Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne. De la division à l'unité

 | 
Henri Ménudier

V. Transformations sociales : crises, réformes et défis

La fin du fdgb

Alain Lattard

Texte intégral

1À l’origine des difficultés économiques actuelles dans les nouveaux Länder, on trouve un paradoxe. L’irruption brutale des mécanismes de marché en RDA avec l’introduction du deutsche Mark, le 1er juillet 1990, marque le terme d’une évolution dont la vitesse n’a pas été déterminée par l’expérimentation de nouveaux modes de régulation, ni même par la prise en compte des risques d’une sortie brutale du socialisme : l’élément moteur de l’unification a été politique et c’est de lui qu’est venue l’accélération continue conduisant rapidement au point de non-retour.

2Bien entendu, l’unification syndicale allemande entre l’automne 1989 et l’automne 1990 est largement déterminée par ce contexte. C’est dire que là aussi, le renouveau ne vient pratiquement pas de l’intérieur.

3Certes, la liberté de parole retrouvée rend vite manifeste la crise de légitimité du FDGB, mais la faiblesse du mouvement social peut à peine ébranler l’inertie des structures et des mentalités : l’émancipation des habitudes idéologiques et organi­sationnelles du « socialisme réel », gérée par des états-majors timorés, reste peu crédible. Dans le contexte social de plus en plus difficile d’une marche forcée à l’unité économique, la renaissance d’une organisation autonome des salariés n’est donc guère le fait des salariés de RDA eux-mêmes. C’est finalement le DGB, lui aussi tout d’abord hésitant, qui occupe le terrain, pour que, quitte à être trans­plantée, la soziale Marktwirtschaft ne le soit pas, amputée de son volet social.

I. L’impossible réforme du FDGB

4Comment expliquer, alors que la chute d’Honecker le 18 octobre 1989 et l’évolution ultérieure du SED ouvrent l’horizon politique, et que s’estompe, puis disparaît la sujétion statutaire au parti, la résistance de l’édifice syndical ? Ce n’est certes pas qu’existe une quelconque légitimité de l’organisation, bien au contraire. Mais l’adhérent entretient avec elle un rapport contradictoire de rejet et de dépendance.

  • 1 Cf. Tribüne 20/10/1989.

5Le peu d’attachement au syndicat éclate au grand jour dès la fin du mois d’octobre 1989 après qu’Egon Krenz, nouveau secrétaire général du SED après la démission d’Erich Honecker, soucieux d’accréditer son nouveau visage de réfor­mateur, ait donné le signal d’une certaine libéralisation en prenant contact avec la base. À la suite de sa visite au combinat « 7 octobre », amplement relatée dans l’organe syndical central Tribüne1, la chape de plomb qui pesait sur la liberté d’expression commence à s’entrouvrir et les langues se délient. Sans qu’on se départisse tout d’abord d’une « critique constructive », tous les thèmes brûlants, les contradictions et les aberrations de la planification socialiste sont abordés par un courrier des lecteurs qui occupe une part croissante du journal : difficultés d’approvisionnement, mauvaises conditions de travail, hypocrisie de la discussion du plan aux chiffres truqués, problèmes d’environnement etc., toutes choses dont on ne veut plus tolérer qu’elles soient systématiquement tues par le syndicat.

6Il n’est pas fortuit que beaucoup de critiques concernent le non-respect du « principe du mérite » (Leistungsprinzip), élément réputé central et gage de supé­riorité de l’économie socialiste. Devant dépasser les injustices et les inefficiences de l’exploitation capitaliste, le socialisme est censé répartir le surproduit non réinvesti en fonction des capacités et du travail accompli (Jedem nach seinen Fähigkeiten, jedem nach seiner Leistung) – avant que l’abondance de la société communiste n’apporte « à chacun selon ses besoins » (Jedem nach seinen Bedürfnissen).

  • 2 Ces critiques font mouche, car elles sont reprises dans les documents que le comité directeur fédér (...)

7Prendre au mot le discours officiel sur ce point permet, sans trop s’exposer, de soulever bien des questions embarrassantes : quelles perspectives offre le socia­lisme, comment peut-il améliorer la condition matérielle, en particulier l’éventail de biens de consommation disponibles, si on ne parvient pas à augmenter la productivité ? Comment apprécier correctement le mérite des travailleurs et donc récompenser justement les efforts d’amélioration de cette productivité, si les défauts de coordination, par exemple les ruptures d’approvisionnement récurrentes, à l’origine de chômage technique répété, la ramènent constamment à un niveau ridiculement bas ? Ce problème de l’écart entre l’engagement individuel et le résultat global est évoqué par les lecteurs avec de plus en plus d’insistance par suite de la désorganisation croissante de l’économie due à l’hémorragie de main-d’œuvre. Enfin, y a-t-il vraiment application du Leistungsprinzip, si le confor­misme politique prime sur l’efficacité dans le travail ? Et y a-t-il une juste appréciation de l’efficacité du travailleur si l’ouvrier est, pour des raisons idéolo­giques, systématiquement mieux rémunéré que l’agent de maîtrise, l’employé ou le travailleur intellectuel2 ?

8La critique du Leistungsprinzip est d’autant plus significative qu’elle touche un élément de l’idéologie particulièrement mis en avant par les réformes du début de l’ère Honecker. De fait, « l’unité de la politique économique et de la politique sociale », solennellement affirmée par le VIIe congrès du SED en 1971 avait promis, rompant avec la priorité antérieurement donnée à l’industrie lourde, que les progrès économiques se traduiraient directement par une amélioration du niveau de vie. Et le syndicat, officiellement chargé de veiller au respect de la nouvelle maxime, était valorisé par les acquis sociaux des années 70 : dans une conjonture favorable, pouvaient être obtenus des augmentations pour les salaires minima et les retraites, le passage à la semaine de 5 jours et la réduction du temps de travail hebdomadaire à 43 heures 3/4.

  • 3 Sur les structures et l’évolution du FDGB, cf. la synthèse récente de Ulrich Gill, Der Freie Deutsc (...)

9Inversement, les difficultés économiques croissantes depuis 1975 et la stagnation du niveau de vie qui en résulte confinent de nouveau le FDGB dans un rôle propagandiste et disciplinaire : en dépit du renforcement théorique de ses droits dans les organes de gestion des entreprises selon le nouveau code du travail de 1977, il peut donc moins que jamais jouer un rôle de représentation effective et de défense des travailleurs. Il n’est pas rare au contraire qu’il soutienne le point de vue du directeur lorsqu’il faut augmenter les rendements ou refuser une amélio­ration salariale. Et le fait que ce directeur soit lui aussi un de ses membres n’est guère de nature à renforcer la légitimité d’une telle attitude...3

  • 4 Cf. en particulier Tribüne 23, 24 et 31/10/1989. Sur l’épisode, cf. Theo Pirker/ Hans-Hermann Hertl (...)

10À l’économisme hypocrite du FDGB, les lecteurs de Tribüne opposent donc tout d’abord la triste réalité de l’économie réelle. Mais en déplorant qu’elle ait pu à ce point être niée, les protestations et propositions de la base à ce point étouffées, ils en viennent rapidement à remettre en cause l’inféodation au parti et le centra­lisme bureaucratique. Il est d’ailleurs caractéristique qu’Harry Tisch, l’inamovible président de l’organisation rate son virage politique – il s’était rangé derrière les réformateurs au sein du SED dès la mi-septembre 1989 et avait demandé avec eux le départ d’Honecker – pour avoir rejeté en partie sur les cadres du bas de la hiérarchie la responsabilité des carences du syndicalisme. C’est sans aucun doute la vague d’indignation déclenchée par cette imprudente lâcheté qui contribue à sa mise en minorité à la 11e session du comité directeur du FDGB et à sa démission le 2 novembre 1989.4

  • 5 On apprend entre autres que Tisch entretenait un domaine de chasse aux frais de l’organisation (la (...)
  • 6 Le manifeste est reproduit dans Charles Schüddekopf (Hg.), « Wir sind das Volk », Flug­schriften, A (...)

11Le souhait de voir partir les dirigeants, avivé encore par la découverte des nombreux scandales financiers dans lesquels ils sont impliqués5, le rejet toujours plus net du FDGB ne suscitent pourtant guère, en cet automne 1989, de réaction de la base. Les quelques initiatives appelant à la fondation d’organisations autonomes, telle l’Initiative unabhängige Gewerkschaften, dont le manifeste est lu par Heiner Müller lors de la grande manifestation du 4 novembre 1989 à Berlin, n’ont qu’une très faible résonance6.

12Rares sont ceux qui, après 40 ans de conditionnement à l’obéissance, osent prendre leurs intérêts en main et savent le faire. Par ailleurs, la « révolution de novembre » a beaucoup plus répondu à un besoin d’émancipation civique qu’elle n’a été un mouvement centré sur les problèmes du travail. Ce que revendiquent les dissidents, puis les manifestants qui les suivent à partir du début octobre 1989, ce sont avant tout les libertés démocratiques et l’ouverture des frontières. Mais au-delà de ces deux raisons fondamentales, il est probable que la passivité s’explique aussi par une relation de dépendance vis-à-vis du syndicat existant.

  • 7 Il faut croire que non, car l’Initiative für unabhängige Gewerkschaften, qui plaide, comme son nom (...)

13Celle-ci est d’abord institutionnelle et à ce titre héritée du socialisme. Le FDGB joue un rôle central dans le fonctionnement de la sécurité sociale, qu’il s’agisse de son administration ou de la distribution des prestations. Certes, le bénéfice des prestations ne dépend pas de l’appartenance au syndicat, mais tous les salariés le savent-ils ?7 De même, la section syndicale (Betriebsgewerkschaftsleitung - BGL) a son mot à dire dans la gestion de la caisse culturelle et sociale qui existe dans chaque entreprise conformément au code du travail, ainsi que dans la répartition des logements. Mais surtout, le FDGB est le partenaire incontournable pour l’orga­nisation des vacances. C’est lui qui possède ou s’attache par contrat les foyers ou les hôtels où il faut séjourner, et qui répartit le trop petit nombre de places disponibles entre les postulants, en donnant la priorité aux adhérents.

14Au fur et à mesure que le temps passe, un autre facteur, qui tient au contraire à la désagrégation du socialisme, contribue à maintenir les liens avec le FDGB. La conscience de la déroute économique, la perspective, puis, à partir de février-mars 1990, la réalité bientôt incontournable du chômage suscitent la résignation, mais aussi un réflexe de refuge. Le syndicat n’est-il pas la seule structure solide capable d’organiser une défense des salariés ? La tradition centraliste du mouvement ouvrier allemand, l’habitude d’être pris en charge, mais aussi le simple réalisme font hésiter à rejeter complètement le FDGB. D’ailleurs, l’appareil ne tente-t-il pas de se réformer et certains syndicats de RFA, qui représentent assurément un modèle pour bien des salariés, ne sont-ils pas prêts à collaborer avec lui, la préservation d’un outil organisationnel à l’Est ayant alors visiblement pour eux priorité sur la rupture avec le passé ?

  • 8 Cf. entre autres l’interview de Hans-Jürgen Hoffmann, Vorstand du FDGB, le 18 avril 1990.

15Sur le terrain, la situation est de ce fait ambiguë. La défiance vis-à-vis du FDGB se manifeste par une baisse du nombre d’adhérents, qui, aux dires des responsables syndicaux interviewés alors, ne dépasse pas 10 à 15 %8. Même si ces chiffres sont sous-estimés, il est avéré que dans leur majorité, les membres préfèrent ne pas rompre complètement : la plupart du temps, ils décident de réduire la part de cotisation effectivement payée à un montant symbolique (souvent 50 Pfennig), tandis que le reste est viré sur un compte bloqué : on ne saurait exprimer plus clairement à la fois le rejet et la dépendance du FDGB.

  • 9 Sur cette fuite devant les responsabilités, cf. l’interview de syndicalistes est-allemands (« Die U (...)
  • 10 Cf. Pirker et al. p. 59 sq. Les auteurs soulignent que dans la plupart des cas, les Betriebsräte on (...)

16Cette ambiguïté se traduit sur le terrain par une grande diversité de situations : le plus souvent, la section syndicale (Betriebsgewerkschaftsleitung) n’a plus aucune légitimité. Soit elle n’existe plus de fait, ses membres, trop compromis, préférant se faire oublier, soit elle a été explicitement destituée. Mais dans ce dernier cas, il n’y a pas toujours d’équipe de remplacement, soit que personne ne veuille endosser de responsabilité dans une conjoncture incertaine9, soit, mais c’est manifestement l’exception, parce que s’est affirmée une volonté de représentation autonome avec la constitution d’un conseil d’entreprise (Betriebsrat)10. À cet égard, il est significatif que lorsqu’elle se manifeste, l’alternative au FDGB soit non pas une nouvelle organisation, mais une instance élue de tous les salariés, résurgence du principe de la démocratie représentative dans l’entreprise après quarante ans de syndicalisme léniniste fondé sur l’adhésion et le centralisme démocratique. Cette situation à la base favorise évidemment toutes les tentatives plus ou moins équi­voques de sauver l’appareil sans forcément renouveler la pratique syndicale : de fait, les changements qui interviennent à partir de l’automne 1989 à la tête du FDGB ont des allures de révolution de palais.

  • 11 Sur le maintien de l’échelon intermédiaire de l’appareil syndical, cf. p. ex. l’interview de syndic (...)

17Après le départ de Harry Tisch, la présidence du comité directeur, par ailleurs inchangé, est assurée par Annelies Kimmel. Cette fonctionnaire expérimentée, membre du SED et précédemment à la tête du district de Berlin du FDGB, promet un renouvellement profond des contenus de l’action syndicale ; mais à quoi bon mettre en place des groupes de travail pour élaborer des positions nouvelles si l’appareil ancien reste en place11 ? Indépendamment du fait que les changements programmatiques envisagés restent limités (la double appartenance au SED et au FDGB n’est par exemple pas remise en question), la nouvelle présidente confédé­rale se heurte à la résistance des présidents de districts. Dans le souci de préserver leur fief, ils bloquent l’organisation d’élections, pourtant nécessaires à une organisation démocratique du congrès, dont la date a été fixée à la fin janvier 1990.

  • 12 Sur le rôle et le fonctionnement de cette école de cadres, cf. François Bafoil, « La formation des (...)
  • 13 Là où des conseils d’entreprise sont élus, ce n’est pas non plus avant le mois de décembre : cf Pir (...)

18Certes, une autre fraction de l’appareil, rassemblant des fonctionnaires d’entre­prise qui n’ont pas baissé les bras, les étudiants de l’université syndicale de Bernau12 et certains présidents de syndicats d’industrie, fait pression dans l’autre sens. Mais il faut attendre le 9 décembre 1989 pour que le comité directeur du syndicat, dont les scandales ont achevé de saper l’autorité, démissionne. Car c’est seulement après le départ en bloc du comité central et du bureau politique du SED, trois jours auparavant, que s’est ouverte une véritable perspective de renou­vellement démocratique en RDA13.

  • 14 Il s’agit d’acquérir l’indépendance financière et l’autonomie contractuelle, mais aussi, en l’occur (...)

19Jusqu’au congrès, dont la date a été maintenue, l’intérim est assuré par un « comité de préparation », instance regroupant 14 membres des comités directeurs centraux des syndicats d’industrie sous la présidence de Werner Peplowski, lui-même à la tête du syndicat imprimerie/papier. Mise à part la préparation program­matique du congrès, sur laquelle nous reviendrons ultérieurement, et la mise en place d’une commission d’enquête sur la corruption au sein de l’ancien appareil, le comité fait enfin progresser la réforme des structures : les syndicats d’industrie, simples échelons d’exécution dans le FDGB sous Honecker, peuvent désormais affirmer leur indépendance, réclamée depuis le mois de novembre14.

  • 15 Sur le congrès, cf. à part les comptes rendus de la presse ouest-allemande Tribüne 1 et 2/2/1990 et (...)

20Cette ouverture ne suffit pas à rétablir l’assise de la centrale, comme le montre le déroulement tumultueux du congrès les 31 janvier et 1er février 1990. Les délé­gués élus par la base adoptent en effet, dès le début de la première séance, une motion retirant le droit de vote aux délégués qui ont été nommés par les directions (environ 10 % du nombre total). Mais cette décision est finalement rapportée après de violents débats où sont brandies des menaces de scission : le souci de préserver l’organisation est plus fort que la révolte. Le congrès débouche cependant sur la surprenante élection à la présidence, contre le communiste Peplowski, d’Helga Mausch, jusqu’alors membre du syndicat mines/énergie, sans fonctions dirigeantes et adhérente du NDPD.15

21Malgré les acquis du congrès, les trois mois qui suivent voient se détériorer les relations entre la centrale et les syndicats d’industrie. Alors que ces derniers se constituent en organisations autonomes en adoptant leurs propres statuts et en élisant leurs instances dirigeantes, ils doivent constater que le centralisme tend à subsister aux niveaux régional et local et surtout (les deux phénomènes sont liés) que la confédération retarde l’inventaire et le partage du patrimoine.

  • 16 Sous le gouvernement Modrow, le FDGB était partie prenante à la « Table ronde », où il n’était cepe (...)

22Une fois de plus, l’évolution politique précède et impulse l’évolution syndicale. Après les élections du 18 mars 1990, les relations avec le nouveau gouvernement ne cessent de s’envenimer16, mais surtout la perspective d’une union économique et monétaire prochaine rend inéluctable la fusion rapide avec les organisations de RFA. La direction du FDGB freine, dans l’espoir de monnayer son accord. Mais n’étant plus reconnue comme partenaire de négociation par le DGB à partir du début mai 1990, la centrale n’a plus aucune légitimité aux yeux des syndicats d’industrie.

  • 17 Au sujet de la fin du FDGB, cf. Neues Deutschland 10 et 11/5/1990, Frankfurter Rundschau 7 et 10/5/ (...)

23À la suite d’un vote de défiance du syndicat des transports et de la décision du syndicat mines/énergie de sortir de la confédération, il apparaît que le maintien du FDGB déboucherait sur un éclatement du mouvement syndical. Les présidents des fédérations en tirent la conséquence et démettent de leurs fonctions les dirigeants du FDGB le 9 mai 1990. Désormais il ne subsiste plus au sommet qu’une « com­mission représentative » (Sprecherrat). Le choix de cette dénomination sanctionne l’abandon du sigle FDGB, politiquement discrédité, et souligne bien que la nouvelle instance confédérale, présidée par Peter Rothe, par ailleurs à la tête du syndicat des cheminots, n’est que l’émanation et la coordination des organisations autonomes de branche. Helga Mausch garde pour seule fonction de préparer le congrès de dissolution du FDGB, tenu entretemps le 14 septembre, qui scelle juridiquement la mort politique intervenue au printemps17.

II. Quelle identité syndicale dans quel type de société ?

  • 18 Cf. l’interview de Peter Rothe dans Tribüne du 15/6/1990.

24Après la formation du Sprecherrat, il n’y a donc plus d’obstacle à une fusion syndicale rapide qui, à la veille de l’union monétaire et des risques sociaux qu’elle apporte, est la seule planche de salut. Car comme le déclare Peter Rothe, les syndicats manquent d’expérience et seules les organisations de RFA peuvent les épauler et les aider à rattraper leur retard18. En effet, parallèlement à la résistance des anciennes structures, reflet des luttes d’influence politiques sur fond d’apathie de la base, on observe aussi une grande inertie des mentalités.

  • 19 Cf. p. ex. Tribüne 13/12/1989, 16 et 17/1/1990.

25Leur nécessaire évolution est tout d’abord freinée par le maintien de la vieille garde à un grand nombre de postes-clés. En témoigne par exemple la réticence à admettre l’idée du droit de grève, question inévitablement à l’ordre du jour dès lors qu’on revendique le passage au syndicalisme indépendant, mais aussi très prati­quement posée par les menaces de grève, puis les grèves effectives à partir de janvier 199019. En fait, les arrêts de travail sont encore sporadiques : face aux menaces que font peser la désagrégation de l’économie et les premiers joint-ventures avec des entreprises de RFA, les salariés restent largement passifs. Les réactions publiées dans Tribüne, manifestement représentatives d’un courant important, en sont d’autant plus caractéristiques. Plutôt que d’affirmer l’importance d’une liberté à reconquérir, les intervenants évoquent les dégâts économiques, peu justifiables en ces temps de crise, à moins qu’ils ne continuent carrément à raison­ner dans le cadre « non antagonique » de la société socialiste pour condamner par principe les arrêts de travail.

  • 20 Cf. « Vorbereitungskomitee stellt zur Diskussion : Thesen für ein Gewerkschaftsgesetz », Tribüne, 1 (...)
  • 21 De même, le président de l’IG-Metall (Est), Hartwig Bugiel souhaite explicitement que les syndicats (...)

26Il est vrai que dès le mois de décembre, les leaders d’un grand nombre d’organisations de branche se déclarent au contraire franchement pour le droit de grève, une position qui se manifeste notamment à travers le projet de « loi sur les syndicats » (Gewerkschaftsgesetz) du comité syndical préparatoire20. Ils exhortent eux aussi à la modération, mais avec d’autres arguments : la grève doit rester une solution extrême, son déclenchement étant subordonné à l’organisation d’un scrutin secret à la base, se soldant par une majorité d’au moins 75 % et à l’accord de la direction centrale du syndicat concerné. Un tel discours pourrait émaner d’une organisation syndicale de RFA. Issu d’une tradition commune que 40 ans de divi­sion politique n’ont pas effacée, il dénote ce sens de l’organisation qui met en avant la discipline et le centralisme comme conditions de l’efficacité revendi­cative21.

  • 22 Cf. Tribüne 23/1, 5/2 et 8/3/1990.
  • 23 Certes, il est difficile, pour renoncer aux fonctions de gestion sociale du syndicat, d’oublier des (...)
  • 24 Cf. Pirker, op. cit. p. 49. Cf. également l’analyse de la loi dans la revue patronale Gewerkschafts (...)

27Le Gewerkschaftsgesetz montre toutefois qu’au-delà d’une telle convergence et malgré l’affirmation de leur indépendance, les nouveaux syndicats de branche ont du mal à se dégager des modes de pensée propres à l’ancien régime, c’est-à-dire à concevoir le syndicalisme comme une force sociale véritablement autonome. Le projet de loi, présenté le 23 janvier 1990, confirmé par le congrès à la fin du mois et voté par la Chambre du peuple le 7 mars 199022, c’est-à-dire peu avant la disso­lution de celle-ci, cherche en effet à la fois à redéfinir la liberté syndicale sur des bases nouvelles, tout en conservant un certain nombre de droits acquis23. Ainsi, il prévoit un droit d’initiative législative et un droit de veto vis-à-vis des lois et règlements concernant les problèmes du travail (une clause supprimée lors du vote à la Volkskammer), ce qui est impensable dans le cadre d’un régime parlementaire. Indépendamment de cette objection de fond, les organisations de RFA ne manquent pas de rappeler combien est dangereux le principe même d’une législation sur les pouvoirs syndicaux : elle leur rappelle trop la « loi sur les organisations profession­nelles » (Verbandsgesetz) que le patronat réclamait dans les années 70 pour limiter le droit de grève, une revendication qui ne manquerait pas de réapparaître en réaction au maximalisme du Gewerkschaftsgesetz24. Il est d’ailleurs significatif que la Chambre du peuple elle-même complète le projet syndical en prévoyant la possibilité de suspension d’une grève par le gouvernement « pour des raisons tenant au bien commun » (aus Gründen des Gemeinwohls).

  • 25 Cf.à ce sujet les déclarations très naïves du directeur du Feriendienst qui paraît croire à la pere (...)

28Bien qu’adopté au congrès du FDGB au lendemain du plan Modrow « Pour l’Allemagne, patrie unie », lorsqu’il n’y avait donc plus aucun doute sur les perspectives d’unification, le projet feint d’ignorer dans quel cadre socio-économique l’action syndicale future va s’inscrire. Dans ces conditions, l’accent mis sur le maintien et l’extension des droits de participation et de cogestion (Mit­wirkung et Mitbestimmung), droits n’ayant jamais été réellement exercés sous le régime socialiste et dont la portée change totalement en économie capitaliste, n’est guère qu’un exercice déclamatoire. Il n’est pas fortuit, là non plus, que la Chambre du peuple rappelle les syndicalistes aux réalités en supprimant le droit de veto syndical devant initialement s’appliquer à toutes les décisions « concernant le pro­cessus de production dans l’entreprise ». La clause de la loi prévoyant le maintien du « service de vacances » (Feriendienst) témoigne de la même absence de luci­dité, puisque cette activité n’est possible que grâce à la mise à la disposition gratuite d’infrastructures appartenant à l’État et surtout au versement par celui-ci de subventions considérables, toutes conditions qui sont appelées à disparaître25.

29Il est vrai que le syndicalisme de RDA n’est pas toujours incité au réalisme par ses interlocuteurs de l’Ouest, en particulier par l’aile gauche du DGB, qui a ten­dance à reporter sur lui des espoirs devenus vains dans le cadre de la RFA : comme si les successeurs d’un FDGB moribond pouvaient être en mesure de réaliser dans la future Allemagne unie ce que les très vivaces organisations du DGB ne sont pas parvenues à imposer en 40 ans d’action syndicale ! Le débat sur le mode de repré­sentation des salariés dans l’entreprise, c’est-à-dire sur l’opportunité de constituer des conseils d’établissement (Betriebsräte) en RDA fonctionne en partie selon ce schéma.

  • 26 Cf. les prises de position dans Tribüne, le résumé du débat dans Pirker, op. cit. pp. 72 sq. ou enc (...)
  • 27 Propos tenus par Mario Wetzky, permanent syndical à l’entreprise Bergmann-Borsig (Berlin) et recuei (...)

30En effet, la majorité des contributions sur ce thème, qui se multiplient dans Tribüne à partir de janvier 1990, s’opposent à l’institution de conseils d’entreprise en reprenant les critiques du Betriebsverfassungsgesetz (loi sur l’organisation interne de l’entreprise, qui définit entre autres le rôle du Betriebsrat en RFA) formulées de longue date à l’ouest : l’activité du Betriebsrat est assujettie au respect du « bien des salariés et de l’entreprise » (souligné par nous), ce qui interdit d’appeler à la grève ; la présence syndicale dans l’entreprise n’est pas légalement reconnue et les droits de codécision sont insuffisants26. Certes, affirmer son identité par ces critiques est essentiel tant qu’on peut espérer que l’unification juridique des deux États allemands permettra de sauver des éléments de la légis­lation du travail de RDA ; et même lorsque cet espoir disparaît, on comprend le réflexe de défense et de fierté face à ce qui peut être ressenti comme l’OPA des organisations ouest-allemandes. Mais de là à justifier le refus des conseils d’entre­prise en affirmant que « dans quelque temps, les travailleurs de chez nous se rappelleront ce qu’étaient par exemple les droits et les pouvoirs d’un président de section syndicale » ...27

  • 28 Betriebsräte und Gewerkschaften, Dokumente 1945-1950, Berlin : Verlag Tribüne 1990.

31Ce dont se souviennent effectivement les salariés de RDA, c’est l’étouffement de toute représentation effective de leurs intérêts qu’a signifié la mise en place au lendemain de la guerre d’un syndicalisme centralisé et monopoliste : l’édition au début 1990 d’un recueil de documents sur l’émergence des Betriebsräte en 1945, leur statut, leur activité et leur interdiction à l’automne 1948 sur ordre du SED est bien le signe qu’on n’en a pas perdu la mémoire28. Et ce que veulent en revanche ignorer bien des fonctionnaires du FDGB, qui tiennent à préserver leurs postes, c’est que des conseils d’entreprises se sont çà et là reformés, certes avec des pouvoirs souvent limités et un statut incertain, mais répondent justement au besoin de se défendre et d’agir, alors que les structures syndicales apparaissent inefficaces, quand elles ne se sont pas simplement évanouies. Il n’est donc pas étonnant que dans Tribüne, ce soient plutôt des universitaires, a priori moins directement impli­qués, qui défendent tout d’abord le modèle des Betriebsräte : la « base » de l’appa­reil syndical, qui s’exprime dans l’autre sens, défend surtout son monopole de représentation.

  • 29 Ceci, d’autant que le PDS annonce son intention de chercher à s’implanter dans les entreprises : cf (...)
  • 30 Cf. p. ex. Manfred Schumann (DGB), « Gewerkschaften und/oder Betriebsräte? - Anmerkungen zur aktuel (...)

32Ceci dit, le débat est bientôt tranché, y compris dans Tribüne, ne serait-ce que parce que les syndicats du DGB prennent clairement position. Sans nier les défauts du Betriebsverfassungsgesetz, et donc sans renier leurs critiques traditionnelles, ils se prononcent nettement pour le maintien du statu quo dans une Allemagne unie : non seulement le centralisme prôné par le FDGB (et inscrit dans le Gewerkschafts­gesetz) leur paraît politiquement dangereux29, mais ils reconnaissent les vertus démocratiques du dualisme institutionnel syndicat/Betriebsrat dans les entreprises, tout autant qu’ils en admettent les avantages pour eux-mêmes, dès lors qu’il existe un syndicalisme d’industrie uni et fort30. À cet égard, le débat nous renseigne donc autant sur la stabilité du modèle de relations professionnelles ouest-allemand que sur la fin du système syndical de la RDA.

III. Du FDGB au DGB

33Il n’est pas étonnant que, face aux incertitudes de l’évolution en RDA, le DGB et ses organisations restent longtemps hésitants. Dans un premier temps, les organi­sations ouest-allemandes observent l’évolution de leurs homologues de l’Est et nouent les premiers contacts : c’est par exemple le cas de l’IG-Metall (Ouest), dont le programme d’urgence (Sofortprogramm) de décembre 1989 prévoit l’instaura­tion d’un partenariat d’entreprise à entreprise et des stages de formation pour des permanents de RDA, ou de l’IG-Chemie, qui reste cependant plus prudente, car manifestement plus sceptique vis-à-vis des capacités de réforme de l’ancien appareil.

34Après le congrès extraordinaire du FDGB, fin janvier 1990, les syndicats du DGB s’engagent plus avant : ils consacrent davantage de moyens matériels à la coopération avec leurs homologues de l’Est, notamment pour l’ouverture de bureaux d’information et de conseil. La perspective de l’unification syndicale se rapprochant, le problème des relations avec le FDGB se pose avec d’autant plus d’acuité qu’une partie de l’ancien appareil, conscient du potentiel de membres qu’il peut apporter, s’accroche à ses positions.

  • 31 Tel est le titre d’un article de Der Gewerkschafter, organe de l’IG-Metall (Ouest) sur l’évolution (...)
  • 32 Ce principe, posé dès février 1990 par l’IG-Chemie, ne l’est clairement par l’IG-Metall qu’avec l’a (...)

35De la phase de coopération bienveillante respectant l’intégrité des partenaires, mode de relation faisant en quelque sorte pendant à ce qu’envisageait le plan en 10 points d’Helmut Kohl, on passe donc, alors que le mouvement d’unification s’accélère, à celle plus délicate d’une aide qui n’exclut pas l’immixtion. C’est également une phase de doute, qui pousse entre autres à prendre de plus en plus ses distances avec le FDGB en tant que centrale, mais aussi vis-à-vis des organisations de branche dont on se demande si elles « auront la force de se renouveler » ?31 Pour éviter toute compromission, la collaboration s’assortit désormais de conditions strictes : il est clair désormais qu’une fusion ne se fera que par un alignement sur le modèle de fonctionnement ouest-allemand32. La précipitation des changements politiques et sociaux commande pourtant d’agir, d’autant que le DAG, misant sur la fondation d’organisations nouvelles et n’étant donc pas confronté à ce genre de problèmes, remporte déjà quelques succès. L’organisation d’employés profite en effet de la frustration de cette catégorie salariale, mal payée, plus lourdement imposée que les ouvriers et dont les intérêts spécifiques ont toujours été négligés par le FDGB.

  • 33 Un calendrier des congrès d’union et des premiers congrès « pan-allemands" dans iwd du 4/10/1990.

36La dernière phase s’ouvre avec la disparition du FDGB et la volonté affichée du Sprecherrat de favoriser la fusion des organisations de branche. Ce processus, déclenché à partir du mois de mai par les directions des organisations respectives, soulève bien des difficultés, d’où la lenteur de sa mise en œuvre : la formation d’une direction unique, qui n’est réalisée pour les différents syndicats de branche qu’à partir de septembre-octobre 1990, est en fait le début d’un processus de fusion n’étant formellement achevé que par la tenue de congrès avec des délégués élus dans les nouveaux Länder : ceux-ci ne sont prévus qu’à partir de la mi-199133.

  • 34 L’IG-Metall Ouest affirme qu’en vertu du principe de la neutralité vis-à-vis des partis politiques, (...)

37Le problème le plus épineux est bien celui du recrutement des permanents. Les grandes organisations de RFA telles que l’IG-Metall, le syndicat des services publics, mais aussi celui du textile et de l’imprimerie se réservent le droit de sélectionner les membres de l’organisation qu’ils reprennent. C’est une méthode qui permet de réduire les effectifs d’un appareil auparavant artificiellement gonflé et, bien qu’on s’en défende34, de procéder à une épuration politique.

  • 35 Cf. Frankfurter Allgemeine Zeitung 30/8/1990.

38Les organisations ouest-allemandes peuvent craindre par ailleurs des difficultés financières : les salariés de RDA n’ont payé que très irrégulièrement leurs cotisa­tions, on ignore à quel niveau se sont stabilisés les effectifs réels de chaque orga­nisation, et surtout l’avenir du patrimoine syndical, dont certains proposent le transfert à l’office d’administration fiduciaire pour privatisation, est incertain. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’IG-Metall (Ouest), tout comme le syndicat des services public (ÖTV) exige la dissolution de l’organisation-sœur de RDA, pour ne pas devoir en être l’ayant cause35.

39Enfin, l’unification ne peut se faire sans qu’apparaissent des problèmes de frontière organisationnelle, puisque la délimitation des secteurs de recrutement au sein du FDGB différait en partie de celle du DGB. Ainsi, les services publics couverts par une seule organisation en RFA en avaient 5 en RDA, dont deux qui mordent sur le secteur de l’énergie et de la banque. L’ÖTV doit donc négocier un difficile compromis avec les syndicats correspondants, Handel-Banken-Versiche­rungen et Bergbau- Energie.

*

40Au mouvement syndical de l’Allemagne unie, le FDGB n’apporte guère en héritage qu’un passif politique à liquider, la frustration des salariés qu’il a embri­gadés, et éventuellement, ce qui serait un des rares éléments positifs, la méfiance de ceux-ci vis-à-vis d’un centralisme excessif.

41L’unité syndicale est aujourd’hui acquise, mais la fusion véritable prendra du temps. Tant que l’évolution n’aura pas homogénéisé les deux sociétés, le syndica­lisme allemand sera confronté à une situation duale particulièrement difficile à maîtriser. C’est dire qu’à côté de l’union organisationnelle se pose avant tout le problème du contenu de la politique syndicale à venir.

  • 36 Cf. Donat, op. cit., qui fait également un bilan chiffré des accords salariaux. Sur ce point, cf. é (...)

42Face au hiatus des mentalités, à l’écart des niveaux de vie et à l’inégale réparti­tion du chômage, pourra-t-on préserver la cohésion des organisations ? Pourra-t-on compter sur une attitude solidaire des salariés de l’Ouest, qui devront sans nul doute accepter une moindre amélioration de leur pouvoir d’achat ou de leurs conditions de travail ? Obtiendra-t-on l’adhésion durable et active des salariés de l’Est ? Sur ce dernier point, Véronique Donat a raison de souligner l’importance des accords salariaux négociés en RDA à la fin de l’été 1990 sous la houlette des organisations du DGB : même si l’ampleur des augmentations obtenues peut paraître économiquement dangereuse, sans une substantielle progression des rému­nérations, le nouveau système de relations sociales risquait de perdre d’emblée sa légitimité aux yeux des travailleurs est-allemands36.

  • 37 Cf. Pirker, op. cit. pp. 102 sq. ainsi que Michael Wendl, « Lohnleitlinien : Die Zukunft der Tarifp (...)

43Mais la gardera-t-il, face aux dramatiques problèmes d’emploi que vont poser les nécessaires restructurations ? Car comme le souligne Theo Pirker37, dans le gigantesque chantier qu’ouvre la reconstruction de l’économie est-allemande, les syndicats ne peuvent espérer garder de l’influence qu’en se mêlant de politique industrielle, terrain nouveau pour eux. En seront-ils capables, alors qu’une grande partie de leurs forces sera absorbée par la formation de militants et la consolidation de l’organisation à l’Est ? Et surtout disposeront-ils d’une marge de manœuvre suffisante, compte tenu de la conjoncture politique ? Indéniablement, le modèle allemand des relations du travail entre dans une zone de turbulences.

Notes

1 Cf. Tribüne 20/10/1989.

2 Ces critiques font mouche, car elles sont reprises dans les documents que le comité directeur fédéral du 29/11/1989 propose à la discussion en vue de l’organisation d’un congrès extraordinaire. Comme nous le verrons ensuite, la direction, présidée par Anelies Kimmel est alors toujours largement aux mains de fonctionnaires du SED : « Was sind, was wollen die Gewerkschaften in unserer Zeit ? » Dokumente der 11. Tagung des FDGB Bundesvorstandes (29.11.1989) Tribüne (Beilage), 29/11/1989, cf. le chapitre « Gewerkschaftliche Grundpositionen zur Verwirklichung des Leistungsprinzips ».

3 Sur les structures et l’évolution du FDGB, cf. la synthèse récente de Ulrich Gill, Der Freie Deutsche Gewerkschaftsbund (FDGB) : Theorie - Geschichte - Organisation - Funktionen, Opladen (Leske Verlag) 1989 et Werner Möller, « Zur Geschichte des FDGB, eine vorläufige Bilanz » in : Gewerkschaftliche Monatshefte 5-6/1990.

4 Cf. en particulier Tribüne 23, 24 et 31/10/1989. Sur l’épisode, cf. Theo Pirker/ Hans-Hermann Hertle/ Jürgen Kädtler/ Rainer Weinert, FDGB, Wende zum Ende. Auf dem Weg zu unabhängigen Gewerkschaften ? Cologne (Bund Verlag) 1990, p. 20 sq.

5 On apprend entre autres que Tisch entretenait un domaine de chasse aux frais de l’organisation (la construction d’une maison et les dépenses diverses auraient coûté 4,5 millions de mark), qu’il finançait ses vacances également sur fonds syndicaux et qu’il a viré au FDJ une somme de 100 millions de mark prélevée sur la caisse de solidarité du FDGB pour l’organisation du festival mondial de la jeunesse de 1984 sans en référer aux organes de décision.

6 Le manifeste est reproduit dans Charles Schüddekopf (Hg.), « Wir sind das Volk », Flug­schriften, Aufrufe und Texte einer deutschen Revolution. Reinbek bei Hamburg (Rowohlt Verlag: rororo) 1990.

7 Il faut croire que non, car l’Initiative für unabhängige Gewerkschaften, qui plaide, comme son nom l’indique, pour la sortie du FDGB, éprouve le besoin de l’expliquer afin d’encourager les salariés à oser faire preuve d’indépendance : cf. le bulletin IUG n° 4 du 1.2.1990.

8 Cf. entre autres l’interview de Hans-Jürgen Hoffmann, Vorstand du FDGB, le 18 avril 1990.

9 Sur cette fuite devant les responsabilités, cf. l’interview de syndicalistes est-allemands (« Die Unsicherheit wächst ») dans Gewerkschaftliche Monatshefte 5-6. 1990, p 397.

10 Cf. Pirker et al. p. 59 sq. Les auteurs soulignent que dans la plupart des cas, les Betriebsräte ont été fondés à l’initiative de petits groupes et acceptés plutôt passivement par le reste du personnel. Ils relèvent en outre, ce qui illustre bien notre thèse, que le plus souvent, les membres des conseils d’entreprise restent membres du FDGB et incitent les autres salariés à ne pas quitter le syndicat.

11 Sur le maintien de l’échelon intermédiaire de l’appareil syndical, cf. p. ex. l’interview de syndicalistes de RDA dans Gewerkschaftliche Monatshefte 5-6/ 1990 (« Ein neues gewerk­schaftliches Bewußtsein schaffen »).

12 Sur le rôle et le fonctionnement de cette école de cadres, cf. François Bafoil, « La formation des cadres syndicaux : l’école de Bernau » Revue d’études comparatives est-ouest 20 (4) 1989.

13 Là où des conseils d’entreprise sont élus, ce n’est pas non plus avant le mois de décembre : cf Pirker et al., op. cit.

14 Il s’agit d’acquérir l’indépendance financière et l’autonomie contractuelle, mais aussi, en l’occur­rence, de se forger une identité propre auprès des salariés. Ainsi, plusieurs organisations (IG-Metall, IG Bau-Holz, IG Chemie-Glas-Keramik) organisent des campagnes de distribution de tracts de grande ampleur, complète nouveauté en RDA : cf. Tribüne 12/12/1989, 9 et 15/1/1990.

15 Sur le congrès, cf. à part les comptes rendus de la presse ouest-allemande Tribüne 1 et 2/2/1990 et WSI-Mitteilungen 2/1990.

16 Sous le gouvernement Modrow, le FDGB était partie prenante à la « Table ronde », où il n’était cependant rentré qu’en forçant un peu la porte... Cf. Tribüne 8/12/1989. Les difficultés avec la nouvelle équipe gouvernementale tiennent évidemment aux conceptions économiques et sociales et notamment aux divergences sur le volet social du traité d’État, en cours de négociation avec Bonn.

17 Au sujet de la fin du FDGB, cf. Neues Deutschland 10 et 11/5/1990, Frankfurter Rundschau 7 et 10/5/1990 et Tribüne 9 et 10/5/1990. Sur le dernier congrès du FDGB, cf. Die Quelle, 10/1990.

18 Cf. l’interview de Peter Rothe dans Tribüne du 15/6/1990.

19 Cf. p. ex. Tribüne 13/12/1989, 16 et 17/1/1990.

20 Cf. « Vorbereitungskomitee stellt zur Diskussion : Thesen für ein Gewerkschaftsgesetz », Tribüne, 18/12/1989, projet qui affirme « résumer les propositions de milliers de membre ». Ceci dit, au même moment, les organes directeurs des syndicats imprimerie/papier et personnels scientifiques refusent explicitement le droit de grève : cf. Pirker, op. cit. p. 28.

21 De même, le président de l’IG-Metall (Est), Hartwig Bugiel souhaite explicitement que les syndicats aient, en vertu d’une norme législative, le monopole de la grève : cf. Tribüne 15/1/1990.

22 Cf. Tribüne 23/1, 5/2 et 8/3/1990.

23 Certes, il est difficile, pour renoncer aux fonctions de gestion sociale du syndicat, d’oublier des habitudes prises depuis 40 ans. Comme le dit Horst Krippner, un des syndicalistes interviewés dans Gewerkschaftliche Monatshefte (5-6/1990 : « Die Unsicherheit wächst ») : « Dans le passé nous étions chargés de gérer la pénurie. S’il y avait par exemple des bananes, c’est le syndicat qui les distribuait dans l’entreprise pour que chacun puisse en profiter une fois. […]. Dans les années 60, j’étais président de la sous-section syndicale dans la fabrique de générateurs, une de mes tâches principales était la distribution de bananes ou de thon quand arrivait une livraison. […] Nous sommes dans la phase délicate où tout cela ne doit plus être de notre ressort, mais où nous ne sommes pas encore capables de faire ce qui doit l’être, par exemple négocier les salaires. » Il est d’autant plus difficile de se dégager des fonctions anciennes que les besoins sociaux subsistent, p. ex. la distribution des logements, et ne sont pas clairement assurées par de nouvelles institutions. Le plus grave est cependant que les dirigeants dont le rôle devrait être précisément de penser et gérer le changement, aussi radical soit-il, ne sachent apparemment pas discerner ce qui pourra subsister des activités anciennes.

24 Cf. Pirker, op. cit. p. 49. Cf. également l’analyse de la loi dans la revue patronale Gewerkschaftsreport 3/1990 (Werner Dichmann, « Macht durch die Hintertür »), qui va tout à fait dans ce sens.

25 Cf.à ce sujet les déclarations très naïves du directeur du Feriendienst qui paraît croire à la perennité de sa fonction : Tribüne 9/3/1990 et Frankfurter Rundschau 15/6/1990.

26 Cf. les prises de position dans Tribüne, le résumé du débat dans Pirker, op. cit. pp. 72 sq. ou encore la contribution d’un syndicaliste de RDA dans Gewerkschaftliche Monatshefte 5-6/1990 (« Betriebsverfassungsgesetz für die DDR ? »). Le point de vue de la gauche du DGB : p. ex. Michael Wendl, « Gewerkschaftskannibalismus ? » Sozialismus 4/1990.

27 Propos tenus par Mario Wetzky, permanent syndical à l’entreprise Bergmann-Borsig (Berlin) et recueillis par Gewerkschaftliche Monatshefte 5-6/1990 (« Die Unsicherheit wächst »). Il n’est pas besoin d’insister sur l’écart existant entre les droits théoriques de la Betriebsgewerkschaftsleitung et ses pouvoirs réels.

28 Betriebsräte und Gewerkschaften, Dokumente 1945-1950, Berlin : Verlag Tribüne 1990.

29 Ceci, d’autant que le PDS annonce son intention de chercher à s’implanter dans les entreprises : cf. Frankfurter Allgemeine Zeitung 9/8/1990. L’IG-Chemie de RFA fait très rapidement de l’assentiment à un système de conseils d’entreprises élus la pierre de touche du renouveau démocratique en RDA et donc la condition de son aide : Günter Malott, « Für ein System gewählter Betriebsräte » Die Mitbestimmung 3/1990.

30 Cf. p. ex. Manfred Schumann (DGB), « Gewerkschaften und/oder Betriebsräte? - Anmerkungen zur aktuellen Diskussion um die Betriebsräte in der DDR » Gewerkschaftliche Monatshefte 3/1990 ou l’interview de Willi Hemmer (IG-Metall Ouest) dans Tribüne 26/1/1990. Autrement dit, si on se réfère au débat universitaire à propos des avantages et des inconvénients du système de représentation des intérêts des salariés en RFA, les dirigeants du DGB adoptent plutôt le point de vue (positif) de Wolfgang Streeck (cf. p. ex. « Gewerkschaftsorganisation und industrielle Beziehungen : Einige Stabilitätsprobleme industriegewerkschaftlicher Vertretung und ihre Lösung im westdeutschen System der industriellen Beziehungen » Politische Vierteljahresschrift 9/1979) contre celui (critique) de Walter Müller-Jentsch (cf. p. ex. « Nouvelles formes de conflit et stabilité institutionnelle : évolution récente des relations professionnelles en RFA » Sociologie du Travail 4-6-/1990).

31 Tel est le titre d’un article de Der Gewerkschafter, organe de l’IG-Metall (Ouest) sur l’évolution du FDGB et de l’IG-Metall (Est), de 3/1990. De même, la « Résolution sur l’unité allemande » adoptée par le DGB le 7/3/1990 insiste-t-elle sur l’appui accordé à la construction de syndicats libres et indépendants, avant de préciser les critères correspondants et de conclure que « le FDGB ne correspond actuellement pas à ces critères » : extraits de la résolution publiés dans Die Mitbestimmung 3/1990. La même revue fait également le point sur les relations des principaux syndicats de branche avec leurs homologues de RDA. Pour ce développement et pour la suite, cf. aussi les analyses et l’information collectée par Pirker et al., op. cit. pp. 86 sq. ainsi que Kurt Thomas Schmitz/Heinrich Tiemann, « Auf dem Weg zur Gewerkschaftseinheit - Ein Bericht », Deutschland-Archiv 10/1990.

32 Ce principe, posé dès février 1990 par l’IG-Chemie, ne l’est clairement par l’IG-Metall qu’avec l’accord du 27 mai 1990 : cf. Schmitz et al. ibid.

33 Un calendrier des congrès d’union et des premiers congrès « pan-allemands" dans iwd du 4/10/1990.

34 L’IG-Metall Ouest affirme qu’en vertu du principe de la neutralité vis-à-vis des partis politiques, la sélection ne tiendra pas compte de l’appartenance au SED ou au PDS : Frankfurter Allgemeine Zeitung 25/7/1990 et 28/8/1990. On peut noter que les syndicats de la chimie, des mines ou des postes procèdent de façon moins brutale en acceptant que les nouvelles structures à l’est soient gérées pour moitié par des cadres du DGB et de l’ancien FDGB : cf. Véronique Donat, « Problèmes du syndicalisme en RDA » Documents 4/1990.

35 Cf. Frankfurter Allgemeine Zeitung 30/8/1990.

36 Cf. Donat, op. cit., qui fait également un bilan chiffré des accords salariaux. Sur ce point, cf. également Frankfurter Allgemeine Zeitung 14/8/1990 et Die Zeit 12/10/1990.

37 Cf. Pirker, op. cit. pp. 102 sq. ainsi que Michael Wendl, « Lohnleitlinien : Die Zukunft der Tarifpolitik in der DDR » Sozialismus 8/1990.

Auteur

Maître de Conférences à l’Université Paris III.
A publié : La réduction du temps de travail en RFA, Paris, CIRAC, 1987, 232 pages ; Gewerkschaften und Arbeitgeber in Rheinland-Pfalz unter französischer Besatzung 1945-1949, Mayence, Hase & Koehler, 1988, 335 pages ; « Le syndicalisme dans la zone d’occupation occidentale », in : L’Allemagne occupée, 1945-1949, (sous la direction de) Henri Ménudier, Paris, Éditions Complexes, 1990, 332 pages ; « à propos de l’occupation française en Allemagne 1945-1949 », in : Sept décennies de relations franco-allemandes, 1918-1978, (sous la direction de) Gilbert Krebs, Paris, Publications de l’Institut d’Allemand d’Asnières, 1989, 362 pages.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr