Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne. De la division à l'unité

 | 
Henri Ménudier

II. Unité, fédéralisme et forces politiques

Le nouveau paysage politique allemand

Henri Ménudier

Texte intégral

1Les élections ne cessent de modeler le paysage politique, surtout dans un état comme l’Allemagne où il existe des rapports étroits entre la vie politique fédérale et régionale. L’année 1990 est à ce titre exemplaire en raison des résultats contrastés qu’elle a connus, du processus de démocratisation de la RDA et du couronnement de l’union étatique et politique par les premières élections libres dans l’ensemble de l’Allemagne unie.

2Quatre élections régionales se déroulent en Allemagne de l’Ouest en 1990 : en Sarre (28 janvier), Rhénanie du Nord-Westphalie et Basse-Saxe (13 mai) et en Bavière (14 octobre). Les premières élections à la Chambre du peuple, en RDA, ont lieu le 18 mars, suivies d’élections municipales (6 mai) et régionales (14 octobre). L’année s’achève par les élections du Bundestag de la nouvelle Allemagne unie, le 2 décembre ; le système électoral s’applique distinctement aux deux anciennes entités étatiques pour donner des chances supplémentaires aux petites formations dans les nouveaux Länder – mais cette particularité devrait disparaître aux élections fédérales suivantes, prévues en 1994. Les élections régionales reprennent en 1991, avec la Hesse (20 janvier) et la Rhénanie-Palatinat (21 avril), d’autres sont attendues à Hambourg (2 juin) et à Brême (29 septembre). Sans revenir de façon détaillée sur chacune de ces consultations, examinons les nouveaux rapports de force qui se dégagent entre les partis et leurs effets sur la vie politique. Dans l’article précédent, Serge Gosselin montre à quel point ces fluctua­tions modifient la composition du Bundesrat.

La CDU-CSU

3La démocratie chrétienne connaît des résultats contrastés en Allemagne de l’Ouest, où, depuis le début des années 1980, elle recule dans presque tous les scrutins régionaux, mais demeure relativement stable au niveau fédéral depuis son retour au pouvoir à Bonn, le 1er octobre 1982. Les succès électoraux obtenus en RDA, puis dans les nouveaux Länder, rendent plus supportable l’érosion qu’elle subit à l’Ouest. En prenant en considération les élections régionales des 20 dernières années, on constate que la CDU et la CSU se trouvent sur une pente déclinante dans presque tous les Länder depuis les années 1970 ou, au plus tard, depuis le début des années 1980. Les chiffres sont éloquents et les écarts impressionnants si on compare les derniers meilleurs résultats et la situation électorale la plus récente dans les Länder (élections des diètes régionales).

Land

Meilleur résultat

Dernières élections

Basse-Saxe

1982 : 50,7%

1990 : 42,0%

Bade-Wurtemberg

1976 : 56,7%

1988 : 49,0%

Berlin-Ouest

1981 : 48,0%

1990 : 49,0%*

Brême

1975 : 33,8%

1987 : 23,4%

Hambourg

1972 : 42,7%

1987 : 40,5%

Hesse

1974 : 47,3%

1991 : 40,2%

Rhénanie du Nord-Westphalie

1975 : 47,1%

1990 : 36,7%

Rhénanie-Palatinat

1975 : 53,9%

1991 : 38,7%

Sarre

1975 : 49,1%

1990 : 33,4%

Schleswig-Holstein

1971 : 51,9%

1988 : 33,3%

Bavière (CSU)

1974 : 62,1%

1990 : 54,9%

* En janvier 1989, la CDU n’obtenait que 37,7%. Pour 1990 : Berlin.

4Le déclin de la CDU aux élections régionales se confirme en 1990. Elle perd 4 % en Sarre et stagne à un niveau peu élevé en Rhénanie du Nord-Westphalie. En reculant de 2,3 % en Basse-Saxe, elle perd un Land qu’elle gouvernait depuis 1976. Même en Bavière, la CSU s’effrite à chaque élection depuis 1978, tout en conser­vant encore une solide majorité absolue. La mauvaise série se poursuit pour la CDU en 1991. Un léger recul en Hesse (– 1,9 %), aggravé par des pertes minimes du FDP (– 0,4 %), lui fait perdre le Land de Hesse, ravi au SPD en 1987. La CDU connaît la même mésaventure en Rhénanie-Palatinat, le 21 avril ; elle perd le contrôle d’un Land qu’elle gouvernait depuis 1946 et dont Helmut Kohl avait été le chef du gouvernement régional, de 1969 à 1976. De 1980 à 1991, la CDU a perdu six gouvernements régionaux : Sarre (1985), Schleswig-Holstein (1988), Berlin-Ouest (1989, mais elle l’emporte en décembre 1990 dans le Berlin réunifié), Basse-Saxe (1990), Hesse (1991) et Rhénanie-Palatinat (1991). Sur 10 Länder en Alle­magne de l’Ouest, la CDU et la CSU ne gouvernent plus qu’au Bade-Wurtemberg et en Bavière. Au début des années 1980, elle dirigeait 7 gouvernements sur 11 (avec Berlin-Ouest depuis 1981).

5Sans la réunification, la CDU-CSU et Helmut Kohl auraient peut-être perdu les élections fédérales, à la fin de l’année 1991. Heureusement pour lui, le chancelier a réussi à imposer sa conception et son rythme de la réunification. À l’Est, les électeurs l’ont suivi en 1990, mais qu’en sera-t-il en 1994 ? La CDU l’emporte contre toute attente avec 40,8 % aux premières élections libres à la Chambre du peuple, le 18 mars (le SPD n’a que 21,8 %) ; avec les partis conservateurs regroupés dans l’Alliance pour l’Allemagne, elle atteint même 48 %. Ce succès vaut à Lothar de Maizière (CDU) de diriger le premier (et dernier) gouvernement libre de la RDA.

6La CDU confirme ces bonnes performances aux élections communales du 6 mai, puis aux élections régionales du 14 octobre. Avec une moyenne générale de 41,1 %, elle s’impose comme le premier parti dans les cinq nouveaux Länder, obtenant même la majorité absolue en Saxe, gouvernée depuis par Kurt Biedenkopf. Le SPD vient loin derrière, avec une moyenne générale de 26,6 % ; il ne dépasse la CDU que dans le Land de Brandebourg, gouverné par Manfred Stolpe. La CDU maintient ses positions aux élections fédérales du 2 décembre. Elle progresse légèrement à l’Ouest par rapport à 1987 (+ 0,5 %), et recule un peu à l’Est par rapport au 18 mars (- 0,7 %). Grâce aux bons résultats du FDP, elle poursuit sa coalition à Bonn, assurée de 54,8 % des voix au Bundestag. La CDU-CSU s’est toujours située au dessus de 44 % des voix depuis 1953 ; aucun autre parti allemand n’a réussi une telle performance sur une aussi longue durée en République fédérale et encore moins sous l’Empire et sous la République de Weimar. Aux élections régionales à la Chambre des Députés pour l’ensemble de Berlin, le 2 décembre 1990, la CDU efface son échec de janvier 1989 en l’empor­tant nettement avec 40,4 % des voix, contre 30,4 % seulement au SPD. Comme la CDU et le FDP n’atteignent pas la majorité absolue, un gouvernement de grande coalition, dirigé par Eberhard Diepgen, depuis le 24 janvier 1991, remplace la coalition sortante SPD-AL de Walter Momper. Une grande coalition avait déjà été au pouvoir à Berlin-Ouest de 1955 à 1963, mais sous la direction du SPD. D’autres grandes coalitions ont eu lieu dans les Länder et on se souvient du gouvernement CDU-CSU/SPD, dirigé par Kurt Georg Kiesinger, au niveau fédéral, de 1966 à 1969.

7En 1990, le rapport entre la CSU et le FDP se modifie au bénéfice des libéraux, la CSU ne pouvant plus exercer un chantage permanent sur la coalition, comme au temps de Franz Josef Strauss. Dans la seule Bavière, la CSU réussissait, aux élections fédérales, à obtenir davantage de voix que le FDP dans l’ensemble des dix Länder (il n’y avait pas d’élections fédérales à Berlin-Ouest en raison du statut particulier de la ville). Le 2 décembre 1990, le FDP (3,8 millions de voix) dépasse nettement la CSU (3,3 millions). L’écart se creuse du fait que le FDP se présente en outre à Berlin et dans les cinq nouveaux Länder où il gagne 1,3 million de voix supplémentaires. Les 3,3 millions de voix de la CSU pour l’ensemble de l’Allemagne unie donnent une moyenne nationale de 7,1 % et 51 sièges au Bundestag. Fort de ses 5,1 millions de voix, le FDP passe à 11 % et gagne 71 sièges. Du même coup, le chancelier Kohl a dû réduire d’un ministère la présence de la CSU dans le gouvernement fédéral, au profit du FDP.

Le FDP

8Devenus de nouveau les alliés privilégiés de la CDU depuis le début des années 1980, les libéraux ont été durablement affaiblis par les changements de coalition. Déjà mis à mal en choisissant la coalition avec le SPD, en 1969, ils ont subi ensuite les effets du déclin électoral du SPD, au niveau régional, au cours de la seconde moitié des années 1970. La rupture avec Helmut Schmidt en 1982 et le retour à l’alliance avec la CDU-CSU lui ont valu de perdre sa représentation dans plusieurs Landtage. Il ne bénéficie guère, selon les Länder, du recul de la CDU depuis 1983. Avec la percée des Verts, il se voit même relégué à la 4e place dans plusieurs Länder, perdant sa fonction d’appoint indispensable à un des deux grands partis à la recherche d’une majorité absolue pour former le gouvernement. Le SPD s’est déjà entendu à plusieurs reprises avec les Verts, et la CDU a même formé une grande coalition avec le SPD à Berlin. Les premières élections en RDA n’ont pas été très favorables au FDP, qui ne recueille que 5,2 % des voix le 18 mars (Chambre du peuple) et, en moyenne, 8 % aux élections régionales du 14 octobre ; ses élus entrent cependant dans tous les Landtage. Ils enregistrent même 13,5 % en Saxe-Anhalt. En revanche, les libéraux sont les grands gagnants des élections fédérales du 2 décembre. Ce sont eux qui progressent le plus en Allemagne de l’Ouest et, de surcroît, ils font un bond spectaculaire dans les cinq nouveaux Länder par rapport aux élections à la Chambre du peuple (+ 7,6 %). Dans ces Länder, ils obtiennent en moyenne 13,4 % des voix et même 19,7 % en Saxe-Anhalt et 14,6 % en Thuringe. Ils progressent aussi à Berlin où ils atteignent 9,1 % dans l’ensemble de la capitale. Ce succès est largement dû à l’engagement de Hans-Dietrich Genscher en faveur de l’ancienne RDA et tout particulièrement de Halle et sa région. Avec un résultat moyen de 11 % pour l’ensemble de l’Allemagne, ils se sentent consolidés (mais ils ne dépassent pas les 12,8 % de 1961). En janvier 1989, ils quittaient la Chambre des Députés de Berlin-Ouest avec seulement 3,9 % des voix ; ils y reviennent fin 1990 dans Berlin réunifié avec 7,1 %. Comme pour la CDU, on peut opposer les succès dans l’ancienne RDA aux résultats plutôt médiocres en Allemagne de l’Ouest.

Le SPD

9La courbe électorale du SPD ne remonte pas automatiquement quand celle de la CDU s’affaisse. Subissant la concurrence des Verts depuis le début des années 1980, le SPD recule dans certains Länder, stagne dans d’autres (parfois avec un pourcentage de voix élevé) ; il connaît des envolées spectaculaires en Sarre et au Schleswig-Holstein, qui seront sans doute difficiles à maintenir aux élections régionales suivantes. Le SPD recule toujours un peu plus en Bavière (26 % en 1990, contre 35,8 % en 1970, année de son meilleur résultat). Il stagne dans le Bade-Wurtemberg (32 % en 1988, mais 39,5 % en 1960). Il a connu des fortunes diverses à Berlin, s’est bien ressaisi en Hesse (1991) et à Hambourg ; en 1990, il a repris la Basse-Saxe à la CDU. À Brême et en Rhénanie du Nord-Westphalie, il gère paisiblement une majorité absolue, certes étroite, mais peu menacée par une CDU anémiée. Prise à la CDU en 1985, la Sarre a fait un triomphe à Oskar Lafontaine en 1990 (54,4 % des voix), ce qui a précipité sa candidature malheureuse comme tête de liste du SPD aux élections fédérales du 2 décembre 1990. Longtemps dominée par la CDU, le Schleswig-Holstein a tourné casaque en 1988, avec 54,8 % pour le SPD et 33,3 % seulement pour la CDU. Un énorme scandale provoqué par le Ministre-Président sortant, Uwe Barschel, a précipité ce retournement de situation. Le mieux élu des Ministres-Présidents du SPD, Björn Engholm, est ainsi devenu le successeur d’Hans-Jochen Vogel à la présidence fédérale du SPD, après la défection d’Oskar Lafontaine, désireux de se tenir à l’écart de la politique fédérale après la défaite de son parti aux élections du 2 décembre.

10La RDA n’a pas donné les résultats escomptés au SPD, qui croyait retrouver ses places fortes d’avant 1933. Avec un décalage important par rapport à la CDU, les électeurs ont fait du SPD le second parti de la RDA et des nouveaux Länder. Il obtient 21,8 % aux élections à la Chambre du peuple, 26,6 % en moyenne aux élections régionales du 14 octobre et 24,3 % aux élections fédérales du 2 décembre dans l’ancienne RDA. Aux élections du 14 octobre, le SPD ne dépasse nettement la CDU (38,2 % contre 29,4 %) que dans le Brandebourg ; dans les autres Länder, il vient loin derrière la CDU. Aux élections du Bundestag, le SPD progresse dans l’ancienne RDA de 2,4 % par rapport au 18 mars, mais il perd 1,1 % en Allemagne de l’Ouest, par rapport à 1987. Pour l’ensemble de l’Allemagne unie, il n’a plus que 33,5 % (contre 43,8 % à la CDU-CSU). Et, comble de malheur, ce même jour, il essuie une nette défaite aux élections à la Chambre des députés de Berlin, où il se retrouve finalement dans une coalition dirigée par la CDU. Les 33,5 % du 2 décembre, aux élections fédérales, font revenir le SPD trente ans en arrière, quand il n’obtenait que 31,8 % aux élections fédérales de 1957 et 36,2 % à celles de 1961, en Allemagne de l’Ouest. Bien implanté sur le plan régional, surtout à l’Ouest, le SPD est-il condamné à ne gouverner que dans les Länder, sans espoir d’un retour rapide au gouvernement fédéral ? Tout dépendra de l’impact de son nouveau président fédéral, Björn Engholm, et de la réussite du gouvernement Kohl face à la crise dans les nouveaux Länder. À moins de faire alliance une nouvelle fois au niveau fédéral avec le FDP, il ne peut guère compter sur les autres forces situées à gauche.

Les Verts, le PDS, B’90 et les autres

11Bien installés dans les Länder en Allemagne de l’Ouest, les écologistes n’ont pas réussi à percer en RDA, en raison de leur hostilité fondamentale à la réunification et de la présence de différents « mouvements de citoyens ». Présents dans le Bundestag élu en 1983 (5,6 % des voix et 27 députés) et en 1987 (8,3 % et 42 députés), les Verts perdent leurs sièges au Bundestag du 2 décembre 1990, car ils manquent de peu la barre des 5 % nécessaires pour y entrer. Ils n’atteignent que 4,8 % en Allemagne de l’Ouest et 3,8 % pour l’ensemble de l’Allemagne unie. Deux Verts entrent au Bundestag grâce à leur alliance avec les mouvements civiques de Bündnis 90/Grünen (Alliance 90/Les Verts). Les Verts restent présents dans de nombreux conseils municipaux et dans la plupart des Landtage à l’Ouest ; ils ont également des élus au Parlement européen depuis 1984 (7 en 1984 et 8 en 1989). Leur départ du Bundestag constitue certes un revers sérieux, mais qui ne devrait pas empêcher un éventuel retour aux prochaines élections fédérales, si les Verts travaillent de façon moins chaotique et si les coalitions avec le SPD s’avèrent stables et crédibles.

12Après 44 ans de pouvoir sans partage, le SED est devenu à la fin de l’année 1989, le SED-PDS (parti du socialisme démocratique), pour ne s’appeler ensuite que le PDS, comme pour exorciser un passé trop funeste. Mais parviendra-t-il à faire oublier son héritage et quel sera son avenir dans l’Allemagne unie ? Les élections ne lui sont guère favorables, car il ne cesse de reculer de l’une à l’autre. Réduit à 16,4 % par les élections à la Chambre du peuple, le 18 mars, il tombe à 12,2 % lors des élections régionales dans les nouveaux Länder, le 14 octobre. Aux élections fédérales du 2 décembre, il ne recueille que 11,1 % sur le territoire de l’ancienne RDA ; comme il n’obtient que 0,3 % des voix en Allemagne de l’Ouest, sa moyenne nationale tombe à 3,8 %. Il doit ses 17 élus au fait que la barre des 5 % s’appliquait dans chacun des deux territoires électoraux distincts. En 1994, il n’y aura qu’un seul territoire électoral. S’il ne parvient pas à enrayer sa chute, le PDS perdra sa représentation parlementaire au niveau fédéral. Au cours de l’année 1990, le PDS a reculé à toutes les élections et dans tous les Länder. Il obtient ses meilleurs résultats dans le Mecklemburg-Vorpommern (22,8 % le 18 mars, mais seulement 14,2 % le 2 décembre) et dans le Brandebourg (11,0 % le 2 décembre). Est-il condamné à n’être qu’un parti régional dans les nouveaux Länder ? Aux élections fédérales à Berlin-Ouest, le PDS atteint 9,7 % des voix pour l’ensemble de la ville. Aux élections à la Chambre des députés, il obtient 24,2 % des voix à Berlin-Est (un résultat honorable), mais comme il ne dépasse pas 1,1 % à Berlin-Ouest, sa moyenne pour l’ensemble de la ville tombe à 9,7 % ; aussi se voit-il attribuer 23 sièges sur 240.

13Les trois mouvements de citoyens réunis dans Bündnis 90 (Nouveau Forum, Démocratie maintenant, Initiative pour la paix et les droits de l’Homme) connaissent une existence électorale encore plus précaire que celle du PDS. Le 18 mars 1990, ils obtiennent 2,9 % des voix et 12 sièges. Aux élections régionales du 14 octobre, les résultats varient entre 2,2 % et 6,4 %, selon les accords avec les Verts. Aux élections fédérales du 2 décembre, B’90/Grünen progresse quelque peu et atteint 6,1 % pour le territoire de l’ancienne RDA (8 sièges au Bundestag) ; rapportée à l’ensemble de l’Allemagne unie, la moyenne tombe à 1,2 %. Une telle alliance électorale survivra difficilement aux élections fédérales de 1994.

14Après leur surprenante percée en 1989, aux élections de Berlin-Ouest et aux élections européennes, les Républicains, déchirés par les luttes intestines et bous­culés par la réalisation rapide d’une réunification qu’ils demandaient avec insistance, sont marginalisés par les élections de 1990. Ils n’ont pas le droit de se présenter aux élections à la Chambre du peuple. Leur moyenne générale est de 0,8 % aux élections régionales du 14 octobre et de 2,1 % aux élections fédérales du 2 décembre. Ils atteignent cependant 5 % en Bavière (qui reste leur fief principal), 3,2 % dans le Bade-Wurtemberg, 2,5 % à Berlin, mais 0,8 % en moyenne dans les cinq nouveaux Länder. Il serait imprudent d’en conclure que tout danger d’extrême droite a disparu, surtout dans un pays qui va être soumis à de vives tensions sur le plan social.

15Un des problèmes des prochaines années sera de savoir si la CDU réussit, en Allemagne de l’Est, à absorber les petites formations conservatrices, comme elle l’a déjà fait avec Demokratischer Aufbruch/Renouveau démocratique et Deutsche Soziale Union/Union sociale allemande. Le SPD parviendra-t-il à attirer les électeurs des petites formations de gauche qui vont être encore davantage atomi­sées par le système électoral ? Si cette double opération réussissait, le paysage politique en serait simplifié, comme en Allemagne de l’Ouest.

Participation électorale et concentration des voix

16Sans que ces données soient vraiment inquiétantes pour l’avenir du système politique, il convient de relever que trois indicateurs importants s’orientent à la baisse : la participation électorale, la concentration des voix sur les grands partis et le nombre d’adhérents aux partis politiques.

17Après avoir atteint un sommet aux élections fédérales de 1972 (91,1 %) et de 1976 (90,7 %) et une moyenne générale de 87 %, de 1949 à 1987, la participation électorale baisse lors de toutes les consultations, y compris au niveau régional. Sauf en 1949 (78,5 %), la participation aux élections fédérales, à l’Ouest, n’avait jamais été inférieure à 84 % (84,3 % en 1987). Le 2 décembre 1990, elle tombe à 77,8 % pour l’Allemagne unie ; il y a plus de 14 points d’écart entre les deux extrêmes, la Sarre (85,1 %) et le Mecklembourg-Poméranie (70,9 %). Pour les premières élections libres à la Chambre du peuple, la participation atteint le chiffre record de 94,6 % ; elle redescend à 68,2 % pour les élections régionales du 14 octobre et se situe à 74,5 % dans l’ancienne RDA (Berlin-Est compris) le 2 décembre, pour les élections fédérales. Les écarts importants de participation électorale au cours de l’année 1990 et les fluctuations des voix données aux partis (plus grandes à l’Est qu’à l’Ouest) indiquent que le paysage politique est encore loin d’être stabilisé à l’Est.

18Bien qu’il reste encore à un niveau élevé, on peut observer également que le pourcentage de voix recueillies par les trois grands partis de la République fédérale (CDU-CSU, SPD et FDP) tend à s’effriter en raison de la poussée des extrêmes. Il avait reculé en 1969 (94,6 %) à cause de la percée du NPD, il atteint un maximum en 1972 (99,1 %) et 1976 (99,1 %) ; il baisse légèrement en 1980 (98 %) et plus nettement en 1983 (94 %) et 1987 (90,4 %) – les Verts ayant franchi la barre des 5%. Lors des élections fédérales du 2 décembre 1990, les trois partis atteignent en Allemagne de l’Ouest, avec Berlin-Ouest, 90,6 %, mais dans l’ancienne RDA, surtout avec la présence du PDS, ils n’arrivent plus qu’à 79 %. Pour l’ensemble de l’Allemagne unie, les trois grands partis réunissent 88,3 % des suffrages (à rapprocher des 99,1 % de 1972 et 1976). Faut-il y voir le début d’un détachement irréversible à l’égard des grands partis ou le désir des citoyens de varier leurs choix ?

19Sans connaître une véritable crise de recrutement, les partis assistent à la baisse du nombre de leurs adhérents, les données qui vont suivre se limitant à l’Allemagne de l’Ouest. Le SPD avait atteint un maximum en 1976 (1 022 000 membres), il en a 910 000 en 1987 et 1988. La CDU a reculé de 735 000 membres en 1983 à 693 000 membres en 1988 ; la CSU passe de 185 000 membres en 1983 à 184 000 en 1988. La chute est plus brutale pour le FDP après le changement de coalition en 1982 : 85 000 adhérents en 1980 et 65 000 en 1987 et 1988.

20Malgré les différentes tendances à la déconcentration, l’emprise des partis traditionnels reste considérable sur la vie politique allemande, qu’ils continuent à dominer grâce à des coalitions variées, surtout au niveau régional. L’unification de l’Allemagne en 1990 a introduit de nombreux éléments de différenciation, la restructuration politique est loin d’être achevée dans les nouveaux Länder. Avec l’augmentation du nombre des Länder et des disparités régionales, les rapports entre la fédération et les Länder sont devenus plus complexes. Des contrastes régionaux s’affirment. En Allemagne de l’Ouest, le Nord est plus favorable au SPD, le Sud à la CDU (CSU), et la CDU est mieux implantée dans les nouveaux Länder et à Berlin que le SPD. La CDU-CSU domine au niveau fédéral depuis 1982, mais le SPD est la première force politique dans les Länder. Le Bundesrat devient un important organe de médiation entre ces deux grandes forces politiques. S’agit-il d’un équilibre précaire ou stable ? L’usure des hommes et des partis au pouvoir, la gravité de la situation socio-économique et la capacité des hommes politiques de l’opposition à faire valoir leur compétence pour résoudre les problèmes contribueront à déterminer de nouveaux rapports de force.

21À moins de brusques changements intervenus avant, 1994 verra sans doute se dessiner un nouveau paysage politique allemand en raison des nombreuses élections qui auront lieu cette année (élections présidentielles, européennes, régionales et fédérales). Les élections régionales, de 1991-1993 permettront d’apprécier les mutations en cours.

Une démocratie stable, à l’épreuve du changement

22Après le choc provoqué par l’effondrement du IIIème Reich et les révélations sur la nature exacte du régime national-socialiste, les Allemands de l’Ouest se sont réellement convertis à la démocratie de type occidental, avec l’aide des occupants anglo-américains et français. La réussite économique, un développement social assez harmonieux, qui a fait disparaître la notion de classe, et la large ouverture sur le monde extérieur, qui les a détournés du nationalisme, ont permis aux Allemands de l’Ouest de s’identifier rapidement au nouveau système politique fondé en 1949. Quarante ans après, la République fédérale peut être considérée comme une des démocraties les plus stables et les plus libérales du monde. Les crises y sont rares et de courte durée, les partis politiques peu nombreux. Le fédéralisme assure un équilibre assez satisfaisant entre les partis politiques, entre l’État fédéral et les Länder ; cet équilibre se retrouve aussi dans les rapports entre salariés et patronat, ne serait-ce que par le biais de la cogestion et le développement d’un réseau social très dense. Tout n’est certainement pas parfait dans cette démocratie. On peut lui reprocher son manque de compréhension pour l’opposition, son mépris des minorités, son goût très affirmé pour l’ordre, le calme et la sécurité, son penchant à tout vouloir résoudre par l’entremise des juristes, sa confiance parfois un peu excessive dans la technocratie. Malgré ces défauts, la démocratie allemande fonctionne bien et donne satisfaction aux citoyens. Elle n’est plus de nature à entretenir des peurs à l’étranger, même si des dérapages ne sont pas à exclure.

23Comment va se faire maintenant la liaison entre cette démocratie de type occidental et l’héritage autoritaire laissé par le régime communiste de coercition qui a duré plus de 40 ans ? Certes le modèle occidental a été adopté très rapidement par la classe politique et la population de RDA, mais il ne suffit pas de changer de structures, il faut que les comportements et les attitudes suivent. Même si les habitants de l’ancienne RDA se sentent maintenant désemparés, voire désorientés, par les amples mutations en cours, deux faits encourageants pour l’avenir doivent être relevés. Ils ont massivement participé aux élections, montrant ainsi que le changement passait tout d’abord par de véritables pratiques démocratiques. Malgré la dégradation de leurs conditions de vie, ils sont restés cohérents à travers leurs choix électoraux, d’une consultation à l’autre. Après quelques corrections, la hiérarchie des partis qui se dégageait des élections du 18 mars se retrouve aux élections suivantes. Avec quelques spécificités, dues surtout à l’existence du PDS, on voit déjà se dessiner dans les nouveaux Länder un système des partis semblable à celui qui s’est imposé en Allemagne de l’Ouest. Comme pour la République fédérale d’Allemagne des années 1950 et 1960, la modernisation, la réussite économique et sociale et l’ouverture sur le monde extérieur constituent des gages importants pour la bonne intégration de l’ancienne RDA dans l’Allemagne unie et pour le succès de sa démocratisation. Comme pour les transformations écono­miques, sociales et culturelles, la conversion à des pratiques authentiquement démocratiques nécessite, elle aussi, du temps et de la patience. Elle évoluera en fonction du contexte général dans lequel elle est appelée à se développer.

24Il faudrait s’interroger également sur l’apport des habitants de l’ancienne RDA à la démocratie ouest-allemande. Comment vont-ils contribuer à l’enrichir et à la faire progresser ? Les efforts ne doivent pas être à sens unique. Les Allemands de l’Ouest sont-ils, eux, disposés à s’inspirer des expériences qui ont été faites dans la zone soviétique, puis en RDA, de 1945 à 1990 ? Ou bien vont-ils tout rejeter au nom d’un anticommunisme intolérant et indifférencié ? Certains des Allemands de l’Ouest vont-ils persister dans cette “arrogance” qui leur est déjà reprochée à l’Est ? Sauront-ils vraiment partager comme l’a demandé le Président Richard von Weizsäcker ? Le nouvel ensemble politique que constitue l’Allemagne unie ne trouvera pas son équilibre intérieur sans une réponse satisfaisante à ces questions.

Voix

%

sièges

Christlich-Demokratische Union Deutschlands, CDU – Union chrétienne-démocrate d’Allemagne

4 710 598

40,82

163

Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD – Parti social-démocrate d’Allemagne

2 525 534

21,88

88

Partei des Demokratischen Sozialismus, PDS Parti du socialisme démocratique

1 892 381

16,40

66

Deutsche Soziale Union – Union sociale allemande

727 730

6,31

25

Bund Freier Demokraten (DFP, LDP, FDP) Fédération des démocrates libéraux

608 935

5,28

21

Bündnis 90 – Alliance 90

336 074

2,91

12

Demokratische Bauernpartei Deutschlands, DBD – Parti démocratique des paysans d’Allemagne

251 226

2,18

9

Grüne Partei + Unabhängiger Frauenverband Parti vert + Groupement indépendant des femmes

226 932

1,97

8

Demokratischer Aufbruch – Renouveau Démocratique

106 146

0,92

4

National-Demokratische Partei Deutschlands, NDPD – Parti national-démocrate d’Allemagne

44 292

0,38

2

Demokratischer Frauenbund Deutschlands, DFD – Fédération démocratique des femmes d’Allemagne

38 192

0,33

1

Aktionsbündnis Vereinigte Linke, AVL/Die Nelken – Unité d’action gauche unie – les oeillets

20 342

0,18

1

Partis non représentés à la Chambre

52 773

0,45

0

Total

100,00

400

Partis non représentés à la Chambre du peuple

Alternative Jugendliste – Liste alternative des jeunes

14 616

0,13 %

Christliche Liga – Ligue chrétienne

10 691

0,09 %

Kommunistische Partei Deutschlands, KPD – Parti communiste, KPD

8 819

0,08 %

Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands– SPD indépendant, USPD

3 891

0,03 %

Europäische Föderalistische Partei, EFP – Parti fédéraliste européen

3 636

0,03 %

Unabhängige Volkspartei – Parti populaire indépendant

3 007

0,03 %

Deutsche Biertrinker Union, DBU – Union allemande des buveurs de bière

2 534

0,02 %

Spartakist-Arbeiterpartei Deutschlands, SpAD – Spartakist-Parti des ouvriers d’Allemagne

2 417

0,02 %

Einheit jetzt – Unité maintenant

2 396

0,02 %

Bund Sozialistischer Arbeiter, BSA – Deutsche Sektion der 4. Internationale – Fédération allemande des ouvriers socialistes – Section allemande de la 4e Internationale

386

0,00 %

Vereinigung der Arbeitskreise für Arbeitnehmerpolitik und Demokratie – Association des cercles de travail pour la politique des salariés et la démocratie

380

0,00 %

Europa-Union der DDR – Europa-Union de RDA

0

0,00 %

Total des partis non représentés

52 773

0,45 %

Les élections régionales dans les nouveaux Länder (14 octobre 1990)

Brandebourg

Mecklembourg

Saxe

Saxe-Anhalt

Thuringe

Inscrits

1.955.403

1.431.020

3.709.210

2.234.994

2.010.395

Votants

67,10%

64,72%

72,78%

65,13%

71,69%

%

Sièges

%

Sièges

%

Sièges

%

Sièges

%

Sièges

CDU

29,40

27

38,33

29

53,82

92

39,00

48

45,50

44

DSU

0,99

-

0,75

-

3,58

-

1,71

-

3,28

-

FDP

6,63

6

5,48

4

5,25

9

13,51

14

9,27

9

SPD

38,24

36

27,03

21

19,09

32

26,00

27

22,76

21

PDS

13,41

13

15,67

12

10,23

17

11,99

12

9,72

9

B’90

6,42

6

2,23

-

5,60

10*

5,29

5*

6,47

6*

Verts

2,84

-

4,17

-

Rep.

1,15

-

0,85

-

0,64

-

0,83

-

Autres

0,91

-

5,50

-

2,42

1,88

-

2,27

-

88

66

160

106

89

Les gouvernements des 5 nouveaux Länder (constitués en novembre 1990)

Land

Ministre-Président

Gouvernement

Brandebourg

Manfred Stolpe, SPD

5 SPD, 2 FDP, 2 B’90, 1 sans parti

Mecklembourg

Alfred Gomolka, CDU

6 CDU, 2 FDP

Saxe

Kurt Biedenkopf, CDU

9 CDU, 1 sans parti

Saxe-Anhalt

Gerd Gies, CDU

6 CDU, 3 FDP

Thuringe

Josef Duchac, CDU

7 CDU, 3 FDP

élections à Berlin (Est et Ouest) 2 décembre 1990

Chambre des députés de Berlin

Bundestag

Inscrits

2 524 553

2 537 310

Votants

2 040 705

80,8%

2 043 894

80,6%

Exprimés

2 019 198

2 012 677

Voix

Ouest %

Est %

Total %

Total %

Sièges

CDU

815 382

49,0

25,0

40,4

39,4

12

FDP

143 080

7,9

5,6

7,1

9,1

3

SPD

614 075

29,5

32,1

30,4

30,6

9

PDS

184 870

1,1

23,6

9,2

9,7

3

B’90/ Gr.

87 893

1,3

9,8

4,4

3,3

1

Gr./AL

100 839

6,9

1,7

5,0

3,9

Rep.

62 041

3,0

2,5

ÖDP

5 160

0,2

0,2

DSU

1 539

0,0

0,2

Autres

4 319

0,2

0,1

élections du 12e Bundestag (2 décembre 1990)
a) Allemagne de l’Ouest

25-1-1987 (RFA sans Berlin-Ouest)

2-12-1990 (RFA + Berlin-Ouest)

Inscrits

Participation

Exprimés

45 327 982

38 225 294

37 867 319

84,3%

48 128 370

37 828 790

37 426 103

78,6%

Voix

%

Voix

%

CDU

13 045 745

34,5

13 277 691

35,5

CSU

3 715 827

9,8

3 302 980

8,8

FDP

3 440 911

9,1

3 956 052

10,6

SPD

14 025 763

37,0

13 355 171

35,7

Verts

3 126 256

8,3

1 778 195

4,8

NPD

227 054

0,6

122 564

0,3

Rep.

-

-

871 773

2,3

PDS

-

-

125 947

0,3

B’90/V.

12 737

0,0

Grauen

-

-

311 333

0,8

ÖDP (Écologistes dissidents)

109 152

0,3

191 306

0,5

DSU

-

-

3 146

0,0

Autres

151 981

0,4

117 208

0,3

b) Ancienne RDA avec Berlin-Est

18-3-1990

Chambre du Peuple

2-12-1990

Bundestag

Inscrits

Participation

Exprimés

12 426 443

11 604 418

11 541 155

93,3%

12 308 190

9 167 125

9 029 669

74,5%

Voix

%

Voix

%

CDU

4 170 598

40,8%

3 777 425

41,8

SPD

2 525 534

21,8%

2 190 195

24,3

PDS

1 892 381

16,4%

1 003 631

11,1

DSU

727 730

6,3%

85 862

1,0

FDP

608 935

5,2%

1 167 181

12,9

B’90/V.

336.074

2,9%

546 470

6,1

Verts.

226.932

1,9%

10 005

0,1

Grauen

74 577

0,8

Rep.

115 496

1,3

NPD

23 212

0,3

ÖDP

13 900

0,2

Autres

613 971

4,7%

21 715

0,2

c) Allemagne Unie

Inscrits

Participation

Exprimés

60 436 560

46 995 915

46 455 772

77,8 %

Voix

%

Sièges

CDU

17 055 116

36,7

268

CSU

3 302 980

7,1

51

FDP

5 123 233

11,0

79

DSU

89 008

0,2

-

SPD

15 545 366

33,5

239

PDS

1 129 578

2,4

17

B’90/V.

559 207

1,2

8

Verts

1 788 200

3,8

-

Grauen

385 910

0,8

Rep.

987 269

2,1

NPD

145 776

0,3

ÖDP

205 206

0,4

Divers

138 923

0,5

100,0

662

Sièges au Bundestag

11e Bundestag (1987)

12e Bundestag (1990)

CDU

174*

majorité :

CDU

268***

majorité :

CSU

49

269

CSU

51

398

FDP

46

FDP

79

SPD

186

opposition:

SPD

239

opposition:

Verts

42

228

PDS

17

264

B’90/Verts

8

Total

497**

Total

662

Les Länder en Allemagne (mai 1991)

Land

Capitale

Chef du gouvernement (depuis ...)

Gouvernement (depuis ...)

Bade-Wurtemberg

(9,7 millions)

Stuttgart

Erwin Teufel, CDU

1991

CDU

1972

Basse-Saxe

(7,2)

Hanovre

Gerhard Schröder, SPD

1990

SPD-Verts

1990

Bavière

(11,2)

Munich

Max Streibl, CSU

1988

CSU

1962

Berlin

(3,4)

Berlin

Eberhard Diepgen, CDU

1991

CDU-SPD

1991

Brandebourg

(2,6)

Potsdam

Manfred Stolpe, SPD

1990

SPD, FDP, B’90

1990

Brême

(0,7)

Brême

Klaus Wedemeier, SPD

1985

SPD

1971

Hambourg

(1,6)

Hambourg

Henning Voscherau, SPD

1988

SPD-FDP

1987

Hesse

(5,7)

Wiesbaden

Hans Eichel, SPD

1991

SPD-Verts

1991

Mecklembourg-Poméranie occ.

(1,9)

Schwerin

Alfred Gomolka, CDU

1990

CDU-FDP

1990

Rhénanie du Nord-Westphalie

(17,1)

Düsseldorf

Johannes Rau, SPD

1978

SPD

1980

Rhénanie-Palatinat

(3,7)

Mayence

Rudolf Scharping, SPD

1991

SPD-FDP*

1991

Sarre

(1,1)

Sarrebruck

Oskar Lafontaine, SPD

1985

SPD

1985

Saxe

(4,8)

Dresde

Kurt Biedenkopf, CDU

1990

CDU

1990

Saxe-Anhalt

(2,9)

Magdebourg

Gerd Gies, CDU

1990

CDU-FDP

1990

Schleswig-Holstein

(2,6)

Kiel

Björn Engholm, SPD

1988

SPD

1988

Thuringe

(2,7)

Erfurt

Josef Duchac, CDU

1990

CDU-FDP

1990

Majorité au Bundesrat (mai 1991)

Länder dirigés par la CDU (CSU)

Länder dirigés par le SPD

Bavière (CSU)

6 voix

Rhénanie du Nord-Westphalie

6

Bade-Wurtemberg

6

Basse-Saxe

6

Berlin

4

Brandebourg

4

Hesse

4

Rhénanie-Palatinat

4

Saxe

4

Schleswig-Holstein

4

Saxe-Anhalt

4

Brême

3

Thuringe

4

Hambourg

3

Mecklembourg-Poméranie occ.

3

Sarre

3

7 Länder

31

9 Länder

37

Répartition des gouvernements régionaux

Gouvernements dirigés

par la CDU (CSU)

Gouvernements dirigés

par le SPD

1 gouvernement CSU

4 gouvernements SPD

Bavière (Max Streibl)

Brême (Klaus Wedemeier)

Rhénanie du N.-W. (Johannes Rau)

2 gouvernements CDU

Sarre (Oskar Lafontaine)

Bade-Wurt. (Erwin Teufel)

Schleswig-Holstein (B.Engholm)

Saxe (Kurt Biedenkopf)

2 gouvernements SPD-FDP

3 gouvernements CDU-FDP

Hambourg (Henning Voscherau)

Mecklembourg (A.Gomolka)

Rhénanie-Palatinat (Scharping)*

Saxe-Anhalt (Gerd Gies)

Thuringe (Josef Duchac)

1 gouvernement SPD-FDP -B’90

Brandebourg (Manfred Stolpe)

1 gouvernement CDU-SPD

Berlin (Eberhard Diepgen)

2 gouvernements SPD-Verts

Basse-Saxe (Gerhard Schröder)

Hesse (Hans Eichel)

Le 4e gouvernement KOHL (formé le 18.1.1991)

Helmut KOHL, CDU

Chancelier

Hans-Dietrich GENSCHER, FDP

Vice-chancelier

Affaires étrangères

Wolfgang SCHÄUBLE, CDU

Intérieur

Klaus KINKEL, FDP1

Justice

Theodor WAIGEL, CSU

Finances

Jürgen W. Möllemann, FDP2

Économie

Ignaz KIECHLE, CSU

Agriculture

Norbert BLÜM, CDU

Travail, Affaires sociales

Gerhard STOLTENBERG, CDU

Défense

Hanelore RÖNTSCH, CDU3

Famille, Troisième âge

Angela MERKEL, CDU4

Condition féminine, Jeunesse

Gerda HASSELFELDT, CSU5

Santé

Günther KRAUSE, CDU6

Transports

Klaus TÖPFER, CDU

Environnement, Nature

Christian SCHWARZ-SCHILLING, CDU

Postes, Télécommunication

Irmgard ADAM-SCHWAETZER, FDP7

Am. du territoire, Constr., Urbanisme

Heinz RIESENHUBER, CDU

Recherche et Technologie

Rainer ORTLEB, FDP8

Éducation et Sciences

Carl-Dieter SPRANGER, CSU9

Coopération économique

Rudolf SEITERS, CDU10

Ministre à la chancellerie

Annexes

Les élections du 18 mars 1990 à la Chambre du Peuple. Résultats définitifs

Inscrits

12 426 443

Votants

11 604 418 (93, 38%)

Bulletins nuls

63 263

Exprimés

11 541 155

NB. Les pourcentages de certains partis (CDU, PDS, DSU, BFD, DBD, Grüne Partei, DA et AVL) diffèrent légèrement de ceux que nous avons publiés dans La RDA 1949-1990, Asnières, Institut d’Allemand, quelques corrections supplémentaires ayant été apportées par les services officiels des statistiques ; elles ne touchent que les centièmes seulement (2e chiffre après la virgule) ; il n’y a pas de modification pour la répartition des sièges. Nous nous référons ici aux données du Statistisches Bundesamt.

* Saxe = Forum ; Saxe-Anhalt = Grüne/Forum ; Thuringe = Gr./Forum/Dem. J. Les 509 députés se répartissent ainsi : CDU : 240 (47,1%) ; SPD : 137 (26,9%) ; PDS : 63 (12,3%) ; FDP : 42 (8,2%) ; autres : 27 (5,3%).

En dehors des 5 Ministres-Présidents, les 5 gouvernements se composent de 47 ministres, dont pour la CDU : 28 ; FDP : 10 ; SPD : 5 ; B’90/Verts : 2 ; sans parti : 2.

Le 24 janvier l991, Eberhard Diepgen, CDU, qui fut à la tête de Berlin-Ouest de 1984 à 1989, est élu Maire-Régnant/Regierender Bürgermeister de la ville réunifiée par la Chambre des députés de Berlin. Il obtient 164 voix sur 240. Il dirige une grande coalition CDU-SPD. Le maire-adjoint (Bürgermeister) est Mme Christine Bergmann, SPD (égale­ment « ministre » du Travail et des Femmes ; elle vient de Berlin-Est). Le gouvernement (appelé Senat) se compose de 15 ministres (Senatoren) : 8 pour la CDU, dont 1 sans parti, et 7 SPD.
Les 241 mandats se répartissent ainsi : CDU : 101 ; SPD : 76 ; PDS : 23 ; FDP : 18 ; GAL : 12 ; B’90 : 11. La majorité absolue est de 121 sièges. La CDU et le FDP n’en réunissant que 119, la CDU a dû former une grande coalition, justifiée en raison des problèmes locaux à résoudre. CDU et SPD totalisent 183 sièges sur 241.

* 1 mandat supplémentaire.
** Sans les 22 députés de Berlin-Ouest qui n’ont pas le droit de vote.
*** Six mandats supplémentaires.
Les résultats définitifs ont été publiés dans le Bulletin du Presse- und Informations­amt der Bundesregierung, n° 146. p. 1531-1536, du 19 décembre 1990.
Se reporter aussi à : Statistisches Bundesamt. Bevölkerung und Erwerbstätigkeit. Fachserie 1. Heft 3. Endgültige Ergebnisse nach Wahlkreisen. Stuttgart, Metzler-Poeschel, 173 p. + cartes. Voir notamment les p. 13 et 14, 171 et 172.

* Décision non définitive début mai 1991.

NB. En cas de désaccord à Berlin entre la CDU et le SPD, le Land doit s’abstenir de voter au Bundesrat.

Il y a 16 Länder : 7 sont dirigés par la CDU (CSU) 9 sont dirigés par le SPD, mais il y a au total 8 gouvernements différents !
* Décision non définitive début mai 1991.

1. Remplace Hans A. Engelhard, FDP. Nouveau ministre.
2. Remplace Helmut Haussmann, FDP ; était avant ministre de l’Éducation et de la Science.
3 Le ministère de la Jeunesse, de la Famille, des Femmes et de la Santé (Mme Ursula Lehr, CDU) a été scindé en trois. Mme Rönsch est un nouveau ministre.
4. Nouveau ministre. Vient de l’ancienne RDA.
5. Avant : ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Construction et de l’Urbanisme.
6. Remplace Friedrich Zimmermann, CSU. Vient de l’ancienne RDA. Était depuis le 4.10.1990 ministre sans portefeuille dans le gouvernement Kohl. Négociateur des traités RFA/RDA, en 1990.
7. Était avant ministre d’État aux Affaires étrangères. Remplace Mme Hasselfeldt, CSU.
8. Remplace J. W. Möllemann. Vient de l’ancienne RDA. Ministre sans portefeuille dans le gouvernement Kohl, le 4.10.1990.
9. Nouveau ministre. Remplace Jürgen Warnke, CSU.
l0. Chargé de missions spéciales. Chef de la chancellerie.
NB. Les autres ministres conservent le même portefeuille que dans le gouvernement précédent. Ce gouvernement se compose de 19 ministres (10 CDU, 4 CSU et 5 FDP). Helmut Kohl a été réélu Chancelier le 17 janvier l991, par 378 voix sur 644 (58,69 %). Il forme le nouveau gouvernement le 18 et présente sa déclaration gouvernementale le 31.

Auteur

Auteur de plusieurs ouvrages sur l’Allemagne et sur les relations franco-allemandes, Henri Ménudier a fait paraître, sous sa direction, trois livres collectifs en 1990 : La République fédérale d’Allemagne dans les relations internationales, En l’honneur d’Alfred Grosser, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, 362 p. ; La RDA 1949-1990, du stalinisme à la liberté, Asnières, Institut d’Allemand, 1990, 280 p. (épuisé) ; L’Allemagne occupée, 1945-1949, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, 338 p. (publié précédemment par l’Institut d’Allemand d’Asnières). Autre parution : Sigolène Brisou, Tatjana Globokar, Valérie Lainé, Henri Ménudier, Les deux Allemagnes, 1984-1989, Préface d’Alfred Grosser, Paris, La Documentation française, 1990, 276 p.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr