Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses d’une utopie

 | 
Fulvio Caccia
, 
Jean-Michel Lacroix

III. Un pays incertain

Le Québec, entre la naissance de la nation, entre la nation et la méta-nation

Heinz Weinmann

Résumé

Le « cri de Valmy », proféré par les soldats du général Kellerman le 20 septembre 1792 constitue en quelque sorte le « cri primai » des nations naissantes. La nation naît (nation vient de nascere) paradoxalement sur un champ de bataille, face à un Autre qu’on cherche à tuer. Ainsi dans toute nation se tiennent consubstantiellement et de façon complexe naissance et mort. Nous montrerons que si la naissance de la nation canadienne d’abord, puis québécoise a été tellement hésitante, ce n’est pas parce que le Québécois aurait hésité sur sa propre identité, mais plutôt sur celle de cet Autre qu’il s’agit d’éliminer. Enfin, on situera le Québec dans le malstrom qu’est devenu le monde dès 1989 pour voir en lui un paradigme où se rencontrent de façon complexe les deux tendances dominantes qui se combattent aujourd’hui : retour à la nation et son dépassement par des structures supranationales, méta-nationales.

The “cry of Valmy” which could be heard during the battle of Valmy (September 20 1792) may be considered as the “primal cry” of the birth of nations. Thus the nations were born on a battle-ground in face of an Other, an enemy to be eliminated. In all nations birth and death are consubstantially present. Further we contend that the slow and hesitant pace of Quebec towards the constitution of a nation was due not so much to a low-profiled national ego but to Quebec’s historic inability to identify his Other to be confronted and “eliminated”. Finally, History which is on the move again, since the fall of the Berlin wall and the collapse of the communist regimes, brought to the fore two antagonistic trends: national, ethnical strife and supranational integration. Quebec can be considered as a locus where those two antagonisms cohabit in a complex way.

Texte intégral

1Je voudrais montrer dans un premier temps, comment au sein de la nation, au sein de toute nation, se tiennent de façon paradoxale et complexe, naissance et mort, comment la naissance de la nation, presque consubstantiellement, est reliée à la mort, mort d’un Autre. Puis, dans un deuxième temps, j’aimerais mettre en évidence, — ce sera mon propos central — que, contrairement à ce que nous affirme la doxa nationaliste québécoise, la naissance de la nation a été hésitante non tant parce que le Québec a hésité sur sa propre identité mais plutôt sur celle de l’Autre qu’on est censé « tuer ». Enfin, dans un troisième temps, très brièvement, je voudrais situer le Québec dans ce malstrom gigantesque qu’est devenu le monde depuis l’effondrement du mur de Berlin et le déchirement du rideau de fer.

  • 1 Voir là-dessus le bel article de Georges Gusdorf, « Le cri de Valmy », dans Communications 45, 198 (...)

2Selon une image d’Epinal — elles sont tellement belles —, la nation est née le 20 septembre 1792 avec le « cri de Valmy »1, lorsque le général Kellerman, en haut d’une colline s’écrie : « Vive la nation ! » Cri aussitôt repris par les soldats français en ordre de combat, prêts à combattre l’ennemi, l’envahisseur prussien. Devant ce cri de Valmy des soldats français, l’armée prussienne, la plus aguerrie de l’époque, bat finalement en retraite. Goethe, « observateur de guerre » à Valmy n’a pas manqué de comprendre la portée historique de ce cri. En effet, il anticipe de deux jours la proclamation de la République par la nouvelle Convention. La nation française, étant le modèle de toutes les nations, elles sont donc aussi toutes nées, en quelque sorte, dans l’écho retentissant de ce cri de Valmy qui s’est répercuté jusqu’à nous.

3Mais à y regarder de plus près, loin d’être une image d’Epinal, Valmy risque de devenir la « scène primitive » de la nation. La nation naît sur un champ de bataille, sur un front, en face d’un ennemi qu’on est appelé à tuer, à éliminer. Car ce cri « Vive la nation » se profère contre un ennemi qu’on combat et implique donc comme pendant dit ou non-dit : « Que meure l’ennemi ! » Cette « scène primitive » de la nation nous montre à l’évidence combien sa naissance — nation vient justement de nascere, de naître — appelle aussi la mort, ou tout au moins le souhait de la mort du non-moi, de l’Autre.

4Autrement dit, la nation naît sur un front qui oppose des combattants en uniforme, aux comportements identiques, identitaires, à d’autres soldats uniformisés, aux mêmes comportements, aux mêmes visées : comme deux doubles gémellaires, pour être ou naître, ils ont besoin de la Différence. De là l’importance de la frontière pour l’émergence de la nation. Dans frontière, il y a front. Frontière autant territoriale qu’anthropologique. C’est là, sur cette frontière que se dé-finit la nation, puisqu’elle y finit, se termine, donc se meurt. Cette frontière est la pierre de touche où se discerne le Moi collectif d’un Autre.

  • 2 Michel Serres, Le tiers-instruit, François Bourin, 1991.

5La logique simplistement discriminatoire de la nation est celle du « principe d’identité » et de son complément nécessaire le « tiers-exclu ». La nation exclut, élimine, en effet, en portant sur son limes, sur son seuil, tout ce qui n’est pas elle. Naturellement discriminatrice de l’Autre, la nation aime l’homogène, le pur, elle a donc horreur de l’impur, du mélange, du métissage. Le métissage, Michel Serres vient de nous l’apprendre, est aux antipodes de la logique simpliste du tiers-exclu, il relève de la logique complexe des « corps mélangés ». Il relève de ce que Serres appelle le « tiers-instruit »2, point de jonction, « passage du Nord-Ouest » entre deux rives, entre deux continents. Nous faisons actuellement de la « tierce instruction », comme M. Jourdain faisait de la prose sans le savoir.

6Un film américain des débuts du cinéma, au titre évocateur, Naissance d’une nation de Griffith, confirme largement ce qui vient d’être dit. La nation américaine naît dans ce film sur un front, dans un champ de bataille où s’affrontent Nordistes et Sudistes. Mais les véritables ennemis qu’il s’agit d’éliminer, c’est le Noir, et pire encore, le Métis, « graine de dissension » comme l’énonce la première séquence, d’un pays qui, jusqu’à son nom, se veut uni. Il s’agit, en fait, d’une glorification du Ku-Klux-Klan. “Ku-Klux” vient du grec kyklos, cercle. Cercle vicieux de la nation : l’image idéale de la nation qui tourne vicieusement sur elle-même, veillant sourcilleusement à ce que personne ne touche à ses circonférences, à ses frontières.

7Heureuses ou malheureuses — c’est selon — les nations qui ont des frontières, des Autres, des ennemis clairement définis, car ce sont ces derniers qui dé-finissent les nations par ricochet ! Or, le Québec ne fait pas partie de ces nations « bêtement », simplistement heureuses, il est un cas, une nation complexe, nation qu’Alain Minc appelle « du troisième type ».

8En effet, le Québec n’est pas né suivant la « scène primitive » de Valmy évoquée d’entrée de jeu : il n’est pas né sur un champ de bataille confrontant sur un front un Autre, un ennemi. Il naît plutôt en se combattant lui-même comme son alter ego, un peu comme ce héros d’Edgar Poe, William Wilson qui, tout en luttant contre son double jusqu’à l’éliminer, lutte finalement contre lui-même pour se suicider. Afin que ce duel ne se termine pas par l’élimination du Moi, donc par un suicide, il faut s’assurer que celui qu’on confronte ait pris suffisamment de distance du Moi, qu’il ait cessé d’être un alter ego pour devenir vraiment un Autre.

9Le Québec est né de son alter ego, le Canada. En effet, historiquement, le Québec n’a pas seulement fait partie du Canada mais a déjà été le Canada. C’est lui qui l’avait exploré, nommé, constitué. Condensée en une image frappante, la situation psychopolitique du Québec pourrait se formuler ainsi : le Québec est un hémiplégique qui a perdu, au cours des années, l’usage de son « côté Canada » et qui cherche à se normaliser en bilatéralisant dans un seul cerveau toutes ses facultés. Le roman de Jacques Godbout, Les têtes à Papineau, pose en ces termes radicaux la « question du Québec ».

10Dès lors, on ne s’étonnera pas outre mesure des amnésies que provoque cette généalogie canadienne refoulée du Québec. En effet, la devise du Québec, « Je me souviens », inscrite sur toutes les plaques minéralogiques, malgré les apparences du contraire, nous le prouve suffisamment. Car effectivement, cette devise « oublie » l’essentiel : ce dont le Québécois doit se souvenir : de son origine française, de son origine canadienne française.

11Le Québec, loin de couper ses liens avec le Canada, son alter ego, son premier avatar qui, avec les années, devient son Autre, les distend. Loin de pouvoir é-liminer purement et simplement le Canada, comme toute nation normale, le Québec se contente de l’« oublier », de le dénier, de peur de s’éliminer lui-même, puisqu’il s’y sent encore viscéralement — de moins en moins — attaché.

12Le Québec deviendra une nation comme les autres, nation normale, banale, simpliste, le jour où le Canada, devenu suffisamment étranger, Autre, il pourra l’affronter comme un antagoniste, découvrir la frontière entre lui et le Canada, pour finalement l’éliminer impunément. Retour, dès lors, à la « scène primitive » de Valmy.

13En d’autres termes, la naissance du Québec est un long processus d'Entfremdungen au sens brechtien du mot, à la fois aliénation et distanciation par rapport au Canada. Pas de rupture, pas de décision nette, irrévocable, mais un détachement progressif, un dé-part, une petite mort. Partir, c’est mourir un peu...

14Pour bien comprendre la lenteur de ce processus de décristallisation, de distanciation du Québec par rapport au Canada, il importe tout d’abord de saisir les liens, les « doubles liens », double bind batesonien au sens premier du mot qui en lacent, tressent les deux ensemble. Bien plus, il faut remonter très loin dans le temps, là où se noue, après la conquête de 1760 et l’abandon du Canada par la France, la « scène primitive » canadienne, le fantasme qui domine toujours la psyché canadienne-française/québécoise.

  • 3 Edgar Morin, « Pour une théorie de la nation », dans Sociologie, Fayard, 1984, pp. 129-138.

15Edgar Morin nous a montré3 que, du point de vue psychologique, la nation est un complexe matri-patriotique qui projette sur la nation mère patrie ses besoins de protection, de maternage, de justice. La nation est bisexuée. Elle a deux grandes instances, assumées en fin de compte par les institutions de l’Etat, une fois la nation devenue Etat-nation : une instance paternelle, incarnant la Loi, la défense du territoire ; une instance maternelle, nourricière, affective. Chez les nations pleinement constituées, souveraines, ce complexe matri-patriotique se trouve au sein même de la nation, constituant son image dynamique d’identification.

  • 4 La notion freudienne du « roman familial », exposée dès 1909 dans « Le roman familial des névrosés (...)

16Or, au Québec, l’instance matri-patriotique est toujours restée extérieure à lui, n’a jamais été pleinement intégrée au sein de la psyché québécoise. En effet, le Canada, abandonné par la France après la conquête de 1760, n’a pas coupé de son plein gré les liens ombilicaux avec sa mère patrie française. Frustré, parce qu’indignement délaissé, l’enfant canadien se comporte comme l’enfant du « roman familial »4, suivant un processus psychologique que Freud a appelé Entfremdung — s’agissant comme chez Brecht d’aliénation et de distanciation —, surnommant justement ce roman Entfremdungsroman, « roman de l’estrangement », parce que l’enfant frappé d’inexistence, dénie ses parents biologiques pour investir d’un prestige royal ses nouveaux parents d’adoption qu’il déclare tout de go ses « vrais parents ».

17Suivant les canons du « roman familial », le Canada, après l’abandon par ses parents français, adopte les parents anglais, pourtant ses conquérants, ses ennemis « mortels ». Au lieu donc de confronter l’ennemi anglais sur le front de l’antagonisme, le Canadien renoue avec lui des liens de complicité familiale. Justement, au moment décisif où il sectionne ses liens psychologiques avec son ancienne mère patrie, la France. Ce moment décisif, au sens premier du mot, dans la mesure qu’il coupe, qu’il tranche, c’est la décapitation de Louis XVI et de Marie-Antoinette, le 21 janvier 1793. Partage des eaux, partage des sangs entre la France et le Canada français. Dès lors peut s’accréditer l’idée d’une « conquête providentielle » : le Canada a été conquis au « bon moment », a noué des liens de parenté avec de « bons parents » qui n’ont pas perdu leur dignité royale en décapitant un roi et une reine.

18Or, ce regain de prestige dont bénéficient les parents anglais s’amortit abruptement dans la crise constitutionnelle qui oppose le parti patriote de Louis-Joseph Papineau au gouvernement anglais. Papineau et son parti vont jusqu’à revendiquer la souveraineté et, devant le refus du gouvernement anglais, prennent les armes en 1837. Battus une première fois par l’armée anglaise, les Patriotes reviennent à la charge en 1838. Saint-Denis, Saint-Eustache, c’est sur ces champs de bataille, sur ce front, face à un ennemi, face à la mort que les Canadiens français définiront leur nation avec une précision sans compromis à laquelle n’atteindront guère les Québécois, leurs descendants.

19Sur ces champs de bataille, en effet, a retenti l’écho du cri de Valmy « Vive la nation, que meure l’ennemi ! » Or, c’est de nouveau l’ennemi anglais qui sort vainqueur de ces affrontements. Non content de sa victoire, l’Anglais, en assouvissant sa vengeance, se montre décidément sous son vrai jour d’ennemi. En effet, face aux mille arrestations et douze pendaisons publiques, les complicités parentales avec cet ennemi anglais ne sont plus de mise. Le « roman familial » sous sa forme actuelle s’effondre donc et les « bons parents » anglais rejoignent les parents français, devenus eux aussi des « ogres sanguinaires ».

20Deux fois déçus par des parents terrestres, les Canadiens français, comme ils s’appellent maintenant, cherchent des parents plus fiables non soumis aux aléas de la politique. Etant donné que l’autorité civile sort amoindrie de cette crise, l’autorité ecclésiastique s’engouffre dans ce vide laissé par le pouvoir civil ? Aussi s’accrédite-t-il un « roman familial céleste » avec comme père, le Bon Dieu et comme mère, la Vierge Marie, qui réussit miraculeusement la quadrature du cercle canadien : devenir mère tout en restant vierge. Elle ne risque donc pas de se dégrader en femme de « mauvaise vie, comme ces Pompadours dont la vie dissolue — les Canadiens en sont convaincus — a précipité l’abandon de leur pays par la France. Ces parents célestes vaudront ce que vaudra la foi des Canadiens français qui tiendra bon, grosso modo, jusqu’aux années cinquante de notre siècle.

21Dans la foulée de la défaite des Patriotes, les Canadiens français se choisissent Saint Jean-Baptiste comme patron national, mais suivant une représentation qui correspond à leur situation psychologique particulière : lors des parades de la Saint Jean-Baptiste, Saint Jean est représenté comme un enfant seul, abandonné par ses parents. C’est la face visible de Saint Jean qui s’affiche ainsi. Or, il a aussi une face cachée, refoulée certes puissamment mais qui a aussi présidé au choix de Saint Jean-Baptiste comme patron national du Canada français ; sa décapitation sur les ordres de deux femmes de « mauvaise vie », Hérodiade et Salomé. Décapitation sans aucun doute aimantée par la décapitation de Louis XVI sur les ordres également d’une « femme déchue », la République.

22Le Canada français se représente ainsi à travers Saint Jean-Baptiste jeune et mourant, écartelé entre la naissance et la mort. Il ne s’agit donc pas de la mort d’un autre, mort sur le front qu’on expulse, qu’on élimine, mais de la mort de soi, d’un autosacrifice : le mouton qui accompagne Saint Jean-Baptiste souligne assez cette mort sacrificielle. Par ce choix de Saint Jean-Baptiste comme patron national, le Canada français, plus globalement, marque son désintéressement face aux affaires terrestres pour mise à fonds perdus dans le « royaume céleste ». Les dividendes se verseront après la mort...

23Ce Canada français eschatologique, tout orienté vers le Ciel, verra surgir, dès 1867, un nouvel être politique, la Confédération canadienne, composée de provinces, dotées de certains pouvoirs étatiques : droit de lever des taxes et une représentation populaire dans des assemblées nationales. Certes, il y avait là potentiellement un creuset où nation et Etat auraient pu se coaliser en un Etat-nation. Mais pour cela, il aurait fallu que la fièvre nationale monte, attisée, comme souvent ailleurs, par un Autre qui guette sur une frontière, lorgnant sur ce territoire comme si c’était le sien.

24Or, les Canadiens français cohabitent avec cet Autre, l’Anglais sur un même territoire, qu’ils considèrent depuis la conquête de 1760 aussi comme le leur. C’est plutôt le conquérant anglais qui cherche à expulser les « habitants » canadien-français — comme il l’a fait en Acadie dès 1755 — ou à les éliminer tout simplement en les assimilant. De surcroît, l’Eglise qu’écoute le Canada français comme parole d’évangile, désamorce toute velléité de confrontation avec l’ennemi anglais au lendemain de la Révolte des Patriotes (1837-38), en prêchant qu’il faut aimer son ennemi comme son proche.

25Vu l’héritage lourd du « roman familial » au Canada français, ce dernier se cherche une nouvelle instance parentale, lorsque commence à s’estomper le prestige et l’autorité de l’Eglise catholique. Le gouvernement fédéral sera cette instance toute désignée sur laquelle les Canadiens français jettent leur dévolu, attendant d’elle tout ce qu’un enfant peut attendre de parents : protection, assistance, maternage..

26On le voit, le Canada français, au cours de son histoire, a été pris dans une nasse, un réseau complexe de liens symbiotiques, psychologiques avec le Canada, son premier avatar devenu instance parentale. Avant donc oser les trancher, il faut qu’il s’assure qu’il peut s’en passer, autrement dit, qu’il est complètement autonome, adulte.

27Le passage, la métamorphose du Canada français en Québec, qui s’amorce dans les années cinquante, après le trauma de la seconde guerre mondiale, se fait, justement, suivant la conviction croissante que ces liens symbiotiques avec le Canada ne sont non seulement inutiles mais nuisibles au développement du pays.

  • 5 Otto Rank, Le mythe de la naissance du héros, Payot, rééd. 1983.

28Le Québec commence sur une « rupture inaugurale » imaginaire. En effet, dès 1948, deux œuvres rendent compte de cette « rupture inaugurale » québécoise : Refus global de Paul-Emile Borduas, « refus global » du passé canadien-français, dé-passé maintenant et la pièce Tit-Coq de Gratien Gélinas qui projette sur la scène le premier héros québécois. Héros bâtard, orphelin qui se conçoit, lui aussi, par un « refus global » de son passé familial. Détaché du passé, ce héros, à l’instar du Québec naissant, se tourne tout naturellement vers l’avenir, son nouvel « horizon d’attente ». C’est là qu’il se crée lui-même, héros de ses propres œuvres, comme tous ces « héros » exposés, abandonnés dès leur naissance de Moïse à Œdipe dont a parlé Otto Rank5.

29L’émergence du Québec, préparée par une rupture inaugurale dans le champ imaginaire se cristallise au moment même où le Québec, suffisamment identifié, pourra expulser le Canada français comme son « Autre ». Ce moment survient lors de la métamorphose onomastique du Canada français en Québec à la fin des années soixante. En effet, quelle rupture plus grande, plus radicale que le changement de nom d’une personne, d’un être politique ! Si de tels changements de noms ont été chose commune en Afrique dans la foulée de la décolonisation, ils étonnent plutôt dans le cas d’un pays qui a porté son nom pendant plus de 350 ans.

30La naissance du Québec se fait grâce à la constitution d’un pays, alors que le Canada dans sa continentalité a été un territoire, aux frontières floues, imprécises. Le Québec un pays au sens premier du mot puisque pays vient de pagus, signifiant borne, limite, frontière..

31Paradoxalement, la chanson célèbre de Gilles Vigneault, Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver ne chante pas le nouveau pays de Québec mais l’ancien Canada, déterritorialisé, déréalisé sous l’effet de l’hiver, de la neige, qui effacent toute borne, toute frontière, toute trace.

32Ce pays constitué par une frontière naît aussi sur un front où il combat un Autre, un ennemi. Sans chercher midi à quatorze heures, cet ennemi est tout trouvé dans le climat de la décolonisation, grâce à une « lecture rapide » de Memmi et de Fanon : le colonisateur anglais, responsable de tous les maux.

  • 6 Pierre Vadeboncoeur, Un génocide en douce, L’Hexagone, 1989.

33La naissance du nationalisme québécois va donc de pair avec la désignation d’une ligne de front, d’un ennemi à combattre. La revue au titre évocateur de Parti pris constitue la première ligne de front où se combat cet ennemi canadien anglais. A relire aujourd’hui cette revue, on a l’impression parfois que le Québec est un goulag surveillé du haut de miradors par des garde-chiourmes « canadiens ». Plus récemment, un auteur pourtant bien sérieux, Pierre Vadeboncœur, n’a pas hésité à parler d’« un génocide en douce »6. L’imaginaire national ne se trouve jamais à court d’« arguments » pour « infernaliser » son ennemi.

34Or, à force de guetter l’ennemi extérieur, le Québec oublie parfois son ennemi intérieur : toutes ces forces autosacrificielles héritées du Canada français et de son patron Saint Jean-Baptiste. Justement, cet atavisme autosacrificiel légué de Jean-Baptiste, le Québécois le liquide lors d’une dernière parade spectaculaire, en 1969, pendant laquelle il décapite son ancien patron éponyme. Preuve que le Québécois a bien compris son visage caché, victimaire dans lequel décidément il ne se reconnaît plus.

  • 7 René Girard, Le Bouc émissaire, Grasset, 1982.

35Enfin, on pouvait croire qu’après l’élection du Parti québécois, les Québécois allaient couper une fois pour toutes leurs liens symbiotiques avec le Canada. Le référendum de 1980 était censé, en effet, trancher ces liens. Mais surprise et étonnement : ce référendum ne portait pas sur la souveraineté du Québec mais sur sa souveraineté-association ! Ainsi les liens symbiotiques que les Québécois coupaient d’une main (souveraineté), ils les renouaient avec l’autre (association). N’empêche que les Québécois ont rejeté à 60 % même l’idée d’une telle souveraineté-association. Preuve qu’ils n’avaient pas encore surmonté leur peur viscérale de la séparation, des décisions tranchantes. D’ailleurs décider, à l’origine, signifie trancher, couper. Les Québécois ne sentent-ils pas, ne fût-ce que confusément, la dimension coupante, tranchante de la décision, venue à jour dans la décapitation de Louis XVI et de Saint Jean-Baptiste. René Girard nous a rappelé cette filiation traumatique, victimaire de la décision : « Toute décision véritable dans la culture a un caractère sacrificiel (decidere, c’est couper la gorge de la victime) »7.

36Après une déprime post-référendaire, alors qu’on disait le nationalisme mort au Québec, il est rené de ses cendres à la suite de la mort des accords du lac Meech. Le gouvernement fédéral de Pierre Trudeau avait promis monts et merveilles pendant la campagne référendaire pour inciter les Québécois à rester au sein de la confédération canadienne. Or, ces promesses ont été lâchement trahies, car le Québec s’est trouvé finalement exclu de la constitution canadienne de 1982.

37Le gouvernement Mulroney a voulu réparer cette injustice par les accords du lac Meech en reconnaissant le Québec comme « société distincte ». Or le Canada anglais a rejeté ces accords, rejetant ainsi le Québec dans son altérité.

38Le Québécois a donc aujourd’hui un bel alibi de prendre une nouvelle fois la « décision » de la souveraineté avec ou sans association, puisque cette décision, le Canada anglais l’a déjà implicitement prise par le rejet même des accords du lac Meech. Après la tenue de la commission Bélanger-Campeau, un nouveau référendum sur la souveraineté attend le Québec d’ici octobre 1992. Mais suivant la nature bicéphale et indécidable du Québec, la commission Bélanger-Campeau a mis en place deux organismes : l’un qui prépare le référendum sur la souveraineté, l’autre qui attend les offres du gouvernement fédéral et des autres provinces, donnant au Québec la place qui lui revient de plein droit dans la confédération comme la nation fondatrice du Canada.

  • 8 Pour l’élaboration du concept de « méta-nation », voir Edgar Morin, Penser l’Europe, Gallimard, 19 (...)

39Le Québec se trouve actuellement (mai 1991) dans un équilibre instable, hésitant entre la nation et la méta-nation8, reflétant ainsi l’équilibre instable dans lequel le monde entier est entré depuis l’effondrement des régimes communistes de l’Est, depuis que l’Histoire s’est remise en marche, après quarante-cinq ans d’arrêt, de « congélation » durant la guerre froide.

40Alors que nous croyions que les tendances méta-nationales — construction du Marché Commun européen, zone de libre-échange entre les Etats-Unis et le Canada, incluant bientôt aussi le Mexique — étaient irréversibles, Alain Minc dans La vengeance des nations vient nous faire prendre conscience que les nations, après avoir été tétanisées, anesthésiées dans l’équilibre de la terreur atomique, reviennent au galop, après le désarmement atomique. Vengeance des nations ou le retour du refoulé : les nations dont le développement naturel a été réprimé, ressuscitent dans leur expression la plus primale, la plus tribale, la plus ethnique. Un peu partout, ces nationalités s’exacerbent sur des frontières floues, peu précises, comme entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, entre la Croatie et la Serbie, entre Israël et la Palestine, entre l’Irak et le Koweit, en provoquant des guerres comme celle du Golfe, des rivalités, des vendettas nationales qui risquent de balkaniser, de tribaliser le monde.

41L’équilibre instable dans lequel tremble actuellement l’Histoire du monde, telle une balance de trébuchet, basculera-t-il, selon la tare qu’on mettra dans l’une ou dans l’autre balance, du côté de la nation ou de la méta-nation ? Restera-t-il dans l’équilibre instable où il se trouve actuellement ?

42Dans cette croisée de chemins décisive, le Québec peut nous guider puisqu’il est lui-même cette croisée de chemins, ce passage — Québec est un mot amérindien signifiant passage difficile, détroit — entre nation et méta-nation. Dans l’esprit de ce colloque qui scrute la multiplicité nord-américaine en quête de modèles pour l’Europe, comprendre le Québec signifierait, du même coup, comprendre le jeu des forces antagonistes qui se combattent en Europe depuis 1989. Car le Québec est lui-même ce lieu paradigmatique d’antagonismes indécidables entre nation et méta-nation.

  • 9 Alain Minc, La vengeance des nations, Grasset, 1991, p. 263.

43Car le Québec est, d’ores et déjà, sans s’en être vraiment rendu compte, ce que Minc appelle une « nation du troisième type ». Seules ces nations du « troisième type », grâce à leur complexité indécidable, choisissant à la fois l’intégration et l’ouverture, l’internationalisme et la quête identitaire, la nation et la méta-nation, sont à la hauteur de la situation mondiale complexe actuelle. Comme le dit Alain Minc, et je terminerai là-dessus : « Seul notre Etat-nation du troisième type, ouvert et intégrateur est susceptible de faire coexister une aspiration collective à l’identité, les contraintes d’un univers stratégique complexe et la préservation de ce qui demeure heureusement d’internationalisme »9.

Notes

1 Voir là-dessus le bel article de Georges Gusdorf, « Le cri de Valmy », dans Communications 45, 1987, pp. 117-146.

2 Michel Serres, Le tiers-instruit, François Bourin, 1991.

3 Edgar Morin, « Pour une théorie de la nation », dans Sociologie, Fayard, 1984, pp. 129-138.

4 La notion freudienne du « roman familial », exposée dès 1909 dans « Le roman familial des névrosés » a été reprise par Marthe Robert dans Roman des origines et origines du roman, Grasset, 1972. Loin de considérer le « roman familial » tel Freud comme un phénomène pathologique, elle voit en lui l’expression normale de l’imagination naissante chez tout enfant. — Pour la transposition de ce « roman familial » sur le psyché canadiennefrançaise, voir notre Du Canada au Québec, généalogie d’une histoire, L’Hexagone, 1987, pp. 289-309.

5 Otto Rank, Le mythe de la naissance du héros, Payot, rééd. 1983.

6 Pierre Vadeboncoeur, Un génocide en douce, L’Hexagone, 1989.

7 René Girard, Le Bouc émissaire, Grasset, 1982.

8 Pour l’élaboration du concept de « méta-nation », voir Edgar Morin, Penser l’Europe, Gallimard, 1987.

9 Alain Minc, La vengeance des nations, Grasset, 1991, p. 263.

Auteur

CEGEP de Rosemont (Montréal).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540