Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence et télévision

 | 
Jean-Michel Lacroix

Profil de la violence à la télévision canadienne*

Guy Paquette

Texte intégral

  • * Cette étude a été financée conjointement par l'Institut Québécois de Recherche sur la Culture (IQR (...)

1Depuis plusieurs années, le public manifeste son inquiétude quant aux effets que peut avoir, en particulier sur les jeunes, la violence présentée à la télévision. Cette inquiétude s'est accentuée alors que certains événements particulièrement violents ont secoué l'opinion publique. On pense au drame de Polytechnique à Montréal, aux tireurs fous des États-Unis et plus récemment, en Angleterre, au meurtre du jeune Bulger par des enfants. Au Québec, l'inquiétude du public s'est manifestée avec une netteté particulière à l'occasion de la pétition de la jeune Virginie Larivière ; on peut dire que depuis lors, la violence télévisée est devenue un problème urgent.

2La violence à la télévision a fait l'objet d'un nombre très considérable de travaux de recherche aux États-Unis, mais peu d'études ont été réalisées au Canada et aucun de ces travaux ne porte sur la quantité de violence que véhiculent les médias canadiens. La présente recherche a pour objectif premier de combler cette lacune et de mesurer de façon précise la quantité de violence présentée à la télévision canadienne. Elle vise aussi à identifier quels sont les réseaux qui présentent le plus de violence ainsi que le lieu d'origine des émissions.

Protocole d'analyse et définitions

3Il y a plusieurs façons d'analyser la violence à la télévision (Signorielli, 1984 ; Cumberbach et al., 1988). La méthode que nous avons sélectionnée est celle de l'index de violence de George Gerbner et de ses collaborateurs (Gerbner et al., 1978 ; Signorielli, 1984). Bien que sujette à controverse (Blank, 1977 ; Gerbner et al., 1977), cette méthode a été utilisée dans plusieurs autres pays : en Grande-Bretagne (Cumberbach et al., 1987), aux Pays-Bas (Bowman et Stappers, 1984), en Australie (McCann et Sheehan, 1985), au Japon (Iwao et al., 1981), etc., (voir Cumberbach et al., 1988). Elle se situe dans le contexte de l'analyse d'incubation (cultivation analysis) (Signorielli et Morgan, 1990), qui a pour objet de décrire la présentation que fait la télévision de la réalité sous un certain nombre de ses aspects.

4La méthode d'analyse de Gerbner cherche à décrire toute la réalité présentée à la télévision et déborde largement la mesure spécifique de la violence. Nous n'avons retenu de cette méthode que les éléments directement reliés à la violence. C'est pourquoi certaines catégories de l'analyse (les traits de personnalité spécifiques aux personnages principaux, leur orientation sexuelle, etc.) n'ont pas été retenues.

5À l'inverse, d'autres catégories (langue de diffusion, pays d'origine des émissions, type de réseau) ont été ajoutées afin de refléter plus adéquatement la réalité de la télévision canadienne. Tous les éléments essentiels au calcul de l'index de violence tel qu'élaboré par Gerbner ont été retenus. L'index est constitué des cinq éléments suivants :

  1. le pourcentage des émissions qui contiennent de la violence (% É)
  2. le nombre de séquences violentes par émission (rate per program ou V/É)
  3. le nombre de séquences violentes à l'heure (rate per hour ou V/H)
  4. le pourcentage des personnages principaux impliqués dans des actes de violence (% PV)
  5. le pourcentage des personnages principaux impliqués dans des homicides (percent of killing ou % PM)

6et est calculé comme suit : (% É) + 2(V/É) + 2(V/H) + % PV + % PM

7Nous avons adopté toutes les définitions et, dans la mesure du possible, les façons de faire de l'équipe de Gerbner. De façon opératoire, la violence est définie comme tout acte explicite de force destiné à blesser ou à tuer, ou l'expression de toute menace sérieuse (blessure ou mort) à l'endroit d'un être humain. Tout acte qui correspond à cette définition est considéré comme violent, quel que soit le contexte (réaliste ou fictif, comique ou sérieux) dans lequel il se situe. Les accidents et les phénomènes naturels qui blessent ou qui tuent sont également identifiés comme actes violents. La violence verbale, la violence psychologique ou la menace qui n'est pas prise au sérieux ne sont pas comptabilisées dans l'index.

  • 1 Violence verbale (ex : dispute ou menace telle "Je vais te tuer") ; violence psychologique (ex : d (...)

8Nous avons également, à titre exploratoire, décidé d'indexer les autres formes de violence (non-physique). Cette violence est définie comme tout acte explicite portant atteinte à l'intégrité morale ou psychologique, ou encore destiné à provoquer un état d'angoisse ou de peur chez un individu. Ont donc été dénombrés tous les actes de violence verbale, de violence psychologique et de violence symbolique1.

9Gerbner considère comme une émission une production qui constitue un tout par elle-même, comme un film, un épisode de téléroman mais aussi un dessin animé. Cette définition est différente de celle que l'on utilise couramment. Par exemple, un programme pour enfants peut contenir plusieurs dessins animés et contiendra donc plusieurs émissions au sens que nous lui donnons ici.

10Les actes de violence ne sont pas comptés comme tels ; ce sont plutôt les séquences violentes ou les scènes de violence qui sont comptabilisées. Une séquence violente commence lorsque la violence débute et se clôture lorsqu'elle s'arrête ou lorsque survient dans la scène un nouveau personnage (principal ou secondaire). Dans une même séquence, on peut donc trouver plusieurs actes de violence, par exemple, plusieurs coups de poing, plusieurs coups de feu. Si un personnage important intervient dans la scène, il s'agit alors d'une autre séquence de violence.

11Les personnages pris en considération sont les personnages principaux, c'est-à-dire ceux qui jouent un rôle important dans l'action qui se déroule. Ce sont généralement les personnages qui ont un rôle “parlant”. Les figurants sont exclus de cette analyse. Les personnages principaux sont ordinairement des humains mais ils peuvent être aussi des androïdes ou des animaux.

Le corpus

12Les émissions analysées sont les émissions de fiction qui ont été diffusées dans la semaine du 21 au 28 mars 1993. Cette période a été sélectionnée parce qu'elle ne semblait présenter aucun caractère particulier et pouvait être considérée comme une semaine représentative de ce qui est habituellement diffusé à la télévision canadienne. Nous avons au total analysé 228 émissions totalisant 6936 minutes (115,6 heures). Ces émissions mettaient en scène 891 personnages principaux ou secondaires (à l'exclusion des figurants).

13Seules ont été retenues pour analyse les émissions de fiction diffusées aux heures de pointe (de 18h00 à 23h00), de même que celles mises à l'horaire toute la journée du samedi et du dimanche. Plus précisément, le prime time des stations francophones se situe entre 18h00 et 22h00 tandis que le prime time des stations anglophones se situe entre 19h00 et 23h00. Ces moments de diffusion sont légèrement différents de ceux retenus par les collaborateurs de Gerbner, pour qui la période de pointe (prime time) va de 19h00 à 23h00.

14Les émissions de fiction analysées sont, pour les réseaux français, celles diffusées par :

  • Société Radio-Canada : 21 émissions, 654 minutes ou 10,9 heures
  • TVA : 27 émissions, 1166 minutes ou 19,4 heures
  • Télévision Quatre-Saisons : 18 émissions, 1078 minutes ou 18,0 heures
  • Radio-Québec : 53 émissions, 619 minutes ou 10,3 heures

15et, pour les réseaux anglophones, celles diffusées par :

  • CBC : 28 émissions, 1121 minutes ou 18,7 heures
  • CTV : 41 émissions, 1250 minutes ou 20,8 heures
  • Global Television : 28 émissions, 688 minutes ou 11,5 heures
  • TV Ontario : 12 émissions, 360 minutes ou 6,0 heures

16De ces 228 émissions, 137 étaient destinées aux adultes (5840 minutes ou 97,3 heures) et 91 destinées aux enfants (1096 minutes ou 18,3 heures).

Le codage

  • 2 Le codage n'a pas été sans présenter certaines difficultés. Celles-ci ont été soumises aux collabo (...)

17Les émissions ont été analysées par une équipe de cinq codeurs qui ont été soumis à un entraînement d'une semaine. Chaque émission a été analysée par deux codeurs. Ceux-ci travaillaient individuellement et, en cas de désaccord, devaient se concerter pour arriver à un codage satisfaisant2. Dans le but de rendre notre étude comparable aux études américaines, nous avons rigoureusement suivi la procédure méthodologique développée par l'équipe de Gerbner.

Le cadre d'analyse

18Notre étude avait pour principal objectif de comparer les index de violence canadien et américain. Les données américaines (Gerbner, 1993) portent sur 54,8 heures de programmation, soit 94 émissions présentées par CBS, ABC et NBC, le soir entre 19h00 et 23h00 (prime time) et la fin de semaine entre 6h00 et 18h00 (weekend or children's programs).

  • 3 Privé, public et éducatif.
  • 4 Genre (comédie, drame, western, etc.) ; format (dessin animé, film, télésérie, etc.).

19La variable dépendante principale est l'index de violence tel que défini précédemment. Nous avons toutefois examiné avec plus d'attention certains éléments de cet index, notamment le nombre de séquences violentes par heure qui nous semblait particulièrement révélateur. Les variables indépendantes retenues sont : les réseaux, les types de réseaux3, les périodes de diffusion, les destinataires, la langue de diffusion, l'origine de la production, le genre et le format des émissions4.

Présentation des résultats

1. LA COMPARAISON AVEC LA TÉLÉVISION AMÉRICAINE

TABLEAU 1 : Réseaux canadiens et américains (réseaux éducatifs exclus)

TABLEAU 1 : Réseaux canadiens et américains (réseaux éducatifs exclus)
  • 5 Incluant les réseaux éducatifs.

20L'indice global pour toutes les émissions analysées est de 106,15. Cet indice n'a de signification que si on le compare à une autre situation semblable. Les stations qui nous servent de comparaison sont les réseaux commerciaux américains. Si on enlève les stations éducatives pour ne conserver que les stations publiques et les stations privées canadiennes, on arrive à un indice de 129,9. Cet indice se compare avantageusement à l'indice américain qui est de 169,5. C'est dire qu'il y a 23,4 % moins de violence dans les émissions canadiennes que dans les émissions américaines.

TABLEAU 2 : Émissions destinées aux enfants et aux adultes sur les réseaux canadiens et américains (réseaux éducatifs exclus)

TABLEAU 2 : Émissions destinées aux enfants et aux adultes sur les réseaux canadiens et américains (réseaux éducatifs exclus)

21Tout comme aux États-Unis, les émissions pour enfants sont considérablement plus violentes que les émissions destinées aux adultes (index de 192,5 et de 114,5, soit une différence de 68,1 %). Elles présentent quatre fois plus de séquences violentes à l'heure (21,5 contre 5,4) et 76,9 % des émissions pour enfants contiennent de la violence (58,9 % pour les émissions d'adultes). On retrouve à peu près les mêmes différences aux États-Unis mais elles se situent à un niveau plus élevé.

TABLEAU 3 : Réseaux privé et public canadiens comparés aux réseaux américains

TABLEAU 3 : Réseaux privé et public canadiens comparés aux réseaux américains

22Même lorsque nous faisons une distinction particulière entre les réseaux privé et public, on constate que l'index de violence de la télévision américaine demeure plus élevé que celui de la télévision canadienne. Au Canada, les réseaux privés diffusent 30,3 % plus de violence que les réseaux publics (140,2 et 107,6).

2. LES RÉSEAUX CANADIENS (Voir Figures 1 à 6)

  • 6 La Société Radio-Canada présente, sur les 21 émissions de fiction analysées pour ce réseau, 11 émi (...)

23Ce sont Télévision Quatre-Saisons et CTV qui présentent les index de violence les plus élevés (cf. figure 1). On remarque par ailleurs une grande diminution de l'index de violence pour la Société Radio-Canada lorsqu'on extrait les dessins animés (l'index chute en fait de 52,6 %)6. Les autres réseaux sont peu affectés par l'exclusion des dessins animés.

24Télévision Quatre-Saisons a le pourcentage d'émissions violentes le plus élevé, soit 83,33 % (avec dessins animés), de l'ensemble de sa programmation. Le réseau privé CTV suit de près avec un pourcentage d'émissions violentes de 75,61 %.

25Radio-Québec (RQ) est le réseau qui possède l'index de violence le plus faible (seulement 7,55 % des émissions présentées à cette station contiennent de la violence).

26Si on inclut toutes les émissions analysées, on constate (cf. figure 2) que c'est TVA qui diffuse le plus de séquences violentes à l'heure, soit 11,6, suivi de près par CTV (11) et par la Société Radio-Canada (10,1). Les dessins animés jouent toutefois un rôle important dans ces résultats. En les excluant, on remarque que la quantité de violence diffusée en moyenne à chaque heure diminue considérablement à la Société Radio-Canada (1,4). Radio-Québec et TVO présentent un très faible taux de séquences violentes à l'heure (1,6 et 1,5) sur l'ensemble des émissions. Ces résultats restent stables même si on exclut les dessins animés.

27Le réseau Télévision Quatre-Saisons possède le pourcentage d'émissions violentes le plus élevé (cf. figure 3). Toutefois, c'est le réseau TVA qui présente le plus grand nombre de séquences violentes à l'heure. TVA présente un nombre moindre d'émissions violentes mais ces émissions comportent un plus grand nombre de séquences violentes à l'heure. À l'inverse, TQS diffuse plus d'émissions violentes, mais ces émissions présentent un plus petit nombre de séquences violentes à l'heure.

28Le réseau CTV demeure toujours en deuxième position tant au niveau du pourcentage d'émissions violentes qu'à celui du nombre de séquences violentes à l'heure. On remarque que le pourcentage d'émissions violentes ainsi que le nombre de séquences violentes à l'heure sont également élevés pour la Société Radio-Canada. Radio-Québec et TVO, les deux réseaux éducatifs, restent les réseaux les moins violents pour chacune de ces deux variables.

29La figure 4 suit en général les mêmes tendances que la figure précédente sauf en ce qui concerne la Société Radio-Canada. En effet, on remarque une chute importante du pourcentage d'émissions violentes et du nombre de séquences violentes à l'heure pour la Société Radio-Canada. Cette chute est attribuable au retrait des 11 émissions de dessins animés diffusées par la Société Radio-Canada qui contiennent un grand nombre de séquences violentes à l'heure.

30Si l'on examine les émissions du soir, aux heures de grande écoute, on s'aperçoit que c'est le réseau TQS qui a l'index de violence le plus élevé, soit 156,7 (cf. figure 5). Il est suivi de loin par CTV et TVA (113,3 et 109,6). Le réseau TVA est celui qui offre le nombre le plus élevé de séquences violentes à l'heure (13,9). Viennent ensuite CTV (6,09) et Global (3,85). Puis, loin derrière, la Société Radio-Canada présente 0,92 séquence violente à l'heure. Finalement, les réseaux éducatifs TVO et Radio-Québec présentent les index de violence les plus bas, soit 26,3 et 8,9 respectivement.

31Une autre façon d'examiner la violence diffusée consiste à en examiner la répartition totale, c'est-à-dire en ne tenant pas compte du niveau moyen calculé par réseau. On examine alors quels sont les réseaux qui, quantitativement, "offrent" le plus de violence aux téléspectateurs. La figure 6 est révélatrice : près de 60 % de toute la violence diffusée provient des réseaux CTV et TVA. Lorsque l'on ajoute la SRC, les cinq derniers réseaux ne contribuent au total que pour 25 % de l'ensemble des séquences de violence.

3. LA LANGUE DE DIFFUSION

TABLEAU 4 : Réseaux anglophones et francophones en incluant et en excluant les réseaux éducatifs

TABLEAU 4 : Réseaux anglophones et francophones en incluant et en excluant les réseaux éducatifs

32Les réseaux anglophones diffusent plus de violence que les réseaux francophones (index = 113,8 contre 99,1) (cf. figure 7). Toutefois, si on exclut les stations éducatives pour ne garder que les réseaux publics et privés, la situation s'inverse ; les réseaux francophones ont alors un index de 140,3 et les réseaux anglophones ont un index de 122,0.

33Le pourcentage d'émissions violentes de langue anglaise est plus élevé que celui de langue française mais ces émissions de langue anglaise contiennent moins de séquences violentes à l'heure que les émissions de langue française.

34En excluant les réseaux éducatifs, on constate que les réseaux de langue anglaise sont moins violents que ceux de langue française et ce, tant au niveau de l'index que du nombre de séquences violentes à l'heure et du pourcentage d'émissions violentes.

35On observe une augmentation de 41,6 % de l'index de violence pour les émissions de langue française lorsque disparaît Radio-Québec (de 99,09 à 140,34). Le pourcentage d'émissions violentes de langue française augmente également (39,50 à 65,15). Radio-Québec contribue largement à diminuer le taux moyen de violence des réseaux francophones. Du côté anglais, le pourcentage d'émissions violentes n'est presque pas influencé par la présence de TVO.

4. LE LIEU DE PRODUCTION

TABLEAU 5 : Niveau de violence en fonction de l'origine de la production

TABLEAU 5 : Niveau de violence en fonction de l'origine de la production

36L'examen des émissions diffusées par les réseaux publics et privés, selon leur lieu de production, montre que les émissions d'origine américaine sont les plus violentes avec un index de 153,0 (l'index est de 85,2 pour les émissions d'origine canadienne) (cf. figure 8). Parmi les émissions canadiennes, les émissions d'origine québécoise ont un index de 49,6 (comparativement à 111,9 pour les émissions produites dans les autres provinces canadiennes). On a des chiffres légèrement différents si l'on considère l'origine des émissions en incluant les réseaux éducatifs. À l'évidence, les choix en matière de programmation des productions étrangères (autres qu'américaines) y sont orientés fort différemment.

37On pourra s'étonner du fait que les émissions produites au Québec aient un index aussi bas alors que les réseaux francophones qui les diffusent présentent un index plus élevé que les réseaux anglophones. Nous croyons que ce paradoxe s'explique par le fait que les réseaux francophones diffusent plus de films, produits par les États-Unis, aux heures que nous avons échantillonnées.

5. LES TYPES DE RÉSEAUX

38Les réseaux privés présentent un index de violence plus élevé que les réseaux publics (140,2 contre 107,6) (cf. figure 9). 65,8 % des émissions des réseaux privés contiennent de la violence et ces émissions diffusent 8,4 séquences violentes à l'heure. Cette situation semble attribuable au fait que les réseaux privés présentent plus de films, en particulier durant la fin de semaine. Les films, on le verra plus loin, contiennent dans l'ensemble plus de violence que les autres formats (à l'exception des dessins animés).

