Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne. De la division à l'unité

 | 
Henri Ménudier

I. Nation, État, identité, patrie

L’Allemagne, notre patrie, est de nouveau unie

Helmut Kohl

Note de l’éditeur

Allocution télévisée de Monsieur Helmut Kohl, Chancelier de la République fédérale d’Allemagne, le 2 octobre 1990, la veille de l’unité allemande.

Texte intégral

1Chers compatriotes !

2Dans quelques heures, un rêve va devenir réalité. Après plus de quarante ans d’une division amère, l’Allemagne, notre patrie, est de nouveau unie.

3Pour moi, c’est là l’un des moments les plus heureux de ma vie. De par les nombreuses lettres que j’ai reçues et les nombreux entretiens que j’ai menés, je sais la joie immense qui anime également la plupart d’entre vous.

4Un tel jour nous invite à regarder en avant. Néanmoins, en dépit de toute la joie que nous éprouvons, nous voulons d’abord penser à ceux qui ont particulièrement souffert de la division de l’Allemagne. Des familles ont été cruellement déchirées. Des prisonniers politiques étaient incarcérés dans les maisons d’arrêt. Des hommes et des femmes sont morts au pied du mur.

5Tout cela appartient heureusement au passé et ne doit plus jamais se répéter. C’est pourquoi nous ne devons pas l’oublier. Le souvenir, nous le devons aux victimes, à nos enfants et à nos petits-enfants. Il faut que de telles expériences leur soient épargnées à tout jamais.

6C’est pour la même raison que nous n’oublions pas non plus à qui nous devons l’unité de notre patrie. Tout seuls, nous n’y serions jamais arrivés. Nombreux sont ceux qui y ont contribué.

7Y a-t-il jamais eu un peuple auquel la chance ait été donnée de surmonter d’une manière si pacifique des décennies de division douloureuse ? En parfait accord avec nos voisins, nous rétablissons l’unité de l’Allemagne dans la liberté.

8Nous remercions nos partenaires et amis. Nous remercions notamment les États-Unis d’Amérique et à leur tête, le Président George Bush. Nous remercions nos amis en France et en Grande-Bretagne. Ils nous ont toujours soutenus dans les périodes difficiles. Pendant des dizaines d’années, ils ont défendu la liberté de la partie occidentale de Berlin. Ils ont appuyé notre objectif qui consistait à recouvrer l’unité dans la liberté. Nous les assurons de notre amitié pour l’avenir également.

9Nous devons également être reconnaissants envers les mouvements de réformes qui se sont formés en Europe centrale, orientale et du Sud-Est. Il y a un peu plus d’un an, la Hongrie permettait aux réfugiés de quitter le pays. C’est à cette époque-là que la première pierre fut arrachée au mur. Les mouvements de liberté qui se sont opérés en Pologne et en Tchécoslovaquie ont donné aux hommes et aux femmes en RDA le courage de revendiquer leur droit à l’autodétermination. Nous allons nous attacher désormais à mettre en oeuvre une réconciliation durable entre le peuple allemand et le peuple polonais.

10Nous remercions le Président Gorbatchev. Il a reconnu le droit des peuples de décider eux-mêmes de la voie qu’ils veulent prendre. Sans cette décision, nous aurions dû attendre encore longtemps le jour de l’unité allemande.

11Que ce jour soit venu si vite, nous le devons tout particulièrement à ces Allemands qui, forts de leur amour de la liberté, ont réussi à vaincre la dictature du SED. Leur volonté de paix et leur circonspection resteront un exemple.

12Nous, Allemands, avons tiré les leçons de l’histoire. Nous sommes un peuple épris de paix et de liberté. Jamais, nous ne livrerons notre démocratie à la merci des ennemis de la paix et de la liberté.

13Nous considérons que l’amour de la patrie, l’amour de la liberté et l’esprit de bon voisinage forment un tout. Nous entendons être des partenaires fiables et des amis sincères. Pour cela, la seule place que nous puissions occuper dans le monde est aux côtés des peuples libres.

14Nous voulons également être de bons voisins à l’intérieur. Cela signifie faire preuve d’ouverture d’esprit à l’égard de notre prochain, de respect pour ceux dont l’opinion est différente et de solidarité avec nos concitoyens étrangers. Notre démocratie libérale doit être marquée du sceau de la diversité, de la tolérance et de la solidarité.

15Nous, Allemands, devons justement en ce moment présent faire preuve de soli­darité les uns envers les autres. Le chemin qui s’ouvre devant nous sera difficile. Nous voulons le parcourir en commun. Si nous nous entraidons et si nous sommes prêts aussi à faire des sacrifices, nous avons toutes les chances de réussir ensemble.

16Les conditions économiques qui règnent en République fédérale d’Allemagne sont excellentes. Jamais auparavant, nous n’avons été mieux préparés qu’aujour­d’hui à résoudre les tâches économiques de la réunification. À cela s’ajoutent le zèle et la volonté de rendement des hommes et des femmes de l’ancienne RDA. Grâce à nos efforts communs, grâce à la politique de l’économie sociale de marché, le Brandebourg, le Mecklembourg-Poméranie occidentale, la Saxe, la Saxe-Anhalt et la Thuringe seront d’ici quelques années des paysages florissants.

17Nous sommes en mesure de résoudre les problèmes économiques – certes pas du jour au lendemain mais dans un avenir prévisible. Cependant, il est bien plus important que nous fassions preuve de compréhension les uns pour les autres et que nous nous rapprochions les uns des autres. Nous devons cesser de diviser l’Alle­magne en pensée entre « ce côté-ci » et « l’autre côté ».

18Plus de quarante ans de dictature du SED ont également laissé des blessures profondes dans le cœur des hommes et des femmes. L’État de droit a pour tâche d’instaurer la justice et la paix intérieure. Cela nous place tous devant une épreuve difficile. Il faut expier des torts graves, mais il nous faut aussi trouver la force d’être en paix les uns avec les autres.

19Je lance un appel à tous les Allemands : Soyons dignes de cette liberté commune. Le 3 octobre est un jour de joie, de remerciement et d’espoir. La jeune génération en Allemagne a désormais – comme nulle autre génération auparavant – toutes les chances de connaître la paix et la liberté pendant une vie entière.

20Nous savons que nombreux sont ceux dans le monde qui partagent notre joie. Ils doivent savoir quel sentiment nous anime à cette heure : l’Allemagne est notre patrie, l’Europe unie notre avenir !

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr