Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne. De la division à l'unité

 | 
Henri Ménudier

II. Unité, fédéralisme et forces politiques

Le déclin des mouvements d’opposition

Alexandre Kostka

Texte intégral

  • 1 Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) du 4.12.1990

1La gratitude n’est pas un argument électoral. Les huit rescapés des mouvements d’opposition est-allemands qui siègent aujourd’hui au Bundestag le confirmeront : avec 1,2 % des voix aux élections du 2 décembre, ils ne franchissent le barrage des 5 % que grâce à un arrêt de la Cour constitutionnelle qui a décidé de traiter la défunte RDA (où il ont obtenu 5,9%) comme une circonscription électorale séparée1.

  • 2 Sur les prolongements du débat dans le domaine de la culture politique, cf. R. von Thadden : « L’Al (...)
  • 3 Ralf Dahrendorf, Merkur 2/1990.
  • 4 Sur cette question, cf. les points de vue opposés de Erhart Neubert : « Motive des Aufbruchs » in : (...)

2Comment en est-on arrivé là ? Partis comme un torrent rugissant, les mouvements d’opposition ne sont aujourd’hui qu’un mince filet d’eau. Un échec aussi spectaculaire incite à la recherche des responsabilités. Sur la gauche de l’éventail politique ouest-allemand, on assiste à la résurgence d’une véritable « légende du coup de poignard dans le dos ». Pour des intellectuels comme Jürgen Habermas et Günter Grass, le potentiel démocratique de la révolution pacifique aurait été dilapidé, d’abord par l’ouverture précipitée des frontières, décidée par Egon Krenz, puis par la promesse d’une unification rapide par le DM, faite par le chancelier Kohl2. Les intellectuels libéraux comme Ralf Dahrendorf, même s’il ne partagent pas tous les reproches dirigés contre ce « nationalisme du DM » (Habermas), se montrent également critiques face à la « médiocrité d’un personnel politique ouest-allemand » qui a gâché une chance historique par opportunisme électoral3. À droite, on minimise le rôle des opposants, en insistant sur leur caractère marginal qui les aurait condamnés a priori à l’insuccès4. Opposées en ce qui concerne leur jugement sur la représentativité des opposants, toutes ces argumentations se rejoignent cependant sur un point essentiel, puisqu’elles estiment que la cause décisive du déclin des opposants était leur refus d’une unification rapide.

3Plus d’un an après les premières élections libres en RDA, le moment est peut-être venu de nuancer cette analyse. Le succès relatif du PDS montre que le refus de l’absorption pure et simple de la RDA par la RFA n’est pas à lui seul un critère absolu. Sans contester la pertinence de l’argument national, il nous semble que le déclin des opposants est-allemands tient également à des raisons intrinsèques, et notamment à leur refus de se comporter comme des partis politiques. Moins apparent, ce facteur d’explication nécessite un bref retour sur l’évolution récente du paysage politique.

I. De l’État du parti unique à l’État des partis - décembre 1989 à mars 1990

  • 5 In : Henri Ménudier (sous la direction de), LA RDA, 1949-1990, du stalinisme à la liberté, Publicat (...)
  • 6 Ulrike Poppe (Démocratie maintenant), in : Aufbruch in eine andere DDR, p. 162.

4L’article de Hubertus Knabe : « Les mouvements d’opposition en RDA »5 pro­pose une description des forces contestataires à l’apogée de la crise révolutionnaire (début décembre 1989), c’est-à-dire à un moment de transition qui aurait dû déboucher sur le renversement de l’ordre ancien, ou du moins sur des élections immédiates. Le fait que cette crise n’ait pas connu le dénouement attendu, puisque la période de transition a duré jusqu’aux premières élections libres, ne signifie pourtant pas en lui-même que les révolutionnaires aient échoué. Dans la mesure où ils proposent une « troisième voie » entre socialisme et capitalisme, leur but ne peut pas être le renversement total de l’ordre existant. Ils sont persuadés que le SED « a encore un rôle à jouer au sein de notre pays »6.

  • 7 cf. Robert Leicht : « Von der Freiheit zur Einheit », Die Zeit, 28.09.1990.

5La constitution de la « Table ronde », le 7 décembre, s’inscrit dans cette logique de stabilisation du statu quo qui laisse les leviers de commande aux mains du gouvernement conduit par un communiste, Hans Modrow. Bien que se disant ouvert au dialogue, Modrow sait écarter les opposants de toute responsabilité concrète : il refuse leur entrée au gouvernement et au Conseil d’État en invoquant les risques de « déstabilisation ». Et lorsqu’enfin il invite, le 29 janvier, les princi­paux mouvements d’opposition à rejoindre son gouvernement « de responsabilité nationale », c’est avant tout pour empêcher les partis du « Front national » (CDU, LDPD, DBD, NDPD) de se refaire une virginité politique sur les bancs de l’opposition7.

6Directement issue de la philosophie de la glasnost, la Table ronde n’est donc pas un instrument qui aurait permis aux opposants de faire l’apprentissage du pouvoir et de développer un programme politique. Il se pourrait même que la Table ronde ait eu pour effet secondaire de figer la contestation dans l’état où elle se trouve en décembre 1989. En garantissant une présence à tous les mouvements d’opposition, sans tenir compte des variations de soutien populaire dont ils jouissent, elle favorise l’attachement à des positions de principe. Sans remettre en question le formidable travail qu’elle a accompli, il faut donc se demander si elle n’a pas contribué à ralentir l’évolution politique des forces d’opposition en cautionnant leur dispersion.

  • 8 cf. Hans Jürgen Fink : « Bündnis 90. Die Revolutionäre der ersten Stunde verloren die Wahl », Deuts (...)
  • 9 Brochure électorale du Bündnis 90, s. d. (février 1990).

7Une première tentative, début janvier, visant à fédérer les six « mouvements de citoyens » les plus important, échoue à cause de la position de ceux qui se sont déjà constitués comme partis. Le refus du SPD est directement imposé par Bonn, et le « Renouveau démocratique » préfère chercher son salut du côté de l’Alliance des partis conservateurs mise en place par le chancelier Kohl. L’échec de cette première tentative est un indice que la première phase du processus révolution­naire, inspirée par les mouvements de citoyens, touche à sa fin, et que les partis ont repris leur rôle traditionnel de relais de l’opinion publique. Pourtant, le 6 février, trois mouvements d’opposition (Le Nouveau Forum, Démocratie maintenant, et Initiative Paix et droits de l’homme) réussissent à former une alliance électorale, le Bündnis 90 (Alliance’90). Un des dénominateurs communs du Bündnis est le souhait de résister à l’emprise croissante des partis8 : « l’État des partis (Parteien­staat) ne peut pas résoudre les problèmes d’une société moderne. Ces premières élections libres, nous ne les devons pas à des appareils bureaucratiques, mais à l’association de citoyens responsables. Plus jamais des citoyens ne doivent se laisser museler par des partis »9.

  • 10 Bürgerbewegung « Demokratie jetzt », Satzung, (Document distribué à la « Maison de la Démocratie » (...)
  • 11 Brochure électorale du Bündnis 90.

8Le programme électoral du Bündnis défend des positions que de larges parties de l’opinion publique considéraient comme « gauchistes ». Tout en souhaitant l’introduction de l’économie de marché, le Bündnis désirait en maîtriser les conséquences sociales et écologiques (« sozial und ökologisch verpflichtete Marktwirtschaft »). Les opposants insistent sur la nécessité d’un contrôle démocra­tique des grandes entreprises, la formation de syndicats puissants et d’une cogestion renforcée10. En ce qui concerne la question de l’unité nationale, les contestataires estiment que « seule une unification basée sur l’égalité des droits est une unification dans la liberté. Elle ne peut se réaliser que par un rapprochement progressif qui respecte l’autonomie de chacun des deux États »11. Cela signifie l’élaboration d’une constitution commune (article 146 de la Loi fondamentale) de préférence à l’article 23 (simple rattachement du territoire de la RDA).

9Pour leur bataille électorale, les mouvements regroupés au sein du Bündnis ne peuvent compter que sur leurs propres forces, alors que tous les autres partis disposaient du soutien puissant de leurs alliés ouest-allemands. Chacun des candidats du Bündnis mène au fond sa propre campagne, en cherchant le contact direct avec les mouvements de base. Cette différence de style ne convainc pas l’électorat est-allemand, avant tout en quête de personnalités affirmées.

  • 12 Une jeune journaliste est-allemande interrogée par le Nouvel Observateur, 22-28. mars 1990.
  • 13 cité par Fink, art. cit.

10Le résultat des élections dépasse les pronostics les plus pessimistes. Avec seulement 336 074 voix, le Bündnis n’attire que 2,91 % de l’électorat est-allemand. De plus on s’aperçoit que son électorat, concentré dans les grandes métropoles comme Berlin (6,3 %), Dresde et Potsdam, a la même sensibilité politique que celui du parti communiste rénové. Or avec son slogan « Une opposition forte pour les faibles », le PDS apparaît, aux yeux des citoyens hostiles à la mainmise des partis de droite sur la RDA, comme le meilleur défenseur. Une réaction typique est celle-ci : « Le Bündnis ? Oui je les aime bien, mais ... c’est plus utile de voter PDS »12. Bien qu’ils continuent de prétendre représenter directement la base, les mouvements d’opposition ne peuvent éviter d’être assimilés à un parti – sans pour autant en récolter les fruits. Tirant les leçons des élections, le théologien Wolfgang Ullmann (Nouveau Forum) avoue : « Dans ces élections on a voté pour des partis. Les gens ont choisi ceux qui ont promis l’unification rapide et assurée. Le modèle « mouvement de citoyens » n’avait aucune chance »13.

II. Légataires des idées de novembre 1989 : l’opposition d’avril à décembre 1990

  • 14 ibid.

11La moindre attention accordée par les médias aux mouvements d’opposition après leur échec aux élections ne doit pas faire croire à leur disparition pure et simple de la scène politique. Représentant une « autre » RDA, les contestataires défendent non seulement un électorat, mais avant tout un patrimoine spirituel. Ils se conçoivent donc comme une opposition fondamentale au gouvernement conduit par Lothar de Maizière, qui est soupçonné de recevoir ses ordres de Bonn. « Nous avons appris à travailler dans l’opposition ; c’est ce que nous continuerons de faire, et nous le ferons mieux que les autres », affirme Werner Fischer, chargé de la dissolution des anciens services secrets14. La participation du SPD au gouver­nement est donc ressentie comme une trahison inexcusable des idées de novembre 1989, et conduit à la rupture de toutes les relations qui avaient pu subsister jusqu’à ce moment.

  • 15 Deutschland Archiv 6/90, p. 834.

12La faiblesse numérique des contestataires les condamne à rester spectateurs du processus d’unification. Dans ce contexte, seul le projet d’une nouvelle constitution de la RDA aurait pu leur permettre de jouer un rôle actif. Adopté par tous les partis de la Table ronde lors de sa dernière session, le 12 mars, il se présente comme le testament spirituel des forces qui ont lutté pour une « meilleure RDA ». Conçu sur le modèle de la Loi fondamentale et développé avec l’aide de juristes tels que l’ancien juge au Tribunal constitutionnel Helmut Simon, le projet de constitution se distingue notamment par une extension notable des droits fondamentaux. L’État doit ainsi chercher par tous les moyens à réaliser « l’égalité entre l’homme et la femme », à « préserver le droit de la personne humaine à une mort digne » et le « droit pour la femme de disposer librement de sa grossesse ». Le projet prévoit en outre de considérer la « protection de l’environnement » et « l’intégration des étrangers » comme un droit fondamental15.

  • 16 FAZ du 20, 27, 28 avril 1990; Deutschland Archiv 6/90 p. 834.

13Soumis le 19 avril à la Chambre du peuple, le projet rencontre l’hostilité de tous les partis présents au gouvernement. La CDU et la CSU expliquent leur refus en avançant que le peuple, en se prononçant massivement pour les partis de l’Union conservatrice a choisi la Loi fondamentale ouest-allemande sous sa forme présente et le rattachement par la voie de l’article 23. De même, le SPD estime que le projet n’est « plus en accord avec la réalité actuelle »16. Le seul parti à soutenir l’idée d’une nouvelle constitution est-allemande est le PDS. On assiste ainsi à la première coopération (tacite) entre les opposants et le parti successeur du SED : les deux mouvements mènent campagne pour la tenue d’un plébiscite sur le projet de constitution, le 17 avril, le jour anniversaire du soulèvement ouvrier de 1953. L’accueil mitigé fait à ce rapprochement montre les limites d’une collaboration tac­tique avec les ennemis d’hier et vérifie la nouvelle donne issue des élections de mars : les forces hostiles au pouvoir conservateur restent divisées en deux courants (le PDS et les mouvements d’opposition) qui ne peuvent se rejoindre. Les mouve­ments d’opposition se trouvent donc devant une situation sans issue, qui favorise les rapprochements au sein de toute l’opposition non-communiste.

  • 17 cf. « Der Streit um das Wahlrecht », Deutschland Archiv 9/90, p. 1323 sq.

14Le regroupement paraît d’autant plus inévitable que la loi électorale retenue le 2 août par la commission spéciale du Bundestag et de la Chambre du peuple pour les législatives pan-allemandes du 2 décembre 1990, prévoit d’appliquer la barre des 5 % à l’ensemble du territoire électoral17. Il faut donc que le Bündnis, qui ne dispose d’aucune clientèle en RFA, remporte 2,5 millions de voix pour entrer au Bundestag ! Face à ce pari impossible, les mouvements d’opposition doivent donc se tourner vers un allié occidental. Le 4 août, après des négociations houleuses, les états-majors des différents mouvements signent un accord de principe qui prévoit une alliance électorale avec les Verts ouest-allemands. Sous l’appellation « Les Verts/90 », le mouvement regroupe les Verts des deux parties de l’Allemagne, le « Nouveau Forum », « Démocratie Maintenant » et « Initiative Paix et Droits de l’Homme », ainsi que la « Gauche Unie » et « l’Association indépendante des Femmes ». Un des problèmes majeurs est de préciser les rapports avec le PDS. En effet, des membres de la « Gauche alternative » ont déjà signé une plate-forme électorale avec le PDS, et « l’Association indépendante des Femmes » compte dans ses rangs un certain nombre de membres du parti communiste rénové. Une clause soulignant les limites de la coopération avec le PDS est imposée contre les protestations véhémentes des deux mouvements concernés. Déjà fragilisé par ce contentieux, le mouvement subit un affaiblissement supplémentaire à cause de l’attitude inflexible du Nouveau Forum, désireux de conserver son autorité sur le territoire de l’ancienne RDA. Disposant de loin du plus grand nombre d’adhérents, le mouvement réclame que l’alliance électorale reconnaisse son leadership sur le territoire de l’ancienne RDA. Il exige que l’alliance électorale soit rebaptisée : « Nouveau Forum/Les Verts ». Un rassemblement traversé par autant de tensions ne peut se maintenir que grâce à la pression extérieure – peu de jours après que le tribunal constitutionnel de Karslruhe ait annulé la loi électorale, les différents membres de l’alliance électorale reprennent leur liberté. Pour les élections du 2 décembre, les mouvements d’opposition est-allemands, regroupés au sein du Bündnis 90 élargi aux Verts est-allemands se présentent donc comme une force qui couvre moins d’un tiers du territoire électoral.

III. Perspectives d’évolution

  • 18 Christian Wernicke: « Die acht Aufrechten », Die Zeit 7.XII 1990.

15Quel sera le rôle des huit députés issus des mouvements d’opposition est-allemands qui siègent depuis le 2 décembre au Bundestag ?18 La débâcle des Verts ouest-allemands (qu’une attitude plus flexible du Nouveau Forum aurait permis d’éviter) les place dans une situation difficile. Leur faiblesse numérique leur interdit de siéger dans toutes les commissions parlementaires et les oblige à se fixer des priorités : les problèmes sociaux des nouveaux Länder, les questions constitu­tionnelles, le contrôle du démantèlement de la Stasi, la place de la femme dans la société – et la protection de l’environnement, bien sûr.

  • 19 Christian Wernicke: « Ohne Basis stirbt man », Die Zeit, 23. 11.1990.
  • 20 cité par Wernicke, 7. XII. 1990.

16Beaucoup d’entre eux craignent que l’intégration dans le travail législatif leur fasse perdre leur identité : « sans le contact avec la base, on est mort », estime Werner Schulz, député du Nouveau Forum19. Dans ce contexte, l’idée de la constitution d’un vaste « forum civique vert » (Grünes Bürgerforum) fait son chemin. Mais le programme d’une telle fédération des Verts et de tous les mouve­ments d’opposition est loin d’être clairement défini. Trop de ressentiments et de craintes subsistent encore. Parmi les craintes des opposants, celle de l’intégration dans l’appareil bureaucratique du Parti Vert figure en première position. Pour Wolfgang Ullmann du Neues Forum, les Verts ouest-allemands doivent faire leur autocritique avant toute discussion sérieuse sur une fusion entre les différents mouvements : « ils doivent se souvenir qu’ils ont commencé comme un mouve­ment de citoyens »20. On mesure le chemin qui reste à parcourir avant d’arriver à une vraie coopération : heureusement, il reste quatre ans avant les prochaines législatives...

Notes

1 Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) du 4.12.1990

2 Sur les prolongements du débat dans le domaine de la culture politique, cf. R. von Thadden : « L’Allemagne malgré elle », Esprit, mars-avril 1990 ; Andreas Kuhlmann : « Gibt es ein demokratisches Defizit der deutschen Einigung ? », FAZ 14.01.1991 ; A. Aglan/ A. Kostka : « Identité nationale ou identité postnationale. Retours sur la ‘Querelle des historiens allemands’ », Cahiers de Fontenay n°61, printemps 1991.

3 Ralf Dahrendorf, Merkur 2/1990.

4 Sur cette question, cf. les points de vue opposés de Erhart Neubert : « Motive des Aufbruchs » in : Hubertus Knabe (éd.) Aufbruch in eine andere DDR. Reformer und Oppositionelle zur Zukunft ihres Landes, Hambourg : Rowohlt 1990, p. 141-156, et de Detlef Prokosch : « Außenseiter oder Repräsentanten ? Zur Rolle der politisch alternativen Gruppen im gesellschaftlichen Umbruchprozeß der DDR », Deutschland Archiv 8/90, p. 1216-1223.

5 In : Henri Ménudier (sous la direction de), LA RDA, 1949-1990, du stalinisme à la liberté, Publications de l’Institut d’Allemand d’Asnières, 1990, pp 69-86.

6 Ulrike Poppe (Démocratie maintenant), in : Aufbruch in eine andere DDR, p. 162.

7 cf. Robert Leicht : « Von der Freiheit zur Einheit », Die Zeit, 28.09.1990.

8 cf. Hans Jürgen Fink : « Bündnis 90. Die Revolutionäre der ersten Stunde verloren die Wahl », Deutschland Archiv 4/90, p. 515-517.

9 Brochure électorale du Bündnis 90, s. d. (février 1990).

10 Bürgerbewegung « Demokratie jetzt », Satzung, (Document distribué à la « Maison de la Démocratie » à Berlin-Est, s. d. (février 1990).

11 Brochure électorale du Bündnis 90.

12 Une jeune journaliste est-allemande interrogée par le Nouvel Observateur, 22-28. mars 1990.

13 cité par Fink, art. cit.

14 ibid.

15 Deutschland Archiv 6/90, p. 834.

16 FAZ du 20, 27, 28 avril 1990; Deutschland Archiv 6/90 p. 834.

17 cf. « Der Streit um das Wahlrecht », Deutschland Archiv 9/90, p. 1323 sq.

18 Christian Wernicke: « Die acht Aufrechten », Die Zeit 7.XII 1990.

19 Christian Wernicke: « Ohne Basis stirbt man », Die Zeit, 23. 11.1990.

20 cité par Wernicke, 7. XII. 1990.

Auteur

Assistant moniteur normalien à l’Université de Paris III, Agrégé d’allemand. A collaboré à Devant l’Histoire, Paris: Le Cerf 1988, L’Histoire escamotée, Paris: La Découverte 1988, Les Nations européennes devant leur histoire, Cahiers de Fontenay n° 61, 1991. Il a également participé au livre d’Henri Ménudier (dir.), La RDA, 1949-1990, Publications de l’Institut d’Allemand, Asnières, 1990.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr