Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne. De la division à l'unité

 | 
Henri Ménudier

VI. Nouveau contexte international

La politique culturelle à l’étranger après l’unité

Barthold C. Witte

Texte intégral

Un domaine essentiel

1À peine son unité retrouvée, voilà l’Allemagne déjà emportée dans les tourmentes de la politique mondiale qui caractérisent cette époque de bouleversements. Parmi les sujets les plus importants : la guerre au Moyen-Orient, la crise en Union soviétique, mais aussi le développement de la Communauté européenne, la réduction des armes nucléaires, la crise de la dette dans le tiers monde, les négociations du GATT. Ce que tout d’abord l’euphorie, puis la mobilisation entraînée par les négociations suivant l’unification après la chute du Mur avaient occulté dans la conscience des Allemands, réapparaît maintenant clairement : les événements en Allemagne et autour de l’Allemagne font partie des mouvements tectoniques du monde et le titre « Fin du conflit Est-Ouest » ne suffit pas à les décrire.

2Sous la pression de ces circonstances, le débat sur les lignes directrices de la politique étrangère de l’Allemagne unie court le risque de se limiter aux problèmes que soulève la gestion de la crise actuelle. Les nouvelles quotidiennes de la guerre n’ont pas seulement pour effet inattendu de rouvrir des plaies (de l’âme allemande) qui ne sont toujours pas cicatrisées. Elles se superposent aussi à la question – au moins tout aussi importante pour l’Allemagne et l’Europe – de savoir quelle est la place que l’Allemagne unie, dont le poids politique s’est accru sur la scène internationale, va occuper dans le système de l’équilibre européen et mondial qui s’est péniblement construit pendant des décennies, alors que l’Union soviétique est en train de se retirer des affaires politiques mondiales.

3C’est précisément cette question que je voudrais traiter ici aujourd’hui. La politique culturelle à l’étranger représente un domaine essentiel et reconnu de la politique étrangère. La politique culturelle a certes été négligée jusqu’ici, mais elle est un élément de l’intégration européenne dont l’importance est en train de croître rapidement. Les différents aspects de la coopération culturelle internationale – culture au sens étroit du terme, langue, éducation et sciences, médias, rencontres humaines – reflètent donc les problèmes de la politique étrangère et contribuent à leur solution.

4Cette coopération est naturellement déjà précieuse en soi, parce qu’elle réunit les hommes par-delà les frontières, élargit leur horizon, les enrichit intellectuellement et moralement et aide ainsi les citoyens à jouir d’un surcroît de liberté. Mais grâce à ce processus et grâce au soutien que l’État apporte à la liberté des citoyens au-delà des frontières en encourageant par exemple des programmes et des projets pour écarter les obstacles, cette coopération culturelle prend inévitablement une dimension politique. D’un point de vue européen aussi bien que mondial, l’une des tâches essentielles de la politique culturelle à l’étranger, en cette époque des droits de l’homme et des citoyens, consiste précisément à réaliser ces droits et libertés dans le domaine culturel, en affirmant la liberté de la culture et de l’information, de la recherche et de l’enseignement et en particulier la liberté des hommes de se rencontrer par-delà les frontières.

5Il n’y a donc pas que les intérêts nationaux qui entrent en ligne de compte quand il est question de politique culturelle à l’étranger – cela d’autant moins que la musique, les beaux-arts, la recherche scientifique et les programmes de télévision ont depuis longtemps dépassé leurs origines nationales pour devenir internationaux. Mais ces intérêts nationaux jouent aussi un rôle. Comme nous le savons tous et comme nous en faisons quotidiennement l’expérience, il existe toujours, en dépit de l’européanisation et de l’internationalisation, une politique étrangère allemande spécifique, dont fait partie la politique culturelle allemande à l’étranger. La question à poser à la politique culturelle de l’Allemagne après l’unification est la suivante : va-t-on tout simplement continuer ce que la politique de Bonn a développé pendant quatre décennies ou bien y aura-t-il des changements ? Continuité ou changement – ou les deux en même temps ?

La continuité

6Tout d’abord, la continuité. Les lignes fondamentales de la politique étrangère allemande restent inchangées ; c’est la volonté du gouvernement fédéral et de la grande majorité des députés du nouveau Bundestag. Les électeurs ont confirmé pour toute l’Allemagne, le 2 décembre 1990, que ce sont, non pas les orientations de l’ancienne R.D.A., mais les décisions fondamentales de l’ancienne République fédérale d’Allemagne qui doivent être adoptées : claire appartenance à l’Ouest, européen et atlantique, en étant membre de la Communauté Européenne et de l’OTAN, coopération ouverte avec l’Est désormais engagé dans de profonds changements, soutenue par des accords bilatéraux et le processus de la C.S.C.E., et engagement explicite en faveur des nécessités de développement dans le Sud. Les liens européens et atlantiques ne doivent pas se dénouer et ne se dénoueront pas non plus, les Allemands ne doivent pas s’engager à nouveau dans une « voie particulière » et ne s’y engageront pas non plus. C’est le désir exprimé par les électeurs.

7Cela signifie pour la politique culturelle à l’étranger que, sur le fond, nous continuerons comme par le passé. La tâche à accomplir reste double : d’une part poursuivre le resserrement des liens de la coopération culturelle entre les hommes et les peuples au service de la paix et de la liberté, d’autre part, y insérer l’Allemagne et les Allemands en tant que voisins fiables, partenaires et co-organisateurs. Voilà les objectifs auxquels sont vouées les activités internationales de l’Institut Goethe et de ses 161 filiales, d’environ 550 écoles et établissements scolaires que nous soutenons de par le monde, ainsi que les milliers de bourses de recherche, d’enseignement et d’études accordées par différents organismes, comme l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) et la Fondation Humboldt, les offres de matériel imprimé et audiovisuel qu’Inter Nationes diffuse par millions, les nombreuses expositions de l’Institut pour les relations étrangères, les programmes des fondations politiques qui se multiplient rapidement à l’Ouest et à l’Est, les échanges de jeunes de plus en plus nombreux, tout cela contribuant à diffuser la langue allemande et à mieux faire connaître l’Allemagne, et bien d’autres choses encore.

8La politique culturelle poursuit donc non seulement les mêmes buts globaux mais maintient aussi sa structure de travail éprouvée, qui consiste à transférer la plupart des programmes à des organisations de médiation largement autonomes. De même, les priorités régionales de la politique culturelle que nous menons depuis longtemps dans le monde entier ne subiront dans l’ensemble pas de changement, à l’exception du renforcement rapide de notre engagement en Europe centrale et orientale, y compris l’Union soviétique, sur lequel je reviendrai plus longuement. Je me bornerai maintenant à dire ceci : ce renforcement a déjà commencé avant l’unification de l’Allemagne avec les prémices de la libéralisation, tout d’abord en Pologne et en Hongrie, et depuis 1987 aussi en Union soviétique. Depuis lors, et surtout dans la foulée de l’unification allemande, on n’a cessé de me demander si ce nouvel accent ne se ferait pas au détriment d’autres régions de l’Ouest et du Sud. Cette interrogation traduit l’inquiétude éprouvée par nombre de personnes qui craignent que les Allemands se détournent de leurs anciens amis en raison de la priorité désormais donnée à l’Est.

9Cette inquiétude est dans l’ensemble sans fondement, et cela vaut également pour la politique culturelle à l’étranger : tous les projets poursuivis jusqu’ici avec l’Europe de l’Ouest et les deux Amériques, avec l’Afrique et l’Asie continuent. Pas un seul Institut Goethe ne sera fermé a cause de l’ouverture de nouveaux instituts en Europe centrale et orientale, et les écoles allemandes à l’étranger ne souffriront pas de notre engagement croissant dans le système scolaire de nos partenaires orientaux. Ici et là, les offres de bourses générales ont diminué, mais seulement parce que nous nous concentrons sur l’offre de programmes ciblés, destinés notamment aux États-Unis, à la France, à l’Amérique centrale et à l’Afrique du Sud. Mis à part ces programmes politiquement nécessaires, il est vrai que nous n’avons pas pu et ne pouvons pas augmenter ces moyens dans les pays de l’Ouest et du Sud, et il en sera encore ainsi pendant un certain temps. La croissance réelle totale du budget culturel du ministère fédéral des Affaires étrangères profite depuis 1988 à la région de l’Europe centrale et orientale. L’utilisation de ces moyens sera décrite plus loin.

10Je voudrais tout d’abord souligner que le retard imposé par la division idéologique et politique de l’Allemagne aux relations culturelles traditionnellement étroites avec cette région pourra enfin être rattrapé. Les statistiques de notre budget culturel pour 1987 établies pour les différents pays illustrent l’importance de ce retard. Cette année-là, c’est-à-dire avant que l’Europe centrale et orientale ne commencent à s’ouvrir, le budget global de l’époque prévoyait :

  • pour l’Europe occidentale 14%, dont 4,3% rien que pour la France et 2,5% pour la Grande-Bretagne,

  • pour l’Europe du Sud 15,5%, dont 4,6% pour l’Italie et 4,7% pour l’Espagne,

  • pour l’Europe orientale 3,8%, dont 1,1% pour la Pologne et 0,5% pour l’Union soviétique.

11Ce qui se produit en ce moment n’est donc rien d’autre qu’un retour à la normalité européenne et ne préfigure en aucun cas le tracé d’une « voie particulière » vers l’Est.

12Continuité n’est certes pas synonyme d’encroûtement. Même des chiffres identiques masquent souvent une évolution, non seulement au niveau des instruments et des méthodes, mais aussi des objectifs. L’évolution la plus importante est la suivante : c’est en effet avec une intensité accrue que nous aspirons maintenant à passer de la présentation de nos conceptions respectives au dialogue et à l’échange entre partenaires, pour arriver à ce que j’appellerai la troisième dimension de la politique culturelle moderne à l’étranger, c’est-à-dire à l’établissement de liens durables basés sur des institutions et des projets communs. Dans ce domaine, comme dans les autres d’ailleurs, l’exemple franco-allemand est particulièrement instructif. À l’image de l’Office franco-allemand pour la jeunesse, cet ancien modèle de coopération qui a été un plein succès et que l’on qualifierait aujourd’hui de projet pilote, nous avons mis en route ces dernières années toute une série de projets communs de ce type :

  • le programme de bourses « Procope » orienté vers la recherche, le Collège franco-allemand pour l’enseignement supérieur et l’Institut universitaire de Sarrebruck-Metz en tant que promoteur et responsable de la création de filières d’études intégrées dont les examens sont reconnus de part et d’autre,

  • le Haut-Conseil culturel franco-allemand,

  • le programme de télévision européenne à finalité culturelle, connue sous l’appellation maladroite de « canal culturel », qui sera tout d’abord diffusé par des chaînes des deux pays et qu’il est prévu de lancer encore cette année.

13Ce qui est ici encore un modèle pourra et devra être appliqué à la fois à la coopération bilatérale avec d’autres pays et à la dimension multilatérale, en particulier à la dimension européenne – la télévision par exemple. C’est ce qui se pratique déjà depuis longtemps avec la Grande-Bretagne par l’intermédiaire de la fondation germano-britannique chargée d’étudier les problèmes de la société industrielle, depuis quelques années en Italie, grâce au centre commun de rencontres à la Villa Vigoni, depuis quelques mois aux États-Unis où des centres d’études allemandes et européennes ont été créés dans trois universités américaines réputées, et prochainement en Pologne avec l’ouverture d’un Office de la jeunesse germano-polonais. Les programmes de la Communauté européenne vont dans le même sens, le plus important étant le programme de bourses connu sous le nom « d’Erasmus », qui est devenu très rapidement populaire. On pourrait faire beaucoup d’autres choses encore. Ce domaine ouvre un vaste champ de possibilités aux imaginations constructives. Pourquoi ne pas lancer de tels projets communs, non seulement entre les pays industrialisés mais aussi en faveur des pays en développement ? Et les instituts culturels des pays européens ne pourraient-ils pas œuvrer sous un même toit, tantôt ensemble, tantôt en concurrence pacifique ?

14J’interromps ici le cours de ces pensées et reviens à mon propos initial : l’évolution qualitative au sein d’une continuité quantitative. Elle n’est possible qu’à condition que ce qui existe ne soit pas simplement perpétué, mais aussi régulièrement examiné d’un oeil critique pour que le meilleur puisse l’emporter. J’admets franchement que sur ce point je ne suis pas satisfait de nos résultats. La consolidation des objectifs et structures de notre politique culturelle à l’étranger, qui est en soi une bonne chose, a cependant développé dans de nombreux domaines une mentalité soucieuse de préserver le statu quo, qui règne malheureusement presque partout dans le monde administré.

15Il est certainement plus facile d’innover, même en période de rigueur budgétaire, que d’abolir des acquis révolus. Aussi à force de planifier des tâches et des dépenses, il ne reste guère de place pour agir et réagir avec souplesse. Cette situation doit changer. Il n’existe certes pas de recettes toutes faites, mais un premier pas pourrait être franchi en faisant appel à des spécialistes expérimentés et compétents de l’extérieur pour réviser (ou « évaluer » en jargon moderne) les programmes en cours. J’espère que nous pourrons encore commencer cette année.

Politique culturelle de la RDA

16Les lignes fondamentales de la politique culturelle que nous avons menée jusqu’à présent à l’étranger resteront donc inchangées. Ses principes – le dialogue culturel, l’échange et la coopération – fondés sur la modernité, la pluralité et la libéralité doivent être maintenus, car ce sont eux justement qui garantissent l’attrait d’une vie culturelle libérale que la politique culturelle que nous menons à l’étranger présente dans toute son étendue et sa diversité.

17C’est l’une des erreurs que les anciens dirigeants, de Moscou à Berlin (Est), ont commise en méconnaissant cet attrait du pluralisme des styles et des opinions et en surestimant considérablement l’effet de leur piètre répertoire, limité à des vérités socialistes d’airain. Ce n’est pas un hasard si les échanges culturels qui se sont développés par-delà les frontières et les systèmes depuis l’Acte d’Helsinki de 1975 ont touché les systèmes bureaucratiques du socialisme réel en leur point le plus sensible.

18Nous avons pu le voir notamment l’année dernière lorsque nous avons commencé à examiner la politique culturelle de la R.D.A. à l’étranger pour savoir ce que l’Allemagne unie pourrait garder et ce qu’elle devrait éliminer. C’est ce que nous avons fait de mai à septembre 1990 dans des négociations très intensives avec plusieurs ministères de Berlin-Est et ensuite dans la mise en oeuvre du Traité d’unification. La R.D.A., fidèle à sa mission de propagande mondiale pour le socialisme réel, a développé une politique culturelle d’importance considérable à l’étranger, avec des priorités qui, il est vrai, sont en partie différentes des nôtres. Ces priorités étaient les suivantes :

  1. Entretien de relations privilégiées avec les « États socialistes frères » en Europe en pratiquant des échanges importants de boursiers, en soutenant les études d’allemand dans les universités et les cours d’allemand dans les écoles, en entretenant des « Centres culturels et d’information de la RDA » (excepté en Union soviétique), en organisant des échanges de tournées artistiques et d’expositions et aussi de jeunes.

  2. Propagande pour la « nation allemande socialiste » dans des pays occidentaux choisis, notamment par le biais de tournées artistiques et d’expositions avec en général des programmes classiques, d’instituts culturels dans certaines villes (Paris, Stockholm, Helsinki) et de programmes d’invitation adressés le plus souvent à des sympathisants.

  3. Aide à l’éducation pour les pays en développement, destinée presque exclusivement aux pays qui se dénommaient « socialistes », en envoyant des experts, en invitant des boursiers à venir étudier en RDA et en proposant des programmes d’accompagnement pour diffuser la langue allemande.

19Toutes ces mesures ont été complétées par la création d’écoles pour les ambassades de la R.D.A. – presque exclusivement implantées dans des pays appelés « socialistes » qui, dans leur grande majorité, ne le sont plus aujourd’hui. Ces écoles étaient strictement réservées aux enfants des citoyens de la R.D.A. en poste à l’étranger, et n’étaient donc pas des « écoles de rencontre » au sens où nous l’entendons communément. Ces écoles et les dix instituts culturels de la R.D.A. ont été fermés, avec l’approbation du gouvernement de M. de Maizière, encore avant l’unification de l’Allemagne. L’empreinte de l’idéologie sur les matières enseignées et sur le personnel enseignant était une charge trop lourde à porter. Les élèves et quelques enseignants des écoles de la R.D.A. ont été repris dans les écoles allemandes existantes que nous subventionnons déjà et dans un cas, à Prague, dans une école allemande qui vient d’être ouverte.

20Les activités linguistiques des instituts culturels de la R.D.A. et la plupart des lecteurs ont été dans une large mesure repris par l’Institut Goethe. Cela vaut également pour deux autres villes (Cracovie et Presbourg) dans lesquelles on est en train de mettre en place, depuis le 3 octobre 1990, un nouvel Institut Goethe. Les experts de la R.D.A, envoyés dans les écoles et les universités sont partis d’eux-mêmes, ou ont été rappelés ou ont conservé leur emploi, notamment dans les universités à l’étranger où quelque 70 lecteurs d’allemand et 100 professeurs sous contrat de longue durée continuent d’enseigner. Quelques bâtiments, qui serviront désormais à abriter des Instituts Goethe ou des écoles allemandes, ont également été repris. Nous subventionnerons aussi une grande partie des tournées artistiques et expositions prévues dans le cadre d’accords bilatéraux : l’exposition Schinkel à Londres, les tournées à l’étranger de l’orchestre du Gewandhaus ou de l’Opéra comique de Berlin faisaient naturellement déjà partie auparavant, et à plus forte raison maintenant, du patrimoine de la nation culturelle allemande restée indivisée .

21Les programmes de boursiers représentent la plus grande partie de la tâche. Environ 11.000 boursiers étrangers en RDA, près de 4.000 étudiants de la RDA à l’étranger – ce sont là des chiffres considérables. Dans l’ensemble, ils se consacraient et se consacrent à l’étude de leur discipline, mais il y avait naturellement aussi un certain nombre de boursiers formés pour devenir de futurs cadres communistes du parti, de l’État et de la diplomatie.

22Cette catégorie n’a bien entendu pas été conservée. De nombreux étudiants, désemparés, ont fini par retourner chez eux dans le courant de l’année dernière. Un pays, Cuba, s’est dépêché de rappeler ses boursiers pour les mettre à l’abri de la pernicieuse influence du capitalisme. Tous les autres pays nous ont instamment demandé de garder leurs étudiants jusqu’aux examens, ce que nous avons fait conformément aux engagements pris. Près de 6.500 étrangers inscrits dans les universités et écoles supérieures des nouveaux Länder disposent maintenant d’une bourse du DAAD, qui est bien sûr moins élevée qu’à l’Ouest. De même, les jeunes Allemands de la RDA qui poursuivent des études à l’étranger, presque exclusivement à l’Est, pourront les continuer, et nous espérons qu’ils pourront aussi les mener à bonne fin.

23Le bilan de l’intégration de l’ancienne RDA dans le domaine de la politique culturelle à l’étranger est, comme on le voit, mitigé. L’orientation idéologique sévère imprimée par Berlin-Est a continué d’exiger son tribut. La plupart des personnes en poste à l’étranger et environ la moitié des programmes n’ont pas pu être repris. On constate cependant aussi que nombre de programmes et de personnes n’étaient pas orientés vers l’idéologie mais vers des buts principalement ou entièrement professionnels. Ils pourront jouer un rôle utile dans la mise en oeuvre de la politique culturelle de l’Allemagne unie à l’étranger, notamment en ce qui concerne la promotion de la langue allemande et les programmes des écoles supérieures.

24Le « rouleau compresseur » ouest-allemand n’est donc pas passé, comme le prétendent à l’envi ceux qui ont la nostalgie du socialisme réel. Une sélection critique a néanmoins été nécessaire et a donné, à mon avis, de bons résultats. Environ 105 millions de Deutsche Mark viendront alourdir cette année le budget culturel du ministère fédéral des Affaires étrangères, conformément au projet de budget gouvernemental. Cela représente près de 9 pour cent de l’ensemble du budget culturel, ce qui n’est certainement pas trop, étant donné que l’Allemagne unie comptera un quart de citoyens de plus que l’ancienne République fédérale.

Aide aux nouveaux Länder

25Au contraire : ce n’est pas assez. Car ce que je viens de décrire ne concerne que le poids du passé de l’ancienne RDA. L’augmentation du budget dont nous disposons, qui est certes importante, ne permet cependant pas de remplir cette tâche plus vaste, tournée vers l’avenir, qui consiste à initier rapidement les citoyens et les institutions des nouveaux Länder à ce monde ouvert de l’échange et du dialogue sans entraves ni frontières qui va tellement de soi pour nous. Ils ont été pendant plus de 40 ans presque complètement coupés de ce monde – du moins au-delà de l’hémisphère « socialiste ». Et déjà les douze années précédentes avaient également été marquées par une claustration semblable. Deux générations entières ont donc un énorme besoin de rattrapage. À cet égard, je citerai encore une fois l’exemple franco-allemand : il n’y a guère que quelques milliers de citoyens de l’ancienne RDA à avoir pu visiter la France, alors que l’Office franco-allemand pour la jeunesse a permis à lui seul à près de trois millions de jeunes Allemands de s’y rendre depuis 1963. Et environ 4 pour cent des élèves de tous les types d’établissements scolaires de l’ancienne RDA apprennent le français contre 23 pour cent dans les anciens Länder. Récemment, par exemple, j’ai rencontré un professeur de français du nord-est de l’Allemagne, une dame d’un certain âge déjà, qui allait se rendre pour la première fois de sa vie en France.

26D’un autre côté, l’ancienne RDA connaît certainement bien mieux nos voisins de l’Est, et j’admets volontiers que l’Allemagne unie reçoit là une belle corbeille de mariage, qu’il ne faudra surtout pas manquer de mettre à profit. Elle accuse, par contre, un grand déficit dans ses relations avec l’Ouest et le Sud. Il est donc nécessaire de mettre au point un programme spécial, d’une durée de cinq ans environ, pour développer la coopération internationale dans les domaines culturel, scientifique, pédagogique et social au bénéfice des Länder, des institutions, des groupes sociaux et donc des citoyens des nouveaux Länder. La Fédération, au même titre que les Länder, les sponsors et les communes sont tous appelés à concourir à la réalisation de cette tâche collective.

27J’en parle maintenant parce que les négociations sur le budget fédéral de 1992 débuteront sous peu – dans un premier temps au niveau gouvernemental – et que ce programme spécial est un sujet important à traiter, non seulement pour le ministère fédéral des Affaires étrangères, mais aussi pour tous les ministères également compétents en la matière, des arts à l’éducation et aux sciences jusqu’aux échanges de jeunes.

28Après l’unification politique déjà réalisée et après l’unification économique réalisable dans quelques années, un tel programme contribuerait aussi grandement à résoudre la partie la plus ardue et la plus laborieuse de cette tâche, à savoir l’unification des esprits et des cœurs, qui est avant tout une tache culturelle. Si j’utilise dans ce contexte le mot « culturel », ce n’est pas pour dégager la Fédération de ses obligations en renvoyant aux Länder qui, d’après la constitution, sont compétents en la matière. La politique culturelle faisant partie de la politique étrangère, elle relève donc de la Fédération.

29Dans cette tâche, en effet, les politiques intérieure et étrangère ne peuvent absolument pas être séparées l’une de l’autre, elles sont les deux côtés d’une même médaille. En prenant la décision de mettre cette année près d’un milliard de Deutsche Mark à la disposition de la reconstruction culturelle de l’ancienne R.D.A., le gouvernement fédéral a donné un signe positif évident. Il s’agit maintenant d’en faire apparaître l’équivalent sur la face internationale de la médaille. La « fondation nationale allemande » proposée par le ministre fédéral des Affaires étrangères, M. Genscher, qui serait financée et soutenue par la Fédération, les Länder et des sponsors, pourrait parfaitement être acceptée par tous ceux qui veulent défendre les compétences culturelles respectives ; ainsi serait résolue la tâche dévolue à l’État dans son ensemble, qui jusqu’à maintenant nous a laissés dans la perplexité et dans l’embarras.

30Au regard de cette situation, notre croyance à la pérennité de l’unité de la nation culturelle allemande pendant les décennies de la division de l’Allemagne se révèle-t-elle fausse ? Si l’on en croit les jérémiades qui émanent d’artistes, de scientifiques, d’écrivains et d’autres intellectuels de l’ancienne RDA – mais seulement de certains – on serait presque tenté de le croire. Mais la grande majorité des Allemands ne les suit pas. Il est vrai et bien reconnaissable cependant que de profondes différences sont venues séparer et séparent encore l’Est et l’Ouest du pays et que, vu sa situation économique déplorable, l’Allemagne orientale court en outre le grand risque de subir un démontage irréparable de nombre de ses institutions culturelles, pédagogiques et scientifiques dignes d’être maintenues. Plusieurs milliards seront chaque année nécessaires pour qu’elles puissent subsister. Il est également évident que la faillite de l’économie communiste compromet gravement la survie d’une partie du patrimoine culturel (le plus précieux). La sauver coûtera encore des milliards.

31Ce n’est pas une assistance internationale que je réclame, même si les conseils des spécialistes sont toujours les bienvenus. Nos voisins de l’Est, de Leningrad à Sofia, ont bien plus besoin d’être aidés que nous, car ils n’ont pas à leur porte un pays prospère, de même langue et de même culture, auquel ils pourraient adhérer. Je demande d’autant plus instamment aux responsables de ce pays de reconnaître le rang historique de cette tâche et de prendre rapidement les mesures nécessaires. Cela vaut également pour la politique culturelle à l’étranger. Car la nature et l’importance de son rayonnement partout à l’étranger, dans les pays proches et lointains, dépendra entièrement des décisions que nous prendrons ou ne prendrons pas dans notre pays.

32Je remercie ici expressément nos amis et partenaires européens notamment pour la contribution que leur politique culturelle à l’étranger a apportée à la solution de notre problème. Le British Council, les Instituts français, les Maisons américaines, la Societa Dante Alighieri et bien d’autres encore sont en train de fonder depuis la chute du Mur de nombreux centres culturels étrangers dans les nouveaux Länder, à l’image de l’Institut culturel français qui existe déjà en R.D.A. Plus il y en aura, mieux cela vaudra ! Et je suis certain que nos voisins de l’Est insuffleront aussi un nouvel esprit à leurs instituts culturels établis depuis longtemps à Berlin, Rostock ou Leipzig – cet esprit de liberté et d’ouverture qui, désormais, je l’espère, règnera durablement dans toute l’Europe.

33Nous en tirerons tous abondamment profit. Les nouveaux Länder pourront, de leur côté, en tant qu’héritiers d’un riche patrimoine culturel datant de plusieurs siècles et grâce à leurs performances actuelles, beaucoup contribuer au dialogue au-delà des frontières, au-delà de toutes les lamentations et difficultés financières. Ainsi, ils pourront enfin, en tant que membres d’une grande nation européenne, faire l’expérience, en y apportant leur concours, que cette nation ne déclenchera plus jamais de guerre, mais qu’elle restera un asile de paix et de liberté.

Une responsabilité accrue

34Il est dévolu à la politique culturelle de l’Allemagne unie à l’étranger, vue dans son ensemble, une responsabilité encore plus grande que celle que nous avons eue à assumer jusqu’à présent. Cela signifie donc que la continuité s’accompagne aussi d’un changement. À ce propos, voici quelques réflexions.

35Premièrement : Si, hier encore, nous avons cru réussir en l’espace de quatre décennies à convaincre définitivement non seulement nos proches mais aussi nos lointains voisins que l’Allemagne était transformée, purifiée, pacifique et démocratique, nous allons maintenant devoir recommencer pour l’Allemagne unie ce travail de confiance dans toute une série de pays. Les fondations solides que nous avons construites pendant quatre décennies nous seront utiles dans cette tâche. C’est pourquoi nous nous donnerons beaucoup de peine pour que, dans ces nouvelles circonstances, les partenaires en Europe et dans le monde puissent aussi concrètement que possible se rendre compte des modes de vie sociaux et culturels de l’Allemagne et des Allemands et se familiariser avec les réalités allemandes et les comprendre. Il ne faudra pas seulement, comme jusqu’à maintenant, présenter une image sincère et différenciée de l’Allemagne, mais répondre aussi franchement aux questions critiques qui seront posées à l’Allemagne désormais unie.

36Deuxièmement : Depuis la chute du Mur et dans la perspective du parachèvement imminent du grand marché européen, l’intérêt porté à l’Allemagne, à ses sciences, à son éducation, à sa culture et enfin à sa langue, a visiblement augmenté. C’est une grande chance que nous entendons saisir.

37Nous nous sommes déjà penchés sur la troisième nouvelle priorité qui vise à intégrer rapidement les nouveaux Länder dans les échanges internationaux.

38Venons-en maintenant au quatrième point : l’Europe centrale et orientale, pour être plus précis, l’ancien « camp socialiste » en Europe. C’est un domaine de notre politique culturelle à l’étranger qui connaît, depuis le bouleversement politique à partir de 1985, une rapide extension et dans lequel s’inscrit l’assistance que nous prêtons, parallèlement aux activités de nos partenaires occidentaux, aux jeunes démocraties et mouvements réformateurs dans la construction de sociétés ouvertes et démocratiques.

39Ainsi, la présence de nos Instituts Goethe a été renforcée dans tous les États d’Europe centrale et orientale ; outre les centres déjà implantés à Bucarest, des instituts ou des bureaux de fondation ont tout d’abord été ouverts à Budapest et Sofia, ensuite à Moscou, Varsovie, Prague, Presbourg et Cracovie. Il y a également des progrès en sens inverse : outre l’institut culturel hongrois, déjà installé à Stuttgart, et l’Institut soviétique, en phase de création, également à Stuttgart, les instituts berlinois des pays d’Europe centrale et orientale jusque-là limités à la RDA, peuvent, depuis l’unification, déployer leurs activités dans toute l’Allemagne.

40Nous contribuons à l’évolution démocratique et sociale en élaborant de vastes programmes de formation et de perfectionnement destinés aux spécialistes et aux cadres du secteur économique venant d’Union soviétique, de Hongrie et de Pologne. Comme les mesures prévoyant des stages de gestion et la promotion de la formation, en collaboration avec le secteur privé, ainsi que les différents programmes de coopération afférents dans le domaine universitaire et scientifique sont très demandés – notamment en raison de la haute capacité de rendement de l’économie et de la réputation du système d’éducation de la RFA –, elles continueront donc d’être développées et seront aussi étendues à d’autres pays partenaires.

41En plus de ces programmes adaptés au profil des cadres de direction, il faut continuer de construire de larges ponts pour favoriser les rencontres entre les hommes. De multiples projets d’échange de jeunes, d’élèves et d’étudiants avec la Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie et l’Union soviétique ont été mis en route. Tous ces contacts, de même que les nombreux nouveaux jumelages de villes, régions, Länder ou provinces et les rencontres sportives tendent à créer ces relations de bon voisinage qui permettent de surmonter les frontières.

42De même les courants culturels traditionnels refont surface. Et cela n’est pas sans effet. En Europe centrale et orientale, la langue allemande a de bonnes chances de pouvoir retrouver à côté de l’anglais le rôle traditionnel de « lingua franca » qu’elle a joué par le passé. Parmi les quelque seize millions de personnes qui apprennent l’allemand dans le monde, dix millions vivent dans cette région. Ainsi que le Bundestag l’a réaffirmé le 31 octobre 1990, nous mettrons à profit les possibilités nouvelles qui s’ouvrent à la langue allemande pour répondre à la demande croissante. Il faut donc développer le lectorat dans les établissements d’enseignement supérieur à l’étranger et d’une manière générale soutenir les études d’allemand à l’étranger, renforcer nettement les programmes de détachement de professeurs et le conseil pédagogique pour les professeurs d’allemand à l’étranger, ainsi que pour les autorités de l’Éducation. Il est également important de pouvoir diffuser l’enseignement des langues à la radio ou à la télévision. Dans le domaine scolaire, des lycées bilingues d’enseignement secondaire sont – sur le modèle des écoles franco-allemandes – en création à Budapest et en préparation à Prague et Presbourg.

43Depuis le changement politique intervenu en Europe centrale et orientale, le soutien culturel prêté aux minorités germanophones vivant dans cette région est aussi devenu une tâche importante. Avant 1987, il n’était politiquement pas désiré. Des changements fondamentaux sont intervenus depuis. L’encouragement des possibilités d’épanouissement culturel et linguistique des minorités allemandes en Pologne, Hongrie, Roumanie et Union soviétique sont placés sous le signe du bon voisinage et du souvenir des profondes relations culturelles et historiques qui lient profondément les Allemands à l’histoire des peuples d’Europe centrale, du Sud-Est et de l’Est. Face à cette « communauté culturelle de paix », la possibilité des minorités de pratiquer librement leur culture et leur langue représente aussi un intérêt européen qui a été explicitement réaffirmé dans le Document de la réunion de Copenhague sur la dimension humaine de la C.S.C.E.

La dimension européenne

44Les politiques culturelles allemande et européenne se recoupent dans les efforts qu’elles déploient pour participer à l’édification de la nouvelle Europe. Les Allemands, médiateurs culturels traditionnels de tout le continent, sont à cet égard particulièrement sollicités. Cela fait partie de la grande responsabilité européenne à laquelle l’Allemagne unie a souscrit.

45Cette responsabilité guidera également la politique culturelle que nous menons à l’étranger. Si les contacts culturels n’ont pratiquement pas leur égal pour contribuer à ce que les pays d’Europe se rapprochent les uns des autres et du reste du monde et à ce que leurs rapports deviennent de plus en plus l’affaire des citoyens eux-mêmes, une politique culturelle d’inspiration européenne peut receler une offre pour un avenir de paix sur tout le continent. C’est pourquoi la dimension culturelle de la C.S.C.E., du Conseil de l’Europe et de la Communauté européenne continuera de grandir.

46Dans ce cadre européen, l’interdépendance des échanges culturels bilatéraux et de la coopération multilatérale devient de plus en plus grande. Les priorités des activités culturelles portent ici – outre sur la promotion de l’apprentissage des langues étrangères – sur le renforcement d’une coopération scientifique à l’échelon européen grâce aux programmes éprouvés de l’Office allemand d’échanges universitaires et de la Fondation Alexander von Humboldt, ainsi que grâce aux programmes scientifiques de la Communauté Européenne (ERASMUS, COMETT, LINGUA, PETRA, EUROTECNET), sur la construction d’une « Europe audiovisuelle » et le développement d’un réseau de rencontres européennes s’adressant en premier lieu aux jeunes et aux étudiants. Il s’agit par ailleurs de créer dans le cadre de la Communauté Européenne les conditions nécessaires à la libre circulation des biens, services et personnes relevant du domaine culturel, telles que l’harmonisation du droit d’auteur, de la législation sur les fondations et de l’impôt sur le chiffre d’affaire des biens culturels.

47La dimension paneuropéenne s’exprime également dans la création de nouveaux programmes de la Communauté européenne, spécialement destinés aux États d’Europe centrale et orientale – je citerai ici TEMPUS et la « Fondation pour la formation » – ainsi que dans l’ouverture du Conseil de l’Europe dont la Convention culturelle a déjà été signée par la Pologne, la Hongrie et la Tchécoslovaquie. Le Conseil de l’Europe assume ainsi de plus en plus le rôle d’un instrument de la C.S.C.E. qui organisera en 1991 à Cracovie un symposium important sur le patrimoine culturel commun de l’Europe.

48La politique culturelle européenne n’a pas pour but de niveler les cultures, au contraire : plus l’entente politique et économique s’affirmera, plus les particularités culturelles pourront fructifier, même au-delà des frontières nationales et des frontières tracées par l’histoire des idées. Si l’interdépendance croissante des sociétés européennes ne doit plus laisser aucune place à l’arrogance nationale, à la xénophobie et à la mise à l’écart des minorités, nous avons besoin du dialogue pour l’enrichissement mutuel des cultures nationales, dont la diversité dans l’unité constitue la vraie force de l’Europe.

49L’une des tâches européennes essentielles résidera aussi dans la mise en valeur appropriée des intérêts des petites nations européennes et des minorités. La réponse à la question de savoir si l’on réussira non seulement à protéger le potentiel culturel et créateur des peuples européens, grands et petits, des groupes majoritaires et minoritaires, mais aussi à les associer à cette œuvre globale et commune, sera à maints égards déterminante. C’est une tâche qui n’incombe pas seulement à la politique culturelle à l’étranger. Cela suppose aussi que chez nous en Allemagne, notamment dans notre propre système scolaire et universitaire, nous nous intéressions davantage à ce que l’on appelle les « petites matières », c’est-à-dire par exemple la culture et la langue de nos voisins polonais ou néerlandais.

50Les citoyens de l’Europe ne se sentiront solidairement liés au sein de la « nouvelle Europe », qui a été solennellement proclamée il y a quelques mois dans la Charte de Paris de la C.S.C.E., que s’ils en retirent des avantages perçus jusque dans leur vie quotidienne. La réalisation de cet objectif exige des libertés et des possibilités d’épanouissement, non seulement politiques et économiques, mais aussi culturelles. Les rencontres culturelles sans frontières font en effet partie de la qualité de la vie, et elles sont en particulier nécessaires là où le cloisonnement, la peur de l’autre et de l’inconnu prévalent. La future politique européenne n’est pas seulement une question d’associations monétaires, de zones de libre-échange et de crédits exprimés en milliards. Elle est bien plus, et l’Europe devra en même temps se trouver une langue commune issue de la diversité de ses expressions culturelles. Dans cette langue, elle pourra faire valoir ses valeurs, libertés et cultures dans le monde. L’Allemagne et l’Europe devront donc s’ouvrir au monde et s’intéresser à la solution des problèmes globaux. C’est dans ce sens que nous poursuivrons avec engagement notre politique culturelle à vocation mondiale, en particulier pendant la phase des évolutions européennes actuelles.

51Une telle politique culturelle coûte de l’argent. C’est le propre des époques de changement et de bouleversement de faire d’autant plus cruellement ressentir l’étroitesse des marges de manoeuvre financières qu’elles ouvrent de multiples chances. C’est un fait que d’importantes tâches nationales attendent d’être résolues, pour commencer l’œuvre collective, qui est la plus grande tâche d’assainissement que nous soyons appelés à remplir depuis les années de la reconstruction de l’Allemagne.

52Mais l’histoire ne réitère pas ses offres. La culture dont le rôle est d’innover et de créer en même temps une identité est, en cette période de bouleversement, une terre indispensable pour le dialogue et l’entente qu’il faut faire fructifier. Les fruits de cet investissement culturel ne sauraient être exactement évalués en chiffres, mais certainement en valeurs immatérielles. La révolution européenne de la liberté de ces dernières années enseigne que ces valeurs ont finalement davantage d’importance, davantage d’impact que le rendement économique ou la puissance politique. C’est en fin de compte la culture, c’est-à-dire la mémoire et la conscience des citoyens, qui déterminera si nous saurons être à la hauteur du grand renouveau de l’Europe, surmonter durablement les séparations et, une fois libérés du fardeau de la division allemande et européenne, contribuer à la paix et à la liberté dans le monde entier.

Auteur

Ancien journaliste, puis directeur administratif de la Fondation Friedrich Naumann, Bartold C. Witte est entré en 1971 au ministère fédéral des Affaires étrangères ; il est directeur général des Affaires culturelles.
Principales publications : Was ist des Deutschen Vaterland ?, Mainz, von Hase & Koehler Verlag, 1967 ; Der preussische Tacitus, Düsseldorf, Droste-Verlag, 1979 ; Davids Sohn. Die Flucht nach Ägypten, Pfullingen, Neske-Verlag, 1985 ; Dialog über Grenzen, Beiträge zur auswärtigen Kulturpolitik, Pfullingen, Neske-Verlag, 1988.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr