Version classiqueVersion mobile

Villes et politiques urbaines au Canada et aux États-Unis

 | 
Jean-Michel Lacroix

Mondialisation et cosmopolitisme à Montréal1

Daniel Latouche

Résumé

Toutes les grandes villes prétendent aujourd’hui au statut de cités cosmopolites. Il s’agit dans la plupart des cas de se positionner favorablement dans une hiérarchie urbaine internationale qui exige du « local » qu’il soit aussi « global ». Cet article examine les prétentions de Montréal au statut de ville cosmopolite. Certes au chapitre de l’immigration et de la dualité linguistique, Montréal peut se vanter d’un cosmopolitisme que bien d’autres villes pourraient lui envier, mais il s’agit d’un cosmopolitisme par défaut qui ne s’articule autour d’aucun projet urbain. Peut-être ce cosmopolitisme mou, où l’indifférence remplace l’émerveillement, est-il la voie de l’avenir puisqu’il permet à chacun de construire sa ville cosmopolite dans un jeu poli de distance et de rapprochement.

Texte intégral

  • 1 Cette communication se fonde sur des recherches réalisées dans le cadre du groupe Culture et Ville(...)
  • 2 Il n’est pas sans intérêt de revenir à l’ordre du jour proposé à l’époque par ces chercheurs : J. (...)

1Au début des années 1980, des chercheurs avancèrent l’hypothèse d’un lien étroit entre les changements survenus dans l’économie mondiale et les transformations en cours dans les métropoles du monde occidental. J. Friedmann et G. Wolff allèrent même jusqu’à suggérer que la perspective qui jusqu’alors avait dominé l’étude des « questions urbaines » soit renversée et que l’on passe du petit au grand bout de la lorgnette pour mieux comprendre des phénomènes aussi locaux que la distribution des services municipaux, l’accès au logement, la qualité de vie, la criminalité ou même le transport en commun2.

2À l’origine de ce nouveau paradigme, on trouve l’hypothèse que la restructuration des diverses économies nationales, suite aux effets conjugués des innovations technologiques et des changements survenus dans l’organisation des facteurs de production, a donné lieu à des transformations importantes dans la forme, la structure et le dynamisme ainsi que dans la hiérarchie du système urbain planétaire. On aura reconnu derrière cette hypothèse, la proposition, maintes fois répétée, à l’effet que les villes vont bientôt remplacer les États-nations, si ce n’est déjà fait, sur le terrain de la globalisation. Comme on peut s’en douter, les maires des grandes agglomérations sont parmi les supporters enthousiastes de cette nouvelle géographie économique et politique. Chacun a son idée sur le caractère international de « sa » ville et on ne compte plus les articles sur le caractère global, mondial ou international de telle ou telle ville ou encore sur l’organisation hiérarchique du réseau urbain planétaire. Les villes sont devenues des acteurs importants, le plus souvent par défaut. En effet, c’est dans les villes que la mondialisation laisse ses traces les plus visibles.

LES VILLES À L’HEURE GLOBALE

  • 3 Voir à ce sujet J. Estébanez, M. Molina et A. Rodriguez-Pose, « Madrid, a Global City ? », dans Ch (...)
  • 4 Dans son livre-mère sur les villes globales (The Global City : New York, London, Tokyo, Princeton,(...)

3À une époque où les entreprises ont tendance — du moins le disent-elles — à pouvoir s’installer un peu partout dans le monde, les villes sont de plus en plus amenées à compétitionner entre elles pour attirer ou conserver sur leur territoire les installations et surtout les fonctions de direction de ces entreprises « apatrides ». C’est ainsi qu’on comprend alors que le statut et surtout l’image de Madrid comme « ville internationale » ou plus prosaïquement comme simple capitale de l’Espagne peut faire toute la différence3. De la même façon, le fait que Paris ne soit pas habituellement considérée comme membre à part entière du triumvirat des villes dites « globales » a réveillé des susceptibilités nationales dont on nous dit pourtant qu’elles sont éteintes4.

  • 5 Voir à ce sujet les travaux publiés dans le cadre du séminaire New-York-Londres. S. S. Fainstein, (...)
  • 6 Même si certains de ces travaux sont d’une haute facture méthodologique. Voir par exemple W. F. Le (...)
  • 7 Voir A. Markusen, U. Gwiasda, « Multipolarity and the Layering of Functions in World Cities : New (...)

4Ces études et les controverses qu’elles suscitent ne sont pas sans intérêt. En plus de contribuer à ancrer dans une réalité spatiale bien concrète un discours sur la globalisation qui a tendance à se contenter de généralisations éthérées, ces travaux ont aussi l’avantage de renouveler une approche comparative en perte de vitesse. En effet, dans la mesure où l’on convient de l’existence d’un système et d’une hiérarchie urbaine planétaire, l’analyse comparative devient à la fois une nécessité et une possibilité. Après tout on devrait pouvoir parler de façon cohérente et enrichissante d’entités qui font soi-disant partie d’un même système. Paradoxalement ces recherches de nature plus comparative ont davantage permis d’établir les différences que les similitudes existant entre les villes, même entre celles d’un niveau hiérarchique similaire. New York et Londres, par exemple, sont non seulement deux villes globales, mais cette globalité se traduit par des divisions et des tensions à ce point divergentes qu’on se demande si la dynamique interne de ces deux villes globales ne constitue pas un facteur explicatif plus important5. Le plus souvent on se contente d’affirmer qu’un système et qu’une hiérarchie urbaine planétaire existent puisqu’on dispose d’instruments permettant d’en tracer le portrait6. Sans remettre en question le concept même de « Villes globales » ou de « Villes mondiales » A. Markusen et U. Gwiasda ont récemment suggéré que la place occupée par une ville comme New York, sa vitalité, son dynamisme dépendaient probablement davantage de l’évolution de l’économie nationale et de ses liens avec sa région immédiate qu’avec ses « transactions » internationales7. Ainsi les difficultés de New York à se maintenir en tête du peloton de la globalité urbaine ne seraient pas dues à des carences au chapitre des infrastructures de télécommunications ou à un quelconque manque de rayonnement de son industrie bancaire, mais plutôt à sa place déclinante au sein de l’économie nationale et régionale, sans parler de la perte de vitesse et des difficultés économiques de l’économie américaine dans son ensemble.

  • 8 Le concept de « ville intelligente » a été élaboré dans R. U. Knight, « Knowledge-based Developmen (...)

5L’heure n’est pas encore à une évaluation critique — et comparative — des choix stratégiques et des politiques mis en place par certains gouvernements locaux afin d’améliorer ou tout au moins de tirer parti de la place de leurs agglomérations dans la hiérarchie urbaine planétaire. Rares sont les agglomérations d’une certaine taille qui n’ont pas déjà proclamé leur vocation internationale, tout comme leur statut de capitale culturelle, de centre techno-scientifique et à l’avenir, de « ville intelligente » (« Smart City ») ou de « ville réseautée » (« Network City »)8. Il est probable qu’une telle évaluation mettra en évidence les limites, conceptuelles et pratiques, de ces stratégies d’internationalisation. On peut s’attendre aussi à ce que ces évaluations fassent ressortir, selon la voie tracée par A. Markusen et V. Gwiasda pour New York, l’importance de l’insertion nationale et régionale d’une agglomération lorsque vient le temps de comprendre les dynamiques de l’économie ou de la société urbaine.

  • 9 Le cas de New York a fait l’objet de nombreuses études : M. Liors, R. Waldinges, « Migrants, Minor (...)

6Moins utilisé que ceux de ville internationale ou de ville mondiale, le concept de « ville cosmopolite » jouit cependant d’une certaine notoriété. Presque par définition la ville globale (ou internationale) serait aussi une ville cosmopolite, dans la mesure où l’internationalisation de ses activités économiques a souvent été accompagnée par l’afflux important d’immigrants attirés par les nouvelles possibilités d’emploi qu’on pouvait y trouver. Pour la majorité des agglomérations à vocation internationale — Tokyo constituant l’exception par excellence— le phénomène de l’internationalisation s’est avant tout manifesté par un accroissement et une réorientation importante de sa population d’origine étrangère. La nouvelle division urbaine du travail dont on déplore de plus en plus l’impact négatif sur nos villes prend de plus en plus l’allure d’une polarisation ethnico-raciale. Même s’il s’agit d’un cas extrême, New York illustre bien la difficulté croissante des économies urbaines internationalisées à remplir leur rôle traditionnel de plate-formes d’intégration pour les nouveaux immigrants9. Le cosmopolitisme qui caractérise New York et bon nombre de métropoles d’accueil est un cosmopolitisme tronqué où la main-d’œuvre étrangère est de plus en plus confinée à des niches d’emplois peu attrayantes tout en fournissant l’indispensable « je-ne-sais-quoi » de diversité gastronomique et culturelle sans laquelle une agglomération ne peut prétendre au statut de ville cosmopolite. Ce cosmopolitisme tronqué est aussi un cosmopolitisme de façade dans la mesure où il demeure avant tout un décor où chaque groupe est appelé à occuper un espace délimité et qui dans certains cas devient une véritable prison.

  • 10 B. M. Kahn, Cosmopolitan Culture, The Gift-edged Dream of a Tolerant City, New York, Atheneum, 198 (...)

7Nous sommes loin ici de ce cosmopolitisme urbain tant vanté par B. Kahn et où la ville, non seulement accueille mais intègre dans son tissu et son dynamisme des « étrangers », qu’elle reconnaît comme tel et dont la différence vient enrichir le projet urbain et l’espace public qui s’y greffe10. Bien qu’il ne soit pas dans notre propos d’en vérifier la plausibilité, nous ferons quand même l’hypothèse que les transformations dans la structure économique des grandes agglomérations urbaines nord-américaines a profondément modifié les données de leur caractère cosmopolite.

8La suite de cet article examine de façon critique ce nouveau cosmopolitisme urbain du moins tel qu’il s’est développé dans une ville qui se plaît à se décrire comme l’une des plus cosmopolites du continent.

MONTRÉAL OU LE COSMOPOLITISME PAR DÉFAUT

  • 11 Voir Denis Vaugeois, « Le Québec, un creuset méconnu », Mémoires de la société généalogique canadi (...)

9Montréal n’est pas née « cosmopolite ». Malgré certaines prétentions à l’effet que la Nouvelle-France se serait elle aussi développée en empruntant au modèle du « melting pot » américain, il semble plutôt que ce qui distingue les deux siècles du régime français est l’unicité ethnique, religieuse, raciale et linguistique de sa population11. Pour pouvoir immigrer en Nouvelle-France, il fallait montrer patte blanche pour ce qui est de la religion, de l’origine « nationale » et des bonnes mœurs. Seule la couleur de la peau n’était pas un obstacle infranchissable, du moins pas en ce qui concerne les esclaves. Ce qui ne veut pas dire que l’unicité a été totale. Ainsi pour l’ensemble des mariés de la période 1608-1765, le groupe ethnique français compte pour 97,1 % de l’ascendance des mariés, le reste se répartissant entre Acadiens, Amérindiens et Noirs, Anglais et autres Européens. C’est peu, c’est même très peu, mais c’est déjà quelque chose.

10On peut peut-être davantage parler d’un « melting pot », si on considère l’origine régionale des immigrants. Ils viennent de toutes les régions françaises, mais avec un penchant particulier pour la Normandie (23,1 %), l’Ouest (27,9 %) et Paris (17,9 %). Bien que la diversité régionale se soit accrue au XVIIIe siècle, l’avance prise par les Normands, et dans une moindre mesure celle des gens de l’Ouest et des Parisiens, est telle qu’ils continueront de représenter plus de 60 % des origines des nouveaux mariés même à la fin du Régime français.

11L’unicité linguistique, elle aussi, ne semble faire aucun doute. Malgré le fait que les dialectes et patois occupent encore au XVIIe siècle une place importante en France, les nouveaux arrivants viennent le plus souvent de régions et, à l’intérieur de celles-ci, de localités où la francisation est déjà importante. Dans le cas des fondateurs arrivés dans le premier demi-siècle de colonisation, le degré de francisation atteindrait ainsi 70 % et même 80 % pour ce qui est de l’émigration féminine.

12Bref, on peut difficilement imaginer une population moins diversifiée par ses origines que celle qui constitue le rameau initial de la population française de Québec et de Montréal.

  • 12 Certes, il ne faut pas exagérer le caractère pluraliste de la population américaine de la période (...)

13Le contraste avec les États-Unis est ici étonnant12. Parmi ces différences, notons les traits suivants :

  1. Que ce soit en nombre absolu ou relatif, la population américaine coloniale fut plus diversifiée quant à ses origines ethniques que celle du Québec. Même son unité religieuse et britannique ne ressemblait en rien à celle existant à la même époque au Québec.
  2. La diversité linguistique américaine a été dès le départ plus grande et ce même si l’anglais s’est rapidement établi comme la lingua franca et un outil d’assimilation par excellence.
  3. La population amérindienne a été un facteur plus important dans l’installation de la nouvelle population américaine qu’elle ne le fut au Québec.
  4. La traite des esclaves a eu dès le départ une importance considérable dans la composition démographique de la population américaine. Par rapport aux quelque 400 000 esclaves transportés aux États-Unis entre 1619 et 1808, les quelques dizaines qui aboutirent au Québec constituent un nombre bien dérisoire.
  5. Dès le début, les villes et les États américains se différencièrent quant à la distribution ethnique, raciale ou religieuse de leurs populations. New York et Philadelphie, par exemple, se sont rapidement distinguées par la présence de nombreux immigrants non britanniques.
  6. Plusieurs groupes nationaux ont joué un rôle sinon important, du moins hautement visible lors de la Révolution américaine. L’ethnicité et la diversité qu’ils véhiculent se retrouvent donc présentes aux origines mêmes des mythes fondateurs de la nation américaine.
  7. Dès la période coloniale, la diversité ethnique et raciale américaine n’est pas au dessus de tout soupçon. Elle accompagne un système organisé de main-d’œuvre et de hiérarchie de travail.

