Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne. De la division à l'unité

 | 
Henri Ménudier

III. Mutations économiques

Le poids économique de l’Allemagne unie

Klaus-Peter Schmid

Texte intégral

1Un géant économique, inébranlable et sûr de lui, voilà l’image de l’Allemagne divisée qui a prévalu pendant des décennies. À en croire les observateurs étrangers, cette République fédérale vivait déjà au rythme du « Deutschemark, Deutschemark über alles », dominait de son poids la Communauté européenne et exaspérait ses partenaires par sa santé et son égoïsme.

Des appréciations discordantes

2Aujourd’hui l’Allemagne unifiée, agrandie de 16,3 millions d’habitants, inspire à certains une véritable crainte : la naissance d’une sorte de superpuissance germa­nique aux ambitions incontrôlables. Citons à titre d’exemple le professeur Serge-Christophe Kolm qui écrit dans Le Monde :

  • 1 Serge-Christophe Kolm, « La ‘Teutomanie’ et le pari de Pascal », in : Le Monde, 21 février 1990, p. (...)

« En tout état de cause, l’État panallemand (où confédération germanique, quel que soit son nom) acquiert en quelques années une large hégémonie sur toute l’Europe, sur les plans technique, industriel, économique, monétaire, financier, bancaire, et bientôt culturel et politique »1.

3Pourtant, de temps à autre, des voix s’élèvent qui vont à l’encontre des chœurs chantant (souvent en frissonnant) une économie allemande pratiquement invulné­rable. Ainsi en 1981, Bernard Keiser, excellent connaisseur du sujet, note :

  • 2 Bernard Keiser, La RFA : le modèle dans l’impasse ? Paris, Hatier, 1981, p. 77.

« Amené à choisir entre une voie solitaire qui paraît, à terme, sans issue et une voie solidaire qui le condamne à disparaître, le modèle allemand semble dans l’impasse ; il y entraîne ses imitateurs »2.

4Deux ans plus tard, l’américain Bruce Nussbaum, dans son livre très remarqué The World after Oil, prophétise ceci :

  • 3 Bruce Nussbaum, The World after Oil, New York, Simon and Schuster, 1983, p. 83.

« West Germany today is a nation confidently moving through the twentieth century blindly unaware of the economic catastrophe that has already befallen it ... Of all the major countries in the Western Alliance, no country will fall so far and so hard in the coming post-OPEC era as Germany. For West Germany is fast losing the high-tech race to Japan, the United States and perhaps even France. It may soon find itself a second-rate economic power, the new ‘sick man of Europe’ »3.

  • 4 Die Zeit, 8 avril 1988, p. 21. Cf. également Kurt Biedenkopf/Meinhard Miegel : Investieren in Deuts (...)

5Certains arguments de ce genre ont ébranlé les certitudes allemandes. Ils ont fait l’objet du dorénavant fameux Standortdebatte, le débat sur l’avenir de l’industrie allemande qui a fait rage entre 1987 et 1988. Au cœur du débat : la question de savoir si l’économie ouest-allemande pouvait se payer le luxe de salaires et de charges sociales extrêmement élevés sans perdre de sa compétitivité au niveau international. « Panique au pays des merveilles » résumait à l’époque l’hebdoma­daire Die Zeit4.

6Le très sérieux Economist qui, en mai 1988, regardait de près le Wunderkind at 40, dressait un bilan alarmiste, voire catastrophique :

  • 5 The Economist, 7 mai 1988, p. 13.

« Right now, little of what is happening is good. The country is no longer getting richer as quickly as it used to, as it should be, or as nearly every economy ... By 1990 West Germany will have a full decade of economic underperformance behind it, with the causes more or less acknowledged but the will to tackle them hardly any stronger than in 1980. Soon it may no longer seem outlandish, as it still does in 1988, to extrapolate the past and point to a Germany that is not merely static but, by comparison with its European neighbours, sick »5.

7Géant dominateur pour les uns, homme malade pour les autres – où en est réellement l’économie allemande ? Quels sont sa véritable importance et son poids dans le monde ?

Les signes de la puissance

8Il convient tout d’abord de souligner qu’il sera ici question de la RFA avant son unification en octobre 1990. Les statistiques économiques et financières de l’ex-RDA font toujours défaut. D’autre part, toute comparaison internationale est contestable parce qu’on ne dispose pas de critères indiscutables. Souvent le dollar américain sert d’échelle, une baisse ou une hausse de sa valeur fausse tout. La force tourne facilement en faiblesse quand une économie dépend aussi largement de ses exportations. Et la destruction de l’environnement nous a appris que la croissance n’est pas une valeur en soi. Le rang de l’économie allemande dans le monde semble cependant assez clair : elle figure parmi les pays les plus riches et les plus performants. Citons à ce propos un jugement français sur le voisin allemand :

  • 6 Sabine Urban, « L’Internationalisation tronquée de l’économie allemande », in : H. Ménudier e.a. : (...)

