Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Allemagne. De la division à l'unité

 | 
Henri Ménudier

Avant-propos

Henri Ménudier

Texte intégral

  • 1 Ce livre a été repris en livre de poche : Henri Ménudier, dir., L’Allemagne occupée 1945-1949, Brux (...)
  • 2 Publications de l’Institut d’Allemand d’Asnières (P.I.A.), N° 11, 1990, 279 pages, (épuisé).

1En 1989, l’Institut d’Allemand d’Asnières a publié un livre collectif, L’Allemagne occupée 1945-19491 qui expliquait les raisons internes et externes de la division allemande. Au printemps 1990, un second livre collectif faisait le point sur la situation de la RDA après les premières élections libres à la Chambre du peuple (18 mars) et sur le début du processus de la réunification : La RDA, 1949-1990, du stalinisme à la liberté2. Juste avant, un autre livre collectif (La République fédérale d’Allemagne dans les relations internationales. En l’honneur d’Alfred Grosser. Bruxelles, éditions Complexe, 1990, 362 p.) présentait un tableau précis et nuancé de l’ancrage à l’Ouest de cet état. Ces textes conservent toute leur pertinence, même si la situation de l’Allemagne a beaucoup évolué depuis. Dans la continuité de ces analyses, L’Allemagne. De la division à l’unité poursuit ces différentes tentatives d’explication à partir d’approches complémentaires.

2Les événements se sont précipités et, depuis le 3 octobre 1990, l’Allemagne ne forme plus qu’un seul état. La portée de ce changement est considérable, tant pour les Allemands que pour les Européens. On aimerait pouvoir s’arrêter afin de mieux comprendre ce qui s’est passé et apprécier la pleine mesure des mutations en cours. Mais l’actualité presse. Le 3 octobre appartient déjà à l’Histoire et, depuis le début de l’année 1991, l’Allemagne est confrontée aux dures réalités de l’unification économique, sociale et culturelle. Le mot crise est dans tous les esprits. Après la joie des retrouvailles, de nombreux Allemands se sentent frustrés et se laissent aller à la rancœur. La guerre du Golfe a révélé à quel point l’Allemagne unie était embarrassée dans son nouveau rôle international. Bien des questions se posent sur l’avenir du pays. Face à des défis de tous ordres, que vont devenir la stabilité politique et le consensus allemands ? Est-ce que la République fédérale saura maîtriser les nombreux écueils de l’unification et réduire de façon sensible les disparités entre les deux parties de l’Allemagne ? Ne risque-t-elle pas d’être trop absorbée par les problèmes internes, au point de négliger ses engagements européens ? Quels seront les effets de la désintégration de l’URSS sur l’Allemagne unie ?

3La situation est trop mouvante pour vouloir apporter déjà une explication globale et définitive. L’Allemagne. De la division à l’unité ne peut avoir d’autre ambition que de dresser un état provisoire des lieux, de dégager, dans des secteurs limités, un certain nombre de repères, dont on peut penser qu’ils resteront, quelles que soient les évolutions à venir. Il est indispensable de prendre un certain recul pour mieux appréhender ce qui se prépare.

4Aussi ce livre commence-t-il par des interrogations fondamentales sur nation et état, identité et patrie en Allemagne, avec des textes d’Alfred Grosser, Jacques Le Rider et Helmut Kohl. Qu’est-ce que l’Allemagne ? La question ne date pas d’aujourd’hui.

5Constance Grewe rappelle schématiquement les conditions dans lesquelles s’est réalisée l’unification. Serge Gosselin explique les conséquences qui en résultent pour le fonctionnement du fédéralisme et Henri Ménudier brosse le tableau des forces politiques après les nombreuses élections de 1990 et les premières consultations régionales de 1991. Alexandre Kostka expose les raisons pour lesquelles les mouvements civiques sont devenus les « orphelins de la révolution ».

6Une part importante du livre porte sur les implications économiques et sociales de l’unification. Sans rejeter le concept de puissance économique allemande, Klaus-Peter Schmid relativise la portée de cette dernière, pendant que René Lasserre s’intéresse aux incertitudes et aux potentialités de l’union économique. François Bafoil attire l’attention sur les dangers d’explosion au printemps 1991.

7La crise sociale est largement déterminée par l’héritage économique mais aussi par une situation démographique très spécifique, que décrit Michel Hubert, la bataille de l’avortement (Christina Ottomeyer-Hervieu) étant symptomatique des différences d’orientation, dans les deux parties de l’Allemagne, sur des questions cruciales. Les données de base de la politique sociale font l’objet d’un minutieux examen de la part de Gerhard Bäcker. Alain Lattard pour les syndicats, Frédéric Hartweg pour les églises et Hansgerd Schulte pour les universités étudient les problèmes et les perspectives dans trois secteurs essentiels de la société.

8Selon Barthold C. Witte, la politique culturelle extérieure de l’Allemagne tient largement compte du nouveau contexte international auquel l’Allemagne doit s’adapter, sans renoncer à ses orientations traditionnelles. De son côté, l’OFAJ s’emploie à faire participer pleinement les jeunes de l’ancienne RDA aux échanges avec la France. Pour Renata Fritsch-Bournazel, une importance cruciale revient désormais à la coopération germano-soviétique, quelles que soient les incertitudes qui pèsent sur l’avenir de l’URSS. Dans son entretien avec Die Zeit, le Président de la République fédérale, Richard von Weizsäcker, essaie, avec fermeté, de dissiper les malentendus sur le rôle international de l’Allemagne, apparus lors de la guerre contre l’Irak.

9Les indications bibliographiques détaillées, réunies à la fin du livre, aideront à faire de celui-ci un instrument de travail.

10Qu’il me soit permis de remercier les différents auteurs et traducteurs d’avoir bien voulu, malgré leurs obligations multiples, apporter une contribution à cet essai d’explication de l’Allemagne en 1990-1991. Ma reconnaissance va tout particulièrement à Michèle Leprettre qui a assuré, avec sa gentillesse et son effica­cité bien connues, toute la préparation technique du manuscrit. Ma gratitude s’adresse aussi au responsable des publications de l’Institut d’Allemand d’Asnières, Gilbert Krebs, dont l’aide et les conseils ont été très précieux pour élaborer ce nouveau livre.

Notes

1 Ce livre a été repris en livre de poche : Henri Ménudier, dir., L’Allemagne occupée 1945-1949, Bruxelles, Editions Complexe, 1990, 338 pages.

2 Publications de l’Institut d’Allemand d’Asnières (P.I.A.), N° 11, 1990, 279 pages, (épuisé).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr