Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violence et télévision

 | 
Jean-Michel Lacroix

Introduction

Jean-Michel Lacroix

Texte intégral

1Le massacre de l'École polytechnique à Montréal en 1989 ou bien encore le meurtre de la jeune Marie-Eve Larivière en 1992 ont fait rebondir le débat sur la violence à la télévision au Canada. Plus d'un million de personnes ont signé, à la suite de ce dernier drame, une pétition réclamant un renforcement du contrôle du contenu des programmes. Quelques faits sordides et sanglants ont eu le même impact sur une société américaine déjà ébranlée par les émeutes de Los Angeles et le revisionnement incessant de lynchages en direct, qu'il s'agisse de l'assassinat de touristes européens en Floride ou du meurtre gratuit du père de Michael Jordan par deux adolescents en Géorgie. Un débat identique se déroule alors aux États-Unis où, au début du mois d'août 1993, producteurs et directeurs de chaînes réunis à Los Angeles tentent d'élaborer un code de bonne conduite visant à réduire l'omniprésence de la violence sur les écrans de télévision américains. En France, le CSA adresse régulièrement des mises en garde aux chaînes, y compris publiques, contre les dérives de la programmation en ce qui concerne la violence et la sexualité. En Grande-Bretagne, les rapports annuels du Broadcasting Standard Council confirment que, là aussi, la vigilance est constante dans ce domaine. Le débat concerne, en définitive, l'image que nos sociétés se donnent d'elles-mêmes et le rôle que la télévision est appelée à jouer dans ce processus.

2Il nous a semblé que la confrontation des points de vue et des expériences permettrait d'enrichir la réflexion et, idéalement, de dégager des pistes d'action. Organisé les 17 et 18 juin 1994 au Sénat à Paris par le Centre d'Études Canadiennes de l'Université de Paris III avec l'aide du centre de recherches sur les médias (directeur : Jean-Claude Sergeant), le colloque international "Violence et Télévision" a voulu privilégier l'exemple canadien.

3Après avoir tenté de dégager les données incontestables qui fondent le débat sur la violence et la télévision et proposé des méthodes pour mesurer la violence à la télévision ou indexer les différentes formes de violence (notamment Gerbner et Paquette), les participants se sont accordés à rappeler l'importance de la télévision devenue, avant même la famille et l'école, la première source d'apprentissage des enfants. Dans la plupart des pays industrialisés l'enfant passe en effet plus de temps devant son téléviseur que sur sa chaise d'écolier.

4Mais, très vite, le débat polémique peut opposer les résultats d'enquêtes contradictoires. Le débat n'a pas manqué de faire rage surtout dans les années 1980. Quelques faits divers bien choisis et particulièrement sanglants peuvent inciter à conclure à l'évidence des conduites mimétiques induites par la télévision. A moins que l'exhibition complaisante de la violence ne finisse par conduire à sa banalisation. Comme le signale George Gerbner, l'accoutumance à la violence induit une croissance des peurs et des phobies individuelles. Elle augmente la vulnérabilité mais de manière sélective en touchant les plus faibles. On se refusera en tout cas à accréditer l'assimilation équivoque télévision/violence qui ne peut que conduire à la diabolisation du média. En réalité, on ne peut dégager de corrélation réelle entre la consommation de programmes violents et la pratique de la violence. De toute façon, l'existence d'une corrélation n'implique pas forcément un lien de causalité. La criminalité américaine n'a pas augmenté depuis dix ans même si la perception de la violence, elle, est en hausse au sein de l'opinion publique. L'exposition répétée à la violence rend le public anxieux, méfiant, exagérant les risques d'agressions dans son milieu.

5Mais le débat des années 80 est clos et on a désormais dépassé le stade de savoir s'il faut être pour ou contre la violence à la télévision. La nouveauté des années 90 est l'apparition d'une volonté politique dans un certain nombre de pays pour limiter la violence. Il importe de contrôler le processus et de développer des attitudes de vigilance. Chaque société adopte des formules particulières. La réglementation varie selon chaque pays en fonction de sa culture et de ses valeurs.

6En Grande-Bretagne, l'analyse des variations de l'écoute permet de définir la ligne de fracture (watershed hour), cette période d'écoute familiale qui se termine à des moments variables selon les jours de la semaine. En France, l'instance de régulation que constitue le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) visionne systématiquement les émissions diffusées à la télévision et prononce des avertissements mais le Canada est allé plus loin dans la réflexion en adoptant un code de déontologie volontaire, en vigueur depuis le 1er janvier 1994. Le CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes) s'est attaqué à ce que Keith Spicer appelle la violence gratuite et idéalisée, en particulier dans les jeux vidéo. Le CRTC a établi un véritable consensus en multipliant les consultations auprès des professionnels, en incitant les parents à se regrouper et en n'hésitant pas à impliquer les industriels eux-mêmes. La réflexion va même plus loin avec l'invention de procédés techniques tels que la puce anti-violence, le Vyou control. Cet appareil encore expérimental mais bientôt opérationnel, est mis au point par des chercheurs de l'École des sciences de l'ingénieur de l'Université Simon Fraser à Vancouver. Intégrée à un téléviseur ou à un décodeur, cette puce V permet de pré-sélectionner le degré de violence et de déchiffrer un code de classification affecté à chaque émission. Il est alors possible pour chaque téléspectateur qui le souhaite de bloquer l'affichage à l'écran d'une émission dont le contenu de violence dépasse celui qu'il considère comme acceptable. Cette solution est séduisante car elle évite de légiférer et respecte la liberté de chacun.

7En effet, le désir de contrôler la violence à la télévision peut inciter les libéraux à crier à la censure et à dénoncer le retour à l'ordre moral. Le vrai débat réside dans cet équilibre subtil à trouver entre la liberté d'expression et la nécessaire protection des enfants. Plus qu'une loi, ce qui est le plus important est l'information du public, l'éducation des enfants, l'intervention des parents, l'auto-réglementation des médias. Même si les organisateurs du colloque ont centré la réflexion autour de l'exemple canadien, il est certain qu'il n'y a pas véritablement de modèle mais au moins une expérience intéressante.

Auteur

Directeur du CEC

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540