« En l’espace de quarante ans la RFA s’est imposée comme première puissance économique en Europe et en première position mondiale pour les exportations. Le résultat est indiscutablement brillant et enviable à bien des égards »6.

  • 7 World Bank Atlas 1989, Washington, 1989, p. 6 s. Si l’Allemagne unifiée risque de perdre quelques p (...)

9Signe le plus apparent de cette ascension vers les sommets : la RFA figure depuis un certain nombre d’années parmi les pays les plus prospères du monde industrialisé. Selon les statistiques de la Banque Mondiale, l’Allemagne de l’Ouest tenait en 1988 la septième place dans la comparaison internationale du PNB par tête d’habitant7. Bien que soumis au flottement du dollar, ce palmarès est solide, car les positions ne changent guère d’une année sur l’autre. Cette prospérité ne profite d’ailleurs pas seulement à une mince couche de la population allemande. Dans des comparaisons internationales, la RFA passe pour un pays à répartition très égalitaire des revenus. L’éventail des revenus des ménages y est en tout cas moins ouvert que dans la plupart des pays industrialisés. Et si le nombre des millionnaires augmente régulièrement, les classes de la population en bas de l’échelle perdent en même temps en importance. Autrement dit : si les riches s’enrichissent davantage, les pauvres ne s’appauvrissent pas pour autant.

10À ceci s’ajoute l’aspect conjoncturel. L’économie allemande vit en plein boom, elle a connu sa dernière récession en 1982. Jamais dans l’histoire de l’après-guerre, un cycle conjoncturel n’a été aussi long. La croissance, plutôt modeste pendant plusieurs années, arrive de nouveau à 4 %, ce qui, dans le contexte international, est un taux très respectable. Ainsi l’Allemagne joue, sans chercher à se donner ce rôle, la locomotive qui tire les autres économies, plutôt à la traîne.

11Le deuxième point fort est à coup sûr le mark, monnaie stable, recherchée et appréciée dans le monde entier. Le mark représente l’élément clé de l’internatio­nalisation de l’économie ouest-allemande. D’abord grâce à sa stabilité interne. Depuis 1950, l’inflation n’a jamais atteint un taux à deux chiffres. Même au plus fort de la crise pétrolière, la hausse des prix à la consommation est restée en dessous d’un taux annuel de 7 %. En Europe, aussi bien que dans le cadre de l’OCDE, l’Allemagne a toujours figuré parmi les champions de la lutte contre l’inflation.

12Rien d’étonnant à ce que cette stabilité interne ait renforcé la position du mark par rapport aux autres monnaies. En septembre 1949, un dollar valait 4,20 mark. Depuis, le mark connaît une revalorisation assez régulière. Le dollar, toujours numéro un sur les marchés financiers, tombait en dessous de 1,55 mark au cours de l’été 1990, tandis que le mark, après de nombreux ajustements à la hausse au sein du système monétaire européen (SME) est devenu la monnaie-clé de l’Europe monétaire.

  • 8 « Die längerfristige Entwicklung der Weltwährungsreserven », in : Monatsberichte der Deutschen Bund (...)

13De cette évolution résulte un rôle accru du mark comme monnaie de réserve au niveau des banques centrales. Cette nouvelle fonction s’est concrétisée au début des années 70. À cette époque-là, le mark remplaçait la livre britannique comme deuxième monnaie de réserve derrière le dollar américain. À la fin 1989, les réserves en mark dans le monde entier s’élevaient à 220 milliards de mark, ce qui représente presque 20 % des réserves mondiales en devises (dont 60 % sont tenues en dollar et moins de 10 % en yen)8. Le Fonds Monétaire International (FMI) en a d’ailleurs tenu compte en faisant passer, lors de la dernière augmentation des quotas, l’Allemagne fédérale au deuxième rang, ex aequo avec le Japon.

14Le domaine dans lequel l’économie ouest-allemande est arrivée aux résultats les plus étonnants, est le commerce extérieur. Depuis le début des années 50, la balance commerciale de la RFA est excédentaire avec, en 1989, un record de 135 milliards de mark. Une augmentation presque continue des exportations en marchandises de toute sorte vaut à l’Allemagne le titre de champion des nations exportatrices. En 1988, les exportations allemandes dépassaient de 27 % celles du Japon et de 16 % celles des États-Unis.

