus, soit la préservation et la valorisation de leur culture. Quand un pays s’aperçoit que le passé n’est plus un guide sûr pour l’avenir parce que les circonstances ont changé, il doit alors expliciter les finalités visées. Sans cette nouvelle définition de sa raison d’être, il deviendra ce que nous appelons une « nation existentielle », soit une collectivité qui survit par simple force d’inertie jusqu’à ce qu un accident majeur l’écrase et le désintègre » (ce fut par exemple le cas de l’Autriche-Hongrie).

27Sur ce point, les écoles n’offrent actuellement aucun modèle cohérent. C’est une des grandes lacunes de l’école québécoise. Le multiculturalisme a au moins ceci de bon qu’il a forcé la société québécoise à s’ouvrir, à se mettre au diapason des grandes sociétés modernes toutes plus ou moins métisses et pratiquant le transculturalisme. Elle a cessé de vivre sur son folklore avec une idéologie traditionnelle inadéquate. Mais elle doit s’affirmer de façon cohérente dans l’école et peut-être innover avec un cours de littérature québécoise qui serait inséré dans un large programme portant sur la culture de la francophonie mondiale, cela permettrait de révéler aux immigrants — voire aux jeunes Québécois — la place spécifique qu’occupe la production littéraire québécoise, et en même temps, son appartenance au vaste confluent des cultures francophones (alors qu’on la prétend à tort isolée et perdue d’avance).

28La culture québécoise moderne peut être à la fois solide et pluraliste. On l’a bien vu au cours des dernières années qui ont permis à de nombreux artistes et créateurs d’origine autre que québécoise de s’exprimer dans l’institution culturelle québécoise (institution au sens sociologique du terme). Qu’on pense au sculpteur Jordi Bonet d’origine espagnole qui a réalisé la murale du grand théâtre de Québec, à l’architecte Moshe Safdie qui a imaginé le nouveau musée de la civilisation insérant une vieille maison traditionnelle du XVIIIe siècle dans un ensemble de verre et de béton. On pourrait citer ainsi les écrivains Naïm Kattan, juif de Bagdad, ou Folch-Ribas le catalan, les cinéastes Marilu Mallet venue du Chili, Norman Mac Laren d’Ecosse ou Frédérick Back d’Alsace qui a procuré au Québec plusieurs Oscars pour ses films d’animation.

29Les peintres italiens Francesco Iacurto et Guido Molinari, la danseuse lettonne Ludmilla Chiriaeff fondatrice des grands ballets canadiens à Montréal, le metteur en scène Guillermo de Andrea venu d’Argentine, ou encore la romancière Alia Poznanska épouse polonaise du chef de l’opposition du Québec, le péquiste Jacques Parizeau (cette bonne romancière est malheureusement décédée il y a quelques mois). Tous ces créateurs sont parfaitement intégrés dans le Québec moderne qu’ils ont sérieusement enrichi.

30Le métissage culturel a dans ce cas parfaitement réussi : l’œuvre de ces écrivains, peintres, danseurs, etc... est un produit original de qualité qui aujourd’hui suscite des disciples, entraîne des continuateurs qui poursuivront ces recherches et donneront naissance à leur tour à de nouvelles expressions d’une culture qui sera québécoise mais largement élargie, une nouvelle culture québécoise.

31C’est ici qu’on peut, et qu’on doit, faire la différence entre métissage et hybridité. Des apports nouveaux à une culture solide sont plus qu’à encourager, c’est l’avenir, le rajeunissement, le renouveau par bouturage ou marcottage. Le croisement de races dans une situation assez homogène est positif. En revanche, le croisement des espèces sans précaution peut être très dangereux. Croiser un âne avec un cheval donne un mulet ; le rejeton pourra être fort et résistant ; il n’aura malheureusement pas de descendance puisqu’il est stérile. Jacque Godbout a fait de l’hybridité une énormité : le héros des Têtes à Papineau est un monstre à deux têtes, l’une francophone, l’autre anglophone.

32On ne peut impunément susciter un multiculturalisme, tous azimuts, sans risque d’extinction d’une société qui compterait beaucoup trop de mulets pour se reproduire.

33En octobre dernier, on lançait à Toronto un ouvrage de Reginald W. Billy intitulé Mosaic madness: the poverty and potential of life in Canada. Il n’y a pas là de quoi se réjouir. Le sociologue de Lethbridge y pose la question essentielle ; si tout ce que nous avons en commun, c’est notre diversité, avons-nous réellement quelque chose de commun ? Ce livre récent amplifie la réflexion désabusée du politicologue torontois Gad Horowitz qui écrivait que le multiculturalisme est en réalité « The masochistic celebration of Canadian nothingness ».

34Ne soyons pas découragés d’une telle réflexion. Retenons plutôt cette conclusion d’Helmut Vollmer, « le lac Meech est mort, de nouvelles issues seront trouvées : c’est récurrent dans l’histoire du Canada. Mais le Canada que nous connaissons ne sera, probablement, jamais plus le même ». Vollmer a certainement raison. Une nouvelle synthèse est à trouver, que sera-t-elle ? Vous rappelez-vous la remarque de l’ancien premier ministre Wilfrid Laurier qui s’essayait à prédire un avenir lumineux pour le Canada ; il pourrait bénéficier selon lui de la culture française, du dynamisme américain et de l’administration anglaise. Mais attention, disait-il, à ne pas avoir la culture américaine, le dynamisme britannique et l’administration française.

35« Dans un contexte multiculturel », dit encore Valaskakis, les cultures sont surimposées mais restent tout à fait distinctes. Il n’y a pas de pont entre elles. D’un côté, il y a l’option du creuset à l’américaine, un creuset où toutes les différences se dissolvent dans un mélange de cultures immigrantes coloré par la culture dominante du pays d’hôte, ce qui donne une reproduction monotone de stéréotypes qui invoquent tous les mêmes systèmes de valeurs. De l’autre côté, il y a le multiculturalisme sans rime ni raison où le seul lien est ce qui distingue et sépare... Une nation « transculturelle » pourrait transcender ses cultures composantes et aspirer à de nouveaux sommets ». C’est le métissage culturel qui réunit une nouvelle synthèse, plus riche que ses composantes de base. C’est aussi une occasion unique pour le Canada. Saura-t-il la saisir ? À défaut du Canada, le Québec le fera-t-il pour son propre compte ? L’avenir nous le dira.

36Quoi qu’il en soit, le multiculturalisme sans véritable projet de société a montré ses limites, nous le constatons maintenant. Tâchons de nous souvenir de Socrate : « Il n’y a point de vent favorable pour ceux qui ne savent pas où ils vont ».

Auteur

Université Laval (Québec).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540