Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne. De la division à l'unité

 | 
Henri Ménudier

III. Mutations économiques

L’Allemagne de l’Est en crise

François Bafoil

Texte intégral

1Les inquiétudes s’accumulent en Allemagne au fur et à mesure que les coûts induits par l’union nationale et les espoirs déçus augmentent. Car il ne s’agit pas seulement des coûts financiers mais bien des coûts psychologiques : chômage, misère, rupture des anciens liens font désormais partie du cours de la grande mutation historique et, tandis que les frontières géographiques ont disparu, d’autres murs se reconstituent, dans les têtes cette fois, seule défense apparemment de ce qui fut si difficile à définir, il y a 15 mois, comme l’identité est-allemande.

Chômage

  • 1 Handelsblatt, 11 février 1991.

2Personne ne paraît en mesure, à vrai dire, de déterminer exactement les coûts financiers de l’unité. Les besoins en dépenses pour le Bund sont fixés pour l’année 1991 à 105 milliards de DM et le déficit prévu doit s’élever à 70 milliards de DM1. Or, ces chiffres risquent de croître rapidement si, comme beaucoup le réclament, le Fonds de l’Unité (alimenté tant par le Bund que par les régions de l’Ouest) doit être augmenté de quelque 10 milliards de DM et si, comme chacun le redoute, les chiffres du chômage augmentent.

3Car le chômage croît très précisément dans les proportions alarmantes qu’avaient annoncées avant les élections du 2 décembre 1990, ceux qui, comme Oskar Lafontaine, furent traités de Cassandre.

4À la fin de l’année 1990, le nombre de chômeurs avait atteint les 642 000 et dépassé en janvier 1991 les 757 200, soit 8,6% de la population active.

  • 2 Berliner Zeitung, 18 janvier 1991.

5Les chiffres du chômage technique sont encore plus inquiétants. Ils concernent la presque totalité des branches avec des pointes dans la chimie où 63 % des travailleurs sont frappés par cette mesure pour 62 % dans la métallurgie et 53 % dans l’imprimerie2. Personne ne sait au juste ce que recouvre ce travail partiel et si les mesures pourront être reconduites hors des délais légaux. Ce que chacun sait, en revanche, c’est qu’à l’été 1991, au plus tard, cet état devra déboucher soit sur la reprise du travail, soit et ce sera le cas pour la majorité, sur le chômage réel.

Tableau des chômeurs techniques durant l’année 1990 en RDA et à compter d’octobre 1990, en Allemagne orientale

Places offertes

Chômage

Chôm. techniques

Janvier

-

-

-

Février

156.000

15.000

-

Mars

98.000

38.000

Avril

74.000

65.000

Mai

54.000

100.000

Juin

38.000

152.000

Juillet

27.700

272.000

656.000

Août

28.400

361.300

1.500.000

Septembre

18.700

444.800

1.728.700

Octobre

23.900

537.800

1.767.000

Novembre

23.800

589.200

1.830.000

Décembre

22.000

642.000

1.795.300

  • 3 Handelsblatt, 11 février 1991.
  • 4 DIW Wochenbericht, 23-24 1990.
  • 5 C’est l’avis, en particulier de l’union fédérale des moyennes industries, exprimé dans : Der Tagess (...)

6Quant aux prévisions pour les prochains mois, elles sont tout bonnement catastrophiques, de la bouche même du Ministre fédéral du travail3 : dans l’agriculture, 400 000 emplois sont déclarés en surnombre sur un total, en janvier 1990, de 890 000 postes. Compte tenu que près de 200 000 travailleurs dans ce secteur ont déjà été licenciés l’an passé, c’est l’hypothèse la plus sombre avancée il y a quelques mois par l’Institut d’économie de Berlin qui l’emporte4. Selon ce scénario, 100 000 individus suffiraient à assumer l’agriculture est-allemande, soit une chute de 90 % des effectifs. Dans les services publics 700 000 individus doivent s’attendre à être licenciés entre mars et septembre 1991 ; dans la métallurgie, ce chiffre est de 500 000 ; dans les mines 300 000. L’évaluation de 3 millions de chômeurs à l’été 1991 est donc de plus en plus réaliste, soit environ 40 % des actifs de l’ancienne RDA5. Et cela est d’autant plus inquiétant que les hypothèses de développement de la zone est-allemande n’envisagent plus l’été, mais bien l’hiver 1991 comme point de retournement du cycle de la crise actuelle.

  • 6 Handelsblatt, 7 février 1991 ; également Die Zeit, n°6, 1er février 1991, p. 31.

7L’ensemble des partenaires sociaux est ainsi appelé à faire front : les syndicats du DGB réclament à côté d’impôts exceptionnels (comme une taxe sur l’essence notamment), la mise en place de véritables plans de formation susceptibles d’accueillir chaque année 700 000 travailleurs et la création de 200 000 emplois au titre des contrats avec les ministères6. Les chefs de gouvernement des Länder, aidés en cela par les maires de communes, plaident eux aussi pour la levée d’impôts supplémentaires à l’Ouest et l’attribution de dotations exceptionnelles, compte tenu de l’état de faillite de leurs ressorts. Tous, enfin, pressent le Bund de faciliter juridiquement l’accès au foncier et la Société fiduciaire (Die Treuhandanstalt), en charge du patrimoine productif de l’ancienne RDA, de sauver le maximum d’emplois, quitte à subventionner encore des entreprises, sans cela déficitaires.

Amère déception

8Ainsi, le prix à payer pour changer de type d’économie est-il très lourd : les ruptures psychologiques engendrées par l’instauration des nouveaux mécanismes sont là pour le prouver. Aux attentes non comblées d’un décollage économique qui paraissait, à en suivre certains, imminent tout au long de l’année passée, vient s’ajouter l’amère déception de passer maintenant seulement pour une colonie de l’Ouest, au mieux pour un simple marché, au pire pour un tremplin. Il est vrai que, dans le moment même, où l’ex-RDA accusait une chute de sa production industrielle de près de 50 % et une chute de croissance de –16 %, l’ancienne RFA annonçait une croissance globale en progression de 4 points et 100 000 chômeurs de moins.

9Certes, des hausses salariales substantielles ont eu lieu avec les accords tarifaires de branches signés depuis l’été 1990. De 35 % environ en janvier 1990, le différentiel entre les revenus Est-Ouest se situe, en moyenne, un an plus tard à 45 %-50 %. De surcroît, il est sûr maintenant que le rattrapage salarial entre les deux parties de l’Allemagne aura lieu plus tôt que prévu, à l’horizon 1993, sans rapport obligé avec les gains de productivité. Mais cela n’empêche pas, à l’Est, les frustrations de croître en proportion de l’augmentation des coûts de la vie et de l’angoisse du lendemain.

  • 7 Deutschland Archiv I-1991, l’article de Ilse Spittmann, « Wir und die da drüben », pp. 1-4.
  • 8 Die Zeit, n°7, 8 février 1991, l’article de Marlies Menge, « Sie sind so arrogant », p. 73.

10Plus encore, les qualifications que chacun louait, il y a peu encore, comme l’un des atouts majeurs de l’ex-RDA, sont déclarées maintenant insuffisantes. Nombre de diplômes et partant d’individus, sont désormais appelés à connaître le même sort que les machines : ils sont obsolètes. Ici, c’est un institut de recherche réputé pour son sérieux, comme le Musée de l’Hygiène de Dresde, l’école supérieure de la culture physique ou encore l’Institut de recherche sur la Jeunesse de Leipzig7 ; là, c’est le directeur du Zoo de Berlin-Est, un homme âgé, unanimement respecté et rejeté comme un incompétent, là encore, ce sont des éducatrices, formées dans le giron de l’église protestante, éducatrices d’enfants inadaptés profonds et qui, parce que leur diplôme ne correspond pas au cursus de l’Ouest, voient leur qualification et leurs postes ravalés au rang d’aides soignantes d’hôpital !8 L’arrogance bat son plein et il n’est pas jusqu’à des sociologues de l’Ouest, réputés de longue date comme des spécialistes incontestés de l’ancien régime du SED, qui ne se voient accusés d’avoir voulu défendre, par leurs écrits, le régime communiste par ceux-là mêmes, leurs collègues, qui ne distrayèrent jamais une seconde de leur temps pour s’enquérir un tant soit peu de l’autre Allemagne.

11Tout cela ne serait pas encore trop grave si à cette brutalité et à cette arrogance ne répondaient pas l’incompréhension, la méfiance, le rejet et finalement la réappa­rition des anciennes barrières. Car ce qui ressurgit derrière le fossé, c’est de nou­veau l’opposition Ossis-Wessis, (ceux de l’Est-ceux de l’Ouest). Or que peut bien recouvrir un tel blocage pour les Allemands de l’Est qui se servent de cette distinction pour mieux affirmer une différence culturelle ? Rien apparemment, sinon cette volonté de défendre un ensemble d’habitudes et de comportements, tissés pour se protéger d’un système communiste absurde mais qui, une fois supprimé au niveau de ses institutions politiques, n’en laisse pas moins vivants, effondrés mais debout, ceux qui le vécurent durant 40 ans.

12Or qui peut espérer fonder le renouveau est-allemand sur un tel refus ? Com­ment envisager la nécessaire conversion, dans l’entreprise, à l’économie de marché, c’est-à-dire à la prise en compte des notions tant vantées de qualité, de client, de partenaire, lorsque la confiance fait défaut ? Refus du nouvel ordre économique, dira-t-on ? Ce serait se méprendre sur le sens de ces comportements complexes et complexés. Car le paradoxe est là, difficile à admettre pour les citoyens de l’Ouest mais qu’il faudra bien qu’ils intègrent. Pour autant qu’ils furent des centaines de milliers à rejeter la dictature du SED, ils n’en demeurent pas moins très nombreux, en ex-RDA, d’autant plus attachés à ce qui fut leur quotidien que ce qui leur a été promis comme mirifique ne s’offre souvent que sous les auspices de la rupture, du rejet, du mépris.

Notes

1 Handelsblatt, 11 février 1991.

2 Berliner Zeitung, 18 janvier 1991.

3 Handelsblatt, 11 février 1991.

4 DIW Wochenbericht, 23-24 1990.

5 C’est l’avis, en particulier de l’union fédérale des moyennes industries, exprimé dans : Der Tagesspiel, 5 février 1991. Voir également, les évaluations avançant un chiffre oscillant entre 3 et 4 millions de chômeurs dans : Der Spiegel, 7/1991.

6 Handelsblatt, 7 février 1991 ; également Die Zeit, n°6, 1er février 1991, p. 31.

7 Deutschland Archiv I-1991, l’article de Ilse Spittmann, « Wir und die da drüben », pp. 1-4.

8 Die Zeit, n°7, 8 février 1991, l’article de Marlies Menge, « Sie sind so arrogant », p. 73.

Auteur

Chercheur au CNRS (ROSES).
Ouvrages publiés : Le pouvoir nu (en collaboration avec N. et T. Lowit, Paris, Syros, 1984, 263 pages ; Le cas M., la crise des relations professionnelles dans une entreprise polonaise aujourd’hui, Paris, IMSECO (coll. Cultures et Société de l’Est), 1988, 175 pages ; Entreprises et syndicats en RDA (Histoire de l’émulation est-allemande), Editions L’Harmattan, 1991, 238 pages ; L’industrie de la Pologne (étude réalisée pour le Ministère de l’industrie et de l’aménagement du territoire), Editions du CFCE, 470 pages (en collaboration avec Mme Dorota Ostrowska).
Thèse de doctorat : Les syndicats polonais 1982-1985, IEP 1986, 2 tomes, 620 et 210 pages, 1986.
Numéros spéciaux de revues : Le communisme en RFA et en RDA, Numéro spécial, Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, 1989/4, 175 pages ; Les politiques sociales en Europe de l’Est, Revue Française de sciences des affaires sociales, 1990 (4).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr