Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et politiques urbaines au Canada et aux États-Unis

 | 
Jean-Michel Lacroix

Prospective topodynamique du système urbain nord-américain

Luc-Normand Tellier

Résumé

L’approche topodynamique tente de reproduire sur ordinateur l’évolution observée d’un système urbain à l’aide de processus stochastiques utilisant le problème de Weber. Cette approche est ici mise à contribution afin de produire des projections concernant le système urbain canado-américain. Ces projections sont caractérisées par une poursuite du phénomène de polarisation, par le prolongement du déplacement du centre de gravité vers le sud-ouest, par l’émergence du « Big L » dominé par Los Angeles, par la marginalisation du nord-est et par le déclassement des bassins de l’Atlantique et des Grands-Lacs au profit des bassins du Pacifique et du Golfe du Mexique.

The topodynamic approach attempts to duplicate on the computer the observed evolution of an urban System by means of stochastic processes involving interdependent Weber’s problems. Hereby this approach is applied to the case of the Canado-American urban System. The generated projections are characterized by an on-going process of polarization, by a further shifting of the centre of gravity towards the South-West, by the emergence of the «Big L» dominated by Los Angeles, by a progressive marginalization of the North-East, and by a downgrading of the Atlantic and Great Lakes basins which benefits to the Pacific and Gulf of Mexico basins.

Texte intégral

1Le cas nord-américain présente un intérêt exceptionnel tant à cause de l’importance de l’espace considéré qu’à cause du caractère particulier de l’évolution du système urbain canado-américain. De multiples auteurs se sont penchés sur l’évolution de ce système : songeons, par exemple, à Bourne et Simmons (1979), à Simmons et Boume (1984 et 1989), à Casetti et Krakover (1990), à Smith et Ahmed (1990), à Cadwallader (1991), à Bunting et Filion (1991), à Simmons (1991), ou à Preston (1991). Ces auteurs ont fait ressortir divers aspects d’une évolution dont les grandes caractéristiques sont étonnamment stables depuis les débuts mêmes de la colonisation du continent. Ces caractéristiques tiennent, entre autres :

  1. au déplacement imperturbable du centre de gravité des populations urbaines (et même de l’ensemble des populations rurales et urbaines) vers l’ouest et, plus précisément, vers le sud-ouest, qu’on parle des États-Unis ou de l’ensemble canado-américain ; le centre de gravité urbain canado-américain suit, assez étrangement, une trajectoire tirant son origine de Londres, passant par New York et aboutissant à Los Angeles.
  2. au déplacement progressif de divers secteurs d’activités de villes plus à l’est vers des villes plus à l’ouest (qu’on songe, au Canada, au passage du titre de métropole économique de Québec à Montréal, vers 1830, puis de Montréal à Toronto, vers 1960 ou, dans le cas des États-Unis, au passage du titre de « booming cities » de New York et de Chicago à des villes comme Los Angeles, Atlanta, Houston, Dallas ou Denver).
  3. à l’augmentation du degré de polarisation de l’espace, polarisation dont l’urbanisation n’est qu’un aspect.

2Du point de vue de la dynamique des systèmes urbains, le cas de l’Amérique du Nord est incontestablement un « beau cas ». Nous l’étudierons ici à l’aide de l’approche topodynamique. Cette dernière est basée exclusivement sur la théorie économique spatiale et, plus particulièrement, sur la théorie wébérienne de la localisation, sans la moindre référence à l’approche démographique et sans le moindre recours à des taux de croissance, ce qui mérite d’être souligné.

3Les fondements de l’approche topodynamique ont été présentés par Tellier et Polanski (1989) et Tellier (1992b) et les défis relevés par cette approche ont été décrits par Tellier et White (1990). Quoique relativement récente, la topodynamique a déjà été appliquée au cas du Cameroun, au cas de l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest et au cas du Maghreb. L’application dont il sera question ici porte sur le système urbain des États-Unis et du Canada tel qu’il se présente à la lumière des plus récents recensements américains et canadiens.

4Nous aborderons son évolution prévisible à partir de quatre années de référence, soit les années 1950, 1970, 1980 et 1990. Nos données sont issues des recensements de 1950, de 1970, de 1980 et de 1990 pour les États-Unis et des recensements de 1951, de 1971, de 1981 et de 1991 pour le Canada. Les horizons que nous utiliserons pour présenter les résultats de nos projections sont les suivants : 1-l’horizon 250M, correspondant au moment où la population totale des 238 villes retenues pour les projections atteindra 250 millions d’habitants (ceci devrait normalement, ceteris paribus, se produire vers 2015) ; 2-l’horizon 300M (situé vers 2035) ; 3-l’horizon 400M (situé vers 2060). Notons que la population totale des 238 villes considérées était de 99 millions en 1950, de 149 millions en 1970, de 165 millions en 1980 et de 184 millions en 1990.

LES ÉTAPES DE L’ANALYSE TOPODYNAMIQUE

5L’approche topodynamique part d’une interprétation économique spatiale de la dynamique des localisations basée sur les concepts de forces d’attraction et de répulsion (concepts d’inspiration wébérienne). Elle consiste à reproduire sur ordinateur la dynamique d’un système observé de localisation à l’aide de simulations stochastiques impliquant diverses forces d’attraction et de répulsion. Une fois la dynamique observée reproduite, le système stochastique défini permet de générer des prévisions ; il suffit pour cela de demander à l’ordinateur de laisser le système évoluer de lui-même à partir des observations les plus récentes.

6L’analyse topodynamique comporte plusieurs étapes successives que nous ne décrirons pas ici en détail ; nous renvoyons le lecteur, sur ce point, à Tellier (1992b). Ces étapes visent à estimer les valeurs des paramètres caractéristiques d’un processus théorique wébérien de localisation qui permettent le mieux de reproduire sur ordinateur l’évolution observée des schémas de localisation. Dans le cas de la présente étude, les quatre paramètres caractéristiques utilisés sont : i, l’indice d’interdépendance des localisations successives ; a, la proportion de forces d’attraction dans le système, par opposition aux forces de répulsion ; r, l’ampleur relative des forces de répulsion par rapport aux forces d’attraction (la valeur des forces de répulsion est choisie aléatoirement entre 0 et r, où r est une valeur entre 0 et 1, tandis que celle des forces d’attraction est choisie aléatoirement entre 0 et 1) ; et m, la probabilité qu’une activité existant au temps t disparaisse au temps « t+1 ».

7Chaque combinaison de valeurs différentes de i, a, r et m correspond à un scénario particulier. Afin de déterminer les valeurs optimales de i, a, r et m qui permettent de reproduire une évolution observée, 70 scénarios ont été simulés sur ordinateur à partir du schéma spatial de départ dans le but de déterminer lequel donnait les résultats les plus semblables à ceux du schéma spatial final observé.

8Les valeurs optimales des paramètres doivent idéalement répondre à trois critères mathématiquement différents, à savoir qu’elles doivent permettre de reproduire sur ordinateur l’évolution observée de telle façon :

  1. que soient minimisés les écarts quadratiques moyens entre les populations observées et prédites de chaque ville du système (ce critère n’est aucunement spatial et concerne les villes prises une à une, donc à un niveau « micro » ; il consiste à minimiser la somme des écarts quadratiques moyens EQM).
  2. que les écarts soient répartis afin que soient préservées les caractéristiques de l’évolution du système en termes de polarisation (c’est-à-dire de relation des différentes masses urbaines entre elles dans l’espace) (ce critère est avant tout méso-spatial et il consiste à minimiser l’écart entre l’indice C de concentration observé et l’indice C’simulé).
  3. que les écarts soient aléatoirement répartis dans l’espace afin que les caractéristiques attachées à l’évolution de l’ensemble du système soient préservées, entre autres, en ce qui concerne le déplacement du centre de gravité des populations urbaines (il faut éviter, par exemple, que toutes les populations des villes du nord-est soient sur-estimées et toutes les populations des villes du sud-ouest, sous-estimées)(ce critère est essentiellement macro-spatial et il conduit à minimiser la distance physique entre le centre de gravité observé et le centre de gravité simulé).

9Le Tableau 1 présente, pour les projections 1950-1990, 1970-1990 et 1980-1990, les choix qui ont été faits, sur la base des indices comparatifs, compte tenu des quelques scénarios qui nous semblaient donner les résultats les plus intéressants (le scénario retenu dans chaque cas est indiqué par un *). On remarquera que le choix des scénarios a aussi été orienté par le souci d’avoir recours à des scénarios relativement comparables, qu’on parle des périodes 1950-90, 1970-90 ou 1980-90.

Tableau 1 : Choix des valeurs optimales des paramètres m, i, a et r à l’aide des indices comparatifs basés sur les écarts quadratiques moyens, sur l'évolution de l'indice de concentration et sur l’évolution du centre de gravité

Tableau 1 : Choix des valeurs optimales des paramètres m, i, a et r à l’aide des indices comparatifs basés sur les écarts quadratiques moyens, sur l'évolution de l'indice de concentration et sur l’évolution du centre de gravité

N.B : EQM = écart quadratique moyen
C - C’ = différence entre les indices de concentration simulé et observé
H = distance entre le centre de gravité simulé et le centre de gravité observé en 1990

10Une fois les valeurs optimales de i, a, r et m choisies, l’approche topodynamique conduit à estimer, à l’aide d’un « scénario moyen » correspondant à la moyenne de plusieurs simulations complètes, les correctifs requis pour tenir compte des écarts obtenus entre les évolutions obtenues sur ordinateur grâce au scénario moyen et les évolutions observées. Les correctifs sont alors intégrés au modèle pour générer à partir du schéma spatial le plus récent les projections vers l’avenir.

L’ÉVOLUTION PROJETÉE DES GRANDS INDICES CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME URBAIN NORD-AMÉRICAIN

11Une dizaine d’indices descriptifs sont traditionnellement utilisés dans le cadre de l’analyse topodynamique. Il s’agit des indices : B, la moyenne des distances au centre de gravité ; C, un indice de concentration ; E, un indice d’éparpillement ; F, la distance standardisée entre le centre de gravité et le centre géométrique ; H, la distance entre le centre de gravité et le centre de gravité observé en 1990 ; L, le paramètre de la relation rang-taille ; T, un indice d’éloignement du centre urbain principal ; Y, un indice de déconcentration par rapport au centre géométrique ; x, la coordonnée x du centre de gravité et y, la coordonnée y du centre de gravité.

12Un jugement valable peut être porté sur la validité du scénario retenu à partir d’une comparaison de l’évolution projetée et de l’évolution récente observée des douze indices mentionnés. Le Tableau 2 donne les valeurs observées et projetées de ces indices. À l’examen des indices descriptifs du Tableau 2, on remarque la grande cohérence existant entre les évolutions projetées et les évolution observées.

13Ainsi, l’indice C de concentration suit aussi une évolution projetée tout à fait compatible avec la base d’observation retenue : ainsi, en prenant comme base les années 1950-1990 entre lesquelles cet indice a effectivement connu une baisse, les projections indiquent que l’indice C devrait connaître une légère baisse dans les prochaines années. Quelle que soit la base retenue, nos projections suggèrent que le degré de concentration des populations dans le système urbain nord-américain est peu susceptible de changer significativement dans les années à venir et, s’il change, ce devrait être dans le sens d’une très légère déconcentration.

Tableau 2 : Évolution observée et projetée des indices descriptifs du système urbain nord-américain suivant la projection 1950-1990, la projection 1970-1990 et la projection 1980-1990

Tableau 2 : Évolution observée et projetée des indices descriptifs du système urbain nord-américain suivant la projection 1950-1990, la projection 1970-1990 et la projection 1980-1990

N.B : B = moyenne des distances au centre de gravité (x 10)
C = indice de concentration
E = indice d’éparpillement (x 100)
F = distance standardisée entre le centre de gravité et le centre géométrique du continent (x 10)
H = distance entre le centre de gravité et le centre de gravité observé en 1990
L = paramètre de la relation rang-taille
T = indice d’éloignement du centre urbain principal (x 10)
Y = indice de déconcentration par rapport au centre géométrique (x 10)
x = coordonnée x du centre de gravité (plus x est grand, plus le centre de gravité est à l’est)
y = coordonnée y du centre de gravité (plus y est grand, plus le centre de gravité est au nord)

14Si les indices dont nous venons de parler concernent divers aspects « méso-spatiaux » liés au phénomène « concentration-éparpillement », une seconde série d’indices est plus « macro-spatiale » et concerne le centre de gravité des populations urbaines et le centre géométrique de l’espace considéré. Commençons par examiner les coordonnées x et y du centre de gravité. La coordonnée x a connu une baisse régulière de 1950 à 1990, ce qui correspond à un déplacement du centre de gravité vers l’ouest. Nos projections sont tout à fait conformes aux évolutions observées. Cependant, il est fort intéressant de remarquer que les projections 1970-90 et 1980-90, basées sur l’évolution plus récente, indiquent un déplacement vers l’ouest légèrement plus rapide que celui prévu à partir des données de 1950 et de 1990. Le déplacement vers l’ouest du centre de gravité urbain ne semble donc pas sur le point de s’arrêter. Qu’en est-il du déplacement vers le sud ? Les trois projections 1950-90, 1970-90 et 1980-90 donnent sur ce point des résultats tout à fait similaires. Selon toute vraisemblance, le centre de gravité urbain du continent continuera à glisser lentement vers le sud.

15L’analyse fait en outre ressortir un autre phénomène généralement ignoré dans la littérature, celui du déplacement prévisible des axes majeur et mineur des ellipses de dispersion représentant la distribution des populations urbaines en Amérique du Nord. En effet, l’axe majeur semble inexorablement se déplacer et sa pente traditionnellement positive devient de plus en plus faible et est même susceptible de devenir négative. En d’autres mots, cet axe pointe de plus en plus vers le sud à droite et petit à petit vers le nord à gauche. Ce mouvement laisse entrevoir une marginalisation progressive du Nord-Est du continent.

16Passons maintenant à deux indices touchant à la domination relative des grandes villes sur le système urbain global. L’indice L correspondant au paramètre de la relation rang-taille (« rank-size rule ») devrait, selon nos projections, subir une évolution fort intéressante. En effet, suivant nos trois projections, cet indice devrait cesser de décroître et se mettre à augmenter peu à peu. Suivant la projection 1950-90, l’indice serait actuellement à son minimum ; selon la projection 1980-90, il serait dès maintenant en croissance ; enfin, selon la projection 1970-90, son minimum ne serait atteint que vers 2015.

17Comment expliquer de telles différences ? L’explication la plus évidente tient au fait que la relation rang-taille est définie par rapport à la plus grande ville du système. Or, suivant nos projections, Los Angeles remplacera bientôt New York au premier rang de la hiérarchie, ce qui fausse tous les calculs et explique en bonne partie les évolutions que nous venons de décrire. Cette remarque est très importante. Si nous nous permettons tout le long de ce texte de parler du « système urbain nord-américain », il serait sans doute plus indiqué de parler de deux, trois ou même quatre systèmes urbains concurrents, soit : 1-le système urbain dominé par New York, système en stagnation ; 2-le système urbain dominé par Los Angeles, système sur le point de prendre les devants ; 3-le système urbain du Sud-Est, dominé par Dallas-Forth Worth, système en pleine ascension ; 4-le système urbain du Nord-Ouest, dominé par Seattle et Vancouver, système plutôt marginal, mais dynamique.

18L’indice Y de déconcentration par rapport au centre géométrique devrait continuer à augmenter lentement, au même rythme que par le passé. Cette observation revêt une certaine importance. Elle met en relief le caractère particulier de l’évolution du système urbain nord-américain : ce système se développe pour ainsi dire par la périphérie (et ceci depuis les tout débuts).

PROSPECTIVE DES GRANDES RÉGIONS URBAINES

19Pour les fins de l’étude, nous avons découpé 11 régions correspondant à autant de grands ensembles urbains. Ces régions sont les suivantes : 1-la région de la Côte Sud-Est dominée par Atlanta, Tampa et Miami ; 2-la région de la Côte Nord-Est dominée par New York, Philadelphie, Washington et Boston ; 3-la région des Maritimes dominée par Halifax ; 4-la région du Saint-Laurent dominée par Montréal ; 5-la région des Grands-Lacs dominée par Chicago, Détroit et Toronto ; 6-la région du Centre-Est dominée par Saint-Louis et Pittsburgh ; 7-la région du Centre-Ouest dominée par Denver et Kansas City ; 8-la région des Prairies dominée par Edmonton et Calgary ; 9-la région de la Côte Nord-Ouest dominée par Seattle et Vancouver ; 10-la région de la Côte Sud-Ouest dominée par Los Angeles et San Francisco ; 11-la région du Golfe du Mexique dominée par Dallas-Fort Worth et Houston.

Tableau 3 : Part observée et projetée des grands ensembles urbains dans la population urbaine totale de l’Amérique du nord : 1950, 1970, 1980, 1990, horizons 250M, 300M et 400M (en % de la population urbaine totale) (projections topodynamiques t50-90, t70-90 et t80-90)

Tableau 3 : Part observée et projetée des grands ensembles urbains dans la population urbaine totale de l’Amérique du nord : 1950, 1970, 1980, 1990, horizons 250M, 300M et 400M (en % de la population urbaine totale) (projections topodynamiques t50-90, t70-90 et t80-90)

20Selon le Tableau 3, l’évolution la plus lourde de conséquences sera sans doute, si nos projections se vérifient, le déclassement progressif de la région du Nord-Est au profit de la Côte Sud-Ouest, puis de la Côte Sud-Est, puis même de celle du Golfe du Mexique. Ce scénario suivant lequel la région qui occupe actuellement le premier rang pourrait se retrouver à l’horizon 400M au cinquième rang suivant la projection 1950-90 et suivant la projection 1970-90 est troublant parce que peu de gens l’envisagent vraiment actuellement, même si tout l’annonce. Notons néanmoins sur ce point que la projection 80-90 basée sur l’évolution la plus récente est moins pessimiste quant au Nord-Est que les projections précédentes. Suivant celte projection, cette région occuperait le quatrième rang à l’horizon 400M ; là-dessus, la projection la plus pessimiste est incontestablement la projection 1970-90 qui prévoit non seulement un plafonnement, mais bien une décroissance marquée de la région du Nord-Est.

21Le second phénomène majeur (et peut-être inattendu) que laissent entrevoir nos projections a trait à la région des Grands-Lacs ; suivant les projections 1950-90 et 1970-90, cette région devrait connaître une croissance supérieure à celle du Nord-Est, bien que la projection 1970-90 annonce à moyen terme un plafonnement de la région des Grands-Lacs. Par contre, la projection 1980-90 indique nettement que cette région pourrait bien connaître exactement la même évolution que celle du Nord-Est ; ceci est d’autant plus inattendu que le « boom » de Toronto masque le plus souvent le fait que la grande région dont fait partie cette ville ne connaît pas du tout la même croissance.

22Suivant nos projections, ce qui devrait de plus en plus dominer le système urbain nord-américain, c’est ce que nous appellerons le « Big L », c’est-à-dire l’axe Nord-Sud de la Côte du Pacifique rejoignant à Los Angeles l’axe Est-Ouest du Sud des États-Unis. Le leader du Big L sera incontestablement la Côte Sud-Ouest située à l’angle du « L » et dominée par Los Angeles. On remarquera que la domination future de cette région sur l’ensemble du système urbain nord-américain s’affirme de plus en plus, la projection la plus optimiste à cet égard étant celle de 1980-90. La base du Big L semble aussi vouée à une forte croissance : suivant nos trois projections, la région de la Côte Sud-Est et celle du Golfe du Mexique devraient toutes deux dépasser la région du Nord-Est à l’horizon 400M, la performance de la région Sud-Est étant un peu meilleure que celle du Golfe du Mexique. Quant à la partie supérieure du Big L, soit la région de la Côte Nord-Ouest dominée par Seattle et Vancouver, elle devrait aussi connaître une croissance élevée, les projections basées sur l’évolution la plus récente étant nettement plus optimistes là-dessus.

23Un certain nombre de régions urbaines devraient, selon nos projections, maintenir leur place dans l’ensemble du système. Ces régions qui devraient connaître une croissance moyenne sont, dans l’ordre : la région des Prairies, celle du Centre-Ouest, celle des Maritimes et celle du Saint-Laurent ; notons que le destin de la région des Prairies semble très tributaire de la conjoncture (la projection 1970-90 étant passablement plus optimiste que les deux autres et surtout que la projection 1980-90). Par ailleurs, bien que nos projections laissent entrevoir que la région du Saint-Laurent devrait se maintenir, il faut souligner que les projections basées sur une période plus récente sont plus pessimistes que la projection 1950-90.

24Les régions qui baissent sont dans l’ordre : la région du Nord-Est, qui est celle qui devrait connaître le déclin le plus prononcé, la région des Grands-Lacs et celle du Centre-Est. Ce sont toutes là des régions du Nord-Est et du centre du continent. Notons à propos de la région des Grands-Lacs que les tendances récentes mises en lumière par les projections 1970-90 et 1980-90 sont plus pessimistes que les tendances déterminant la projection 1950-90 ; la même remarque s’applique à la région du Centre-Est dominée par Saint-Louis et Pittsburgh.

25Suivant les projections 1950-90, 1970-90 et 1980-90, la part des régions situées au Nord et à l’Est du centre géométrique des États-Unis (Grands-Lacs, Côte Nord-Est, Saint-Laurent et Maritimes) passe de 44 % en 1990 à 31,7 %, 23,8 % et 26,5 % respectivement en 2060 ; ceci annonce un déclin significatif de cette partie du continent.

26Par ailleurs, suivant les projections 1950-90, 1970-90 et 1980-90, la part des régions situées près du centre géométrique (Grands-Lacs, Centre-Ouest, Centre-Est) passe de 31,4 % en 1990 à 24 %, 21,2 % et 19,3 % respectivement en 2060. Nous devrions donc assister à un affaiblissement significatif du poids relatif du centre du continent. Notons que les tendances les plus récentes sont aussi les plus pessimistes à cet égard.

27En somme, le système urbain nord-américain est en profonde mutation et rien ne laisse entrevoir un ralentissement de cette mutation. Au contraire, il y a de bonnes raisons de croire que le processus est susceptible de s’accélérer. Il s’agit là d’une excellente nouvelle pour les villes du « Big L », mais, sans doute, d’un assez sombre pronostic pour les villes du reste du continent.

28Il est intéressant de souligner le grand contraste existant entre l’évolution du système urbain de l’Europe occidentale et celle des systèmes nord-américains. Cette dernière se caractérise par l’affirmation de la périphérie et une relative atrophie du centre du continent alors qu’en Europe occidentale le centre du continent (soit le nord-ouest de l’Allemagne et le Bénélux) domine nettement la périphérie. Notons qu’il y a encore trente ou cinquante ans, le centre du continent nord-américain aurait encore été susceptible de l’emporter grâce à Chicago, Détroit et Toronto. L’évolution récente des choses semble exclure maintenant ce scénario. Il n’est pas impossible que la dimension du continent nord-américain comparativement à celle de l’Europe de l’Ouest y soit pour quelque chose, aucun système urbain central ne semble pouvoir étendre son pouvoir sur l’ensemble des côtes du continent.

PROSPECTIVE DES GRANDES VILLES CANADO-AMÉRICAINES

29Le bouleversement qu’annoncent nos projections est éloquemment illustré par les données du Tableau 4. On y constate en examinant le cas des villes du Nord-Est et des Grands-Lacs que, suivant les projections topodynamiques, de 1990 à l’horizon 400M (soit aux environs de 2060), New York devrait passer du premier au douzième rang dans la hiérarchie urbaine canado-américaine. Pendant la même période, Chicago passerait du troisième au onzième rang, Philadelphie, du quatrième au vingtième rang, Détroit, du cinquième au vingt-quatrième rang et Boston, du huitième au vingt-troisième rang.

30Au même moment, les villes du « Big L » monteraient rapidement à l’intérieur de la hiérarchie. Los Angeles passerait du deuxième au premier rang, Dallas, du sixième au deuxième rang, Riverside (située à l’est de Los Angeles), du quatorzième au troisième rang, Houston, du onzième au cinquième rang, San Diego, du quinzième au sixième rang, Phoenix, du dix-neuvième au septième rang, Atlanta, du treizième au huitième rang et Anaheim du dix-huitième au dixième rang.

Tableau 4 : Évolution observée et projetée des principales villes canadoaméricaines (moyenne des populations obtenues aux horizons 250M, 300M et 400M à partir des projections 1950-1990, 1970-1990, 1980-1990, et rangs correspondants) (les populations sont exprimées en millions)

Tableau 4 : Évolution observée et projetée des principales villes canadoaméricaines (moyenne des populations obtenues aux horizons 250M, 300M et 400M à partir des projections 1950-1990, 1970-1990, 1980-1990, et rangs correspondants) (les populations sont exprimées en millions)

31Cette évolution radicale devrait se faire, comme nous l’avons souligné, dans un contexte de très grande stabilité de l’évolution du centre de gravité urbain et de l’ellipse de dispersion correspondante. Tellier et Vertefeuille (1995) ont proposé une explication théorique de cette étonnante stabilité, explication basée sur les concepts d’optimum wébérien et de potentiel gravitaire. Par ailleurs, le cas canado-américain se caractérise par le fait qu’aucun centre urbain important ne se développe à proximité du centre de gravité.

32De fait, tout indique que nous ne sommes pas en présence d’un unique système urbain en Amérique du Nord non-hispanique, mais bien en présence de cinq systèmes, soit : le système du nord-est dominé par New York, le système des Grands-Lacs dominé par Chicago, le système californien dominé par Los Angeles, le système du sud-est dominé par Dallas et Houston et, enfin, le petit système du nord-ouest dominé par Seattle et Vancouver. À l’exception du système des Grands-Lacs, tous ces systèmes sont éloignés du centre de gravité des populations urbaines. Cette « périphéricité » des systèmes urbains canado-américains peut, peut-être, s’expliquer par la dimension du continent nord-américain, dimension qui est telle que les avantages liés à une proximité du centre de gravité sont annulés par les désavantages liés à l’éloignement des côtes et des ports de l’Atlantique et du Pacifique.

CONCLUSION

33Depuis ses tout débuts, le système urbain canado-américain est en mutation exceptionnellement rapide. Peut-être ne trouve-t-on nulle part ailleurs au monde un système urbain aussi changeant. Cette tendance au changement rapide semble tout à fait susceptible de se perpétuer. Cependant, la stabilité multi-séculaire qui caractérise ce changement semble, elle aussi, devoir persister. L’évolution globale du système sera donc vraisemblablement marquée par la poursuite : 1-du phénomène de diffusion du développement urbain du vieux système urbain du nord-est vers l’ouest et vers le sud ; 2-du déplacement du centre de gravité urbain vers le sud-ouest ; 3-du mouvement de rotation des axes de l’ellipse de dispersion dans le sens des aiguilles d’une montre ; 4-de l’émergence du « Big L » et de la marginalisation du nord-est ; et par certaines ruptures majeures marquées par : 1-le remplacement de New York par Los Angeles à la tête de la hiérarchie urbaine canado-américaine ; 2le déclassement des bassins de l’Atlantique et des Grands-Lacs au profit des bassins du Pacifique et du Golfe du Mexique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bourne L.S. etSimmons J.W., 1979, « Canadian Seulement Trends : An Examination of the Spatial Pattern of Growth, 1971-1976 », Université de Toronto, Centre for Urban and Community Studies, Major Report No 15.

Bunting Trudi etFilion Pierre, 1991, Canadian Cities in Transition, Toronto, Oxford University Press, 560 p.

Cadwallader Martin, 1991, « Metropolitan Growth and Decline in the United States : An Empirical Analysis », Growth and Change, vol. 22, No 3, p. 1.

Casetti E. et Krakover S., 1990, « The Spatial Distribution of the U.S. Population : Estimates and Extrapolations », Socio-Spatial Dynamics, vol. 1, No 3.

Preston Richard E., « Central Place Theory and the Canadian Urban System », in Bunting, Trudi et Pierre Filion, 1991, Canadian Cities in Transition, Toronto, Oxford University Press, pp. 148-177.

Simmons J.W. et Bourne L.S., 1984, « Recent Trends and Patterns in Canadian Seulement, 1976-81 », Université de Toronto, Centre for Urban and Community Studies, Major Report No 23.

Simmons J.W. et Bourne L.S., 1989, « Urban Growth Trends in Canada, 1981-86 : A New Geography of Change », Université de Toronto, Centre for Urban and Community Studies, Major Report No 25.

Simmons Jim, 1991, « The Urban System », in Bunting, Trudi et Pierre Filion, 1991, Canadian Cities in Transition, Toronto, Oxford University Press, pp. 100-124.

Smith S.K. etAhmed B., 1990, « A Demographic Analysis of the Population Growth of States, 1950-1980 », Journal of Regional Science, vol. 30, No 2, mai, pp. 209-228.

Tellier Luc-Normand et Polanski Boris, 1989, « The Weber Problem : Frequency of Different Solution Types and Extension to Repulsive Forces and Dynamic Processes », Journal of Regional Science, vol 29, no 3, pp. 387-405.

Tellier Luc-Normand et Vertefeuille Claude, 1995, « Understanding Spatial Inertia : Centre of Gravity, Population Densities, the Weber Problem and Gravity Potential », Journal of Regional Science, vol. 35, no 1, pp. 155-164.

Tellier Luc-Normand et White Roger, 1990, « Options for Forecasting the Spatial Distributions of Population and Economic Activity », Villes et développement, INRS-Urbanisation, Cahier de Villes et développement, no 5-90, 25 p.

Tellier Luc-Normand, 1989, « L’approche topodynamique : une nouvelle voie pour l’étude du développement », Canadian Journal of Regional Science/Revue canadienne des sciences régionales, XII :2, été, pp. 223-246.

Tellier Luc-Normand, 1992a, « From the Weber Problem to a “Topodynamic” Approach to Locational Systems », Environment and Planning A, vol. 24, pp. 793-806.

Tellier Luc-Normand, 1992b, « Introduction to Topodynamic Analysis : A New Approach to Forecasting the Spatial Distribution of Population and Activities », INRS-Urbanisation, Collection Villes et développement, 45 p.

Tellier Luc-Normand, 1995, « Projecting the Evolution of the North American Urban System and Laying the Foundations of a Topodynamic Theory of Spatial Polarization », Environment and Planning A, vol. 27.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Choix des valeurs optimales des paramètres m, i, a et r à l’aide des indices comparatifs basés sur les écarts quadratiques moyens, sur l'évolution de l'indice de concentration et sur l’évolution du centre de gravité
Légende N.B : EQM = écart quadratique moyenC - C’ = différence entre les indices de concentration simulé et observéH = distance entre le centre de gravité simulé et le centre de gravité observé en 1990
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Tableau 2 : Évolution observée et projetée des indices descriptifs du système urbain nord-américain suivant la projection 1950-1990, la projection 1970-1990 et la projection 1980-1990
Légende N.B : B = moyenne des distances au centre de gravité (x 10)C = indice de concentrationE = indice d’éparpillement (x 100)F = distance standardisée entre le centre de gravité et le centre géométrique du continent (x 10)H = distance entre le centre de gravité et le centre de gravité observé en 1990L = paramètre de la relation rang-tailleT = indice d’éloignement du centre urbain principal (x 10)Y = indice de déconcentration par rapport au centre géométrique (x 10)x = coordonnée x du centre de gravité (plus x est grand, plus le centre de gravité est à l’est)y = coordonnée y du centre de gravité (plus y est grand, plus le centre de gravité est au nord)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 3 : Part observée et projetée des grands ensembles urbains dans la population urbaine totale de l’Amérique du nord : 1950, 1970, 1980, 1990, horizons 250M, 300M et 400M (en % de la population urbaine totale) (projections topodynamiques t50-90, t70-90 et t80-90)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Tableau 4 : Évolution observée et projetée des principales villes canadoaméricaines (moyenne des populations obtenues aux horizons 250M, 300M et 400M à partir des projections 1950-1990, 1970-1990, 1980-1990, et rangs correspondants) (les populations sont exprimées en millions)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 330k

Auteur

Université du Québec à Montréal.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540