14Compte tenu du fait que la très grande majorité des Québécois de langue française sont les descendants d’un nombre relativement restreint de familles pionnières (environ 3 500), on peut conclure sans risque, que tous ces Québécois de souche possèdent ou possèderont bientôt un ancêtre commun. C’est une simple question de patience générationnelle où il suffit de laisser le temps démographique faire son travail. En conséquence, on peut conclure que même si au départ leur présence numérique a été très faible, on retrouve probablement des Amérindiens, des Anglais et des Noirs dans l’ascendance d’à peu près tous les Québécois francophones d’aujourd’hui. Doit-on pour autant parler d’un métissage culturel ou racial, ou plus simplement d’un cheminement démographique de longue durée ?

15En 1871, il n’y a encore dans tout le Québec que 18 658 personnes d’origine ethnique autre que britannique, dont 6 988 Amérindiens. Les Allemands avec des effectifs de 7 963 personnes forment 75 % des quelque dix mille résidents n’appartenant pas aux deux groupes majoritaires. À eux s’ajoutent 74 Juifs, 539 Italiens et 3 094 d’autres origines. Avec moins de un pour cent (0,9 %) de l’ensemble de la population d’origine autre que britannique et française, on ne peut guère parler après un siècle d’administration anglaise d’une société cosmopolite. Dans le cas de l’île de Montréal où résident environ 40 % de ces immigrants, on ne peut guère non plus parler de cosmopolitisme, puisque avec des effectifs probables de 5 000 personnes, ils n’y constituent qu’environ 3 % d’une population totale de 144 000 personnes.

  • 13 Mais non pour l’ensemble de l’île de Montréal.

16Évidemment, si on inclut dans la catégorie des « étrangers » les Montréalais d’origine britannique (ce qui à l’époque « comprend » les Irlandais), c’est un tout autre portrait qui se dégage. Dès 1830, les Britanniques constituent environ 25 % de l’ensemble de la population de la colonie. Vu leur concentration à Montréal, il n’est pas surprenant, si pendant une courte période, soit de 1831 à environ 1866, les personnes d’origine britannique ont été majoritaires dans la ville de Montréal13. Le départ de plusieurs descendants d’immigrants vers les États-Unis, la baisse de l’accroissement naturel de l’ensemble du groupe britannique et la diminution considérable, surtout après 1860, de l’immigration en provenance d’Europe, tous ces facteurs ont permis aux Canadiens français de renverser relativement facilement la vapeur démographique, tant à la grandeur du Québec où dès la fin du siècle ils représentent 80 % de la population, qu’à celui de Montréal où au même moment ils atteignent 61 % et 64 % des effectifs de la Ville et de l’île. Notons aussi que la rapidité de la reconquête démolinguistique de Montréal a surtout été le fait d’une migration rurale canadienne-française vers la métropole et non d’une quelconque volonté politique.

  • 14 Pour la vision « dominante » du cosmopolitisme montréalais, voir P. A. Linteau, « La montée du cos (...)
  • 15 C. Veltman, M. Polèse et M. Leblanc, « Évolution de la ségrégation résidentielle des principaux gr (...)

17Ce rappel historique, dont les grands traits sont largement connus, n’a d’autre objectif que de rappeler les origines fragiles et fort différentes du cosmopolitisme montréalais14. Ses débuts se font à l’ombre d’une dualité nationale et linguistique qui structure pour l’essentiel l’espace géographique, économique et politique de la métropole québécoise. À la fin du XIXe siècle, Montréal peut même être considérée comme le prototype de la ville non-cosmopolite. Le modèle de la ville « coloniale » serait sans doute plus approprié. Tout comme à Dehli, Calcutta, Cape-Town, Djakarta et Dakar, il n’est pas difficile de « lire » l’espace montréalais de la fin du siècle. Certes, les fortes divisions à l’intérieur du bloc linguistique « anglophone » ont favorisé la multiplication des cloisonnements institutionnels entre les composantes irlandaises, écossaises et anglaises de ce bloc, mais le principal clivage demeure celui entre les deux groupes linguistiques. L’espace de communication intensif qu’est la ville favorise d’ailleurs la prépondérance accrue du clivage linguistique. Lorsque débute une nouvelle phase d’immigration à la fin du siècle, les dés sont déjà jetés pour la mise en place d’un cosmopolitisme de plus en plus dualiste et qui marquera pendant tout le siècle suivant le développement de Montréal. Au gré de l’arrivée de nouveaux groupes, les quartiers ethniques se multiplient et, chose surprenante, se maintiennent. Examinant la localisation résidentielle des principaux groupes ethniques en 1971 et 1981, C. Veltman, M. Polèse et M. Leblanc concluent que c’est la variable linguistique qui détient la clé de la localisation des uns et des autres dans l’espace montréalais15.

18Avec le XXe siècle les choses se compliquent. En effet, il y a plusieurs façons de lire le visage cosmopolite de Montréal au XXe siècle et il ne fait aucun doute que les luttes politiques et linguistiques actuelles colorent la vision que l’on aura de la portée réelle du cosmopolitisme montréalais de la première moitié du siècle. Tous sont d’accord sur les principales manifestations extérieures de cette diversité ethnique montréalaise, le cloisonnement et l’isolement institutionnels, les tensions larvées, le visage anglais de Montréal, l’absence de conflits violents, la séparation géographique. Mais quel sens faut-il donner à un tel portrait ? Celui d’une ville toujours au bord de l’explosion ? Probablement pas. Celui d’une ville où se multiplient les échanges entre les divers groupes ? Non plus. De fait, on reste surpris devant la capacité des deux grands blocs linguistiques et des multiples groupes ethniques à organiser de façon aussi segmentée leur vie commune et ce, dans l’espace restreint d’une ville. Le plus étonnant, c’est que chaque manifestation de la nouvelle sociabilité urbaine est incorporée dans une structure dualiste. Ainsi, les nouveaux espaces publics, le sport, le cinéma et le vaudeville qui auraient pu devenir autant de prétextes permettant aux différents groupes de se rencontrer deviennent au contraire les fondations de nouveaux isolements. À chacun sa vie culturelle, artistique et sportive. À chacun sa modernité.

19En devenant une métropole moderne, Montréal a permis aux communautés linguistiques et ethniques qui la composent, d’ancrer encore plus solidement leur isolement réciproque. Anglophones et Francophones, Britanniques et Français ont donc pu avoir accès à des sources différentes de la modernité et d’en développer chacun leurs propres manifestations. Ainsi donc à l’aube du XXe siècle, l’ouverture à l’universel et à la modernité passait par New York et Paris pour les Canadiens français qui auraient trouvé ridicule l’idée d’utiliser les Anglophones des quartiers de l’Ouest de Montréal comme des intermédiaires. Certes, pendant toutes ces années, 1860-1940, les élites culturelles et économiques francophones adoptent consciencieusement une stratégie d’imitation et de dédoublement des institutions anglophones, mais cette volonté d’imitation demeure instrumentale, c’est-à-dire qu’on imite pour avoir ses propres sources d’enrichissement et non pour accéder aux sources de l'autre. À chacun ses musées, ses universités et ses associations commerciales. On est loin d’une société véritablement cosmopolite.

MONTRÉAL EST-ELLE UNE VILLE D’IMMIGRANTS ?

20Si nous fixons arbitrairement à 10 % le pourcentage de citoyens nés à l’étranger qu’une ville doit posséder pour se qualifier dans le groupe des villes cosmopolites alors il ne fait aucun doute que Montréal est du groupe.

  • 16 Compte tenu de la piètre qualité des statistiques américaines en matière d’immigration, ces pource (...)

21Il ne fait aucun doute non plus que Montréal avec 22 % de sa population née à l’étranger n’appartient pas à la même catégorie que New York, San Francisco ou Miami où la proportion de résidents nés à l'étranger atteint respectivement 30 %, 29 % et 36 % (tableau 1). Le pourcentage montréalais est cependant plus élevé que pour d’autres agglomérations dont on pense, de toute évidence à tort, qu’elles sont, elles, des villes d’immigrants. Ainsi, seulement 5 % des habitants de l’agglomération de Philadelphie sont nés à l’étranger. C’est aussi le cas de 10 % des Bostonnais. La réputation de ces villes comme étant des villes dites « cosmopolites » ne tient donc pas au pourcentage très élevé d’habitants nés à l’étranger16. Dans le cas des agglomérations canadiennes, Montréal se situe loin derrière Toronto où, en 1986, 36 % de la population était née à l’étranger.

22Le fait que la population de Vancouver et de Toronto ait augmenté considérablement entre 1981 et 1987 (11 % et 12 %) alors que celle de Montréal n’a progressé que de 3 % différencie aussi Montréal des deux autres villes immigrantes canadiennes. L’immigration internationale à Montréal prend donc place sur un arrière-plan de stagnation démographique générale. Cet arrière-plan différent a sans doute des répercussions sur l’attitude des populations d’accueil à l’égard des nouveaux arrivés.

23Si on se fie aux chiffres officiels pour la période 1984 et 1986, la grande région de New York aurait accueilli annuellement quelque 126 000 immigrants « légaux », mais pour une population totale d’environ 17 millions d’habitants.

Tableau 1 : Population née à l'étranger dans quelques villes nord-américaines (en milliers)

Tableau 1 : Population née à l'étranger dans quelques villes nord-américaines (en milliers)

Sources : U.S. Bureau of the Census, 1983 (compilations personnelles) ; I. Fehérdy, Analyse comparative de grandes villes canadiennes, Montréal, Service de la planification et de la concertation, Ville de Montréal, 1992.
*Estimations

24En 1989, 300 000 immigrants auraient présumément choisi Los Angeles. Par rapport à ces chiffres la performance montréalaise est donc loin de faire le compte. Notons aussi que ce ne sont pas toutes les villes américaines qui constituent des aimants pour les immigrants. Certaines villes américaines dont la population dépasse largement celle de Montréal — par exemple Chicago avec ses 8 millions d’habitants — accueillent à peu près le même nombre d’immigrants officiels que Montréal. D’autres, comme Philadelphie et Détroit, en accueillent moins, et ce même en chiffres absolus. Dallas et Boston, deux villes dont le dynamisme économique a été largement vanté et dont la population dépasse aussi celle de Montréal, sont dans la même situation. Minneapolis, Saint Louis et Seattle dont l’importance démographique s’approche de celle de Montréal reçoivent toutes moins de 5 000 immigrants « légaux » par année. Toutes les villes américaines ne sont pas des aimants pour ceux qui débarquent aux États-Unis.

MONTRÉAL ET LA CONSTELLATION COSMOPOLITE CANADIENNE

25Les « étrangers » sont nombreux à Montréal et chaque année il en arrive environ 25 000, soit l’équivalent de 280 000 sur une période de dix ans. Mais de quels étrangers s’agit-il ? Ici aussi, les chiffres sont connus et nous incitent à regarder davantage du côté de la comparaison.

26Il n’est pas facile, on s’en doute, de comparer la population immigrante de Montréal à celle de Toronto ou de Vancouver. Parmi les quelques spécificités montréalaises dont nous pouvons être raisonnablement certain, mentionnons :

  1. le « monopole » élevé exercé par le Québec au chapitre des immigrants connaissant le français est mis en évidence par le fait que quelque 82 % des immigrants qui disent être de langue maternelle française sont établis au Québec tandis que 90 % de ceux qui utilisent cette langue à la maison demeurent au Québec. Les quelque 117 640 immigrants admis au Québec entre 1968 et 1989 et qui disaient connaître cette langue constituent probablement 90 % de l’ensemble des immigrants francophones admis au Canada pendant cette même période.
  2. par rapport à Vancouver et Toronto, Montréal se distingue par le très faible nombre d’immigrants du sous-continent indien.
  3. Montréal possède une communauté chinoise d’importance moindre que celle de Toronto et surtout Vancouver ; par contre, sa population cambodgienne et vietnamienne est aussi importante, sinon plus que dans ces deux autres villes.
  4. la population d’origine haïtienne est relativement plus importante à Montréal qu’à Toronto et à Vancouver, même si en général la population en provenance des Antilles y est moins importante.
  5. les populations immigrées de vieille date proviennent en général des mêmes pays européens pour les trois villes.
  6. le pourcentage de la population faisant partie de ce qu’il est convenu d’appeler les minorités visibles est moins important à Montréal (environ 7 % à Montréal contre 17 % à Toronto et Vancouver).

27En général, on peut dire que jusqu’aux années 1960, les trois villes avaient des populations immigrées relativement semblables pour ce qui est de leurs continents d’origine. Depuis, des différences importantes sont apparues bien que Vancouver, Montréal et Toronto semblent répondre aux mêmes tendances lourdes pour ce qui est de l’origine de la population immigrée. Des phénomènes tels les « Boat People », la montée de l’immigration en provenance de l’Amérique latine, la baisse de l’émigration européenne ont affecté à des degrés et sur des registres divers les trois villes.

  • 17 Entre 1981 et 1986, dix villes canadiennes ont reçu plus de 5000 immigrants : Calgary (23 155) ; E (...)

28En attendant les chiffres définitifs du recensement de 1991, on peut déjà conclure que l’immigration joue un rôle important dans la structure démographique des grandes villes canadiennes. Cet impact ne peut aller qu’en s’accroissant. Toutes les villes canadiennes sont affectées par l’immigration, mais certaines sont plus affectées que d’autres. Ainsi au Québec, l’immigration n’est un facteur important que dans une seule ville, Montréal, alors que dans le reste du pays, au moins dix villes canadiennes ont connu une immigration suffisamment importante pour qu’on puisse dire de celle-ci qu’elle a « marqué » la ville17. Malgré les efforts louables pour décentraliser l’immigration au Québec, celle-ci demeure essentiellement un phénomène montréalais. Par delà le débat sur les conséquences, bonnes ou mauvaises de cette concentration, il faut quand même constater qu’au Québec il n’existe qu’un seul « modèle » d’insertion des immigrants dans une société urbaine, et c’est celui de Montréal.

29L’unicité du modèle québécois d’immigration urbaine a aussi d’autres conséquences, entre autres, celle d’offrir des possibilités de mobilité relativement limitées aux immigrants à l’intérieur du réseau urbain québécois. Lorsque les immigrants quittent Montréal, c’est surtout pour se diriger vers des centres urbains situés à l’extérieur du Québec.

  • 18 F. Trovato, « The Interurban Mobility of the Foreign Born in Canada, 1976-81 », International Migr (...)
  • 19 Malheureusement, l’étude de Marc Tremblay ne tient pas compte du lieu de résidence au Québec (La m (...)

30Comparativement à d’autres villes canadiennes, les communautés immigrantes établies au Québec, à Montréal pour la plupart, n’accueillent que fort peu de nouveaux venus provenant d’autres villes canadiennes. Évidemment, c’est davantage le cas pour ces communautés où le français est largement présent et il est à noter que l’un des effets imprévus des lois linguistiques québécoises a été de réduire la mobilité des immigrants arrivés au Québec ainsi que la mobilité vers le Québec d’immigrants en transit des autres provinces. Selon F. Trovato, les comportements de mobilité des immigrants tendent à correspondre à ceux des Canadiens nés au pays, et ce encore davantage à mesure qu’ils sont établis au Canada depuis longtemps. Dans le cas de ceux qui s’établissent au Québec et qui s’intègrent linguistiquement au groupe francophone, cette similitude de comportements migratoires se traduit par une propension marquée à demeurer sur place18. Comme l’a aussi souligné M. Tremblay, la langue et le lieu de naissance se combinent parfois pour donner des résultats étonnants. Ainsi, les unilingues anglais nés au Québec sont davantage enclins à quitter le Québec vers d’autres provinces que les unilingues anglais nés ailleurs au Canada et qui ont « choisi » de résider au Québec pour ensuite en repartir. Par ailleurs, les taux de sortie des immigrants, quels que soient le groupe d’âge, le niveau de scolarité, le statut d’activité ou la profession sont inférieurs à ceux des résidents du Québec nés dans le Reste du Canada19.

31Pour l’essentiel, le paysage immigrant et ethnique de Montréal se recompose à même ses propres ressources et aux nouveaux apports venus directement de l’étranger. Il ne s’alimente que faiblement aux autres centres urbains du Canada. C’est probablement ce qui le distingue principalement de la situation de Toronto et de Vancouver.

32L’importance de l’ethnicité et de l’immigration dans l’organisation sociale et spatiale de la ville constitue l’autre différence importante entre Montréal et les villes canadiennes. Ce qui distingue Montréal, c’est l’importance qu’a pris l’ethnicité, compte tenu de la division linguistique de la ville dans la différenciation de l’espace montréalais. Certes, les facteurs traditionnels, le statut socio-économique, le cycle de vie, la structure des ménages jouent à Montréal un rôle important, mais l’ethnicité, mêlée à la langue, conditionne plus étroitement la distribution des groupes dans l’espace que dans les autres villes canadiennes. C’est qu’en général la ségrégation ethnique est plus poussée à Montréal et que, comme celle-ci s’articule étroitement à la langue, ses manifestations extérieures sont plus visibles et certainement plus significatives pour ce qui est des relations interculturelles et du décodage politique montréalais.

33Le tableau 2 présente de façon approximative le portrait de l’ascendance ethnique dans quelques villes américaines. Comme on pouvait s’y attendre, la présence d’une forte minorité noire complique encore un peu plus la comparaison avec Montréal et les autres villes canadiennes. Mais même en faisant abstraction de ce groupe, il ne fait aucun doute que les villes américaines ont une composition ethnique plus diversifiée que Montréal. Ainsi 45 % des Newyorkais sont d’origine allemande, irlandaise ou italienne, ce qui est probablement quelque peu élevé puisqu’il s’agit ici de l’ethnicité mesurée par la présence d’un « ancêtre » appartenant à ce groupe. Si on examine la colonne « anglaise » du tableau 2, celle qui correspond d’assez près à la catégorie mythique des WASP, l’équivalent américain de nos deux « peuples fondateurs », l’ethnicité américaine ne fait plus aucun doute. Il n’y a qu’à Seattle où 28 % des Américains se disent d’origine anglaise. À Chicago, ce pourcentage n’est que de 9 %.

34Avec ses 70 % d’origine ethnique unique, la région de Montréal est différente de la plupart des grandes villes nord-américaines. Si on ne considère que la seule ville de Montréal, le pourcentage tombe certes à 7 %, mais même à ce niveau, l’unicité ethnique demeure plus élevée à Montréal qu’à Minneapolis où 39 % des résidents ont déclaré avoir des ancêtres d’origine allemande.

Tableau 2 : Principales ascendances ethniques dans certaines agglomérations américaines, 1980 (les cinq groupes les plus importants en pourcentage)

Tableau 2 : Principales ascendances ethniques dans certaines agglomérations américaines, 1980 (les cinq groupes les plus importants en pourcentage)

Source : S. Lieberson, M. C. Waters, « The Location of Ethnic and Racial Groups in the United States », Sociological Forum, 2, 4, 1987, 780-810.

  • 20 Il s’agit cependant d’une illusion d’optique due au fait que seulement 59 % de la population d’Hal (...)

35Le caractère particulier de la composition ethnique montréalaise ressort aussi d’une comparaison avec les autres villes canadiennes, avec une exception cependant. Ainsi Halifax, dont la population régionale n’atteint cependant que 296 000 habitants, s’est déclarée « britannique» à 76 %20. Sauf Halifax, toutes les autres villes canadiennes n’ont pas de groupe ethnique atteignant 50 % (tableau 3).

36Le paysage ethno-culturel de Montréal est relativement diversifié (tableau 4). Six communautés rassemblent plus de 20 000 membres dans la région métropolitaine. Trois d’entre elles, Viêt-Nam, Portugal et Haïti, sont davantage concentrées sur le territoire de la Ville de Montréal. Le cosmopolitisme montréalais n’a donc rien d’un ghetto concentré au centre de la ville. Chaque communauté semble répondre à de multiples logiques pour ce qui est de son installation sur le territoire.

Tableau 3 : Population urbaine canadienne selon l’origine ethnique* (en pourcentage)

Tableau 3 : Population urbaine canadienne selon l’origine ethnique* (en pourcentage)

Source : I. Fehérty, op. cit.
* Origine ethnique unique.
** Il s’agit des régions métropolitaines de recensement.

Tableau 4 : Principales provenances de la population d’origine immigrante à Montréal

Communauté

Ville

CUM

RMR

Algérie, Maroc, Tunisie

5 560

10 140

12 400

Allemagne

2 770

7 235

10 785

Amériques centrale et du Sud

12 455

17 965

21 610

Chine, Hong Kong, Taïwan

5 360

8 955

10 430

Égypte

3 970

10 095

12 855

États-Unis

7 310

14 060

18 915

France

10 425

16 880

25 940

Grèce

14 140

19 215

25 415

Haïti

16 315

24 460

28 250

Hongrie, Roumanie, Ex-Tchécoslovaquie

8 495

15 390

18 170

Inde, Pakistan

3 225

8 020

10 010

Iran, Israël, Syrie, Turquie

6 330

10 915

13 760

Italie

40 215

73 360

81 610

Jamaïque et autres Caraïbes

8 305

14 205

17 100

Liban

3 080

6 405

7 930

Pologne

8 835

15 975

18 020

Portugal

12 475

14 635

18 330

Royaume-Uni

6 515

20 555

27 290

URSS

5 190

9 295

10 215

Viêt-Nam

11 535

14 255

16 225

Total de la population d’origine immigrante

215 675

373 810

459 490

Population totale

998 135

1 728 000

2 887 855

Poids relatif par rapport à la population totale

22 %

22 %

16 %

Source : Québec, Ministère des Communautés Culturelles et de l’Immigration, Localisation des populations immigrées et ethno-culturelles du Québec, Québec, Les publications du Québec, 1992.

LE COSMOPOLITISME MOU DE MONTRÉAL

37L’engouement récent pour le cosmopolitisme peut laisser croire qu’après des débuts difficiles, le cosmopolitisme s’est finalement implanté solidement dans la réalité montréalaise. C’est évidemment le cas de la vision officielle où le cosmopolitisme est présenté comme une succession de couleurs et d’odeurs qui viennent agrémenter une ville qui, sans l’immigrant et l’ethnique, ne serait qu’incolore, inodore et sans saveur. Cette vision du cosmopolitisme débouche nécessairement sur la ville-bazar. Elle est dans l’ensemble inoffensive et s’inscrit parfaitement dans l’air du temps post-moderne. En voici un exemple tiré d’un document officiel :

  • 21 Montréal, L'immigration et l'intégration : un enjeu québécois, une problématique montréalaise, Mon (...)

La présence de ces quelque quatre-vingts communautés qui se rassemblent dans notre ville y crée une ambiance et une animation qui ne se retrouvent nulle part ailleurs au Québec. Les commerces d’alimentation ethnique y côtoient des dépanneurs, tandis que les librairies des communautés culturelles voisinent des boutiques d’importation de vêtements ou de produits culturels de tous les horizons. Les établissements religieux de Montréal comprennent des églises, des synagogues, des mosquées et des temples. Les tables qu offrent les restaurateurs montréalais composent collectivement le plus grand atlas culinaire offert aux Québécois et l'un des meilleurs du continent. Dans la cour des écoles de nos quartiers, on peut voir des enfants de toutes les races et entendre tous les accents. Les samedis de printemps au Jardin botanique de Montréal, les séances de photographie de nouveaux mariés de toutes origines se succèdent à un rythme effréné, pendant que des familles immigrantes venues du sud en profitent pour prendre l’air après leur premier et leur plus dur—hiver québécois21.

38Le principal pré-requis, celui de la diversité démographique, à l’existence d’un cosmopolitisme urbain, ne fait pas défaut à Montréal. Si on ajoute la dualité linguistique à une mosaïque déjà impressionnante de complexités et de mémoires, alors la « cosmopolitisation » de Montréal ne fait aucun doute. Rares sont les villes occidentales où il est si facile de se proclamer étranger.

39Et cette cosmopolitisation ne pourra que s’accentuer. Au chapitre de la main-d’œuvre, Montréal n’aura guère le choix. Sa propre survie comme métropole en dépend. La cosmopolitisation des réseaux économiques et de la production littéraire est également bien engagée.

40Mais alors d’où vient cette sensation que le cosmopolitisme montréalais a un goût de souffre ? Les ficelles paraissent trop. Il manque quelque chose. Mais quoi ?

  • 22 B. M. Kahn, op. cit., 18.

41Bonnie Manes Kahn22 a bien montré qu’une ville ne devient pas cosmopolite du simple fait qu’elle rencontre le pré-requis de la diversité démographique et de l’ouverture d’esprit de ses dirigeants. Il ne suffit pas non plus d’organiser la cohabitation ethnique ou de valoriser cette dernière par des mesures symboliques ou même en l’intégrant dans la question municipale. Pour dépasser le cosmopolitisme de cohabitation, la ville, écrit Kahn, doit avoir développé une mission assise sur un ensemble de valeurs collectives auxquelles les immigrants peuvent non seulement se rallier, mais auxquelles ils peuvent participer en tant qu’« étrangers ». Ce projet, cette vocation doit être autre chose que la simple volonté de cohabiter. Le cosmopolitisme ne peut être une fin de soi. Un cosmopolitisme fermé sur son propre discours — et l’interculturalisme n’est finalement qu’un cosmopolitisme bavard — débouche nécessairement sur la simple sur-consommation des signes apparents de la cohabitation et de l’ethnicité.

42C’est en tant qu’Autre, en tant qu’Étranger, en tant que Différence que les immigrants et les communautés ethno-culturelles, du moins ceux et celles qui choisissent de se définir comme tels, doivent s’intégrer à une urbanité à définir. Sans une vie publique importante, et les espaces et les parcs qui l’ancrent dans la réalité de la ville, un tel projet conservera toujours quelque chose d’artificiel. D’autre part, espérer qu’à force de marquer l’environnement des signes extérieurs de la cohabitation — un parc Goethe, la rue Bolivar — le projet finira par émerger, c’est se leurrer aussi.

43Au cœur de l’idée de ville cosmopolite, on trouve à la fois l’idée de projet et celle d’étranger sans espace public, le cosmopolitisme tourne à vide.

  • 23 P. Bruckner, « Faut-il être cosmopolite ? », Esprit, décembre 1992, 80-101.

44Reste à trouver ce projet pour Montréal. Reste aussi à savoir si un tel projet est vraiment possible dans l’ambiguïté et la confusion qui entourent cet autre projet qui s’appelle le Québec et que Montréal ne peut ignorer. « Aller vers les autres, nous rappelle P. Bruckner, implique une patrie, une mémoire qu’il faut cultiver »23. On ne construit pas une ville cosmopolite en dehors du temps et de l’espace national. Sans nation, il ne saurait y avoir d’accès à l’universel.

45Mais cela est une autre histoire, une toute autre histoire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allen Don R., L'évolution des revenus et la mobilité interprovinciale de 1981 à 1987, des immigrants admis en 1980 et 1981, Montréal, Ministère des Communautés culturelles et de l’Immigration, 1991.

Allen James P. et Turner Eugene J., « Where to Find the New Immigrants », American Demographics, septembre 1988, 22-25.

Anctil Pierre, « Double majorité et multiplicité ethnoculturelle à Montréal », Recherches sociographiques, 25, 3, 1984, 441-455.

Anctil Pierre, « Les écrivains juifs de Montréal », dans Juifs et réalités juives au Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1984, 194-252.

Bruckner Pascal, « Faut-il être cosmopolite ? », Esprit, décembre 1992, 80-101.

Bunting Trudi E., « Social Differentiation in Canadian Cities », in Trudi E. Bunting and Pierre Filion (eds), Canadian Cities in Transition, Toronto, Oxford University Press, 1991, 286-312.

Charbonneau Hubert, « Et pourtant français à 95 pourcent », Mémoires de la société généalogique canadienne-française, 40, 1, 1989, 11-17.

Charbonneau Hubert, « Le caractère canadien-français des pionniers de la Vallée Laurentienne », Cahiers québécois de démographie, 19, 1, 1990, 49-62.

Drieger Leo, The Urban Factor, Toronto, Oxford University Press, 1991.

Féherty Ivan, Analyse comparative de grandes villes canadiennes, Montréal, Service de la planification et de la concertation, Ville de Montréal, 1992.

Friedmann John et Wolff G., « World City Formation : An Agenda for Research and Action », International Journal for Urban and Regional Research, 6, 3, 1982, 309-344.

Gappert, Gary et Knight Richard V. (eds), Cities in the 21st Century, New York, Sage, 1982.

Goldberg Michael et Mercer John, The Myth of the North American City, Vancouver, University of British Columbia Press, 1986.

Jacobs J., Cities and the Wealth of Nations, New York, Random House, 1989.

Kahn, Bonnie Manes, Cosmopolitan Culture. The Gift-edged Dream of a Tolerant City, New York, Atheneum, 1987.

Kvaly Ellen Percy, « Sources of Data for the Study of U.S. Immigration », dans S.R. Couch et R.S. Bryce-LaPorte (eds), Quantitative Data and Immigration Research, Washington, D.C., RIEES Research Note no 2, Smithsonian Institute, 179b, 34-54.

Kvaly Ellen Percy, « Systems of International Migration Statistics : The United States as a National Case Study », Ph.D. Dissertation, Fordham University, 1979a.

Latouche Daniel, « Immigration, politique et société : le cas du Québec », dans Actes du Séminaire scientifique sur les tendances migratoires actuelles et l'insertion des migrants dans les pays francophones, Québec, Les Publications du Québec, 1989b, 179-196.

Latouche Daniel, « Le pluralisme ethnique et l’agenda public au Québec », Revue internationale d’action communautaire, 21,61, 1989a, 11-26.

Le Bourdais Céline et Lefebvre Christine, Spatialisation des composantes ethniques socio-économiques et familiales à Montréal en 1981, Montréal, INRS-Urbanisation, 1987.

Le Bourdais Céline et Beaudry Michel, « The Changing Residential Structure of Montreal, 1971-1981 », The Canadian Geographer, 32, 1, 1988, 98-113.

Levine Daniel, Hill Kenneth et Warren Robert (eds), Immigration Statistics. A Story of Neglect, Washington, D.C., National Academy Press, 1985.

Linteau Paul-André, « La montée du cosmopolitisme montréalais », Questions de culture, 2, 1982, 23-53.

Linteau Paul-André, Histoire de Montréal depuis la Confédération, Montréal, Boréal, 1992.

Médam Alain, « Ethnos et polis » : à propos du cosmopolitisme montréalais », Revue internationale d’action communautaire, 21, 61, 1989, 137-149.

Mercer John, « The Canadian City in Continental Context : Global and Continental Perspectives in Canadian Urban Development », in Trudi Bunting and Pierre Filion (eds), Canadian Cities in Transition, Toronto, Oxford University Press, 1991, 45-64.

Michaud Ginette, « De la Primitive Ville à la Place Ville-Marie : lectures de quelques récits de fondation de Montréal », dans Pierre Nepveu et Gilles Marcotte (eds), Montréal Imaginaire. Ville et littérature, Montréal, Fides, 1992, 13-96.

Montréal, Commission Permanente du Développement Économique, Les communautés culturelles. Des partenaires essentiels dans le développement économique de Montréal, Montréal, Ville de Montréal, 1992.

Montréal, Montréal, ville internationale, Montréal, Ville de Montréal, 1991.

O’Bryan K.G.,Reitz J.G. etKuplowska O.M., Non-Official Languages. A Study in Canadian Multiculturalism, Ottawa, Ministère des Approvisionnements et Services, 1976.

Perry D.C., « The Politics of Dependency in De-industrializing America : The Case of Buffalo, New York », dans M.P. Smith et J.R. Feagin (eds), The Capitalist City, Oxford, Blackwell, 1987, 113-137.

Polese Mario et al., La géographie résidentielle des immigrants et les groupes ethniques, Montréal 1971, Montréal, INRS-Urbanisation, 1978.

Québec, Ministère des Communautés Culturelles et de L’immigration, Le mouvement d'immigration d'hier à aujourd’hui, Québec, MCCI, 1990b.

Steinberg Stephen, The Ethnic Myth. Race, Ethnicity, and Class in America, 2e éd., Boston, Beacon Press, 1989.

Tassinari Lamberto, « La ville continue. Montréal et l’expérience transculturelle de Vice Versa », Revue internationale d'action communautaire, 21, 61, 1989, 57-63.

Tremblay Marc, La migration interprovinciale (1981-1986) des immigrants admis avant juin 1981 : l’expérience du Québec, Montréal, Ministère des Communautés culturelles et de l’Immigration, 1991.

Trovato Frank, « The Interurban Mobility of the Foreign Born in Canada, 1976-81 », International Migration Review, 22, 3, 1988, 59-86.

Vaugeois Denis, « Le Québec, un creuset méconnu », Mémoires de la Société généalogique canadienne-française, 39, 4, 1988, 277-290.

Veltman Calvin, Polese Mario et Leblanc Marc, « Évolution de la ségrégation résidentielle des principaux groupes ethniques et immigrants », Actualité immobilière, 10, 4, 1987, 20-33.

Notes

1 Cette communication se fonde sur des recherches réalisées dans le cadre du groupe Culture et Ville de l’INRS-Urbanisation, travaux qui portent principalement sur le rôle de l’immigration, des arts et de la science dans le développement urbain. Le texte s’inspire largement d’une étude réalisée pour le ministère de l’Immigration et des communautés culturelles : De la magie dans l’air. Immigration et cosmopolitisme à Montréal, Montréal, INRS-Urbanisalion, 1993.

2 Il n’est pas sans intérêt de revenir à l’ordre du jour proposé à l’époque par ces chercheurs : J. Friedman, G. Wolff, « World City Formation : an Agenda for Research and Action », International Journal of Urban and Regional Research, 6, 3, 1982 309-344. Pour une évaluation, voir J. Friedman, Where we Stand a Decade of World City Research, communication présentée à la conférence World Cities in a World System, Sterling (Virginie), Center for Innovative Technology, 1993.

3 Voir à ce sujet J. Estébanez, M. Molina et A. Rodriguez-Pose, « Madrid, a Global City ? », dans Christian Vandermotten (éd.), Planification et stratégies de développement dans les capitales européennes, Bruxelles, Édition de l'Université Libre de Bruxelles, 1994, 79-86. D’autres villes se posent des questions identiques et trouvent la même réponse : A. Shachar, « Randstad-Holland : a World City ? », Urban Studies, 31, 1994, 381-394.

4 Dans son livre-mère sur les villes globales (The Global City : New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press, 1991), S. Sassen n’a pas cru bon retenir la candidature de Paris. Pour une réplique qui dépasse le simple appel au cocorico, voir M. Roncayolo, « Qu’est-ce que la ville globale ? », Villes en parallèle, 20-21, 1994, 35-51.

5 Voir à ce sujet les travaux publiés dans le cadre du séminaire New-York-Londres. S. S. Fainstein, I. Gordon et M. Harloe (eds), Divided Cities. New York & London in the Contemporary World, Cambridge, Blackwell, 1992. L’échec — c’est ainsi qu’on le qualifie — du séminaire New York - Paris - Tokyo est en bonne partie attribuable à ces divergences. Voir le compte rendu que l’on en donne dans Villes en parallèle, 20-21, 1994.

6 Même si certains de ces travaux sont d’une haute facture méthodologique. Voir par exemple W. F. Lever, « Competition within the European Urban System », Urban Studies, 30, 6, 1993, 935-948 ; D. A. Smith, M. Timberlake, « Conceptualizing and Mapping the Structure of the World System’s City System », Urban Studies, 32, 2, 1995, 285-302.

7 Voir A. Markusen, U. Gwiasda, « Multipolarity and the Layering of Functions in World Cities : New York City’s Struggle to Stay on Top », International Journal of Urban and Regional Research, 18, 2, 1994, 167-193.

8 Le concept de « ville intelligente » a été élaboré dans R. U. Knight, « Knowledge-based Development : Policy and Planning Implication for Cities », Urban Studies, 32, 2, 1995, 225-260. On trouvera un palmarès des « smart cities » canadiennes dans A. Walmsley, « Smart Cities », Report on Business Magazine, août 1995, 45-73 ; le concept de la « network city », quant à lui, a fait l’objet d’un traitement systématique dans D. F. Batten. « Network Cities : Creative Urban Agglomerations for the 21 st Century », Urban Studies, 32, 2, 1995, 313-327. Il s’agit, on l’aura deviné, d’une variation de la « ville informationnelle » de M. Castells/The Informational City, Cambridge, Blackwell, 1989.

9 Le cas de New York a fait l’objet de nombreuses études : M. Liors, R. Waldinges, « Migrants, Minorities, and the Ethnic Division of Labor », dans S. S. Fainstein, I. Gordon, M. Harloe (eds), op. cit., 151-173 ; T. Bailey, R. Waldinges, « The Changing Ethnic/Racial Division of Labor », dans J. H. Mollenkopf et M. Castells (eds), Dual City Restructuring New York, New York, Russell Sage, 1991, 43-78.

10 B. M. Kahn, Cosmopolitan Culture, The Gift-edged Dream of a Tolerant City, New York, Atheneum, 1987.

11 Voir Denis Vaugeois, « Le Québec, un creuset méconnu », Mémoires de la société généalogique canadienne-française, 39, 4, 1988, 277-290. Pour le contre argument (et la source de nos chiffres), voir H. Charbonneau, « ...Et pourtant français à 95 pourcent », Mémoires de la société généalogique canadienne-française, 40-1, 1989, 11-17 ; « Le caractère canadien-français des pionniers de la Vallée Laurentienne », Cahiers québécois de démographie, 19, 1, 1990, 49-62.

12 Certes, il ne faut pas exagérer le caractère pluraliste de la population américaine de la période coloniale. Malgré une volonté évidente de se donner des racines pluralistes, il semblerait qu’au moment de la Guerre d’indépendance 61 % de la population blanche des colonies aient été de descendance britannique, sans compter quelque 17 % d’origine écossaise ou irlandaise. Les Allemands (9 %), les Hollandais (3 %) et les Suédois (1 %) constituaient les principaux autres groupes ethniques. Jusqu’à l’arrivée des premiers Irlandais au milieu du XIXe siècle, 99 % des Américains se disaient d’obédience protestante. S. Steinberg, The Ethnic Myth. Race Ethnicity and Class in America, Boston, Beacon Press, 1989.

13 Mais non pour l’ensemble de l’île de Montréal.

14 Pour la vision « dominante » du cosmopolitisme montréalais, voir P. A. Linteau, « La montée du cosmopolitisme montréalais », Questions de culture, 2, 1982, 23-53 ; Histoire de Montréal depuis la confédération, Montréal, Boréal, 1992.

15 C. Veltman, M. Polèse et M. Leblanc, « Évolution de la ségrégation résidentielle des principaux groupes ethniques et immigrants », Actualité immobilière, 10, 4, 1987, 20-33.

16 Compte tenu de la piètre qualité des statistiques américaines en matière d’immigration, ces pourcentages doivent être interprétés comme autant d’ordre de grandeur.

17 Entre 1981 et 1986, dix villes canadiennes ont reçu plus de 5000 immigrants : Calgary (23 155) ; Edmonton (22 275) ; Hamilton (9080) ; Kitchener (6225) ; London (5735) ; Ottawa (20 445) ; Toronto (143 560) ; Vancouver (50 190) ; Victoria (5010) et Winnipeg (15 040), (Statistics Canada, Canada Year Book, Ottawa, 1990, 2-45).

18 F. Trovato, « The Interurban Mobility of the Foreign Born in Canada, 1976-81 », International Migration Review, 22, 3, 1988, 59-86.

19 Malheureusement, l’étude de Marc Tremblay ne tient pas compte du lieu de résidence au Québec (La migration interprovinciale 1981-1986 des immigrants admis avant juin 1981 : l'expérience du Québec, Montréal, Ministère des Communautés Culturelles et de l’Immigration, 1991).

20 Il s’agit cependant d’une illusion d’optique due au fait que seulement 59 % de la population d’Halifax ont déclaré une origine ethnique unique contre 89 % à Montréal. Ramené sur l’ensemble de la population, le pourcentage de résidents d’Halifax qui se sont dits d’origine britannique tombe à 48 % contre 64 % à Montréal.

21 Montréal, L'immigration et l'intégration : un enjeu québécois, une problématique montréalaise, Montréal, Ville de Montréal, 1991.

22 B. M. Kahn, op. cit., 18.

23 P. Bruckner, « Faut-il être cosmopolite ? », Esprit, décembre 1992, 80-101.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Population née à l'étranger dans quelques villes nord-américaines (en milliers)
Légende Sources : U.S. Bureau of the Census, 1983 (compilations personnelles) ; I. Fehérdy, Analyse comparative de grandes villes canadiennes, Montréal, Service de la planification et de la concertation, Ville de Montréal, 1992.*Estimations
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau 2 : Principales ascendances ethniques dans certaines agglomérations américaines, 1980 (les cinq groupes les plus importants en pourcentage)
Légende Source : S. Lieberson, M. C. Waters, « The Location of Ethnic and Racial Groups in the United States », Sociological Forum, 2, 4, 1987, 780-810.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 3 : Population urbaine canadienne selon l’origine ethnique* (en pourcentage)
Légende Source : I. Fehérty, op. cit.* Origine ethnique unique.** Il s’agit des régions métropolitaines de recensement.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4817/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search