Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence et télévision

 | 
Jean-Michel Lacroix

L'imagerie télévisuelle des jeunes Nord-Américains : différents portraits de l'écoute et réglementation

André Caron et Dominique Meunier

Texte intégral

  • 1 Slaby. Ronald G. "Combating Television Violence". The Chronicle of Higher Education. January 5, 19 (...)

1La question de l’impact potentiel des contenus télévisuels, et particulièrement des contenus violents, sur les jeunes téléspectateurs a fait l’objet de nombreuses recherches et de nombreux débats, que ce soit en Amérique du Nord ou en Europe. Ainsi, tel que repris dans un récent article du professeur Ronald Slaby de l’université de Harvard, on sait à présent, par le biais de nombreuses recherches, que la télévision est source d’enseignement ; que ce soit d’ailleurs de manière intentionnelle ou par défaut. Tous les téléspectateurs, et particulièrement les enfants, apprennent à travers elle à développer des habiletés, des valeurs et des comportements. Slaby note ainsi que, “dans le cas de la violence télévisuelle, que de nombreuses personnes de l’industrie aux États-Unis appellent “entertainment violence”, on nous enseigne que la violence est légitime, justifiée, récompensée. Quelquefois elle est aussi dépeinte comme héroïque, virile, drôle voire môme agréable”1.

2On constate toutefois une certaine évolution sur la façon que l’on a aujourd’hui de regarder cette question. Différents acteurs ont permis cette évolution. D'un côté, la plupart des chercheurs et plusieurs associations professionnelles de psychologues et de pédiatres, s’entendent à présent pour reconnaître un certain impact de ces contenus violents, même si l'ampleur de celui-ci reste encore à déterminer.

3Les gens de l’industrie, pour leur part, ont différentes attitudes. Tantôt ils affirment que ce qu'ils présentent n'est somme toute que le miroir de ce que les gens désirent et de notre société ; tantôt ils nient tout effet, mais d’un même souffle ils se contredisent en incitant, par exemple, les annonceurs à investir dans la publicité pour assurer la rentabilité de leurs produits. Plus récemment, du côté américain, des membres de l'industrie semblent reconnaître que les contenus télévisuels violents jouent un certain rôle et qu'il serait souhaitable de mettre en place une forme d'auto-réglementation. Par ailleurs, dans plusieurs pays dont certains pays d’Europe comme la France et au Canada, les législateurs, sans attendre que la preuve de l’influence de la télévision soit hors de tout doute, et devant la pression du public, ont mis en place des réglementations portant aussi sur des champs autres que celui de la violence. Par exemple, au Canada, il y a quelques années, on a adopté un code sur le sexisme et les stéréotypes, et au Québec un code interdisant la publicité destinée aux enfants. Finalement, dernièrement le législateur canadien s'est attaqué à la question de la violence.

La question de la violence à la télévision ; différents facteurs à considérer

4Ainsi, on en arrive aujourd'hui à un désir commun de faire jouer à la télévision un autre rôle que celui pour lequel elle est tant décriée. La problématique de la violence à la télévision s'inscrit dans cette vision commune. En fait, pour aborder cette vaste question, on peut considérer différents facteurs :

  1. Tout d'abord on peut, par le biais de l'offre, faire une certaine lecture des contenus. En termes de violence, on peut, par exemple, s'attacher au décompte des actes de violence commis dans les émissions, ou encore suivre chaque personnage et comptabiliser chacun de ses actes, violents ou non, en interaction avec les autres personnages.
  2. On peut également avoir une certaine lecture de la complémentarité/disponibilité offerte. Autrement dit, de voir si les différentes stations offrent une programmation complémentaire, ou si le système de concurrence agit de plein droit et que les enfants se voient offrir aux mêmes plages-horaire, sur différentes stations, le même genre d'émissions (par exemple de l'animation).
  3. La troisième perspective est de s'intéresser à la réception des émissions offertes ; on regarde alors les comportements des jeunes téléspectateurs, en termes de consommation de temps, de moment d’écoute, seul ou en présence des parents, et aussi en termes de genres préférés d'émissions.
  4. Une quatrième perspective consiste à se questionner sur les effets que peuvent produire certains contenus sur le jeune téléspectateur. Les contenus violents ont particulièrement retenu l'attention des chercheurs. Que ce soit par des recherches à court ou à long terme, en laboratoire ou sur le terrain, c'est sans doute cet aspect qui a le plus fait l'objet d'études, du moins en Amérique du Nord.
  5. Finalement, au niveau gouvernemental, la réglementation est l’élément qui doit tenir compte de tous les autres aspects que l'on vient d'aborder. Cette dernière est fondamentale mais recouvre un très vaste domaine car elle rejoint à la fois les grands débats sur la liberté d'expression et la censure, mais aussi, en bout de ligne, les actes concrets ou non qu'une société décide de poser, les choix d'outils, à un moment donné de son histoire, dont elle décide ou non de se doter.