6. LES HEURES

  • 7 En excluant les dessins animés, la période de 18h00 à 19h00 présente 8,6 séquences violentes à l'h (...)

39C'est avant 18h00, donc la fin de semaine, que les émissions présentent l'index de violence le plus élevé (cf. figure 10). 80 % des émissions de cette période contiennent de la violence et l'on est témoin de 12,1 séquences violentes à l'heure7. La violence chute entre 19h00 et 20h00 pour se stabiliser par la suite à un niveau un peu plus élevé. Durant la soirée, c'est entre 20h00 et 21h00 que l'on trouve le plus grand nombre de séquences violentes à l'heure.

7. LES FORMATS

40Pour analyser les formats, nous avons distingué les dessins animés des autres émissions pour enfants (cf. figure 11). Ce sont les dessins animés qui présentent l'index de violence le plus élevé (206,8), suivis par les films (178,4) et les téléséries (98,9). Les téléromans présentent un index encore plus bas (55,6) ; seulement 35,3 % contiennent de la violence.

41Les émissions pour enfants ne véhiculent à peu près pas de violence (4,0) si l'on exclut les dessins animés. En fait, moins de 2 % des émissions pour enfants sont violentes (%É=1,92) et moins de 2 % des personnages principaux présentés aux enfants sont impliqués dans la violence (% PV=1,71). La violence présentée aux enfants provient donc presque exclusivement des dessins animés. De fait, 79,5 % de ces émissions contiennent de la violence et elles véhiculent 24,8 séquences violentes à l'heure. De plus, 57,7 % des personnages principaux des dessins animés sont violents. En ce qui concerne le genre des dessins animés, on observe que ce sont les drames qui sont les plus violents (index=263,6) alors que les comédies affichent un index environ 3 fois plus petit (82,7). En fait, la totalité des drames pour enfants sont violents et 100 % des personnages principaux de ce genre d'émission sont impliqués dans la violence.

8. LA VIOLENCE NON-PHYSIQUE

42La violence "non-physique" constitue une variable exploratoire dont on a essentiellement tenté d'évaluer la présence et la relation avec les autres variables indexées. De fait, cette forme de violence totalise 22,9 % des séquences de violence recensées (n = 1022). 36 % des émissions présentent au moins une séquence de ce type, beaucoup plus présente dans la programmation destinée aux adultes (%É=48) que dans celle des enfants (%É=17,6). Les réseaux francophones en sont les principaux diffuseurs avec 59 % de l'ensemble de ces séquences.

43L'examen de la figure 12 permet de constater un phénomène étonnant : alors que les réseaux éducatifs s'étaient jusqu'ici avérés nettement moins "violents", ils devancent les réseaux publics et privés (V/H=2,27). Ils ne contribuent toutefois que pour 15,8 % de l'ensemble total des séquences de violence non-physique (66,2 % pour les réseaux privés). La figure 13 montre que chacun des réseaux éducatifs francophone et anglophone se caractérise par une prédominance de la violence non-physique.

44L'analyse de la proportion des types de violence en fonction du format des émissions (cf. figure 14) démontre qu'elle se répartit de façon inégale : 11,1 % de l'ensemble de la violence contenue dans les dessins animés est constitué de violence non-physique, alors que ce rapport est de 50 % pour les téléromans. On dénombre également plus de séquences de violence non-physique dans les émissions pour enfants.

45La répartition de l'ensemble des séquences de violence montre que les téléséries devancent (39,7 % du total) les films (34,6 %) et les dessins animés (16,2 %) alors que pour la violence physique, les dessins animés arrivaient en tête (39,1 %), suivis des films (35,5 %), puis des téléséries (23,3 %).

46Finalement, l'origine des émissions (cf. figure 15) permet de constater que le Québec devance largement les autres lieux de production alors qu'il se classait au dernier rang au chapitre des séquences de violence physique. Il ne contribue toutefois que pour 17,5 % de l'ensemble des séquences de ce type diffusées sur les réseaux canadiens, les États-Unis en produisant 63,7 %.

Discussion

  • 8 Les références à ces études figurent dans la bibliographie.

47L'ensemble des données présentées accrédite la thèse d'une télévision canadienne moins violente que sa voisine américaine. L'index de violence de la télévision canadienne est en effet 23,4 % moins élevé que l'index de la télévision américaine. D'autres comparaisons sont, à cet égard, révélatrices8 puisque nos données confirment la moindre violence diffusée sur les réseaux canadiens.

48Tout comme aux États-Unis cependant, les émissions pour enfants sont plus violentes que les émissions destinées aux adultes. On ne devrait toutefois en tirer des conclusions alarmistes puisque cette violence provient essentiellement des dessins animés. Les émissions pour enfants ne présentent aucune violence lorsqu'on en extrait les dessins animés. Les réseaux privés canadiens présentent un index de violence 30,3 % plus élevé que celui des réseaux publics canadiens. Les réseaux éducatifs ne contiennent que peu de violence.

49Il y a plus d'émissions violentes de langue anglaise que de langue française mais les émissions violentes de langue anglaise contiennent moins de séquences violentes que les émissions diffusées sur les réseaux francophones. Si l'on exclut les réseaux éducatifs, les réseaux en langue française présentent un index de violence 15,0 % plus élevé que celui des réseaux anglophones. Il apparait que cette situation est attribuable au choix et au plus grand nombre de films qu'ils diffusent.

50Si l'on considère l'origine des émissions, on observe que les émissions qui proviennent des États-Unis présentent l'index le plus élevé. Les émissions d'origine américaine sont 48,5 % plus violentes que les émissions d'origine canadienne anglaise et 393,2 % plus violentes que les émissions d'origine canadienne française. Signalons que la répartition des séquences de violence dans la grille horaire régulière (18:00 à 23:00h) montre que 71,5 des faits répertoriés ont été diffusés entre 18:00 et 21:00 heures.

  • 9 Mentionnons, à titre d'exemple, la préoccupation des Canadiens pour un contrôle plus strict des ar (...)

51Par ailleurs, l'analyse exploratoire des autres formes de violence permet d'avancer que la violence non-pysique constitue une alternative que privilégie le Québec dans sa production propre, mais aussi les deux réseaux éducatifs (RQ & TVO). S'il est vraisemblable que le seuil de tolérance à l'égard de la violence soit sensiblement plus faible au Canada qu'aux États-Unis9, il ne faut pas oublier que la réalisation de scènes de violence suppose des moyens de réalisation dont ne disposent généralement pas les producteurs canadiens. Quoique les réseaux éducatifs soient dans le même cas, on peut supposer que leur mandat les y confirme assurément.

CONCLUSION

52La mesure de la violence à la télévision est un travail difficile. Cette difficulté vient d'abord de la tâche de définir la violence et ensuite d'opérationaliser cette définition. Nous avons opté pour l'école de Gerbner parce que c'est la définition qui nous a paru avoir subi l'épreuve du temps et qui nous permet d'avoir un point de comparaison solide avec les grands réseaux américains. C'est également une définition rigoureuse, qui laisse peu de place au jugement subjectif des codeurs et qui paraît donc, de ce point de vue, plus fiable.

53L'approche de Gerbner n'est pas pour autant exempte de critiques, du fait précisément qu'elle ne tient pas compte des circonstances dans lesquelles est commise la violence. Aux yeux de plusieurs, ne pas tenir compte de ces conditions fausse l'image de la violence télévisée. L'exemple qui vient spontanément à l'esprit est celui de la violence des dessins animés, souvent présentée sur un ton comique, ce qui peut atténuer (sinon faire disparaître) l'anxiété qu'elle peut générer et peut-être ainsi, les effets nocifs que l'on peut craindre. Il est vrai par ailleurs que cette violence donnée en spectacle divertissant peut paraître approuvée par la société et que les enfants qui en sont témoins ne sont pas forcément aptes à porter sur elle un jugement adéquat. Quoi qu'il en soit, cette définition de la violence nous conduit à voir un grand nombre d'émissions pour enfants comme violentes ce avec quoi, nous en convenons, plusieurs peuvent être en désaccord.

54L'index de Gerbner est également un construit théorique qui peut paraître arbitraire. On aurait pu introduire plus ou moins d'éléments ou leur donner une pondération différente. L'indice n'est toutefois pas plus arbitraire que les autres unités de mesure. On peut en privilégier certains éléments, comme nous l'avons fait en considérant avec plus d'attention le nombre de séquences violentes par heure et, parallèlement, enrichir notre compréhension par la prise en compte des autres formes de violence. La violence verbale et la violence psychologique devraient être examinées avec autant d'intérêt que la représentation de la violence physique et ce, malgré les difficultés méthodologiques posées à l'analyste. Les risques que comporte la substitution pure et simple d'une forme de violence pour une autre, qui nous apparaît plus acceptable, méritent certainement que l'on s'y intéresse.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Blank D.M., 1977, "The Gerbner Violence Profile", Journal of Broadcasting, 21, 3, 273-279.

Bouwman H. et Stappers J., 1984, "The Dutch Violence Profile: A Replication of Gerbner's Message System Analysis", In: G. Melischek, K.E. Rosengren et J. Stappers, Cultural Indicators: An International Symposium. Wein, Austria, Verlag des Osterreichischen Akademie der Wissenchafter, 113-128.

Cumberbacii G., Lee M., Hardy G. et Jones I., 1987, The Portrayal of Violence on British Television. BBC.

Cumberbach G., Jones I., et Lee. M., 1988, "Measuring Violence on Television", Current Psychology Research and Review, 7, 1, 10-25.

Gerbner G., 1993, "Violence in Cable-Originated Television Program, A Report to the National Cable Television Association", Texte inédit, The Annenberg School for Communication, University of Pennsylvania.

Gerbner G. et Gross L., 1976, "Living With Television: The Violence Profile", Journal of Communication, 26, 2, 173-199.

Gerbner G., Gross L., Jackson-Beeck M., Jeffries-Fox S. et Signorielli N., 1977, "One More Time: An Analysis of the CBS "Final Comments on the Violence Profile"", Journal of Broadcasting, 21, 3, 297-303.

Gerbner G., Gross L., Jackson-Beeck M., Jeffries-Fox S. et Signorielli N., 1978, "Cultural Indicators: Violence Profile no. 9", Journal of Communication, 28, 3, 176-207.

Gerbner G., Gross L., Morgan M. et Signorielli N., 1980, "The “Mainstreaming” of America: Violence Profile no. 11", Journal of Communication, 30, 10-29.

Gerbner G. et Signorielli N., 1990, "Violence Profile 1967 through 1988-89: Enduring Patterns", Texte inédit.

Iwao S., de Sola Pool I. et Hagiwora, 1981, "Japanese and U.S. Media: Some Cross-cultural Insights into Television Violence". Journal of Communication, 31, 2, 28-36.

McCann T.E. et Sheehan, 1985, "Violent Content in Australian Television". Australian Psychologist, 20, 1, 33-42.

Signorielli N., 1984, "The Measurement of Violence in Television Programming: Violence Indices", in J.R. Dominick et J.E. Fletcher, Broadcasting Research Methods, Boston, Allyn and Bacon.

Annexes

figure 1 : Index de violence pour les différents réseaux en incluant et en excluant les dessins animés

figure 1 : Index de violence pour les différents réseaux en incluant et en excluant les dessins animés

figure 2 : Nombre de séquences violentes par heure pour les différents réseaux de télévision en incluant et en excluant les dessins animés

figure 2 : Nombre de séquences violentes par heure pour les différents réseaux de télévision en incluant et en excluant les dessins animés

figure 3 : Pourcentage d'émissions violentes et nombre de séquences violentes par heure pour les différents réseaux de télévision

figure 3 : Pourcentage d'émissions violentes et nombre de séquences violentes par heure pour les différents réseaux de télévision

figure 4 : Pourcentage d'émissions violentes et nombre de séquences par heure pour les différents réseaux de télévision en excluant les dessins animés

figure 4 : Pourcentage d'émissions violentes et nombre de séquences par heure pour les différents réseaux de télévision en excluant les dessins animés

FIGURE 5 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différents réseaux de télévision entre 18h00 et 21h00 (dessins animés exclus)

FIGURE 5 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différents réseaux de télévision entre 18h00 et 21h00 (dessins animés exclus)

figure 6 : Répartition globale des séquences de violence pour l'ensemble des réseaux canadiens en ordre décroissant

figure 6 : Répartition globale des séquences de violence pour l'ensemble des réseaux canadiens en ordre décroissant

figure 7 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les émissions de langue française et anglaise en incluant et en excluant les réseaux éducatifs

figure 7 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les émissions de langue française et anglaise en incluant et en excluant les réseaux éducatifs

figure 8 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les lieux de production en incluant et en excluant les réseaux éducatifs

figure 8 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les lieux de production en incluant et en excluant les réseaux éducatifs

figure 9 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différents types de réseaux

figure 9 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différents types de réseaux

figure 10 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différentes heures de diffusion en excluant les réseaux éducatifs10

figure 10 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différentes heures de diffusion en excluant les réseaux éducatifs10

figure 11 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différents formats d'émission

figure 11 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différents formats d'émission

figure 12 : Nombre de séquences violentes (physiques & non-physique) par heure en fonction du type de réseau

figure 12 : Nombre de séquences violentes (physiques & non-physique) par heure en fonction du type de réseau

figure 13 : Nombre de séquences violentes (physique & non-physique) par heure pour les différents réseaux

figure 13 : Nombre de séquences violentes (physique & non-physique) par heure pour les différents réseaux

figure 14 : Nombre de séquences violentes (physique & non-physique) par heure pour les différents formats d'émission

figure 14 : Nombre de séquences violentes (physique & non-physique) par heure pour les différents formats d'émission

figure 15 : Nombre de séquences violentes (physique & non-physique) par heure en fonction de l'origine de la production

figure 15 : Nombre de séquences violentes (physique & non-physique) par heure en fonction de l'origine de la production

Notes

1 Violence verbale (ex : dispute ou menace telle "Je vais te tuer") ; violence psychologique (ex : dévalorisation, menace du retrait de l'amour, culpabilité, humiliation) ; violence symbolique (ex : rose noire, envoi d'un poisson mort par la poste, poupée fétiche).

2 Le codage n'a pas été sans présenter certaines difficultés. Celles-ci ont été soumises aux collaborateurs de M. Gerbner qui ont accepté avec générosité d'en discuter avec nous.

3 Privé, public et éducatif.

4 Genre (comédie, drame, western, etc.) ; format (dessin animé, film, télésérie, etc.).

5 Incluant les réseaux éducatifs.

6 La Société Radio-Canada présente, sur les 21 émissions de fiction analysées pour ce réseau, 11 émissions de dessins animés.

7 En excluant les dessins animés, la période de 18h00 à 19h00 présente 8,6 séquences violentes à l'heure, soit le nombre le plus élevé. Cette période horaire ne comporte cependant que très peu d'émissions de fiction.

8 Les références à ces études figurent dans la bibliographie.

9 Mentionnons, à titre d'exemple, la préoccupation des Canadiens pour un contrôle plus strict des armes à feu.

10 Les réseaux éducatifs sont exclus puisque, avant 18h00, ils diffusent très peu d'émissions de fiction.

Notes de fin

* Cette étude a été financée conjointement par l'Institut Québécois de Recherche sur la Culture (IQRC) et le ministère du Patrimoine canadien. Nous tenons à remercier la maison Caisse Chartier qui a fourni le corpus d'analyse, Monsieur George Gerbner, Madame Cynthia Kandra et Soeur Elvira Arsenas de l'Annenberg School for Communication de Philadelphie pour leur précieuse collaboration.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1 : Réseaux canadiens et américains (réseaux éducatifs exclus)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-1.jpg
Fichier image/, 54k
Titre TABLEAU 2 : Émissions destinées aux enfants et aux adultes sur les réseaux canadiens et américains (réseaux éducatifs exclus)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-2.jpg
Fichier image/, 19k
Titre TABLEAU 3 : Réseaux privé et public canadiens comparés aux réseaux américains
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-3.jpg
Fichier image/, 63k
Titre TABLEAU 4 : Réseaux anglophones et francophones en incluant et en excluant les réseaux éducatifs
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-4.jpg
Fichier image/, 94k
Titre TABLEAU 5 : Niveau de violence en fonction de l'origine de la production
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-5.jpg
Fichier image/, 74k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-6.jpg
Fichier image/, 93k
Titre figure 1 : Index de violence pour les différents réseaux en incluant et en excluant les dessins animés
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-7.jpg
Fichier image/, 270k
Titre figure 2 : Nombre de séquences violentes par heure pour les différents réseaux de télévision en incluant et en excluant les dessins animés
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-8.jpg
Fichier image/, 235k
Titre figure 3 : Pourcentage d'émissions violentes et nombre de séquences violentes par heure pour les différents réseaux de télévision
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-9.jpg
Fichier image/, 210k
Titre figure 4 : Pourcentage d'émissions violentes et nombre de séquences par heure pour les différents réseaux de télévision en excluant les dessins animés
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-10.jpg
Fichier image/, 98k
Titre FIGURE 5 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différents réseaux de télévision entre 18h00 et 21h00 (dessins animés exclus)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-11.jpg
Fichier image/, 189k
Titre figure 6 : Répartition globale des séquences de violence pour l'ensemble des réseaux canadiens en ordre décroissant
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-12.jpg
Fichier image/, 225k
Titre figure 7 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les émissions de langue française et anglaise en incluant et en excluant les réseaux éducatifs
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-13.jpg
Fichier image/, 258k
Titre figure 8 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les lieux de production en incluant et en excluant les réseaux éducatifs
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-14.jpg
Fichier image/, 255k
Titre figure 9 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différents types de réseaux
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-15.jpg
Fichier image/, 168k
Titre figure 10 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différentes heures de diffusion en excluant les réseaux éducatifs10
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-16.jpg
Fichier image/, 174k
Titre figure 11 : Index et nombre de séquences violentes par heure pour les différents formats d'émission
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-17.jpg
Fichier image/, 176k
Titre figure 12 : Nombre de séquences violentes (physiques & non-physique) par heure en fonction du type de réseau
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-18.jpg
Fichier image/, 233k
Titre figure 13 : Nombre de séquences violentes (physique & non-physique) par heure pour les différents réseaux
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-19.jpg
Fichier image/, 211k
Titre figure 14 : Nombre de séquences violentes (physique & non-physique) par heure pour les différents formats d'émission
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-20.jpg
Fichier image/, 91k
Titre figure 15 : Nombre de séquences violentes (physique & non-physique) par heure en fonction de l'origine de la production
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4856/img-21.jpg
Fichier image/, 225k

Auteur

Département d'information et de communication à l'Université Laval (Québec).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540