Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses d’une utopie

 | 
Fulvio Caccia
, 
Jean-Michel Lacroix

I. L’origine en question

« Minorités, nation et République »

Ignacio Ramonet

Texte intégral

1Si j’ai accepté l’invitation faite par MM. Caccia et Lacroix, c’est d’abord pour deux raisons : la première tient à cette actualité sur laquelle je reviendrai tout à l’heure qui recoupe l’intérêt que nous portons, au Monde Diplomatique, à ces questions. La seconde est plus personnelle et relève de raisons biographiques. Je vous en dirai quelques mots.

2J’ai grandi dans une ville exemplaire de ce point de vue là : Tanger. Je suis moi-même espagnol et j’appartiens à la minorité galicienne qui possède sa propre langue : le galicien. La Galice se trouve au nord-ouest de l’Espagne autour de Saint-Jacques de Compostelle. Bien entendu, ma famille, mes parents ne parlaient entre eux que galicien. De plus, nous étions une minorité en Galice puisque, certains d’entre vous l’auront peut-être remarqué par mon propre nom, nous faisons partie de ces émigrants catalans, des descendants d’émigrants catalans. En Galice, c’était déjà un peu compliqué.

3Durant notre long séjour à Tanger, l’arabe était, bien sûr, la langue que l’on parlait dans la rue, mais dans notre quartier on parlait aussi beaucoup espagnol alors qu’à l’école primaire j’apprenais le français qui était pour moi une langue tout à fait exotique. La caractéristique forte de cette ville c’est qu’elle était multi-culturelle, pluri-culturelle, pluri-ethnique. Pour vous donner une idée du Tanger des années 50, d’avant l’indépendance, imaginez une ville où il y avait autant de lycées que de grandes communautés. Il y avait un lycée musulman, un lycée juif — la communauté juive y était importante — des lycées espagnol, français, italien, américain, et des églises, bien sûr, pour chacune d’entre elles, même lorsqu’il s’agissait de diverses communautés de même religion ; ainsi les catholiques, les Italiens, les Espagnols, les Français avaient la leur. Par conséquent on vivait dans des quartiers, en contact constant les uns avec les autres, où des communautés se constituaient autour de traits culturels communs. C’était tout à fait nécessaire, ne serait-ce qu’avec la communauté dominante par le nombre, c’est-à-dire la communauté des Marocains, qui était elle-même une minorité au sein du Maroc puisque Tanger faisait partie d’une zone internationale. Cette situation compliquait tout sur le plan politique car elle impliquait une hiérarchie toute particulière dans le gouvernement de la ville, et puis cette communauté était particulière au Maroc puisque c’était une partie de la communauté rifaine, différente de la communauté dominante au Maroc : c’était déjà une minorité.

4Bref, cet enchevêtrement de communautés, lorsque je le vois aujourd’hui, me paraît un énorme enrichissement puisque c’était une occasion d’apprécier des cultures dans ce qu’elles pouvaient avoir, je dirais, de plus euphorique ; de participer aux fêtes juives lorsqu’elles arrivaient — elles rythmaient notre vie — puisqu’elles étaient très importantes dans la ville, ou les fêtes musulmanes, ou les fêtes de chacune des communautés et même les fêtes américaines.

5Par ailleurs s’y ajoutait l’arrivée de cette culture de masse américaine qui a caractérisé les années 50 ; le cinéma, et dans la rue les voitures dominantes étaient américaines. Quand je suis allé pour la première fois aux Etats-Unis, j’ai retrouvé le Tanger de mon enfance puisque c’était une ville où il n’y avait que des grosses voitures, qui n’existaient pas en Europe. De magnifiques Cadillac, De Soto, Studetaker, Lincoln, servaient de taxis.

6Alors, dans la ville, a commencé la lutte d’indépendance ; j’ai assisté à cette guerre ponctuée d’attentats nombreux et je me souviens avoir vu, en revenant de l’école, six personnes assassinées à coups de couteau dans ma rue.

7Donc, j’ai vu à quel point des communautés très imbriquées les unes dans les autres, vivant très harmonieusement, fêtant les fêtes des autres et y participant dans la joie, pouvaient, pour des raisons de politique majeures, sérieuses, graves (il s’agissait de l’Indépendance du Maroc) arriver à s’entredéchirer. Et j’ai vu comment, chacune de ces communautés, si paisibles, si riantes, se crispaient autour de certains traits culturels, immédiatement fétichisés, vénérés, sacralisés, des traits comme la langue, la religion, la nourriture, la coutume, l’écriture, l’histoire, le passé. Chaque communauté se trouvant supérieure aux autres, l’orgueil, la fierté nationale devenait matière précisément d’identité ; ainsi des éléments perçus comme un enrichissement pouvaient devenir des éléments d’exclusion radicale, de hiérarchisation de la société, entre le groupe le plus noble — toujours le sien — et celui qui méritait simplement le mépris des autres. En l’occurrence, bien entendu, il s’agissait du plus nombreux, c’est-à-dire celui qui était dominant, celui qui était sur place et qui, lui-même, était discriminant. Et par la suite j’ai pu voir, par ma propre activité de journaliste, comment des villes qui avaient été extrêmement harmonieuses et multicommunautaires, s’étaient déchirées. L’exemple de Beyrouth est encore frais dans notre mémoire.

8J’ai pu donc mesurer dans ma propre trajectoire comment les deux aspects s’imbriquent et comment il est nécessaire d’arriver à réfléchir sur cette donnée ; ceci vaut, bien sûr, pour beaucoup de citoyens de l’Europe centrale, ayant vécu en Europe centrale. Je reviens de Budapest où les gens se souviennent encore des années 20, 30, 40. On me disait que dans certaines régions les habitants, sans quitter le lieu de résidence, ont changé à cinq ou six reprises de nationalité, parce que les frontières ont bougé. Dans la plupart des villes, diverses communautés avaient vécu pendant des siècles dans une relative harmonie pour s’entredéchirer, tout cela coïncidant avec l’apparition d’idéologies ou de systèmes de pensée politique tentant de supprimer tous ces éléments déclarés soudain archaïques.

9Avec l’effondrement du système politique autoritaire des pays de l’Est, nous avons vu ressurgir ces nationalismes, ces espèces de poussées identitaires qui nous laissent imaginer que des exclusions peuvent apparaître et que des discriminations sont déjà présentes à l’égard des minorités ; l’antisémitisme se répand de nouveau dans certaines régions d’Europe centrale, le racisme se manifeste de façon particulièrement virulente à l’égard des gitans qui sont environ 4 millions en Europe centrale. Et de l’actualité la plus immédiate je retiendrai Rajid Gandhi, assassiné par une minorité dans cette Inde qui se déchire en luttes communautaires, confessionnelles, Rajid Gandhi qui représentait un parti critiquable à bien des égards, mais qui étant le représentant d’une idéologie laïque et séculaire proposait la construction d’une Inde laïque et séculaire, son parti est le seul à le proposer, ce que ne font pas les autres, en particulier les minorités, les Sikhs, les Tamouls, sans parler des Indous et des Musulmans. La fuite de Mengistu, quant à elle, qui avait renversé Hailé Sélassié, représente bien le démembrement du millénaire empire éthiopien constitué d’un ensemble de peuples qui probablement, presque fatalement, se divisera, après la chute de ce régime tyrannique, autoritaire, répressif. L’Erythrée, le Tigré chercheront à construire un Etat différent, où les communautés seront représentées autrement.

10Aujourd’hui avec la disparition de cette idéologie qui tenait de façon robuste le monde de l’Est, on assiste à un double phénomène planétaire, fusion d’une part et fission d’autre part. La fusion dégage une énergie extraordinaire sur le plan psychologique, politique, économique qui est, par exemple, la fusion communautaire européenne, où l’on voit douze Etats-nations parmi les plus anciens comme la France, l’Angleterre, aller vers la constitution d’un ensemble mutlinational. Et cet ensemble-là dégage une telle énergie centripète qu’elle attire d’autres Etats-nations qui sont à la périphérie. On voit maintenant la demande de l’Autriche, de la Suède. Même la Suisse se sent tentée d’adhérer, comme beaucoup d’États démocratiques d’Europe centrale.

11Ce mouvement de fusion, ressenti plus spectaculairement par nous, n’est pas étranger à ce qui s’est passé à l’Est, mais on le voit également en Amérique du Nord — que vous suivez de plus près — avec ce projet de constitution de zone de libre-échange très important entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique. Avec, encore récemment le renforcement du pacte andin pour constituer une véritable zone de libre-échange. Avec un projet de constitution d’une union du Maghreb arabe entre les cinq États maghrébins. On voit qu’il y a dans telle ou telle région de la planète la volonté de constituer des groupes régionaux mieux intégrés, mais le modèle reste la communauté européenne.

12La fission, chacun la perçoit, concerne d’abord les Etats multinationaux ; il y a aujourd’hui deux fissions graves en Europe, par l’énergie qu’elles peuvent dégager : politique et de tous ordres. C’est, d’une part, la fission qui est en train de casser tout cet ensemble qu’était l’Union soviétique. Fission qui se perçoit dans plusieurs régions, en particulier dans la région balte, mais surtout au Caucase. Au Caucase qui était une région où les minorités vivaient imbriquées, on croyait qu’après soixante-dix ans de régime soviétique ces minorités avaient appris à vivre ensemble ; on voit en fait que l’énergie, la fantastique énergie des nationalismes a survécu pour promouvoir ce type d’exclusion, cette recherche d’un Etat-nation, d’une indépendance, d’une souveraineté, qui peut conduire à certaines injustices.

13Cette fission, on la voit encore plus près en Yougoslavie qui est en train de se démembrer sous nos yeux ; on la voit en Tchécoslovaquie, avec la Slovaquie à la recherche d’une identité plus marquée du point de vue politique.

14On voit cette fission au Canada avec maintenant l’affirmation du Québec comme société distincte qui fait courir un risque à la Fédération canadienne. Des phénomènes de fusion recoupent et redoublent ceux de fission. Et, à chaque fois, ces phénomènes-là traversent le sujet qui nous concerne, car il s’agit de faire vivre ensemble ou non des communautés qui ont des particularités culturelles différentes.

15Alors les grandes fissions, les grands malheurs de ce monde mettent en mouvement des masses humaines comme on l’a rarement vu dans l’histoire de l’humanité. Les migrations récentes sont de type biblique, c’est-à-dire, pour vous donner un exemple, l’Allemagne fédérale, l’Allemagne de l’Ouest, a vu arriver en moins d’un an environ un million et demi de citoyens venus de l’Est. La Turquie a vu arriver 350 000 Turcs bulgares en quelques semaines. Ce sont deux exemples, mais actuellement 200 000 Polonais vont toutes les semaines en RDA, ils vont faire des courses, acheter et reviennent. Il y a environ 200 000 Polonais qui émigrent par an.

16La récente décision, prise en Union soviétique, qui autorise les Soviétiques à voyager, fait craindre que les Soviétiques, environ 6 millions disent les uns, 10 millions disent les autres, n’émigrent. Ce sont des masses considérables. L’Ouest serait malvenu de critiquer cette décision puisque, pendant soixante-dix ans, il a réclamé du gouvernement de l’Union soviétique la liberté de voyager et la liberté de déplacement pour les citoyens soviétiques. Donc, une fois qu’elle est accordée, il faut se réjouir, mais je crains que les gouvernements des pays de l’Ouest ne puissent se réjouir de la perspective de voir arriver des millions de Soviétiques désirant s’installer dans les sociétés de l’Ouest. Or, du Sud, de l’Est, arrivent en particulier aujourd’hui, comme hier — mais aujourd’hui de manière tout à fait pressante et considérable — des groupes humains qui cherchent à survivre tout simplement, qui fuient des guerres civiles épouvantables comme on en a rarement connues à l’époque récente — je fais allusion à celle du Libéria par exemple ou à celle de la Somalie — ou bien des famines, des drames, des cataclysmes naturels. Arrivent en Europe en particulier des communautés qui renouent avec des traditions communautaires déjà existantes, je pense aux Polonais par exemple qui en arrivant en France trouvent déjà une communauté polonaise importante.

17La question se pose : comment ces communautés seraient-elles intégrées ?

18La question est d’une telle actualité que, vous le savez, pour la première fois dans l’histoire politique de la France, le nouveau gouvernement comporte un ministre de l’intégration. La question de l’intégration est maintenant une question politique de premier ordre et, d’ailleurs, la particularité spectaculaire de ce ministère, c’est d’avoir un ministre de l’intégration originaire du Sud, par conséquent immigré, naturalisé français aujourd’hui : M. Yamgnane qui, dans sa première déclaration, disait que la France « ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Intéressant ! C’est pourquoi vos travaux nous intéressent au premier point (je parle, bien entendu, en tant que journaliste), intéressent les hommes politiques, car nous voulons savoir comment, en fonction de telle ou telle mesure prise dans certains pays, comment ces populations peuvent être intégrées ? Faut-il que ces communautés conservent des traditions culturelles spécifiques ? Faut-il figer ces traditions culturelles ? Faut-il refuser que ces communautés conservent leurs traditions culturelles ? C’est un problème auquel il est difficile de répondre.

19J’avais fait moi-même une enquête longue et relativement approfondie sur les Hispaniques des Etats-Unis, qui sont aujourd’hui entre 22 et 25 millions et je m’étais déplacé en particulier autour des trois centres les plus importants de localisation des Hispaniques aux Etats-Unis puisqu’ils sont essentiellement dans la région de New-York, de Californie et en Floride. Vous savez, puisque l’on parle de modèle nord-américain, que les communautés ethniques ou culturelles aux Etats-Unis ont tendance à réaffirmer précisément le droit de maintenir et de prolonger indéfiniment leurs traits culturels. Et j’avais vu à quel point ces traits culturels étaient entretenus. Les Portoricains de New-York, ce n’est un secret pour personne, ne se donnent pas la peine d’apprendre l’anglais car dans les quartiers portoricains on peut vivre en espagnol, avoir des écoles où l’on continue d’apprendre l’espagnol, avoir des centres de loisirs en espagnol, des journaux, des télévisions en espagnol. La 4e chaîne nationale en importance des Etats-Unis est une chaîne en espagnol et elle n’est pas la seule.

20J’avais vu à quel point ce culte des racines est puissant comme d’ailleurs la volonté de les maintenir indéfiniment, ce qui est relativement surprenant pour nous Européens. En Californie, de la même façon, les Chicanos dont certains d’entre vous sont de grands spécialistes, ont même un mythe des origines, avec une véritable structuration de l’histoire, de leur installation et de leur permanence dans la région qui d’ailleurs correspond à une vérité historique pour les plus anciens.

21Mais j’avais pu aussi constater à quel point cette communauté hispanique était elle-même clivée, que ces trois points de localisation étaient des points qui s’ignoraient, que les Chicanos n’ont pas de rapport avec les Portoricains, qu’ils n’ont aucun rapport avec les Cubains de la Floride.

22Par conséquent, on retrouve aux Etats-Unis une sorte de clivage des origines latino-américaines alors que l’une des difficultés de la plupart des Etats latino-américains, déjà en soi, c’est l’existence d’une communauté nationale, c’est la prise de conscience d’un Etat-nation que beaucoup d’Etats latino-américains sont d’ailleurs aujourd’hui en train de construire.

23Bref, je voyais dans cette fidélité aux racines tant un aspect passionnant, que restrictif car finalement on s’organisait pour vivre en minorité à tout jamais, soit en citoyens pittoresques, relativement secondaires, sans la volonté, ne serait-ce qu’en raison du nombre, de s’élever dans les milieux du pouvoir. Si aujourd’hui en France la réflexion est engagée en la matière, cette réflexion passe par la fidélité à un certain nombre de principes républicains. Ces principes sont essentiellement l’affirmation de la laïcité, l’affirmation que la confession est de l’ordre du privé et que la laïcité est de l’ordre du domaine public. Un principe sur lequel peu de citoyens sont prêts à revenir ; il y a un consensus national sur ce plan.

24Il est parfois important de le rappeler. On a vu d’ailleurs le pouvoir politique s’interroger ; pour ceux d’entre vous qui suivent les affaires françaises, vous vous souvenez de l’affaire du voile islamique. L’école était concernée directement, l’école qui est dans la mythologie républicaine française un lieu particulièrement sensible, puisque c’est le lieu de la formation de la citoyenneté républicaine.

25Le deuxième élément à considérer c’est celui précisément du rôle des citoyens. L’Etat ne se détermine pas en fonction des minorités, il n’est pas structuré en fonction des citoyens, le pouvoir de l’Etat vient des citoyens. C’est chaque citoyen qui, individuellement, intervient dans la définition de la nation. La nation, pour la république française, c’est le rassemblement des citoyens. Ce n’est pas le rassemblement des communautés. Le problème nouveau qui est posé aujourd’hui est celui de l’existence de communautés récentes qui ont des traits culturels affirmés. Je pense néanmoins que les hommes de bonne volonté dans ce pays sont l’immense majorité ; je crois que le principe de la citoyenneté est un principe que l’on réaffirme et qui est à réaffirmer.

26Je crois enfin que l’idée de l’Etat-nation est un concept sur lequel on n’est pas près de revenir. On l’a vu récemment à propos de ce débat majeur sur le peuple corse. Le peuple corse, composante du peuple français. Le Conseil constitutionnel a estimé que si il y avait un peuple il ne pouvait pas y en avoir deux. Je ne dis pas que le Conseil constitutionnel ait raison philosophiquement ; il a tranché politiquement, sans doute, en fonction de ce qu’est la lettre et l’esprit de la Constitution. Mais cela montre bien à quel point le problème se pose et il est résolu en fonction d’une tradition. Cette tradition qui tient à ceci : laïcité, citoyenneté et Etat-nation.

  • 1 Texte retranscrit à partir de l’allocution d’ouverture.

27Nous sommes engagés aujourd’hui, en Europe, dans la construction de la communauté européenne ; cette construction donne lieu à ce débat parce qu’il y a une construction de la démocratie qui passe par le respect des communautés structurées en tant que telles. C’est le cas dans divers pays de l’Europe : en Grande-Bretagne ou en Belgique sans aller plus loin, dans les pays qui sont en partie francophones. Ce n’est pas le cas de la France et, par conséquent, ce débat se posera dans le projet de construction européenne. Je reste, pour ma part, persuadé que les principes de la République française ont fait leurs preuves au cours de l’histoire. Si la France est le seul pays d’Europe qui ait assimilé des minorités, qui ait intégré des minorités nationales d’une telle importance et avec une telle réussite, ce n’est pas un hasard. S’il convient d’étudier des modèles autres il faudrait aussi que les autres se penchent sur le modèle français.1

Notes de fin

1 Texte retranscrit à partir de l’allocution d’ouverture.

Auteur

Directeur du Monde Diplomatique.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540