Version classiqueVersion mobile

Métamorphoses d’une utopie

 | 
Fulvio Caccia
, 
Jean-Michel Lacroix

III. Un pays incertain

Langue et identité ethno-culturelle des francophones au Canada

Hans-Josef Niederehe

Résumé

Selon une formule un peu simpliste, le Canada actuel se divise en trois régions, la région des francophones de l’est, des anglophones de l’ouest et des ressources du nord. Dès les débuts, le contact entre les deux premières n’a pas été sans problèmes, surtout des problèmes d’ordre religieux et politique. Au cours des ans, un autre problème s’y est ajouté, la différence des langues. Or, dans ce domaine, la coexistence paisible ne semble pas être la solution à laquelle tout le monde aspire. Au contraire, les « majorités » ont toujours manifesté une tendance à soumettre les « minorités ». Pour ce faire, elle a usé de divers stratagèmes. Par exemple, on reproche à la minorité d’utiliser un patois — dans le cas du Canada, un « patois québécois ». D’autres facteurs hiérarchisants ont le même résultat. Les variations régionales du français canadien, expliquables en grande partie par le conservatisme linguistique habituel des émigrants, semble donner une raison aux Français métropolitains de répéter, à leur tour, la formule du « patois québécois » et de dénoncer ce qu’ils considèrent comme un emploi fautif et barbare du français standard. Et même les Québécois la reprennent, mais en la dirigeant, mutatis mutandis, contre les francophones « hors Québec ». On assiste ainsi à la mise en cause de l’identité ethno-culturelle des francophones par les francophones mêmes. Heureusement, on peut parler aussi de forces égalisatrices, telles les mesures législatives adoptées par « le fédéral » et le Gouvernement du Québec, ou bien les efforts remarquables de maint francophone pour une « défense et illustration » adéquate de la langue française au Canada. Ces efforts ont une chance de réussir là où les francophones vivent dans des frontières politiquement reconnues, telle la province du Québec et, peut-être, le Nouveau-Brunswick. En dehors des frontières sûres, une communauté ethnoculturelle a la survie difficile.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. La francophonie canadienne dans l’histoire

1.1. Le XVIe siècle et la découverte de la “Nouvelle-France”

L’histoire du français au Canada commence, on le sait, en 1524. François Ier relève le défi lancé, au siècle précédent, par les Portugais et les Espagnols avec leurs découvertes faites en cherchant un nouveau chemin vers l’Inde. Suivant l’exemple de son rival principal, le roi d’Espagne, il envoie, cette année-là, un navigateur italien vers l’ouest, Giovanni da Verrazano, pour explorer les possibilités d’un accès « français » aux épices de l’Inde et à l’or des terres dont, à l’époque, on ne devinait pas encore les dimensions.

A partir des régions déjà découvertes, Verrazano longe la côte américaine, de la Ronde jusqu’aux « Iles des cabillauds », c’est-à-dire, jusqu’en Terre-Neuve, et il baptise « Nouvelle-France » l’arrière-pays (cf. Grand Larousse en cinq vol. 1987.1.498). L’immense territoire ainsi dénommé (c’est-à-dire, tout le nord-est du continent nord-américain, moins les “t...

Auteur

Université de Trèves.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search