5Par ailleurs, parallèlement à ces différents facteurs, il est indispensable de prendre en compte l’interaction qui régit l’offre, autrement dit ce que les télédiffuseurs choisissent d’offrir à leur public, et la réception, c’est-à-dire ce que le public regarde effectivement.

6En effet, d’un côté nous avons une imagerie télévisuelle qui est offerte au public. Cette imagerie reflète le plus souvent la culture (au sens large) de son public, à des degrés variables selon les pays, mais aussi celle d’autres publics, d’autres cultures. Par exemple, d’aucuns reconnaissent la domination américaine en matière de longs métrages ou d’animations télévisuelles. Mais si l’on regarde de près les différents régimes d’images retenus au Canada, selon les télédiffuseurs publics ou privés, francophones ou anglophones, on voit bien que des choix sont faits dans ce qui est offert au public. D’un autre côté, nous avons le public qui, par la définition même de la télévision comme loisir domestique, intègre celle-ci à ses pratiques quotidiennes de loisirs en fonction de sa culture, de ses valeurs et de ses croyances.

7Il est donc essentiel d’avoir cette dynamique en tête lorsque, par exemple, on pose la question de réglementation de la violence à la télévision. Ainsi, les solutions à préconiser peuvent être différentes d’un pays à l’autre. Il serait trop facile d’avancer que si telles ou telles mesures fonctionnent dans un pays donné, elles fonctionneront forcément dans un autre et, à l’inverse, il serait simpliste de penser que si certaines normes ne fonctionnent pas dans d’autres pays elles ne pourraient fonctionner chez nous.

8Nous allons donc, dans cet article, reprendre certains de ces éléments, mais en insistant davantage sur les différents régimes d'images les plus regardées par les enfants de 2-11 ans en Amérique du Nord et plus particulièrement au Canada francophone et anglophone et aux États-Unis.

Une certaine lecture de l’imagerie télévisuelle des jeunes nord-américains

9Différentes avenues sont possibles pour aborder cet aspect de l'imagerie télévisuelle. Comme nous l'avons mentionné précédemment, on pourrait, par exemple, partir de ce qui est offert en général pour en faire une analyse de contenu. Pour l’heure, nous avons plutôt privilégié ce que les enfants de 2-11 ans regardent en termes d’émissions les plus populaires. Bien sûr cette lecture des émissions préférées des jeunes ne veut pas dire qu’ils ne regardent pas autre chose, en terme de genre ou de contenu, mais il nous a paru important de voir, lorsque le jeune a le choix, vers quoi gravitent ses choix.

  • 2 Ces données sont tirées d’une étude réalisée grâce au soutien du Conseil de la radiodiffusion et d (...)

10Par ailleurs, il existe bien évidemment différentes populations d'enfants en Amérique du Nord. Il est alors fort intéressant de voir les ressemblances et les divergences de ces populations. Ne pouvant ici aborder toutes ces différences, nous ayons choisi d’aborder trois publics assez caractéristiques pour le Canada2 et les États-Unis.

  • Les enfants de 2-11 ans canadiens francophones de Montréal,
  • Les enfants de 2-11 ans canadiens anglophones de Toronto,
  • Les enfants de 2-11 ans américains (national).

Palmarès francophone des 2-11 ans pour Montréal métropolitain à l'automne 1992

11Avant d'aborder ce palmarès il est important de souligner les caractéristiques que l’on pourrait qualifier de structurelles concernant la programmation télévisuelle au Québec.

12D'une part, la société d’État, Radio-Canada, a réussi à fidéliser son jeune public, tout au long de l'enfance et de l'adolescence alors que son homologue anglophone (CBC) s'est davantage replié sur le public pré-scolaire et a évacué la notion d'émissions jeunesse au profit d’un public familial. D'autre part, la programmation des stations publiques, propose une grande diversité dans les origines des émissions comparativement à la programmation des stations privées. Finalement, n'oublions pas que la loi québécoise, en vigueur depuis 1980, interdit la publicité destinées aux enfants au sein de leur programmation.

13Ces trois points méritaient d'être soulignés dans ce qu’ils ont d'original mais aussi car ils ne sont sans doute pas sans conséquence sur les comportements d’écoute des jeunes Québécois. À ce propos, ouvrons rapidement une parenthèse sur deux aspects concernant la publicité destinée aux enfants : le premier est que les émissions pour enfants sont souvent un support économique à toute une industrie du jouet basée sur des produits dérivés de l'émission, comme par exemple les tortues Ninja. L’autre aspect est aussi que dans certains cas ces produits dérivés précèdent même la production télévisuelle. Celle-ci n'est alors réalisée qu'en tant qu'outil de promotion dont l'objectif est uniquement mercantile.

14Regardons à présent ce palmarès des 2-11 ans francophones (cf. tableau 1).

15À Montréal, on remarque essentiellement que les enfants francophones canadiens sont fidèles aux productions canadiennes et aux émissions qui leur sont spécialement destinées. Ainsi, 17 émissions sur les 23 répertoriées (soit 74 %) sont des émissions pour enfants et 15 émissions (65 %) sont entièrement canadiennes. Par ailleurs, on note également que 13 % des émissions préférées proviennent de pays autres que le Canada et les États-Unis.

16Les animations sont une part importante de l’ensemble des 23 premières émissions les plus regardées par les 2-11 ans. Neuf émissions sur 23 (39 %) sont des dessins animés. Notons toutefois qu’on retrouve divers autres genres d'émissions comme des fictions de type divertissant (Kim et Clip), de genre appelé multiple, c'est à dire aux contenus à la fois divertissants et informatifs sous forme de jeux, de variétés, de sketches humoristiques, d'animation etc., (100 watts, Vazimolo), deux fictions éducatives (Passe-Partout, Robin et Stella) et une émission d’information (Les Débrouillards).

17D'autre part, on ne peut que constater que la violence, bien que possiblement présente, est loin d'être omniprésente. Le fait que la plupart de ces émissions soient des productions canadiennes qui sont spécialement destinées à ce jeune public y est sans doute pour beaucoup dans ce régime d'images. Par ailleurs, dans la mesure où ce sont des émissions pour eux, celles-ci sont donc diffusées aux heures où ils sont à l’écoute soit les matins de fin de semaine ou bien en semaine, les fins d’après-midi. Cet élément est important à retenir pour mieux apprécier les palmarès suivants.

Palmarès des 2-11 ans à Toronto (cf. tableau 2)

18À Toronto, sur les 16 émissions les plus écoutées par les jeunes canadiens anglophones, on note que seules sept leur sont spécialement destinées, soit 44 %.

19En termes d’origine, on remarque que la distribution est sans équivoque : deux émissions seulement sont canadiennes (13 %) et le reste des émissions, soit 87 %, est d’origine américaine. De plus, notons que le quart de celles-ci (25 %) ne sont même plus regardées sur les ondes des stations canadiennes.

20Le genre retrouvé est à 50 % de l’animation et à 31 % de l’humour.

21On voit donc que le régime d'images est fort différent de celui des enfants francophones. D'une part, on retrouve moins de diversité dans les genres et les origines ; d'autre part, on constate un certain glissement dans l'écoute vers des émissions destinées davantage à un public familial. Cet aspect est important et nous y reviendrons à l'occasion du troisième palmarès. Toutefois en ce qui concerne le palmarès des jeunes Torontois on peut, dès à présent, comprendre ce glissement dans la nature même des contenus offerts. En effet, si l’on regarde les productions canadiennes anglophones offertes, on note que celles-ci s’adressent essentiellement aux enfants d’âge pré-scolaire (Fred Penners, Romper Room, Mr Dress-up), les enfants plus vieux sont donc face à des choix très limités en termes de productions nationales pour leur âge, ce qui explique qu’ils se tournent alors vers des émissions américaines, s’adressant davantage à un public familial (ex : Full House, Who’s the boss). De leur côté, plusieurs émissions canadiennes francophones de qualité visent les 6-11 ans ou les 12-14 ans (Les débrouillards, Watatatow, les 100 watts, chambre en ville) ; elles sont donc davantage susceptibles de les intéresser : ayant suffisamment de choix, ceux-ci se tournent alors moins facilement vers des productions américaines.

Palmarès des 2-11 ans aux États-Unis (cf. tableau 3)

22Aux États-Unis, si l’on regarde les périodes plus spécifiquement dédiées aux enfants, soit le samedi matin et les plages quotidiennes de 15h à 18h, on ne peut que constater l’omniprésence de l'animation.

23Si l’on observe à présent les cotes les plus élevées en termes d'écoute, on remarque qu'elles se situent majoritairement en "prime-time". Ce qui frappe alors c'est la grande popularité des émissions familiales et la constance du genre préféré durant cette période, soit les émissions humoristiques, appelées aussi "sitcom" ou comédies de situation.

24Ainsi, le glissement noté dans le palmarès des enfants anglophones canadiens se confirme nettement chez les enfants américains. En soi, ce glissement vers des émissions destinées davantage à un public familial n'est pas un problème. Toutefois cela entraîne des comportements d'écoute fort différents, car le contexte de visionnement de ces heures de grande écoute est lui aussi très différent :

25D'une part, on sait que c'est durant cette période que la programmation est souvent entremêlée de séries ou de dramatiques à thématique plus violente, destinées à un public plus âgé ; on peut donc s'interroger sur l’habitude que cela crée chez les jeunes de regarder de plus en plus les émissions aux heures de grande écoute et donc d'être de plus en plus exposés à des contenus qui ne leur sont pas nécessairement destinés. D'autre part, on peut penser que durant cette période les parents sont eux aussi à l'écoute et que, somme toute, les enfants regardent ce que leurs parents regardent. Mais n'oublions pas que la moitié des foyers en Amérique du Nord possèdent deux téléviseurs ou plus. Nous allons donc voir, bien que brièvement, ce qu'il en est réellement de cette disponibilité.

Disponibilité

  • 3 BBM Bureau of Measurement 1993.

26Selon les données BBM3 pour l'automne 92 (cf. figure 1), les populations de deux à six ans et de sept à onze ans représentent chacune 7 %, donc un total de 14 % de la population canadienne. Retenons ce pourcentage comme seuil minimal d'écoute pour la période dite d'écoute familiale. Si l'on considère sur une semaine donnée le pourcentage d'enfants canadiens à l'écoute de la télévision de 20h00 à 22h30, on constate une diminution importante à partir de 21h30 où le seuil d'écoute n'est plus que de 12 %.

27Si l'on regarde à présent un découpage plus fin (cf. figures 2 et 3), on note que du lundi au jeudi il se dessine en effet une diminution importante de l’écoute à partir de 21h00 chez les enfants de deux à onze ans. Le vendredi on se rend compte que plus du quart des enfants canadiens sont à l'écoute à 21h00.

28Une tendance semblable se dessine le samedi mais non le dimanche (cf. figure 4).

29En ce qui a trait à la présence des parents, il est surprenant que les journées de plus faible écoute des hommes et des femmes, soit le vendredi pour les hommes et le samedi pour les femmes (cf. figures 5 et 6), coïncident avec les journées de plus grande écoute des enfants de deux à onze ans (cf. figure 7). La présence des parents ces jours-là ne peut donc être tenue pour acquise.

  • 4 Le volume d'écoute des 2-11 ans se répartit comme suit : 31 % sur semaine de 6h à 16h30 ; 27 % du (...)

30Ces variations dans l'écoute sont donc primordiales ; s'il est vrai qu'on note une période relativement fixe d'écoute familiale4 qui se termine au watershed hour, comme on s'y réfère en Grande-Bretagne, on se doit de nuancer cette “ligne de fracture”, au constat que cette période fluctue toutefois selon les jours de la semaine. C’est pourquoi, la notion Britannique de progression dans les horaires vers des contenus de plus en plus destinés aux adultes, nous paraît très intéressante. Autrement dit, tout n’est pas permis dès 21h01.

Réglementation canadienne

  • 5 Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, communiqué du 28 octobre 1993  (...)

31Depuis janvier 1994, le Canada s’est doté d’un nouveau code de réglementation volontaire concernant la violence à la télévision. Ce code considère actuellement que le seuil critique à partir duquel on peut diffuser des émissions destinées à un public plus adulte se situe à 21h00. Voici quelques-uns des principaux engagements5 que l'on y retrouve :

  • refus catégorique de diffuser des scènes de violence gratuite, selon une définition claire de cette expression ;
  • les émissions avec scènes de violence destinées à un auditoire adulte seulement ne seront pas diffusées avant 21h00, l'heure "critique" (idem pour bandes annonces) ;
  • sensibilité à la violence contre les groupes qui y sont vulnérables, notamment les femmes et les minorités visibles ;
  • un système de classification d'émissions sera élaboré et mis à l'essai en collaboration avec les autres secteurs de l'industrie de la radiodiffusion, puis intégré au code d'ici septembre 1994 ;
  • sensibilité particulière en ce qui a trait aux émissions pour enfants :

32les émissions d'animation ne doivent pas avoir pour thème central la violence ; les conséquences d'actes de violence doivent être présentées.

33Précisons également qu'il est dit dans cet énoncé du CRTC que celui-ci imposera l'observation de ce code comme condition de licence pour toutes les stations et tous les réseaux privés de télévision lors du renouvellement de leurs licences. Le conseil s'attend toutefois à ce que tous les diffuseurs privés se conforment au code dès sa prise d'effet, soit le 1er janvier 1994.

34Quelques mois après la mise en vigueur de ce code, nous avons relevé un certain nombre d'émissions télévisées diffusées au cours des mois d'avril et mai dans un créneau-horaire se situant entre 20h00 et 21h00. Ces exemples illustrent bien la difficulté à appliquer ce code d'auto-réglementation et certains cas font problème.

35Le premier exemple est tiré d'un film fait pour la télévision, intitulé "Cauchemar" ; il a été diffusé à 20h00 et porte le visa général ; au cours d’une séquence particulièrement chargée émotivement, une fillette, qui a été agressée sexuellement par un individu, tente de raconter ce qui lui est arrivé. En fait, ce film soulève à la fois le problème de la violence non montrée à l’écran, mais qui crée un climat paroxystique, et aussi la violence psychologique qui peut paraître, a priori, moins violente que la violence physique.

36Le deuxième exemple provient du film "Free Jack" ; il a un visa 13 ans et a été diffusé à 20h30 un samedi. Dans ce film la violence physique est explicite. Cet exemple illustre bien que le télédiffuseur pense être déchargé de sa responsabilité vis-à-vis du code, dans la mesure où la bande annonce prévenant le public que c'est un film pour les plus de 13 ans est diffusée dès les premiers moments du film.

37Finalement, mentionnons, entre autres, le film "Annihilator" qui a été diffusé à 20h00 un mardi ; il a un visa 13 ans et un "V" (signifiant “violence”) apparaît au bas de l'écran ; un avertissement est aussi diffusé durant le film. Ce film est un exemple typique de violence perpétrée sur des êtres humains, sur des robots ou des personnages inanimés, avec une absence presque totale de sang.

38Ces deux derniers extraits soulèvent aussi la question d'uniformisation des codes. En effet, chaque station a ses propres icônes, avec des couleurs et des encadrements différents, plus ou moins explicites. Le téléspectateur, en l'occurrence le parent, se doit donc non seulement d'être là au bon moment (quand l'avertissement passe), mais il doit aussi décoder ces signes. La bande annonce, quant à elle, n'est pas répétée de façon régulière.

Conclusion

39Que peut-on conclure de tout cela ?

40D'aucuns diront que dans le débat autour de la violence télévisuelle, la télévision sert de bouc émissaire pour cacher la nature exacte du vrai problème, beaucoup plus grave, celui des causes de la violence dans notre société. Ceci est bien sûr vrai en partie ; toutefois, il serait regrettable qu'en se focalisant sur un aspect on en oublie les autres. Dans les faits, ceux-ci ne doivent être mutuellement exclusifs. N'oublions pas que la télévision est au coeur de la vie familiale, elle a, en fait aujourd'hui, une place qu’aucun autre média ne détient ; en ce sens on doit se demander : comment la télévision peut-elle bien servir son public ?

41En premier lieu, il est indispensable de redéfinir le terme “télévision”. On ne doit pas perdre de vue, en effet, que ce que l’on nomme télévision aujourd’hui ne se limite plus seulement à un écran qui offre la programmation des grands diffuseurs. C’est davantage un support, autour duquel gravitent divers contenus spécialisés à la carte et diverses technologies périphériques, comme par exemple le magnétoscope, ou les consoles de jeux vidéo. C’est pourquoi dorénavant, toutes règles ou normes éventuelles auxquelles on penserait ne peuvent plus se permettre de ne pas tenir compte de cet environnement relativement nouveau.

42Par ailleurs, cet environnement multimédias devrait à présent faire partie de ce que l'on nomme l’éducation critique aux médias. Ce terme est généralement associé au monde scolaire et s’intègre dans certains programmes dans les écoles. Initier les enfants aux différentes technologies et modes de production de ces nouveaux médias, et apprendre à en décoder les messages, devrait les aider à développer un esprit plus critique.

43Parallèlement, cette éducation critique devrait s'appliquer également aux parents, par le biais, par exemple, de campagne de sensibilisation à certains contenus que leurs enfants regardent et dont ils n'ont pas toujours conscience.

44Dans le même ordre d'idée, sachant que peu de parents ont aujourd'hui le temps de discuter et commenter la grande quantité d’émissions consommées par leurs enfants, on pourrait penser à les aider à mieux gérer ce que leurs enfants regardent en mettant à leur disposition certains petits appareils, tel le "VyouConlrol", actuellement en développement au Canada (par un chercheur de la Colombie britannique), qui permettrait aux parents de pré-sélectionner le degré de violence (voire de langage ou de sexe) auquel ils estiment que leur enfant ne doit pas avoir accès (ces scènes sont alors brouillées).

45À ce titre, ce qui paraît se dessiner au Canada est la nécessité de mettre en place des mécanismes valides de rétroaction. On pourrait penser, par exemple, à un organisme indépendant tant des télédiffuseurs que des groupes de pression, qui permettrait de recueillir les plaintes, les suggestions, les commentaires négatifs ou positifs de tout ordre, du public et qui en ferait rapport annuellement au CRTC.

46Les associations de téléspectateurs peuvent aussi jouer un grand rôle. Reconnues comme la “voix” du téléspectateur elles peuvent servir de liens entre les télédiffuseurs et le public.

47Une autre stratégie serait d’établir un point de contact entre le public et les télédiffuseurs, par diverses technologies (téléphone, fax, courrier électronique...) ; cette information serait diffusée dans différents médias tels les grilles de programmation des télé-horaires, ou encore à la télévision, afin de recueillir sur le vif les réactions du public. Ce lieu de rétroaction devrait aussi permettre d’avoir une lecture concrète et objective de l’opinion publique. Ces données ainsi colligées pourraient alors aider les instances gouvernementales dans leurs décisions, par exemple de renouvellement de licences. Elles pourraient également permettre d'avoir une lecture sur ce que le public pense et sur ce à quoi il réagit à certains moments de son histoire. Cela deviendrait alors un outil positif pour les diffuseurs et créateurs pour mieux arrimer leurs stratégies de développement de programmation en fonction des goûts de leur public.

48Dans les faits, il ne faut pas perdre de vue que la formule “violence” (violence formula) tel qu’indiquée par George Gerbner, existe avant tout parce qu’elle est rentable et donc source de grands profits. C’est au départ une stratégie, entre différents partenaires, de marketing global, qui s’inscrit dans une dynamique de mondialisation de cette industrie là. De plus, avec l’avènement de ce que l’on nomme aujourd’hui les autoroutes électroniques, on risque d’avoir non pas davantage de choix mais plutôt les mêmes contenus de masse offerts sur plus de canaux, du moins par ce qui s’annonce aux États-Unis.

49Ainsi, s'il est fondamental que les télédiffuseurs assument une grande part de responsabilité dans les contenus, violents ou non, qu’ils diffusent, on doit aussi penser à différents moyens, tant politiques que sociaux, qui permettraient à la télévision de mieux servir son public. En fait, il est fondamental qu'il y ait convergence et implication d'intervenants d'horizons divers.

Annexes

Tableau 1 : Palmarès des 2-11 ans francophones de Montréal - Automne 1992 - données BBM ; automne 1992

Tableau 1 : Palmarès des 2-11 ans francophones de Montréal - Automne 1992 - données BBM ; automne 1992

Origine des émissions du palmarès des 2-11 ans francophones

Origine des émissions du palmarès des 2-11 ans francophones

A.H. Caron et al., L'imagerie télévisuelle des jeunes Nord-Américains : différents portraits de l'écoute et réglementation.

Tableau 2 : Palmarès des 2-11 ans de Toronto - Automne 1992 - données BBM ; automne 1992

Tableau 2 : Palmarès des 2-11 ans de Toronto - Automne 1992 - données BBM ; automne 1992

Origine des émissions du palmarès des 2-11 ans de Toronto

Origine des émissions du palmarès des 2-11 ans de Toronto

A.H. Caron et al., L'imagerie télévisuelle des jeunes Nord-Américains : différents portraits de l'écoute et réglementation.

Tableau 3 : Palmarès des 2-11 ans américains (national Network) prime time automne 1992 - données Nielson ; automne 1992

Tableau 3 : Palmarès des 2-11 ans américains (national Network) prime time automne 1992 - données Nielson ; automne 1992

A.H. Caron et al., L'imagerie télévisuelle des jeunes Nord-Américains : différents portraits de l'écoute et réglementation.

Figure 1. Niveaux d’écoute des 2 — 11 ans au Canada selon l'heure du lundi au dimanche

Figure 1. Niveaux d’écoute des 2 — 11 ans au Canada selon l'heure du lundi au dimanche

Source : BBM, Portée de la télévision, automne 1992
Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal

Figure 2. Niveaux d’écoute au Canada des 2 — 11 ans du lundi au mercredi, de 16 heures à 22 heures 30

Figure 2. Niveaux d’écoute au Canada des 2 — 11 ans du lundi au mercredi, de 16 heures à 22 heures 30

Source : BBM, Portée de la télévision, automne 1992
Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal

Figure 3. Niveaux d’écoute des 2 — 11 ans au Canada le jeudi et le vendredi, de 16 heures à 22 heures 30

Figure 3. Niveaux d’écoute des 2 — 11 ans au Canada le jeudi et le vendredi, de 16 heures à 22 heures 30

Source : BBM, Portée de la télévision, automne 1992
Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal

Figure 4. Niveaux d’écoute des 2-11 ans au Canada selon les heures le samedi et le dimanche, de 16 heures à 22 heures 30

Figure 4. Niveaux d’écoute des 2-11 ans au Canada selon les heures le samedi et le dimanche, de 16 heures à 22 heures 30

Source : BBM, Portée de la télévision, automne 1992
Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal

Figure 5. Indice quotidien du volume d’écoute des hommes canadiens de 25 à 54 ans

Figure 5. Indice quotidien du volume d’écoute des hommes canadiens de 25 à 54 ans

Source : Sondages BBM, automne 1992
Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal

Figure 6. Indice quotidien du volume d’écoute des femmes canadiennes de 25 à 54 ans

Figure 6. Indice quotidien du volume d’écoute des femmes canadiennes de 25 à 54 ans

Source : Sondages BBM, automne 1992
Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal

Figure 7. Indice quotidien du volume d’écoute des enfants canadiens de 2 à 11 ans

Figure 7. Indice quotidien du volume d’écoute des enfants canadiens de 2 à 11 ans

Source : Sondages BBM, automne 1992
Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal

Notes

1 Slaby. Ronald G. "Combating Television Violence". The Chronicle of Higher Education. January 5, 1994.

2 Ces données sont tirées d’une étude réalisée grâce au soutien du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) et intitulée “Analyse de l’offre et de l’écoute de la programmation pour enfants au Canada. 1992-1993”. Groupe de recherche sur les jeunes et les médias ; département de communication, Université de Montréal, 1993.

3 BBM Bureau of Measurement 1993.

4 Le volume d'écoute des 2-11 ans se répartit comme suit : 31 % sur semaine de 6h à 16h30 ; 27 % du lundi au dimanche de 19h à 23h ; 22 % la fin de semaine de 6h à 19h ; 18 % sur semaine de 16h30 à 19h.

5 Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, communiqué du 28 octobre 1993 : "Pour la protection des enfants et de la liberté créatrice : le CRTC accepte le code renforcé des télédiffuseurs privés concernant la violence à la télévision.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Palmarès des 2-11 ans francophones de Montréal - Automne 1992 - données BBM ; automne 1992
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-1.jpg
Fichier image/, 310k
Titre Origine des émissions du palmarès des 2-11 ans francophones
Légende A.H. Caron et al., L'imagerie télévisuelle des jeunes Nord-Américains : différents portraits de l'écoute et réglementation.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-2.jpg
Fichier image/, 23k
Titre Tableau 2 : Palmarès des 2-11 ans de Toronto - Automne 1992 - données BBM ; automne 1992
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-3.jpg
Fichier image/, 230k
Titre Origine des émissions du palmarès des 2-11 ans de Toronto
Légende A.H. Caron et al., L'imagerie télévisuelle des jeunes Nord-Américains : différents portraits de l'écoute et réglementation.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-4.jpg
Fichier image/, 136k
Titre Tableau 3 : Palmarès des 2-11 ans américains (national Network) prime time automne 1992 - données Nielson ; automne 1992
Légende A.H. Caron et al., L'imagerie télévisuelle des jeunes Nord-Américains : différents portraits de l'écoute et réglementation.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-5.jpg
Fichier image/, 310k
Titre Figure 1. Niveaux d’écoute des 2 — 11 ans au Canada selon l'heure du lundi au dimanche
Légende Source : BBM, Portée de la télévision, automne 1992Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-6.jpg
Fichier image/, 104k
Titre Figure 2. Niveaux d’écoute au Canada des 2 — 11 ans du lundi au mercredi, de 16 heures à 22 heures 30
Légende Source : BBM, Portée de la télévision, automne 1992Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-7.jpg
Fichier image/, 88k
Titre Figure 3. Niveaux d’écoute des 2 — 11 ans au Canada le jeudi et le vendredi, de 16 heures à 22 heures 30
Légende Source : BBM, Portée de la télévision, automne 1992Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-8.jpg
Fichier image/, 83k
Titre Figure 4. Niveaux d’écoute des 2-11 ans au Canada selon les heures le samedi et le dimanche, de 16 heures à 22 heures 30
Légende Source : BBM, Portée de la télévision, automne 1992Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-9.jpg
Fichier image/, 89k
Titre Figure 5. Indice quotidien du volume d’écoute des hommes canadiens de 25 à 54 ans
Légende Source : Sondages BBM, automne 1992Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-10.jpg
Fichier image/, 81k
Titre Figure 6. Indice quotidien du volume d’écoute des femmes canadiennes de 25 à 54 ans
Légende Source : Sondages BBM, automne 1992Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-11.jpg
Fichier image/, 83k
Titre Figure 7. Indice quotidien du volume d’écoute des enfants canadiens de 2 à 11 ans
Légende Source : Sondages BBM, automne 1992Groupe de recherches sur les jeunes et les médias - Université de Montréal
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4858/img-12.jpg
Fichier image/, 83k

Auteurs

Groupe de recherche sur les jeunes et les médias, Département de Communication, Université de Montréal, Montréal, Canada.

Groupe de recherche sur les jeunes et les médias, Département de Communication, Université de Montréal, Montréal, Canada.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540