Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne. De la division à l'unité

 | 
Henri Ménudier

I. Nation, État, identité, patrie

état et nation en Allemagne

Réflexions avant l’unité

Alfred Grosser

Note de l’éditeur

Ce texte reproduit une allocution prononcée à Paris, le 29 janvier 1990, devant l’Académie des sciences morales et politiques. Il a été publié dans la Revue des Sciences morales et politiques 1990 (1), p. 57-70, sous le titre : « états allemands et nation allemande ».

Texte intégral

1Le point de départ : le communiqué Kohl/Modrow du 20 décembre 1989 prévoyant un traité de coopération entre deux États demeurant distincts, mais aussi la Convention de 1954 dans laquelle la France, les états-Unis, la Grande-Bretagne et la République fédérale d’Allemagne définissent leur « but commun », à savoir « une Allemagne réunifiée, dotée d’une constitution libérale et démocratique, telle celle de la République fédérale, et intégrée dans la Communauté européenne ».

2À l’arrière-plan d’une partie des réactions françaises d’aujourd’hui : la conviction historiquement mal fondée que Hitler a été produit par l’unité allemande.

3Le fondement de la situation allemande : le statut établi par les vainqueurs en 1944, fondé sur l’idée d’une appropriation indivise de la souveraineté allemande et du gouvernement conjoint du vaincu à partir de Berlin. La division de 1949 n’a pas fait disparaître entièrement ce statut, notamment pour l’ancienne capitale devenue en 1948 symbole de la liberté. C’est aussi la liberté que la République fédérale naissante a choisie contre l’unité nationale. Mais que doit-il advenir lorsque l’autre partie de la nation accède à son tour à la liberté ?

4Cependant, quarante années d’existence ont donné des caractéristiques très distinctes aux deux sociétés et ont inséré la République fédérale dans une commu­nauté européenne déjà fort limitative de la liberté d’action de ses membres.

5Aujourd’hui, le souhait des anciens vainqueurs – surtout de l’U.R.S.S – est clair : freiner l’éventuelle naissance d’un État allemand unitaire. En Allemagne même, les aspirations – proclamées ou tues – sont contradictoires dans chacun des deux États.

6Le 20 décembre 1989, le président du Conseil des ministres de la République démocratique allemande, Hans Modrow, et le chancelier de la République fédérale d’Allemagne, Helmut Kohl, publiaient, à l’issue d’entretiens qui s’étaient déroulés à Dresde, un long communiqué commun. Ils y relevaient qu’une « relation de bon voisinage entre les deux États, fondée sur une responsabilité commune pour la paix et sur une communauté contractuelle (Vertragsgemeinschaft), serait de grande importance pour la stabilité de l’Europe et représenterait une contribution à une nouvelle architecture européenne ». Ils ont convenu également d’entamer sans délai une négociation pour préparer « un traité commun de coopération et de bon voisinage ». Il était dit aussi que le chancelier Kohl avait informé le ministre-président Modrow sur « le développement de la Communauté européenne, qui demeure pour la République fédérale la pierre angulaire d’une nouvelle architecture européenne et, dans sa volonté d’ouverture, le pôle stable d’un futur équilibre européen ».

7Cette République fédérale avait vu son statut international fixé à Paris le 23 octobre 1954 par une Convention conclue entre elle, la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne. L’article 1 annonçait la fin du régime d’occupation et déclarait :

« La République fédérale d’Allemagne exercera, en conséquence, la pleine autorité d’un État souverain sur ses affaires intérieures et extérieures ».

8Mais l’article 2 ajoutait :

« En raison de la situation internationale qui a, jusqu’à ce jour, empêché la réunification de l’Allemagne et la conclusion d’un règlement de paix, les Trois Puissances se réservent les droits et les responsabilités antérieurement exercés et détenus par elles en ce qui concerne Berlin et l’Allemagne dans son ensemble... »,

9tandis que l’article 7 proclamait que le but commun des quatre signataires était

« une Allemagne réunifiée, dotée d’une constitution libérale et démocratique, telle celle de la République fédérale, et intégrée dans la Communauté européenne ».

10L’idée que les deux États allemands disent se préparer à une interconnexion plutôt qu’à une fusion est peu courante en France. Plus rare encore est la mémoire du ferme engagement français en faveur de la réunification de l’Allemagne. Il est vrai que la notion d’unité allemande a depuis longtemps, chez nous, des connotations négatives. À cause de Hitler et de son IIIe Reich ? Pas seulement, pas même principalement : si tant d’hommes politiques et d’intellectuels français ont, en 1945, présenté cette unité comme la cause essentielle de la dictature national-socialiste, c’est qu’antérieurement déjà la division de l’Allemagne, la division des Allemagnes, apparaissait comme la meilleure garantie de la puissance de la France.

11Il est vrai que la façon dont Bismarck avait réalisé l’unité, grâce à la double victoire sur l’Autriche et sur la France, sans vraie démocratie à l’intérieur de l’Empire, pouvait faire oublier deux autres données historiques. D’une part, le lien étroit qui avait existé, au cours de la première moitié du xixe siècle, entre la revendication de l’unité nationale et l’aspiration à la liberté. Un lien symbolisé par les couleurs noir-rouge-or et, en 1832, par le chant des manifestants de la fête de Hambach :

« Wir wollen uns gründen ein Vaterhaus,
Und wollen der Freiheit es weihen...
 » – 
« 
Wir pflanzen die Freiheit, das Vaterland auf ».
(Nous voulons fonder une maison paternelle
et la consacrer à la liberté –
Nous plantons (l’arbre de) la liberté, de la patrie).

12D’autre part, la volonté de démocratie et de paix présente dans la première République allemande, celle de Weimar. Une République trop souvent soupçonnée et même délibérément affaiblie par une France plus soucieuse de sécurité, face à une Allemagne supposée éternellement hostile, que désireuse d’établir entre démocraties un lien de coresponsabilité pour l’avenir européen.

Statut de l’Allemagne occupée

13Il en a été autrement après 1948, mais l’État qui était en voie de constitution alors et qui allait vivre peu à peu dans une sorte d’intimité avec la France, plus encore qu’avec les autres pays membres de l’Europe communautaire, cet État n’était pas un État comme les autres et n’a jamais perdu les spécificités nées les unes du système international de 1945 – les vainqueurs contre le vaincu –, les autres du système suivant, à savoir le clivage, l’antagonisme Est/Ouest.

14Tout commence à Londres, en septembre 1944. L’Allemagne de Hitler n’est pas encore vaincue. Aucun soldat allié n’a encore pénétré sur son sol. Trois ambas­sadeurs – un Américain, un Britannique et un Soviétique – paraphent un texte et une carte. L’Allemagne ne serait pas divisée, mais gouvernée par les vainqueurs qui s’approprieraient en quelque sorte la souveraineté du vaincu. Il y aurait bien des zones d’occupation – dont le tracé figurait sur la carte – mais c’est de Berlin, place hors zone, que le Conseil de contrôle commun gouvernerait l’Allemagne.

15Après la capitulation du 8 mai, les engagements sont respectés, sauf qu’on est quatre et non plus trois, la France ayant été invitée, à la suite d’une décision prise à Yalta, à devenir le quatrième souverain de l’Allemagne. Le 1er juillet 1945, l’U.R.S.S. laisse des unités américaines, britanniques et françaises occuper leurs secteurs respectifs du Grand-Berlin (un peu analogue à ce qu’était le département de la Seine par rapport au cœur de la ville). En même temps, l’armée américaine se replie sur la ligne fixée à Londres et évacue ainsi une vaste région au centre de l’Allemagne, avec Leipzig, Halle, Iéna, Weimar, Erfurt. La délimitation de la zone d’occupation soviétique est aussi arbitraire que le furent, au siècle précédent, les frontières des territoires coloniaux en Afrique ...

16Berlin hors-zones : malgré la division ultérieure de la ville (politique en 1948, physique par l’édification du Mur en 1961), malgré les liens de sa partie occiden­tale avec la République fédérale dont elle est un Land-pas-à-part-entière, malgré l’inclusion progressive du secteur soviétique dans la République démocratique allemande, le statut initial n’a jamais été aboli. Ainsi, en 1990, M. Serge Boidevaix, à Bonn, est ambassadeur de la République française en République fédérale, tandis que Mme Joëlle Timsit, résidant à Berlin-Est, est ambassadeur auprès de la R.D.A. à Berlin, un militaire français n’est pas un allié de la Bundeswehr, comme il le serait à Fribourg ou à Trèves, mais, en l’absence de tout soldat allemand, un occupant comme en 1945. Et quand le Président de la République se rend à Berlin, c’est en tant que l’un des quatre suzerains de la ville entière et aussi comme l’un des trois défenseurs de Berlin-Ouest contre le quatrième suzerain et l’allié est-allemand de celui-ci.

17Que l’Allemagne-des-quatre-zones, dont ne font plus partie les territoires attribués à l’U.R.S.S. ou confiés à l’administration de la Pologne, doive être traitée comme une unité au moins économique, l’accord de Potsdam le proclame encore en août 1945. Mais très rapidement l’Union soviétique « soviétise » sa zone. En avril 1946, elle incite à la fusion forcée entre le parti communiste et le parti social-démocrate, avec création du parti socialiste unifié S.E.D. C’est cette fusion qui sera déclarée dissoute en janvier 1990 lorsqu’un congrès du jeune parti socialiste, créé quelques semaines plus tôt, prendra le nom même que la social-démocratie des zones occidentales aura toujours conservé : Sozialdemokratische Partei Deutsch­lands, Parti social-démocrate d’Allemagne, S.P.D.

18La Guerre froide naissante est partiellement la conséquence, mais surtout la cause de la division de plus en plus visible de l’Allemagne. En juin 1948, les trois Occidentaux effectuent une réforme monétaire dans leurs zones et veulent l’intro­duire à Berlin. L’U.R.S.S. réplique par le blocus de la ville. Jusqu’alors symbole, vers le dehors, du prussianisme et du nazisme, Berlin devient soudain le symbole de la liberté et de défense de cette liberté. En 1990, tandis que la liberté renaît à l’Est, Berlin changera encore de valeur symbolique, mais est-ce pour passer pour ville-pont entre une Europe libre et une Europe en voie de libéralisation, ou pour incarner de nouveau, notamment en conformité avec des craintes extérieures, une puissance allemande reconstituée ?

19En avril-mai 1949, la Guerre froide met au monde des jumeaux : l’Alliance atlantique et la République fédérale d’Allemagne. Celle-ci est née à la fois par incitation des occupants et par la volonté de ses citoyens. Les constituants de Bonn et leurs électeurs ont fait alors un choix difficile et sans doute unique, au moins en Europe : ils ont choisi la liberté contre la nation. Plutôt la division de l’Allemagne que la perspective d’une Allemagne unifiée qui risquerait de ne plus jouir des libertés dont la liste figure en tête de la Loi fondamentale ! Tous les gouvernements de la République fédérale d’Allemagne resteront pleinement fidèles à ce choix initial. Mais celui-ci reposait sur le constat de l’absence de liberté dans l’autre partie de l’Allemagne. Le jour où elle serait à son tour peuplée de citoyens libres, la question de l’unité de la nation serait évidemment de nouveau ouverte. Et, malgré la stabilisation institutionnelle et politique remarquable de la République de Bonn, on évoquerait inéluctablement le préambule et l’article dernier de la Loi fondamentale, ainsi appelée à l’origine pour marquer qu’elle n’était pas une vraie constitution, alors que sa légitimité en tant que telle allait être pleinement établie et acceptée par tous ses citoyens :

« ... Le peuple allemand tout entier reste appelé à parachever l’unité et la liberté de l’Allemagne par une libre autodétermination ... »
« ... La présente Loi fondamentale devient caduque le jour de l’entrée en vigueur d’une constitution adoptée par le peuple allemand en pleine liberté de décision ».

20Seulement, le cas de figure évoqué en 1990 est plutôt celui d’une Allemagne de l’Est rejoignant progressivement une République fédérale à la constitution inchangée. Une République fédérale par ailleurs limitée dans sa liberté de décision puisqu’insérée dans une Communauté européenne certes inachevée, mais déjà fort contraignante.

Les choix de l’Ostpolitik

21Pendant une vingtaine d’années, la République fédérale s’est voulue seul État allemand légitime et était reconnue comme tel par ses alliés occidentaux et par l’immense majorité des autres États, ceux-ci sachant que Bonn romprait ses relations avec eux s’ils reconnaissaient l’autre État allemand, né lui aussi d’une rétrocession de souveraineté de la part de l’occupant, mais non de la volonté librement exprimée de ses citoyens. La R.D.A., de son côté, après s’être au départ définie comme « État socialiste de nation allemande », s’est de plus en plus barricadée face à l’Ouest.

22L’Ostpolitik de Willy Brandt, à son apogée en 1970-1972, a été fondée – on ne l’a pas assez compris en France, ni à l’époque, ni depuis lors – sur deux concessions, sur deux sacrifices majeurs : la reconnaissance de la frontière occidentale de la Pologne et l’acceptation de l’existence d’un autre État allemand.

23Les territoires devenus polonais représentent plus du cinquième de l’Allemagne définie par le sévère traité de Versailles. Churchill et Roosevelt, puis Truman et Attlee ont accepté que la population allemande en fût expulsée. Le plus grand service que les gouvernements de la République fédérale ont rendu à la cause de la paix depuis 1949, c’est d’avoir tout fait pour intégrer économiquement, socialement, psychologiquement ces millions de réfugiés et leurs enfants. Ils ont agi ainsi à l’inverse des gouvernements arabes qui ont au contraire délibérément refusé l’intégration des réfugiés palestiniens pour que la revendication territoriale, avec reconquête et retour, pût être maintenue. Sans la réussite de l’intégration des expulsés, Willy Brandt n’aurait pas pu signer les traités de Varsovie et de Moscou, ni Helmut Schmidt les accords de Helsinki, en 1975.

24Cependant, en 1989 et 1990, le chancelier Kohl a rappelé que le Tribunal constitutionnel fédéral interdisait, par une interprétation rigoureuse des textes liant la République fédérale, de rendre juridiquement complète et définitive l’acceptation de la frontière polonaise. La convention de Paris de 1954 ne disait-elle pas, sous la signature de la France, de la Grande-Bretagne et des États-Unis : « La fixation définitive des frontières doit attendre le règlement de paix » – règlement qui n’est jamais intervenu ? Mais ce juridisme – réprouvé par le président de la République fédérale, Richard von Weizsäcker, par les autres partis sauf à l’extrême-droite – et par les chrétiens-démocrates eux-mêmes quand, dans une motion au Bundestag pour le 1er septembre 1989, ils demandent l’application du traité de Varsovie dans sa lettre et dans son esprit – ce juridisme a des conséquences particulièrement nocives, à l’Est où nombre de Polonais s’inquiètent, à l’Ouest où on a tendance à croire que le partenaire allemand met sur le même plan la frontière germano-allemande née contre le droit à l’autodétermination, et la frontière entre l’Allemagne et une Pologne fermement établie dans des territoires à peu près vides d’Allemands. Or tout le monde sait et admet en République fédérale que le « retour » n’est ni possible, ni souhaitable, ni souhaité – même si la référence aux frontières de 1937 rappelle qu’un jour il faudra que les Quatre renoncent définitivement à leur souveraineté sur l’Allemagne et signent un texte avec une Allemagne unie.

25Est-ce une seule Allemagne, alors que, de 1969 à 1989, l’acceptation de l’existence de deux États a été de plus en plus complète ? La visite d’État à Bonn d’Erich Honecker, en septembre 1987, a été le point culminant de l’Ostpolitik, d’autant plus que l’annonce concomitante que la R.D.A. autorisait des centaines de milliers supplémentaires de ses citoyens à visiter l’Ouest démontrait à quel point la contrepartie humaine du sacrifice juridico-politique existait bel et bien : des millions de visiteurs de République fédérale en R.D.A., puis des milliers d’autorisations de voyage, et aussi la libre écoute de la radiotélévision ouest-allemande, la multiplication des lignes téléphoniques ont permis une présence occidentale en R.D.A. dont l’ampleur s’est manifestée à l’automne de 1989.

26L’intensification et la multiplication des visites et contacts autorisés ont même été telles que nombre de protestants et de socialistes ouest-allemands se sont mis à négliger la différence entre le régime et la population. Ils ont été jusqu’à traiter en frères les oppresseurs de leurs frères – notamment Erich Honecker – et à considérer qu’il existait, somme toute, non seulement deux États, mais deux régimes et deux idéologies certes antagonistes, mais de légitimité équivalente. Une clarification est intervenue en 1988-1989. Le discours très remarqué, prononcé au Bundestag par Erhard Eppler, le 17 juin 1989, en commémoration du soulèvement de 1953 à Berlin-Est, soulignait l’attachement aux valeurs occidentales, au nom desquelles il convenait de s’opposer à l’idéologie négatrice des libertés.

27Or Eppler avait été le négociateur et le signataire d’un texte commun S.P.D./S.E.D. qui reconnaissait à ce dernier la représentation idéologique de la population est-allemande.

Les ambiguïtés de l’unité retrouvée

28C’est précisément au nom de la liberté que des centaines de milliers de citoyens de la R.D.A. ont manifesté contre l’État-S.E.D., peu de semaines plus tard. Il est superflu de retracer ici la suite d’événements si proches, avec la chute d’Erich Honecker, l’ouverture du Mur, la chute d’Egon Krenz. Il faut, en revanche, relever les ambiguïtés que recèle aujourd’hui la notion retrouvée d’unité de la nation allemande. Pour des raisons très différentes de celles qui inquiétaient nombre de Français toujours inquiets pour l’avenir allemand : ils dénonçaient une « dérive allemande » vers l’Est. Or c’est des conditions du glissement de la R.D.A. vers l’Ouest qu’il est question désormais.

29À l’Est, en R.D.A., une bonne partie des manifestants courageux de 1989 refusent toute absorption de leur État par la République fédérale. Pour des motifs d’ordre éthique. Ils disent oui à la liberté occidentale, mais non à une société fondée peu chrétiennement sur le culte de l’argent et de la réussite individuelle, de la permissivité plutôt que du service de la liberté d’autrui, de la justice pour autrui. En revanche, des millions d’autres citoyens de la R.D.A., notamment la plupart des manifestants de 1990, réclament l’unification rapide des deux États moins au nom de la nation que pour une juste répartition des ressources, pour un rapprochement des niveaux de vie entre Allemands. À l’Ouest, l’unité ne paraît acceptable que si elle n’implique pas un partage à base de sacrifices pour les frères allemands vivant dans un pays en voie de sous-développement. Un sous-développement entraîné en particulier par les départs vers l’Ouest.

30Ces départs constituent aujourd’hui la hantise des responsables de la République fédérale, qu’il s’agisse du gouvernement, des partis ou des dirigeants de l’économie. L’idée d’unification passe au second plan ou, plus exactement, se trouve en quelque sorte instrumentalisée.

31On peut certes cesser d’encourager les départs en interrompant les aides qui étaient consenties aux nouveaux venus du temps où ils fuyaient un régime d’oppression en passant par la Hongrie, la Tchécoslovaquie, l’Autriche. Un temps qui paraît maintenant fort lointain, alors que la frontière germano-allemande s’est ouverte à la fin de l’année 1989 seulement. Mais il n’y a aucun moyen légal pour contourner la situation juridique de base – celle à laquelle la République fédérale a toujours refusé de mettre fin, malgré toutes les demandes et toutes les pressions de l’autre État allemand : il n’existe qu’une citoyenneté allemande et tout arrivant de l’Est est automatiquement et pleinement citoyen de la République fédérale, avec en particulier tous les droits sociaux.

32Or chaque partant affaiblit l’économie de la R.D.A., amenuise les chances de son redressement et contraint la République fédérale à accroître une assistance déjà fort coûteuse. Chaque départ rend plus difficile la création de conditions de vie qui éviteraient de nouveaux départs. Mais si l’accès à la liberté doit correspondre à la chute dans la misère, ne risque-t-on pas le rejet de la démocratie à peine instaurée ?

33Lancer des appels « Ne venez pas » est inefficace. Faut-il alors – par-delà ou en deçà des accords et conventions entre les deux États – réaliser des unifications sectorielles, avec ce qu’il faut comme transferts de ressources, pour que les départs diminuent, fût-ce dans un secteur limité ? C’est ce que voudrait faire le Parti social-démocrate en acceptant que le parti récemment créé en R.D.A. prenne son nom, s’intègre à lui et reçoive de lui une aide financière et matérielle pour sortir puissant des élections – perspective qui incite les militants à rester dans leur pays pauvre ! Et les Églises, elles aussi, semblent raisonner sur ces bases en ajoutant des possibilités d’interprétation aux appels de rester en République démocratique pour la transformer.

34Mais la République fédérale et ses forces politiques et sociales ne sont pas pleinement libres pour agir dans ce sens : elles sont insérées dans une Communauté européenne déjà plus établie, plus contraignante qu’on n’en est parfois conscient – en Allemagne et chez nous. En 1987, allant plus loin que les tribunaux français, Cour de cassation et Conseil d’État à doctrine changée compris, le Tribunal constitutionnel de Karlsruhe, a rendu un arrêt spectaculaire : il annulait un jugement de la Cour financière fédérale condamnant une entreprise pour n’avoir pas payé une taxe qu’elle devait légalement. Or le gouvernement de Bonn avait négligé de transmettre dans les délais au Bundestag une directive de Bruxelles demandant l’abolition de la loi fiscale en question. Le Tribunal constitutionnel donnait raison à la désobéissance nationale à une loi en quelque sorte européennement désobéissante. C’est là un simple exemple des très nombreuses insertions juridiques, sociales, économiques de la République fédérale – et aussi de la France ! – dans l’ensemble communautaire. Un ensemble qui comprend douze membres et non plus neuf parce que la Grèce, l’Espagne et le Portugal ont été accueillis pour que, venant d’échapper à la dictature, ces pays puissent développer leurs jeunes démocraties grâce à l’insertion communautaire. La même idée ne s’applique-t-elle pas aux pays d’Europe centrale et orientale en voie de libéralisation, de libération ? Avec ces deux difficultés particulières : d’une part, il n’y avait pas d’Union soviétique au Sud qui se serait trouvée affaiblie par le départ de son camp de pays militairement et économiquement utiles ; d’autre part, ni l’Espagne, ni le Portugal, ni la Grèce ne sont venus se fondre à un État de même nation qu’eux-mêmes.

Avoir peur de l’unité allemande ?

35Faut-il pour autant, en France, évoquer la question rénovée de la nation allemande en termes de nationalisme et de volonté de puissance ? Ne voit-on pas, chez nous, ressurgir des peurs anciennes liées à la notion d’unité allemande ? Et n’a-t-on pas tendance à croire les Allemands prêts à recourir à un genre d’autoglorification dont on est coutumier chez nous ? Le Général de Gaulle nous disait : « Nos buts, parce qu’ils sont français, sont dans l’intérêt de tous les hommes ». Non, aucun dirigeant allemand n’a parlé et ne songe à parler, à penser ainsi.

36Cela ne veut pas dire que l’Allemagne soit à l’abri d’une montée nationaliste, d’un nationalisme du ressentiment. Mais il faut dire avec netteté que la meilleure façon de faire prospérer un tel nationalisme, c’est de refuser aux Allemands les droits que nous réclamons pour tous les autres peuples et de remplacer la solidarité et la coresponsabilité développées depuis trente ans par le soupçon sourcilleux.

Auteur

Professeur des Universités à l’Institut d’Études Politiques de Paris, Directeur d’études et de recherches à la Fondation Nationale des Sciences Politiques, est aussi chroniqueur politique au Monde, à Ouest-France et à La Croix. Il préside le Centre d’Information et de Recherche sur l’Allemagne Contemporaine (CIRAC) et Eurocréation. En 1975, il reçoit à Francfort le prix de la Paix de l’Union des éditeurs et libraires allemands comme « médiateur entre Français et Allemands, entre incroyants et croyants, entre Européens et hommes d’autres continents ».
Auteur de nombreux ouvrages traduits en plusieurs langues, il a publié les titres suivants depuis 1980 : Le Sel et la Terre, Seuil, 1981 ; Les Occidentaux, Seuil, 1982 (coll. poche) ; Versuchte Beeinflussung, Munich, DTV, 1983 ; Affaires extérieures, Flammarion, 1984 (coll. poche 1989) ; Dix leçons sur le nazisme, Bruxelles, Complexe, 1984 ; La politique de la France 1944-1989 (avec François Goguel), 10e éd. refondue, Colin, 1984 ; L’explication politique, Bruxelles, Complexe, 1985 ; L’Allemagne en Occident, Fayard, 1985 (éd. revue et augmentée, Pluriel, 1987) ; Bundesrepublik Deutschland, Stuttgart, Belser, 1986 ; La République fédérale d’Allemagne, 8e éd., PUF, 1988 (Que sais-je ? 1069) ; Die Kanzler, Bergisch Gladbach, Lübbe, 1989 ; Vernunft und Gewalt, München, Hanser, 1989 ; Le Crime et la mémoire, Flammarion, 1989 ; Mit Deutschen streiten, München, DTV, 1990

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr