Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne. De la division à l'unité

 | 
Henri Ménudier

IV. Démographie et avortement

Le poids démographique de l’Allemagne unie

Michel Hubert

Texte intégral

1Depuis plus de 120 ans, depuis Sadowa et sa conséquence logique, la procla­mation du Reich bismarckien dans la Galerie des Glaces à Versailles, un spectre hante l’Europe (« Ein Gespenst geht um in Europa »), c’est celui de la domination démographique et économique qu’exercerait l’Allemagne sur ses voisins, en particulier la France.

2Les médias tentent de nous convaincre de « La renaissance d’un géant » (Le Figaro 1/10/1990) ou de la réapparition de cette « Conquérante Allemagne » (Le Monde diplomatique/Août 1990), pour ne prendre que des exemples empruntés à des publications considérées comme sérieuses.

  • 1 Chiffres de Wolfgang Koellmann, Bevölkerungsploetz, vol. 4, Würzburg, Ploetz Verlag, 1965, pp. 68, (...)

3Il est un fait qu’entre 1866 et 1871, la transformation de la Confédération d’Allemagne du Nord (29,2 millions d’habitants) en un Empire allemand (41 millions) a fait naître des craintes justifiées dans une France de 37,7 millions d’habitants, déjà dépassée sur le plan économique en 1870, et dans une Grande-Bretagne de 26,2 millions d’habitants qui devait l’être vers 19001. Une telle appréhension était d’autant plus fondée que la croissance démographique et économique du Reich, fort de ses 67,8 millions en 1913 et devenu entre-temps la première ou deuxième puissance mondiale, met cruellement en relief la stagnation française dont la population n’atteint que 39 millions d’habitants en 1914.

4Une telle montée en puissance permet à l’Allemagne, alliée avec l’Empire austro-hongrois, de soutenir pendant les quatre années de la Grande Guerre le choc venu d’Europe occidentale et de Russie ; quand cette dernière s’effondre, seul l’apport de la jeune Amérique peut faire pencher la balance de façon décisive.

  • 2 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart/Mainz : Kohlhammer Verlag, (...)

5Versailles, dans sa version de 1919, et l’entre-deux-guerres prennent un jour significatif si on les envisage sous l’angle démographique. En 1920, le Reich de la République de Weimar compte 57 millions d’habitants, 62 en 1925 et 65 en 1930 ; le Troisième Reich recouvre la Sarre en 1935 et, dans ses frontières de 1937, il compte 69,3 millions d’habitants en 19392. Cependant, l’Anschluß de l’Autriche en mars 1938, l’annexion des Sudètes en septembre 1938, puis du territoire de Memel en mars 1939, font de l’Allemagne hitlérienne une puissance de 80,2 millions d’habitants, quelques mois avant le Pacte germano-soviétique et le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale.

6C’est ce chiffre de 80 millions d’Allemands que l’on retrouve après cinq ans de conflit, quatre ans de chaos et quarante et un ans d’histoire parallèle pour deux États qui se fondent en un seul dans la nuit du 3 octobre 1990 ...

I. La nouvelle Allemagne : superficie et population

1) Les données de base

7La superficie de l’Allemagne unie est de 357 041 km2, si l’on additionne les superficies respectives de la RFA (248 708 km2) et de la RDA (108 333 km2).

  • 3 BIB-Mitteilungen, Informationen aus dem Institut für Bevölkerungsforschung, 3/90, 17/09/1990, p. 15
  • 4 Jürgen Dorbritz, Wulfram Speiger, « Die Deutsche Demokratische Republik - Ein Ein-und Auswanderungs (...)

8Au 1er janvier 1990, la population de la RFA étant de 62 700 000 personnes3 et celle de la RDA de 16 400 0004, la population totale de la nouvelle Allemagne se situe donc autour de 79,1 millions d’habitants.

9La densité démographique est actuellement de 217,6 hb/km2, contre 249 en RFA et 155 en RDA avant l’unification.

10En matière de population active, 27,4 millions d’actifs en RFA s’ajoutent aux 9 millions de RDA, soit un total de 36,4 millions.

2) Comparaison avec divers pays de l’Europe actuelle

  • 5 Statistisches Bundesamt, op. cit. note 2, p. 90.

11Comparée avec l’Allemagne de jadis5, l’Allemagne unie de 1990 ne représente, en superficie, que 2/3 du Reich bismarckien (540 600 km2) ou 3/4 de l’Allemagne de 1937 (470 400 km2). Dans l’Europe actuelle, c’est à peine plus que la Finlande, la Norvège ou la Pologne et c’est nettement moins que la France, l’Espagne ou même la Suède.

  • 6 Eurostat, L’Europe en chiffres, 2e éd., Bruxelles /Luxembourg, 1989, chap. 7.

12Dans une Europe des Douze6 dont la densité est de 144 hb par km2, la densité démographique allemande se situe encore dans le premier tiers, mais le processus d’unification a fait rétrograder la densité du nouvel État derrière celle du Royaume-Uni (233 hb/km2) pour se rapprocher de la densité italienne (191).

13Quant à la population active, face à un total européen de 142 millions, le poten­tiel allemand s’élève à 1/4 de l’ensemble, soit finalement l’addition des actifs de la France (24 millions), du Bénélux (10,2) et de l’Irlande (1,3).

3) Comparaison historique

14Si l’on compare 1990 avec la situation qui prévalait au tournant du siècle, le poids nouveau de l’Allemagne unie mérite d’être ramené à de plus justes pro­portions.

  • 7 Wolfgang Koellmann, cf. note 1.

15En 1900, le Reich comptait 60 millions d’habitants et la Russie 90 millions ; le bloc Empire allemand et Empire austro-hongrois (Bosnie-Herzégovine comprise) constituait de loin la première puissance européenne, ne serait-ce que par son potentiel démographique : 107 millions en 1900 et 118 millions en 1914, soit la somme des populations de la France, du Royaume-Uni et de l’Italie7.

16De nos jours, face à 79 millions d’Allemands « unifiés » – dont 5 millions d’étrangers, France, Royaume-Uni et Italie comptent respectivement 55 millions d’habitants et rien que dans la partie européenne de l’URSS vivent 200 millions d’habitants ; voilà déjà quelques éléments propres à conjurer le spectre de l’hégémonie : l’examen du mouvement naturel de cette population allemande en livre d’autres.

II. Évolution du mouvement naturel en Allemagne

1) Les deux phases de l’évolution depuis 1949

17Deux phases distinctes caractérisent l’histoire démographique dans l’Allemagne d’après-guerre.

18Entre la création des deux États allemands en 1949 et la fin des années soixante, la population allemande connaît des mouvements antagonistes et contradictoires. La RDA stagne et se vide, passant de 18,7 millions d’habitants en 1949 à 17,1 en 1970, soit une diminution de 9 % : c’est le seul pays au monde dont la population diminue. À l’inverse, la RFA voit sa population grossir de 23,3 % : 49,1 millions d’habitants en 1949 et 60,6 en 1970. Cette augmentation provient pour moitié de l’accroissement naturel et pour le reste d’un flux migratoire que constituent les expulsés des territoires de l’Est (Heimatvertriebenen) et les réfugiés de RDA (Flüchtlinge).

19À la fin des années soixante, au moment où s’esquisse un dialogue entre les deux États, intervient pour ainsi dire « l’unification démographique » de l’Alle­magne, vingt ans avant l’unification monétaire et politique. En effet, de façon presque simultanée, RDA et RFA, selon leur histoire propre, redécouvrent la chute de la natalité et de la fécondité. Ainsi l’Allemagne,

  • 8 Michel Hubert, « 40 ans d’évolution démographique en RFA et RDA » in : Allemagnes d’aujourd’hui,(...)

« une fois passée la période de rattrapage de l’après-guerre et une fois apaisées les conséquences démographiques de la séparation politique, renoue avec le régime démographique qui était le sien entre les deux guerres mondiales. Le pays, à l’Est comme à l’Ouest, reprend l’évolution interrompue par la montée du conflit et par ses suites, si bien que le recul des années soixante-dix s’intègre alors dans le processus de transition ou de “révolution” démographique que l’Allemagne avait entamé à la fin du siècle précédent »8.

20Cela commence, en 1965, par un fléchissement de la nuptialité en RFA et RDA, puis par un recul de la fécondité et de la natalité, d’abord en RDA vers 1967, puis en RFA entre 1968 et 1970 ; le résultat de cette évolution ne tarde pas à se manifester dans toute sa rigueur : des soldes négatifs (excédents des décès sur les naissances) apparaissent pour le mouvement naturel dès 1969 en RDA et 1972 en RFA.

  • 9 Michel Hubert, « La RDA, quarante ans d’histoire démographique » in : Henri Ménudier e.a., La RDA, (...)

21Chaque État va tenter de lutter contre ce phénomène en utilisant les moyens que lui offre son idéologie. Alors que la RFA choisit le « laisser faire » et mise sur l’immigration, la RDA s’engage résolument dans une politique nataliste, marquée par quatre vagues successives de mesures9 dont l’efficacité demeure aléatoire.

  • 10 Statistisches Jahrbuch der DDR, 34e éd., Berlin, Staatsverlag der DDR, 1989, p. 366 et Zeitschrift (...)
  • 11 Cf. article de M.H. (Août 1989) p. 178, cité note 8.
  • 12 Ibid. p. 180.
  • 13 Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft, 2/90, cité note 10, p. 146.

22Certes, en 1986, la natalité de RDA était-elle encore supérieure de 3 points à celle de RFA (13,4 ‰ contre 10,3). Cependant, deux phénomènes contribuent au tassement que l’on observe désormais : d’une part, le fléchissement quasi inexo­rable de la fécondité depuis 1982, et surtout, depuis 1988, l’émigration massive d’une population jeune et en âge de procréer. Ainsi, en 1989, les résultats de cette évolution deviennent évidents : le taux de natalité, encore proche de 13,5 ‰ en 1986 et 1987 passe à 12,9 ‰ en 1988 pour descendre ensuite à 12 ‰10 : de ce fait, la RDA, après trois ans de rémission retrouve en 1989 un déficit des naissances sur les décès (– 0,4 ‰). Un tel résultat, au reste perceptible avant l’effondrement du régime11, apportait déjà un démenti aux analyses optimistes des observateurs fran­çais de cette politique nataliste, d’autant qu’à la même époque s’esquissait un redressement de la fécondité en République fédérale ; en effet, depuis 1985, le taux net de reproduction remonte, entraînant une élévation du taux de natalité : 9,6 ‰ en 1985, puis 10,3 en 1986 et 10,5 en 198712 ; pour 1989, le taux de natalité en RFA est de 11 ‰13.

  • 14 Ibid. p. 13. Les naissances étrangères sont passées en RFA de 73 500 (10,9 % du total) à 80 000 (11 (...)

23Il convient néanmoins d’être circonspect en la matière, cette tendance à une reprise de la natalité en RFA ne signifiant nullement une disparition de l’excédent des décès sur les naissances ; en 1989, malgré l’afflux d’une population jeune venue de l’Est, les naissances ont même légèrement diminué en chiffres absolus pour la RFA, ce qui montre les limites de ce redressement conjoncturel : 602 000 naissances en 1989 contre 604 000 en 1988 et un déficit final de 16 000 personnes, que la hausse de la natalité étrangère ne parvient pas à compenser totalement14.

24Ainsi se voit confirmée en 1990, avec l’unification politique de l’Allemagne, une tendance à l’unification démographique « vers le bas », marquée par un déclin amorcé depuis vingt ans.