15Derrière ces chiffres se cache une structure très solide. D’abord dans le sens géographique. Les meilleurs clients de l’économie allemande sont les pays haute­ment industrialisés, exigeants au plan de la qualité, mais également solvables et politiquement stables. Plus de la moitié des exportations « made in Germany » se dirige traditionnellement vers les onze partenaires du Marché commun, et c’est en traitant avec eux que la RFA dégageait, en 1989, 70 % de ses excédents commer­ciaux (notamment avec la Grande-Bretagne, l’Espagne, l’Italie et la France). Seulement 7,3 % des marchandises étaient vendues aux États-Unis, 2,4 % au Japon. Contrairement à une opinion largement répandue, la part des pays de l’Europe de l’Est dans les exportations allemandes était, avec 4,6 %, assez modeste. Autre indice de solidité : l’Allemagne vend énormément de biens d’équipement à l’étranger, c’est-à-dire de produits de haute valeur ajoutée. Traditionnellement, la part des biens d’investissement s’élève à plus de 50 % des exportations ; la part des produits alimentaires dépasse à peine 4 %.

  • 9 Cf. Bundesministerium für Wirtschaft : « Entwicklungstendenzen von Direktinvestitionen ». Beilage z (...)

16La forte pénétration des marchés étrangers est accompagnée par des investisse­ments directs pour stabiliser la présence dans les pays destinataires d’exportations. L’adage, selon lequel le capital suit la marchandise, est de plus en plus évident pour l’Allemagne ; elle achète des entreprises, crée des systèmes de distribution, ouvre des filiales, construit des usines, implante banques et services. Si ce mouvement de capitaux vers l’étranger a commencé assez tardivement, il s’est sensiblement accéléré depuis quelques années pour arriver à 22 milliards de mark en 1988. Dans la première moitié des années 80, cette somme n’avait pas dépassé les dix milliards de mark. L’augmentation des investissements directs est particu­lièrement importante dans les pays de la CEE. Il convient cependant de souligner que par rapport au Japon, aux États-Unis et même à la Grande-Bretagne, les investissements allemands en dehors de ses frontières restent modestes, le Japon seul réalisant des sommes plus que trois fois plus importantes9.

  • 10 « Das Auslandsvermögen der Bundesrepublik Deutschland zur Jahresmitte 1989 », in : Monats­berichte (...)

17Un autre aspect de l’implantation à l’étranger (et d’une balance courante large­ment excédentaire) réside dans les transferts de capitaux au-delà des investisse­ments directs, surtout vers les marchés financiers et immobiliers. Là, la position de l’Allemagne de l’Ouest est de nouveau dominante. En comptant tous les avoirs d’origine allemande, investis sous une forme ou sous une autre à l’étranger, et en décomptant les dettes, on arrive à un solde net d’un ordre de grandeur de 400 milliards de mark. Ceci signifie que la RFA est, après le Japon, le deuxième créditeur net de la planète, les États-Unis étant débiteurs depuis 198510.

La réussite allemande : éléments d’explication

18Quand on cherche des explications pour l’étonnant essor et la remarquable stabilité de l’économie ouest-allemande, on tombe surtout sur des clichés. Certains s’arrêtent au miracle, au fameux Wirtschaftswunder, qui aurait la vie longue. D’autres font référence à l’âme germanique, au dynamisme du peuple allemand, à son goût du pouvoir ou, tout simplement, à Faust en personne ... à la place des lieux communs, nous nous proposerons de chercher des éléments d’explication dans trois catégories d’arguments : les comportements collectifs, la structure de l’économie et la politique économique.

19Parmi les comportements collectifs particuliers à l’Allemagne, il faut en premier lieu citer le consensus social. Qu’est-ce que cela signifie ? Avant tout que les « partenaires sociaux » (terme révélateur !) ne cherchent pas le conflit à tout prix pour faire avancer la lutte des classes, mais qu’ils défendent une stratégie de compromis pour partager les fruits du progrès. La Mitbestimmung, mal traduite par cogestion, en est l’expression la plus complète : les représentants du capital et des salariés se mettent autour d’une table pour gérer leur entreprise. Violemment contestée par le patronat au début, la cogestion est parfaitement entrée dans les mœurs. Même quand les affrontements sociaux sont déclenchés, on y retrouve les traces du consensus : avant de passer à la grève, les adversaires respectent scrupu­leusement les règles préétablies pour donner à un éventuel arrêt du travail le caractère de l’ultime arme dans la lutte et pour éviter des dégâts inutiles. Si les grandes grèves sont si rares en Allemagne, c’est parce qu’elles sont considérées par l’opinion comme un mal qu’il faut à tout prix éviter.

20À ceci s’ajoute une vieille tradition industrielle, profondément enracinée dans la conscience collective.

  • 11 Sabine Urban/Ernst-Moritz Lipp, L’Allemagne. Une économie gagnante ?, Paris, Hatier, 1988, p. 113.

« L’Allemagne aime son industrie », note le Professeur Urban, « elle en est fière, elle en parle, elle la présente à la télévision : pas seulement à l’occasion de troubles (grèves ...) ou de difficultés (fermetures d’usines, chômage, mouvements du dollar ...), mais aussi pour souligner des réussites (signature de gros contrats, conquête de nouveaux marchés, modernisation des processus de production) »11.

21Rien d’étonnant que la connaissance des phénomènes économiques et industriels soit très répandue. Les médias, de la télévision au journal de province, proposent analyses et commentaires sur la vie économique, sans oublier la vulgarisation bien comprise du vocabulaire et de la pensée économiques ; des notions comme la rentabilité, la productivité ou l’efficacité sont reconnues – même par un syndica­liste – comme la base de la prospérité, de sorte que certaines contraintes, comme celles imposées par le désir de maintenir la stabilité de la monnaie, sont plus facilement acceptées par les intéressés.

  • 12 Herbert Rittmann, Deutsche Geschichte seit 1914, München, Klinkhardt & Biermann, 1986, p. 58 s.

22Au-dessus de cette recherche collective du compromis plane une peur de l’inflation difficilement compréhensible pour un étranger. Mais elle s’explique par deux hyperinflations qui ont sévi au cours de ce siècle. L’exemple de 1923/24 est édifiant : fin 1918 le dollar valait 8,20 mark, fin 1922 son prix est monté à 7600 mark, fin 1923 un dollar coûtait plus de 4 billions de mark (ce qui représente un chiffre à douze zéros)12. Expérience semblable après la Deuxième Guerre mondiale. La réforme monétaire de juin 1948 posait les bases d’une monnaie saine et solide – en détruisant pour la deuxième fois en 24 ans d’innombrables fortunes. La crainte de l’inflation qui en résulte a la qualité d’un consensus. Subtilement exploité par la Bundesbank à qui la loi impose, comme tâche principale, le maintien de la stabilité monétaire, la peur de l’inflation a mis l’Allemagne à l’abri de toute tentative de laisser-aller dans sa politique monétaire et ses mesures économiques et sociales. Elle devient ainsi un atout non négligeable.

  • 13 « Motor Mittelstand », in : iwd (Institut der deutschen Wirtschaft), n° 13, 29 mars 1990, p. 4.

23Passons aux structures économiques proprement dites. L’observateur non averti est facilement surpris par le poids des petites et moyennes entreprises (PME) qui excellent par leur dynamisme inattendu. Certes, le public a souvent le regard fixé sur les puissants groupes industriels et sur les banques omniprésentes. Mais ce sont les PME qui créent les emplois. Entre 1970 et 1987, les entreprises avec moins de 50 salariés créaient 1,5 million d’emplois nouveaux, soit pratiquement le total des emplois supplémentaires créés pendant la période dans l’économie ouest-allemande. Les grands arrivaient juste à maintenir leur niveau d’emploi.13

24Les PME allemandes font souvent preuve d’une étonnante vitalité. Leur capa­cité de s’adapter aux situations changeantes est aussi surprenante que leur volonté déclarée de coopérer avec les grandes entreprises qui décentralisent des fonctions spécialisées. Autre preuve de leur efficacité : leur présence sur les marchés étrangers. L’exemple type à cet égard est le secteur hautement spécialisé de la production de machines-outils. Les dix premiers producteurs de machines-outils ne couvrent qu’un quart du marché national, les trois quarts restant aux PME. Mais en même temps, cette branche sans géants assure 30 % du marché mondial, laissant Japonais, Américains et tous les autres concurrents loin derrière.

25De pair avec le poids des PME, va la forte décentralisation politique, admi­nistrative et industrielle. Favorisée par le fédéralisme sur le plan de l’organisation de l’État, la production a connu une répartition assez égale sur le territoire de la RFA. Avec une industrie lourde en perte de vitesse, les déséquilibres qui existent malgré tout s’amenuisent en faveur de plusieurs grands bassins d’activité. De plus en plus, l’usine au village est un phénomène très courant en Allemagne. À travers un système très élaboré d’incitations à l’investissement, les disparités entre les régions, bien que réelles, n’ont jamais pris une dimension inquiétante. À la répartition des lieux de production correspond d’ailleurs la décentralisation des centres de décision, même au sein de grands groupes industriels.

26Il ne faut surtout pas oublier un atout peu spectaculaire mais fondamental : la formation professionnelle. Le système éducatif en RFA n’a jamais eu comme objectif la formation d’élites, la sélection restant pratiquement exclue des univer­sités. La formation professionnelle par contre a toujours été très développée. Dans un système dit « dual », l’instruction théorique et fondamentale à l’école est liée à la formation sur le tas, dans l’entreprise. Dans le cadre d’un tel apprentissage (qui dure normalement trois ans), les trois quarts des jeunes d’une année se préparent à un des quelque 700 métiers industriels, administratifs et artisanaux. Ce système s’est avéré extrêmement efficace en matière d’emploi. Au sein de la CEE, c’est la République fédérale qui, avec 5 % seulement, connaît le taux de chômage des jeunes le moins élevé.

27Et la fameuse Soziale Marktwirtschaft, l’économie de marché à l’allemande ? Soyons clair, le modèle allemand du capitalisme, tel que les maîtres de l’École de Fribourg et leurs élèves (notamment un certain Ludwig Erhard) l’ont conçu, n’a jamais été réalisé. Ce que l’Allemagne pratique cependant depuis la fin de la dernière guerre est une version très pragmatique du modèle pur : le marché comme principe régulateur de l’activité économique, enrichi par une composante sociale importante pour garantir un minimum de protection de l’individu, subissant des entraves telles que les prix administrés, les activités publiques importantes dans l’industrie et dans les services, la déformation de la concurrence. Mais là aussi, il existe un consensus qui va de la droite à la gauche, des patrons aux syndicats : la loi du marché doit rester l’option fondamentale, condamnant colbertisme et natio­nalisations tout en permettant de pratiquer une politique dite structurelle qui va souvent à l’encontre des déclarations officielles ...

La vulnérabilité du géant

28Tout géant est vulnérable et l’économie ouest-allemande ne fait pas exception à la règle. Une économie qui se porte mieux que la moyenne provoque non seule­ment la méfiance de ceux qui ne tiennent pas le rythme ; mais elle risque également de trop présumer de ses forces et de se faire dépasser par ses concurrentes. Et l’économie allemande, si prompte à donner des leçons d’efficacité, se découvre des zones de faiblesse considérables.

  • 14 Cf. Schwerpunkt Standort Bundesrepublik Deutschland. iw-trends, 2/1988, Köln, Deutscher Institutsve (...)

29De nombreux spécialistes sont convaincus que la compétitivité de l’économie ouest-allemande (et notamment de son industrie) risque de s’émousser dans un avenir assez proche. C’est d’abord la question des coûts de production. En effet, si l’on compare ces coûts à l’échelon international, on constate que le « made in Germany » revient de plus en plus cher. Nulle part ailleurs l’heure de travail coûte aussi cher que dans l’industrie allemande : 36 mark contre 27 aux USA et 24 en France (1989). En 1988, la Suisse avec son industrie hautement spécialisée tenait encore la première place ; lors d’une comparaison identique en 1985, l’Allemagne n’occupait que la cinquième place. Ce sont surtout les charges annexes (voir sécurité sociale, treizième mois, congés maladie et congés payés) qui, en RFA, rendent l’heure de travail aussi onéreuse, et la tendance va en s’accentuant14. C’est moins la conséquence d’une politique déraisonnable des syndicats que celle de la forte réévaluation du mark. Mais l’effet est le même.

30En même temps, c’est en RFA que le temps de travail est le plus court. Un ouvrier allemand travaillait 1560 heures par an en 1988, son homologue japonais 500 heures de plus et son collègue américain 280. L’absentéisme (maladie, accidents et autres) est en RFA deux fois plus élevé qu’au Japon, ce qui ne plaide pas particulièrement en faveur d’une conception exemplaire du travail. De plus, les syndicats imposent la semaine de 35 heures ; le SPD, s’il revient au pouvoir, veut même instaurer la semaine de 30 heures pour l’An 2000. Sans compter la durée des congés payés qui, avec 30 jours par an en moyenne, est également considérable. Des chefs d’entreprise mécontents se plaisent à traiter l’Allemagne de « cham­pionne du temps libre ».

31Naturellement, la compétitivité au niveau international dépend non seulement du niveau des coûts, mais également de l’état technique de l’appareil de production et des efforts de recherche. L’expérience quotidienne montre que les calculatrices, les appareils photo, les téléviseurs et appareils vidéo ne sortent pratiquement plus des usines allemandes. Il en est de même pour la plupart des ordinateurs et des innombrables produits informatisés. Dans d’autres domaines, comme la bio­technologie, le retard est notoire.

32Comment s’explique le retard technologique ? Un premier point est que la balance des brevets et des licences de la RFA est traditionnellement déficitaire. En même temps, la part des dépenses R+D (recherche et développement) dans le PIB, sensiblement plus élevée en RFA qu’au Japon il y a dix ans encore, dépasse aujourd’hui au Japon nettement celle de l’Allemagne. Il s’y ajoute le problème des coûts de production. Citons encore le commentaire d’un observateur français :

  • 15 Sabine Urban, L’internationalisation ..., l.c., p. 268.

« Pour 1985, la part des industries de haute technologie dans les exportations allemandes est de 18 % (contre 32 % au Japon, 31 % aux États-Unis). C’est dire que les productions allemandes se positionnent davantage sur des marchés en croissance modérée. D’après une étude de l’OCDE, les échanges mondiaux de produits à haute intensité technologique auraient augmenté de 64 % dans la période 1970-1983, ceux d’intensité moyenne ou faible seulement de 48 %. L’Allemagne a bel et bien perdu des positions sur les marchés mondiaux ‘high tech’ par rapport à ses principaux concurrents »15.

33à la menace qui pèse sur la compétitivité s’ajoute un autre danger : la perte évidente de flexibilité. Pendant des mois, un débat typiquement allemand a illustré ce chapitre : la discussion sur l’heure de fermeture des magasins. Il est difficile de comprendre pourquoi un commerçant ne peut pas ouvrir et fermer son magasin comme il l’entend. C’est justement au pays de l’économie de marché qu’une loi prescrit de manière stricte les heures d’ouverture des commerces. Depuis deux ans, le gouvernement fédéral essaie d’introduire une plus grande flexibilité dans la réglementation. À l’opposé, syndicats et professionnels désirent une réglementation unique qui ne soit pas faite en fonction du client (c’est-à-dire du marché) mais des employés. Bilan du débat : depuis quelques mois, les magasins peuvent rester ouverts le jeudi jusqu’à 21 heures, mais pour compenser deux heures et demi d’ouverture supplémentaire ils ferment une heure plus tôt le samedi, à 13 heures ! Exemple plutôt secondaire, mais néanmoins révélateur.

34La perte de mobilité et le risque pour l’économie de se figer se ressentent également sur le marché du travail. D’un côté, l’État a le monopole du marché, avec une sorte d’Agence nationale pour l’emploi qui ne fonctionne pas de manière très efficace. De l’autre, on trouve presque deux millions de chômeurs qui, grâce à une bonne couverture sociale, deviennent de moins en moins mobiles. Cela explique en grande partie les disparités régionales en matière de chômage. Une entreprise du Sud de l’Allemagne a énormément de mal à décider un chômeur du Nord à déménager, même s’il possède la qualification requise. Ce phénomène est accentué chez les jeunes. La flexibilité n’est pas non plus encouragée par les syndicats. De nombreuses femmes recherchent un emploi à mi-temps ; les syn­dicats n’y sont guère favorables, jugeant ces emplois de moindre valeur. Leur combat contre les petits salaires, aussi compréhensible soit-il, freine la résorption du chômage de longue durée. Alors que les États-Unis voient l’éclosion d’un grand nombre de petits boulots dans le secteur tertiaire, la RFA ne connaît aucune évolution comparable.

35Un dernier facteur qui, au moins à long terme, menace de miner la force économique allemande est la faiblesse démographique. Longtemps cette question est restée pratiquement taboue, mais peu à peu son importance a été discutée publiquement. Si la tendance actuelle se confirme, en 2030 la population qui habite sur le territoire de la République fédérale (c’est-à-dire sans la RDA) aura régressé d’un tiers et ne comptera plus que 40 millions d’âmes. Cela ne signifie pas forcé­ment une récession du produit national et une diminution du revenu par habitant. Cependant, les conséquences sur le marché du travail sont incalculables, aussi bien du point de vue quantitatif que qualitatif. Le vieillissement de la population va conduire à une structure défavorable dans la répartition des qualifications profes­sionnelles, étant donné que les salariés plus âgés s’adaptent et apprennent moins facilement que les jeunes. Il pourrait en résulter un ralentissement dans l’appli­cation du progrès technique. Le financement de la Sécurité Sociale va – malgré sa récente réforme – poser d’énormes problèmes. Car un nombre de plus en plus réduit d’actifs devront financer des retraités de plus en plus nombreux. En outre, les personnes âgées dépensent davantage pour leur santé. Des conflits de solidarité entre les générations ne sont pas à exclure.

36Il est trop tôt pour dire avec précision comment la nouvelle Allemagne avec ses 77 millions d’habitants va maîtriser le problème démographique. Le taux de nata­lité est à peine plus élevé en RDA qu’en RFA.

  • 16 Bernd Hof, Gesamtdeutsche Perspektiven zur Entwicklung von Bevölkerung und Arbeitskräfte­angebot 19 (...)

37D’après les premiers calculs, la population active de l’Allemagne réunie, en l’an 2000, dépassera d’environ un demi million celle d’aujourd’hui pour diminuer sensiblement ensuite16. Cette nouvelle Allemagne sera-t-elle obligée de faire appel à une main-d’œuvre étrangère ou trouvera-t-elle les ressources humaines suffi­santes sur son propre territoire ? Le consensus social, pilier central de l’économie allemande, ne serait alors plus très solide.

Menaces pour l’avenir

38Une économie prospère, construite sur des bases solides, non sans faiblesses, mais surtout très présente sur les marchés internationaux et d’un poids non négli­geable en Europe et ailleurs – voilà la photo instantanée de ce que certains appellent le géant allemand. Et, à en croire les spécialistes, cette position de force se verra encore renforcée par deux facteurs extérieurs : l’unification allemande et la création du Grand Marché Européen à partir de 1993. Mais attention, l’union allemande est avant tout un énorme défi, et il n’est pas sûr que les rêves européens se réalisent. L’échec de l’Europe, une union allemande tumultueuse pourraient faire trébucher le géant et le déséquilibrer pour de longues années.

  • 17 Newsweek, 9 juillet 1990, p. 9.
  • 18 OCDE : Études économiques 1989/90, Allemagne, Paris, 1990, p. 96.

39D’abord : quelles seront les conséquences de l’unification allemande sur son économie ? Si le magazine Newsweek ne se trompe pas, le défi interallemand est gagné d’avance : « After a short time of turmoil, Germany will be richer than ever »17. Au cours du second semestre 1990, rien ou presque ne permettait de douter de cette parole : 16 millions de consommateurs de plus, un marché à conquérir, une industrie à moderniser, le tout sur fond de qualifications profes­sionnelles solides, de culture et de langue communes, d’une volonté acharnée de réussir. « En résumé », écrivait l’OCDE dans son récent rapport sur l’Allemagne, « l’unification économique et monétaire des deux Allemagnes laisse entrevoir la poursuite d’une croissance rapide de l’activité économique sans dégradation de la stabilité financière interne »18.

40La situation au printemps 1991 ne ressemble point à une telle vision optimiste. L’économie est-allemande est proche de l’écroulement, malgré l’introduction du mark et malgré l’afflux d’aides et de subventions dans des proportions énormes. Le nombre des chômeurs ne cesse d’augmenter, le marché agricole n’existe plus, l’infrastructure est dans un état lamentable, la pollution dépasse les pires attentes, la productivité de l’industrie est au plus bas. En plus, les investisseurs de l’Ouest, qui devaient apporter capital et savoir-faire, se font attendre. Si l’introduction du mark a apporté un minimum de pouvoir d’achat, il n’a pas encore engendré la création de nouveaux emplois. L’ancienne administration gêne toujours le décollage économique et la méfiance à l’égard de l’économie de marché (voire le capitalisme) va croissant. L’ancienne RDA s’est dorénavant engagée dans une course contre le désespoir.

41Gagner cette course coûtera très cher. La tâche de modernisation et de reconstruction de la production, des systèmes d’approvisionnement et de distribu­tion, de l’infrastructure et de la protection sociale est gigantesque. Les estimations du besoin financier ont dépassé les 100 milliards de mark par an, à payer presque exclusivement par la République fédérale. Une partie de ces sommes sera à la charge des entreprises, mais l’essentiel viendra des caisses publiques. Un débat sur la question du financement s’est engagé : suffira-t-il d’emprunter des milliards aux marchés financiers ou faudra-t-il faire appel au contribuable ? Quelles seront les conséquences des différents modes de financement sur la stabilité des prix, les taux d’intérêt, le mark et les finances publiques ? Comment éviter la surchauffe conjoncturelle qui provoquerait l’intervention de la Bundesbank et mènerait, à coup sûr, à la stagnation ?

42À l’heure actuelle, nul ne connaît les bonnes réponses, pendant qu’à l’Est le nombre des chômeurs augmente et la production industrielle baisse. Et personne ne sait à quel moment le changement économique aura atteint la conscience des hommes et des femmes pour qui le monde de l’efficacité, du risque, de la motiva­tion, de la rentabilité et de l’initiative reste une terre inconnue. On comprendra alors pourquoi les risques à moyen terme de l’union allemande l’emportent pour le moment sur les espoirs à long terme.

43Reste une dernière interrogation : l’Allemagne jouera-t-elle la carte euro­péenne ? Il y a quelques années, il était de bon ton à Bonn de souligner le fait que l’Allemagne était (et de loin) le plus grand payeur net de la Communauté. L’ex-chancelier Helmut Schmidt, pourtant inventeur, avec Valéry Giscard d’Estaing, du Système Monétaire Européen, ne cessait de fustiger les eurocrates, selon lui aussi inefficaces qu’irresponsables. La CEE était un système de comptes, dont le solde ne donnait pas satisfaction au gouvernement de Bonn. Au même moment, la fidélité européenne de l’Allemagne était mise en cause par ses partenaires. Bonn ne soutenait qu’à contrecœur les ambitieux projets techniques, notamment dans l’espace, spectaculaires certes, mais très chers et pas forcément très utiles. Un pays aussi riche que l’Allemagne a-t-il le droit d’oublier la solidarité et de poser des questions bassement matérielles ?

  • 19 Paolo Cecchini, Europa ‘92. Der Vorteil des Binnenmarkts, Baden-Baden, Nomos, 1988.

44Depuis peu, le projet du grand Marché Européen a changé le caractère des préoccupations. La libre circulation des biens et des services, des hommes et des capitaux dans les douze pays membres à partir de janvier 1993 a ouvert de nouveaux horizons. Il est vrai, on n’entend que rarement parler de cette date magique en Allemagne. Pour une raison simple : le gouvernement n’a pas besoin de convaincre ses industriels pour qu’ils ne ratent pas leur chance. Ils sont déjà présents et la peur de se voir confrontés à de nouveaux concurrents ne semble pas les effrayer. Si quelques branches cherchent à maintenir des barrières protectrices pour sauver leurs rentes de situation, cette attitude n’est pas représentative. On peut en effet imaginer que certaines entreprises seront tentées d’investir en RDA des sommes initialement prévues pour un pays de la Communauté. Mais les douze forment un marché aux risques limités. D’après le Rapport Cecchini19, on peut s’attendre à une croissance supplémentaire due à l’ouverture complète des frontières, de 4 à 6 %. L’économie allemande serait stupide de laisser échapper ce potentiel d’expansion et de ne pas jouer la carte européenne.

45D’autres incertitudes subsistent, notamment quant à l’avenir d’une union monétaire, voire d’une union politique. Tout transfert de compétences nationales vers des institutions communautaires sera âprement discuté. L’accomplissement de l’Europe économique sous tous ces aspects sera d’un intérêt vital pour l’Alle­magne, malgré l’unification et l’ouverture des marchés à l’Est. Si l’économie allemande oubliait cette leçon, elle perdrait aussitôt de son poids dans le monde.

Notes

1 Serge-Christophe Kolm, « La ‘Teutomanie’ et le pari de Pascal », in : Le Monde, 21 février 1990, p. 2.

2 Bernard Keiser, La RFA : le modèle dans l’impasse ? Paris, Hatier, 1981, p. 77.

3 Bruce Nussbaum, The World after Oil, New York, Simon and Schuster, 1983, p. 83.

4 Die Zeit, 8 avril 1988, p. 21. Cf. également Kurt Biedenkopf/Meinhard Miegel : Investieren in Deutschland. Die Bundesrepublik als Wirtschaftsstandort. Landsber, Poller, 1989.

5 The Economist, 7 mai 1988, p. 13.

6 Sabine Urban, « L’Internationalisation tronquée de l’économie allemande », in : H. Ménudier e.a. : La République fédérale d’Allemagne dans les relations internationales, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 261.

7 World Bank Atlas 1989, Washington, 1989, p. 6 s. Si l’Allemagne unifiée risque de perdre quelques places, ceci ne sera qu’un phénomène passager.

8 « Die längerfristige Entwicklung der Weltwährungsreserven », in : Monatsberichte der Deutschen Bundesbank, Januar 1990, p. 34 s.

9 Cf. Bundesministerium für Wirtschaft : « Entwicklungstendenzen von Direktinvestitionen ». Beilage zum Monatsbericht 6/90, Bonn 1990.

10 « Das Auslandsvermögen der Bundesrepublik Deutschland zur Jahresmitte 1989 », in : Monats­berichte der Deutschen Bundesbank, Oktober 1989, p. 28 s.

11 Sabine Urban/Ernst-Moritz Lipp, L’Allemagne. Une économie gagnante ?, Paris, Hatier, 1988, p. 113.

12 Herbert Rittmann, Deutsche Geschichte seit 1914, München, Klinkhardt & Biermann, 1986, p. 58 s.

13 « Motor Mittelstand », in : iwd (Institut der deutschen Wirtschaft), n° 13, 29 mars 1990, p. 4.

14 Cf. Schwerpunkt Standort Bundesrepublik Deutschland. iw-trends, 2/1988, Köln, Deutscher Institutsverlag.

15 Sabine Urban, L’internationalisation ..., l.c., p. 268.

16 Bernd Hof, Gesamtdeutsche Perspektiven zur Entwicklung von Bevölkerung und Arbeitskräfte­angebot 1990 bis 2010, Köln, Deutscher Instituts-Verlag, 1990.

17 Newsweek, 9 juillet 1990, p. 9.

18 OCDE : Études économiques 1989/90, Allemagne, Paris, 1990, p. 96.

19 Paolo Cecchini, Europa ‘92. Der Vorteil des Binnenmarkts, Baden-Baden, Nomos, 1988.

Auteur

Klaus-Peter Schmid a étudié l’économie et les finances. Il a passé 14 ans en France comme étudiant et journaliste. Il a été correspondant pour la France des hebdomadaires Die Zeit puis Der Spiegel. De 1985 à 1991, il revient à Die Zeit et couvre les questions économiques à Bonn. En mars 1991, il prend la direction de Die Zeit à Bruxelles. Il a publié : Gebrauchsanweisung für Frankreich, München, Piper, 1987, 168 pages.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr