Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne. De la division à l'unité

 | 
Henri Ménudier

VI. Nouveau contexte international

L’unification allemande : un nouveau défi pour l’OFAJ

Roland Kaehlbrandt

Texte intégral

  • 1 Joseph Rovan, Revue d’Allemagne, 1972, Nr. 3, p. 701.

1Cette définition du rôle de l’OFAJ, inscrite dans les directives de l’institution, n’avait trouvé, jusqu’en décembre 1989, qu’une application limitée, les jeunes Allemands de l’Est étant exclus de « la plus grande migration des peuples jamais organisée en temps de paix par des moyens et avec des intentions pacifiques »1 que constitue la rencontre de cinq millions de jeunes Français et Allemands depuis la création de l’Office en 1963.

2Or, l’ouverture de la frontière interallemande et la perspective d’une éventuelle confédération ou même fédération allemande laissaient espérer que l’OFAJ pourrait enfin jouer pleinement son rôle en intégrant les jeunes Allemands de l’Est dans l’échange des jeunes Français et Allemands de l’Ouest.

3Face à cette nouvelle et surprenante perspective, la réaction du Conseil d’administration de l’OFAJ fut rapide et claire. Déjà le 12 décembre 1989, le Conseil décida que désormais 50% des Allemands participant aux programmes subventionnés par l’OFAJ pouvaient venir de la RDA. Comme réponse aux bouleversements politiques dans les autres États de l’Europe de l’Est, le Conseil autorisa la participation des jeunes de ces pays aux « programmes trinationaux », réservés dans le passé aux seuls ressortissants des pays de la Communauté Européenne.

4Rappelons, pour comprendre l’importance politique de ces décisions pour les relations franco-allemandes, que les co-présidents du Conseil d’administration de l’OFAJ sont les ministres français et allemand de la Jeunesse ; à côté des associations de la jeunesse et d’autres représentants de la vie culturelle des deux pays, les Länder, les ministères des Finances et des Affaires étrangères y ont un siège.

  • 2 Freie Deutsche Jugend, Jeunesse communiste est-allemande.

5La réaction de l’OFAJ était donc caractérisée par une très grande clarté dans un contexte historique incertain. S’y ajoutaient alors les problèmes de l’échange de jeunes au niveau de l’organisation et du financement : quel serait le futur paysage des organisations partenaires de l’OFAJ, côté est-allemand (associations de jeunesse, instances scolaires, universités etc.) ? La FDJ2, organisation compromise par son caractère idéologique et centralisateur, risquait-elle de perpétuer sa tutelle sur la jeunesse est-allemande ? Les dotations gouvernementales pour l’OFAJ ayant été fixées dès le printemps 1989 pour l’année 1990, y aurait-il des problèmes de financement en cas d’une rapide extension des échanges franco-allemands à l’Est  ?

6Les événements politiques du printemps 1990 allaient apporter une première réponse à ces questions, notamment les premières élections libres du 18 mars en RDA. Il était alors prévisible qu’on s’orientait vers l’unification des deux États allemands. Aussi le Conseil d’administration de l’OFAJ, réuni le 19 juin 1990 à Bad Honnef, fut-il à l’image de cette nouvelle donne. Pour la première (et dernière) fois, trois ministres de la jeunesse étaient présents lors des délibérations : le nouveau ministre est-allemand, Mme Cordula Schubert (CDU), était l’invitée du Conseil et signa avec ses homologues ouest-allemand et français une déclaration commune qui confirma la nouvelle tâche de l’OFAJ:

« […] Les Ministres chargés de la Jeunesse de la République française, de la République fédérale d’Allemagne et de la République démocratique allemande déclarent au regard des évolutions actuelles en Allemagne que l’Office franco-allemand pour la Jeunesse est investi d’une nouvelle et importante tâche en direction des jeunes de la République démocratique allemande.

Ils invitent l’Office franco-allemand pour la Jeunesse à prendre activement en compte ce développement politique, et à rechercher conjointement avec les responsables politiques les moyens d’étendre à la RDA les échanges de jeunes réalisés dans le cadre de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse.

Les Ministres chargés de la Jeunesse de la République française, de la République fédérale d’Allemagne et de la République démocratique allemande sont convaincus du fait que l’unification de l’Allemagne doit conférer aux activités de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse une nouvelle dimension. »

7Cette déclaration abolit la « formule des 50% ». à partir du 19 juin 1990, l’OFAJ avait acquis une entière compétence pour les jeunes Allemands de l’Est. Fort de cette incitation venant de haut lieu, l’OFAJ pouvait préparer activement le terrain de l’intégration est-allemande. De plus, le Conseil approuva les « orientations 1991 » présentées par le Secrétaire Général, Gert Hammer, qui comprennent une importante série de mesures devant permettre à moyen terme l’intégration des jeunes Allemands de l’Est dans l’échange franco-allemand de jeunes :

  1. Campagne intensive d’information dans les médias et dans les institutions de formation scolaire et extrascolaire de la RDA sur les programmes de l’OFAJ.

  2. Augmentation de l’offre de stages de formation et de perfectionnement à la pédagogie de l’enseignement des langues et à la pédagogie des échanges, à l’intention des futurs responsables et animateurs des rencontres franco-allemandes.

  3. Coopération étroite pour la définition des contenus de programmes avec tous les organisateurs en RDA.

  4. Perfectionnement des enseignants de français en RDA à la didactique de l’enseignement du français dans le domaine extrascolaire et aux réalités françaises.

  5. Augmentation de l’offre de programmes de découverte des réalités politiques, sociales, culturelles et des systèmes de formation en France et en RFA (en prolongement des rencontres à recrutement ouvert) dans le secteur extra-scolaire et dans le sport, aussi pour les multiplicateurs.

  6. Échanges scolaires (aussi pour les élèves qui n’apprennent pas le français).

  7. Intégration des étudiants de RDA dans la coopération en milieu universitaire.

  8. Offre accrue de bourses pour stages linguistiques et stages pratiques.

  9. Développement des échanges de jeunes dans le cadre des jumelages de villes.

  10. Intégration des jeunes en formation professionnelle et des jeunes travailleurs de la RDA dans les échanges. Échanges de journalistes.

8C’était là un vaste programme demandant encore un certain nombre de précisions et posant surtout le problème du budget 1991. Quant aux priorités à donner à ces dix lignes d’action, il était évident qu’il fallait tout d’abord nouer et faciliter les contacts avec les nouvelles associations qui était en train de se constituer au delà de l’Elbe. Avec la constitution du Bund demokratischer Jugend, la tutelle du FDJ prenait fin au profit du pluralisme souhaité. Les discussions menées entre les grandes associations de jeunesse ouest-allemandes et les nouvelles associations est-allemandes laissaient prévoir l’unification de la majorité d’entre elles. La création d’un grand nombre d’« Associations franco-allemandes » en RDA témoignait de la volonté de nombreux citoyens de s’engager dans la relation franco-allemande. En étroite coopération avec ses partenaires français et ouest-allemands, l’OFAJ a donc contacté ces nouvelles organisations pour jeter les bases d’un futur échange avec les jeunes Allemands de l’Est. Cette priorité était d’autant plus justifiée qu’une grande partie des rencontres franco-allemandes est proposée par les organisations de la jeunesse. Quant aux écoles, qui revêtent, elles aussi, une importance décisive pour l’échange franco-allemand – l’échange scolaire rassemblant la majorité des jeunes au niveau de l’échange franco-allemand – l’inexistence des Länder rendait impossible la coopération classique entre l’OFAJ et les administrations compétentes. Pour parer au plus pressé, il fut décidé que les écoles pourraient alors adresser provisoirement leurs demandes directement à l’OFAJ. Il en allait de même pour les universités, à la différence près que pour celles-ci la procédure des demandes directes était déjà de règle.

9Or, la modification des associations de jeunesse à l’Est, les problèmes de visa et le manque de devises avaient pour conséquence que la participation des Allemands de l’Est aux activités franco-allemandes était faible jusqu’à l’été 1990. Mais lorsque le Conseil d’administration de l’OFAJ se réunit le 8 novembre à Lille, l’on comptait déjà plus de 1.000 cadres et jeunes Allemands de l’Est dans plus de 100 programmes franco-allemands, notamment dans le domaine de la formation pédagogique et linguistique.

10Un premier début avait donc réussi. Le Conseil dut alors définir les prochaines étapes et fixer un budget permettant leur réalisation. Le sommet franco-allemand de septembre 1990 avait donné le ton : « Il est de notre devoir, » avaient notamment déclaré François Mitterrand et Helmut Kohl, « de soutenir la coopération culturelle et particulièrement les échanges de jeunes avec cette partie de l’Allemagne pour accélérer l’intégration de millions d’hommes dans notre communauté de valeur après des décennies d’isolation contrainte et d’endoctrinement. » Le Conseil approuva alors une liste plus détaillée de mesures en faveur de l’intégration des jeunes Allemands de l’Est, prévoyant notamment que :

  • Les groupements et institutions des nouveaux Länder pourront, au même titre que les autres Länder allemands, adresser des demandes de subvention à l’OFAJ pour des programmes d’échanges franco-allemands.

  • Au cours de six manifestations régionales prévues dans chacun des cinq Länder et à Berlin (Est) de janvier à avril 1991, l’OFAJ informera ses futurs partenaires des secteurs jeunesse extra-scolaire, scolaire, universitaire, sportif, formation professionnelle et travail linguistique des possibilités d’action.

  • Des « bourses de partenaires » seront organisées pour permettre de trouver des partenaires français.

  • La participation de responsables des nouveaux Länder à des réunions de regroupement en France et en Allemagne sera de règle.

  • Des réunions d’information pédagogique et des séminaires de formation pour les échanges dans les secteurs « jeunesse, sport, jeunes professionnels et université » seront organisés en commun avec des Allemands de l’Ouest et des Français.

  • Des programmes linguistiques spécifiques en vue d’une préparation aux échanges seront proposés.

  • Des stages de formation pour les enseignants du secteur extrascolaire seront proposés.

  • Des stages de formation pour les animateurs de groupe et les animateurs linguistiques devront permettre de diminuer les barrières linguistiques.

  • Des mesures transnationales destinées à l’amélioration du niveau de qualification des jeunes en début de carrière seront proposées dans les nouveaux Länder en coopération avec le Fonds Social Européen.

  • L’information sera accentuée par la publication de brochures-conseil, par un travail de relations publiques et par des voyages de journalistes.

11Étant donné les énormes difficultés de communication avec les nouveaux Länder (télécopie inexistante, lignes téléphoniques surchargées, services postaux insuffisants), il fut décidé d’ouvrir, pour la durée de la campagne d’information à l’Est, un bureau provisoire à Berlin-Est.

12Mais encore fallait-il donner à l’OFAJ les moyens financiers de sa politique. Aussi les gouvernements français et allemands – représentés par le Secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports, Roger Bambuck, et le Ministre pour la Jeunesse, la Famille, les Femmes et la Santé allemand, Mme Ursula Lehr – accordèrent-ils une augmentation de 8 millions de francs pour les contributions gouvernementales française et allemande au budget 1991 de l’OFAJ.

13Depuis janvier 1991, l’OFAJ s’est lancé dans une « tournée d’information » pour le grand public et les futurs partenaires de l’Office dans les nouveaux Länder. Le très vif intérêt rencontré à Berlin-Est, Dresde, Erfurt, Magdebourg, Schwerin et Potsdam est très prometteur. Des centaines de futurs organisateurs d’échanges franco-allemands ont participé aux journées d’information de l’OFAJ et nombreux sont ceux qui ont pu, sur place, entamer une coopération avec des organisations françaises présentes. Cette nouvelle vague de contacts devrait permettre une plus grande accélération de la coopération avec l’Est.

14Mais l’encouragement vient aussi du côté gouvernemental : le nouveau ministre de la Jeunesse allemand, Mme Angela Merkel, a accordé en mars 1991 un fonds spécial de 1,2 million de Deutsche Marks (4 millions de francs) destiné à diminuer les frais de participation des jeunes Allemands de l’Est.

15Face aux changements intervenus à l’Est, la tâche de l’OFAJ est de faciliter les rencontres entre jeunes Français et Allemands de l’Est, afin que se forme le même esprit de compréhension, de coopération et de solidarité qui a caractérisé les échanges franco-allemands depuis de longues années. C’est là une tâche importante, nécessitant un effort particulier de l’institution et de ses partenaires. Enfin, n’oublions pas que cet effort ne vise pas seulement les relations franco-allemandes. Ces dernières constituent aujourd’hui un champ d’apprentissage interculturel pour l’Europe. Préparer les jeunes Français et Allemands aux grandes ouvertures européennes, notamment au grand marché européen, avec son nouvel élan de mobilité, tel est l’objectif global de l’Office pour les années à venir, tel est son rôle dans une Europe qui change.

Bibliographie

OFAJ : Directives

OFAJ : Orientations 1990/91

OFAJ actuel, no 1, mars 1991

Dialogue, no 1, janvier 1991

Notes

1 Joseph Rovan, Revue d’Allemagne, 1972, Nr. 3, p. 701.

2 Freie Deutsche Jugend, Jeunesse communiste est-allemande.

Auteur

Etudes de français, allemand, espagnol et ethnologie à Cologne et Paris. Doctorat en linguistique française, lecteur d’allemand à l’Institut d’Allemand d’Asnières (1985-90), directeur de la Maison Heinrich Heine, Paris (1988-90), depuis mai 1990 chef du service d’information et de relations publiques de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540