Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence et télévision

 | 
Jean-Michel Lacroix

L'expérience britannique en matière de violence télévisuelle

Renée Dickason

Texte intégral

  • 1 Extrait du bulletin de la NVALA de l'été 1993.
  • 2 La NVALA a véritablement été impulsée après la Clean up Campaign, en 1964. Cette association bénév (...)

"Promiscuity, perversion and violence are all around. Television and videos, newspapers and magazines are significantly contributing to this moral bankruptcy"1.
Le Révérend Graham Stevens, Directeur de la NVALA2.

  • 3 "Broadcasting" et "narrowcasting", en anglais. Voir l'article intitulé Television in the early 199 (...)

1Qu'elle soit de masse ou fragmentée3, la télévision est un medium très puissant. Vigilance et prudence s'imposent donc dans la conception et le choix des programmes. Les chaînes terrestres britanniques, publiques ou privées, partagent le même esprit, la même politique d'épuration des actes violents, c'est du moins ce que laisse présager la profusion de codes de déontologie dont les considérations majeures s'apparentent à une volonté d'assainir les films ou les émissions de tout propos déplacé ou malveillant. Serions-nous confrontés à un système idéal, sans faille ? Ou est-ce une façon de fuir une réalité qui effraie car, un peu comme pour le SIDA, l'on décrit les symptômes, l'on dicte des façons d'être et d'agir mais, en fait, le remède est encore à un stade primaire de prévention plutôt que de guérison ? D'ailleurs, à cet égard, que disent tous ces codes, quelle solution miracle préconisent-ils ? Le fléau de la violence télévisuelle est pluriel et affecte de multiples sensibilités.

I. La télévision et son statut au Royaume-Uni

2La télévision est un redoutable et formidable outil de communication. Comme au théâtre et au cinéma, le spectacle télévisuel déploie une certaine dose de violence. Bien entendu, les paramètres diffèrent, l'expression et la perception de la violence varient. Ceci est lié à la nature du support (de masse), au lieu de diffusion (chez soi), à la régularité de diffusion (quotidienne, vingt-quatre heures sur vingt-quatre) et à la mission que s'est allouée la télévision au sein d'un pays, dans le cas présent, le Royaume-Uni. Ce phénomène social représente un danger non négligeable puisqu'il s'agit de préserver une bonne harmonie dans une société qui évolue rapidement. Le problème de la manipulation du message diffusé se retrouve dans le souci constant de faire le bon choix des angles de prises de vue, dans le chronométrage des séquences, dans le rythme de la musique, dans la langue et l'intonation des présentateurs, pour ne citer que quelques aspects entrant en jeu dans la création des programmes télévisuels.

3La télévision n'est plus exclusivement terrestre, comme il y a, ne serait-ce qu'une décennie ; elle peut être diffusée par câble ou par satellite. En février 1994, 3.490.000 ménages, soit un sixième de ceux qui étaient équipés d'un poste de télévision, captaient les programmes du satellite Astra, alors que presque 800.000 recevaient les émissions câblées. Les normes applicables au réseau hertzien sont plus difficiles à faire respecter aux diffusions par satellite, même si les divers organismes de contrôle se doivent de veiller à la bonne harmonisation des émissions, toutes chaînes confondues. Pour éviter toute complication, je limiterai ma réflexion aux chaînes terrestres, dont les objectifs varient selon qu'elles sont publiques ou privées. La mission accordée à la BBC, dans la Charte Royale du 1er janvier 1927, était « d'informer, d'instruire et de distraire » son audience. L'ordre des priorités n'est pas le même pour les deux chaînes commerciales terrestres, ITV (1955) et, sa chaîne complémentaire, Channel 4 (1982), dont les buts sont « de distraire, d'informer et d'instruire ». Le tout s'inscrit selon le principe fondateur du Public Service Broadcasting, dont l'objectif premier visait, entre autres, à servir le bien public en protégeant la qualité des programmes diffusés. Cet aspect a été tacitement maintenu après la restructuration du système télévisuel britannique avec la création d'un ministère, le Department of National Heritage, en mai 1992. En effet, les media, et, en ce qui nous concerne, la télévision, occupent une bonne place dans ce ministère et sont considérés comme des éléments essentiels du patrimoine culturel britannique.

  • 4 Le 22 mai 1952, Lord Reith déclare lors d'un débat à la Chambre des Lords : « Somebody introduced (...)

4Quoiqu'il en soit, le paysage télévisuel britannique a, dès le début, été 'protégé' et l'on se rappellera, sans doute, des vives oppositions émises à l'encontre de la télévision commerciale décrite par Lord Reith comme une nouvelle espèce de « peste noire » ou de « petite vérole ». C'est dire la menace que représentait un changement d'optique à l'époque4. Les Britanniques ont toujours été fiers de la qualité de leur système télévisuel comme le souligne George Russell, le directeur actuel de l'Independent Television Commission, dans An Introduction to ITV (1990) :

The programmes have become the medium through which the rest of the world views Britain.

5La Grande-Bretagne accorde, en effet, beaucoup d'importance à la façon dont sont présentées les émissions, et a su instituer un système de réglementation qui est, de l'avis des producteurs britanniques, le plus sévère du monde occidental.

II. Goût des Britanniques pour les affaires criminelles

6Quelles formes de violence rencontre-t-on à la télévision ? En bref, la violence peut être verbale ou physique, implicite ou explicite et englober des dérives langagières malencontreuses. Les divers organismes de contrôle accordent une grande attention au public enfantin et condamnent l'abus de brutalité « gratuite » dans le déroulement d'émission ou de film diffusés à heures de grande écoute. La violence est souvent associée, du moins dans le contexte britannique, aux affaires criminelles, qu'elles soient fictives ou factuelles. Sans entrer dans trop de détails, nous savons que de nombreux films de détectives ont été tournés en Grande-Bretagne ; leurs noms ont marqué leurs époques. Au fil des années, la violence s'est, à notre avis, sinon accrue, du moins intensifiée dans le souci d'authenticité et de réalisme des scènes. Dans des séries aussi célèbres que Z Cars et The Sweeney, tournées dans les années 1960 et 1970, la violence se résume, à quelques exceptions près, à des poursuites suivies de bagarres. Dans les années 1980 et 1990, des séries telles que The Bill, Taggart et Spender déploient des scènes dont la violence est beaucoup plus élaborée. Ce genre populaire, apprécié des téléspectateurs, est néanmoins souvent conclu par une morale qui laisse à penser que les personnages du film ne sont guère des modèles à imiter. Dans 90 % des cas, l'on insiste sur la méthode de détection qui aboutit à une arrestation.

  • 5 Crimewatch: « We never feature a crime unless there is something specific to appeal for informatio (...)

7Même si nous ne sommes pas encore au stade de la création d'une chaîne du crime (Crime Channel), telle qu'il en existe aux États-Unis, la Grande-Bretagne se distingue dans son choix et dans son goût prononcé pour les reconstitutions de crimes. Les titres des émissions sont éloquents et mobilisateurs : Crimewatch, Crime Monthly, Crimestoppers et Crimebusters. Ces séries sont devenues de véritables rituels et ont essentiellement pour but de sensibiliser l'opinion publique mais aussi d'aider la police à résoudre des affaires criminelles. La réussite d'une telle entreprise dépend de la collaboration active du peuple britannique. Ces émissions sont très efficaces, car elles sont fondées sur un principe interactif. La méthode est simple : les faits sont décrits, des portraits sont montrés ; après, il reste aux témoins éventuels à se manifester, en téléphonant. Crimewatch UK5 a fêté sa centième émission, en mai 1994. Sue Cook, la présentatrice de cette série télévisuelle, déclare que, en dix ans de diffusion, sur 1.235 affaires traitées, 354 ont abouti à une arrestation. Parmi les cas les plus probants et qui ont entraîné un record d'audience, estimé à environ 11 millions de téléspectateurs, citons le violeur de Peterborough (27 mars 1991), l'enlèvement de Stéphanie Slater (22 janvier 1992), le meurtre de James Bulger (12 février 1993). Ce dernier exemple a déclenché une prise de conscience nationale et a remis au goût du jour le débat sur la violence télévisuelle. Il n'est pas aisé de distinguer l'impact produit par les films diffusés à la télévision de celui des cassettes vidéo (les « video nasties ») que l'on passe chez soi, sans le contrôle des instances télévisuelles. Néanmoins, l'assassinat du petit « Jamie » n'est-il pas un bon exemple d'effet de mimétisme ? Le verdict du procès ne le laisse-t-il pas sous-entendre ? Comment un jeune enfant peut-il reconnaître le vrai du faux quand les programmes, qu'il a peut-être même vus en cachette, visent de plus en plus au sensationnalisme, et font ainsi appel aux réactions les plus immédiates, à l'émotivité ?

8Le goût du sang a toujours mobilisé les foules, à n'en prendre pour exemple que les récits croustillants et effrayants des meurtres de Jack l'Éventreur qui se sont retrouvés plus ou moins transposés au fil des années. Le cas n'est pas isolé. L'exemple le plus récent, à ma connaissance, et qui a suscité un grand arrosage médiatique est, bien sûr, l'affaire West, le meurtrier qui a enterré, ou dissimulé des cadavres dans les murs et les sols de ses habitations. Meurtres en séries, séries noires médiatiques et médiatisées, où l'on assiste à un déferlement de la violence, correspondent à une mouvance actuelle dans le monde occidental. Comment rester immunisé ? Comment échapper à cette récurrence de violence, qu'elle soit fictionnelle ou réelle ?

  • 6 Ils agissent selon le principe du "cheque book journalism" et de l'exclusivité.

9Qu'il s'agisse de « reality shows » ou de « video diaries », nous sommes dans l'univers du voyeurisme, de l'exhibitionnisme médiatique. Certes, les méthodes diffèrent. Les « reality shows » du type True Crimes et Crime Stories relatent des affaires criminelles dont les moindres détails sont exposés au grand public par souci, dit-on, de tenir les gens informés. A ce stade, l'on peut se demander ce que « instruire » et « informer », objectifs principaux de la télévision terrestre, signifient dans un contexte où la violence devient un spectacle journalier et relève, souvent, du fait divers. Les procédés de certains journaux tabloïds dont le but est d'inciter les gens à acheter, ne sont-ils pas exploités car, dans le cas présent, il s'agit de favoriser l'augmentation des taux d'audience6. En fait, peu importe les conséquences, seule compte l'assiduité du téléspectateur devant son petit écran. Les spectateurs sont victimes de la tyrannie d'une culture d'images qui contribuent à réduire l'écart entre la vie privée et publique. Le triomphe se trouve dans l'idée des « video diaries », véritables journaux intimes filmés par des amateurs dans leur vie quotidienne. Sommes-nous loin, ici, du crime en direct ? Le souci d'authenticité qui stimule les gens de télévision devrait-il avoir des limites plus strictes, du moins sur le plan de l'éthique ? En effet, la télévision devrait-elle fabriquer du spectacle avec la vie des gens ? Ceci ne va-t-il pas en sens inverse de la conception même de la Broadcasting Complaints Commission dont le rôle consiste à protéger l'intimité des citoyens ?

  • 7 C'est-à-dire les films américains, canadiens, australiens et européens de l'ouest et de l'est.

10L'année 1993 et le début de l'année 1994 ont été particulièrement marqués d'événements violents (authentiques) : les guerres de la Bosnie et du Rwanda, les actes de terrorisme en Irlande du Nord et les sévices de Frederick West dans la banlieue de Gloucester, pour ne citer que quelques exemples tragiques. Deux types de violence télévisuelle sont à distinguer : celle rencontrée dans les bulletins et magazines d'informations, dans les reportages et les documentaires, et celle présente dans les émissions et les films de divertissement. La gestion des images est parfois difficile. Il n'est, en effet, pas simple de réaliser un filmage, même court, lorsque le propos consiste à révéler des scènes de souffrances, de détresses morale, mentale ou physique. La recherche de l'authenticité et de l'instantané prime dans ce cas de figure. Un équilibre, un filtre communicationnel, bien dosé, s'imposent. Il ne s'agit pas de faire des gros plans sur des scènes insoutenables, mais de faire passer un message avec un maximum d'objectivité. Le tout bien évidemment relève de la gageure. En effet, quelle est la meilleure façon de susciter une prise de conscience collective ? Quant aux films de fiction, britanniques et étrangers7, devant être diffusés en salle de cinéma, ils sont visionnés et inventoriés par le British Board of Film Classification. Les critères d'acceptabilité sont moins sévères que lorsqu'il s'agit de films devant être diffusés à la télévision. Une forme de censure télévisuelle existe, même si le terme n'est pas expressément mentionné. La BBC, par exemple, expurge certaines scènes de films vus au cinéma et modifient les dialogues pouvant heurter les sensibilités. De même, l'ITC donne aux compagnies la responsabilité de diffuser certains films en dehors des heures de grande écoute.

III. La violence télévisuelle : les mesures de contrôle

11Le choc visuel a un impact considérable sur le téléspectateur qui ne peut rester passif ou insensible à certaines scènes de torture physique ou mentale. Certes, plusieurs solutions peuvent être envisagées : ne pas réagir, éteindre son téléviseur, contacter des organismes qui se sont donné pour mission de combattre la violence, se plaindre auprès d'instances telles que l'ITC ou le BSC, ou écrire à un député. Les options ne manquent pas. Le public britannique, selon la tradition de transparence et de protection des contenus des programmes, a la possibilité et le pouvoir d'intervenir et de condamner les façons dont sont traités certains sujets. La violence à la télévision a été combattue dès les années soixante avec la prise de conscience des législateurs, des diffuseurs, des producteurs et, bien entendu, des défenseurs des valeurs morales britanniques.

12Les critères des responsables de programmes de la BBC et de l'IBA/ITC s'articulent sur un questionnement qui se divise en quatre parties :

  1. une action violente, est-elle essentielle à l'histoire ?
  2. si elle est essentielle, pour raisons de clarté, à quel point est-il utile d'entrer dans le détail ?
  3. un acte violent, peut-il entraîner une imitation dangereuse de la part d'un jeune ou d'une personne immature ?
  4. la violence, est-elle présente pour exciter la curiosité ou attirer l'attention du public ?8

13Ces considérations semblent être partagées par l'ensemble des personnes chargées de la création et de la diffusion des programmes. Différentes enquêtes sont régulièrement menées, afin d'établir une sorte de baromètre des degrés de violence rencontrée à la télévision.

14Depuis la fin des années 1980, nous avons observé la création de nouveaux organismes destinés à garantir la qualité des contenus des films et des émissions diffusés au Royaume-Uni. Les grandes préoccupations des gens de télévision et des régulateurs se résument en quelques mots symboliques : respect de la vérité, sens des convenances, vigilance contre tous types de débordements ou d'abus, authenticité du propos. La pornographie et la violence ont été et, sont toujours, des cibles qui suscitent bien des réflexions. Le devenir de la télévision était en point d'interrogation lorsque le gouvernement de Margaret Thatcher décida de restructurer le système télévisuel. Déréglementation ("deregulation"), que cachait ce mot ? Il fallait tout redéfinir et repartir sur des bases saines.

15Depuis janvier 1993, l'ITC a agi « avec doigté » (principe du « lighter touch ») et a accordé aux chaînes une plus grande flexibilité quant au choix des programmes. Cette liberté ne s'est pas traduite par un abandon des valeurs morales, mais par une prolifération de codes et de procédures de contrôle. Il faut dire que, pour des raisons d'impact évident, le medium télévisuel doit se contraindre à un système de législation très strict. L'ITC Programme Code contient de nombreuses clauses relatives à la violence et à ses dérivés. En 1993, l'ITC a reçu 4.463 plaintes concernant les programmes diffusés dans l'année, 188 d'entre elles, seulement, condamnaient la violence télévisuelle. Ce chiffre très bas représente une prise de conscience, une sensibilisation minime de la part des téléspectateurs. La boucle informationnelle ou le feed-back ne fonctionne, à mon avis, que partiellement car, même si une énorme volonté de consultation existe, le résultat ne peut être fiable à 100 %. Un grand effort est fait afin de répertorier les différents types de violence montrés à la télévision. La multiplicité des organismes de contrôle assure un véritable quadrillage des contenus des programmes. Il est dans la logique de la communication des instances telles que l'ITC (ou l'IBA, avant 1991) de remettre à jour, environ tous les deux ans, leurs codes de conduite. Lorsque nous lisons ces codes, nous notons le besoin constant d'actualiser les différentes clauses, notamment celles relatives à l'enfance, à l'abus de références sexuelles, à la violence.

  • 9 Le rôle de « Broadcaster » a été échangé contre celui de « Regulator ».
  • 10 « The BSC is concerned about the possibility that regular exposure to acts of violence (whether re (...)

16L'ITC a un pouvoir moins grand que ne l'avait son prédécesseur l'IBA dans le contrôle des programmes avant leur transmission9. Cette diminution de pouvoir a été contrebalancée par l'établissement du Broadcasting Standards Council qui a été créé afin de répondre aux attentes d'un public soucieux de limiter, entre autres, la violence à la télévision10. Établi par le gouvernement conservateur, en mai 1988, le BSC a pris effet en janvier 1991 en conformité avec le Broadcasting Act de 1990. Dès le début, l'accent a été mis sur l'esprit de concertation, de consultation, de débat, d'échange d'idées. Dans cette perspective, de nombreuses réunions se sont déroulées à travers le pays afin de mieux appréhender le cœur du problème. En fait, même lors du grand débat des années 1988-1990, qui s'articulait autour de trois termes clefs —qualité, choix, compétitivité— la violence télévisuelle avait suscité quelques critiques. Des pourcentages assez parlants se trouvent dans la préface du Code of Practice (BSC) de février 1994. L'analyse de l'appréciation des téléspectateurs britanniques en matière de violence télévisuelle portait sur trois ans : 1991, 1992 et 1993. Trois catégories étaient considérées : trop, suffisamment, pas assez de violence. Les chiffres sont très stables et sensiblement identiques. En moyenne, 66 % (en 1992 et 1993 contre 67 % en 1991) des gens pensaient qu'il y avait trop de violence à la télévision, 32 % (en 1992 et 1993, contre 31 % en 1993) jugeaient que la dose de violence montrée sur le petit écran était correcte (voir schéma ci-dessous).

Perception du public britannique de la violence télévisuelle

Perception du public britannique de la violence télévisuelle

17Comme l'ITC, le BSC a pour politique d'actualiser son code de conduite régulièrement. Ainsi, le premier code, celui de novembre 1989, a été remis à jour en février 1994. Le souci de renforcement des normes et la certitude du bienfait de suivre l'évolution des mentalités se retrouvent dans les propos tenus dans la préface du Code of Practice de 1994 :

Although much has changed in broadcasting since 1989, the Council continues to express the hopes which it set out in the [...] original version of the Code. It wishes to inform and sustain the continuing debate about standards in broadcasting.

18Depuis janvier 1991, le BSC publie des bulletins mensuels où figurent les plaintes reçues. En général, les remarques au sujet de la violence sont moins nombreuses que celles concernant la pornographie et l'utilisation d'un vocabulaire grossier. Néanmoins, il me semble qu'il est parfois difficile de faire une distinction entre les trois types de condamnations ; la critique peut, en effet, se faire à plusieurs niveaux et se compléter. La subjectivité de chacun fera qu'une plainte entrera dans telle ou telle catégorie, alors qu'elle pourrait en concerner plusieurs. C'est du moins l'avis que laisse supposer la définition de l'ITC Programme Code de janvier 1993 :

Violence is not only physical: it can be verbal, psychological and even metaphysical or supernatural. Whatever form the violence in a programme may take, its inclusion can only be justified by the dramatic or informational context in which it is seen and the skill, insight and sensitivity of the portrayal ... This code cannot provide universal rules. The programme-maker must carry responsibility for his or her own decision. In so sensitive an area, risks require special justification. If in doubt, cut.

  • 11 Voici à titre d'exemple les trois questions qui ont servi de base au questionnement de l'enquête :

19Chaque année, le Council's Annual Review (BSC) se penche sur une ère spécifique de préoccupations. Jusqu'à présent, deux années ont été consacrées à la violence télévisuelle : dans les films de fiction, en 199011 et dans les émissions factuelles basées sur l'information, en 1993. Les enquêtes se font en trois temps :

  1. un sondage national d'opinion publique, effectué par Research International, sur un échantillon représentatif de la population (de 1.009 à 1.296 personnes) et selon des panels représentant des groupes d'intérêts (minorités raciales, diffuseurs, etc.),
  2. une étude de cas en Irlande du Nord,
  3. une analyse des réactions de spectateurs à partir de films (The Bill, The Firm, A Nightmare on Elm Street) ou d'émissions informatives (actualités, documentaires, reconstitutions de crimes).

20Les conclusions générales de ces enquêtes sont qu'il y a plus de violence dans les émissions d'actualités nationales et internationales en 1993, qu'il n'y en avait en 1990.

21Depuis début 1994, la BBC dispose d'un système, supplémentaire, d'analyse de plaintes émanant du public : le Programme Complaints Unit. Le souci de la BBC est d'offrir le meilleur service à son public ; de nombreux codes ont été élaborés à cet effet. Par exemple, les BBC Producers' Guidelines passent en revue un certain nombre d'aspects qui peuvent être associés à la violence. Ce document est assez substantiel puisqu'il contient 276 pages. Les principales rubriques sont : violence et programmes télévisés, sécurité nationale, comportement antisocial et mimétisme, police et criminalité, audiovisuel et terrorisme. Dans la section intitulée « Violence in TV Programmes », une évaluation du problème est donnée :

There is much confusing and inconclusive research into whether or not there is a relationship between violence on television and in society. However, it is evident that screen violence does upset some people and that, in excess, it can be accused of desensitising viewers.

There is a balance to be struck between the demands of truth and the danger of desensitising people. With some news stories a sense of shock is part of a full understanding of what has happened. But the more often viewers are shocked, the more it will take to shock them.

22Des bases de discussion se trouvent dans chaque phrase relatant de la violence et de ses dérivés. Nous pouvons peut-être reprocher à ce type de document, même si l'idée, sur le fond, est très louable, d'être trop vague dans ses propos. Un autre document de la BBC, de 8 pages, existe ; son titre est plus précis : Guidelines for the Portrayal of Violence. Il ne s'agit pas, à proprement parler, d'un code mais plutôt de directives. Comme l'ITC et le BSC, la BBC attache une grande importance à la qualité de ses services. Elle a, par exemple, trouvé nécessaire d'actualiser les lignes de conduite de 1987, suscitant, à l'initiative de Will Wyatt, directeur de la Network Television, la réunion d'une commission restreinte (12 personnes). Parmi ces collaborateurs sont représentés, entre autres, les responsables des émissions multiculturelles, des affaires religieuses et des programmes pour enfants. La nouvelle édition de Guidelines for the Portrayal of Violence, celle de 1993, fait état de l'évolution et du danger que représente la violence dans la vie quotidienne des Britanniques. La BBC reconnaît avoir une responsabilité morale envers ses spectateurs et insiste sur l'utilité de codes et de directives pouvant servir de référence en cas de litige. Dans la majorité des codes établis par les différents organismes britanniques, nous remarquons une volonté de transparence, élément déterminant pour une bonne communication avec le public. Dans l'ensemble, la présentation est sobre et claire, le vocabulaire simple et non verbeux.

23En règle générale, les divers organismes de contrôle en matière de qualité des contenus et de violence télévisuelle s'appuient sur les mêmes arguments. Où il est plus difficile de voir si les divers organismes s'accordent sur les catégories de violence utilisées, c'est peut-être dans la formulation, dans le classement des types d'infractions. Il est indéniable que l'abondance d'organismes auprès desquels le public britannique peut s'adresser, afin d'exprimer son mécontentement, entraîne une confusion due à la non identification concrète des sigles. Lors de sa création, l'ITC avait fait des publicités télévisuelles informant le public de son existence et du rôle qui lui était attribué. Récemment, la Commission a effectué une campagne publicitaire visant à rappeler au public qu'il pouvait réagir face à trop de violence télévisuelle en écrivant directement au siège de l'ITC, à Londres. Le BSC, quant à lui, semble rencontrer des problèmes de communication avec le public, qui confond les différents organismes. Une simplification s'impose si l'on veut que le système fonctionne au mieux.

IV. Autres moyens d'expression et de pouvoirs d'action

a) Le regard des media audiovisuels sur eux-mêmes : un besoin de rétroaction

24Toujours dans un grand souci de transparence, il est dans la tradition britannique de consacrer un certain nombre d'émissions télévisées ou radiophoniques à la qualité des programmes. Régulièrement, Channel 4 diffuse Right to Reply qui donne l'occasion aux téléspectateurs de s'exprimer, pendant trente minutes, sur divers aspects du spectacle télévisuel. Cette émission, à but interactif, incite le public à faire part de ses réactions en direct ou, tout simplement, en écrivant ou en téléphonant à la chaîne de diffusion. De même, BBC1, dans Kilroy ou Points of View, propose un échange d'opinions sur des sujets relatifs à la télévision et, plus précisément, aux programmes de la BBC. La radio a aussi son rôle à jouer. Sur Radio Four, par exemple, certaines émissions traitent de phénomènes de société tels que la violence et la criminalité et reposent sur un principe d'échanges de points de vue (Feedback) ; d'autres relatent les crimes qui ont marqué leur époque (Murder most Foul, Crimes of our Times).

  • 12 Les noms des principales personnalités intervenant dans ce débat sont : Guy Cumberbatch, Richard D (...)

25Ponctuellement, des débats sur le devenir de la télévision ont lieu. Le plus récent est sans doute celui diffusé, sur ITV, le 1er mai 1994. Television Violence - Will it Change Your Life ?, tel était son intitulé, faisait le point sur la violence télévisuelle et remettait en question le lien de causalité unissant la violence à la télévision. Plusieurs universitaires et spécialistes12 étaient réunis, afin de comprendre et de tenter de dégager des pistes d'action contre la violence. L'on peut reprocher à ce type d'émissions, même si elles ont le mérite de faire réfléchir un maximum de personnes à la question, de ne pas reposer sur des preuves tangibles, surtout lorsqu'il s'agit de faire un sondage « en direct » parmi le public filmé pendant le débat. De plus, le temps accordé à chaque participant était très limité, ce qui altérait la nature du propos. A quelque étape de l'évolution du medium télévisuel que l'on soit, nous ressentons, même de manière sous-jacente, le désir et le besoin des Britanniques de contrecarrer tout effet indésirable, voire néfaste, pouvant intervenir dans leur système télévisuel et ainsi enrayer son bon fonctionnement, sa qualité.

b) L'expérience de la NVALA et des organismes de charité

26Combattre les maux de la société est le but que se sont donné plusieurs associations. Le 5 mai 1964, lors de sa Clean up Campaign, Mary Whitehouse dénonçait déjà la violence montrée à la télévision comme étant une cause de l'augmentation de la violence dans la société britannique :

If violence is shown as normal on the television screen it will help to create a violent society.

27ou encore:

  • 13 Le premier grand meeting s'est déroulé à l'Hôtel de Ville de Birmingham, en 1964.

It is our belief, based not only on personal concern but on the results of international research, that television has played a key role in the normalising of violence often of the most sadistic kind and we would contend that until this problem is effectively and courageously dealt with then the problems we all face in this field will escalate rather than diminish13.

28La National Viewers' And Lisleners' Association, association d'inspiration évangélique, fondée par Mary Whitehouse, critique la position des responsables qui se retranchent derrière des mots du type « inability to prove a link between television violence and social violence » et laissent ainsi se dégrader la qualité du paysage télévisuel britannique. Nombreuses sont les démarches entreprises par cette association, afin de combattre les méfaits que peuvent entraîner certaines images télévisuelles : enquêtes qualitatives et quantitatives, envois de lettres au Premier Ministre et à d'autres personnalités influentes, discours lors de manifestations de masse, rencontres diverses. Cette association a fortement réagi contre le phénomène, dit des années 1980, des « video nasties » ; ceci a d'ailleurs contribué, à terme, à l'établissement d'une loi appelée Video Recording Act (1984). La critique est acerbe et, comme nous pouvons le constater, fait réagir des gens éminents :

  • 14 Extrait du bulletin de la NVALA, été 1993.

Insiders at the ITC believe the aftermath of the Jamie Bulger killing may have brought public feelings to a head. Some experts said the crime was TV-influenced and Kenneth Clarke, then Home Secretary, called for less screen violence14.

29De même, suite à l'affaire Bulger, le député centriste, David Alton, pour ne citer que lui, a élaboré un projet de loi visant à contrôler de près la vente des cassettes vidéo. La NVALA, même si elle n'est pas le seul organisme à condamner certains abus, a le mérite de persister dans sa recherche à faire respecter les normes. Elle ne saurait, par exemple concevoir que le « watershed », le seuil réglementaire des 21 heures, soit un pis-aller. Enfin, la NVALA publie régulièrement des bulletins informant ses adhérents des différentes actions menées. Deux études aux titres très directs, Murder and Mayhem, l'une menée en 1991 et l'autre en 1993, ont listé des témoignages assez révélateurs et concluent qu'une trop grande part est accordée à la violence dans les programmes télévisuels. Mary Whitehouse a pris sa retraite début 1994 et, même si elle n'a pas toujours été appréciée des gens de télévision, elle a indéniablement marqué son époque.

30La méthode des organismes de charité diffère quelque peu puisque, depuis 1991, ils ont recours à un nouveau support de sensibilisation de l'opinion publique : la publicité télévisuelle. Pour ne prendre qu'un exemple, la National Society for the Prevention of Cruelty to Children a fait, en conformité avec les principes du BCC concernant la vie privée des gens impliqués dans le message, un appel de dons à la télévision en décembre 1993, juste avant Noël. La publicité joue sur l'émotion des téléspectateurs et les arguments sont mobilisateurs (« We're waiting for your call »). Ce film, d'environ 60 secondes, tourné en noir et blanc, laisse un sentiment de malaise, de gêne. Le ton est très moralisateur et le slogan très impliquant.

c) Le cas du Central Office of Information

31Le COI, qui n'est autre que le septième annonceur de Grande-Bretagne, en 1994, utilise une technique similaire. Cet organisme, qui travaille en étroite collaboration avec le gouvernement, a plusieurs missions. Il s'occupe, entre autres, de donner des conseils aux téléspectateurs, aux citoyens. Ses cibles sont multiples : la criminalité, la drogue, l'inceste, l'alcool au volant. Changer les habitudes, modifier les attitudes, éduquer la masse à avoir le bon réflexe, guider les citoyens dans leur vie quotidienne, telles sont les lourdes tâches assignées au COI. Prévenir et idéalement guérir sont deux verbes qui résument assez bien sa mission. C'est un travail de longue haleine. Les slogans des campagnes sont mobilisateurs et impliquent l'ensemble de la communauté britannique : « Crime, together, we'll crack it », « Drinking and driving wrecks lives », « Drugs, the effects can last for ever », etc.

32Les messages du COI, des organismes de charité ou des organismes défendant de grandes causes humanitaires (Red Cross, Crisis, Shelter, Oxfam, etc.) visent à informer les spectateurs qu'ils peuvent, eux aussi, agir. Leurs desseins sont tout à fait louables. Mais nous arrivons là à une situation qui relève du paradoxe. Combattre la violence et médiatiser ce combat stimule un sentiment de crainte chez certains. N'a-t-on pas dit que les publicités pour les alarmes antivols suscitaient de véritables phobies ? Doit-on censurer les histoires où se mêlent suspense, bagarres et violence ? Car, après tout, du « sang à la une » résume bien le goût des Britanniques pour le sensationnel, le scoop, le côté intimiste, l'étalage médiatique par souci de tenir le spectateur informé. Il est bien évident que, lorsque l'on parle d'un phénomène tel que la violence, l'on fait appel à la subjectivité de chacun et au vécu individuel ou collectif des personnes concernées et ceci occasionne bien des controverses. Que faire dans le cas de l'exécution capitale de l'Américain David Lawson ? Est-il bon de la montrer à la télévision comme le suggérait le présentateur du 'chat show' américain Phil Donahue ?

  • 15 Extrait de ITC Issues Guidance on Television Violence, le 22 juillet 1993:
    « Terrestrial, cable and (...)

33Outre le problème d'une harmonisation, les pays doivent s'accorder sur le pourcentage et le type de violence pouvant être diffusés au grand public. La tâche n'est pas moindre. Je salue l'effort constant effectué par diverses instances britanniques à essayer de réduire la violence à la télévision15. Cette volonté de communication directe avec le public a ses vertus. La censure serait un obstacle au principe de libre expression et serait une entrave à la créativité de certaines émissions. Néanmoins, la télévision doit respecter le regard de son public, adulte ou pas. Dans ce domaine de l'insondable et de l'incertain, l'on peut se demander ce qu'il adviendra d'un phénomène proche de celui de ce colloque, et qui nous guette : le multimédia et la violence.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

A Code of Practice, BSC, Londres, février 1994, 56 p.

Annual Review 1990: Violence in TV Fiction, BSC, John Libbey, Londres, juillet 1990.

Annual Review 1993: Violence in Factual TV, BSC, John Libbey, Londres, décembre 1993.

A Matter of Manners? (The Limits of Broadcasting Language), BSC, John Libbey, Londres, 1991, 105 p.

BSC Complaints Bulletins, no 1 à no 40, janvier 1991-mai 1994.

Charon Jean-Marie, (sous la direction de) : L'état des médias, La Découverte, Médiaspouvoirs, CFPJ, 1991, 461 p.

Cumberbatch Guy, The Portrayal of Violence on British Television: A Content Analysis, BBC, Londres, 1987.

Curran James et Seaton Jean, Power without Responsibility: The Press and Broadcasting in Britain, Routledge, Londres, 1991,429 p.

Dickason Renée, Key Dates in British Commercial Television, Living Archives, numéro 6, CRESAB, Presses Universitaires de Nancy, 1994.

Dickason Renée, Television in the early 1990s or the Future of Broadcasting vs Narrowcasting, Living Archives, numéro 7, CRESAB, Presses Universitaires de Nancy, 1994.

Docherty David, Violence in Television Fiction: Public Opinion and Broadcasting Standards, John Libbey, Londres, 1990.

Fiske John, Television Culture, Routledge, Londres, 1987, 353 p.

Fury and Despair, Time, 8 mars 1993, p. 31.

Grade Michael, The Report of the Working Group on Fear of Crime, Home Office, 1989.

Guidelines for the Portrayal of Violence on BBC Television 1993, Londres, 1993, 8 p.

Gunter Barrie et Wober Mallory, Violence on Television: What the Viewers Think, IBA, John Libbey, Londres, 1988.

Gunter Barrie et McLaughlin Carmen, Attitudes to Television in 1990, ITC Research Department, Londres, mars 1991, 32 pa.

ITC Code of Advertising Standards and Practice, Londres, mai 1993, 24 p.

ITC Issues Guidance on TV Violence, News Release, 22 juillet 1993, non paginé.

ITC Programme Code, Londres, janvier 1993, non paginé.

Le Diberder Alain et Frédéric, Qui a peur des jeux vidéo ?, Essais, La Découverte, Paris, 1993, 227 p.

Murder and Mayhem (1) (Monitoring Report of Violence in late evening TV programmes), NVALA, Colchester, Essex, avril-septembre 1991, 13 p.

Murder and Mayhem (2), NVALA, Colchester, Essex, juillet-septembre 1993, 15 p.

Palmer Jerry, Potboilers (Methods, Concepts and Case Studies in Popular Fiction) Routledge, Londres, 1991, 219 p.

Philo Greg, Seeing and Believing - The Influence of Television, Routledge, Londres, 1990, 244 p.

Producers' Guidelines, BBC, 1993, 276 p.

Radio Times, 'Crimewatch', 7-13 mai 1994.

Robertson Geoffrey et Nicol Andrew, Media Law, Penguin, Londres, 1992, 667 p.

Sherman B. et Dominick J., Violence and Sex in Music Videos: TV and Rock'n'roll, Journal of Communication, Philadelphie, Etats-Unis, hiver 1986, pp. 79-93.

Sparks Richard, Television and the Drama of Crime (Moral Taies and the Place of Crime in Public Life), Open University Press, Buckingham, 1992, 185 p.

Spectrum, ITC Publications, Londres, été 1993, 22 p.

Spectrum, ITC Publications, Londres, printemps 1994, 23 p.

Television Advertising Complaints Reports, ITC, rapports mensuels.

Tibballs Geoff, The Boxtree Encyclopedia of TV Detectives, Boxtrec, Londres, 1990, 458 p.

The Media Pocket Book 1994, Advertising Association et NTC Publications, Henley-on-Thames, juin 1994, 144 p.

Tramier Sylviane, La TV canadienne veut limiter les scènes de violence, Le Monde, 1er janvier 1994.

Truxillo Jean-Paul et Corso Philippe, Dictionnaire de la Communication, Armand Colin, Paris, 1991, 595 p.

Violence and the Media, BBC Publications, 1988.

Watson James et Hill Anne, A Dictionary of Communication and Media Studies, Edward Arnold, Sevenoaks, Kent, 1993, 205 p.

Emissions radiophoniques (Radio 4)

Crimes of our Times, le mardi de 19h20 à 20h et le samedi de 17h à 17h40, mai 1994.

Feedback, le vendredi de 9h45 à 10h et le dimanche de 18h15 à 18h30, mai 1994.

Murder most Foul, (Six murder cases), le vendredi de 10h à 10h30 et le mercredi de 23h à 23h30, mai 1994.

Emissions télévisées

Between the Lines, samedi 2 avril 1994 de 22h30 à 23h20, BBC2.

Crimewatch File, mardi 29 mars 1994 de 21h30 à 22h25, BBC1.

Crimewatch UK, jeudi 14 avril 1994 de 21h30 à 22h15, BBC1.

Crimewatch UK Update, jeudi 14 avril 1994 de 23h15 à 23h25, BBC1.

Kilroy, le lundi ou le jeudi de 9h05 à 10h, BBC1.

Murder, She Wrote, lundi 4 avril 1994 de 17hl5 à 18h10, ITV.

Network, BBC Community Programme Unit, décembre 1989 (débat animé par Anna Ford).

Points of View, le mardi de 20h 45 à 21h, BBC1.

Right to Reply, le samedi de 18h30 à 19h, Channel 4.

TV Violence, Will il Change Your Life ?, dimanche 1er mai 1994 de 22h45 à minuit, ITV (débat animé par Sir Robert Frost).

You've been Framed !, samedi 7 mai 1994 de 20h15 à 20h45, ITV.

Annexes

*Sigles et acronymes

BBC: British Broadcasting Corporation

BCC: Broadcasting Complaints Commission

BBFC: British Board of Film Classification

BSC: Broadcasting Standards Council

COI: Central Office of Information

IBA: Independent Broadcasting Authority

ITC: Independent Television Commission

NSPCC: National Society for the Prevention of Cruelty to Children

NVALA: National Viewers' And Listeners' Association

PCU: Programme Complaints Unit

PSB: Public Service Broadcasting

Notes

1 Extrait du bulletin de la NVALA de l'été 1993.

2 La NVALA a véritablement été impulsée après la Clean up Campaign, en 1964. Cette association bénévole était jusqu'au début de 1994 présidée par Mary Whitehouse qui a consacré une grande partie de sa vie à combattre les fléaux répandus par la diffusion de programmes insuffisamment contrôlés. Son cheval de bataille est le maintien de la moralité au sein de la société britannique. Elle insiste sur le respect de la bienséance, l'emploi d'une langue correcte dépouillée de vulgarité. Elle condamne tout usage de scènes violentes ou relatives à la pornographie et contraires aux bonnes mœurs.

3 "Broadcasting" et "narrowcasting", en anglais. Voir l'article intitulé Television in the early 1990s or the Future of Broadcasting vs Narroweasting en bibliographie.

4 Le 22 mai 1952, Lord Reith déclare lors d'un débat à la Chambre des Lords : « Somebody introduced smallpox, bubonic plague and the Black Death. And somebody is minded now to introduce sponsored broadcasting ».

5 Crimewatch: « We never feature a crime unless there is something specific to appeal for information about. There have to be dues people can recognise and respond to. And we never go ahead if the victim or their relatives don't want us to ». (Radio Times 7-13 mai, 1994).

6 Ils agissent selon le principe du "cheque book journalism" et de l'exclusivité.

7 C'est-à-dire les films américains, canadiens, australiens et européens de l'ouest et de l'est.

8 D'après le Dictionary of Communication and Media Studies.

9 Le rôle de « Broadcaster » a été échangé contre celui de « Regulator ».

10 « The BSC is concerned about the possibility that regular exposure to acts of violence (whether real or fictional) may 'desensitize' the audience and make it apathetic towards cruelty and brutality and is worried about the « copycat effect ». Although neither proposition can be conclusively established, its code strives to minimize the dangers ». Media Law, p. 618.

11 Voici à titre d'exemple les trois questions qui ont servi de base au questionnement de l'enquête :

  1. Do viewers who watch a great deal of television become more violent in their attitudes?
  2. Are heavy television consumers more likely to be afraid of violence?
  3. If many viewers enjoy violence on television, how do they discriminate between acceptable and undesirable images of violence? (1990).

12 Les noms des principales personnalités intervenant dans ce débat sont : Guy Cumberbatch, Richard Du Cann, Leonard Eron, Barrie Gunter, David Mellor, Stuart Colin Shaw, Mallory Wober, Will Wyatt.

13 Le premier grand meeting s'est déroulé à l'Hôtel de Ville de Birmingham, en 1964.

14 Extrait du bulletin de la NVALA, été 1993.

15 Extrait de ITC Issues Guidance on Television Violence, le 22 juillet 1993:
« Terrestrial, cable and satellite licensees should all take steps to ensure that there is a reduction in the amount of violence shown. ITC staff will monitor the programmes of all licensees and will report to Members of the Commission the extent to which such a decline has taken place ».

Table des illustrations

Titre Perception du public britannique de la violence télévisuelle
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Auteur

Université de Rennes 2.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540