Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses d’une utopie

 | 
Fulvio Caccia
, 
Jean-Michel Lacroix

III. Un pays incertain

Langue et identité ethno-culturelle des francophones au Canada

Hans-Josef Niederehe

Résumé

Selon une formule un peu simpliste, le Canada actuel se divise en trois régions, la région des francophones de l’est, des anglophones de l’ouest et des ressources du nord. Dès les débuts, le contact entre les deux premières n’a pas été sans problèmes, surtout des problèmes d’ordre religieux et politique. Au cours des ans, un autre problème s’y est ajouté, la différence des langues. Or, dans ce domaine, la coexistence paisible ne semble pas être la solution à laquelle tout le monde aspire. Au contraire, les « majorités » ont toujours manifesté une tendance à soumettre les « minorités ». Pour ce faire, elle a usé de divers stratagèmes. Par exemple, on reproche à la minorité d’utiliser un patois — dans le cas du Canada, un « patois québécois ». D’autres facteurs hiérarchisants ont le même résultat. Les variations régionales du français canadien, expliquables en grande partie par le conservatisme linguistique habituel des émigrants, semble donner une raison aux Français métropolitains de répéter, à leur tour, la formule du « patois québécois » et de dénoncer ce qu’ils considèrent comme un emploi fautif et barbare du français standard. Et même les Québécois la reprennent, mais en la dirigeant, mutatis mutandis, contre les francophones « hors Québec ». On assiste ainsi à la mise en cause de l’identité ethno-culturelle des francophones par les francophones mêmes. Heureusement, on peut parler aussi de forces égalisatrices, telles les mesures législatives adoptées par « le fédéral » et le Gouvernement du Québec, ou bien les efforts remarquables de maint francophone pour une « défense et illustration » adéquate de la langue française au Canada. Ces efforts ont une chance de réussir là où les francophones vivent dans des frontières politiquement reconnues, telle la province du Québec et, peut-être, le Nouveau-Brunswick. En dehors des frontières sûres, une communauté ethnoculturelle a la survie difficile.

According to a rather simplistic formula, present day Canada is divided into three regions, the francophone East, the anglophone West, and the resource rich North. From the beginning the relationship between the first two has not been without problems, especially on the religious and political level, and over the course of time linguistic problems have been an added bone of contention. In this instance, not everyone seems to have peaceful coexistence as a goal. Quite the contrary, “majorities” have always shown a tendency to suppress “minorities” by various means. For example, the minority has been accused of using a patois — in the Canadian context the patois québécois. Other hierarchizing factors have produced similar results. Given the regional variants of the French language in Canada, the French have also taken up the patois argument in order to denounce what they consider to be a faulty and barbaric use of standard French. Even the Quebecois themselves repeat the argument, but directed mutatis mutandis against the francophones ouside Quebec. Thus we are witness to the spectacle of francophones undermining their own ethnocultural identity. Fortunately we can also speak of equalizing factors such as the legislation adopted by the Federal and Quebec governments, or the individual efforts of many francophones for a “defence and illustration” of the French language in Canada. These efforts are most likely to succeed within politically recognized boundaries such as the provinces of Quebec and, perhaps, New-Brunswick. Ouside such clear boundaries ethnocultural groups have difficulty surviving.

Texte intégral

1. La francophonie canadienne dans l’histoire

1.1. Le XVIe siècle et la découverte de la “Nouvelle-France”

1L’histoire du français au Canada commence, on le sait, en 1524. François Ier relève le défi lancé, au siècle précédent, par les Portugais et les Espagnols avec leurs découvertes faites en cherchant un nouveau chemin vers l’Inde. Suivant l’exemple de son rival principal, le roi d’Espagne, il envoie, cette année-là, un navigateur italien vers l’ouest, Giovanni da Verrazano, pour explorer les possibilités d’un accès « français » aux épices de l’Inde et à l’or des terres dont, à l’époque, on ne devinait pas encore les dimensions.

2A partir des régions déjà découvertes, Verrazano longe la côte américaine, de la Ronde jusqu’aux « Iles des cabillauds », c’est-à-dire, jusqu’en Terre-Neuve, et il baptise « Nouvelle-France » l’arrière-pays (cf. Grand Larousse en cinq vol. 1987.1.498). L’immense territoire ainsi dénommé (c’est-à-dire, tout le nord-est du continent nord-américain, moins les “treize” colonies anglaises le long de l’Atlantique) constituera, dorénavant, la scène sur laquelle se déroulera l’histoire du français du Nouveau Monde. Le XVIe siècle entrera, dans cette histoire, comme le siècle des découvertes.

3Le navigateur malouin Jacques Cartier, ancien compagnon de Verrazano dans ses voyages, continuera l’œuvre de celui-ci en explorant, en 1534, une zone qui correspond vaguement aux provinces maritimes actuelles. Un an plus tard, il remonte l’estuaire du Saint-Laurent jusqu’à l’actuel emplacement de la ville de Montréal, c’est-à-dire, qu’il découvre « le Québec ». Les guerres de religion mettront une fin précoce à ces entreprises avant que « le siècle des découvertes » n’ait atteint son apogée.

1.2. Les trois centres de colonisation du XVIIe siècle

4Il faut attendre le début du XVIIe siècle pour voir s’établir, sous l’initiative de Samuel de Champlain (c. 1570-25 déc. 1635), les premières colonies durables, d’abord en Acadie, avec la fondation, en 1605, de Port-Royal (aujourd’hui Annapolis Royal, Nouvelle-Ecosse), et plus tard, en 1608, Québec ; suivront, en 1634, Trois-Rivières, et, en 1642, c’est-à-dire après la mort de Champlain, Montréal. Les trois villes formeront le noyau du « Canada » de l’époque, qui ne comprenait donc pas la lointaine Acadie.

Les capitales de ces deux colonies étaient situées à quatre cents lieues l’une de l’autre, et séparées par de vastes espaces couverts de forêts ; elles furent chacune le siège de gouverneurs français investis par le roi de France (Massignon 1962.15).

5En 1699, une troisième base de la francophonie dans le Nouveau-Monde s’établit, la Louisiane, appelée ainsi d’après le roi de France, Louis XIV ; la “Nouvelle France” de Verazzano avait atteint sa plus grande extension.

1.3. Le XVIIIe siècle : les coureurs de bois

6Au XVIIIe siècle, l’expansion ne sera plus l’œuvre de l’Etat, mais d’aventuriers restés pour la plupart anonymes, les coureurs de bois et les trappeurs. Ils poussent les limites du territoire francophone vers l’ouest, au-delà du « Canada ». Grâce à eux on peut dire aujourd’hui que

... le français... [a été la] première langue européenne introduite dans cette région où l’algonquin dominait sur diverses autres langues amérindiennes... (Jaenen 1984.3).

7Ils suivent les voies fluviales et ils arrivent, vers 1730, dans les Prairies, au bord de la rivière Rouge et de l’Assiniboine, dans le Manitoba actuel. Ils se marient avec des Indiennes, et leurs enfants, les « bois-brûlés » ou métis, se joignent à l’entreprise de leurs pères et contribuent, par là, à la présence francophone dans l’ouest.

  • 1 Les deux noms ne figurent pas dans le Dict. Amérique française, ni dans la Canadian Encyclopedia.

8En 1763, le « Canada » — le nom ne s’applique toujours qu’à la partie méridionale de la province du Québec d’aujourd’hui — représenté par le Marquis du Quesne, pense incorporer le « far west » à la « Nouvelle France » et il nomme le Capitaine Louis de La Corne Saint Luc Commandant pour l’Ouest (Bouton 1982.103)1.

9La même année, la Grande-Bretagne remporte la plus brillante victoire des temps modernes : la France se voit obligée de lui céder la Nouvelle-France (sauf les îles de Saint-Pierre et Miquelon) et consacre ce fait par le traité de Paris (10 février 1763).

1.4. La prédominance britannique

10Au cours du XVIIe siècle, les relations entre Français et Anglais dans le Nouveau-Monde n’étaient déjà pas sans problèmes. Ainsi, et malgré la fondation de Port-Royal en 1605, Jacques Ier d’Angleterre (et quatrième de ce nom en Ecosse) accorde, en 1624, une partie de l’Acadie à l’Ecossais Guillaume Alexandre. Celui-ci l’appelle Nova Scotia. Mais, en 1632, le territoire redevient français. La paix d’Utrecht de 1713, par contre, y rétablit le pouvoir britannique et reconnaît, en même temps, les droits de la couronne anglaise dans les territoires de la baie d’Hudson.

11La guerre ouverte n’éclatera qu’en 1754. Elle prend ses origines en Acadie, avec le « Grand dérangement ». Ce qu’un historiographe anglophone appelle, de nos jours, “a modest atrocity” (Garden Barnes 1988.75) entraîne la séparation de nombreuses familles et la mort de beaucoup d’Acadiens. Tout de même, un groupe considérable réussit à se réfugier en Louisiane. Leur nom s’y transforme en cajun (par aphérèse de l’a- de acadien), désignant dorénavant la langue et la culture francophone d’origine canadienne de la Louisiane (Louder & Waddell 1983).

12Entre-temps, le front anglais avance. En 1759, il arrive à Québec. La bataille des Plaines d’Abraham met fin à l’influence politique de la France dans le Nouveau Monde, et le traité de Paris de 1763 reconnaîtra cette situation.

13Avec l’avènement de l’âge industriel, au XIXe siècle, la situation économique des francophones du Canada, restés fidèles à une économie agraire, devint difficile. Ainsi, vers 1830, beaucoup d’entre eux se voient attirés par l’industrie textile naissante de la Nouvelle-Angleterre, tandis que, vingt ans après, d’autres groupes quittent le Québec vers l’ouest, vers l’Ontario, voire même le Manitoba, poussés par l’espoir d’y trouver des champs fertiles et une vie plus aisée.

14En 1867, enfin, l’Acte de l’Amérique du Nord britannique consacrera les efforts de la Grande-Bretagne dans le Nouveau Monde en unissant la « province du Canada » et les provinces de l’est, la Nouvelle-Ecosse et le Nouveau-Brunswick, dans une confédération organisée selon le système parlementaire du nouveau maître : le Canada « britannique » est né.

1.5. Le français dans le Canada actuel

15D’après ce bref aperçu historique, il devrait être clair que les francophones ne sont pas répartis d’une façon plus ou moins égale à travers le pays, mais qu’ils se retrouvent surtout « à l’est ». Dans les provinces de l’ouest, par contre, c’est-à-dire en Colombie Britannique, Alberta, Saskatchewan et Manitoba, ils représentent, avec un total de 200 000, une minorité linguistique très faible.

16C’est donc dans une zone qui va des provinces maritimes, l’ancienne Acadie, à travers le Québec, bastion du français par excellence, jusqu’en Ontario, que se retrouvent les francophones du Canada, c’est-à-dire, plus ou moins dans le territoire pour lequel avait été formulé l’Acte de l’Amérique du Nord britannique. Le Manitoba constitue, avec 5,1 % de francophones (se regroupant surtout à Saint-Boniface) une zone de transition entre le Canada de l’est (« bilingue ») et le Canada de l’ouest (officiellement bilingue, mais pratiquement « anglophone » ou allophone) (Langue et Société 1984.14.14).

2. La francophonie canadienne dans l’espace

  • 2 J’emploierai les abréviations suivantes : fc. « français du Canada », fq. « français québécois », f (...)

17Le français du Canada2 est caractérisé par une série de traits linguistiques qu’on retrouve de part en part. Tout comme les autres langues romanes exportées dans le Nouveau Monde à la suite des découvertes de Christophe Colomb, l’espagnol et le portugais, le français du Canada se distingue de sa variante européenne par nombreux archaïsmes phonétiques et lexicaux.

18Au niveau phonétique, on notera surtout la prononciation [wè] de la diphtongue graphiquement représentée par -oi-. On trouve ainsi [mirwèr] (miroir), [coulwèr] (couloir), [swèsàt] (soixante), [mwè], [twè], [swè] (moi, toi, soi), etc., surtout pour des mots de haute fréquence. Or, c’est là la prononciation de « la cour et de la ville » du siècle classique. Notons aussi dret, fret, crère (droit, froid, croire), formes également très répandues dans la France d’un Vaugelas, observateur zélé du « bon usage » de son temps.

19Au niveau lexical, les archaïsmes sont encore plus nombreux. Un exemple suffira : les repas de la journée s’appellent, au Canada, déjeuner (fe. petit-déjeuner), dîner (fe. déjeuner), souper (fe. dîner). Comme pour la prononciation, les variantes relèvent d’un changement linguistique qui s’est produit au cours du XVIIIe siècle et qui a entraîné un écart entre le français métropolitain et le français canadien, resté conservateur, comme toutes les langues exportées.

20Bien sûr, il y a aussi des « canadianismes de bon aloi », des mots empruntés aux langues amérindiennes pour désigner des réalités qui n’existaient pas en Europe, par ex. achigan (genre de poisson) ou ataca, atoca « nom vulgaire du fruit de la canneberge » (Clapin 1974, sv.), pour n’en donner que deux exemples.

21Les anglicismes du fc. se distinguent très souvent de leurs congénères européens, entre autres par leur prononciation à l’anglaise. Et il faut noter aussi que ce sont rarement les mêmes concepts des deux côtés de l’Atlantique qui sont rendus par un mot « anglais ». Cf. :

f. européen

f. canadien

speaker

annonceur

week-end

fin de semaine

faire du shopping

magaziner

parking

stationnement

22D’autres particularités linguistiques ne se retrouvent que dans une partie du domaine francophone du Canada. Notons, pour une région du Québec, l’affrication caractéristique de la suite phonétique t/d + i/u, qui aboutit presque régulièrement à [ts, dz], cf. [politsique, tsube, coutsure] ou bien [lundzi, canadzien (cf. Orkin 1975, sv. canadzien)], etc.

23Mais c’est surtout le f. acadien qui présente le plus grand nombre de traits caractéristiques. En phonétique, l’affrication est nettement plus fréquente qu’en fq. et elle se distingue de celle-ci par un élément fricatif palatal (et non pas dental). Elle n’affecte pas seulement les dentales t/d devant voyelle palatale, mais aussi les palatales k/g devant voyelle palatale, mais aussi les palatales k/g. Ainsi

k, t + pal. - → tʃ

cf. Tʃubec « Québec »
motʃé « moitié »
tʃuré « curé »

g, d + pal. - → dj

cf. djerre « guerre »
le bon Djeu

24Pour d’autres exemples, on consultera le Glossaire acadien de Pascal Poirier et les œuvres d’Antonine Maillet, surtout La Sagouine.

25La morphologie du verbe en fa. présente aussi des particularités bien nettes. Elles peuvent être illustrées par une petite phrase citée par G. Massignon (1962.88). « Je parlons francé, mais je parlons point à la grandeur. » [« Nous parlons français, mais nous ne le parlons pas d’une façon guindée »]. Robinson & Smith commentent ce phénomène de la façon suivante :

C’est un système des plus économiques, qui réduit le nombre de pronoms sujet (nous remplacé par je) tout en conservant une distinction singulier/pluriel perdue en français standard.

il parle

> il parle

ils parlent

> ils parlont

il parlait

> il parlait

ils parlaient

> ils parliont

il parlerait

> il parlerait

ils parleraient

> ils parleriont, etc.

(Robinson & Smith 1984.292)

26Même les verbes avoir, être et faire y passent : pour être on dit :

nous sommes

> je sons

ils sont

> ils sont

27pour avoir

nous avons

> j’avons, j’ons

ils ont

> ils avont

(Robinson & Smith 1984.292)

28Les particularités grammaticales et lexicales, dont je n’ai pu donner ici que quelques exemples, permettent de distinguer, à l’intérieur de la francophonie canadienne, deux zones linguistiques, le français acadien et le français québécois, le dernier s’étendant jusqu’au Manitoba. Les données linguistiques rendent donc une image fidèle des données historiques : les découvertes séparées de l’Acadie, d’une part, et du Québec, de l’autre, et de là la conquête du « far west » par les coureurs des bois, ont marqué le visage linguistique de la francophonie du Canada.

3. Les forces hiérarchisantes

29Il y a d’autres facteurs qui ont eu un impact profond sur « les Français » du Canada, en premier lieu la concurrence avec « les Anglais ».

3.1 Les Anglais : « Speak white »

30Bouthillier & Meynaud, dans leur livre bien connu sur Le choc des langues au Québec parlent « de nombreux combats qui débutent dès les lendemains de la défaite », c’est-à-dire dès 1763 et qui seraient à qualifier de « tentatives d’anéantissement culturel ». Ils étayent leur point de vue par une citation de Pierre Elliott Trudeau, qui à l’époque avait dit : « il est avéré [...] que la Proclamation royale de 1763 visait à l’assimilation complète des Canadiens français » (Bouthillier & Meynaud 1972.18).

31Ce point de vue est partagé par beaucoup d’autres. Prenons un exemple, déjà historique : lors de sa visite à Montréal, en 1831, Alexis de Tocqueville remarqua :

Les villes, et en particulier Montréal (nous n’avons pas encore vu Québec) ont une ressemblance frappante avec nos villes de province. Le fond de la population et l'immense majorité est partout française. Mais il est facile de voir que les Français sont le peuple vaincu. Les classes riches appartiennent pour la plupart à la race anglaise. Bien que le français soit la langue presque universellement parlée, la plupart des journaux, les affiches, et jusqu’aux enseignes des marchands français sont en anglais. Les entreprises commerciales sont presque toutes en leurs mains. C’est véritablement la classe dirigeante au Canada. Je doute qu’il en soit longtemps ainsi (Tocqueville 1951.210 ; d’après Dulong 1973.418).

32Le combattant pour l’assimilation des Canadiens français se sert de tous les moyens, entre autre de l’arme du dénigrement. Ainsi beaucoup d’anglophones déclarent, en se référant aux particularités grammaticales et lexicales du français du Canada, que ce n’est pas là le bon français, mais plutôt un « French Canadian patois » que personne n’est censé apprendre. « L’aboutissement de cette position est de tenir la langue de la majorité au Québec pour une sorte d’attirail folklorique » (Bouthillier & Meynaud 1972.22-23). En 1968, Michèle Lalonde attaque ce genre de détracteurs avec le poème « Speak white », dans lequel elle exprime de façon émouvante la situation des francophones du Canada : ils se sentent opprimés par une masse écrasante d’anglophones qui, de surcroît, nient le statut de langue à leur façon traditionnelle de s’exprimer.

33Or, il y a aussi des francophones qui commencent à adopter ce point de vue, c’est-à-dire qui commencent à céder devant les anglophones. Un exemple littéraire nous est fourni par Michel Tremblay, dans sa pièce Les Belles-sœurs, mise en scène pour la première fois en 1968, l’année de la publication de « Speak white ». Dans cette pièce, Tremblay fait dire à une des protagonistes.

Puis l’Urope ! Le monde sont donc bien élevé par là ! Sont bien plus polis qu’ici ! On en rencontre pas des Germaines Lauzon, par là ! Y'a juste du grand monde ! A Paris, tout le monde perle bien, c’est du vrai français partout... C’est pas comme icitte !... J'les méprise toutes ! (citation d’après Piocher 1987.19 ; c’est nous qui soulignons ; H.J.N.)

3.2. Les Français : « Une sorte de français »

34Or, contrairement à ce que pourrait attendre un étranger à cette scène — quelqu’un donc dont la langue maternelle n’est pas le français — le point de vue avancé par la protagoniste de Tremblay trouve des partisans en France. Je n’ai pas le temps d’en expliquer les raisons historiques ici. Il suffit que j’en donne un exemple. — En 1989, Serge Turgeon, président de l’Union des artistes du Québec dénonce en public les mesures discriminatoires adoptées par la France contre les films synchronisés au Québec. — C’est dans une revue publiée en anglais que j’ai trouvé l’information. On y lit:

... the French government introduced, in February, regulations prohibiting the screening in France of even the small of English-Canadian films dubbed in Quebec. Since current quotas in France allow each station only 14 hours a year of programmes dubbed into French outside the EC, it is impossible for the Quebec industry to handle most series for the French market, since most series have at least 26 episodes.

  • 3 Pour parler affaires : il s’agit là d’une somme de 30 millions de dollars et non pas seulement de q (...)

35La raison pour l’adoption d’une telle mesure a été, toujours d’après ma source anglaise, « the “ridiculous and grotesque” Quebec acaccent »3 (Language international 1989.1, 3.19). Maint Québécois n’est pas seulement vite prêt à donner d’autres exemples de ce genre de discriminations, mais à généraliser et à dire du mal des « maudits français » (Témoignage de C.P.).

3.3. Les Québécois : « à l’extérieur du Québec, du folklore »

36Or, ce qui vient d’être dit, vaut aussi, mutatis mutandis, pour le rapport entre le Québec et les autres régions de la francophonie canadienne. Tout de même, il est plus difficile d’étayer cette affirmation par des exemples déjà publiés.

37Chez Bouthillier & Meynaud, on trouve un passage où ils justifient, d’une façon apparemment innocente, leur stratégie d’exclure de leurs considérations la francophonie canadienne hors Québec.

Pendant longtemps, le combat pour la langue française s’est inspiré de préoccupations à l’échelle continentale. Il fallait assurer le maintien du français, estimait-on, partout où la race française, selon l’expression consacrée, s’était répandue, au Québec bien entendu, mais aussi dans les provinces anglaises du Canada (où eurent lieu les luttes les plus épiques) et même aux Etats-Unis où s’était établie une masse de Canadiens français à la recherche de travail. La France ayant été puissance coloniale en Amérique, il convenait donc de faire de sa langue une langue américaine (d’où les thèmes : « défenseurs du français en Amérique », « Français d’Amérique », « France américaine »). Aujourd’hui, l'on tend à admettre que la dimension continentale donnée à ce combat a eu pour résultat d’affaiblir l’action entreprise, la cause du français devenant celle de minoritaires perdus dans une culture différente et voués à une assimilation inexorable (cas, en particulier, des Franco-Américains) (Bouthillier & Meynaud 1972.14).

38Dans un cadre moins formel, une collègue québécoise, linguiste de formation, avait exprimé de façon très claire l’attitude sous-jacente à ce genre de considérations en déclarant : « Le français hors Québec, ce n’est que du folklore, voué à la disparition ! » (L. D.). Je n’ai donc pas été surpris d’entendre, à Saint-Boniface (Manitoba), des gens parler de « maudits Québécois », auxquels on croyait pouvoir reprocher de ne pas voir plus loin que le bout de leur nez. Le climat qui règne entre la France et le Québec trouve ainsi son écho, entre les Québécois et les francophones hors Québec.

4. Les tendances égalisatrices

4.1. La politique linguistique

39Il n’y a pas seulement des pessimistes et des défenseurs d’une attitude du « chez-moi » parmi les francophones, comme il n’y a pas non plus uniquement des anglophones dénigreurs du « patois québécois ». En effet, des deux côtés, il y a, et il a eu, des gens, parfois peu nombreux, il est vrai, qui ont cherché l’équilibre des relations avec leur voisin ayant, par l’histoire, un autre mode de vie, d’autres traditions et une autre langue.

40Une façon de créer l’équilibre entre deux groupes antagonistes, c’est le recours à des mesures législatives. En 1989, le Commissaire aux langues officielles, M. d’Iberville Fortier a publié un dossier intéressant sur la question, intitulé Nos deux langues officielles au fil des ans. Il commence en 1867, avec l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, l’acte de naissance du Canada, et présente, sous forme de tableaux, un nombre impressionnant de documents, fédéraux et provinciaux, ayant un impact sur l’équilibre des « deux langues officielles », un impact, disons-le tout de suite, assez souvent négatif pour les francophones.

41Mais ce n’est qu’en 1965, que « les autorités d’Ottawa décident, pour la première fois dans l’histoire du Canada, de se saisir de l’ensemble de la question linguistique et d’engager une action de promotion du français valable pour le Canada tout entier » (Bouthillier & Meynaud 1972.51). Cette politique a comme résultat la Loi sur les langues officielles ; elle vise à l’égalité de l’anglais et du français, au niveau fédéral et « prescrit que les institutions fédérales doivent offrir leurs services au public en français et en anglais là ou la demande est importante et décrit leurs obligations à cet égard » (Nos deux langues officielles, p. 16, voir aussi Bastarache 1987).

42Le Québec ne réagit que lentement. En 1973, il avait encore proposé une solution analogue à celle d’Ottawa en recommandant « que le gouvernement [du Québec] proclame le français langue officielle et le français et l’anglais, « langues « nationales » du Québec » (Nos deux langues officielles, p. 18). Mais, en 1974, la Loi sur la langue officielle du Québec, connue aussi sous le nom de « projet de loi 22 », fait du français la langue officielle de la province. Or, on ne peut pas nier que, depuis la proclamation des deux lois, le français est employé un petit peu plus au niveau fédéral, et l’anglais un peu moins au niveau de la province du Québec.

4.2. Le territoire d’une langue

43Tout de même, la politique linguistique récente n’explique pas tout, surtout pas ce que j’appellerais la visibilité du français au Canada. Cette visibilité est limitée, comme on le sait, à deux domaines bien distincts : premièrement, au territoire « du fédéral », c’est-à-dire, de la douane canadienne, des édifices hébergeant les autorités fédérales, jusqu’aux parcs nationaux, « a mari usque ad mare », là où Ottawa est représenté par ses fonctionnaires, et, deuxièmement, au territoire de deux provinces, le Québec, bien entendu, et le Nouveau-Brunswick, la seule province officiellement bilingue du Canada.

44Or, la visibilité du français dans les deux provinces n’est pas uniquement le résultat d’une politique linguistique, mais surtout du statut territorial acquis par cette langue au cours de l’histoire. Pour le Nouveau-Brunswick, les choses sont moins claires que pour le Québec, mais, historiquement parlant, c’est là que, un siècle avant la formation de la Confédération canadienne, une décision importante a été prise qui allait servir de modèle pour le « Canada » lointain.

45Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la guerre d’indépendance des futurs « Etats-Unis » (1775-1783), favorisée par le traité de Paris de 1763, avait provoqué un exode en masse de loyalistes « américains » qui cherchaient un climat moins révolutionnaire dans la Nouvelle-Ecosse de l’époque, un territoire qui comprenait la Nouvelle-Ecosse actuelle et le Nouveau-Brunswick à la fois. Ils s’installèrent surtout au littoral nord de la « Baie française », la « Bay of Fundy » (Sautter 1972.95), tandis que les Acadiens qui, depuis 1764, avaient le droit de retourner au pays, « parsemèrent la côte de la baie Sainte-Marie, formant ce que les Anglais appelleront « the French shore »... (Lapierre & Roy 1983.79). C’est en 1784 que le nombre d’immigrés atteint des chiffres inquiétants pour les autorités britanniques et elles se voient obligées de partager la Nouvelle-Ecosse en deux provinces, appelées dorénavant Nouvelle-Ecosse et Nouveau-Brunswick (Canadian Encyclopedia sv. Constitutional Act, 1791).

46En 1791, la procédure se répète, cette fois au Canada, devenu la terre d’exil de 10 000 autres loyalistes « américains », qui s’étaient installés surtout dans l’actuel Ontario.

Modelled on the earlier creation of the provinces of New Brunswick and Cape Breton in 1784, a constitutional bill was prepared [...] to ensure the development of British parliamentary institutions in the territory governed by the Quebec act of 1774 (The Canadian Encyclopedia 1988.1, 502b).

  • 4 Cf. la remarque suivante : « François-Albert Angers dans un récent ouvrage (Les Droits du français (...)

47Il en résulte, de nouveau, la création de deux provinces, appelées Haut-Canada et Bas-Canada, auxquelles correspondent plus ou moins, l’Ontario et le Québec d’aujourd’hui. Même si l’on accepte l’opinion avancée par plusieurs qui disent, comme The Canadian Encyclopedia, que « According to its author, the bill’s general purpose was to “assimilate” each colony’s constitution to that of Britain » (l.c.), on doit constater que la division s’est faite sur un principe linguistique, ayant comme résultat « Le Bas-Canada (capitale Québec), à majorité francophone, et le Haut-Canada (capitale York-Toronto), à majorité britannique » (Le Québec tel que 1975.15) enfin un territoire francophone politiquement reconnu4.

48Au Nouveau-Brunswick, les Pégagie-la-Charette, les Acadiens, par contre prennent leur temps pour s’y installer de nouveau. Mais, leur « accroissement n’a pas d’égal dans les trois provinces [maritimes] : au Nouveau-Brunswick, la population est multipliée par 12, en Nouvelle-Ecosse par 8 seulement. [...]. En 1971, au Nouveau-Brunswick, 235 025 habitants d’origine française représentent 37 % de la population totale de la province [...] » (Lapierre & Roy 1983.81). Par ce fait statistique, et une politique linguistique corollaire, la francophonie d’une région peut être identifiée avec un territoire. Nulle part ailleurs au Canada, on ne trouve une province, un territoire politiquement reconnu, qui compte autant de francophones que le Québec, le Nouveau-Brunswick. En effet, J. A. Laponce avait raison en déclarant, dans son livre intitulé Languages and Their Territories, « I remain convinced that, in the competition in which they are caught, languages defend themselves best by means of territoriality and state-hood » (Laponce 1987.ix).

4.3. « Défense et illustration » de la langue

49Une bonne politique linguistique et un territoire politiquement reconnu ne suffisent pas encore pour garantir la survie d’une langue. Il faut, comme troisième élément stabilisateur, que les utilisateurs de la langue se mettent à la « défense et illustration » de leur propre langue, pour reprendre, par cette tournure, un titre d’un auteur français du XVIe siècle, Joachim du Bellay, qui se trouvait, à l’époque, dans une situation analogue.

50Il entendait par là, entre autre, la création d’une littérature susceptible de rendre « illustre » la langue employée. Or, de nos jours, on assiste, sans contredit, à l’essor d’une littérature canadienne d’expression française, dont la qualité est reconnue « en métropole », par un prix littéraire de renom, tel le roman Pélagie-la-Charette, d’Antonine Maillet, originaire de l’Acadie, qui a obtenu le prix Goncourt en 1979. Mais, à l’extérieur du Québec, à l’extérieur de l’Acadie, on entend dire toujours :

... les écrivains francophones hors Québec ont peu de moyens de valorisation à leur disposition. La plupart des œuvres ne sont pas encore reconnues dans leur existence même, par les critiques littéraires de Montréal, par les animateurs de la radio et de la télévision ou par les auteurs de dictionnaires littéraires québécois. Les francophones du Québec se consacrent, semble-t-il, exclusivement à la diffusion, à la répétition et à la promotion de la littérature québécoise. La situation des écrivains francophones hors Québec est donc claire : ils peuvent publier leurs livres, mais la réception de ces œuvres est oblitérée par les facteurs que nous venons de mentionner (Heidenreich 1990.22).

51Comme on le voit, les forces déséquilibrantes existent toujours et on peut se demander, à juste titre, si les francophones du Canada seront capables de les surmonter par leurs propres moyens et de se sauver, sur leurs îlots, dans un océan anglophone.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bastarache Michel, éd. 1987, Language Rights in Canada, [Translation of : Les droits linguistiques au Canada] Translated by Translation Devinat et Associés, Ottawa, Montréal, Les éditions Yvon Blais.

Bergeron Léandre, 1982, The Québécois Dictionary, Toronto, James Lorimer & Co.

Bouthillier Guy & Meynaud Jean, 1972, Le choc des langues au Québec 1760-1970, Montréal : Les Presses de l’Univ. du Québec.

Bouton Charles, 1982, « La situation du français dans les provinces de l’ouest du Canada », Zeitschrift der Gesellschaft für Kanada-Studien 2, 1.103-116.

The Canadian Encyclopedia, Second edition, Edmonton, Hurtig, 1988.

Clapin Silva, 1974, Dictionnaire canadien-français, Québec : Les Presses de l’Université Laval, [Reprod. de l’éd. de 1894].

Découvrir le Québec, Guide culturel, Sainte-Foy, Les Publications Québec français, 1987.

Dictionnaire de l’Amérique française, Francophonie nord-américaine hors Québec, par Charles Dufresne, Jacques Grimard, André Lapierre, Pierre Savard, Gaëtan Vallières, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1988.

Dulong Gaston, 1973, « Histoire du français en Amérique du Nord », Sebeok Th., ed. Current Trends in Linguistics X. 407-421. Den Haag: Mouton.

Garden Barnes Thomas, 1988, « Historiography of the Acadians’, Grand Dérangement, 1755 », Québec Studies 7.74-86.

Gendron, Jean-Denis, 1984, « La langue française au Canada en regard de ses grands voisins », Les grands voisins. Actes du colloque belgo-canadien des 24, 25 et 26 novembre 1983.133-147, Bruxelles, Editions de l’université de Bruxelles.

Gérin Pierre ; Gérin Pierre M., éds. 1982, Marichette, Lettres acadiennes 1895-1898, Edition commentée. Sherbrooke, Québec : Naaman.

Hagège Claude, 1987, Le français et les siècles, Paris, Editions Odile Jacob.

Halstead John, 1990, « Minoritäten, Canada as a Minority in North America », Zeitschrift der Gesellschaft für Kanadastudien 17.9-14.

Hamelin Jean ; Provencher Jean, 1987, Brève histoire du Québec, Troisième édition, Montréal, Boréal.

Heidenreich Rosmarin, 1990, « Le canon littéraire et les littératures minoritaires : l’exemple franco-manitobain », Cahiers franco-canadiens de l'ouest 2, 1. 21-29.

Jaenen Cornelius J., 1984, « Le français au Manitoba, fruit de l’histoire ou d’une contrainte extérieure », Langue et société 13.3-16.

Kloss Kleinz, 1969, Grundfragen der Ethnopolitik im 20. Jahrhundert, Die Sprachengemein schaften zwischen Recht und Gewalt, Wien - Stuttgart, W. Braunmüller ; Bad Godesberg : Verlag Wissenschaftliches Archiv.

Kloss Heinz, 1977, « Die Rechtsstellung der französischen Sprache in Nordamerika », Niederehe Hans-Josef ; Schroeder-Lanz, Hellmut, 1977, Beiträge zur landeskundlich-linguistischen Kenntis von Québec, 214-225 ( = Trierer Geographische Studien. Sonderheft ; 1) Trier : Geographische Gesellschaft).

Language international 1989 sqq. Amsterdam : John Benjamins.

Langue et société, Language and Society, publié par le commissaire aux langues officielles, Ottawa : Ministère des Approvisionnements et Services Canada.

Lapierre Jean-William & Roy Muriel, 1983, Les Acadiens (Que sais-je ? 2078), Paris, Les Presses universitaires de France.

Laponce J. A., 1987, Languages and Their Territories, Translated from the French by Anthony Martin-Sperry, Toronto etc.: Univ. of Toronto Press.

Louder Dean R. & Waddell Eric, 1983, Du continent perdu à l’Archipel retrouvé, Le Québec et l’Amérique française, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

Maillet Antonine, 1974, La Sagouine, Pièce pour une femme seule (Nouvelle édition revue et considérablement augmentée) [Montréal], Leméac.

Massignon Geneviève, 1962, Les parlers français d’Acadie ; enquête linguistique, Paris, Klincksieck.

Mathis Ursula, 1990, « La Mariouche est pour un blanc » (Jack Monoly), Zur Frage der Minderheiten im frankokanadischen Chanson, Zeitschrift der Gesellschaft für Kanadasturdien 17.49-96.

Niederehe Hans-Josef, 1977, « Das Französische in Quebec : Ein sprachgeschichtlicher Modellfall », Niederehe Hans-Josef & Schrœder-Lanz Hellmut, Belträge zur landeskundlich-linguistischen Kenntnis von Québec, 194-207. Trier : Geographische Gesellschaft (Trierer Geographische Studien, Sonderheft 1).

Niederehe Hans-Josef, 1990, « Le français du Canada, son histoire, ses traits caractéristiques ». Noter og Kommentarer fra Romansk Institut, Odense, Januar 85.1-12.

Nos deux langues officielles au fil des ans [Ottawa] Commissariat aux langues officielles, S.d. (1990).

Orkin Mark M. 1975. French Canajan, hé?, S.l.; © Mark M. Orkin, ISBN 0-919630-82-0.

Oxford English Dictionnary, prepared by J. A. Simpson. 2nd ed. Oxford: Clarendon Press, 1989.

Plocher Hanspeter, 1987, Michel Tremblay. Schwesterherzchen (Les Belles-Soeurs), Ins Deutsche übertragen und eingeleitet (Canadiana Romanica ; 2). Tübingen : Niemeyer.

Poirier Pascal, 1977, Glossaire acadien, Moncton : Centre d’Etudes acadiennes, Université de Moncton.

Robinson Sinclair & Smith Donald, 1984, Practical Handbook of Quebec and Acadian French/Manuel pratique québécois et acadien, Toronto etc., Anansi.

Sautter Udo, 1972, Geschichte Kanadas, Stuttgart, Kröner.

Trésor de la langue française : dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle (1789-1969). Centre National de la recherche Scientifique, Centre de Recherche pour un Trésor de la langue française. Publ. sous la direction de Paul Imbs. Paris, Ed. du C.N.R.S. (à partir du vol. 11, Paris, Gallimard).

Notes

1 Les deux noms ne figurent pas dans le Dict. Amérique française, ni dans la Canadian Encyclopedia.

2 J’emploierai les abréviations suivantes : fc. « français du Canada », fq. « français québécois », fa. « français acadien », fe. « français européen ».

3 Pour parler affaires : il s’agit là d’une somme de 30 millions de dollars et non pas seulement de questions de langue.

4 Cf. la remarque suivante : « François-Albert Angers dans un récent ouvrage (Les Droits du français au Québec, Montréal, Editions du Jour, 1971) soutient que la langue anglaise n’a pas de droits acquis au Québec. L’argumentation se fonde sur l’affirmation que, dès 1971, les autorités impériales ont conçu le Québec, alors Bas-Canada, comme un pays exclusivement français et ayant vocation à le demeurer. Selon cette thèse, la division faite en 1791 tendait à « mettre fin aux conflits qui s’annonçaient entre deux peuples » en établissant « une réserve française pour la partie déjà densément peuplée par des francophones » et en créant à côté une autre entité territoriale pour les Britanniques. Certes, observe l’auteur, « les Anglais du Canada ne l’entendaient pas de cette oreille... » (citations prises p. 39). Mais, malgré les vicissitudes ultérieures (compromis de situation acceptés par les Canadiens français) la légitimité historique au profit du groupe français ne peut, selon Angers, être mis en cause » (Bouthillier & Meynaud 1972.10, note).

Auteur

Université de Trèves.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540