Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses d’une utopie

 | 
Fulvio Caccia
, 
Jean-Michel Lacroix

II. La traversée des langues

Stratégies de contextualisation linguistique dans la littérature antillaise

Sada Niang

Résumé

La littérature antillaise francophone n’est pas restée en marge de son héritage socio-linguistique originel. Car de Parépou à Césaire en passant par Depestre et Glissant, les textes littéraires ont tenté de rendre compte des phénomènes sociaux et idéologiques de leur situation de locution. Quelle langue est adoptée, quelle formalité linguistique est respectée, quel type de sémanticité a été choisi pour actualiser une telle prise de parole ? Telles sont les questions qui se posent au chercheur.

The French West-Indian literature has not been left on the fringe of its original socio-linguistic heritage. For, from Parépou to Césaire, including Depestre and Glissant, the literary works have attempted to account for the social and ideological phenomena linked up with their situation of location. Which language has been adopted, which linguistic formality is respected, which type of semanticity has been selected to actualize such a literary stand? Such are the questions the research worker is confronted with.

Texte intégral

  • 1 Le code noir ou recueil des règlements rendus jusqu’à présent concernant le gouvernement, l’admini (...)

1Tout au long de son existence, la survie de la société de plantation a reposé sur un étouffement systématique des voies/voix marginales. Dans l’espace insulaire de ces grands campements où un seul homme veillait à l’assujettissement de centaines d’autres, toute dissension faisait figure de menace. La peur de ce que l’autre serait tapi au fond d’une âme criant vengeance poussa à la mise sur pied de structures sociales rigides et répressives. Que ce fussent les marquages à la fleur de lys, les mutilations corporelles ou même la confiscation des biens du maître, la punition visait davantage à mettre en garde les autres qu’à expier le délit individuel. Dans le Code noir1 la singularisation de l’acte sert à raffermir l’ordre social vicié ; le singulier grammatical lui-même ne s’applique jamais au maître et annonce, pour les esclaves, l’imminence d’une mort que l’on veut exemplaire pour les autres. Le particulier et le différent furent antithétiques à l’ordre précaire de la société de plantation.

  • 2 Sala-Molins, Louis, Le code noir ou le calvaire de Canaan (Paris : Presses Universitaires de Franc (...)

2Il y a là un premier paradoxe. Ces sociétés qui cherchèrent farouchement à réprimer toute déviation de la norme catholico-romaine2 reposaient sur une base multiculturelle, multiraciale et plurilingue. En effet, entre le XVIIe et le XVIIIe siècles s’y installèrent des Européens (Hollandais, Anglais, Portugais, Français), des esclaves mandingues, Wolofs, bambara, Fanti, Ewé, Fon et des Juifs. Enfin l’abolition de l’esclavage et le refus des anciens esclaves de se livrer à des activités liées à la terre entraîneront une nouvelle vague d’immigration : celle des Indiens.

3Ainsi, la colonisation (occupation physique et économique) des territoires antillais s’est faite dans un contexte plurilingue et multiculturel. Par contre, le colonialisme qui a affermi cette implantation (les modèles d’administration et d’exploitation de ces nouvelles colonies) a tenté de réduire cette multiplicité de codes et de cultures (voix/voies) en un seul modèle dominant et opérationnel : celui des maîtres et contremaîtres Blancs. Aussi, dans le contexte antillais, monolinguisme et diglossie s’avèrent des faits historiques marquant la domination sociale et politique qui fut à l’origine de l'exploitation de ces îles. Ce sont tous deux des actes sociaux établissant un ordre, un modus « communicandi » aux populations noires captives, et ceci dans le seul but de préserver les intérêts du « maître ».

  • 3 Calvet, L. Jean, La Guerre des langues, Paris : Payot, 1987.
  • 4 Bernabé, Jean, Fondal-natal : grammaire basilectale approchée des créoles guadeloupéens et martini (...)

4En soi, ceci ne présente rien de nouveau. L’arbitraire linguistique conçu comme critère définitoire de la langue ainsi que la pertinence linguistique d’A. Martinet laissent entendre que le principe de la supériorité ou de l’infériorité ne sont inhérents à aucune structure sémiotique. Louis Jean Calvet, dans un ouvrage récent3 a démontré que l’adoption d’une langue (L1) au détriment d’une autre (L2) ne s’est jamais faite sans domination militaire ou politique des locuteurs de L2. Dans le cas des Antilles, cette domination tendra à être d’autant plus brutale que les locuteurs de L1 sont phénotypiquement distincts, qu’ils sont l’objet d’un discours hégémonique raciste et que leurs propres langues ont été idéologiquement et socialement minorées4.

5La littérature antillaise francophone n’est pas restée en marge de cet héritage historique et sociolinguistique. De Césaire à Simone Schwartz-Bart et à Patrick Chamoiseau/Raphaël Confiant, la production des textes littéraires a tenté de rendre compte des phénomènes sociaux et idéologiques de la situation de locution des écrivains. Quelle langue est adoptée, quelles formalités linguistiques sont respectées, quel type de sémanticité a été choisi pour actualiser une telle prise de parole ? Telles sont les questions que nous voudrions traiter dans ce travail.

  • 5 Géache, Effe, Une nuit d’orgie à Saint-Pierre Martinique. Edition de l’annuaire, 1892.
  • 6 Pour une analyse plus exhaustive de la production créole de cette période, nous renvoyons le lecte (...)

6Mises à part les diverses traductions de la Bible et autres textes de catéchismes, les premières œuvres créatrices en créole qui nous sont connues sont l’œuvre de Békés martiniquais5. Que ces auteurs aient adopté un code qu’ils tendaient à considérer inférieur, peu digne du vocable « langue », « symbole de misère et d’altérité absolue » annonce un premier ancrage géographique et culturel. Cependant, l’application exclusive du créole à des textes érotiques ou pornographiques, n’a pas pu libérer cette langue de sa subordination à la norme française6.

  • 7 Hall, Robert, Pidgins and Creole Languages, Ithaca, N.Y.: Cornell University Press, 1966; Todd, Lo (...)

7User du créole pour évoquer en exclusivité le thème de la luxure ramène celui-ci au statut de langue restreinte, propre à n’exprimer que les sentiments et totalement incapable d’actualiser des concepts. Le créole des livrets békés est l’ancêtre théorique7 des pidgins. Ce sont, selon Hall et Todd, des langues de circonstance et non d’abstraction, qui disent sans exprimer, racontent sans réaliser, évoquent sans signifier. Dans l’ambiance eurocentrique du XIXe siècle, la création littéraire des Békés fit correspondre un discours moralement marginalisé à un code perçu comme tout aussi limité et somme toute « corrompu ». Leur prise de parole accorde une authenticité locale au discours hégémonique français. Par conséquent, elle se meut dans une extériorité qui institue les Antilles en « comptoir » qui ne réalise ni la Martinique, ni ses habitants et qui se fait le garant de la crédibilité d’une idéologie d’occupation coloniale.

  • 8 Césaire, Aimé, Cahier d’un retour au pays natal (Paris : Présence Africaine, 1971) traduit par Emi (...)
  • 9 Mudimbe, V. Y., The Intervention of Africa: Gnosis, Philosophy and the Order of Knowledge, Bloomin (...)

8C’est Aimé Césaire qui, le premier, rompt avec le mode d’écriture des Békés. Le Cahier d’un retour au pays natal8 dénonce leur « inventio »9 dévoile viols, rapines et privations complices de la réduction phénoménologique des Antilles. Chez Césaire, les Antilles ne sont pas cette terre pittoresque, ce mélange de vert clair et foncé entrecoupé de longues étendues de sable blanc, mais plutôt un lieu.

grelé[es] de petite vérole... dynamité d’alcool, échoué dans la boue de cette baie, dans la poussière de cette ville, sinistrement échoué [...] (31).

9La nature du Cahier acquiert un statut anthropomorphique. L’être antillais l’habite de tout son lot de peines, de passions et de souffrances. En conséquence, au discours de festoiements et de célébrations sans répit des cahiers békés, Le Cahier oppose la privation, la famine, le dénuement des populations locales :

Les Antilles qui ont faim,... (31)

10A l’image d’un climat revigorant qui dissipe la morosité et adoucit les aspérités de l’hiver, le Cahier oppose les dards d’un « soleil vénérien » qui génère pus, pourriture et mort. La poétique de cette œuvre est manichéenne. Elle s’oppose à l’Autre en lui exposant les fondements a-moraux de son pouvoir ; elle ne s’ancre pas dans une reproduction du discours de la classe dominante, mais dans une analyse historique et idéologique de ce dernier. Césaire rejette totalement le mode d’appropriation de l’espace antillais par les écrivains békés du XIXe siècle.

11Néanmoins, la langue du Cahier ne dévie nullement des potentiels expressifs de la norme poétique française. Césaire ne porte atteinte ni à la morphologie, ni à la syntaxe ni à l’orthographe de la norme littéraire française. En outre, hormis les quelques citations créoles ici et là, cette œuvre se déroule en marge des interférences formelles entre norme française et créole martiniquais :

Et nous sommes debout maintenant, mon pays et moi, les cheveux dans le vent, ma main petite maintenant dans son poing énorme et la force n’est pas en nous, mais au-dessus de nous, dans une voix qui vrille la nuit et l’audience comme la pénétrance d’une guêpe apocalyptique. Et la voix prononce que l’Europe nous a pendant des siècles gavés de mensonges et gonflés de pestilence, car il n’est point vrai que l’œuvre de l’homme est finie... (139).

12Une comparaison entre cette citation et sa traduction anglaise nous révèle que la version française respecte toutes les servitudes de la langue française. En effet, là où le texte d’arrivée utilise un aspect verbal marquant la continuité, celui de départ (français) choisit le factuel, là où celle-ci prépose l’adjectif au nom, le texte de Césaire, en français, choisit l’ordre inverse, enfin là où l’anglais se passe de l’article, la norme française l’exprime. Que ce soit du point de vue de la morphologie, de la syntaxe ou même de la structuration phonique, Aimé Césaire actualise les choix arbitraires de la langue française.

13De même, du point de vue sémantique, la langue du Cahier s’avère tout à fait normale. Césaire ne dévie ni du cadre étymologique ni des possibilités expressives de la langue française. Nous voudrions avancer que l’hermétisme césairien, tantôt attribué à des tendances surréalistes, ne relève pas d’une superposition des codes français et créole, mais d’un ressourcement diachronique et étymologique de la langue française. Ainsi, si hermétisme il y a, c’est parce que nous, lecteurs de la seconde moitié du XXe siècle, baignons dans l’immédiateté d’une compétence linguistique synchronique. Les sèmes lexicaux du vocabulaire du Cahier incluent à la fois notre propre synchronie et celles de différents états de langue du français. Ainsi, le terme « cahier » dénote-t-il non seulement l’usage habituel de « feuillet de notes à but pédagogique », de « liste de revendications opposant un groupe organisé à un autre plus puissant » mais aussi le sens médiéval de « liste des conditions d’acquisition d’un bien ». Dans les sociétés de plantation, les concepts d’« appropriation », de « conditions d’existence », de « bien matériel » constituent le fonds même de l’institution sociale.

  • 10 Cependant une difficulté persiste. Quels liens établir entre l’oeuvre monumentale, historique de C (...)

14Cependant, l’argument selon lequel Césaire enrichirait la langue française par sa pratique poétique n’est, à notre sens, ni valable, ni pertinent. Il n’est pas valable car Césaire ne crée pas de nouveaux sèmes à la langue française. Il ne fait que réactiver, sur le mode du combat anti-colonialiste certes, des virtualités déjà présentes dans cette langue mais enfouies dans l’étymologie, le jargon de juristes, philosophes ou psychologues. Il n’est pas pertinent car il implique que la création littéraire de cet auteur s’est mise au service de la promotion de la langue de Voltaire. Or nulle part dans ses écrits, Césaire ne s’est livré à une célébration de la supériorité sémiotique de la langue française, contrairement à Senghor. De même, nulle part dans ses écrits littéraires il n’est question d’une infériorité sémiotique du créole10.

  • 11 Derek Walcott prend la défense de Césaire contre l’accusation d’une extériorité par rapport à la l (...)
  • 12 Bernabé Jean, Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant, Eloge de la créolité, Paris : Gallimard, 1989, (...)
  • 13 Bellini Graziano, « L’écriture des libertés », Aimé Césaire ou l'athanor d’un alchimiste, Ed. Jacq (...)
  • 14 Lirius Julie, Identité antillaise : Contribution à la connaissance psychologique et anthropologiqu (...)

15Pour Césaire, le créole est un fait historique marqué par des conditions humiliantes, aliénantes de l’esclavage. L’adopter reviendrait à cautionner les intérêts historiques qui l’ont engendré. L’utiliser comme outil littéraire thématiquement restreint reviendrait, de même, à légitimiser les prétentions de Créateur du « maître ». En conséquence, autant chez les écrivains Békés, la non utilisation du français dénote une littérature doudouiste, autant chez Césaire le refus d’allier « le créole densément11 à une pratique scripturale fondée sur les enclumes de la langue française »12 exprime le refus et la condamnation de la mutation de l’Africain en esclave défini par et soumis au « maître ». Aussi, dire que Césaire « écrit pour les affamés, pour le vulgaire profane... »13 simplifie, pour le moins, la situation dans laquelle cet écrivain accomplit l’acte de création. Les faits sociolinguistiques examinés par J. Lirius14 semblent plutôt indiquer que Césaire s’adresse aux « affameurs » au nom des affamés. Seuls les « affameurs », dans la situation de communication, sont susceptibles de posséder une compétence linguistique fonctionnelle leur permettant de saisir le texte dans sa totalité. Césaire n’est peut être pas un « chantre » au sens où Senghor l’entend, mais porte-parole, il l’est certainement.

16Le ressourcement diachronique et étymologique auquel il a soumis la langue française a épousseté celle-ci des valorisations racistes et ethnocentriques du XIXe siècle. Ce n’est ni la langue de « la Civilisation », ni celle des « dieux », ni celle d’une « clarté immanente ». C’est un code, social et communicatif certes, mais défini par des potentiels expressifs actualisables indépendamment de la race du locuteur. En faisant appel à divers états de langues et à l’étymologie pour créer un registre dans lequel thésauriser l’expérience nègre, Césaire a replacé les atrocités de l’esclavage là où elles ont pris naissance : dans l’histoire des sociétés occidentales. La poésie de cet auteur est non seulement grammaticale mais aussi sémantiquement normale.

17Le texte littéraire post-colonial se caractérise par la présence de voies/voix multiples en son sein. Ainsi donc, il devient un collage de différentes perspectives cherchant toutes à exprimer l’expérience globale des personnages. La situation de locution des écrivains n’est plus perçue comme l’opposée de celle du dominateur mais comme le ferment d’une multiplicité de discours. Ainsi, Souffrières de Daniel Maximin contraste-t-il les peines et joies de plusieurs personnages cherchant chacun à définir le mode d’appropriation de leur situation géographique, culturelle et historique ; enfin Pluie et vent de S. Schwartz-Bart retrace à travers la vie de Toussine celle de tout le village de Fonds Zombi. Le narrateur classique, celui qui disait « il », se dédouble en plusieurs pôles de prises de paroles dont les discours parfois conflictuels, se recoupent au niveau de leurs concepts.

18Au niveau linguistique et textuel, le respect fidèle de la norme littéraire métropolitaine et de ses tropes fait place à un profond désir de contextualisation. Dans la littérature antillaise, l’adaptation de la langue française s’est effectuée en deux étapes symbolisées d’une part par Simone Schwartz-Bart et d’autre part par le duo Chamoiseau-Confiant. Chez Schwartz-Bart le respect absolu des formes normales véhicule une substance non métropolitaine. Sa pratique grammaticale normale impose une identité hybride à certains signes linguistiques :

Toussine aimait à se rendre utile, balayait, aidait à la cueillette des fruits, épluchait les racines.

19Dans ce passage, le terme « racine » signifie en dépit de (et non en accord avec) son contexte formel. Car si à première vue, on pourrait penser que sa dénotation obéit à la même convention sémiotique qui engendre les formes « balayait », « se rendre utile » et « aidait à la cueillette », la situation de communication de la scène suggère une toute autre lecture. Il s’agit non pas de « la partie des végétaux qui s’enfonce dans le sol » mais de plantes à tubercules comestibles.

  • 15 Halliday M.A.K., Introduction to Functional Grammar, London: Edward Arnold, 1989.

20Selon M.A.K. Halliday15, un texte ne signifie, ou n’acquiert de pertinence communicative que par rapport à une situation donnée. Chez Schwarz Bart, la situation fonde à la fois pertinence et signification de certains signes homophoniques (français/créole) puisque la langue créole n’est présente que par l’intermédiaire d’une forme française normale. Ainsi, les présupposés situationnels établissent la fonction référentielle de ces textes en dehors de tout implicite sémantique. Texte, contexte et situation entretiennent des rapports de discordance dans Pluie et Vent.

21Le second cas que nous allons examiner s’avère encore plus dramatique. Il s’agit de l’emploi du signe linguistique « chance ». Dans la langue anglaise, ce lexème [luck] a une valeur neutre. Aussi, pour signifier une situation heureuse ou malheureuse, cette langue se trouve-t-elle obligée de lui adjoindre l’adjectif « good » ou « bad » [good luck/bad luck]. Par contre, la norme française lui attribue une valeur carrément positive. « Chance » en usage normal implique toujours une issue favorable et inattendue à un événement quelconque. Si la structure sémantique de Pluie et vent était normale, toutes les occurences de lexème auraient dû actualiser sa valeur positive française. Or tel n’est pas le cas. « Chance » dans Pluie et vent, suggère des connotations menaçantes, augure d’une fatalité qui paralyse les personnages assaillis de toutes parts. En créole guadeloupéen, les sèmes de ce lexème sont marqués du pôle de la négativité et qui convergent partiellement avec l’usage anglais.

22Lorsque le nègre Jérémie s’apprête à se lier avec l’aïeule Toussine, il est décrit comme un être providentiel, « envoyé » à Toussine par « saint Antoine ». A leur mariage le narrateur fait le commentaire suivant :

Trois jours durant, les gens quittèrent mornes et plateaux, misères et indignités de toute sorte pour danser à leur aise et fêter les mariés, passant et repassant devant le couple, sous la tente fleurie, et félicitant Toussine de sa chance et Jérémie de sa plus belle chance. On ne put compter combien de lèvres prononcèrent le mot chance (20).

23Leur bonheur fut éphémère. Peu de temps après, leur demande succomba au feu et l’un de leurs enfants y périt. Les tendres années d’adolescence de Télumée et d’Élie apparaissent à Reine Sans Nom, comme une « chance » (73) inouïe. A l’âge adulte, ces deux personnages découvrent la vanité de leurs projets de bonheur en commun : Télumée « se louera » dans une famille béké. Quant à Élie, il sera réduit au métier de bûcheron et tentera sur Télumée la même emprise étouffante de tous les personnages mâles sur les femmes du roman (106).

24Parallèlement à ces formes françaises rembourrées d’une substance créole, Pluie et vent présente un certain nombre de synthèmes créoles transcrits dans une orthographe, morphologie et syntaxe normales mais ni traduits, ni annotés.

... (elle) portait le visage haut-levé... (20)
... blanc maudit.. (25)
... négresse à tête poivrée...(55)

25La forme syntagmatique normale de ces synthèmes pourrait faire penser qu’il s’agit d’actes de parole dont le sens dépend à la fois de la dénotation de leurs unités constitutives et de leurs collocations. En fait, ainsi que pour les termes « racine » et « chance », le narrateur s’accomode d’une convergence formelle entre le français et le créole afin d’évoquer des aspects de la situation de communication guadeloupéenne. La signification de ces synthèmes est toute entière liée à l’identification de celle-ci.

26Les lexèmes individuels « haut-levé », « blanc » « maudit », « tête », « poivrée » perdent leur intension normale au profit d’une extension dominée par l’arbitraire des locuteurs créoles. Ainsi, la fierté dénotée par l’expression « le visage haut levé » ferait place à un geste physique banal à la moindre modification de cette expression. Ni un « visage levé haut », ni un « pied haut levé » ne dénotent ce sentiment. De même, « un maudit blanc » est un blanc quelconque auquel on lance une insulte, « un blanc maudit » est un homme de la même couleur, sans pouvoir social ou économique dans une société où ses ancêtres ont traditionnellement monopolisé l’un et l’autre. Pluie et vent est un roman écrit dans une langue grammaticalement normale et qui veut se servir de cette adhésion étanche aux servitudes de la langue française pour actualiser un discours social, culturel, historique créole. Le narrateur détruit la relation de nécessité existant entre forme et fond, créant ainsi des signes linguistiques à extension bilingue. Cependant, contraintes au respect de la norme grammaticale, les spécificités culturelles et idéologiques créoles ne peuvent s’immiscer qu’au travers des zones de convergences phoniques ou syntaxiques entre les deux langues. L’homophonie et l’homographie actualisent le discours identitaire de Pluie et vent.

  • 16 Schwarz-Bart Simone, The Bridge of Beyond, traduit par Barbara Bray. London : Heinemann, 1982.

27Une difficulté persiste. La possibilité d’évoquer deux signifiés de langues différentes à partir de la même forme crée des ambiguïtés. Et les traducteurs s’y trahissent. La traduction de la première citation par Barbara Bray16 conduit à une restriction sémantique du texte. Je vous laisse en juger de vous mêmes:

Almost as soon as she woke, the child would make useful sweeping, gathering fruit, peeling vegetables (3).

28Le « vegetable » de la norme anglaise, bien que justifiable dans le contexte grammatical du texte de départ, ne reprend pas le champ sémantique créole de « racines ». De ce fait, la spécificité sociale et culturelle du texte fait place à une généralité qui fond le personnage de Toussine dans une humanité hors contexte, en dehors de tout ancrage social. L’adoption du terme créole anglophone « roots » eût été plus heureuse à notre sens. Chez Schwarz-Bart, l’alliage de la langue créole au français est restreint par les exigences de la forme française. Le texte qui en découle fait couleur locale sans vraiment exprimer, sans vraiment défier l’emprise de la langue française.

  • 17 Confiant Raphaël, Le nègre et l’amiral, Paris : Grasset, 1988.
  • 18 Chamoiseau Patrick, Chronique des sept misères, Paris : Gallimard, 1986.

29Par contre, Le Nègre et l'amiral17 de Raphaël Confiant n’a pas encore été traduit en anglais et nous doutons bien qu’il le soit de sitôt. La raison en est bien simple : ce « chroniqueur de la vie quotidienne martiniquaise » soumet la forme de la langue française aux mêmes processus morphologiques ayant rendu un Amos Tutuola célèbre. Il en brise systématiquement les règles créant ainsi un nouveau code tout à fait ouvert, qui n’est ni du français, ni du créole. Tout au long de ce récit, le français est frappé d’une extériorité. C’est une langue de parade qui sert essentiellement à épater les conquêtes amoureuses (39), et dans laquelle on convie l’être convoité à une valse. Elle bloque la créativité et stérilise l’imagination des artistes : l’écrivain Amédée passe des nuits entières à recopier la même phrase « dans l’attente anxieuse du déclic qui ouvrirait les vannes de l’imagination » (51). C’est une langue stérile, qui engendre des êtres esseulés, paralysés par une éducation bourgeoise (47). Dans La chronique des sept misères de Patrick Chamoiseau18, elle est décrite comme un code menaçant qui rappelle « le gendarme à cheval » et dont le seul usage tue les plans de manioc de Pipi.

30Ainsi, la modification de ces formes expressives est plus qu’un besoin stylistique ; c’est une condition nécessaire à la survie de l’acte de création. Le nègre et l’amiral se livre à des entorses de la forme française qui tantôt reprennent des usages créoles, tantôt relèvent d’un jeu dont le but essentiel est de démanteler l’emprise d’une norme littéraire française sur la littérature antillaise. La liste suivante a été compilée à partir d’anomalies morphologiques présentes dans le roman de Confiant.

31Certains éléments de cette liste tels « maquereller », « comportation », « braveté », « soulaison », « devant jour », « froidure », « dérespecter », « vitement », « drivailler », « embellie », « belleté », « dévergondation », « cacatoir » reflètent un usage créole martiniquais et introduisent l’arbitraire créole dans un récit fondé sur la norme française. D’autres tels « contentement », « calculation », ennuyance et « expériencé » font référence à des formes homophoniques anglaises que l’on pourrait entendre à la Trinité, en Jamaïque ou à la Barbade. Par contre, « causement », « la vendeur » s’attaquent ouvertement à la distribution de catégories fermées (genre et suffixation) de la langue française. Le texte littéraire, chez Confiant, ne se contente plus de suggérer. Il signale le contexte socio-culturel dont sont originaires les personnages, confronte les problèmes de domination linguistique et enfin affirme le lien entre la Martinique et les Antilles anglophones.

32Sa pratique linguistique radicalise les stratégies scripturales de Pluie et vent et s’insère dans le cheminement du projet anticolonialiste de Césaire. Création de nouvelles formes morphologiques, anglicismes et créolismes intentionnés forgent au roman de Confiant un nouveau style en marge des possibilités expressives de la norme française. En fait, la forte proportion de ces entorses formelles et sémiotiques redéfinit le statut de la langue française. Le monopole de la norme littéraire lui est usurpé et conféré à un registre aux multiples composantes sémiotiques. Ainsi, plutôt que de créolismes et d’anglicismes, on devrait parler de gallicismes. Enfin, si, comme le soutiennent certains linguistes, à chaque registre correspond une situation référentielle, force nous est de reconnaître que celle impliquée par les choix linguistiques de Chamoiseau recouvre les Antilles dans leur ensemble, à l’exclusion de la métropole britannique ou française.

Notes

1 Le code noir ou recueil des règlements rendus jusqu’à présent concernant le gouvernement, l’administration de la justice, de la police, la discipline, le commerce et le commerce des nègres dans les colonies françaises et les conseils et compagnies établis à ce sujet (Paris : Prault, Imprimeur et Libraire, MDCC.LXVIII) Basse Terre : Société d’histoire de la Guadeloupe, 1980.

2 Sala-Molins, Louis, Le code noir ou le calvaire de Canaan (Paris : Presses Universitaires de France, 1987) 90-105.

3 Calvet, L. Jean, La Guerre des langues, Paris : Payot, 1987.

4 Bernabé, Jean, Fondal-natal : grammaire basilectale approchée des créoles guadeloupéens et martiniquais (Paris : L’Harmattan, 1983.

5 Géache, Effe, Une nuit d’orgie à Saint-Pierre Martinique. Edition de l’annuaire, 1892.

6 Pour une analyse plus exhaustive de la production créole de cette période, nous renvoyons le lecteur à l’article de Lambert-Prudent, Félix, « Les problèmes d’émergence d’une littérature créole antillaise », Itinéraires et contacts de culture : Littératures insulaires Caraïbes et Mascareignes, Publications du Centre d’études Francophones de l’Université de Paris III. Vol. 3. Paris : L’Harmattan.

7 Hall, Robert, Pidgins and Creole Languages, Ithaca, N.Y.: Cornell University Press, 1966; Todd, Loretto, Modern Englishes: Pidgins and Creoles, Oxford: Basil Blackwell/André Deutsch, 1984.

8 Césaire, Aimé, Cahier d’un retour au pays natal (Paris : Présence Africaine, 1971) traduit par Emile Snyder.

9 Mudimbe, V. Y., The Intervention of Africa: Gnosis, Philosophy and the Order of Knowledge, Bloomington: Indiana University Press, 1988.

10 Cependant une difficulté persiste. Quels liens établir entre l’oeuvre monumentale, historique de Césaire et la personne de Césaire qui rentre en Martinique et devient maire de Fort de France. Comment concilier la pratique idéologique de l’écrivain à cette affirmation du politicien :
Tout discours politique est une oeuvre de réflexion, c’est une oeuvre conceptuelle, alors il faut que je le fasse en français. Voyez-vous le créole c’est le langue du folklore, des sentiments et de l’intensité.
La citation ci-dessus révèle un personnage plongé dans une politique politicienne. Elle ne correspond nullement au discours idéologique oppositionnel par lequel il s’est démarqué des écrivains Békés de la fin du siècle dernier.

11 Derek Walcott prend la défense de Césaire contre l’accusation d’une extériorité par rapport à la langue créole. Il soutient que si les éléments formels distinctifs du Cahier reflètent un usage normal des catégories distinctives de la langue française, il en est tout autrement des éléments indiciels, non orthographiés tels que l’accentuation et l’intonation (Communication personnelle). De même, les auteurs d'Éloge citent en note la thèse de doctorat « en cours » d’Annie Dyck (Université Antilles Guyane) à laquelle nous n’avons pas eu accès.

12 Bernabé Jean, Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant, Eloge de la créolité, Paris : Gallimard, 1989, 17.

13 Bellini Graziano, « L’écriture des libertés », Aimé Césaire ou l'athanor d’un alchimiste, Ed. Jacqueline Leiner, Paris : Editions Caribéennes, 1987.

14 Lirius Julie, Identité antillaise : Contribution à la connaissance psychologique et anthropologique des Guadeloupéens et Martiniquais, Paris : Editions Caribéennes, 179.

15 Halliday M.A.K., Introduction to Functional Grammar, London: Edward Arnold, 1989.

16 Schwarz-Bart Simone, The Bridge of Beyond, traduit par Barbara Bray. London : Heinemann, 1982.

17 Confiant Raphaël, Le nègre et l’amiral, Paris : Grasset, 1988.

18 Chamoiseau Patrick, Chronique des sept misères, Paris : Gallimard, 1986.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteur

University of Toronto.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540