2) Les conséquences

25On est donc loin d’une Allemagne à la démographie triomphante qui s’affirmait en Europe à la fin du xixe siècle et qui, lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, était encore le pays le plus jeune d’Europe, Russie exceptée.

  • 15 Statistisches Bundesamt, op. cit. note 2, p. 90.
  • 16 André Armengaud, La population française au XXe siècle, Paris, PUF, QSJ n°1167, 1965, p. 8.
  • 17 Eurostat, Statistiques démographiques, Bruxelles/Luxembourg, 1990, p. 134.
  • 18 Dorbritz/Speiger, op. cit. note 4, p. 13.

26En 1911, 43,1 % des Allemands ont moins de 20 ans15, contre 33,9 % en France à la même époque16 ; au 1/1/ 1988, cette proportion est tombée à 21,5 en RFA17 et à 25,8 en RDA18, malgré les mesures natalistes. Face à une moyenne de 26,3 % pour la classe d’âge de 0 à 19 ans, l’Allemagne apparaît ainsi comme le pays d’Europe dans lequel le vieillissement démographique est le plus prononcé, abstraction faite du Danemark et du Luxembourg.

  • 19 Cf. Populations et Sociétés, op. cit. note 15, p. 3.

27En matière de fécondité, si l’on considère que le seuil de renouvellement des générations est à 2,1 enfants par femme, la RFA se situe à 1,4 en 1988 et la RDA à 1,67, en dépit de sa politique nataliste ; le taux conjoncturel de fécondité étant de 1,60 pour l’Europe des Douze – et de 1,82 pour la France –, la gravité du vieillisse­ment démographique allemand se vérifie aisément. On peut d’ores et déjà estimer à 1/3 le déficit de la fécondité allemande qui, il faut le souligner, après avoir été une exception en Europe pendant plus de 15 ans, jouit du triste privilège d’être sur­classée à la baisse par l’Italie depuis 1987, puis par l’Espagne en 1988, la Grèce manifestant la même tendance plus récemment19.

3) Les perspectives

  • 20 En 1987, l’espérance de vie est pour les hommes de 72 ans et pour les femmes de 79 ans ; en RDA, ce (...)

28En l’an 2000, c’est-à-dire dans moins de dix années, l’âge moyen des Allemands sera de 50 ans, 1/6 de la population aura plus de 65 ans (contre 4,4% en 1911 et 8,2% en 1939), le pays ayant doublé son espérance de vie en 100 ans environ20. Presque tous les autres peuples voisins, Français, Britanniques, Polonais et Russes seront nettement plus jeunes et cette Allemagne unie qui aujourd’hui apparaît comme le pays le plus peuplé du Vieux Continent ne comptera, selon toute vraisemblance, plus que 65 à 70 millions d’habitants au début du troisième millénaire.

  • 21 On observe (Cf. Populations et Sociétés, op. cit. note 19, p. 3) en 1989, que 765 000 naissances so (...)

29En l’état actuel des taux respectifs de fécondité, il est probable que la population allemande sera rejointe par celle de la France21, qui, durant ces cinquante dernières années, comble progressivement le retard pris depuis le début du xixe siècle.

30Certes, il est apparu dans le passé qu’une atténuation provisoire du phénomène de décadence démographique enregistré par le mouvement naturel pouvait être compensée par les mouvements géographiques de population. La France en a fait une expérience modérée au xixe siècle et au début du xxe, l’Allemagne fédérale en tire avantage depuis les années soixante-dix. Qu’en est-il aujourd’hui ?

iii. Les mouvements de population en Allemagne

1) La situation actuelle

a) Les étrangers en RFA et RDA

31La RFA compte, à la fin de 1989, 4 850 000 étrangers, soit 8 % de plus qu’en 1988 ; leur part dans la population totale est de 7,7 %.

32On observe une grande variation dans les flux, depuis que les Asylbewerber (demandeurs d’asile), c’est-à-dire les réfugiés politiques, ont pris vers 1980 le relais des travailleurs immigrés mobilisés au service de l’économie allemande à partir de 1957. Cette population étrangère, dans sa composition analysée en 1989, laisse apparaître une forte proportion de Turcs (1 600 000, soit 33 %), de Yougoslaves (600 000, soit 13 %) et d’Italiens (500 000, soit 11 %) ; les Grecs ne sont que 300 000 (6 %), les Polonais suivent avec 220 000 (5 %) et les Autrichiens avec 170 000 (4 %).

33Cependant, la tendance majeure qui s’affirme par rapport à 1988 est celle d’une augmentation forte des Polonais (+ 29%) et régulière des Turcs (+ 6%) sur un total de 121 300 Asylbewerber venus en RFA en 1989.

34En RDA, 191 000 étrangers sont recensés en décembre 1989, soit presque le double de ce que le flou des statistiques officielles antérieures pouvait laisser supposer. Ces étrangers, originaires de Pologne, Hongrie, mais aussi du Mozambique et du Viet-Nam, représentent 1,2 % de la population totale ; toutefois 70 000 d’entre eux seulement sont « domiciliés » dans le pays, soit moins de 0,5 % de la population globale, le reste étant soumis à un statut professionnel et social caractérisé par la précarité.

b) les Aussiedler (Allemands de souche).

35Aux termes de la Loi fondamentale de la République fédérale (art. 116), ces ressortissants de souche allemande, originaires des pays d’Europe centrale et orientale, sont considérés comme citoyens allemands. Après le vaste exode qui, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, en avait conduit presque 10 millions en RFA, leur afflux avait nettement diminué et, depuis les années soixante, leur arrivée suivait pour l’essentiel le rythme fixé par les accords « économiques » que la RFA signait avec leurs pays d’origine.

  • 22 Parmi ces 377 000 immigrants d’origine allemande, on compte 98 000 personnes venues d’URSS (doublem (...)
  • 23 Cf. « Une économie allemande » in : Économie prospective internationale n° 43, 3e trimestre 1990, P (...)

36L’ouverture et les bouleversements récents en Europe de l’Est provoquent une reprise de ce phénomène d’immigration. Ainsi, 36 500 arrivent en RFA en 1984, puis 39 000 en 1985, 42 700 en 1986, 78 500 en 1987, pour atteindre 203 000 en 1988 ; ils sont 377 055 en 198922 et environ 360 000 en 199023.

37Compte tenu de la diaspora allemande encore « mobilisable » en Europe cen­trale et orientale, on peut supposer que ce mouvement va encore se poursuivre ; en effet, la minorité allemande de Pologne est estimée à 900 000 personnes, celle d’URSS à 1 800 000, celle de Roumanie à 300 000 et celle de Hongrie à 200 000.

c) Les Übersiedler (Allemands de RDA)

  • 24 Cf. M.H., La RDA..., op. cit note 9, p. 113.
  • 25 Dorbritz/Speiger, op. cit. note 4, p. 68.

38Depuis la fondation de la RDA jusqu’à la construction du Mur de Berlin, la balance migratoire entre les deux États enregistrait déjà un déficit d’environ 3,1 millions de personnes24 correspondant à l’arrivée en RFA de 3,8 millions de réfugiés (Flüchtlinge) ; entre 1961 et 1989, près d’un million de citoyens venant de RDA et désormais appelés Übersiedler, sont venus s’installer en RFA, ce qui porte à 3,9 millions de personnes le déficit total du solde migratoire entre RDA et RFA25.

39C’est surtout à partir de 1984/1985 que le mouvement d’immigration de RDA vers la RFA a repris de l’importance : après des flux annuels de 10 000 à 13 000 en moyenne, près de 41 000 départs « légaux » ou « illégaux » ont lieu en 1984, un chiffre analogue étant enregistré en 1988. Mais, en 1989, 344 000 Allemands de RDA parviennent en RFA, chiffre encore supérieur à celui enregistré en 1953 – date du soulèvement ouvrier de Berlin – et qui illustre bien le lien existant entre l’émigration et la situation politique ou économique du pays de départ.

40Il apparaît ainsi qu’en l’espace d’une année, en 1989, la RFA a dû accueillir plus de 840 000 immigrants, toutes catégories confondues.

2) Les perspectives

41Trois phénomènes semblent devoir marquer dans le futur l’évolution des mouvements géographiques de population en Allemagne. Un rééquilibrage entre les Länder de l’Ouest et de l’Est devrait intervenir à moyen ou long terme, et ce selon le rythme du « rééquilibrage » économique. Une régulation de l’arrivée des réfugiés politiques ne manquera pas de s’imposer, même si la suppression récente des visas entre l’Allemagne unie et la Pologne ne va pas dans ce sens. L’afflux des Allemands d’Europe centrale et orientale devrait se poursuivre jusqu’au tarisse­ment du potentiel, tant que la réorganisation économique des pays de l’Est n’offrira pas une alternative attrayante à l’émigration.

Conclusion

42L’Allemagne des années quatre-vingt était l’Allemagne des grandes peurs : peur de la guerre nucléaire, peur de la contamination atomique inspirée par Tchernobyl, peur du sida et peur de la pollution suscitée par le trou dans la couche d’ozone, par les pluies acides ou encore par la sécheresse.

43L’Allemagne fut obsédée par ces grandes peurs à un point tel que d’aucuns imputaient ce phénomène au sens de la démesure caractérisant, selon eux, le peuple allemand. Que penser, en effet, d’un pays où, face à ces angoisses, la jeunesse adoptait comme maxime « Plutôt rouge que mort »...

44L’Histoire, depuis 1990, semble avoir conjuré ces cauchemars pour les reléguer à l’arrière-plan ; mais curieusement certains voisins de l’Allemagne semblent enclins à tomber eux-mêmes dans ce travers qu’ils raillaient naguère : il ne faudrait pas prendre prétexte des événements récents pour forger à l’égard de l’Allemagne unifiée une nouvelle grande peur.

45Un examen objectif des nouvelles données s’impose donc. Sur le plan démographique, la présente étude s’efforce de ramener à de plus justes proportions cet accroissement de l’Allemagne par un apport de population qui, au fond, représente pour l’ancienne RFA, l’équivalent du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, soit 26,9% du total.

46Sur le plan économique et social peut-on véritablement parler d’un Anschluß menaçant lorsque s’intègre une ancienne RDA dont le produit national est compa­rable à celui du Land de Hesse (12,5% du total de la RFA), avec un PIB par tête à parité de pouvoir d’achat qui, au mieux, atteint les 2/3 de celui de l’Ouest ?

47En réalité, l’harmonisation des structures économiques et sociales dans les deux parties de l’Allemagne demandera tant d’efforts qu’il est permis de douter que celle-ci puisse avant de longues années prétendre à l’exercice d’une quelconque hégémonie économique ou politique en Europe. L’hypothèse la plus plausible semble être qu’une division du travail s’instaurera, les entreprises de l’ancienne RFA se taillant la part du lion dans la « reconstruction » de l’Est, et un rééquili­brage des priorités s’imposant pour l’Allemagne dans le cadre de l’Europe.

48Il demeure que la gravité des perspectives démographiques ne permet guère de parler de « renaissance d’un géant » et il serait judicieux de proposer au spectre d’une Allemagne conquérante de rejoindre ... celui de l’Empereur Barberousse qui, selon une vieille légende germanique, attend la résurrection du Reich dans sa caverne du Kyffhäuser, entre le Harz et la Forêt de Thuringe, là où se sont retrouvées les deux parties d’un pays divisé.

Notes

1 Chiffres de Wolfgang Koellmann, Bevölkerungsploetz, vol. 4, Würzburg, Ploetz Verlag, 1965, pp. 68, 71 et 85.

2 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart/Mainz : Kohlhammer Verlag, 1972, p. 90.

3 BIB-Mitteilungen, Informationen aus dem Institut für Bevölkerungsforschung, 3/90, 17/09/1990, p. 15.

4 Jürgen Dorbritz, Wulfram Speiger, « Die Deutsche Demokratische Republik - Ein Ein-und Auswanderungsland », in : Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft, 1/90, Boppard : Boldt Verlag, 1990, p. 68.

5 Statistisches Bundesamt, op. cit. note 2, p. 90.

6 Eurostat, L’Europe en chiffres, 2e éd., Bruxelles /Luxembourg, 1989, chap. 7.

7 Wolfgang Koellmann, cf. note 1.

8 Michel Hubert, « 40 ans d’évolution démographique en RFA et RDA » in : Allemagnes d’aujourd’hui, n° 109/110, Juil.-Déc. 1989, p. 173.

9 Michel Hubert, « La RDA, quarante ans d’histoire démographique » in : Henri Ménudier e.a., La RDA, 1949-1989, Paris, Publications de l’Institut d’Allemand d’Asnières, Université Sorbonne Nouvelle, 1989, pp.110-125.

10 Statistisches Jahrbuch der DDR, 34e éd., Berlin, Staatsverlag der DDR, 1989, p. 366 et Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft, 2/90, Boppard, Boldt Verlag, 1991, pp. 135-201.

11 Cf. article de M.H. (Août 1989) p. 178, cité note 8.

12 Ibid. p. 180.

13 Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft, 2/90, cité note 10, p. 146.

14 Ibid. p. 13. Les naissances étrangères sont passées en RFA de 73 500 (10,9 % du total) à 80 000 (11,7 % du total) ; sans elles, l’excédent des décès sur les naissances eût été de 87 000 au lieu de 16 000.

15 Statistisches Bundesamt, op. cit. note 2, p. 90.

16 André Armengaud, La population française au XXe siècle, Paris, PUF, QSJ n°1167, 1965, p. 8.

17 Eurostat, Statistiques démographiques, Bruxelles/Luxembourg, 1990, p. 134.

18 Dorbritz/Speiger, op. cit. note 4, p. 13.

19 Cf. Populations et Sociétés, op. cit. note 15, p. 3.

20 En 1987, l’espérance de vie est pour les hommes de 72 ans et pour les femmes de 79 ans ; en RDA, ces données sont, en moyenne, inférieures de deux ans et demi (Cf. BIB-Mitteilungen, Informationen aus dem Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung, 2/90, 2/07/1990, p. 7.) Pour la période 1871-1880, cette espérance de vie était dans le Reich de 35,5 ans pour les hommes et de 38,4 ans pour les femmes (Statistisches Bundesamt, op. cit. note 2, p. 110).

21 On observe (Cf. Populations et Sociétés, op. cit. note 19, p. 3) en 1989, que 765 000 naissances sont intervenues en France contre 880 400 à l’échelle de toute l’Allemagne (RFA+RDA) ; compte tenu du niveau supérieur des taux français de natalité (13,6 ‰) et de fécondité, l’écart tend à se combler.

22 Parmi ces 377 000 immigrants d’origine allemande, on compte 98 000 personnes venues d’URSS (doublement par rapport à 1988), 250 000 venues de Pologne (contre 140 000 en 1988) ; les migrants originaires de Tchécoslovaquie ne sont que 2 000, ceux venus de Hongrie 1 600 et ceux provenant de Yougoslavie moins de 1 500 (Cf. Secrétaire d’État Dr. Waffenschmidt, cité par BIB-Mitteilungen, op. cit. note 3, p. 15).

23 Cf. « Une économie allemande » in : Économie prospective internationale n° 43, 3e trimestre 1990, Paris : La Documentation Française, p. 103.

24 Cf. M.H., La RDA..., op. cit note 9, p. 113.

25 Dorbritz/Speiger, op. cit. note 4, p. 68.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr